Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'quelle'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports en commun
    • Infrastructures
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Projets Annulés
  • Discussions générales
    • Urbanisme et architecture
    • Nouvelles économiques
    • Technologie, jeux vidéos et gadgets
    • Technologies urbaines
    • Discussions générales
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • L'actualité
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec et reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Biography


Location


Intérêts


Occupation

164 résultats trouvés

  1. mtlurb

    SNC-Lavalin : actualités

    SNC-Lavalin: deux milliards en contrats dans l'Ouest 5 mai 2007 - 15h04 La Presse Martin Vallières Vancouver Pour la première fois, SNC-Lavalin tenait son assemblée d'actionnaires dans la métropole de la côte ouest canadienne. Et pour cause. La Colombie-Britannique et l'Alberta, en plein boom économique, pèsent au moins deux milliards dans le carnet de commandes de 10,4 milliards de SNC-Lavalin, a confirmé son président, Jacques Lamarre, à La Presse Affaires. Il y a bien sûr, en Alberta, plusieurs contrats reliés aux projets pétroliers et gaziers. Mais la province voisine est aussi en plein boom d'investissement. À preuve, les nombreux chantiers dans les environs immédiats de l'hôtel du centre-ville de Vancouver, où avait lieu l'assemblée de SNC-Lavalin. Et la firme montréalaise dirige même le plus gros et le plus compliqué de ces chantiers vancouverois. Il s'agit de la ligne de métro au centre-ville et de train aéroportuaire qui doit ouvrir quelques mois avant les Jeux olympiques d'hiver, en février 2010. SNC-Lavalin est le maître d'oeuvre de ce projet de 1,9 milliard, ainsi qu'un investisseur dans la société d'exploitation de la «Canada Line», pour un mandat de 30 ans. La Caisse de dépôt et placement du Québec est aussi impliquée. Ailleurs en Colombie-Britannique, SNC-Lavalin a un autre projet particulier d'ingénierie et de gestion. Il s'agit du remplacement du «pont autoroutier flottant» sur le lac Okanagan, à Kelowna. Ce projet d'un peu plus de 200 millions est dans une région de villégiature et d'agriculture en forte croissance, située au milieu des chaînes montagneuses entre Vancouver et Calgary.
  2. Exclusif - Vide depuis sa construction, le mât du stade aura finalement des locataires. Le Mouvement Desjardins a signé une entente avec la Régie des installations olympiques (RIO) pour y aménager un centre de gestion des opérations de cartes bancaires. Un texte de Davide Gentile Selon nos informations, entre 1300 et 1800 employés pourraient éventuellement occuper les énormes espaces situés dans la tour. L'entente, d'une durée de 15 ans, serait d'une valeur de 37 millions de dollars, renouvelable pour 15 ans de plus. Des sources indiquent à Radio-Canada « qu'entre quatre et six étages » seraient occupés par le Mouvement Desjardins. L'investissement total de Desjardins serait cependant bien supérieur à 37 millions, puisque la coopérative devra assumer tous les coûts d'aménagement. Il semble notamment que les fenêtres de la tour doivent être changées. En ce moment, les étages sont vides. Tout le travail de construction des bureaux reste à faire, et l'installation du matériel pour faire fonctionner le centre se ferait à partir de zéro. Avantages indéniables Le stade présenterait des avantages indéniables pour Desjardins. D'abord, la majorité des employés déplacés travaillent déjà dans l'est de la métropole. Le déménagement ne dévitaliserait donc pas cette partie de Montréal. Et le stade comporte aussi des avantages au niveau de la sécurité, comme un approvisionnement autonome d'énergie, ce qui est une donnée importante pour la stabilité des installations informatiques. Le gouvernement et la RIO négocient depuis des mois avec Desjardins. Des sources indiquent que l'entente devait être annoncée mercredi par Monique Leroux, PDG de Desjardins, lors d'une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. L'entente n'a toutefois pas encore été présentée au conseil des ministres. Des sources gouvernementales indiquent qu'elle sera entérinée par le conseil des ministres fin octobre. Pour la RIO il s'agit d'une première bonne nouvelle depuis longtemps. Les revenus qu'elle rapportera sont non négligeables, mais c'est surtout l'arrivée de centaines de salariés au stade qui va s'avérer positive. L'occupation des énormes stationnements va augmenter, ce qui pourrait aussi engendrer des revenus. Et les commerces du quartier pourront profiter d'une nouvelle clientèle, plus stable que les touristes, plutôt rares entre novembre et avril. Le stade : tout un défi La RIO cherche depuis toujours à louer les grands espaces du mât. En 2001, l'entreprise BUSAC avait lancé un projet de 44 millions en ce sens, dont 20 millions en subventions de Québec. On prévoyait alors convertir le mat en complexe de bureaux. Le projet n'a jamais vu le jour et a finalement été abandonné en 2008. La RIO est toutefois toujours devant un grand défi, celui de convaincre le gouvernement d'investir pour remplacer le toit actuel. Dans le contexte budgétaire actuel, ce dernier ne semble pas pressé de débourser les quelque 200 millions de dollars nécessaires. La ministre du Tourisme, Dominique Viens, mentionnait d'ailleurs en mars qu'elle cherchait à préciser la vocation du stade avant de prendre une décision dans le cas du toit. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2015/10/05/005-desjardins-demenagement-employes-tour-stade-olympique.shtml
  3. Bell Helicopter coupe 500 emplois de façon temporaire En raison de la crise économique qui frappe actuellement, l'entreprise Bell Helicopter doit effectuer d'importantes compressions. Ainsi, 500 travailleurs de l'usine Mirabel se retrouvent sans emploi pour les trois prochains mois. Environ 2100 personnes travaillent à pour Bell Helicopter à Mirabel. Les compressions touchent essentiellement les ouvriers et les employés de bureau. Déjà, la semaine de travail d'autres employés des installations de Mirabel avait été réduite à quatre jours. Cette mesure est en application depuis trois semaines et devrait durer encore deux semaines, selon la télévision d'État. La semaine de travail d'autres employés de la même usine a déjà été réduite à quatre jours, depuis trois semaines, et pour encore deux semaines. Dans le contexte économique actuel, Bell Helicopter vend moins d'appareils, ce qui explique qu'elle veut diminuer sa capacité de production pour le moment. La semaine dernière, il était annoncé que Bell Helicopter Textron n'avait livré que 167 hélicoptères commerciaux en 2008, alors qu'elle en avait livré 181 en 2007, une diminution de 8%. (sources: TVA, La Presse Affaires, Radio-Canada)
  4. ErickMontreal

    Montréal, c’est quoi?

    Montréal, c’est quoi? Le Dimanche 7 Juin 2009 | Mise en ligne à 13h40 | Stephane Laporte Dans ma chronique dominicale, je demande ce qu’est Montréal. Los-Angeles, c’est le cinéma. Paris, c’est l’amour. New York, c’est l’argent. Milan, c’est la mode. Montréal, c’est quoi? Un lecteur me répond que Montréal, c’est le night life. C’est, selon lui, ce qui attire les touristes: le sexe bon marché. Selon vous quelle est la spécialité montréalaise? Crédit : By FRANZ' http://www.flickr.com/photos/franksk1/3603415115/
  5. Quelqu'un sait quelle est la nature des travaux au 460 rue McGill? Je passe devant à chaque jour et c'est juste aujourd'hui que j'ai remarqué l'ajout d'un étage supplémentaire.
  6. Je pense pas avoir vu ce projet mentionné ici encore. COLO-D va se porter acquéreur d'une partie (150,000 pieds carrés) de l'ancien siège social de Jean Coutu à Longueuil. Il s'agit d'un investissement de 100 millions de dollars, incluant 15 millions investis par le Groupe Jean Coutu lui-même: Voir aussi les communiqués suivants sur le site de COLO-D: http://colo-d.ca/en/jean-coutu-group-announces-investment-in-colo-d/#.VlCfZaK3v3A http://colo-d.ca/en/colo-d-continues-strong-growth-and-announces-the-opening-of-a-second-mega-data-center-in-quebec-in-2016/#.VlCgA6K3v3A
  7. Quelle vue! https://youtu.be/QNaW39kvsSI
  8. amine

    Impact fiscal

    Au niveau des impôts, quelle est la difference entre la vente d'un immeuble qui est considérée comme un gain en capitale ou comme un profit d'entreprise?
  9. MontréalYul

    Opération Bélier: Une porte à la fois

    LaPresse De nombreux indépendantistes ont accepté de prendre le bâton du pèlerin afin de convaincre un maximum de citoyens de la pertinence de voir le Québec devenir un pays. Ces militants ont choisi de se joindre à une campagne visant à mettre de l'avant le projet de souveraineté qui a officiellement débuté, dimanche, un peu partout dans la province. Cette offensive de promotion a été baptisée «Opération Bélier», une allusion au logo du Ralliement pour l'indépendance nationale (RIN) qui était reconnu pour sa propension à miser sur les rapports de proximité avec les gens pour propager son message. Selon le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Maxime Laporte, la démarche vise à raviver le débat sur l'avenir politique du Québec en incitant monsieur et madame Tout-le-monde à y participer. Maxime Laporte, qui est également à la tête du réseau Cap sur l'indépendance, a expliqué qu'il s'agit d'une façon de «rendre la souveraineté plus concrète dans l'esprit des gens» pour ultimement les convaincre que «c'est un projet qui vise à enrichir les Québécois, à faire en sorte qu'on s'épanouisse comme peuple». Il a ajouté qu'à ses yeux, «il n'y a rien de mieux que d'avoir un rapport direct avec les citoyens pour parler d'un enjeu aussi important». Pour tisser ce lien, les participants à la campagne devront miser, à son avis, sur le porte-à-porte, les assemblées de cuisine, les rassemblements et les colloques régionaux et surtout ne pas avoir peur de se relever les manches. «Il n'y a pas de secret pour ce qui est de la réalisation de l'indépendance. Il faut travailler», a-t-il martelé. M. Laporte a précisé que l'«Opération Bélier» n'en est qu'à ses premiers balbutiements. «Elle se maintiendra jusqu'à ce que le Québec soit un pays. On veut faire en sorte qu'elle grossisse, qu'elle devienne de plus en plus importante, qu'elle ait le plus d'écho possible dans la population», a-t-il indiqué en entrevue à La Presse Canadienne. Pour attirer l'attention des gens dès le départ, un spectacle réunissant entre autres le groupe Loco Locass, l'auteur-compositeur-interprète Alexandre Belliard et l'ancien premier ministre Bernard Landry a été organisé, dimanche soir, à Montréal. Évènement en direct: https://www.youtube.com/watch?v=Z3fBo-_LzF
  10. ProposMontréal

    Votre rue préférée à Montréal

    Question simple, même pas besoin de savoir pourquoi. Utilisez le forum si vous tenez absolument en discuter Quelle est votre rue préférée à Montréal ? Merci de voter en cliquant ici
  11. Depuis que la firme américaine Valeant a fusionné avec la société pharmaceutique canadienne Biovail, en 2010, son PDG, Michael Pearson, a maintenu la pédale au plancher en réalisant pas moins de 25 acquisitions. Son dernier projet en lice - une offre d'achat de 53,5 milliards US sur le laboratoire pharmaceutique Allergan, fabricant du Botox - vient toutefois de prendre une coloration hostile. Valeant, qui était déjà hyperactive sur le marché des acquisitions avec des cibles toujours plus ambitieuses, souhaite maintenant répéter la formule qu'elle juge gagnante en s'attaquant à beaucoup plus gros qu'elle. Depuis quatre ans, Michael Pearson - un ex-consultant du groupe McKinsey qui a pris la direction de la société pharmaceutique américaine en 2008 - réalise des acquisitions de sociétés pharmaceutiques pour mettre la main sur leur portefeuille de produits développés et de brevets en voie de réalisation. Une fois l'acquisition réalisée, il sabre abondamment les budgets de recherche et développement de sa proie et réalise d'importantes économies quant aux frais d'administration. Un peu à la manière de ces «raiders» des années 80 qui pratiquaient allègrement les acquisitions par dispositions d'actifs (leveraged buyout). C'est ainsi qu'en 2012, Valeant a réalisé sa plus grosse acquisition, déboursant 2,6 milliards US pour prendre possession de Medicis Pharmaceutical, société spécialisée dans les produits pour la peau. Rapidement, Michael Pearson a réduit de 225 millions le budget annuel de RetD et les frais d'administration de Medicis pour maximiser ses profits. En mai 2013, Valeant s'est attaquée au fabricant de lentilles et de matériel chirurgical Bausch&Lomb, qu'elle a payé 8,5 milliards US. Le pari de Michael Pearson était de réaliser cette fois des économies de 850 millions en frais de R&D et de rationalisation administrative. Cette transaction a été financée par une émission de 2 milliards US de nouvelles actions et par un endettement additionnel de 6 milliards, ce qui a porté à 18 milliards la dette totale du groupe pharmaceutique. Le 22 avril dernier, Valeant s'est de nouveau montrée disposée à faire des acquisitions, s'attaquant cette fois au géant américain Allergan avec une offre évaluée à 45,6 milliards US. Depuis, le groupe canadien a majoré deux fois sa proposition - composée à la fois d'argent comptant et d'actions de Valeant - pour la porter aujourd'hui à 53,5 milliards US. Dans son combat pour acquérir le fabricant du Botox, Valeant peut compter sur un allié de taille puisque l'investisseur activiste Bill Ackman est l'un des principaux actionnaires d'Allergan, avec 9,6% des actions. On s'en doute, Bill Ackman est «activement» favorable à la réalisation de cette transaction, au point où il a demandé hier la répudiation de six membres du conseil d'administration d'Allergan qui s'opposent à la proposition de Valeant. Bill Ackman est notamment fasciné par le rendement fort appréciable qu'enregistre l'action de Valeant à la Bourse. Le titre, qui s'échangeait tout juste à 12,00$ en 2010, a clôturé la séance à Toronto hier à 146,17$. Sa capitalisation boursière de 3,5 milliards en 2010 se chiffre aujourd'hui à 48,7 milliards. La pharmaceutique «québécoise» Depuis la fusion de la canadienne Biovail - qui a été fondée et détenue par Eugene Melnyk, le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa - et de l'américaine Valeant en 2010, l'entreprise pharmaceutique est devenue officiellement canadienne. Michael Pearson, PDG de Valeant, lui-même un Canadien né à London et qui a passé une partie de son enfance à Saint-Lambert, a décidé de conserver le siège social de Biovail à Mississauga pour en faire celui de la nouvelle Valeant. En avril 2012, à la suite de l'acquisition de la division canadienne Dermik de la multinationale Sanofi, Michael Pearson a décidé de déménager le siège social international de Valeant à Laval, dans les anciennes installations de Dermik, société qui crée des produits de dermatologie. Le gouvernement du Québec a accordé une aide de 6 millions pour que Valeant modernise ses installations lavalloises et effectue son changement d'adresse. Bien que 180 personnes travaillent dans les bureaux du boulevard Saint-Elzéar, à Laval, et que les réunions du conseil d'administration s'y déroulent, le vrai siège social de la société pharmaceutique est situé au New Jersey. C'est là que Michael Pearson a son bureau depuis toujours et c'est surtout là que le chef de la direction financière brasse les grosses affaires du groupe. Dans le monde de la finance québécoise et canadienne, Valeant n'est pas un client potentiel; elle est déjà desservie par les Goldman Sachs et autres mégafirmes de Wall Street. La société pharmaceutique de Laval ne compte que 400 employés au Québec sur les 12 000 qu'elle compte dans le monde.
  12. L'ÉTS a lancé un appel d'offres pour la décontamination et la démolition des bâtiments I et J de l'ancienne brasserie Dow. Je ne sais pas à quelle partie réfèrent les lettres I et J. Peut-être est-ce l'entrepôt donnant directement au coin de Notre-Dame et Peel? https://www.seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/DuJour?ItemId=ab314d8d-ab20-4063-9c03-3d3251b8b4e0&SubCategoryCode=C03&callingPage=4&ColumnAction=1&VPos=232 Edit: Le bâtiment ici recouvert de toiles vertes est le bâtiment I: [sTREETVIEW]https://maps.google.ca/maps?hl=fr&ll=45.496064,-73.5615&spn=0.000004,0.002588&t=h&z=19&layer=c&cbll=45.496064,-73.5615&panoid=LGBWkbe-xRx4bJwHzf-G9Q&cbp=12,162.42,,0,0.56[/sTREETVIEW] Et celui-ci est le J: [sTREETVIEW]https://maps.google.ca/maps?hl=fr&ll=45.495657,-73.56102&spn=0.000008,0.005177&t=h&z=18&layer=c&cbll=45.495223,-73.56102&panoid=tDrv_0PxnD5CL5YNxm__JA&cbp=12,325.95,,2,-3.43[/sTREETVIEW]
  13. J'espère j'ai rien oublié ! Sinon me le dire !
  14. ProposMontréal

    Année de Construction??

    Question qui pourra paraître bizarre mais est-ce qu'il y a un endroit sur le site de la ville (ou ailleurs) ou je peux trouver en quelle année un building a été construit ?
  15. Les rues pietonnieres sont un lien extraordinaire entre la ville et ses habitants. On veut faire revenir les familles en Centre ville, la rue pietonne en serait un élément attractif mais dans quel secteur de la ville? Quelle serait la rue ou vous voudriez entendre plus les pas des passants que les moteurs des voitures?
  16. Il y a plusieurs belvédères, officiels ou non, pour apprécier le 'skyline' de Montréal. Quelle est votre vue panoramique préférée ?
  17. Bon, je ne sais plus quelle est la phase I ou la phase II ou la phase III mais peu importe, tout est là. Projet terminé. [ATTACH=CONFIG]8732[/ATTACH][ATTACH=CONFIG]8733[/ATTACH][ATTACH=CONFIG]8734[/ATTACH]
  18. Journée grise du 13 avril avec de la neige encore sur terre, je propose ce fil pour allumer notre positivisme Quelle est votre liste de 3 choses dont le Québec devraient être le plus fier au niveau mondial?
  19. Malek

    Votre Revenu Familial brute?

    Votre Revenu Familial brute prise 3, est-ce que vous faites plus d'argent que l'an passé? moins? quelle est votre perspective pour les 12 prochains mois? Voici le sondage similaire dans le passé: http://www.mtlurb.com/forums/showthread.php/8015-Votre-Revenu-Familial-brute-prise-2
  20. Voila ladies and gentlemen - les vraies choses a propos du climat d'investissement du Quebec Accueil > Affaires > Économie > Québec > Les investisseurs à Davos étaient inquiets, admet Marois Les investisseurs à Davos étaient inquiets, admet Marois Publié le 26 janvier 2013 à 14h46 | Mis à jour à 16h30 Ajouter à Ma Presse Taille du texte Imprimer Envoyer À lire aussi Marois veut attirer des investissements avec des surplus d'électricité L'industrie éolienne craint pour sa survie Alcan perd des plumes, mais garde son plan Ottawa doit être plus dynamique en aérospatial Manufacturiers d'éoliennes: exporter, mais quoi ? Sur le même thème (Londres) Pauline Marois a décliné une longue liste d'entreprises et de politiciens qu'elle a rencontrés au Forum économique mondial de Davos cette semaine. Sa liste d'investissements était plus courte: une entente de principe, qu'elle ne pouvait chiffrer, entre Boeing et la société québécoise RER. Mais elle se console en constatant qu'elle aurait rassuré les investisseurs. «Nous avions à l'égard de certaines entreprises des inquiétudes, quant à la fragilité de leurs investissements et leur volonté de continuer de travailler avec le Québec», a-t-elle reconnu sans expliquer pourquoi. L'automne dernier, l'opposition soutenait que les hausses d'impôt rétroactives -annulées depuis- et l'incertitude sur les redevances minières effrayaient les investisseurs. «Mais il s'est avéré dans tous les cas -j'ai vu Alcoa, Tata, ArcelorMittal- que les entreprises sont non seulement intéressées à consolider leurs investissements, mais à continuer à investir au Québec», a poursuivi Mme Marois. Elle ne croit pas que le retrait de Pétrolia envoie un mauvais message à l'international. Même si elle détenait de Québec un permis de forage exploratoire pour son puits Haldimand 4 à Gaspé, Pétrolia a dû y suspendre ses activités parce que le conseil municipal a adopté un règlement municipal spécial. «J'aime mieux une attitude comme celle de Pétrolia, et les échanges corrects qu'on a vus entre les différents partenaires, que de laisser se détériorer une situation», pense la première ministre. Elle arrivait samedi après-midi à Londres, où elle passera 48 heures. Il s'agit pour elle d'une «activité de promotion» sur les avantages à investir au Québec. Mardi, elle rencontrera à Édimbourg des membres du Scottish National Party, le gouvernement indépendantiste qui organisera un référendum en 2014. Marois vantera des crédits d'impôt Au Royaume-Uni, la première ministre vantera notamment deux crédits d'impôt annoncés dans le dernier budget: un congé fiscal de 10 ans pour les investissements de plus de 300 millions de dollars dans la transformation des ressources minières, le commerce en gros et l'hébergement de données informatiques, ainsi que le prolongement jusqu'en 2017 du crédit d'impôt à l'investissement. Le Royaume-Uni était le troisième partenaire commercial du Québec en 2011. Elle mise sur un autre appât, l'hydroélectricité, qui est «plus disponible aujourd'hui». Hydro-Québec sera en effet en surplus jusqu'à au moins 2027. Ce qui n'empêche pas la société d'État de perdre environ 4,5 milliards de dollars d'ici 2020 en achetant à perte de l'électricité aux des entreprises privées. Ces surplus permettent d'attirer les entreprises étrangères en offrant de l'électricité au rabais. Hydroliennes et effets spéciaux L'entente avec RER porte sur la recherche pour des hydroliennes, activées par le courant marin. «Il y a un projet d'expérimentation, de vitrine technologique qui pourrait nous permettre de produire chez nous des appareils fort intéressants pour de l'énergie verte et de l'économie verte. Boeing est le partenaire de cette entreprise. Dans les semaines qui viennent, j'aurai l'occasion de faire état exactement de cette entente de principe et de la contribution qu'apporte le gouvernement», a poursuivi Pauline Marois. Une nouvelle entente doit aussi être annoncée lundi avec Framestore, une boîte d'effets spéciaux qui a collaboré entre autres à Lincoln et Zero Dark Thirty. Sur son site, l'entreprise dit recruter pour un nouveau bureau à Montréal. Le régime fiscal avantageux du Québec l'aurait attirée. «Il y a d'autres projets, a ajouté Mme Marois. Je ne veux pas vous les annoncer maintenant, parce qu'il y a encore du fignolage à faire, des fils à attacher, et parfois ça prend plus d'une semaine à faire cela, ce sont de très gros projets d'investissement.» Plan Québec pour l'Afrique À Davos, Mme Marois a participé à deux ateliers: un sur l'égalité homme-femme dans la haute gestion et un autre sur le développement minier responsable. Québec n'a pas encore présenté sa réforme de la Loi sur les mines. Selon La Presse canadienne, il y avait très peu d'étrangers qui ont assisté à cette présentation. Le première ministre y a, entre autres, rencontré des dirigeants de 12 entreprises, dont Volvo, Ericsson, Ubisoft, Volvo, Lockheed Martin, Novartis et Merck. Elle s'est aussi entretenue avec le ministre de l'Économie et des Finances de la France, le commissaire au marché intérieur de l'Union européenne, le secrétaire des Finances du Mexique, la commissaire exécutive de la convention des Nations unies sur les changements climatiques ainsi que la présidente de la Rhénanie-Du-Nord, un land allemand de 18 millions d'habitants. «Nous aimerions établir le même type de relations que nous avons avec Munich et la Bavière», indique-t-elle. Elle a aussi rencontré le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka. «Nous travaillons sur une politique africaine au Québec, qu'on rendra publique au début de l'été. L'idée est de favoriser les échanges entre des pays d'Afrique et le Québec, qui veulent avoir accès à des marchés. Il y a aussi un marché intéressant en Afrique qui est en train de se développer.» Mali: la communauté internationale doit s'impliquer Questionnée sur la participation du Canada à l'intervention française au Mali, Mme Marois a été circonspecte. «Lorsque j'ai rencontré le président de l'Union africaine, qui était à ce moment-là le président du Bénin, j'ai souhaité que la communauté internationale s'implique davantage. Je crois que le Canada a les moyens, avec la communauté internationale, de participer. C'est à lui de prendre sa décision. Je ne peux le faire à sa place. Je souhaite cependant que le conflit puisse se régler. Nous constatons que ce n'est pas nécessairement facile.»
  21. Montréal Fred Metro

    Groupe des 5 : Quelle est la tour préfèrerez-vous ?

    Chers membres de MtlUrb.com, Je vous pose la question sur la tour que vous préfèrerez dans le groupe des cinq plus hautes tours de la métropole. 1000 de la Gauchetière Tour IBM-Marathon Tour de la Bourse Place Ville-Marie Tour CIBC Quelle tour obtiendra la faveur populaire du blogue ?
  22. IluvMTL

    Demain Montréal

    http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7717,84049602&_dad=portal&_schema=PORTAL https://www.facebook.com/demainmontreal Quelle ville voulons-nous? Comment rendre Montréal encore plus agréable à vivre, plus solidaire, plus créative, plus prospère? Quelle ville souhaitons-nous léguer aux générations actuelles et futures? Quels sont nos besoins, nos rêves, nos modèles? Demain Montréal est une démarche de contribution publique à laquelle la Ville de Montréal vous convie en vue d’élaborer le Plan de développement de Montréal. Pour participer à cette réflexion, consultez les documents de consultation et la section Comment contribuer. Les défis d’un développement urbain durable sont de taille et d’une grande diversité. À titre de citoyens, de représentants de groupes associatifs, de partenaires publics et privés, donnons-nous une vision porteuse pour notre ville, déterminons nos actions prioritaires et les moyens de les mettre en œuvre. Engageons-nous, surtout, à les réaliser ensemble. Le Montréal de demain La vidéo Demain Montréal Découvrez la vision de développement que la Ville de Montréal vous propose sur un horizon de 20 ans. Contribuez à la réflexion, contribuez à l’avenir de Montréal! Télécharger les documents de consultation liés au projet de Plan de développement de Montréal Version intégrale du projet de Plan [ 4,73 Mo - 92 pages] Résumé du projet de Plan [ 1,90 Mo - 8 pages] Glossaire - Demain Montréal [ 176 Ko - 8 pages]
  23. De :http://www.uer.ca/ "La Canadian Pacific Railway Co. avait pour projet ce gigantesque Building sur la partie sud du Square Dominion. Malheureusement, è cause de la crise de 1929 elle n'y verra jamais le jour. Sa hauteur était-elle, qu'elle aurait dépassé toutes les constructions du temps à Montréal."
  24. vous avez peut etre deja vu cette photo, mais je lai vu sur facebook il y a quelques instants et jai cru quelle pourrait interesse certain forumeur ! assez saissisant, quand meme, en deux decennies a peine !
  25. Un festival de clichés mais une grosse audience le matin(4 millions). Montréal: Montréal, deuxième ville francophone du monde après Paris attire chaque année de plus en plus de jeunes en quête de rêve américain et de qualité de vie. Quelle magie opère donc cette ville, américaine pour les européens, européenne pour les américains ? http://telematin.france2.fr/?page=chronique&id_article=36924