Search the Community

Showing results for tags 'trimestre'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 100 results

  1. La hausse du prix du pétrole contribue à miner les résultats financiers de l'entreprise, qui enregistre une perte nette de 288millions de dollars au premier trimestre. Pour en lire plus...
  2. SNC-Lavalin: deux milliards en contrats dans l'Ouest 5 mai 2007 - 15h04 La Presse Martin Vallières Vancouver Pour la première fois, SNC-Lavalin tenait son assemblée d'actionnaires dans la métropole de la côte ouest canadienne. Et pour cause. La Colombie-Britannique et l'Alberta, en plein boom économique, pèsent au moins deux milliards dans le carnet de commandes de 10,4 milliards de SNC-Lavalin, a confirmé son président, Jacques Lamarre, à La Presse Affaires. Il y a bien sûr, en Alberta, plusieurs contrats reliés aux projets pétroliers et gaziers. Mais la province voisine est aussi en plein boom d'investissement. À preuve, les nombreux chantiers dans les environs immédiats de l'hôtel du centre-ville de Vancouver, où avait lieu l'assemblée de SNC-Lavalin. Et la firme montréalaise dirige même le plus gros et le plus compliqué de ces chantiers vancouverois. Il s'agit de la ligne de métro au centre-ville et de train aéroportuaire qui doit ouvrir quelques mois avant les Jeux olympiques d'hiver, en février 2010. SNC-Lavalin est le maître d'oeuvre de ce projet de 1,9 milliard, ainsi qu'un investisseur dans la société d'exploitation de la «Canada Line», pour un mandat de 30 ans. La Caisse de dépôt et placement du Québec est aussi impliquée. Ailleurs en Colombie-Britannique, SNC-Lavalin a un autre projet particulier d'ingénierie et de gestion. Il s'agit du remplacement du «pont autoroutier flottant» sur le lac Okanagan, à Kelowna. Ce projet d'un peu plus de 200 millions est dans une région de villégiature et d'agriculture en forte croissance, située au milieu des chaînes montagneuses entre Vancouver et Calgary.
  3. Les signes d'une remise en marche de l'économie canadienne au deuxième trimestre se multiplient. Pour en lire plus...
  4. L'industrie aérienne pique du nez Les hausses importantes du prix du carburant, ces derniers mois, font mal à l'industrie aérienne mondiale, qui traverse une véritable crise. Un Boeing 777 New Livery arborant le nouveau logo de Delta Air Lines Vendredi, l'industrie aérienne américaine a publié une étude qui prévoit une vague de faillites importante parmi les transporteurs aériens des États-Unis si les prix du carburant demeurent aussi élevés. L'analyse de l'industrie aérienne commerciale américaine, effectuée par Airline Forecasts et Business Traveller, estime que la flambée des prix du carburant engendrera des hausses de coûts de 30 milliards de dollars américains pour l'industrie aérienne aux États-Unis alors que sa capacité d'augmentation des frais aux voyageurs excède à peine 4 milliards de dollars. Réductions de personnel et de vols au menu Pendant ce temps, à New York, le transporteur aérien US Airways annonçait une nouvelle série de mesures d'économies, qui comprend une réduction de 6 % à 8 % de ses vols intérieurs, qui se traduira par au moins 1700 mises à pied au sein de son personnel. La situation est pire encore chez Delta Air Lines, qui a annoncé vendredi qu'il prévoyait doubler le nombre de mises à pied annoncées au mois de mars dernier pour faire face à la crise qui mine les performances économiques de l'entreprise. La compagnie aérienne a offert dernièrement un programme de départ volontaire à plus de la moitié de ses 55 000 employés. Craintes en Europe La situation n'est guère mieux en Europe, où plusieurs compagnies aériennes, telles que KLM, Air France, Lufthansa et Austrian Airlines en sont à leur seconde augmentation de la surcharge pour carburant qu'elles imposent à leurs passagers. Comme en Amérique, plusieurs transporteurs européens se voient obligés de réduire leur nombre de vols ou carrément de déclarer faillite. Selon la directrice générale d'Air France Canada, Bénédicte Duval, citée par la Presse canadienne, l'industrie doit s'attendre à ce que la situation actuelle entraîne une vague de faillites, de fusions-acquisitions et de consolidations. Au moins 28 compagnies aériennes sont disparues dans le monde au cours des six derniers mois, a rapporté pour sa part Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction du transporteur montréalais Transat. Les transporteurs canadiens ne sont pas épargnés Bien que chez Transat la situation ne soit pas catastrophique dans l'immédiat, selon la Presse canadienne, Jean-Marc Eustache a néanmoins évoqué, jeudi, lors d'une téléconférence sur les résultats du deuxième trimestre, une éventuelle réduction de la taille de l'entreprise si la situation ne se stabilise pas. Les bénéfices de Transat ont en effet diminué de 24,4 % au deuxième trimestre 2008 par rapport au deuxième trimestre de 2007. Chez Air Canada, le transporteur impose depuis mai des suppléments carburant sur tous ses vols intérieurs et internationaux pour tenter d'éponger les coûts du carburant. Selon le secrétaire général se l'Organisation de l'aviation civile internationale, chaque hausse de 1 $US du prix du baril de pétrole brut sur les marchés se traduit par des coûts additionnels de 1,6 milliard de dollars américains pour l'industrie aérienne mondiale. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie-Affaires/2008/06/13/003-crise-indutrie-aerienne.shtml?ref=rss
  5. L'économie canadienne plus robuste que prévu 13 juin 2008 - 06h30 La Presse Denis Arcand L'économie canadienne va un peu moins bien que prévu mais, malgré tout, elle est plus robuste que ce que les statistiques usuelles montrent, et bien malin celui qui peut dire si nous sommes ou pas en récession. Voilà ce que dit Avery Shenfeld, économiste à la Banque CIBC, dans son pronostic des économies provinciales, sur le semestre courant, publié hier. Durant le premier trimestre de 2008, le produit intérieur brut (PIB) réel a reculé au Canada. Comme la définition d'une récession est deux trimestres de décroissance consécutifs au niveau du PIB réel, tout le monde se demande si le trimestre actuel sera négatif. Bref, sommes-nous en récession ou pas? Personne ne pourra accuser M. Shenfeld de s'avancer trop hardiment après l'avoir lu son pronostic d'hier: «Notre prévision pour le deuxième trimestre est que la croissance sera légèrement positive, mais une autre petite baisse ne serait pas une grosse surprise», décrète-t-il. Click here to find out more! En fait, son argument est que même si le PIB réel (la mesure, en volume, des biens et services produits) décroît encore ce trimestre, cela ne dit pas vraiment grand-chose sur l'état de l'économie dans le contexte actuel. Entre autres, dit-il, parce que l'économie canadienne est très disparate d'une région à l'autre: l'Ouest exporte des ressources partout au monde dans les marchés en croissance; mais au Québec et en Ontario, on exporte des produits manufacturés vers les États-Unis, qui eux, sont probablement en récession jusqu'en 2009. Comment peut-on qualifier les trois premiers mois de 2008 au Canada de «premier trimestre d'une récession, quand le revenu disponible réel annualisé a grimpé de 7,3% et que le taux d'emploi annualisé a augmenté de 2%» par rapport au dernier trimestre de 2007? se demande-t-il. Il préfère se fier au PIB nominal (qui inclut les gains liés aux prix -en forte hausse pour ce qui est des ressources naturelles- même si la production a baissé). «Des volumes de marchandises en baisse ont été exportés à des prix en hausse rapide, et les gains qui en découlent se répercutent sur les revenus qui permettent au Canada d'acheter à son tour davantage du reste du monde.» Alors, qui s'inquiète que le volume de pétrole, de charbon, de potasse et de minéraux industriels exporté baisse un peu si leur prix en croissance annule le fléchissement de la demande? L'Ontario et probablement le Québec, répond l'économiste, sans grande surprise. «Une année de croissance minime attend l'économie ontarienne, dont la croissance a été nulle durant le dernier trimestre de 2007 et qui devrait être en légère récession durant la première moitié de 2008». L'économiste de la CIBC n'a pas grand-chose à dire du Québec -à part qu'il s'y trouve un secteur aéronautique qui va mieux-, mais il note que notre secteur manufacturier subit les mêmes pressions que celui de l'Ontario. «Les prix des biens manufacturés ne montent pas aussi vite que ceux des ressources naturelles», dit-il. Il note que les licenciements dans le secteur automobile ontarien n'ont pas encore frappé les statistiques de l'emploi de cette province. Par ailleurs, ces deux provinces manufacturières souffrent de ce qui aide l'Ouest: la hausse du prix du pétrole. Et le Canada central ne peut compter sur un coup de pouce de la Banque du Canada: la robuste économie de l'Ouest empêche tout abaissement majeur des taux. Et la quasi-parité du huard avec le dollar américain n'aidera pas les exportateurs. Mais M. Shenfeld voit au moins un avantage dans la hausse du pétrole: à un moment donné, cette hausse pourrait aider à abriter ce qui reste de la base manufacturière des concurrents les plus éloignés et qui devront payer plus cher pour expédier leurs biens vers l'Amérique du Nord.
  6. La richesse des ménages américains a subi au premier trimestre sa pire dégringolade en plus de cinq ans. Pour en lire plus...
  7. Une météo plus rude et des consommateurs moins confiants ont fait reculer les ventes et stagner les profits. Pour en lire plus...
  8. L'entreprise de vêtements sports Lululemon Athletica a vu ses profits léviter au premier trimestre. Pour en lire plus...
  9. La valeur totale des dépenses d'investissement en construction résidentielle au Canada a atteint 19,8 G$ au premier trimestre, en hausse de 7,5%.. Pour en lire plus...
  10. L'économie canadienne tombe en panne au premier trimestre 30 mai 2008 - 09h28 Agence France-Presse L'économie canadienne est tombée en panne au premier trimestre pour la première fois depuis presque cinq ans, selon Statistique Canada. Le produit intérieur brut a fléchi de 0,1%, selon les données que l'agence fédérale publie vendredi. Ce ralentissement est nettement plus marqué que ce qu'avait prévu le marché, qui tablait plutôt sur une hausse de 0,4% à 0,5%. «L'économie, qui avait commencé à perdre de sa vigueur au cours du deuxième semestre de 2007 alors que les exportations diminuaient, a stagné au premier trimestre en raison de réductions généralisées dans le secteur de la fabrication, en particulier dans l'industrie des véhicules automobiles», a indiqué Statistique Canada. À titre de comparaison, l'économie canadienne avait crû de 0,8% au quatrième trimestre 2007. Selon l'agence statistique, les conditions climatiques défavorables ont aussi nui à l'activité économique au premier trimestre. C'était la première contraction du PIB canadien depuis le second trimestre 2003. En mars, le PIB s'est contracté de 0,2%, un recul identique à celui enregistré en février. Avant même cette annonce, la plupart des économistes s'attendaient à ce que la Banque du Canada procède à une dernière baisse cette année de son taux directeur, à sa prochaine réunion du 10 juin. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080530/LAINFORMER/80530080/5891/LAINFORMER01
  11. Alors que la croissance de son réseau se poursuit, le restaurateur empoche un gain de 2,35 M$ au deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  12. Astral Media enregistre une hausse importante de ses profits au dernier trimestre, reflétant ainsi le fait que les téléspectateurs et les annonceurs délaissent de plus en plus les télévisions généralistes pour se tourner vers les chaînes spécialisées. Pour en lire plus...
  13. Le premier distributeur mondial enregistre des ventes plus fortes que prévu aux États-Unis. Pour en lire plus...
  14. Les affaires vont plutôt bien au Canada mais la compagnie enregistre une perte plus que triplée au premier trimestre en raison de Rite Aid. Pour en lire plus...
  15. Les derniers chiffres sur la croissance américaine, encore révisés à la hausse pour le premier trimestre, permettent aux observateurs, malgré la crise de l'immobilier, de caresser l'espoir de voir le spectre d'une récession s'éloigner... un peu. Pour en lire plus...
  16. Les exportations nettes d'électricité contribuent à des profits de 1,45 G$ au premier trimestre, une hausse de 1,3%. Pour en lire plus...
  17. Bénéficiant d'une croissance généralisée, surtout forte dans les activités en ligne, les Pages Jaunes déclarent des profits en hausse de 6,4% au deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  18. L'opérateur de courses de chevaux Magna Entertainment a affiché mercredi une perte nette de 21,3 millions $ US pour son deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  19. Défié par les problèmes de l'économie états-unienne, le groupe beauceron voit ses profits et ses ventes glisser légèrement au deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  20. Le conglomérat dirigé par Pierre Karl Péladeau empoche un gain de 57,3 M$ au deuxième trimestre, ses revenus montant de 15,6%. Pour en lire plus...
  21. La forestière perd 27 M$ au troisième trimestre, une fraction des pertes essuyées à la même période l'an dernier. Pour en lire plus...
  22. Le constructeur automobile rapporte des pertes colossales de 15,5 G$ US au deuxième trimestre de l'exercice en cours en raison de trois facteurs liés à ses activités nord-américaines. Pour en lire plus...
  23. L'éditeur torontois fait état jeudi d'un bénéfice du deuxième trimestre de 37 M$, une hausse de 24% par rapport à celui rapporté un an plus tôt. Pour en lire plus...
  24. Le premier groupe pétrolier américain empoche des profits en hausse de 14%, mais les analystes s'attendaient à mieux. Pour en lire plus...
  25. GM coupera 5000 postes de cols blancs 30 juillet 2008 - 14h10 Agence France-Presse GM coupera 5000 postes de cols blancs d'ici novembre. Le constructeur automobile General Motors (GM) veut supprimer d'ici novembre 5000 emplois chez ses cols blancs américains, dans le cadre de ses mesures de restructuration. C'est ce qu'affirme le Wall Street Journal en ligne mercredi, citant des sources proches du dossier. Ces suppressions représentent environ 15% des salariés payés au mois - essentiellement du personnel administratif - du groupe aux États-Unis. GM emploie quelque 32 000 cols blancs aux États-Unis. Les ouvriers de production, payés à l'heure, ne sont pas concernés par ces nouvelles mesures, dont le principe avait été annoncé il y a deux semaines. Le constructeur va recourir à de nouveaux départs volontaires, selon le quotidien, un procédé qui lui a déjà permis de dégrossir les rangs de ses effectifs d'ouvriers depuis le début de sa restructuration, fin 2005. Mi-juillet, GM a dévoilé un nouveau train de mesures d'austérité pour survivre à l'effondrement du marché américain, reposant notamment sur 10 G$ d'économies de fonctionnement d'ici 2009. Le constructeur, qui publie ses résultats du deuxième trimestre vendredi, a déjà averti qu'il devrait encore enregistrer des pertes «significatives» pour ce trimestre.