Search the Community

Showing results for tags 'credit'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 100 results

  1. brubru

    Pointe-du-Moulin

    Bonjour, Aujourd'hui j'ai fait un peu de photoshop sur le cas du silo no 5, voici le résultat Avant Après Crédit photo: http://lesbeautesdemontreal.wordpress.com Étapes de réalisation du projet: Démolition de tout les silos, sauf celui le plus récent Enlever tout les anciennes composantes qui servaient au silo Nouvelle utilisation : Observatoire Vue du toit: Crédit photo: http://www.havremontreal.qc.ca Je ne sais pas si ça serait mieux qu'il soit au béton ou peinturé d'un couleur... Je vais faire des plans du toit et du terrain. Le bas pourrait devenir la gare des trams !
  2. Depuis l'éclatement de la crise du crédit l'été dernier, les épargnants ont laissé beaucoup d'argent dormir dans leur compte. Pour en lire plus...
  3. Les activités de janvier et février furent difficiles à cause du retrait de la ligne de crédit de l'entreprise. Pour en lire plus...
  4. La Banque de Montréal est exposée à hauteur de 51 G$ tandis que l'exposition de la Banque TD a été estimée à 46 G$, estime un analyste. Pour en lire plus...
  5. Bien des retraités n’y ont vu que du feu, mais la crise du crédit a nui à leur régime de retraite depuis un an. Pour en lire plus...
  6. L'ex-premier ministre Paul Martin prédit que l'actuelle crise du crédit qui ébranle les États-Unis mènera à une réforme attendue du Fonds monétaire international. Pour en lire plus...
  7. April 29, 2009 By LANDON THOMAS Jr. LONDON — Tetsuya Ishikawa reaped the fruits of London’s financial boom, structuring and selling his small share of the complex securities that fueled both his professional rise and the uninterrupted economic growth of Britain. When the boom went bust last year, he lost his job at Morgan Stanley, along with about 28,000 other Londoners working in finance. Mr. Ishikawa, who has written a fictional memoir, has no plans to return to the City, as London’s banking district is known. But Britain’s revenue-starved Labor government will find no such escape. “By 2010, the U.K. will have the largest budget deficit in the developed world,” said Richard Snook, a senior economist at the Center for Economic and Business Research in London. “The problem is that the financial services industry has been a huge cash cow for the British government for the last 10 years and now it is going into reverse.” The country’s budget deficit has soared to 12 percent of gross domestic product; its public debt burden could soon reach 80 percent of annual economic output, a figure that would leave it roughly in the same position as Greece. But at a time when Britain more than ever needs a financial sector firing on all cylinders, its economic engine is conking out — for a number of reasons, including some that critics blame on the government. All told, more than 70,000 jobs in finance are expected to disappear over the next two to three years, a big chunk of the total estimated job losses of about 280,000 in London. The British government has poured hundreds of billions of pounds into preventing several of its largest banks from falling into bankruptcy as the extent of their bad bets became evident. But there is little prospect of a revival anytime soon, as the government is about to impose stiffer demands on banks to keep high capital ratios and to rely less on leverage and once-lucrative trading activities. That, combined with a more aggressive posture by the regulatory authorities to put a check on bonuses, is likely to hasten what has already been a sharp falloff in corporate and income taxes from the City. The economic contribution from the British financial sector, according to the Office for National Statistics, peaked at 10.8 percent of G.D.P. in 2007 — up from 5.5 percent in 1996, just before Labor took over. By comparison, the contribution from financial services in the United States to the American economy never exceeded 8 percent. In a bid to capture more revenue, the British government has decided to raise tax rates on the affluent, many of them working in finance. But the new top income tax rate of 50 percent for those earning at least £150,000, or $219,000, may only make things worse, said Mr. Snook, the economist. “These people are highly mobile and they will leave London,” he said. “The impact on public finances will be negative.” Britain’s top tax rate will soon rank fourth behind those of Denmark, Sweden and the Netherlands — not quite the advertisement one would expect from one of the world’s leading financial centers. In many ways, Mr. Ishikawa’s career tracked the credit explosion that has now imploded. When he began work as a lowly credit analyst in 2002, banks in London issued about £20 billion in securities linked to various mortgage instruments. His career took off as that figure surged to over £180 billion by 2008, when Mr. Ishikawa secured for himself a $3 million bonus from Morgan Stanley as a reward for peddling assets that turned out to be toxic. With that line of business virtually defunct, banks in the coming years must return to lower-risk and lower-return businesses like equity and bond underwriting, foreign exchange trading and traditional deal-making — businesses that may well be profitable, but can in no way make up for the loss of such a lush specialty. The Center for Economic and Business Research estimates that corporate and income taxes from the financial industry will shrink from 12 percent of the overall tax take in 2007 to 8 percent this year and perhaps lower in the years ahead, a prospect that could force Britain to increase its already substantial borrowing requirement. The crisis has humbled all financial centers, from Wall Street to Dubai. According to an index produced in Britain that ranks financial centers around the world, the City of London still comes out on top, closely followed by New York. The gap, though, between these two and Singapore, which is now third, is narrowing. Lord Adair Turner, the chairman of the Financial Services Authority, agrees that London as a financial center will be in for an adjustment and says that a large portion of the banking industry’s profit contribution to the economy was “illusory.” But even in a more restrictive environment, he points out, London’s importance as a global financial hub and the most valuable trading center in Europe will not go away. “The City is important today for the same reason it was important in 1890,” he said. As for Mr. Ishikawa, who is 30 and grew up in Britain as the son of a successful Japanese executive, he is putting his hopes into a new career as a writer. His book, “How I Caused the Credit Crunch,” chronicles the debauched excesses of the boom — he was briefly married to a Brazilian lap dancer — by lightly fictionalizing his six-year stint in finance. “I really don’t miss it,” he said, sipping a coffee near the building where he was laid off. “There are many more kids out there more hungry than me.” Like Faruq Rana, for example. Mr. Rana, the 26-year-old son of Bangladeshi immigrants, was born and reared in Tower Hamlets, a district abutting Canary Wharf that has Britain’s highest unemployment rate. From his window, he can see the towers of Citigroup and Barclays reaching into the sky and his ambition to one day work as a trader in one of those buildings soars nearly as high. “Every day when I wake up and open up my window, I can smell my job,” said Mr. Rana, who is a student in a government-financed program at Tower Hamlets College that prepares local youths for jobs in the financial industry. Unlike Mr. Ishikawa, Mr. Rana did not go to Eton or Oxford, but he remains undeterred. “I have the motivation and the drive,” he said. “I think I can be one of them.” http://www.nytimes.com/2009/04/29/business/global/29city.html?ref=global-home
  8. Un sondage indique que 41% des détaillants disent avoir de plus de difficulté à obtenir du crédit, les institutions de prêts ayant considérablement resserré leurs critères pour obtenir un emprunt. Pour en lire plus...
  9. La banque centrale des États-Unis a annoncé lundi qu'elle augmentait de 330 G$ US les lignes de crédit qu'elle accorde aux autres banques centrales du monde entier. Pour en lire plus...
  10. La Cour suprême du Canada a annoncé vendredi qu'elle refusait d'entendre la demande d'appel présentée par le groupe d'investisseurs qui conteste le plan de restructuration des 32 milliards $ de papier commercial adossé à des actifs (PCAA), un type de placement gelé depuis l'éclosion de la crise du crédit, il y a un an. Pour en lire plus...
  11. Publié le 19 février 2009 à 05h10 | Mis à jour à 05h10 La crise frappe, les PPP vacillent André Noël La Presse Résultat de la crise financière: les projets de partenariat public-privé (PPP) vacillent un peu partout dans le monde, les banques hésitant à consentir des prêts aux entreprises impliquées, sauf à des taux d'intérêt élevés, indique un rapport récent de la firme PriceWaterhouseCoopers. De grandes sociétés étrangères qui participent aux deux consortiums présélectionnés pour construire le Centre hospitalier de l'Université de Montréal en PPP connaissent d'ailleurs des difficultés d'accès au crédit, ce qui pourrait retarder le lancement des appels de propositions, a constaté La Presse. «Les marchés du crédit sont presque à sec», explique Richard Abadie, responsable des infrastructures chez PriceWaterhouseCoopers, une firme bien connue pour son expertise en PPP, dans un rapport intitulé Financement des infrastructures - survivre au resserrement du crédit. «Les prévisions à court terme demeurent sombres. Peu de projets (en PPP) seront conclus. Plusieurs d'entre eux ont déjà été mis sur la glace, ajoute le rapport, publié en décembre. Le crédit bancaire est simplement insuffisant, et inefficace, comme source de financement à long terme (...) Il est naïf de s'attendre à ce que les marchés reviennent aux bas taux de financement obtenus pendant le premier semestre de 2007.» Dans le mode conventionnel, les gouvernements empruntent l'argent pour construire des immeubles ou des infrastructures. Ce modèle domine toujours dans la plupart des pays. Le modèle des PPP a émergé il y a quelques années: une compagnie ou un consortium contracte les emprunts, finance la construction du bâtiment, puis le loue au gouvernement. Les partisans des PPP, comme la ministre des Finances Monique Jérôme-Forget, soutiennent que le gouvernement transfère les risques financiers à l'entreprise privé en agissant de la sorte. S'il y a un dépassement de coûts dans la construction, c'est l'entreprise qui écope et pas le gouvernement, affirment-ils. Mais avec la crise, les banques hésitent à prêter aux entreprises privées. En revanche, elles n'hésitent pas à prêter aux gouvernements. Les gouvernements obtiennent des taux d'intérêt beaucoup plus bas que les entreprises. Dans ce contexte, la construction revient beaucoup plus chère en PPP qu'en mode conventionnel. Des consortiums se sont engagés dans les PPP en faisant des emprunts à court terme, et en croyant pouvoir se refinancer à des taux d'intérêt relativement bas lorsqu'ils commenceraient à toucher les loyers. Mais aujourd'hui, ils éprouvent beaucoup de difficultés à renouveler leurs emprunts sans augmenter les paiements d'intérêt. «Ils pourraient faire face à des paiements de dette plus élevés que prévus, ou même être incapables de se refinancer», prévient le rapport de PriceWaterhouseCoopers. Le mois dernier, La Presse a révélé que la société australienne Babcock and Brown, membre du consortium Accès Santé CHUM, a vu sa situation se détériorer à un tel point que ses actions ont été suspendues en Bourse. Cette entreprise est aussi membre d'un consortium pour la construction en PPP de la salle de concert de l'Orchestre symphonique de Montréal. Ce n'est pas tout. La société espagnole Acciona, qui s'occupe elle aussi de l'ingénierie financière dans le même consortium pour le CHUM, a un taux d'endettement plutôt inquiétant. Cette firme a également emporté l'appel de propositions pour le prolongement de l'autoroute 30 en mode PPP. «Ce groupe est aujourd'hui aux abois, note le journal financier français Les Échos dans son numéro d'hier. Sous la pression de ses banques, qui s'inquiètent de son endettement, Acciona va sans doute être contraint de céder sa participation (dans un groupe énergétique).» Début février, Acciona s'est elle-même plainte que «le marché (est) complexe, avec un accès très limité au crédit». La société anglaise Innisfree, qui s'occupe de l'ingénierie financière dans le deuxième consortium présélectionné pour le CHUM, vient d'appeler le gouvernement britannique à l'aide pour sauver les PPP au Royaume-Uni, considéré comme le pays-modèle en cette matière par la ministre Jérôme-Forget. Dimanche dernier, Tim Pearson, directeur d'Innisfree et porte-parole du Forum sur les PPP en Grande-Bretagne, a indiqué que les sociétés privées avaient besoin de l'aide de l'État pour assurer le financement qui aurait dû être fourni par des prêts commerciaux. Selon lui, l'État britannique devrait consentir une aide de 4 milliards de livres pour sauver les projets en PPP. Le nombre de contrats en PPP signés en Grande-Bretagne l'année dernière est le plus bas depuis 11 ans. Un contrat pour une route de 11 milles a été signé en janvier 2009, mais la moitié du financement est assurée par une banque du secteur public. John Tizard, directeur du Centre pour les partenariats en services publics de l'Université de Birmingham, affirme que les banques n'ont plus d'argent pour les hôpitaux britanniques en PPP. Il suggère de revenir au mode de construction conventionnel qui, selon lui, se révèle moins coûteux et plus rapide à réaliser. Ici même, au Canada, le vérificateur général de l'Ontario vient de souligner que le premier hôpital construit en PPP dans la province a coûté 50 millions de plus que si le gouvernement l'avait réalisé en mode conventionnel, sans partenaire privé.
  12. Le gouvernement achètera d'ici la fin de l'année financière des blocs additionnels de prêts assurés à concurrence de 50 G$ pour faciliter la circulation du crédit. Pour en lire plus...
  13. Le crédit commence à se faire rare, ce qui fait mal à l'avionneur brésilien. En raison de la volatilité de la conjoncture financière, Embraer n'a pas voulu faire de prévisions pour 2010. Pour en lire plus...
  14. Le budget fédéral donnera à Ottawa le pouvoir d'intervenir lorsque des sociétés émettrices de cartes de crédit imposeront des augmentations de taux à leur clientèle. Pour en lire plus...
  15. Le géant américain du crédit immobilier Fannie Mae a annoncé lundi qu'il allait probablement demander 11 à 16 milliards $ d'aide au gouvernement fédéral. Pour en lire plus...
  16. Ils se sont entendus pour former un groupe ayant pour mandat d'assurer la disponibilité du crédit et du financement. Pour en lire plus...
  17. Les 3500 concessionnaires d'autos du Canada, dont les 850 du Québec, dénoncent la frilosité des banques qui leur ferment le robinet du crédit. Pour en lire plus...
  18. Le resserrement du crédit aux États-Unis frappe durement les concessionnaires de voitures dont une grande partie des ventes se fait grâce aux prêts automobiles. Pour en lire plus...
  19. Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, demande aux institutions financières canadiennes de faire leur part pour résoudre la crise en évitant de restreindre l'accès au crédit. Pour en lire plus...
  20. Dans le tourbillon de consommation des Fêtes, l'utilisation de la carte de crédit n'est pas sans risque. Pour en lire plus...
  21. Les facilités de crédits d'urgence de la Fed pour les firmes d'investissements sont couvertes par la décision. Pour en lire plus...
  22. http://www.nytimes.com/slideshow/2012/04/15/fashion/20120415-FORAGING.html For decades, period architecture and pristine cobblestone streets have kept Old Montreal well trodden by tourists. But this gracious waterfront area, dating back centuries, is regaining cachet with locals, and high-end retail has followed. A western stretch of narrow Rue St. Paul, where souvenir shops once hawked Québécois kitsch, has become an unlikely hub for high fashion. Huge picture windows in restored stone buildings now showcase of-the-moment looks to rival the hippest that New York or Paris have to offer — all with an insouciant Montreal twist. — MICHAEL KAMINER Credit: Yannick Grandmont for The New York Times
  23. La firme britannique Framestore, spécialisée dans les effets spéciaux pour le cinéma et la publicité, a confirmé lundi son implantation à Montréal, ce qui devrait créer 200 emplois d'ici la fin de l'année. La première ministre Pauline Marois, en mission au Royaume-Uni, a participé à l'annonce officielle en compagnie du PDG de Framestore, William Sargent, au siège social de l'entreprise, à Londres. Le gouvernement consentira un prêt sans intérêt de 900 000 $ étalé sur cinq ans, ce qui lui coûtera environ 35 000 $ par année. En conférence de presse, Mme Marois a soutenu qu'aucun crédit d'impôt n'allait être accordé au projet, mais il en est tout autrement. Les clients de Framestore, principalement les grands studios de cinéma de Hollywood, auront droit à des avantages fiscaux pouvant représenter jusqu'à 44% de toutes les dépenses effectuées à Montréal et jusqu'à 60% en incluant le crédit d'impôt fédéral. M. Sargent a d'ailleurs expliqué que l'une des deux raisons pour lesquelles Framestore a choisi Montréal, c'est l'existence des généreux crédits d'Impôt, l'autre étant le bassin de main d'oeuvre qualifiée qu'on trouve dans la métropole québécoise. Vive concurrence Montréal était notamment en concurrence avec Toronto, Vancouver et des villes asiatiques pour obtenir le studio. À l'heure actuelle, l'industrie canadienne des effets spéciaux est concentrée à Vancouver. Québec espère que l'arrivée de Framestore à incitera d'autres entreprises du secteur à s'y établir également. Les premières productions auxquelles travailleront les artisans de Montréal, et ce dès le mois de mars, sont RoboCop (Columbia Pictures et MGM), et All You Need Is Kill (Warner Brothers), qui doivent tous deux sortir en 2014. Framestore compte trois studios à Londres, un à New York et un à Los Angeles, où travaillent environ 700 personnes. Si tout va comme prévu, le studio de Montréal sera le plus important de l'entreprise à l'extérieur de Londres d'ici la fin de l'année. Pauline Marois s'est également rendue lundi matin au Foreign & Commonwealth Office pour rencontrer le ministre délégué responsable de l'Amérique du Nord pour le Royaume-Uni, Alistair Burt. Sur l'heure du midi, elle prononcera un discours devant la Chambre de commerce Canada-Royaume-Uni auquel assistera notamment l'ancien premier ministre de Colombie-Britannique, Gordon Campbell, qui est maintenant haut-commissaire du Canada à Londres. http://www.lesaffaires.com/techno/technologies-et-telecommunications/cinema-framestore-creera-200-emplois-a-montreal/553618
  24. Nouveau projet Accès condo à Lachine - Mise en vente le 12 mars 2011 120 unités, réparties sur 6 étages 1cc à partir de 139 000 $ - 13 900 $ (crédit d'achat de 10%) = 125 100 $ taxes incluses 2cc à partir de 200 000 $ - 20 000 $ (crédit d'achat 10%) = 180 000 $ taxes incluses 3cc à partir de 227 900 $ - 22 790 $ (crédit d'achat 10%) = 205 110 $ taxes incluses [/img] http://www.shdm.org/acces_condos/fr/projet_fiche.php?projet_id=174
  25. Bonjour à tous, Nous avons maintenant un compte instagram: mtlurb Les meilleurs photos partagées par les membres seront mis sur cette plate-forme. N'hésitez pas à communiquer votre nom de compte instagram pour que je vous donne la mention crédit de la photo