Search the Community

Showing results for tags 'plan'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 100 results

  1. http://www.vieux.montreal.qc.ca/accueil.htm [TABLE=width: 100%] [TR] [TD=width: 50%][TABLE=width: 100%] [TR] [TD=width: 310, bgcolor: #D1CBB2][/TD] [/TR] [TR] [TD=bgcolor: #D1CBB2][/TD] [TD=bgcolor: #D1CBB2][TABLE] [TR] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [/TR] [/TABLE] [/TD] [/TR] [TR] [TD][/TD] [TD=width: 310, align: right][/TD] [/TR] [/TABLE] [/TD] [TD=width: 50%][TABLE=width: 100%] [TR] [TD=class: txtpetit, width: 320, bgcolor: #D1CBB2, align: left][/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [TR] [TD=width: 320][/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [/TABLE] [/TD] [/TR] [/TABLE] [TABLE=class: navmenu, width: 100%] [TR] [TD=width: 50%][TABLE=width: 100%] [TR] [TD=width: 90%, bgcolor: #DAC77A][/TD] [TD=width: 294, bgcolor: #DAC77A, align: left][/TD] [TD=width: 16][/TD] [/TR] [TR] [TD=width: 90%, bgcolor: #DAC77A][/TD] [TD=width: 294, bgcolor: #DAC77A, align: left] Visite éclair Grand tour en 150 images Des siècles d'histoire Plan lumière Découverte de la fortification de Montréal Trois courts métrages : L'archéologie montréalaise en vedette sur You Tube Musées, attraits et espaces publics Vieux-Port de Montréal Calendrier des activités et expositions Carte officielle et circuit lumière Cartes, localisation et accès Informations touristiques Autobus 715 – Vieux-Montréal / Vieux-Port / Centre-Ville Hôtels et auberges Shopping et divertissement Carte des stationnements dans le Vieux-Montréal et environs Carte pour les autobus touristiques [/TD] [TD=width: 16][/TD] [/TR] [TR] [TD=width: 90%][/TD] [TD=width: 294, align: left][/TD] [TD=width: 16][/TD] [/TR] [TR] [TD=bgcolor: #878F9C][/TD] [TD=bgcolor: #878F9C, align: left][/TD] [TD][/TD] [/TR] [TR] [TD=bgcolor: #878F9C][/TD] [TD=bgcolor: #878F9C, align: left] Galerie de photos Communiqués [/TD] [TD][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #FFFFFF] [TD][/TD] [TD=align: left][/TD] [TD][/TD] [/TR] [/TABLE] [/TD] [TD=width: 50%, align: left][TABLE=width: 100%] [TR=bgcolor: #C1AAB4] [TD=width: 320][/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #C1AAB4] [TD=width: 320, bgcolor: #C1AAB4] Inventaires patrimoniaux [/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [TR] [TD=width: 320][/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #E3DEC8] [TD=width: 320][/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #E3DEC8] [TD=width: 320, bgcolor: #E3DEC8] Guide pour la réalisation de travaux Portrait socio-économique Sondage auprès des clientèles Le Vieux-Montréal en calèche : manuel de formation pour les cochers [/TD] [TD=width: 90%, bgcolor: #E3DEC8][/TD] [/TR] [TR] [TD=width: 320][/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #CBD7D3] [TD=width: 320][/TD] [TD=width: 90%][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #CBD7D3] [TD=width: 320, bgcolor: #CBD7D3] Projet de plan de protection et de mise en valeur du Vieux-Montréal Réaménagement de la place d'Armes 2009-2012 Vision Vieux-Montréal 2017 La Table de concertation du Vieux-Montréal, une interface efficace Imaginer la place d'Armes Plaque tournante montréalaise Déclaration de Montréal lors de la 8e Conférence mondiale des villes historiques Site de la Ville de Montréal sur le patrimoine architectural Aménagement du square des Frères-Charon Entente sur le développement culturel de Montréal [/TD] [TD=width: 90%, bgcolor: #CBD7D3][/TD] [/TR] [TR] [TD][/TD] [TD][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #DACDD4] [TD][/TD] [TD][/TD] [/TR] [TR=bgcolor: #DACDD4] [TD] Sites internet complémentaires [/TD] [TD=bgcolor: #DACDD4][/TD] [/TR] [/TABLE] [/TD] [/TR] [/TABLE]
  2. Le Sud-Ouest Montréal SECOND PROJET DE RÉSOLUTION - DATE LIMITE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE : 19 NOVEMBRE 2007. SECOND PROJET DE RÉSOLUTION INTITULÉ : «RÉSOLUTION AUTORISANT CERTAINS USAGES COMMERCIAUX EN SOUS-SOL ET PERMETTANT L’AGRANDISSEMENT DE L’ÉDICULE POUR DES FINS D’ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE AU 620, AVENUE ATWATER – STATION DE MÉTRO LIONEL-GROULX.» 1. Objet du projet et demande d’approbation référendaire À la suite de l’assemblée publique de consultation tenue le 24 octobre 2007, le conseil de l’arrondissement a adopté le second projet de la résolution ci-dessus mentionnée lors de sa séance du 6 novembre 2007. L’objet du présent projet de résolution vise à autoriser, à certaines conditions, certains usages commerciaux en sous-sol (épicerie, librairie (journaux) et restaurant / traiteur) et permettre l’agrandissement de l’édicule pour des fins d’accessibilité universelle au 620, avenue Atwater (station de métro Lionel-Groulx). Ce second projet contient des dispositions qui peuvent faire l’objet d’une demande de la part des personnes intéressées de la zone visée et des zones contiguës afin qu’une résolution qui les contient soit soumise à leur approbation conformément à la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités. Une telle demande vise à ce que la résolution contenant de telles dispositions soit soumise à l’approbation des personnes habiles à voter de la zone à laquelle elle s’applique et de celles de toute zone contiguë d’où provient une demande valide à l’égard de la disposition.
  3. Une cure de jouvence autour du métro Frontenac Publié le 10 juin 2010 Emilie Russo L’arrondissement Ville-Marie mijote un plan de développement autour de la rue Ontario, qu’il soumettra en consultation publique cet automne. La Ville projette entre autres de développer les alentours de la station de métro Frontenac. « La force d'un secteur comme Frontenac, c'est le métro. On n'est pas du tout isolé, malgré ce qu'on pourrait croire. C'est éparse et dévitalisé, mais proche du centre-ville. Mais visuellement, on ne se sent pas attaché au centre-ville. L’objectif est de revaloriser le secteur », explique Pierre Gaufre, commissaire adjoint au développement pour l’arrondissement Ville-Marie. Sans dévoiler les détails du plan de la ville, M. Gaufre avance l’idée de créer une nouvelle place publique devant le centre commercial près de la rue Fullum. Les services de sports et loisirs seront aussi améliorés et la circulation automobile sera réduite. La Ville compte également exploiter le potentiel immobilier des terrains vacants autour de la rue Parthenais. Les orientations précises du développement envisagé par Ville-Marie ne seront dévoilées qu’à l’automne. http://www.faubourgvillemarie.ca/Actualites/Grands-dossiers/2010-06-10/article-1512602/Une-cure-de-jouvence-autour-du-metro-Frontenac/1
  4. Suite au dépot du PMAD, voici la proposition d'aménagement des environs de la gare de l'AMT de Candiac en secteur TOD pour les années à venir. Le plan d'ensemble Les hauteurs proposées Aménagements publics (Parcs, pistes cyclables...) La présentation complète http://www.ville.candiac.qc.ca/fckDocs/file/fr/nouvelles/2014/presentation_TOD.pdf
  5. Je vais déménager à Manhattan au mois d'Août. Je garde un pied-à-terre à Vancouver et reviens fréquemment à Montréal. Je viens de voir cette nouvelle toute fraiche. Je vais habiter tout juste à côté de Washington Square, et ce nouveau développement m'intéresse au plus haut point. J'esssaierai de vous en faire part régulièrement. Voici l'article du Wall Street Journal: First Look at NYU Tower Plan University Wants 38-Story Building on Village Site; Critics Fret Over Pei Design By CRAIG KARMIN New York University on Thursday expects to unveil its much-anticipated design plans for the proposed 38-story tower in Greenwich Village, one of the most ambitious projects in the school's controversial 25-year expansion plan. Before and after: The space between two towers designed by I.M. Pei, above, would be filled by a new tower, in rendering below, under NYU's plan. The tower, sight-unseen, is already facing backlash from community groups who say the building would interfere with the original three-tower design by famed architect I.M. Pei. Critics also say the new building would flood the neighborhood with more construction and cause other disruptions. The concrete fourth tower with floor-to-ceiling glass windows would be built on the Bleecker Street side of the site, known as University Village. It would house a moderate-priced hotel on the bottom 15 floors. The 240-room hotel would be intended for visiting professors and other NYU guests, but would also be available to the public. The top floors would be housing for school faculty. In addition, NYU would move the Jerome S. Coles Sports Center farther east toward Mercer Street to clear space for a broader walkway through the site that connects Bleecker and Houston streets. The sports complex would be torn down and rebuilt with a new design. Grimshaw Architects The plan also calls for replacing a grocery store that is currently in the northwest corner of the site with a playground. As a result, the site would gain 8,000 square feet of public space under the tower proposal, according to an NYU spokesman. NYU considers the new tower a crucial component of its ambitious expansion plans to add six million square feet to the campus by 2031—including proposed sites in Brooklyn, Governors Island and possibly the World Trade Center site—in an effort to increase its current student population of about 40,000 by 5,500. The tower is also one of the most contentious parts of the plan because the University Village site received landmark status in 2008 and is home to a Pablo Picasso statue. The three existing towers, including one dedicated to affordable public housing, were designed by Mr. Pei in the 1960s. The 30-story cast-concrete structures are considered a classic example of modernism. Grimshaw Architects, the New York firm that designed the proposed tower, says it wants the new structure to complement Mr. Pei's work. "It would be built with a sensitivity to the existing buildings," says Mark Husser, a Grimshaw partner. "It is meant to relate to the towers but also be contemporary." Grimshaw Architects NYU says the planned building, at center of rendering above, would relate to current towers. He said the new tower would use similar materials to the Pei structures and would be positioned at the site in a way not to cut off views from the existing buildings. Little of this news is likely to pacify local opposition. "A fourth tower would utterly change Pei's design," says Andrew Berman, executive director of the Greenwich Village Society for Historic Preservation. He says that Mr. Pei designed a number of plans about the same time that similarly featured three towers around open space, such as the Society Hill Towers in Philadelphia. Watch a video showing a rendering of New York University's proposed 38-story tower, one of the most ambitious projects in the university's vast 2031 expansion plan. The tower would be located near Bleecker Street in Manhattan. Video courtesy of Grimshaw Architects. Residents say they fear that the new tower would bring years of construction and reduce green spaces and trees. "We are oversaturated with NYU buildings," says Sylvia Rackow, who lives in the tower for public housing. "They have a lot of other options, like in the financial district, but they are just greedy." NYU will have to win permission from the city's Landmark Commission before it can proceed. This process begins on Monday when NYU makes a preliminary presentation to the local community board. Jason Andrew for the Wall Street Journal NYU is 'just greedy,' says Sylvia Rackow, seen in her apartment. Grimshaw. While the commission typically designates a particular district or building, University Village is unusual in that it granted landmark status to a site and the surrounding landscaping, making it harder to predict how the commission may respond. NYU also would need to get commercial zoning approval to build a hotel in an area designated as residential. And the university would have to get approval to purchase small strips of land on the site from the city. If the university is tripped up in getting required approvals, it has a backup plan to build a tower on the site currently occupied by a grocery store at Bleecker and LaGuardia, which would have a size similar to the proposed tower of 270,000 square feet. http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704198004575311161334409470.html?mod=WSJ_hpp_MIDDLENexttoWhatsNewsForth
  6. http://www.boma-quebec.org/details-autres/2016-04-19/montrEal-6e-edition-le-montrEal-du-futur MONTRÉAL - 6e édition - LE MONTRÉAL DU FUTUR® <section class="news events details module block" style="box-sizing: border-box;"><article class="event-article" style="box-sizing: border-box;"> <header class="news-header event-header content" style="box-sizing: border-box; line-height: 1.8em;">19 avr. 2016 au 25 avr. 2016</header>La Grande-Place du complexe Desjardins Quartier des Spectacles, Montréal Téléchargez le plan de visibilité ici </article></section>
  7. Tiré de Portail Constructo Pour plus de détails, voir le site de la CCN Consultez le plan (PDF)
  8. Quebec climbs to 6th spot in Fraser Institute's mining survey Peter Hadekel PETER HADEKEL, SPECIAL TO MONTREAL GAZETTE More from Peter Hadekel, Special to Montreal Gazette Published on: February 24, 2015Last Updated: February 24, 2015 6:31 AM EST A newly constructed bridge spans the Eastmain river in northern Quebec on Thursday October 03, 2013. The bridge leads to Stornaway Diamond's Renard mine and Camp Lagopede. They are located about 800 kms north of Montreal, on the shore of lake Kaakus Kaanipaahaapisk. Pierre Obendrauf / The Gazette SHARE ADJUST COMMENT PRINT After tumbling in the rankings in recent years, Quebec has re-established itself as one of the world’s most attractive mining jurisdictions, according to the Fraser Institute’s annual survey of the mining industry made public Tuesday. The province jumped to sixth spot in the 2014 rankings for investment attractiveness after finishing 18th the year before. The survey rated 122 jurisdictions around the world “based on their geological attractiveness and the extent to which government policies encourage exploration and investment.” Quebec sat on top of the international rankings from 2007 to 2010 but then dropped as industry perceptions of the province turned negative. Increased red tape, royalty hikes and uncertainty surrounding new environmental regulations all took their toll. But a change of government in Quebec seems to have helped turn those perceptions around. “The confidence mining executives now have in Quebec is due in part to the province’s proactive approach to mining policy and its Plan Nord strategy to encourage investment and mineral exploration in northern Quebec,” said Kenneth Green, the Fraser Institute’s senior director of energy and natural resources. The Liberal government under Philippe Couillard breathed new life into the Plan Nord after taking over from the previous Parti Québécois administration, which had been noticeably cool to the plan first proposed by former Liberal premier Jean Charest. While uncertainty surrounding mineral prices has held back new investment in Quebec, the Liberals have pledged to push the Plan Nord strategy by improving transportation infrastructure and making direct investments where needed. Reflecting the improved mood, an index measuring policy perception places Quebec 12th in the world, up from 21st in 2013. However, Quebec got a black eye in the mining community over its handling of the Strateco Resources Inc. uranium mine, which has been repeatedly delayed. A moratorium was imposed on all uranium exploration permits, which the industry saw as an arbitrary and unnecessary action that devastated junior explorers. As well, the Fraser Institute’s Green noted that in Ontario and British Columbia uncertainty surrounding First Nations consultations and disputed land claims should serve as “a stark lesson for Quebec. Above all, mining investment is attracted when a jurisdiction can provide a clear and transparent regulatory environment.” Finland finished first overall in this year’s survey of 485 mining executives from around the world. Exploration budgets reported by companies participating in the survey totalled US$2.7 billion, down from US$3.2 billion in 2013. Despite its strong performance, Quebec was edged out by two other Canadian provinces: Saskatchewan finished second and Manitoba fourth. A strong Canadian showing included eighth spot for Newfoundland and Labrador and ninth for Yukon. The mining industry has been hampered by a lack of financing for exploration as well as continued uncertainty over future demand and prices. The report found an overall deterioration in the investment climate around the world. There is “a stark difference between geographical regions; notably the divide between Canada, the United States and Australia and the rest of the world.” [email protected] sent via Tapatalk
  9. http://www.citylab.com/politics/2014/07/paris-wants-landlords-to-turn-vacant-office-space-into-apartmentsor-else/374388/ Paris Wants Landlords to Turn Vacant Office Space Into Apartments—Or Else The city has a surplus of empty commercial buildings that could better serve as residences. And it plans to fine owners who don't convert. FEARGUS O'SULLIVAN <figure class="lead-image" style="margin: 0px; max-width: 620px; color: rgb(0, 0, 0); font-family: Oxygen, Helvetica, Arial, sans-serif; font-size: 17px;"><figcaption class="credit" style="color: rgb(153, 153, 153); font-size: 0.82353em; text-align: right;">Justin Black/Shutterstock.com</figcaption></figure>Leave your office space unrented and we’ll fine you. That’s the new ruledeclared by the city of Paris last week. Currently, between six and seven percent of Paris' 18 million square meters of office space is unused, and the city wants to get this vacant office space revamped and occupied by residents. The penalties for unrented space will be as follows: 20 percent of the property’s rental value in the first year of vacancy, 30 percent in the second year and 40 percent in the third year. The plan is to free up about 200,000 square meters of office space for homes, which would still leave a substantial amount of office space available should demand pick up. The city insists that, while the sums involved are potentially large, this isn’t a new tax but an incentive. And, if it has the right effect in getting property re-occupied, may end up being little-used. Landlords' groups are taking the new plan as well as can be expected. They’ve pointed out that, while the cost of the fines might be high, it could still cost them less to pay them than to convert their properties to homes. According to a property investor quoted in Le Figaro, the cost of transforming an office into apartments can actually be 20 to 25 percent more expensive than constructing an entirely new building. Many landlords might be unwilling or unable to undertake such a process and thus be forced to sell in a market where, thanks to a glut of available real estate, prices are falling. There is also the question of how easy the law will be to enforce: Landlords could rent out vacant properties at a token rent simply to avoid the vacancy fine. <aside class="pullquote instapaper_ignore" style="font-family: Bitter, Georgia, 'Times New Roman', serif; font-size: 2.11765em; line-height: 1.05556; border-top-width: 5px; border-top-style: solid; border-top-color: rgb(0, 0, 0); border-bottom-width: 1px; border-bottom-style: solid; border-bottom-color: rgb(0, 0, 0); padding: 25px 0px; margin: 30px 0px;">As Paris becomes a laboratory for new legislation to make homes more plentiful and affordable, other European cities would do well to watch it carefully. </aside>It’s too early to see if these predictions will come true, but past experience in smaller French property markets suggests it won’t. The fines have already been introduced elsewhere in France: in the country’s fourth city of Lille (governed by the Socialist party) and in the Parisian satellite town of St Quentin-en-Yvelines (governed by the right wing UMP). So far, neither has experienced a legislation-exacerbated property slump. It’s also fair to point out that Paris is asking for a round of belt tightening from pretty much every group involved in the city’s real estate. The new levy is part of a plan announced last month that will also pressure state and semi-public bodies to release Parisian land for home building. Paris has some fairly large reserves of this, including space currently owned by the state health authority, by the national railway network and by the RATP—Paris’ transit authority, on whose unused land alone 2,000 homes could be built. In the meantime, stringent planning laws are also being relaxed to cut development costs for office converters. They will no longer, for example, be obliged to provide parking spaces for new homes, as they had been until the law change. Finally, starting next year, landlords will get an incentive to rent their properties to financially riskier lower-income tenants by having their rents and deposits guaranteed by a new intermediary, a public/private agency called Multiloc. Coming on top of laws that have relaxed building-height restrictionson the Paris periphery, it’s clear that, for Paris developers and landowners, there’s a decent ratio of carrot to stick. But will it all work? At the very least, Paris deserves recognition for being proactive, especially on a continent where many cities’ grip on the property sector is floundering. Berlin has recently had major new homebuilding plansrejected by residents (for good reason—they were due to get a bad deal), while the U.K.’s number of newly built homes has actually gone down, despite property prices continuing to rise sharply. As Paris becomes a laboratory for new legislation to make homes more plentiful and affordable, other European cities would do well to watch it carefully. (Photo credit: Justin Black/Shutterstock.com)
  10. http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/405732/grand-montr GRAND MONTRÉAL Une Trame verte et bleue s’inscrira dans le territoire 17 % des milieux naturels seront protégés 19 avril 2014 |Jacinthe Leblanc | Actualités sur l'environnement Ce texte fait partie d'un cahier spécial. Le Devoir L’idée d’une ceinture verte dans la grande région de Montréal ne date pas d’hier. À plusieurs reprises, des citoyens, des élus, des groupes ont demandé la protection de territoires définis. Par la mise sur pied de cinq projets d’envergure en collaboration avec les municipalités et des groupes environnementaux, la Communauté métropolitaine de Montréal donne un coup d’envoi à la réalisation d’une Trame verte et bleue à la grandeur de son territoire. À la suite de consultations publiques tenues en 2011, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a adopté le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), en vigueur depuis 2012. Il y a, dans ce plan, la Trame verte et bleue (TVB), qui s’inspire grandement du concept de la ceinture verte, signale d’ailleurs Geneviève Bédard, conseillère en recherche pour le service environnement de la CMM. Dans l’essentiel, la Trame a un objectif de conservation et de protection de la biodiversité dans la région métropolitaine, explique Mme Bédard, à des fins récréotouristiques. La TVB se limite au territoire couvert par les 82 municipalités composant le Grand Montréal. À la demande de la population et des élus, le PMAD s’est collé aux objectifs de Nagoya, soit de protéger 17 % des milieux naturels sur son territoire d’ici 2017. Selon les données de 2010, déjà 9,6 % du territoire de la CMM sont inscrits au registre des aires protégées du gouvernement du Québec. Les aires protégées, les bois et corridors forestiers, les milieux humides, les rives et littoraux, et les paysages et le patrimoine bâti d’intérêt pour la métropole constituent les milieux naturels à protéger. Protéger le milieu terrestre Lorsqu’il est question de protéger les milieux aquatiques comme l’accès aux plans d’eau et aux rives, les gens embarquent rapidement et facilement dans les projets, constate Geneviève Bédard. Par contre, ceux-ci tendent à être plutôt réticents lorsqu’on parle du milieu terrestre comme la protection des bois et des milieux humides. Mais selon madame Bédard, la tendance semble changer tranquillement au sein de la société. C’est pourquoi cinq projets orientés vers la trame verte sont en cours. On parle ici du parc de la rivière des Mille-Îles, d’un sentier cyclable et pédestre reliant Oka et à Mont-Saint-Hilaire en passant par les différents parcs nationaux présents, d’un parc-plage du Grand Montréal et de deux corridors forestiers, celui du mont Saint-Bruno et celui de Châteauguay-Léry. De l’avis de Geneviève Bédard, « il était nécessaire d’avoir des projets concrets sur le territoire, et pas seulement de grands objectifs de protection et de conservation ». Ces projets s’inscrivent dans ce sens et font partie du plan d’action du PMAD. Le rôle de la CMM, précise Geneviève Bédard, est de coordonner et d’assurer la répartition du financement des différents projets de la Trame verte et bleue. À ce sujet, en janvier 2013, un investissement de 150 millions a été annoncé afin d’aider la réalisation des cinq projets ciblés. Cet investissement est réparti entre le gouvernement provincial, la CMM et les villes composant la CMM à la hauteur de 50 millions chacun. C’est un peu le pari que tient la CMM. En favorisant l’accès à des lieux de détente et de récréotourisme, les citoyens se réapproprieront l’espace, sortiront de chez eux et bougeront plus, pense Mme Bédard. Ils en deviendront par le fait même les meilleurs gardiens. Avec des citoyens en quête de plein air et sans devoir faire plusieurs heures de transport, le Plan métropolitain et la Trame verte et bleue semblent être arrivés au bon moment. Pour la CMM, il est donc important de pouvoir redonner un peu de nature aux citoyens. Et pour convaincre le plus de gens possible d’embarquer dans la TVB, le mieux, c’est d’en parler. Au-delà du récréotourisme Le territoire de la CMM est zoné agricole à 58 % et protégé en vertu de la Loi sur la protection du territoire agricole. À ce moment-ci, les MRC doivent faire leur plan de développement, et elles doivent tenir compte des objectifs de la Trame verte et bleue, mentionne Geneviève Bédard. « Intégrer les producteurs agricoles dans le développement et la mise sur pied de la TVB devient ainsi un incontournable. Et de plus en plus, souligne-t-elle, cela se fait dans le respect du travail de chacune des parties. » Pour le projet de la piste cyclable, un aspect pratique et utilitaire s’en dégage. En plus de relier le parc d’Oka au parc du Mont-Saint-Hilaire, le projet permettra de compléter certains tronçons manquants. Il servira aussi de prétexte pour améliorer le réseau cyclable à plusieurs endroits. Il sera plus facile et sécuritaire pour les cyclistes de se déplacer. Une intéressante collaboration De plus en plus, remarque-t-elle, il y a une collaboration qui s’installe entre les municipalités et les groupes environnementaux. Au cours des années, ces derniers ont développé une expertise et une connaissance de leur milieu, et plusieurs d’entre eux se sont professionnalisés. Geneviève Bédard souligne que ces collaborations deviennent efficaces avec les années. En effet, il semble reconnu que ceux à même de parler de certains territoires sont ceux qui les habitent. Par ailleurs, Geneviève Bédard observe qu’« avec la sensibilisation aux enjeux environnementaux et de conservation au sein des élus municipaux, il est plus facile de protéger les différents milieux naturels et d’en rendre une bonne part accessible au public ».
  11. http://www.newswire.ca/fr/news-releases/elaboration-dun-plan-local-de-deplacements-au-centre-ville-525757551.html
  12. Suite à une demande spéciale, j'ai scanné une carte du centre-ville de Montréal publiée le 3 juillet 1992 par l'hebdo Habitabec (qui s'en souvient ?), dans le cadre du 350e anniversaire de la ville. Étant donné la taille de la carte et la lourdeur des documents scannés, je vous met en pièces jointes la carte divisée en 4 secteurs, et une version globale assemblée. Et vu la limite permise sur MtlUrb, j'ai dû réduire le format et donc l'image est moins claire. Secteur N-O Secteur N-E Secteur S-O Secteur S-E Plan global
  13. On vient de me recommander ce livre; sûrement qu'il y en aura ici qui seront intéressés... The Endless City At the turn of the twenty-first century, the world is faced with an unprecedented challenge. It must address a fundamental shift in the world’s population towards the cities, and away from mankind’s rural roots.Over the course of two years, a group of internationally renowned professionals from a variety of different disciplines and backgrounds gathered together in six world cities to take stock of the new urban condition and to offer an approach to dealing with it. The Urban Age conferences – organised by the London School of Economics and Political Science and Deutsche Bank’s Alfred Herrhausen Society – centred on six very different cities. In Shanghai and Mexico City, the urban population is experiencing rapid growth and change,while Berlin is coming to terms with shrinking expectations.The result was a sometimes passionate, always challenging and informed debate on how architects, urbanists, politicians and policy makers can constructively plan the infrastructure and development of the endless city, to promote a better social and economic life for its citizens. 34 contributors from across Europe, South America, China, Africa and the U.S. set the agenda for the city – detailing its successes as well as its failures. Authoritatively edited by Ricky Burdett and Deyan Sudjic, The Endless City presents the outcome of this pioneering initiative on the future of cities. It has a follow-up volume called Living in the Endless City (2011). http://lsecities.net/publications/books/the-endless-city/
  14. Green Mobility: A Tale of Five Canadian Cities Un article très intéressant de SustainableCitiesCollective..... qui parle de Montréal, Toronto, Vancouver, Ottawa et Calgary. Il y a plein de tableau qui montre le taux d'usager du transport-en-commun dans les villes, de densité, l'usage de l'automobile, type de logement, etc... À voir! Montreal is the largest city of the province of Quebec and the second largest city of Canada. It is located on the island of Montreal and is well known as one of the most European-like cities in North America and as a cycling city. It is also famous for its underground city and its excellent shopping, gourmet food, active nightlife and film and music festivals. Montreal's public transit consists of a metro and bus network, paratransit service for people with functional limitations, and the public taxi, which is a form of transport provided in low-density areas where it is not possible to establish regular bus services, according to the Sociéte de Transport de Montréal. Five commuter rail lines connect downtown Montreal with 83 municipalities in the Montreal metropolitan region, according to L'Agence métropolitaine de transport de la région de Montréal; and the 747 bus line links several downtown metro stations with Pierre Trudeau International Airport. A bus shuttle service links the same airport with the VIA Rail train station in Dorval, a suburb of Montreal. Public transportation is considered as Montreal's preferred transportation mode for the future. And in order to encourage the use of transit, the City's Master Plan aims to intensify real-estate development near metro and commuter train stations, as well as certain public transportation corridors, according to City of Montreal Master Plan. The modal share of transport on the Island of Montreal is expected to change from 2008 to 2020 as follows: car only from 48% to 41%, public transit from 32% to 37%, active transportation (walking and biking) from 15% to 18%, and other motorized modes of transport from 5% to 4%, according to the STM's Strategic Plan 2020. Montreal has nearly 600 kilometres of dedicated bikeways, according to Tourisme-Montreal. And Quebec Cycling, a non-profit organization, runs two programs designed to promote the use of active transportation in the city. The first, "Operation Bike-to-Work" supports employees who want to cycle to work and employers who want to encourage their employees to cycle to work. The second, "On-foot, by bike, active city" promotes active and safe travel in municipalities —especially near schools— to improve health, the environment and the well-being of citizens, according to Vélo Québec http://sustainablecitiescollective.com/luis-rodriguez/200096/green-mobility-tale-five-canadian-cities
  15. Montréal a trouvé preneur pour la partie sud de l'îlot de la Cité du commerce électronique, au centre-ville. L'acquéreur, l'homme d'origine syrienne Bachar Ghreiwati, paie comptant 12,25 millions à la Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM) au terme d'un appel d'offres public pour vendre les immeubles du 977, rue Lucien-L'Allier et du 1000, rue de la Montagne, au centre-ville. L'autre soumissionnaire était Broccolini, qui se proposait de racheter le tout pour 2,5 millions. La SHDM, antérieurement la Société de développement de Montréal, était la mandataire du gouvernement et de la Ville dans ce projet en 10 phases de la Cité du commerce électronique. Le bras immobilier de la Ville a acquis les terrains et devait les céder par emphytéose au promoteur. Finalement, seulement deux phases ont été réalisées. La Société détenait toujours deux immeubles qui n'ont pas été démolis puisque la phase 3 ne s'est jamais matérialisée. Avec le fruit de la vente, la SHDM remboursera un prêt rotatif contracté auprès de la Caisse centrale Desjardins dont le solde s'élève à 6,4 millions. L'acheteur était représenté par le courtier Groupe immobilier Premium. Au téléphone, son président Fouad El-Dick a affirmé que son client est actif sur la scène immobilière à Montréal depuis six ans déjà. Il soutient qu'il y possède plusieurs propriétés, sans indiquer lesquelles. M. Ghreiwati détient des immeubles à Los Angeles également. «Le ministère des Finances a procédé aux investigations nécessaires à l'égard de l'acheteur et accepte la transaction», lit-on dans les documents de la Ville. Selon une évaluation de la firme Poisson Prud'homme, réalisée en 2010, la valeur marchande de la propriété atteint près de 9,5 millions, tandis que l'évaluation municipale se chiffre à 6 millions. Les frais de décontamination sont évalués à 1 million. Dans l'acte de vente, l'acquéreur s'engage à déposer un plan de réhabilitation environnementale et un plan de démantèlement du bâtiment sur Lucien-L'Allier au ministère du Développement durable, dans des délais à convenir entre eux. La vente n'est assujettie à aucune condition de développement. Le zonage en vigueur permet les usages commercial, résidentiel ou immeubles de bureaux... http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201301/03/01-4607977-montreal-realise-deux-ventes-importantes-dans-la-cite-du-commerce-electronique.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO4_la_2343_accueil_POS4
  16. Toronto, le 19 novembre 2010 2010-109 Le ministre des Finances tient des consultations à Toronto sur la prochaine phase du Plan d’action économique du Canada L’honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, a tenu aujourd’hui à Toronto une séance de consultations auprès de dirigeants d’entreprises, dans le cadre d’une série de discussions avec les Canadiennes et les Canadiens visant à déterminer comment le Plan d’action économique du Canada continuera à façonner l’avenir économique du pays par l’entremise du budget de 2011. « Les gens ont des préoccupations au sujet de l’économie, de l’emploi et du budget de leur ménage, a déclaré le ministre Flaherty. Nous désirons entendre les points de vue des Canadiens sur la prochaine phase de notre plan d’action économique, qui sera axée sur la consolidation de la reprise et le retour à l’équilibre budgétaire. » Ces consultations sur le Plan d’action économique serviront de complément aux plus vastes consultations économiques que le premier ministre et les députés mènent à la grandeur du pays pour entendre la population canadienne. Les consultations du ministre prévoient une série de tables rondes avec des Canadiens émérites, des discussions continues avec les membres du Conseil consultatif sur l’économie, et des rencontres de discussion ouverte. Dans le cadre des efforts déployés pour recueillir une large gamme d’opinions, le gouvernement entreprend également aujourd’hui des consultations en ligne. Les personnes intéressées peuvent soumettre leurs observations à l’adresse Internet suivante : http://www.fin.gc.ca/prebudget-prebudgetaire/1-fra.asp. Le gouvernement désire que les Canadiens répondent à quelques questions, dont les suivantes : * L’économie du Canada est dans la bonne voie – nous sommes bien partis pour assurer la reprise économique et l’équilibre budgétaire. Mais l’économie mondiale est fragile et beaucoup trop de Canadiens sont encore à la recherche d’un emploi. Quelles sont les mesures n’entraînant pas de coûts supplémentaires ou n’ayant aucune incidence financière que le gouvernement fédéral devrait prendre dans le prochain budget pour créer des emplois et promouvoir la croissance économique, et ce, sans mettre de côté son objectif d’atteindre l’équilibre budgétaire? * Le Canada est sur la bonne voie pour atteindre l’équilibre budgétaire en 2015‑2016. Ce délai est-il approprié? Le gouvernement fédéral devrait-il essayer de parvenir plus tôt à l’équilibre? Le délai devrait-il être reporté? * Le gouvernement devrait toujours gérer judicieusement l’argent des contribuables afin d’en assurer l’optimisation. Le gouvernement veille toujours à contenir les dépenses. Il veille aussi à ce que celles-ci soient effectuées de la manière la plus efficiente et la plus efficace possible. Selon vous, quels sont les secteurs où le gouvernement fédéral peut accroître son efficience et son efficacité? * Quelles devraient être les priorités du Canada à court et à long terme en vue de favoriser la croissance du secteur privé et le leadership dans le domaine de l’économie? Le gouvernement demande aussi aux Canadiens de lui faire part de toutes les idées qu’ils jugent dignes d’être mentionnées. « Les commentaires que nous recevrons nous seront d’une grande utilité pour préparer le prochain budget fédéral ainsi que notre programme économique et financier », a ajouté le ministre Flaherty.
  17. Les deux mains sur le volant Il y a deux ans, Jean Charest demandait un mandat pour «diriger le Québec dans cette période de tempête économique». En des temps si sombres, a-t-il répété en campagne électorale, il faut un gouvernement majoritaire, qui a «les deux mains sur le volant». Où en sommes-nous aujourd'hui? Si l'on en croit le Parti québécois, les deux dernières sessions parlementaires ont été «catastrophique» (11 juin 2010) et «désastreuse» (10 décembre 2010), tandis que le Québec serait «paralysé». Il est vrai que dans certains domaines, le gouvernement Charest a fait preuve d'une maladresse devenue caractéristique. Toutefois, dans le dossier suprêmement important de l'économie, on ne peut rien reprocher aux libéraux. Certes, quand l'économie va bien, on en parle peu. Pourtant, les Québécois devraient réaliser à quel point sur ce plan, ils sont privilégiés. Selon les données publiées vendredi dernier par Statistique Canada, il s'est créé plus de 100 000 emplois dans la province au cours de l'année 2010. Comme le soulignait samedi notre collègue Rudy Le Cours, une telle performance s'est vue seulement quatre fois au cours des trois dernières décennies. Non seulement le Québec a-t-il récupéré le nombre d'emplois perdus pendant la crise économique; on y compte aujourd'hui presque 70 000 emplois de plus qu'avant la récession. Ces données font du Québec en particulier, et du Canada en général, un endroit privilégié sur la planète. Aux États-Unis, seulement un huitième (1/8) des 8,4 millions d'emplois perdus pendant la crise ont été récupérés. En France, le taux de chômage frôle les 10% (7,6% au Québec); en Irlande, il est de 14%, en Espagne, de 20%. Quelle part de cette bonne fiche revient au gouvernement Charest? Pas la plus grande. Quoiqu'on en pense, les gouvernements ont une influence limitée sur la conjoncture économique. Cela dit, le gigantesque plan d'infrastuctures lancé (par hasard) juste avant la récession a beaucoup aidé la province à limiter l'impact de la crise mondiale sur l'emploi. La présence de ministres économiques très compétents (Raymond Bachand, Clément Gignac) n'a certainement pas nui dans certains dossiers. Pour le reste, le Québec a surtout profité de la hausse des prix des matières premières. Dans le secteur minier, par exemple, les investissements ont presque doublé au cours des cinq dernières années. Heureusement, on n'a pas réclamé de moratoire sur l'exploitation des gisements d'or et de fer... Le gouvernement Charest a tort de refuser de tenir l'enquête sur la corruption. Cela seul justifie-t-il le niveau record d'insatisfaction enregistré par les sondages? Nous ne le croyons pas. En tout cas, au cours des prochains mois, en plus de dénoncer à tout vent, les partis d'opposition devraient expliquer comment ils comptent s'y prendre pour que l'économie québécoise continue de tirer son épingle du jeu.
  18. Île-des-Soeurs: des logements pour remplacer de vieux entrepôts Martin Croteau La Presse (Montréal) Une rangée de vieux entrepôts qui longe la rive ouest de L'Île-des-Soeurs pourrait bientôt faire place à un vaste ensemble résidentiel. L'arrondissement de Verdun vient de réviser son plan d'urbanisme, ouvrant la porte à un complexe de logements locatifs le long du chemin du Golf. Si le projet va de l'avant comme prévu, les vieux bâtiments industriels feront place à un ensemble d'immeubles allant de 4 à 12 étages et qui comprendraient environ 900 logements. Le Groupe Canvar, qui a déjà réalisé plusieurs immeubles résidentiels et commerciaux à Montréal, a acquis les terrains. «C'est un projet qui est très avancé», a indiqué le maire de l'arrondissement de Verdun, Claude Trudel, en entrevue la semaine dernière. Le promoteur a entamé des démarches auprès de l'arrondissement il y a plusieurs années. Il a également mené plusieurs consultations auprès des résidants du secteur. «Il a fait des consultations privées avec les gens qui, théoriquement, auraient pu être les plus dérangés par ce projet, a expliqué le maire Trudel. Nous avons eu des exigences: vue sur le fleuve, récupération de terrains, récupération des berges.» Le projet était en effet plus vaste à l'origine. Canvar l'a réduit afin de préserver le panorama sur le centre-ville. L'arrondissement en profitera pour acquérir une partie des berges afin d'y aménager un espace vert. Il compte aussi bâtir une place publique sur le terrain. Les immeubles industriels qui longent le chemin du Golf se trouvent à un jet de pierre d'un quartier résidentiel. Ils sont aussi bordés par d'importants immeubles en copropriété. Le maire Trudel souhaitait depuis longtemps retaper le secteur afin de mieux l'intégrer au quartier. «S'il n'y a pas de projet qui se réalise là, le promoteur va compléter son offre industrielle et augmenter le nombre d'entrepôts», a-t-il d'ailleurs indiqué. Pas encore de feu vert En modifiant son plan d'urbanisme, le conseil de l'arrondissement de Verdun n'a pas officiellement donné le feu vert au promoteur pour mettre son projet en chantier. Le nouveau plan doit encore être entériné par la ville centre l'an prochain. Il sera ensuite intégré au plan de zonage, qui dicte les grandes orientations des autorités face au lotissement dans les prochaines années. On ignore quand pourrait avoir lieu la mise en chantier. Le Groupe Canvar n'a pas rappelé La Presse Affaires pour discuter de son projet. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/immobilier/201012/13/01-4351761-ile-des-soeurs-des-logements-pour-remplacer-de-vieux-entrepots.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS4 IL y a une photo de disponible si vous aller consulter l'article original.
  19. http://www.westislandgazette.com/news/28915 Dorval considering options for major facelift City wants public input on its draft of master urban plan Albert Kramberger The Gazette Wednesday, March 14, 2012 The city of Dorval is looking to make a few changes in how it looks - everything from revitalizing its waterfront to giving Dorval Ave. a facelift. The next step in preparing a new sustainable master urban plan is a public consultation set for March 26. The city has prepared a draft of its master plan, a general statement of the direction the city should follow over the next two decades regarding development, zoning and quality of life concerns as well as promoting and encouraging "greener" options. It now hopes to gauge input from citizens before adopting the formal version later this fall, said Mayor Edgar Rouleau. Among its proposals, the city aims to make its waterfront along Lake St. Louis more user-friendly and animated, possibly installing outdoor exercise equipment at Millennium Park. As well, it will consider purchasing select private lands near existing cityowned sites, like the Forest and Stream Club, should they ever come on the market, the mayor said. "There are sites along Lakeshore that may, in five or 10 years, become available and the council should at that time evaluate if it's worthwhile to acquire," Rouleau said of potentially adding to publicly owned space along the lake. "Is it going to expensive? As you know, yes." While the city is also looking at encouraging highdensity residential develop-ment, especially around the Pine Beach and Dorval train stations and along Bouchard Blvd., it will have to be measured in light of respecting the single-family home residential character in much of the city. There is also a goal to reverse an aging demographic trend by attracting young families and immigrants, the latter of which are expected to account for more than 30 per cent of Dorval's population by 2024. As of 2011, Dorval had about 18,615 residents and approximately 8,000 households, with an additional 2,000 housing units envisioned by the city within a decade, including more affordable housing. "Residents want the population to increase, but they don't want to lose that residential sector that we have," Rouleau said. "We're not going to change that, except those few big lots we have, like the one at the corner of De la Presentation and Lakeshore, which will soon be developed," he said. The city also aims to revitalize the commercial area on Dorval Ave. and make it more attractive. For example, by allowing outdoor terraces, and making it safer for both pedestrians and cyclists. A study has already been commissioned to prepare some proposals, the mayor said. "We want it more friendly, but the challenge is that we cannot widen the road," Rouleau said of Dorval Ave. "Whatever we extend, we have to take it from somewhere else. Right now it's two lanes each way with an island in the middle and sidewalks on both sides," he said, adding that perhaps the avenue could be reduced to one lane in each direction with a narrow median strip to allow for something like a bike path.
  20. Je sais pas si cela a déja été mis ici, mais une carte du plan de TEC tel qu'imaginé en 1981 Courtoisie de ce site http://www.montrain.ca/
  21. Bon, on a finalement perdu notre titre. *************************** Ville intérieure Le Montréal souterrain peu accessible Agence QMI Charles Lecavalier 09/12/2011 03h58 MONTRÉAL – L’absence d’un plan directeur de développement de la ville intérieure, un immense réseau piétonnier de 32 kilomètres au centre-ville de Montréal, nuit à son accessibilité, à sa qualité et rend son parcours incohérent, selon un spécialiste qui étudie le sujet depuis plus de 20 ans. « Le problème c’est que le réseau est un assemblage de petits bouts de corridors qui appartiennent à des propriétaires différents. Il n’y a pas de vision d’ensemble », déplore Michel Boisvert, directeur de l’Observatoire de la ville intérieure depuis 2002 et auteur du livre Montréal et Toronto. Villes intérieures, publié en juin dernier. Ce dernier ne croit pas que le Montréal souterrain puisse relever le défi de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite sans un leadership fort. « Il n’y a pas de porteur de ballon, a-t-il dit. Personne qui peut aller à Québec pour chercher des subventions. On se retrouve devant des aberrations. » Ainsi, la station Bonaventure possède un ascenseur installé par la STM entre le niveau quai et la billetterie, mais n’offre ni d’accès au Montréal souterrain, ni à la surface. Impossible donc de se rendre à la gare Centrale ou la Place Ville-Marie en fauteuil roulant, un véritable non-sens. La Ville pointée du doigt « C’est un non-sens, a ajouté celui qui a enseigné l’économie urbaine à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal durant 32 ans. Le Quartier des Spectacles, c’est l’endroit de l’heure à Montréal. Il y a eu des tonnes d’investissements. Pourtant, rien n’a été fait pour rendre accessibles les galeries souterraines qui parcourent le Complexe Desjardins et la Place-des-Arts. » M. Boisvert n’a pas hésité à pointer la Ville de Montréal du doigt pour cette absence de cohérence. « Ça fait 20 ans qu’on attend un plan directeur, a-t-il souligné. Et là, Toronto va nous battre de vitesse. La Ville avait promis un plan directeur en 2004, lors du dépôt du plan d’urbanisme. Même chose en 1992. Il y a un mois et demi, je leur ai proposé mes services et on m’a bien fait comprendre que ce n’est pas du tout dans leurs priorités. » La situation est bien connue des associations de défense des personnes à mobilité réduite. « Le Montréal souterrain n’est pratiquement pas accessible. Nous sommes encore en face d’un réseau incohérent », a expliqué Laurence Parent, vice-présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ). Près de 15 % des Québécois sont considérés à mobilité réduite, une proportion qui va augmenter avec le vieillissement de la population, selon le RAPLIQ. De son côté, l’administration Tremblay se dit fière du réseau qui existe, mais admet candidement qu’un plan directeur ne fait pas partie de ses priorités. Toronto en avance La Ville de Toronto a mis fin jeudi à la période de consultation publique subséquente à la publication de la première version du premier plan directeur du PATH, le réseau souterrain de la Ville-Reine, identifié par le livre Guiness des records comme le plus étendu du monde. Toronto reconnaît que le développement anarchique du sous-sol a créé « des itinéraires tortueux, des dimensions variables, des normes de conceptions manquantes, des liens absents et des occasions perdues », peut-on lire dans le document préliminaire. Le plan directeur torontois planifie l’installation de rampes d’accès et d’ascenseurs dans les parties les plus vieilles du réseau ainsi qu’une nouvelle signalisation avec des couleurs vives, idéale pour une population vieillissante.
  22. I have an idea...lets keep the status quo. By Nicolas Van Praet Montreal • Forget Newfoundland, derided for decades as the fish-dependent fiscal laughingstock of Canada. Another province is swiftly climbing the ranks of the penniless: Quebec. Quebecers will displace their fellow countrymen as the poorest Canadians if current income and purchasing power trends continue, according to a new study released Tuesday by Montreal’s HEC business school. The stark outlook underscores the urgency for Canada’s second-largest province to fix its structural problems and lends weight to arguments that its untapped natural resources should be developed. Related “Compared to the rest of the country, Quebec has a real revenue problem,” says Martin Coiteux, an economist who wrote the study for the HEC’s Centre for Productivity and Prosperity. Unless the province begins an honest, nothing-off-limits self-examination, “it runs the risk of finding itself last among Canadian provinces with respect to income and standard of living.” It’s the trend lines that should be worrying Quebecers, Mr. Coiteux said. The income gap is widening between Quebec and Canada’s richest provinces while it is shrinking with the poorest. Over a 31-year period from 1978 to 2009, every region of Canada gained on income against Quebec, according to the study. Buoyed by revenues from offshore oil, Newfoundland has bridged the income gap with Quebec to within $3,127 per adult as of 2009. Ontario’s income was $9,853 higher per adult that year while Alberta’s was $17,947 higher. That in itself is problematic for Quebec. But the HEC research also shows that one of the key things that made living in Quebec so attractive, namely the lower cost of living compared with other big provinces, is also rapidly changing. While it remains cheaper to buy consumer goods like food, gasoline and haircuts in Quebec than most other provinces (9% cheaper in Quebec than Alberta in 2009 for Statistics Canada’s standard Consumer Price Index basket of goods, for example), the difference is narrowing. And that makes the purchase power equation even worse for the French-speaking province. What explains this income nightmare? Mr. Coiteux summed it up thus: “Proportionately, fewer Quebecers work [than other Canadians]. They work fewer hours on average. And they earn an hourly pay that’s lower than that of most other Canadians.” The relative poverty of Quebec means that its residents pay less in federal income tax and receive more transfers than those living in richer provinces, which reduces the income gap with Ontario, Alberta and B.C. But that situation also represents “a form of dependency,” Mr. Coiteux noted. Provincial wealth in Canada is increasingly split along the lines of those who have natural resource wealth and those who do not. In addition to a bounty of hydroelectric power and aluminum production, Quebec also has known shale natural gas and oil deposits on its territory. The Liberal government of Jean Charest has signalled it is eager to tap its forestry and mining wealth, most notably with its plan to develop a vast portion of its northern territory twice the size of Texas. It has put oil and gas commercialization on the back burner in the face of public opposition and a continuing ocean boundary spat with Newfoundland. But even the northern development plan isn’t generating unanimity. Quebecers have proven to be tremendously shy in using their resources to generate wealth, says Youri Chassin, economist at the Montreal Economic Institute, a conservative think-tank. “We are kind of afraid of the consequences. And it might be good to have public debate about this. But [in that debate], we have to take into account that we are getting poorer.”
  23. (Courtesy of Brooklyn Bridge Park NYC Organization) General Project Plan
  24. Considérant la gravité de la situation économique canadienne, le ministre fédéral des Finances devance et accélère l'injection des milliards promis pour relancer l'économie, et ce, en dépit des risques d'erreur. Pour en lire plus...