ScarletCoral

Moderator
  • Content Count

    6,868
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    34
  • URB$

    117,640 [ Donate ]

ScarletCoral last won the day on March 26

ScarletCoral had the most liked content!

Community Reputation

4,771 Excellent

11 Followers

About ScarletCoral

  • Rank
    Griffintown Goddess ?

Personal Information

  • Biography
    Chinoise à l'extérieur, mais 200% Montréalaise à l'intérieur ;)
  • Location
    Montreal
  • Interests
    Voyages autour du monde
  • Occupation
    Architecte d'entreprise (l'autre sorte d'architecte ;))

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. C'est rendu là 🤔 https://www.lapresse.ca/covid-19/202004/02/01-5267714-liga-cavendish-ferme-au-public-pour-limiter-les-deplacements.php L’IGA Cavendish fermé au public pour «limiter les déplacements» PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE Le supermarché IGA du Quartier Cavendish, à Côte-Saint-Luc, a annoncé la fermeture pure et simple de son magasin au grand public parce que le nombre de cas de COVID-19 y est le plus élevé par habitant dans l’île de Montréal. Le propriétaire du supermarché IGA du Quartier Cavendish, un centre commercial de Côte-Saint-Luc, a annoncé la fermeture pure et simple de son magasin au grand public. Il se trouve au cœur de la zone la plus touchée par la COVID-19 dans l’île de Montréal, toutes proportions gardées. Publié le 2 avril 2020 à 19h30 MARIE-EVE FOURNIER LA PRESSE Sur la page Facebook du supermarché, on précise que le magasin est « fermé temporairement » dans « le but de limiter les déplacements dans le secteur ». La publication a été mise en ligne le 29 mars. L’IGA Cavendish précise toutefois qu’il accepte les commandes transmises par courriel (mais pas en ligne). Les achats pourraient être théoriquement récupérés au service à l’auto, mais le détaillant privilégie la livraison à domicile « pour éviter le plus possible les déplacements », indique la porte-parole d’IGA, Anne-Hélène Lavoie. Nous avons tenté de joindre le supermarché par téléphone des dizaines de fois jeudi, mais personne n’a répondu. Aussi a-t-il été impossible de parler au propriétaire du magasin, Daniel Kraft, notamment au sujet de la baisse du chiffre d’affaires qu’il anticipait en raison de cette décision hors du commun. Au siège social, on affirme que la fermeture « est un choix qui a été fait avec le propriétaire, car [Côte-Saint-Luc] est vraiment un hot spot ». Mme Lavoie n’a pas voulu parler de l’impact de la situation sur les ventes. « C’est exagéré » « Ça va trop loin de tout fermer ! Les risques sont contrôlés », juge sans détour Jean-Claude Dufour, expert en gestion de la distribution alimentaire et ex-doyen de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval. En limitant le nombre de clients pouvant simultanément faire leur épicerie, en contrôlant la distance entre les personnes dans les files d’attente et avec l’ajout de panneaux de plexiglas aux caisses, l’universitaire trouve la décision du IGA « est exagéré dans le contexte ». Et, compte tenu du fait qu’il y a des zones plus à risque partout, il ne comprend pas trop « où est la force majeure » qui justifie une fermeture pour les clients. « Ce n’est pas comme si 10 employés étaient infectés… ». Enfin, M. Dufour trouve que la fermeture discrimine ceux qui n’ont pas accès à l’internet ou qui ne sont pas en mesure de faire leur épicerie sur un ordinateur. « On présume que toutes les personnes âgées sont capables ? » Évidemment, les clients qui ne veulent ou ne peuvent pas faire leur commande par courriel devront se diriger vers d’autres supermarchés qui se retrouveront ainsi plus achalandés qu’à l’habitude. Jeudi, Côte-Saint-Luc comptait presque quatre fois plus de cas de COVID-19 par habitant (453/100 000) que la moyenne montréalaise (128/100 000). Cela en fait le secteur de l’île le plus touché. IGA assure que cette fermeture est la seule à l’heure actuelle parmi son vaste réseau de marchands à travers le Québec. Les autres grandes chaînes présentes au Québec, soit Metro/Super C et Provigo/Maxi, n’ont annoncé officiellement aucune fermeture au public dans leur réseau.
  2. Et c'est dans l'arrondissement de Lionel Perez qui a le plus de cas recensés. En tant qu'élu, il aura dû montrer l'exemple et éviter que les gens s'assemblent autour de chez lui. https://santemontreal.qc.ca/population/coronavirus-covid-19/
  3. Le pont Jacques-Cartier aura des couleurs arc-en-ciel dès ce soir et jusqu'à la fin des mesures de distanciation sociale. Ce sera seulement la 3e fois, la 1re étant le spectacle inaugurale de Moment Factory et la 2e fois étant la fin des célébrations du 375e anniversaire de Montréal Voir message de Moment Factory sur Facebook.
  4. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2434976/coronavirus-bixi-avare-de-details-mais-promet-dagir-de-facon-responsable/ Coronavirus : BIXI avare de détails, mais promet d’agir «de façon responsable» 15:00 1 avril 2020 | mise à jour le: 1 avril 2020 à 15:11 Par: Naomie Gelper Métro Photo: Archives Métro Média Les élus du comité exécutif ont adopté certaines baisses de tarifs pour les allers simples BIXI avec la carte Opus. À deux semaines du lancement de sa saison 2020, BIXI baisse ses tarifs pour être «plus accessible aux Montréalais», mais ne dévoile toujours pas son plan d’action complet pour lutter contre la propagation du coronavirus. Dans un courriel envoyé le 31 mars, BIXI indique travailler en collaboration avec la Direction régionale de la santé publique (DRSP) afin d’établir toutes les mesures à déployer pour offrir son service «de façon responsable». Vraisemblablement, et ce malgré l’augmentation fulgurante du nombre de cas confirmés de coronavirus à Montréal, le lancement de la saison aura lieu comme prévu le 15 avril. La DRSP considère BIXI comme «l’une des composantes essentielles du transport à Montréal». Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes remettent en question la décision de maintenir le service de partage de vélos en dépit de la crise sanitaire qui secoue la métropole. Plusieurs craignent de voir BIXI s’ajouter à la liste des vecteurs potentiels de transmission du coronavirus. Même l’ancien maire de Montréal Denis Coderre s’est posé la question sur Twitter le 28 mars dernier. La DRSP défend la décision de déployer le réseau BIXI puisque l’utilisation des bornes et des vélos n’implique pas de contacts étroits entre les usagers ni une exposition à d’autres personnes dans un milieu fermé. «Le virus se transmet principalement par des gouttelettes et par contact direct (ex. salive). La transmission par contact indirect (ex. objets contaminés) est aussi possible, mais ne représente pas le mode principal de transmission», écrit-on par courriel. Nettoyage des surfaces Selon le Guide autosoins sur la maladie à coronavirus publié sur le site du gouvernement du Québec, les coronavirus survivent environ 3 heures sur les objets inertes à surfaces sèches et environ 6 jours sur les objets inertes à surfaces humides. Par courriel, BIXI indique que les vélos seront nettoyés et désinfectés plus souvent. Toutefois, l’entreprise n’a pas été en mesure de préciser la fréquence de ces opérations. En 2019, année pendant laquelle BIXI a fracassé des records de popularité, les quelque 320 000 utilisateurs uniques ont effectué 5,8 millions de déplacements. Selon les recommandations de la DRSP, les travailleurs qui feront le nettoyage et la désinfection des vélos devront porter des gants à usage unique. Les consignes aux usagers, suggérées et approuvées par DRSP, seront disponibles à toutes les stations du réseau et publiées à travers toutes les plateformes de communications, affirme BIXI. Le plan complet sera communiqué lors du lancement printanier. «Nous nous assurerons toutefois d’avoir l’autorisation de la Direction régionale de la santé publique avant le lancement, en fonction de l’évolution de la situation», ajoute-t-on. La DRSP précise qu’il est possible que les recommandations et les mesures gouvernementales évoluent d’ici là. Baisse de tarifs pour BIXI Les élus du comité exécutif de la Ville de Montréal ont adopté, ce matin, certaines réductions tarifaires pour la nouvelle saison de BIXI. Le prix pour un aller simple ordinaire avec une carte Opus sera de 2,50$, plutôt que 2,99$. Le tarif Opus réduit, étudiants et aînés passe à 2,00$ plutôt que 2,25$. Chaque déplacement en E-BIXI en 2020, que l’utilisateur soit abonné ou non, sera facturé au coût de 1$ par utilisation, en plus du tarif de location, plutôt que 1,50$. -Avec Zacharie Goudreault/ Métro
  5. La remplaçante d'Éric Martel. Excellent choix. https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/202004/01/01-5267480-sophie-brochu-a-la-tete-dhydro-quebec.php Sophie Brochu à la tête d’Hydro-Québec PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE Sophie Brochu Le gouvernement du Québec a choisi Sophie Brochu pour succéder à Éric Martel à la tête d’Hydro-Québec. Publié le 1 avril 2020 à 14h38 HÉLÈNE BARIL LA PRESSE La nouvelle, d’abord ébruitée par Les Affaires, a été confirmée par une source gouvernementale fiable et sera annoncée sous peu. L’ancienne présidente-directrice générale d’Énergir devient donc la première femme à diriger la plus importante société d’État du Québec. Avec la présidente du conseil, Jacinthe Côté, Hydro comptera deux femmes aux commandes de l’entreprise. Sophie Brochu a annoncé son départ d’Énergie à la fin de 2019, après 12 années au service du distributeur gazier, dont elle a diversifié les activités. Son départ a été une surprise et depuis, les rumeurs allaient bon train sur son avenir. La rumeur l’envoyait chez Hydro-Québec, mais aussi à la tête de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Éric Martel a quitté Hydro-Québec après un seul mandat pour retourner chez son ancien employeur, Bombardier.
  6. Les ateliers de réparation de vélos viennent d'être ajoutés à la liste des services essentiels. Ça va permettre aux gens de se déplacer à vélo au lieu de prendre les transports en commun. https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/adm/min/sante-services-sociaux/publications-adm/lois-reglements/AM_numero_2020-013.pdf
  7. Grâce à l'adresse, j'ai trouvé des images du projet sur le site de Royal Lepage. https://www.rlpduquartier.com/listings/listings/qc/ville-marie-montreal/m-1306-rue-ontario-e?listingId=10126350
  8. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1689731/velos-bixi-montreal-sante-coronavirus-hygiene L’installation des vélos BIXI en suspens La Ville de Montréal et BIXI attendent l’autorisation de la santé publique pour mettre en place le réseau de vélos en libre-service. Le retour des vélos BIXI est prévu, pour le moment, le 15 avril dans les rues de Montréal. PHOTO : RADIO-CANADA / CHARLES CONTANT Romain Schué Publié à 17 h 43 Les vélos BIXI sillonneront-ils les rues de Montréal dans les prochains jours? Rien n’est encore confirmé. Depuis plusieurs jours, l’organisme paramunicipal commence pourtant à déployer ses centaines de stations dans la métropole. BIXI fait partie des services essentiels de transport et de logistique, peut-on d'ailleurs lire sur son site Internet. Le lancement est toujours prévu le 15 avril, mais du côté de l’administration de Valérie Plante, on reste prudent. Un report n'est pas écarté, selon l'évolution de la situation sanitaire à Montréal, a-t-on confié à Radio-Canada. « On reste en lien avec la Direction de la santé publique pour avoir leur autorisation pour démarrer la saison. La saison commencera quand on aura leur autorisation », indique par ailleurs Laurence Houde-Roy, attachée de presse au cabinet de la mairesse de Montréal. Faut-il mettre en place dès ce printemps ces milliers de vélos en libre-service, alors que le nombre de personnes infectées par la COVID-19 ne cesse de grimper et que le gouvernement du Québec demande aux citoyens de rester à la maison, pour limiter la propagation? Cette question a été notamment posée en fin de semaine par l’ancien maire de Montréal, Denis Coderre. « Est-ce vraiment nécessaire d’installer les BIXI à ce moment-ci de la pandémie à Montréal? », a-t-il écrit sur Twitter, suscitant des centaines d’interactions. « Nous avons besoin d’extrêmes mesures sanitaires et de contrôle, a-t-il ajouté. [Les vélos et voitures en libre-service] sont toujours un vecteur potentiel de contagion. » Je m’attends à ce que des mesures sanitaires soient mises en place, parce que certaines surfaces peuvent propager le virus. Si on nettoie les paniers d’épicerie, je m’attends à la même chose des BIXI. — Denis Coderre, ex-maire de Montréal, sur Twitter En cas de symptômes, Communauto demande de ne pas utiliser ses véhicules Du côté de Communauto, les véhicules continuent d'être en service. Cependant, l'entreprise, dans un courriel adressé à ses abonnés, demande d'éviter d’utiliser nos véhicules si vous présentez des symptômes de maladies. Lorsqu’un client nous signale avoir utilisé ou vouloir utiliser un véhicule à cette fin [...] le véhicule est bloqué pendant 72 heures, puis est ensuite nettoyé avec un produit recommandé pour ses effets bactéricides avant d’être remis en service, précise la firme. Ces interrogations ne se posent pas en revanche pour les trottinettes électriques, puisque la Ville de Montréal a décidé de ne pas renouveler le projet pilote entrepris avec Lime et Bird l'an passé. Un rehaussement des procédures de nettoyage Les futurs usagers des vélos en libre-service seront-ils obligés de porter des gants? Les personnes voulant se faire dépister pourront-elles emprunter un BIXI ou devront-elles prévenir au préalable l'organisme? BIXI n'a pas répondu aux questions de Radio-Canada, indiquant brièvement vouloir respecter les recommandations de la santé publique. Une augmentation de l'entretien de ces vélos est cependant déjà prévue. Plus près de la date du début des opérations, nous allons faire connaître toutes les procédures de désinfection, le rehaussement des procédures de nettoyage, ainsi que les recommandations et mesures de prévention pour les usagers. — Le service des communications de BIXI Montréal L’an passé, BIXI avait déployé 7250 vélos dans 611 stations à Montréal, mais aussi à Longueuil, Mont-Royal, Laval et Westmount. L’offre a d’ailleurs été bonifiée, puisqu’une centaine de vélos électriques ont été mis à disposition des usagers à partir de l’été. De nouveaux records d’utilisation ont également été enregistrés avec plus de 5,8 millions de déplacements, soit une hausse de 8 % par rapport à 2018. Près de 320 000 utilisateurs uniques ont été comptabilisés.
  9. Oups, la STM a trop coupé https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1689720/metros-autobus-covid-pointe-surcharge-stm-nouveaux-horaires Certains métros surchargés à cause des réductions d'horaires La Société de transport de Montréal (STM) prévoit des ajustements dès demain. Thomas Gerbet 14 h 56 | Mis à jour à 15 h 03 La première heure de pointe depuis l'instauration de la baisse de fréquence des métros et des autobus a connu quelques ratés, lundi matin. Certains métros et autobus ont transporté beaucoup trop de monde en même temps. « Depuis ce matin, on ne peut pas respecter la distanciation sociale, écrit un usager à la STM sur le réseau Twitter, peu avant 8 h. Je ne sais pas pourquoi vous avez ralenti les fréquences de métro. » « Il y a encore trop de gens dans le métro à l'heure de pointe pour pouvoir respecter les deux mètres », écrit un autre client, quelques minutes plus tard. Radio-Canada a aussi reçu des signalements d'usagers s'étant retrouvés dans un métro ou un autobus trop plein pour les rassurer dans le contexte de la propagation du coronavirus. Le syndicat qui représente les chauffeurs d’autobus et les opérateurs de métro confirme qu'il y a eu de l'entassement dans certains métros et autobus, lundi matin. Ajustements dès mardi Ces cas isolés durant l'heure de pointe surviennent alors que la STM procède depuis lundi matin à une baisse moyenne de 20 % de son offre de service bus et métro. Sur les lignes orange et verte, les trains passent toutes les 4 minutes 05 au lieu de 3 minutes 20. Rien ne change sur les lignes jaune et bleu. La STM avait justifié cet ajustement de fréquence, entre autres, pour assurer la sécurité des clients et des employés. Le syndicat a communiqué avec la direction et des ajustements seront faits dès mardi. « De façon générale, nous n’avons pas relevé de problématique ce matin aux réseaux de métro et de bus », écrit le porte-parole de la STM, Philippe Déry. « Il peut toujours survenir des exceptions où la charge à bord d’un train ou d’un bus en particulier est plus importante. » La STM encourage les clients à lui signaler les problèmes sur les médias sociaux. Elle promet aussi de prendre en compte les observations de ses employés et les données d'achalandage pour évaluer si des ajustements doivent être apportés. L'achalandage global est à la baisse de 89 % dans le métro et de 81% dans les autobus. « Des bus et des trains sont disponibles en renfort pour nous permettre de réagir », au besoin, dit Philippe Déry. « Comme le changement est tout récent, ajoute le porte-parole de la STM, il faut laisser le temps aux clients de modifier leurs habitudes de déplacement; le respect de la distanciation physique peut aussi requérir de revoir ses préférences personnelles (par exemple la volonté de rester près des portes dans une voiture de métro). » Un message audio est également diffusé dans le métro pour rappeler aux clients l’importance de suivre les directives et une communication du genre est aussi en préparation pour le réseau de bus. La réduction de service de la STM est temporaire et n'a entraîné aucune mise à pied.
  10. J'ai trouvé le nom de l'artiste qui a fait la sculpture Yann Pocreau https://yannpocreau.com/ (même artiste que la scupture au Grand Quai) Les voiles (Seolta), 2019 Bronze et acier inoxydable miroir Devimco immobilier ● Projet dans le quartier Griffintown https://yannpocreau.com/projets/les-voiles-seolta/
  11. Je suis allée récupérer une commande en ligne au Canadian Tire de Verdun ce matin. En revenant par la rue Wellington, l'horreur de l'Hexagone 2 m'a frappée en plein visage, en remontant la petite pente sous le viaduc ferroviaire près de la rue de la Sucrerie... Cette laideur domine le paysage jusqu'au pont Wellington... 🤢
  12. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1689577/pont-champlain-coronavirus-montrealhttps://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1689577/pont-champlain-coronavirus-montreal Le pont Samuel-De Champlain aux couleurs de l'arc-en-ciel L'arc-en-ciel est devenu un symbole d'espoir partout dans le monde pendant la crise provoquée par la COVID-19. PHOTO : RADIO-CANADA / DANIEL THOMAS Radio-Canada Publié à 2 h 37 Le pont Samuel-De Champlain a pris les couleurs de l'arc-en-ciel, devenu un symbole d'encouragement en ce temps de pandémie. Le premier ministre Justin Trudeau en avait fait l'annonce plus tôt dans la journée dimanche lors de son point de presse quotidien. Depuis plusieurs jours, l'arc-en-ciel est devenu un symbole d'espoir partout dans le monde pendant la crise provoquée par la COVID-19. Plusieurs personnes affichent des dessins d'arc-en-ciel dans leurs fenêtres avec le mot-clic #çavabienaller en réponse à l'isolement forcé par la pandémie.
  13. Il suffit de l'ignorer --> « Mouse over » le nom.