All Activity

This stream auto-updates     

  1. Past hour
  2. Est-ce que VSLP sera vraiment plus haute que le 1000 de ce point de vue?
  3. In this case you could also have «Baby Daisy» as in Driving Baby Daisy.
  4. Not bad. I'm thinking "Kaution" as in Driving with Kaution because he is a baby elephant?
  5. • Montreal has been successfully building on its higher-education and creativity strengths to drive growth of high-value clusters in media and television, life sciences and AI. It has consolidated its position in global city performance benchmarks due to the strength of its corporate economy, and the city has attracted a range of new financial and high-tech firms as a result of new investment in infrastructure, greater financial and political stability, competitive operating costs relative to other North American cities, and its more integrated metropolitan-level investment promotion efforts. P.16 du rapport
  6. J’adore l’idée d’un projet artistique. Vous vous rappelez de la marche des géants? Je verrais bien des personnages semblables en équilibre sur chacun des bouts de chevêtres qui ont été « libérés ». Des personnages clés, comme par exemble Paul Chomedey de Maisonneuve et Jeanne Mance pour n’en nommer que deux. Ça ferait une belle entrée sur la ville, avec le skyline visible en arrière-plan! 😃
  7. Today
  8. Il n'y a pas tout le monde qui va se rendre dans un resto traditionnel pour s'asseoir, commander et manger, surtout quand on est seul. Des fois on ne dispose juste pas le temps nécessaire. Cette formule convient parfaitement quand on ne veut pas manger du fast food à bannière USA.... En plus la bouffe est faite sur place, pas a l'avance. Puis on a la possibilité de prendre un verre en mangeant. Comme a été mentionné plus tôt, quand les portes de garage vont être ouvertes et le monde va circuler à travail les ouvertures, cela va ajouter pas mal d'animation dans le coin.
  9. Wow! Si tous ces comptoirs sont à la hauteur et préservent leur originalité, le Central deviendra sûrement une référence culinaire (sur le pouce) à Montréal. Comme il n'était pas ouvert lors de ma dernière visite dans la métropole en octobre, je me promets un ou deux arrêts la prochaine fois. J'avoue que c'est justement la cuisine exotique et recherchée qui ma manque le plus en région. Mais bon on peut pas tout avoir
  10. J'adore ce projet mais ça avance vraiment à pas de tortue...
  11. Les images en tête du fil me donnaient pas vraiment une bonne vision du projet, mais je dois dire que si le résultat final est fidèle aux plans, ce sera mon projet préféré du quadrilatère avec l'Avenue. J'adore le basilaire et le contraste blanc et noir des deux façades, et le top est vraiment original.
  12. Dans ma tête de non-ingénieur (et de personnes vivant dans un monde de licornes et d'arc-en-ciel), c'était possible de raccourcir les chevêtres facilement! Never have I been so wrong! 😅 Mais en reconsidérant le tout, j'avoue que ça pourrait inspirer un projet artistique!
  13. Entièrement d'accord avec ton excellente observation. Ce vidéo nous épargne des phrases creuses et de la diarrhée verbale des autres promoteurs.
  14. http://plus.lapresse.ca/screens/80e675f4-f504-4d6b-940e-14cebcf7fe18__7C___0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR0tOPy-DXzOAgETad8e58v_xLoEZuAbQO8J3JSiGMqOMh70jfLZf3Ie1ok GOURMAND / LE CENTRAL LE « MONTRÉAL GASTRONOMIQUE ACCESSIBLE » IRIS GAGNON-PARADIS LA PRESSE Après près de cinq ans de travail, Le Central a finalement ouvert ses portes il y a quelques jours, devenant la toute première foire alimentaire réinventée de la cité, en attendant le Time Out Market du Centre Eaton et le Cathcart restaurants et biergarten de Place Ville Marie. Le projet est propulsé par la Société de développement Angus, qui a pensé le concept du Carré Saint-Laurent, ce tout nouvel édifice érigé à l’angle Sainte-Catherine et Saint-Laurent, et dont le rez-de-chaussée est occupé par Le Central. Élaboré en partenariat avec La Tribu, spécialisée en spectacles et événements (Bouffons MTL !, Mile Ex End Montréal), Le Central s’est donné comme mission de redonner du lustre à la Main en mettant de l’avant la diversité gastronomique que la métropole a à offrir. « On met de l’avant le Montréal gastronomique accessible », résume Danny St Pierre, porte-parole et l’un des nombreux investisseurs qui ont soutenu financièrement le projet. « Le Central est fier d’accueillir plein de petites entreprises indépendantes ; on a une signature commune, créée par Guillaume Sasseville, mais chaque kiosque a fait son design et mis en place sa propre équipe », détaille-t-il. Le Central, c’est plus de 700 places assises, 20 000 pi2 et 25 restaurants « signature ». À certaines adresses déjà connues et appréciées des Montréalais – Cantine Émilia et son délicieux poulet portugais, Gras Dur et ses poutines décadentes, Kamehameha et ses pokés, Le Super Qualité et sa nourriture authentique du sud et de l’ouest de l’Inde (ouverture à venir), Pizzeria Heirloom et sa pizza napolitaine – s’ajoutent de nouvelles marques, souvent propulsées par des groupes ou des restaurateurs existants, comme les tacos Bonita’s, par l’équipe du Capital Tacos, ou le Mignonette, un bar à huîtres, fruits de mer et tartares, avec une jolie carte de vins et de bulles, mis de l’avant par les propriétaires du Chasse-Galerie et du Cœur de Loup. Le Central est aussi l’occasion de découvrir des projets d’un peu partout au Québec, comme les Brasseurs de West Shefford, en Estrie, qui occupent un grand espace allongé de type pub ; Buddha Station, un comptoir de bols santé de Québec ; et le fort sympathique RDJ (pour République démocratique du jambon), une entreprise établie à Sherbrooke spécialisée en charcuteries artisanales et autres cochonnailles. Que ce soit sur le pouce, pour prendre un café, pour le lunch ou à l’apéro, Le Central offre une multitude d’options. On peut prendre place à l’une des grandes tables centrales communes ou encore s’asseoir au bar de certains kiosques pour un service plus complet, en prenant un verre. CINQ ADRESSES À DÉCOUVRIR MORSO C’est au Central que naîtra le tout nouveau projet de la famille No 900, le Morso. Contrairement à son grand frère spécialisé en pizza napolitaine, le Morso propose de la pizza romaine, dite al taglio. Et ce n’est pas une figure de style : Mirko D’Agata, son pizzaiolo, a été couronné champion du monde dans cette catégorie à la 18e édition du Napoli Pizza Village, à Naples, plus tôt cet automne. Eh oui, promet-il, on pourra déguster sur place, dès l’ouverture fin octobre, LA pizza qui lui a fait gagner son titre, soit la Pancetta Coppatta, accompagnée de noisettes et provolone fumé. L’endroit proposera neuf variétés de pizza al taglio, en plus de focaccias garnies et de croissants farcis à la minute pour le déjeuner. BAB KECH Marocain d’origine, Imad Makraji a travaillé dans de grands établissements à Casablanca et a occupé le poste de sous-chef Chez Sophie, à Montréal. Il a tout lâché pour ouvrir son petit commerce au Central, le Bab Kech, afin de mettre en vedette la cuisine marocaine, qui est sous-représentée à Montréal, selon lui. Il propose des spécialités de cette cuisine d’Afrique du Nord, comme la délicieuse pastilla au poulet sucré-salé, des salades tout en fraîcheur, du couscous et des tajines, ainsi que le batbout, sorte de sandwich fait à partir de pain plat traditionnel cuit sur plaque. THIP THIP Le Lucky Belly Group a une forte présence au Central ; en plus du Kamehameha et du Ho Lee Chix, un concept de poulet frit à l’asiatique, le groupe propose également le Thip Thip, un sympathique comptoir de type snack-bar qui servira de la cuisine laotienne. Le chef Athiraj Phrasavath, d’origines thaïlandaise et laotienne, propose un menu inspiré de la cuisine de rue qu’on retrouve au Laos, comme le kua mee, aussi appelé pad thaï loatien, de la salade de papaye avec du « funk » ou des laab, salades de viande laotiennes. « C’est sauté, fait à la minute, plein de saveurs, une montagne de bouffe pour un petit prix ! », lance le chef. PINTXO Que ceux qui s’ennuient du Pintxo, qui a fermé son établissement du Plateau Mont-Royal après 10 ans d’activité en mars dernier, se rassurent : l’endroit vient de renaître au Central. La formule a été repensée et améliorée, explique le chef-propriétaire Alonso Ortiz, pour une cuisine espagnole encore plus authentique composée principalement de poissons et fruits de mer, et des assiettes qui misent davantage sur le partage que sur les plats individuels. BAGADO L’équipe du Central a été complètement charmée par Monica Rodriguez, la « magicienne » derrière le comptoir de crèmes glacées et sorbets Bagado. Au menu, des délices glacés aux parfums éphémères et inédits, comme framboise et poivron rouge ou encore abricot et carotte, accompagnés de petits gâteaux, chocolats et autres fines pâtisseries, et des bûches glacées durant le temps des Fêtes. Absolument gourmand !
  15. De tous les vidéo de tours à condos que j'ai vu à Montréal, c'est le projet qui semble le moins arrogant, le plus class sans trop de flafla, un projet mature.
  16. 2 choses: 1. Le pont de la Rivière des Milles-Iles n'est pas assez large pour avoir 4 voies. 2. Le viaduc de la route 117 doit être remplacé pour offrir le dégagement nécessaire à un élargissement de l'autoroute. Les deux structures sont censées être remplacées en 2021 selon le MTQ. https://www.transports.gouv.qc.ca/fr/projets-infrastructures/structures/Pages/inventaires-structures.aspx Vous remarquerez que le reste de l'autoroute est prête pour avoir une 4e voie à Laval.
  17. Nouveau resto italien au coin de Fullum et de Maisonneuve http://www.montreal.tv/2019/10/le-rose-marie-un-tout-nouveau-restaurant-avec-une-equipe-dynamique/ Le Rose-Marie: un tout nouveau restaurant avec une équipe dynamique et expérimentée à Montréal 16OCT Situé dans l’emplacement du populaire restaurant Le Petit Bistro (1550 Rue Fullum), le Rose-Marie ouvrira ses portes dès le 17 octobre, du mardi au samedi. Installé dans l’effervescent quartier Ville-Marie, le Rose-Marie comptera sur une toute nouvelle équipe expérimentée, jeune et dynamique, un nouveau chef ainsi qu’un nouveau menu. Le Rose-Marie doit son nom au romarin (Rosemary en anglais) qui inspirera la nouvelle décoration tendance du restaurant et la fraîcheur du menu. On y trouvera également un tout nouveau lounge avec foyer, deux salles de réception privées de différentes grandeurs, et une terrasse sur le toit. La nouvelle équipe propose une cuisine italienne locale et abordable. Un menu divisé en quatre sections : amuses-bouches, petits plats, plats et desserts. Influencé par les recettes traditionnelles de sa grand-mère italienne (de Calabre), le Chef servira des classiques tels des pâtes maisons aux saveurs des produits bien de chez-nous. À propos des propriétaires Trois co-propriétaires assureront la gestion du restaurant. Marie-Michèle Fecteau Marie-Michèle développe une passion pour la restauration très jeune. Dès la fin de son secondaire, elle entreprend des études en Gestion d’hôtellerie internationale à l’ITHQ, ce qui l’amène à voyager beaucoup (France, Caraïbes, Ontario). Elle poursuit ses études en sommellerie professionnelle tout en travaillant comme serveuse chez Toqué! Après sa rencontre avec Julien Roy-Sinclair, ils décident de s’envoler ensemble pour l’Australie afin de travailler au prestigieux hôtel Relais et Château Jonah’s Boutique Hôtel et de faire le tour des vignobles. De retour à Montréal, elle est prête à attaquer le monde de la gestion, tout d’abord chez Accords Bar à vin, ensuite chez Maison Boulud du Ritz Carlton, et dernièrement à la direction du restaurant de l’Auberge St-Gabriel. Forte de toute cette expérience, elle est fin prête, à 30 ans, à réaliser son rêve de posséder son propre restaurant. Julien Roy-Sinclair Julien Roy-Sinclair découvre la restauration en travaillant deux ans au Saloon et y développe un amour pour les spiritueux et le bar. En revenant de son voyage en Australie avec Marie-Michèle, où il travaille au Jonah’s Relais et Château, Julien décide de pousser ses connaissances en entreprenant un BAC en gestion de restauration à l’ITHQ. Entre temps, il développe ses talents au bar et en service en travaillant Chez Sophie, au Accords le bistro et finalement au Moleskine. Dernièrement, Julien termine son BAC en travaillant en tant que maître d’hôtel à la Terrasse sur l’Auberge, il est fin prêt à ouvrir son propre restaurant. Julien Comtois Julien est passionné par le corps humain et les arts martiaux dès son jeune âge. Lors de ses études en entraînement et nutrition, la restauration lui offre un environnement de travail flexible et dynamique à la hauteur de son énergie. Il débute sa carrière à L’Assommoir Bernard, avant de quitter pour les Caraïbes pendant un an afin de mettre le plein sur l’entraînement. À son retour, il débute au sein du Restaurant Sinclair où il évolue rapidement au sein de l’entreprise, prenant finalement la tête de la terrasse, du bar et des banquets. Il se découvre là une forte passion pour le management, tout en faisant simultanément un certificat en Mandarin afin d’aller en Chine pendant un an s’entraîner au Kung Fu sous la tutelle d’un moine Shaolin de 32ème generation. À son retour, l’opportunité s’offre à lui de prendre place à la réception de L’Hôtel Saint-Sulpice où il deviendra Directeur-adjoint. Il quitte ensuite pour devenir Superviseur au Mount Stephen durant l’ouverture du prestigieux hôtel nouvellement construit. Il rejoindra éventuellement l’équipe de son amie de longue date, Marie-Michèle, à l’Auberge Saint-Gabriel, où le projet du Rose-Marie prendra forme, leur permettant de s’épanouir à la direction d’un projet bien à eux. À propos du Chef Michael Lemme Michael, originaires des Abruzzes et de Calabre en Italie, a été élevé par sa mère et ses grands-mères qui lui ont appris la cuisine à partir d’un très jeune âge. Après ses études en cuisine, il travaille dans plusieurs établissements tel que Sel Gras, La salle à manger et leMoleskine sous le chef Frédéric St-Aubin. Il dirige également depuis déjà deux ans sa propre compagnie de traiteur nommée Sud-Est qui se spécialise en cuisine du Sud-Est de l’Asie. Les trois propriétaires sont très fiers de l’accueillir à la tête de l’équipe de cuisine du Rose-Marie. Le Rose-Marie est situé au 1550 rue Fullum et l’ouverture officielle est prévue pour le 7 novembre. Visionné 802 fois. 1550 rue Fullum, adresse, chef, décor, foyer, Julien Comtois, Julien Roy-Sinclair, Marie-Michele Fecteau, menu Rose-Marie, Michael Lemme, Montréal, Petit Bistro, restaurant, restaurant Rose-Marie, resto Rose-Marie, salle de réception, terrasse, Ville-Marie
  18. Des suggestions de resto dans le VIllage/Centre-Sud https://montreal.eater.com/maps/best-gay-village-restaurants-centre-sud-ontario-montreal
  19. Ça creuse bien. OCD-me aime bien les pelles bien rangées contre le mur à l'est 🙂
  20. Et dire qu'on avait l'emplacement idéal il n'y a pas si longtemps et que la traversée du désert de Montréal avait permis aux inénarrables Jardins Windsor de pousser comme de la mauvaise herbe.😭
  1. Load more activity