acpnc

Member
  • Content Count

    14,509
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    29
  • URB$

    40,740 [ Donate ]

acpnc last won the day on September 2

acpnc had the most liked content!

Community Reputation

5,060 Excellent

7 Followers

About acpnc

  • Rank
    Mtlurb Godfather

Personal Information

  • Biography
    Je suis montréalais de naissance.
  • Location
    La Malbaie, Charlevoix
  • Interests
    sports extérieurs et plein air, culture en général, horticulture, lecture et contemplation.
  • Occupation
    agent de bord retraité

Recent Profile Visitors

8,470 profile views
  1. Mon cher Yara je vis dans une société capitaliste nord-américaine où les entreprises privées tiennent les cordons de la bourse. Elles font ce qu'elles ont toujours fait: elles achètent tous les terrains et édifices prometteurs pour faire du développement immobilier ou commercial. Même les villes et les gouvernements s'inclinent devant elles, parce que l'argent c'est le vrai pouvoir. Même si c'est odieux à dire. Cet état de fait n'est pas nouveau, il existe depuis que l'homme vit en société. Il y a bien eu tardivement fin 19è début 20è siècle une tentative d'élaborer un système prolétaire, qui a rêvé de bâtir un monde plus égalitaire, pour réparer les erreurs de l'Histoire. Cependant tous ces nouveaux gouvernements sont devenus ensuite des dictatures et ont fini par créer une société pire que celle qu'ils ont rejetée. Avec comme résultat aujourd'hui que les plus grands états communistes sont devenus encore plus capitalistes que nos démocraties. Ils n'hésitent d'ailleurs pas à abuser largement de leurs pouvoirs, en rasant carrément des quartiers anciens complets au nom du progrès. Revenons à Montréal et son patrimoine. Quand je regarde les photos anciennes de la ville, je remarque qu'à part quelques rares exceptions, la majorité des bâtiments anciens du coeur de la métropole sont tout simplement disparus, victimes du même rouleau compresseur immobilier qui agit encore aujourd'hui. Seulement à l'époque seule une minorité avait vraiment développé un intérêt pour le patrimoine, on a donc laissé faire faute de moyens. Ce n'est qu'à la fin des années 60 qu'un certain réveil s'est effectué. Timide au début mais qui a gagné de l'assurance et de l'influence avec les années. Mais ces petits groupes de pression n'ont jamais eu les moyens financiers à la hauteur de leurs espérances. Ils ne font donc pas le poids devant la menace qui continue de peser sur la ville. Tandis que les gouvernements n'ont ni la volonté politique, ni les budgets pour les appuyer sérieusement, parce que les lobbys des grandes entreprises pèsent très lourd dans la balance. J'en conclue que tous les succès d'Héritage-Montréal sont autant de grandes victoires, parce que chaque bataille s'est toujours déroulée à armes inégales, à l'instar de David contre Goliath. Voilà le genre de monde dans lequel je vis. Pas le monde idéal loin s'en faut. Je déplore tout autant que toi cette situation indigne d'une société vis à vis de son histoire. Je l'ai dénoncé souvent dans mes écrits. A noter que j'ai longtemps milité pour des idéaux qui me tenaient à coeur. Alors sans baisser les bras puisque je suis toujours engagé, même si c'est de loin maintenant. Je rêve toujours à une société meilleure. Mais bientôt à l'hiver de ma vie, j'aspire à plus de calme et de sérénité, en remettant peu à peu le flambeau aux plus jeunes générations.
  2. Son pouvoir est un pouvoir d'influence, qui est loin d'être négligeable. Il s'est bâti une solide crédibilité grâce à son expertise, ses recherches, ses écrits, sa vaste expérience qui s'étale sur plusieurs décennies et un important réseau de contacts bien étoffé. Tout ce qu'il faut à un professionnel pour mettre de la pression là où il le faut. C'est pour cela que son avis est si prisé, parce qu'il a su imposer sa vision et réussi à mener à terme plusieurs importants dossiers de sauvegarde patrimoniale. Selon moi le pouvoir d'influence est pratiquement aussi efficace et jouit d'une plus longue longévité que le pouvoir exécutif ou politique. Contrairement à ces derniers il n'est pas limité dans le temps, ni à une ligne de parti. En demeurant au-dessus de la mêlée, tout le monde le consulte et profite de la plupart de ses recommandations. Libre de penser et d'agir, son indépendance lui confère naturellement une aura de sage qui se tient loin du pouvoir, mais pas des enjeux de la société.
  3. La PVM a rénové sa galerie marchande qui sera prête dans quelques mois. Ouvrira bientôt une foire alimentaire gastronomique au décor exceptionnel et réaménagé sa grande place publique en plus de ses bureaux. Créant un pôle d'affaires encore plus dynamique. L'avenue McGill College est aussi en pleine transformation avec l'arrivée du REM. Le Centre Eaton termine une grande rénovation avec lui aussi une grande foire gastronomique qui attire déjà des centaines de nouveaux clients. Finalement l'avenue Mc-C sera entièrement réaménagée avec de grandes places publiques et beaucoup d'animation. Dans mon livre à moi ce sont deux pôles majeurs remis à neuf et qui s'ajouteront à la transformation de la rue Ste-Catherine, qui devrait à son tour drainer encore plus de visiteurs au centre-ville. Voilà ce que j'entends par le nouveau centre-ville, où les affaires seront encore plus concentrées avec une offre enrichie et encore plus variée, augmentant de surcroit l'attrait et la compétitivité du c-v. Quant à la mise à jour des immeubles mentionnés plus haut, elle n'a rien à voir avec le commerce, l'ambiance et l'animation de rue. Parce que c'est au niveau de la rue et dans le RÉSO que l'activité se passe et a peu à voir avec l'apparence des tours à bureaux. Or, c'est au marché de déterminer les besoins et à chaque propriétaire de tour de s'ajuster à la concurrence le cas échéant. Justement une plus grande vitalité commerciale du secteur pourra éventuellement créer une pression positive par son effet d'entrainement. Phénomène que l'on appelle aussi le développement organique, qui pourrait influencer à la hausse la demande et les loyers des bureaux dans le voisinage et même favoriser la mise à jour de certains édifices. Finalement les dizaines de milliers de nouveaux résidents des tours à condos de luxe fourniront une clientèle aisée vivant à proximité, à laquelle s'ajoute un nombre de touristes sans cesse croissant dans la métropole. Si avec tout ça on n'est pas optimiste face à l'avenir commercial du centre-ville, on ne le sera jamais.
  4. 15 décembre 2019 4h00 https://www.lesoleil.com/maison/loi-16--nouvelles-obligations-pour-les-syndicats-de-copropriete-4269a33f6da70711bb7b90aa8eae33b7 Loi 16 : Nouvelles obligations pour les syndicats de copropriété Alexandra Perron Le Soleil L’encadrement de la copropriété divise au Québec a été resserré le 5 décembre, avec l’adoption du projet de loi 16 à l’Assemblée nationale. Parmi les nouvelles obligations, les syndicats de copropriété devront, d’ici trois ans, tenir un carnet d’entretien de l’immeuble et faire réaliser une étude du fonds de prévoyance. Des mesures préconisées depuis longtemps pour protéger le parc immobilier et l’investissement des copropriétaires. Marc-Antoine L’Allier, directeur général de LaMarque Gestion immobilière, à Québec, suit le dossier depuis presque 10 ans. Il estime que «les syndicats de copropriété étaient rendus là». Beaucoup d’entre eux répondent déjà aux exigences de la nouvelle loi, observe celui qui leur offre un service d’accompagnement en gestion et en administration. Quant aux autres, ce sera «le petit coup de pouce qu’il leur fallait pour passer à l’étape suivante et prendre en main leur immeuble». Ce n’est pas pour rien que cette loi existe, insiste M. L’Allier. Il pointe une dégradation du parc immobilier si le gouvernement ne mettait pas de balises pour encadrer la gestion et l’entretien des copropriétés. Protéger le patrimoine bâti était une préoccupation du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ), qui a participé aux travaux législatifs et à la réforme, portée par Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation. Me Yves Joli-Coeur, avocat et secrétaire général du RGCQ, qui compte faire une tournée provinciale d'information en 2020 Photothèque Le Soleil « Le gouvernement envoie un message fort pour assurer la pérennité des immeubles en copropriété » — Me Yves Joli-Coeur Délai de trois ans Le directeur général de LaMarque Gestion immobilière se réjouit du délai d'environ trois ans pour faire réaliser une étude du fonds de prévoyance (exigée ensuite tous les 5 ans) et un carnet d’entretien, qui décrit les travaux faits et à faire. Il indique que cette période permettra aux gens de mettre des sommes de côté pour produire les études exigées, mais aussi à l’industrie de s’organiser et de voir arriver de nouveaux joueurs. Pour illustrer son propos, il renvoie à la loi 141, qui touche les assurances en copropriété. Les obligations en vigueur depuis un an ont amené une «très grosse surchauffe du marché», notamment dans l’évaluation de la valeur de reconstruction à neuf. «On se rend compte qu’il n’y a pas assez de professionnels pour répondre à la demande. Si demain matin, toutes les copropriétés du Québec se cherchaient un professionnel pour faire les carnets d'entretien et étudier les fonds de prévoyance, il y aurait une sérieuse problématique.» Deux autres points de la nouvelle loi intéressent le gestionnaire. D’abord la possibilité pour les copropriétés de placer les sommes accumulées dans le fonds de prévoyance dans un placement sécuritaire, qui devrait rapporter un peu d’intérêt. Une mesure impossible auparavant, puisqu’«il y avait une obligation de maintenir une liquidité constante.» Puis l’obligation pour les conseils d’administration de rédiger et de transmettre les procès-verbaux aux copropriétaires dans les 30 jours. Une nouveauté qui affectera beaucoup de gens qui n’avaient pas cette assiduité, souligne M. L’Allier. Quant au risque d’augmentation des frais de copropriété, il est réel, selon lui. «Mais seulement pour les copropriétés qui n’ont pas déjà prévu le coup.» Celui qui est aussi chargé de cours en gestion immobilière au cégep rappelle l’époque où les syndicats de copropriété se comparaient avec leurs voisins de rue et craignaient que des frais communs trop élevés nuisent à la revente. L’inverse est en train de se produire. Les copropriétés qui ont cotisé suffisamment au fonds de prévoyance, fait les travaux nécessaires et maintenu un bon taux de frais communs évitent le rattrapage et auront un «avantage comparatif». Les nouvelles obligations de la loi vont ajouter un stress sur le dos des administrateurs de copropriétés, qui ne sont jamais très nombreux à vouloir se présenter au conseil d’administration, note M. L’Allier. Demander l’accompagnement d’un professionnel dans la gestion future peut rendre la tâche moins lourde, suggère-t-il, conscient de prêcher pour sa paroisse.
  5. Une chose est sûre tout le monde sera content de la disparition de ces centaines d'autobus quotidiens qui en plus d'alourdir la circulation, polluent et font beaucoup de bruit. Le REM sera une bénédiction pour le secteur qui retrouvera une certaine tranquillité. Même le boulevard Robert-Bourassa profitera d'un apaisement de la circulation et le parc linéaire verra sûrement son achalandage augmenté, en jouant mieux son rôle d'oasis urbain.
  6. Une question de perceptions... Cet escalier large et invitant est à mon avis la pièce maitresse qui ouvrira majestueusement la PVM à la rue McGill College. Pratiquement invisible avant, on a déplacé à grands frais l'entrée principale du stationnement pour faire une grande place aux piétons. Cet accès aux proportions généreuses deviendra en quelque sorte le prolongement d'une avenue non moins prestigieuse et entièrement remodelée. Une perspective nouvelle, au design réussi selon moi et qui unira par voie piétonnière deux pôles majeurs du nouveau centre-ville.
  7. Ce qui fait l'intérêt d'un forum, c'est justement la possibilité de pouvoir varier les sujets à l'intérieur d'un sujet, comme on le ferait dans un échange naturel avec une autre personne. C'est sûr que la tentation est forte parce qu'on n'est pas des robots et que dans la réalité tout est relié. Alors on a besoin parfois d'une courte digression pour expliquer ou mieux faire comprendre un point de vue. La majorité des membres le font sans trop s'en rendre compte et sans pour autant vouloir monopoliser un fil de discussions, sinon pour quelques commentaires et répliques. Alors il ne faut pas prendre mon appel d'auto-discipline pour un commandement général. Je signifie simplement que je souhaite arrêter de nourrir ce qui peut paraitre moins pertinent pour d'autres, avant l'intervention justifiée d'un tiers.
  8. J'ai peine à suivre, Dinu Bumbaru aurait-il plus de pouvoir que Héritage-Montréal dont il fait pourtant partie depuis le début? Pourtant on ne compte pas les succès quand on prend connaissance des multiples interventions de l'organisme depuis les années 70. C'est vrai que c'est un organisme de consultation. Mais sa crédibilité est à la base de son pouvoir. De ce fait il a su défendre efficacement quantité de dossiers et monopoliser l'opinion publique avec l'aide des médias et une foule d'autres intervenants sur la scène municipale. Un échange intéressant, mais je m'arrête ici car je réalise qu'on s'éloigne de plus en plus du sujet. Donc retour aux tours Donnacona.
  9. acpnc

    Longueuil 2035

    Tu n'as pas tort, mais je vois tout ça sur le moyen à long terme. Car il faudra remplacer le service autoroutier de la 132 par l'élargissement de la A30, qui est loin d'être réalisée. En fait c'est tout le réseau de transport de la rive-sud qui est a redessiner, autant pour les routes que pour les TECs. On verra bien ce que Québec réserve en matière d'investissement avec l'aide d'Ottawa, pour une ligne de tram qui deviendrait la nouvelle épine dorsale en transport en commun de la rive-sud.
  10. acpnc

    Longueuil 2035

    La 132 est là pour rester parce qu'elle fait partie du réseau autoroutier de base de la rive-sud. Elle garantit notamment l'acheminement efficace des personnes et des marchandises indispensables pour l'économie du secteur. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne puisse pas construire des dalles-parc afin de mieux relier les différentes composantes du nouveau c-v de Longueuil, le fleuve et le coeur historique du Vieux-Longueuil. La dalle-parc est d'ailleurs un excellent compromis au tunnel, sans pour autant ralentir la circulation, ni limiter le transport des marchandises dangereuses. En plus elle ajoute des espaces verts, augmente l'espace public tout en favorisant les déplacements actifs et atténue le bruit et la pollution, tout en étant beaucoup moins couteuse à réaliser.
  11. Oui, mais mettons les choses en perspective. Il ne faudrait pas tout de même ramener l'intérêt pour le patrimoine montréalais à un seul homme. Il y a toute une équipe derrière lui, même si sa notoriété le met nettement au devant de la scène. On peut cependant dire que sa détermination et ses arguments convaincants à travers les décennies auront fait école, en éveillant durablement les consciences vis à vis du patrimoine. Voici un bref extrait de son parcours: https://ville.montreal.qc.ca/ordre/dinu-bumbaru Dinu Bumbaru, articles du Devoir: https://www.ledevoir.com/motcle/dinu-bumbaru Héritage Montréal: https://www.heritagemontreal.org/equipe/ Avec ce cheminement impressionnant, on peut certainement qualifier Dinu Bumbaru de grand montréalais et de précieux défenseur du patrimoine ancien, comme contemporain de la métropole. Il a aussi mis au centre de ses préoccupations la sauvegarde du Mont-Royal, joyau naturel intimement lié à l'image de Montréal, dont il domine la ligne d'horizon. Aucun doute Dinu Bumbaru laissera une marque exemplaire indélébile dans l'histoire de la ville, lui qui l'aura tant défendue durant toute sa carrière.
  12. Attendez que tout soit terminé avant de juger trop vite. Le fameux grand sapin de lumières reviendra peut-être l'an prochain une fois la place et l'escalier monumental achevés?
  13. C'est le saint patron des immeubles anciens de Montréal. Il y a aussi notre-dame de Montréal que l'on peut invoquer pour la même cause, Phyllis Lambert.
  14. Je suis d'accord même si ça coute plus cher, parce qu'on obtient deux projets pour le prix d'un. L'édifice municipal lui-même, plus une place publique doublé d'un espace vert, tout cela se chevauchant sur le même terrain.
  15. L’économie du Québec encore «remarquable» en 2020, selon la Royale PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE L’économie du Québec est « en bonne position pour poursuivre sa séquence victorieuse » en 2020, signalent les économistes de la Banque Royale/RBC dans la mise à jour de leurs « Perspectives provinciales ». Publié le 13 décembre 2019 à 16h09 https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201912/13/01-5253642-leconomie-du-quebec-encore-remarquable-en-2020-selon-la-royale.php Martin Vallières La Presse « La croissance vigoureuse de l’économie québécoise donne peu de signes d’essoufflement et 2020 s’annonce comme une autre année remarquable, quoiqu’un peu plus tranquille », lit-on dans cette analyse distribuée vendredi parmi les clients-investisseurs de la plus grosse banque canadienne selon la valeur boursière. « Nous nous attendons à ce que cette tendance et cet optimisme (des entreprises et des ménages québécois) se maintiennent en grande partie en 2020, et fassent en sorte que la croissance économique du Québec continue à dépasser la moyenne nationale pour une troisième année consécutive », anticipent les économistes de la Royale. Néanmoins, ils s’attendent aussi à ce que « plus la phase de croissance avancera en cours d’année, plus la cadence de la progression commencera à ralentir. » Aussi, « la prévision d’un ralentissement de l’économie des États-Unis assombrit les perspectives pour les exportations de la province. » Facteurs favorables Entre temps, les économistes de la Royale signalent les « nombreux facteurs qui jouent en faveur » de la bonne tenue de l’économie québécoise pour la prochaine année : - une main-d’œuvre très instruite et créative - une base industrielle diversifiée qui connaît actuellement une croissance généralisée dans les principaux secteurs - des entreprises et leurs dirigeants qui sont parmi les plus optimistes du pays - des ménages familiaux qui sont relativement en bonne position financière, avec un niveau d’endettement inférieur à celui de l’Alberta, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique - un coût de la vie, incluant le logement, est plus abordable que celui de nombreuses provinces du pays Enfin, les économistes de la Royale signalent « l’impressionnant revirement de situation du côté du budget du gouvernement provincial, qui s’est traduit par des surplus inégalés l’an dernier et qui pave la voie à une politique budgétaire plus accommodante. Des hausses des dépenses et des réductions fiscales ciblées sont à prévoir. » Consultez les « Perspectives provinciales 2020 » des économistes de la Banque Royale, avec leur analyse sur le Québec en page 7.