ToxiK

Member
  • Content Count

    4,371
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5
  • URB$

    6,984 [ Donate ]

ToxiK last won the day on January 16

ToxiK had the most liked content!

Community Reputation

1,539 Excellent

1 Follower

About ToxiK

  • Rank
    Mtlurb Godfather

Personal Information

  • Biography
    .
  • Location
    Laval
  • Interests
    Lecture
  • Occupation
    Fonctionnaire

Recent Profile Visitors

3,590 profile views
  1. La ligne Rose est un bon projet de transport en commun qui permettrait de relier le nord est de la ville au centre-ville très rapidement et efficacement. Cependant, si le but est spécifiquement de réduire l'achalandage de la ligne Orange, alors ce n'est pas la meilleure solution.
  2. This post cannot be displayed because it is in a forum which requires at least 25 posts to view.
  3. Sauf les syndicats qui se sont opposés au REM...
  4. But dead trees have the right to live too... Won't somebody think of the dead trees? I don't like cutting down trees but sometime it is necessary, especially for a major new public transit system.
  5. Le corridor Québec-Windsor serait faisable d'après-mois. Si on veut réduire les polluants vols d'avion il faut offrir des alternatives.
  6. This post cannot be displayed because it is in a forum which requires at least 25 posts to view.
  7. We need more ToxiK, not less... 😎
  8. La vue est encore meilleure sur le petit viaduc piétonnier/cycliste juste à côté.
  9. Quelque-chose à considérer: si ces entreprises ou leurs employés aiment le concept d'avoir des bureaux à Laval ou sur le Rive-Nord. ces installations pourraient devenir permanentes. Souvenez-vous que le train de banlieue de St-Jérôme était supposé être temporaire le temps que l'on refasse un pont.
  10. 1: I responded to the Bonjour/Hi debate in that old thread in the politics forum. Let's debate that topic there instead of here: 2: I also hope it is just a render to give an idea of the possibllities, not their idea of what the final design should look like.
  11. Too bad the predominant language of Québec commerce is French...
  12. Bien qu'une très grand part des futurs spectateurs du stade pourront s'y rendre en TEC, il ne faut pas croire que ce sera possible pour tout le monde. Oui, les spectateurs qui iront voir un match après le travail au centre-ville pourront facilement le faire en TEC mais la famille de 4 ou 5 en provenance de Châteauguay ou de Granby qui veux aller voir un match le samedi soir ou le dimanche après-midi aura beaucoup de difficultés à le faire. On se retrouvera à pénaliser les familles. Il faut se rendre à l'évidence que le TEC à Montréal couvre un bon territoire et couvre bien les heures de pointe mais qu'il est déficient pour les transits de banlieue, hors heures de grandes affluence et encore plus quand on veut amener des enfants (même si on considère qu'on peut se stationner à uns station de REM et faire le reste du trajet en train).
  13. Non, tu n'es pas le seul. Ne pas inclure les secteur du Carrefour Laval dans une boucle du métro serait passer à côté du cœur de Laval. C'est le centre des activités commerciales et le coin est de plus en plus peuplé, sans compter que les terrains de stationnement pourront être redéveloppé plus tôt que tard et que la présence du métro pourrait accélérer ce processus et garantir un développement de plus grande densité.
  14. De l'action en vue pour les quartiers industriels de Laval: https://www.lapresse.ca/affaires/201909/30/01-5243523-immobilier-industriel-le-vrai-taux-dinoccupation-est-de-0-a-laval.php Immobilier industriel: le vrai taux d’inoccupation est de 0% à Laval Les PME et autres occupants à la recherche de bâtiments industriels à Laval font face à un méchant casse-tête. Le secteur affiche complet. Résultat : hausse des loyers à gogo et boom de construction à prévoir. Publié le 01 octobre 2019 à 7h00 ANDRÉ DUBUC LA PRESSE Officiellement, l’inoccupation des entrepôts est à 3 % dans l’île Jésus. Mais si on retire de l’inventaire bicoques, « paradis du bricoleur » et locaux exigus, le taux tombe à… 0,34 %, soit 105 827 pieds carrés, un peu moins que la superficie d’un magasin Costco. Que se passe-t-il quand le taux d’inoccupation s’affaisse ? Les loyers s’emballent, les prix de vente des bâtiments s’envolent et les promoteurs ressortent leurs plans des cartons, a prévenu James Cacchione, vice-président chez CBRE, quand il s’est adressé aux invités à un petit déjeuner tenu à la Taverne moderne de la Place Bell jeudi dernier. L’agence immobilière y avait organisé une présentation sur les perspectives de l’immobilier non résidentiel à Laval. Environ 150 clients et investisseurs étaient présents. L’industriel à Laval, c’est 750 bâtiments totalisant 32 millions de pieds carrés, soit 11 % de l’inventaire total de la région montréalaise. « Laval et le Grand Montréal se trouvent aujourd’hui dans la situation que vivent Vancouver et Toronto depuis quelques années », a fait remarquer Geoff Hughes, associé principal et coprésentateur avec M. Cacchione. « Que s’est-il passé dans ces villes quand le taux d’inoccupation est tombé sous les 3 % ? a-t-il demandé à l’audience. Dans les 24 mois suivants, le loyer net demandé a grimpé de 30 % et le prix de vente exigé a bondi de 56 %. » La tendance haussière est déjà installée à Laval. Le loyer net demandé s’élève à 7,11 $ le pied carré en moyenne cet automne, en hausse de 15 % sur 12 mois. CBRE le voit à 8,65 $ d’ici à la fin de 2020. Le phénomène est encore plus manifeste du côté du prix de vente demandé en raison de la rareté des usines ou entrepôts à vendre. Le prix demandé a doublé depuis 10 ans, passant de 50 $ à 101 $ le pied carré. Selon la boule de cristal de CBRE, les vendeurs exigeront 155 $ dans un an. Étant donné les circonstances, les promoteurs convoitent les terrains vacants. Les lots industriels rapidement prêts à être mis en valeur dans l’île Jésus se concentrent dans le secteur des autoroutes 13 et 440. Les prix varient de 10 à 25 $ le pied carré. Le Fonds immobilier de solidarité FTQ y détient un terrain : Industria 440, d’une superficie de 560 000 pi2, au coin des rues Irma-Levasseur et Louis-B.-Mayer, près de la 440. « La Ville vient de faire une rue, ce qui va nous permettre de commencer du développement », a dit Normand Bélanger, PDG du Fonds immobilier de solidarité FTQ, rencontré jeudi dernier lors de la première pelletée de terre du projet résidentiel Maestria, au centre-ville de Montréal, dans lequel le Fonds est partenaire à 33 %. « Ce qu’on a comme zonage là-dessus, a-t-il poursuivi, c’est de l’industriel. On a deux promoteurs qui travaillent sur des projets précis sur ce terrain-là. Avant l’ouverture de la rue Irma-Levasseur, l’accessibilité au site était difficile. » Bruit des marteaux Les autres terrains vacants se concentrent au coin de l’autoroute 19 et de la rue de Lierre. Une zone de 8 millions de pieds carrés est aussi disponible du côté de l’A25 et de la montée Masson. Dans ce dernier cas, le secteur n’est pas desservi par les services municipaux. Les chantiers industriels se sont faits rares à Laval dernièrement. Le nouveau centre de distribution du détaillant de mobilier de maison Structube, au 3300, autoroute Chomedey Ouest, étant l’exception. C’est en train de changer. Le bruit des marteaux résonne à nouveau. Linen Chest (158 000 pi2) et Loue Froid (50 000 pi2) ont des projets ou sont en chantier. Un promoteur a même commencé la construction d’un bâtiment industriel de 90 000 pieds carrés sur la place Paul-Kane, sans avoir trouvé un occupant au préalable. Ce type de construction, dite spéculative, se voit généralement dans des marchés effervescents, à l’avantage des propriétaires. Visiblement, Laval est désormais dans ce camp.
  15. Des foules entre 8000 et 20 000 contre les Red Sox et les Yankees en pleine fin de course aux séries... Pas très fort.