ToxiK

Member
  • Content Count

    4,129
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

Everything posted by ToxiK

  1. 182 années pour la construire, une journée pour la détruire. C'est poche ! Espérons qu'ils puisse en sauver une grande partie.
  2. Pourtant on apprenait aujourd'hui que Garda World voulait acheter G4S et que MTY achetait la chaîne de pizzerias Papa Murphy's Holdings... Et il n'y a pas Air Canada qui aurait une cible en vue?
  3. Il n'y a pas si longtemps, on s'énervait avec des tours comme le Louis-Bohème, Le Hampton Garden Inn, l'Altoria et l'Altitude, ou même le Crystal de la Montagne (certains moins que d'autres dans ce cas-ci...). Là, on a un projet intéressant de plus de 30 étages et on va juste l'oublier, le noyer parmi tant d'autres projets... Les temps ont changé, on a moins faim qu'avant.
  4. Pas par magie. Deux mots: Soylent Green...
  5. Concernant l'immigration, il faut effectivement faire quelque-chose pour faciliter l'intégration des nouveaux arrivants et faire en sorte qu'ils restent au Québec. Je crois que ça peut se faire sans la réduction temporaire voulue par la CAQ. Le gouvernement n'est pas d'accord. OK. Mais au moins, c'est une mesure temporaire. De plus, j'aime beaucoup mieux que la CAQ fasse quelque-chose à ce sujet, même si ce n'est pas parfait, plutôt que les Libéraux ne fassent rien et balayent le sujet sous le tapis. Présentement, on paye pour aller chercher des immigrants, on paye pour les accueillir et essayer de les intégrer, mais au bout du compte ils s'en vont enrichir les autres provinces. En gros, avec le système actuel, on payent pour enrichir les autres provinces et pour les aider accroître leur population. Il est temps de changer la situation, laissons au moins le temps à la CAQ le temps de lancer leur programme.
  6. I agree, but your friends in the ROC don't seem to care that much.
  7. Dans ce cas je te souhaite que ça ne ressemble pas aux Résidences Soleil...
  8. Malheureusement, il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis. PS: Pourquoi aurait-on besoin de pinces pour manipuler les crayons? Et comment manipule-t-on un crayon avec une pince??
  9. Je crois que la Main invisible peut faire de grande choses mais je ne la considère pas parfaite. Il ne faut pas essayer de la contrôler mais juste de la baliser. C'est ce qui a été fait avec le Quartier International, et c'est un succès. La ville a tracé quelques lignes directrices mais s'est ensuite enlevée du chemin et a laissé le privé faire. J'aime beaucoup mieux cette approche que dans Griffintown ou la ville n'a rien fait et quand les promoteurs ont vu la valeur du secteur et l'ont développé, la ville s'est plaint que ceux-ci n'avaient pas prévus d'écoles (ce qui n'est pas le travail des promoteurs).
  10. Le développement du Quartier international est l'exemple de comment les gouvernements peuvent encourager le développement d'un quartier sans tout faire le travail. Les gouvernements ont investi dans les rues et dans le mobilier urbain et ont donné le ton au quartier. Ils ont aussi investi dans l'agrandissement du Palais de congrès (ce qui est le travail d'un gouvernement). La Caisse s'y est installée. C'est une société d'État mais elle n'y a pas construit son siège social par charité (même si celui-ci a coûté plus cher que prévu). La ville a installé le canevas, le privé s'est occupé du reste, ce qui est la meilleure façon de faire. Ça donne un quartier avec une signature propre qui se développe bien (je n'ai rien contre Namur ou Griffintown, mais je crois qu'on a mieux avec le Quartier International). Est-ce qu'il y aurait eu du développement sans intervention? Fort probablement, mais je crois qu'on n'aurait pas eu un quartier d'une telle qualité. En passant, comment se débrouille la Main invisible à Détroit?
  11. C'est même pire que ça: quand on fait des changements, il y a des conflits, c'est difficile, il faut travailler fort, il faut s'adapter. Il faut aussi y mettre de l'argent et de l'énergie. Et malgré tout, il y a un risque d'échec. En cas d'échec, le directeur en question (et son équipe) va être blâmer et ça pourrait lui nuire personnellement. En cas de succès, un gestionnaire plus haut placer va noter le gain en productivité et il va déterminer que le directeur n'a plus besoin d'un budget aussi grand. Il va donc couper le budget et le redistribuer auprès de d'autres départements qui n'auront pas fait d'efforts. Et quelques années plus tard, le gouvernement va demander à tous les départements d'améliorer leur productivité (tous également, pour être "juste"...), ce qui sera beaucoup plus facile pour ceux qui n'auront pas fait les efforts que le directeur en question aura fait auparavant. À la fin, les départements qui n'auront pas fait les efforts d'amélioration de productivité plus tôt vont bien paraître, alors que le directeur va passer pour un incompétent parce que les efforts qui lui et son équipe auront faits auront déjà été comptabilisés depuis longtemps, alors que le gouvernement de regardait pas... C'est pour ça que j'ai hâte de voir comment la Caisse va gérer le REM. On pourra plus facilement comparer l'efficience de la STM si on a une organisation privés comparable dans le même secteur et dans le même marché. Au final, la STM et le REM pourront apprendre des façons de faire de l'autre pour s'améliorer et pour améliorer leur productivité (c'est peut être pour ça que certains syndicats n'aiment pas le REM...).
  12. C'est de ça que je voulais parler. L'édifice de la Caisse fût une des pierres angulaires du Quartier International, mais les investissements publics faits pour améliorer le quartier ont été tout aussi importants pour attirer des investissements privés. Le modèle a été réutilisé (pas nécessairement avec la même ampleur) pour le Quartier des spectacles et pour le Nouveau havre de Montréal (transformation de l'autoroute Bonaventure), avec succès. Il faut être assez lucide pour noter que même sans ces investissements publics, les terrains vacants auraient fini par être développés. Mais il faudrait être de mauvaise foi pour dire que ceux-ci se seraient redéveloppés aussi rapidement et que les quartiers aurait été aussi agréables sans les améliorations urbaines.
  13. Si la Caisse de dépôts n'existait pas, c'est le Fédéral qui gérerait nos finances. Cet apport de capital à gérer a donnerait sûrement un bel édifice à Toronto... En fait, l'édifice de la Caisse de dépôts faisait parti du projet global de Quartier International. Si je me souviens bien, on comptait sur la Caisse et sur l'agrandissement du Palais des congrès (combinés à des investissements dans les rues et dans le mobilier urbain) pour engendrer une relance du quartier, avec succès.
  14. Ils se plaignent quand ça va lentement et ils se plaignent quand ça va vite...
  15. Loria semble être dans l'orbite de l'entourage de Donald Trump. Pas un bon signe... https://www.usatoday.com/story/sports/mlb/2017/02/15/marlins-owner-jeffrey-loria-white-house-france-ambassador/97970794/
  16. Les gens s'installent dans l'est en fonction (entre autres) de la présence du métro et du TEC. Les gens s'installent dans le West-Island en fonction de la voiture. C'est un changement de paradigme important qu'on demande au West-Island, ça va lui prendre une génération avant de s'accomplir de lui-même (le temps que les ménage utilisant la voiture soient remplacés par des nouveaux résidents qui viendront s'installer là en fonction de la présence du REM). Si on veut accélérer ce changement, il faudra convaincre les automobilistes à choisir le REM, et la meilleure façon est de leur offrir du stationnement incitatif. Avec le temps, il est possible que ces stationnements ne soient plus aussi utiles, il sera toujours temps de les transformer en d'autre chose. Il faudra aussi mieux adapter les quartiers à la marche et au TEC et ça, ça va prendre des années. Entre temps les stationnements incitatifs sont une mesure viable. Le REM aurait du succès même si seulement les utilisateurs de TEC actuels l'utilisaient, mais selon moi, pour qu'il ait vraiment du succès, il faudra qu'il puisse enlever des véhicules entre les zones résidentielles et le centre-ville. La circulation de last mile entre les stations de REM et le domicile n'est pas aussi importante (c'est quoi, 15 % du trajet?). On peut être patients et espérer qu'avec le temps les résidents du West-Island (du moins les futurs résidents) adopteront le TEC pour se rendre au REM, ou bien on accélère ce processus en fournissant des stationnements incitatifs.
  17. C'est une mentalité de n'importe quand. Ce qu'on veut offrir aux résidents du West-Island c'est de délaisser complètement leur voiture et de prendre l'autobus pour se rendre au REM. C'est une attitude "C'est bien assez bon pour vous, contentez-vous en". Les gens ont tendance de décider eux-même ce qui est assez bon pour eux, et je crois que les résidents du West-Island vont décider que d'avoir à marcher dans des rues pas aménagées pour les piétons, mal déneigées (surtout les bordures, là où marchent les piétons) et pas déglacées pour aller attendre un autobus pour se rendre au REM ne sera pas assez bon pour eux. Ils se contenteraient sans doute de pouvoir se rendre en voiture à une station de REM et faire le reste du trajet en train, mais si on ne leur permet pas de faire ça, ils vont choisir le statut quo et prendre leur voiture jusqu'au centre-ville. Il faut avoir une approche client (ce que le secteur public a beaucoup de difficultés à faire) et donner aux clients ce qu'ils veulent, pas juste ce que l'on considère suffisant.
  18. Si St-Denis devenait un simple copier/coller d'une autre rue, ce serait un problème. C'est une question de proportion de commerces comme Dollarama qui peut poser problème. Un Dollarama agit un peu comme un anchor store dans un centre commercial; ça attire de l'achalandage pour les autres commerces. Et comme je l'ai mentionné, ça remplie un local vide. Le Dollarama va aller chercher de la clientèle locale qui pourra aussi magasiner dans les autres commerces, mais il n'attirera pas de clientèle de destination (bien que cette clientèle pourra aussi profiter de la présence du Dollarama pour quelques achats utilitaires). Si St-Denis veut demeurer une rue commerciale de destination, on devra y trouver des attractions, sa spécificité comme étant la rue St-Denis n'est plus suffisante. Le Royalmount veut avoir un aquarium et un parc aquatique comme attractions pour se différencier de ses concurrents, la Plaza St-Hubert a ses marquises et ses boutiques de mariées, le centre-ville est le centre-ville. Il faudra que St-Denis trouve quelque-chose ou bien qu'on accepte sa transformation en artère commerciale locale et non plus régionale.
  19. Il y a des dépanneurs partout, donc il ne faut pas qu'il y en ait sur St-Denis? Un Dollarama va causer un achalandage sur la rue (surtout des clients locaux), et ces clients pourront acheter dans les autres boutiques aussi. Ça bouche un trou et ça apporte un commerce utile (ils ont des produits cheap mais parfois c'est ce dont on a besoin). Ce n'est pas comme si Dollorama forçait un autre commerce à partir.
  20. Je présume que cet autobus va au métro? Si c'est bien le cas, ça se compare difficilement au West-Island. La station Longueuil existe depuis plus de 50 ans, la clientèle s'est développée au fil des décennies. Plusieurs personnes ont choisi de vivre dans le secteur justement pour avoir accès au métro. Pour le West-Island, tout le travail reste à faire. Ça va prendre des années, ou même des décennies, pour les gens s'y installent pour avoir accès au REM et pour que les quartiers deviennent plus conviviaux pour les marcheurs et le TEC. En attendant, la meilleure façon de convaincre les résidents d'utiliser le REM est de leur offrir des stationnements incitatifs. Ça prend des années et des années (et encore !) pour changer les habitudes d'un quartier, on accélérerait le processus avec des stationnements incitatifs.
  21. Même le meilleur service d'autobus ne bat pas un transit en voiture pour la fréquence et le temps (sans parler du confort) pour un trajet de banlieue entre la maison et une station de REM ou de métro. Le REM lui-même pourra être plus rapide que la voiture (surtout durant l'heure de pointe) pour relier la banlieue et le centre-ville, mais le temps total pourrait être plus long justement à cause de voyagement entre la maison et la gare (en comptant le temps total marche/attente de l'autobus/durée du trajet de l'autobus). Un certain nombre d'usagers (surtout ceux vivant plus proche des arrêts d'autobus) vont choisir d'utiliser à 100 % le TEC, mais un bon nombre vont préférer utiliser la voiture jusqu'au travail plutôt que de prendre l'autobus. J'aime mieux offrir un stationnement incitatif et voir les gens prendre leur voiture pour 10 % du trajet que de risquer qu'un grand nombre de personnes ne prennent pas le REM du tout. On met les chances de notre côté en offrant du stationnement incitatif (du moins pour le moment).
  22. La marche est très haute entre prendre sa voiture de la maison jusqu'à son travail et utiliser uniquement le TEC. La marche est moins haute si à la place on peut se rendre jusqu'à une station de REM en voiture et éviter le trajet en autobus. C'est souvent cette étape (d'une gare jusqu'à la maison) d'un voyage en TEC qui prend le plus de temps à cause d'une fréquence lus faible de l'autobus par rapport au métro/REM, sans compter la marche (parfois sur une rue encore très glacée...) entre l'arrêt d'autobus et la maison. Ce sera un dilemme pour un grand nombre d'automobiliste de choisir entre prendre plus de temps pour se rendre au travail en voiture (dans un environnement privé) ou de sauver du temps et partager un espace public en TEC (avec divers niveaux d'ensardinage). Ne sous-estime pas l'attrait du confort de la voiture par rapport au temps de transit. C'est mon opinion aussi. Il sera toujours temps de faire autre chose avec les stationnements si ceux-ci ne sont pas populaires. Et s'ils sont populaires, c'est qu'ils comblent un besoin.
  23. Tu as raison. Ça va affecter l'achalandage négativement. De plus, un grand nombre d'automobilistes n'essayeront même pas le REM parce qu'ils ne pourront pas s'y stationner. S'ils ne l'essayent jamais, ils ne l'adopteront jamais non plus.
  24. Vive l'automatisation, point.