Normand Hamel

Member
  • Content Count

    1,813
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    14

Normand Hamel last won the day on December 18 2018

Normand Hamel had the most liked content!

Community Reputation

1,500 Excellent

1 Follower

About Normand Hamel

  • Rank
    Mtlurb Master

Personal Information

  • Biography
    Né à l'Abord-à-Plouffe, QC
  • Location
    Brownsburg-Chatham
  • Interests
    Lecture
  • Occupation
    Retraité

Recent Profile Visitors

2,175 profile views
  1. World Airport Star Rating 2019: YUL décroche une 4e étoile https://www.admtl.com/fr/node/17091
  2. Axionable ouvre un bureau à Montréal et vise le recrutement d’une cinquantaine de talents en IA Moins d’un mois après avoir annoncé le lancement de son laboratoire « Axionable AI » dédié à la recherche appliquée et à l’exécution de projets d’intelligence artificielle, Axionable s’implante à Montréal. Cette data company française dont la vocation est de définir et déployer des stratégies d’IA impactantes et responsables, vise une cinquantaine de recrutements dans la capitale québécoise, devenue le centre névralgique de la recherche en IA Axionable, data company au service des entreprises, annonce l’ouverture d’un bureau dans la ville de Montréal au Québec, deux ans seulement après la création de la société. Dédiées à la recherche appliquée et à l’exécution de projets d’intelligence artificielle, les activités d’Axionable sont donc partagées entre Paris et Montréal. Montréal, le cœur de l’intelligence artificielle mondiale À l’aide de collaborations étroites engagées par les universités, les entreprises et le gouvernement, Montréal est devenue l’une des villes référence en matière d’IA dans le monde. À l’image du MILA, le plus important centre de recherche en IA (450 chercheurs) et de son Directeur Scientifique Yoshua Bengio, la capitale québécoise rassemble l’une des plus importantes concentrations de chercheurs et étudiants/doctorants au monde dans les domaines liés à l’IA. En parallèle, Montréal accueille un écosystème florissant, qui regroupe des entreprises leaders dans leur domaine qui viennent y installer leur centre de recherche, des startups prometteuses et des universités reconnues. Dès le mois d’Avril, Axionable et son labo IA rejoindra la quinzaine de laboratoires d’entreprises installés sur les bords du Saint-Laurent et intégrera notamment le MILA. Il accueillera bien sûr des activités de recherche appliquée ainsi que des hackatons, meetups, sessions de design thinking… L’expertise d’Axionable se concentre notamment sur les secteurs de la Banque & Assurance, de l’Industrie, des Médias et du Retail. 50 recrutements Axionable aide ses clients à capter la valeur de la data avec les meilleures pratiques et les dernières innovations IA du marché : analyse d’images et vidéos, compréhension du langage naturel, dispositif autonome, prédiction et recommandation. Elle accompagne les entreprises de bout en bout : depuis l’expression de leur besoin jusqu’à la livraison d’un dispositif IA qui aura un réel impact sur leur modèle économique et leur performance. Le prisme d’Axionable AI est de toujours veiller à fournir des solutions durables et responsables, respectueuses des enjeux éthiques et sociétaux. Dans cette optique, la société vise dans les deux prochaines années, le recrutement d’une cinquantaine de talents en IA (machine learning, deep learning, cyber sécurité… parmi lesquels des Docteurs/PhD), soit une croissance comparable à celle que connaît la société en France depuis sa création en 2016. https://www.actuia.com/actualite/axionable-ouvre-un-bureau-a-montreal-et-vise-le-recrutement-dune-cinquantaine-de-talents-en-ia/
  3. Horror on the Hudson: New York's $25bn architectural fiasco It is a billionaires’ playground where haircuts cost $800 and high-rise duplexes go for $32m. So why do the angular towers of Hudson Yards look so cheap? Oliver Wainwright - The Guardian One thing that’s always been true in New York,” says Dan Doctoroff, “is that if you build it, they will come.” He is referring to Hudson Yards, the $25bn, 28-acre, mega-project that he had a critical hand in originating while he was deputy mayor of the city under Michael Bloomberg in the early 2000s. He can now look down on his co-creation every day from his new office in one of the development’s towers and see hundreds of people climbing up and down Thomas Heatherwick’s Vessel sculpture, like tiny maggots crawling all over a rotting doner kebab. The first phase of Hudson Yards opened last month and people have indeed come – mostly to gawp at how it could have been allowed to happen. On a vast swath of the west side of Manhattan once earmarked for New York’s 2012 Olympic bid, a developer has conjured a private fantasy of angular glass towers stuffed with offices and expensive apartments, rising above a seven-storey shopping mall on an endless grey carpet, sprinkled with small tufts of “park”. The surprising thing isn’t that such a development has happened. The real shock is that it’s quite so bad. Hudson Yards’ marketing hype is showered with superlatives: this is the largest and most expensive private real estate project in US history, a place bursting with “never-before-seen” retail concepts and “first-of-its-kind” dining destinations. It is billed as the ultimate in everything, a refined playground for discerning urbanites, with stores where you can spend five figures on a wristwatch and $800 on a haircut. Yet it all feels so cheap. From the architectural zoo of convulsing angles to the apparent lack of care spent on the details, this is bargain-basement building-by-the-yard stuff that would feel more at home in the second-tier city of a developing economy. Stephen Ross, the billionaire boss of the Related Companies and driving force of the project, described it as a “museum of architecture”, which isn’t untrue. Walking through Hudson Yards feels like browsing a cladding depot, where panels of curtain-wall glazing, brushed aluminium and bits of stone collide in a wonky collage. The hot mess starts on the skyline, way before you reach the elevated podium on which this self-contained city is laid out. The first megalith to come into view is 30 Hudson Yards, the larger of a pair of towers designed by stalwarts of corporate Americana, Kohn Pedersen Fox. It climbs up into the sky in ungainly lumps, with a triangular observation deck wedged into its side near the top, forming a pointy beak that gives it the look of an angry chicken. While this tower leans in one direction, its stumpier partner tilts in another, forming what the developer optimistically calls “a dance of sleek giants”. It is a tableau that almost elicits pity, like chubby fowl engaged in their first awkward mating ritual. As you get closer, the pity dissolves into anger. Rather than inviting passersby in, the development turns its back, presenting a mostly blank frontage of service hatches and lift lobbies to the city, with an entrance at each corner to suck you up into the mall. Step inside and you find a shopping centre as prosaic as they come. With its plasterboard soffits and shiny fascia, it makes the likes of Dior, Fendi and Cartier look like discount stores. Continue west and you are spat out on to the central plaza to be confronted by the mother of all novelty public art, like a mutant lovechild of New York’s two favourite snacks: the pretzel and the shawarma. Thomas Heatherwick’s Vessel has been compared to many things, from a wastepaper basket to the expandable foam mesh for packaging fruit, but the designer prefers to cite the form of India’s ancient step wells. These great stone structures served a crucial purpose: to make it easy for people to reach water for washing, cooking and religious functions. Heatherwick’s basket of staircases, on the other hand, is the embodiment of selfie-driven spectacle, a lattice of 2,500 photo opportunities woven together in a vertical panopticon. “Vessel TKA”, as it is officially known while it awaits the result of its public naming competition (entries to which include Stairy McStairface and Meat Tornado), has proved to be a magnet for near-universal ire, but it is by no means the worst thing in Hudson Yards. Traversing its landings and participating in the collective gawping is an entertaining experience, and the $200m (£153.4m) structure provides some good views over the surrounding architectural car crash. But what isn’t evident until you visit in person is quite how shoddy it seems. Heatherwick projects have had some practical hiccups in the past – Manchester’s B of the Bang had to be dismantled after a big steel spike fell off, while Newcastle’s Blue Carpet paving faded to grey and needs constant repair – but this structure takes it to a whole new level. Ascending the ticketed selfie-scrum last week, on a single route of 154 possible staircases, I encountered a smashed glazing panel, chipped steps and several places where duct tape had been used to stick errant pieces of cladding back on – after the thing had been open for just two weeks. Some steps look as if they have been crookedly cut on site to fit, while handrails crash into parts of the steel structure as if no one thought about how the two parts might meet. The Vessel’s relationship with the privately owned “public space” around it is revealing, too. Try to sit on the stone steps around its base and you will be instantly shooed away by a security guard. The outcome is all the more galling given that the one truly public element of Hudson Yards was intended to occupy this central space. The Shed, an arts venue conceived by Diller Scofidio + Renfro (DS+R) with the Rockwell Group, was the result of a request for proposals issued by the city in 2008 for a cultural attraction for the site. “We only had two requirements,” says Doctoroff, who is now CEO of Google’s urban planning arm, Sidewalk Labs. “It had to be different than anything else in New York, and it had to keep the city at the leading edge of culture in the world.” DS+R and Rockwell’s plan originally imagined four nesting shells that would slide out into the centre of the plaza, but the developer had other ideas. “In 2011, Related asked us to get out of the way,” recalls Liz Diller. “The deployable building was getting in the way of people being able to see their shops.” The Shed was shrunk and flipped 90 degrees, so now its events plaza fills a gap in front of an office lobby, while its entrances are tucked away like poor doors at the lower street level. The physical result betrays the nature of the forced marriage. When I asked Diller about the lack of views from inside her sliding inflatable performance shell, on a site tour last year, she was frank: “The surrounding buildings are not so gorgeous, so we didn’t want to focus people’s attention outside.” As we approached the Vessel, she added: “Out here you have a view to … well, let’s not talk about that.” Back on the plaza, the place has distinct echoes of the World Trade Center site, where a similar lack of joined-up thinking has produced an equally placeless place. Any sense of the local character has been obliterated. Hudson Yards is suspended above 30 functioning train tracks, yet they have been swept under the pristine grey matt. Perhaps industrial grit wasn’t compatible with a place for the “trendiest urban dwellers”, where a duplex goes for $32m and a two-bed starts at $9,000 per month. How could one masterplan led by a single developer have created this, especially in a context that, according to the New School think-tank, benefited from almost $6bn in state funding and tax breaks? “You have to remember that post-9/11 was a very different time,” says Doctoroff. “This was a totally new area and we had to encourage people to come out here and take a leap of faith. It was a frontier, so the bulk of the funding was spent on the provision of infrastructure and extending the subway.” He says that the criticism of generous tax breaks is “ridiculous”, claiming the city will earn back $20bn in tax revenue when the project is complete. But couldn’t they have insisted on a better deal than having only 10% of the 4,000 flats classed as “affordable”? “Back in 2005, no one was talking about affordable housing,” he says. “And, if you include the wider area, the percentage is much higher. We were really ahead of the curve.” Used as a freight yard for decades, Hudson Yards had a chequered history of failed development visions. Donald Trump planned it as the location for Trump City, which would have been home to the tallest skyscraper in the world, shaped like a rocket. His plan fell through and he sold the site in the 1990s to a group of Hong Kong investors for $82m – possibly his worst-ever deal. In 2005, the city earmarked the area for its 2012 Olympic bid, and it was drastically rezoned for tall buildings. The Olympic dream died, but the opportunity was there for a developer with a big enough backer. In the wake of the financial crash in 2009, Related swooped in with Oxford Properties Group, a Canadian investment company owned by the Ontario municipal workers’ pension fund, and bought the site for $1bn. Their plans grew ever fatter. As a 2017 report by the Municipal Art Society of New York revealed, dozens of separate land-use applications have been approved since the environmental impact assessment of the initial rezoning, resulting in huge increases of floor area. They calculate the outcome represents a combined underestimation of the Hudson Yards development by the size of almost three Chrysler Buildings. With this history in mind, the lack of care that has been spent on trying to make it a good place makes more sense. This swollen appendage to Manhattan is not a new neighbourhood for New York, but a blunt vehicle for making money, a strange offshore tumescence of global capital to service multitudes of Canadian public-sector pensioners, hundreds of miles away. https://www.theguardian.com/artanddesign/2019/apr/09/hudson-yards-new-york-25bn-architectural-fiasco
  4. Avec en boni un lien symbolique entre les deux communautés. 😊
  5. Oui mais pas à Montréal: La Presse: « Il y a encore des efforts à faire, mais nous avons effectué d'importants progrès depuis cinq ans, a-t-il dit au cours d'un entretien téléphonique, jeudi. La preuve, c'est que des compagnies américaines (comme Google et Facebook) ouvrent des laboratoires à Montréal. » Selon M. Gagné, l'efficacité de la rétention ira en s'améliorant au fur et à mesure que l'on commercialisera des découvertes effectuées au Québec et au Canada. C'est exactement ce que je disais hier dans mon texte. Mais je me permettrai d'ajouter ceci: s'il y a beaucoup de chercheurs aux États-Unis c'est parce qu'on y trouve de nombreuses universités. Par contre aucune d'elle n'a autant de chercheurs en IA que le Mila qui regroupe l'Université de Montréal et McGill: 350 chercheurs spécialisés en IA. En 2016 ils étaient déjà 200 (150 à l'UdeM et 50 à McGill).
  6. Lorsque l'on parle d'intelligence artificielle il y a trois distinctions à faire et il est important de préciser de quoi on parle exactement. Pour ce qui est de l'article disons que j'ai déjà vu pire mais les nuances nécessaires sont totalement absentes au profit du sensationnalisme car si je fais des déclarations fracassantes qui vont à l'encontre des idées reçues c'est certain que je vais attirer l'attention et je vais vendre de la copie comme on dit dans le métier. Voici les trois distinctions à faire: 1. La première est la différence entre d'une part l'intelligence artificielle et d'autre part l'apprentissage profond (deep learning) et l'apprentissage par renforcement (reinforcement learning). 2. La deuxième concerne l'industrie versus la recherche académique. 3. La troisième est le Québec par rapport au ROC. Il faut comprendre que l'IA existe officiellement depuis 1956. Il s'agit d'un vaste domaine qui au début concernait essentiellement la recherche académique car il y avait très peu de débouchés et d'applications. On parle d'ailleurs souvent du long hiver qu'a eu à traverser l'IA et qui a duré plusieurs décennies. Pendant ce temps là de nombreuses applications ont été développées plus ou moins indépendamment de l'IA au sens étroit du terme et qui sont généralement en lien avec le secteur dit des technologies. Or, les percées des dernières années en IA ont trouvé immédiatement des applications dans un très grand nombre de domaines appartenant jusqu'alors au secteur plus traditionnel des technologies et c'est là que la confusion des genres est apparue. Si bien qu'aujourd'hui il est de plus en plus difficile de distinguer l'un de l'autre et d'ailleurs bientôt il ne sera plus vraiment nécessaire de le faire non plus. C'est qu'à partir du moment où l'on est déjà disons ingénieur en informatique on peut aller faire une maîtrise en IA car on a toutes les bases nécessaires. Pour illustrer ce que je viens de dire je vais donner l'exemple du professeur Christopher Pal de Polytechnique où il enseigne l'IA. À son premier cours il y a quelques années il avait un seul élève dans sa classe. Aujourd'hui dans le même cours il en a environ une centaine. Pourquoi? Parce que l'IA a explosé à partir de 2012 suite à un concours remporté par deux étudiants de Geoff Hinton à l'Université de Toronto qui démontrait toute la puissance des derniers développements en apprentissage profond. Depuis ce temps là le secteur est en ébullition. Par exemple à Stanford un ingénieur diplômé a trois ans pour compléter une maîtrise en IA par les soirs tout en travaillant à temps plein. Tous les informaticiens veulent maintenant se spécialiser en IA. Ici au Québec on commence même à développer des programmes dès le CÉGEP. Parlant du Québec en quoi nous distinguons-nous? Ce n'est certainement pas au niveau de l'industrie où Silicon Valley est très très loin devant. Même Toronto est loin devant. La force du Québec ce sont ses institutions académiques spécialisées en IA. Notamment l'Université de Montréal et l'Université McGill. Je ne parle pas ici de simples départements d'informatique mais de véritables centres d'expertise à la fine pointe de l'IA. Au Canada j'en connais cinq: UdeM, McGill, Toronto, Waterloo et Edmonton. Qu'est-ce qui fait que l'UdeM se démarque tant? C'est parce que c'est de loin l'institution qui accueille le plus grand nombre de chercheurs (doctorat) en apprentissage profond (le domaine actuellement le plus hot de l'IA), non seulement au Canada mais dans le monde entier. Pourquoi en est-il ainsi? Parce que Yoshua Bengio est une rock star de l'IA qui n'est pas allé travailler dans l'industrie mais a choisi plutôt de faire de Montréal un centre important de l'IA. Il est d'ailleurs le chercheur le plus cité au monde en IA et grâce à lui Montréal est considérée comme le Deep Learning Ground Zero. C'est bien beau avoir de belles universités mais ça donne quoi au juste? Pour l'instant cela nous donne surtout du prestige. Mais il faut comprendre que toute une industrie de l'IA est en train de naître discrètement à Montréal. Pour l'instant ils ne font pas beaucoup de bruit mais dans quelques années on devrait voir des résultats tangibles en lien avec la recherche de pointe en IA qui se fait présentement à l'UdeM et à McGill. D'ailleurs elles sont maintenant toutes deux réunies sous un même toit dans le Mile-Ex et collaborent ensemble. Si l'UdeM est spécialisée en apprentissage profond McGill elle est spécialisée en apprentissage par renforcement, deux domaines complémentaires. En terminant j'aimerais dire que ce qui est en train de se produire à Montréal est absolument extraordinaire et n'a aucun équivalent ailleurs dans le monde. Maintenant pour les résultats concrets nous devrons attendre quelques années encore, un peu comme Bombardier lorsque en 1986 elle s'est porté acquéreur de Canadair. Cela donnera naissance quelques années plus tard à toute une industrie aéronautique et fera à terme de Montréal le troisième pôle mondial derrière Toulouse et Seattle.
  7. C'est effectivement le cas et le gouvernement en est de plus en plus conscient. Par exemple, ils manquaient de soudeurs qualifiés à Saguenay et ils en ont fait venir de l'Algérie ou un autre pays du Maghreb, je ne me souviens plus exactement. Le nouveau gouvernement à Québec a développé un programme pour identifier les besoins en main d'oeuvre de chaque compagnie (particulièrement en région) afin de les accompagner dans leurs démarches à l'étranger pour recruter des gens qualifiés. Cette initiative est donc très récente. Le but est simple: combler les besoins de main d'oeuvre en région, sans toutefois exclure Montréal et Québec. Pour ce qui est des travailleurs avec des compétences particulières, comme l'informatique par exemple, ils peuvent immigrer ici en moins de trois semaines s'ils ont un emploi car il existe un programme particulier fast track pour ces gens-là. Et si c'est pour travailler à Montréal leurs démarches seront grandement facilitées car ce sera Montréal International qui s'en chargera pour eux, ou du moins ils les accompagneront jusqu'à ce qu'ils soient en poste. La nouvelle approche en termes d'immigration est la suivante: tu ne viens plus ici dans l'espoir de te trouver un emploi à la hauteur de tes compétences; tu risques de ne pas trouver pour toutes sortes de raisons, comme le corporatisme par exemple. Non, à partir de maintenant tu viens ici parce que tu a un emploi. Soit tu as appliqué de l'étranger où on est venu te recruter dans ton pays. De cette façon tout le monde est contant: l'immigré, l'employeur et le gouvernement.
  8. La reconnaissance de cet état de fait est ce qui dicte la politique actuelle du gouvernement et non pas la xénophobie comme plusieurs essayent de nous le faire croire. Si on accepte des immigrants parce qu'on a besoin de leurs compétences ceux-ci seront plus heureux et ils se sentiront utiles. C'est gagnant gagnant. La pause actuelle vise aussi à mieux intégrer les nouveaux arrivants dans notre société, notamment en les aidant à apprendre notre langue s'ils ne la maîtrisent pas déjà. Mais comme l'immigration est en chantier présentement il y a certains inconvénients qui viennent avec. Cela n'empêchera cependant pas les gens de circuler pendant la durée des travaux.
  9. Avant la construction du premier pont Victoria (en bois) la ville de Québec était plus prestigieuse que Montréal. Mais la révolution industrielle a complètement changé la donne. Bien sûr si Québec se compare aux autres villes canadiennes elle a fait du surplace pendant que les autres progressaient. Par contre si Québec se compare à elle-même elle a beaucoup progressé ces dernières années. Car lorsque j'y habitais ce n'était qu'une ville administrative gouvernementale et son économie était anémique. Cependant après mon départ en 1978 elle a commencé à se réinventer, en partie grâce à son maire et en partie grâce à son savoir en photonique. Depuis un certain temps elle affiche le plus bas (parfois l'un des plus bas) taux de chômage au Canada. Dans ce sens là ce n'est plus du tout la même ville que j'ai habitée pendant deux belles années. Par contre lorsque je suis retourné à Montréal en 1978 celle-ci avait déjà commencé à péricliter (ce qui en passant n'est jamais arrivé à Québec) suite aux troubles politiques qui ont engendré un départ massif des anglophones vers Toronto. Ce n'est que dans la dernière décennie que Montréal a commencé à prospérer à nouveau. Aujourd'hui Québec et Montréal vont très bien. Mais entretemps la performance de certaines villes canadiennes comme Toronto, Vancouver et Calgary, pour ne nommer que les plus importantes, est carrément hallucinante. Si la performance de Calgary s'explique par le pétrole et celle de Vancouver par sa proximité géographique avec la Chine, il en est tout autre pour Toronto dont le dynamisme vient de la volonté indomptable de ses habitants de faire du commerce (lié à l'amour de l'argent selon moi). Napoléon avait d'ailleurs remarqué ce trait culturel chez les Anglais. Maintenant, que Toronto aspire à devenir New York cela la regarde et en ce qui me concerne il s'agit d'une aspiration légitime. L'essor de cette ville est hallucinant et me fait un peu penser à Atlanta pour sa rapide ascension, alors que Montréal me fait plutôt penser à Boston, une ville universitaire comme elle. Ce qui me convient parfaitement car je ne suis pas un homme d'affaire mais un intellectuel. Mais pour revenir à la progression des villes canadiennes en général cela est attribuable à l'immigration massive des cinquante dernières années qui est allé en s'accélérant dans les décennies les plus récentes. C'est une particularité du Canada qui est un cas exceptionnel dans le monde. Certains disent que cela vient de Trudeau père et sa politique du multiculturalisme. Peut-être, je ne sais pas vraiment. Tout ce que je sais c'est que cette formule canadienne a un impact différent au Québec dont la langue est menacée. Sans la loi 101 elle serait d'ailleurs en voie de disparition aujourd'hui. Ce qui aurait fait l'affaire de bien du monde qui voudrait qu'au Canada nous parlions tous la même langue. Le Québec affiche déjà l'un des taux d'immigration parmi les plus élevés en Occident. Vouloir le mettre au même niveau que le ROC serait selon moi suicidaire culturellement parlant. Par contre si l'on met de côté la préservation de la culture francophone alors là the sky is the limit. Il faut juste trouver le bon équilibre entre la prospérité économique et l'épanouissement culturel. Nous y sommes je crois et le recul actuel n'est pas aussi grand que l'on prétend et sera vraisemblablement de courte durée pour des raions essentiellement économiques et démographiques. Mais dans tout cela il y une chose très importante à comprendre. C'est que dans la culture francophone la notion de rang n'a pas la même importance. Nos ambitions sont donc moins élevées. En fait notre plus grande ambition est d'être heureux. Et à ce niveau là le Québec occupe le premier rang au Canada si l'on se fie aux sondages. Même les anglophones du Québec seraient plus heureux que ceux du ROC. Faut croire que dans la vie il y a autre chose que l'argent.
  10. La ville de Québec en était l'année dernière à sa 25e année consécutive de croissance. Faut dire qu'elle n'a pas connu les troubles politiques que Montréal a traversé depuis l'élection du PQ en 1976 et qui n'ont commencé à se résorber que dans les années 2000. D'ailleurs on commence maintenant à voir le résultat (particulièrement dans la dernière décennie). Lorsque j'habitais à Québec (1977-1978) cette ville stagnait depuis un bon moment, puis est arrivé l'industrie de l'optique. À cette époque là l'Université Laval produisait 70% des thèses de doctorat en photonique au Canada (un peu comme Montréal aujourd'hui où la majorité des thèses de doctorat en intelligence artificielle se font ici). C'est ce qui a donné naissance à l'INO (Institut National d'Optique) et toute l'industrie de la photonique que l'on retrouve aujourd'hui à Québec. Mais c'est une ville complètement refermée sur elle-même et elle accueille donc peu d'immigrants. Cependant ils commencent à s'ouvrir car comme toutes les autres régions du Québec ils souffrent de plus en plus du manque de main d'oeuvre. Dans mon optique (sans mauvais jeu de mots) il ne faut pas comparer le Québec au reste du Canada pour ce genre de statistiques car pour toutes sortes de raison nous n'aurons jamais les taux d'immigration qu'ils connaissent depuis de nombreuses années. Malgré cela nous avons quand même l'un des taux d'immigration les plus élevés en occident. Possiblement même le plus élevé si on excluait le ROC qui demeure phénoménal et complètement hors norme à ce point de vue là.
  11. Le problème ce n'est pas tant le nombre de voyageurs existants que ceux qui pourraient être associés à la croissance. C'est que Air Canada continue (ou continuait plutôt) de recevoir des Max. Je crois qu'ils devaient en recevoir encore au moins 18 sur les deux prochaines années. On parle ici de nouvelles liaisons possibles. C'est sûr qu'à court terme il ne devrait pas y avoir d'impact majeur. Mais si la crise devait s'étirer sur plusieurs mois alors là on aurait définitivement moins de croissance que ce qu'on anticipait.
  12. Si je me réjouis grandement de cette nouvelle je ne suis absolument pas surpris que le prix Turing ait été attribué à ces trois individus. Pour n'importe qui qui a suivi le développement de l'intelligence artificielle ces dernières années c'était une évidence que cela allait arriver très prochainement. Sans vouloir faire de mauvais jeu de mots je dirais même que c'était un no-brainer.🤪 Ce n'est pas pour rien si la plupart de ceux qui veulent faire des études avancées en IA (doctorat) ont Montréal tout en haut de leur liste. Le Mila est d'ailleurs rempli de gens qui viennent de partout sur la planète et qui sont conscients qu'ils se trouvent à la Mecque de l'IA. Car pour ceux qui ne le sauraient pas encore c'est à Montréal que l'on retrouve la plus grande concentration de chercheurs universitaires en intelligence artificielle. Notamment en apprentissage profond (deep learning), la voie la plus prometteuse en IA à l'heure actuelle. D'ailleurs on dit de Montréal que c'est le Deep Learning Ground Zero car c'est Bengio qui le premier a démontré tout le potentiel de l'apprentissage profond en faisant appel aux ordinateurs les plus puissants de l'époque (1993).
  13. L'absence du 737 Max pourrait cependant faire baisser les statistiques à partir du mois de mars, mais je ne sais pas dans quelle mesure exactement. Dommage car on était parti pour faire une autre année exceptionnelle. Cependant on devrait quand même dépasser les 20 millions assez facilement.
  14. Il refuse des millions $ par principe Le chercheur québécois aimerait que l’on accueille ici des entreprises irréprochables sur le plan éthique FRANCIS HALIN - Le Journal de Montréal Un professeur en intelligence artificielle de Polytechnique Montréal, qui vient de refuser un salaire d’un million $ par année pour diriger le laboratoire de 100 millions $ du géant japonais Denso ciblé par le FBI, s’inquiète de voir des entreprises étrangères douteuses débarquer chez nous. « Est-ce que je voulais avoir mon nom touché par une entreprise qui a fait de la collusion, qui a un impact environnemental et qui n’accorde presque aucune place aux femmes ? Non », confie Samuel Bassetto, professeur agrégé au département de mathématiques et de génie industriel de Polytechnique Montréal. En janvier dernier, le premier ministre du Québec, la mairesse de Montréal et le ministre fédéral des Infrastructures ont accueilli à bras ouverts le fabricant de pièces d’auto japonais Denso venu créer cinq emplois ici. Quand Le Journal a demandé à François Legault pourquoi aucun représentant de l’entreprise n’était à ses côtés à la conférence de presse, il a répondu avec humour. « Ce n’est pas facile de rencontrer des journalistes. Les gens de Denso ont préféré ne pas faire de point de presse. On respecte ça », avait-il lancé. Passé trouble Deux mois plus tard, Samuel Bassetto raconte au Journal pourquoi il a refusé de diriger le centre de recherche en intelligence artificielle montréalais de la multinationale Denso, qui a déjà été ciblée par des enquêtes du FBI (voir autre texte plus bas). Au départ, quand Denso l’a approché, l’entreprise pique la curiosité du chercheur québécois. À l’invitation de ses dirigeants, il accepte alors d’aller visiter son siège social et ses usines au Japon pour mieux la connaître. Mais le choc est brutal. Il déchante vite. Samuel Bassetto découvre une compagnie qui traîne un lourd passé (255 millions de dollars américains d’amendes), qui n’accorde quasiment pas de place aux femmes dans sa gestion (0,9 %) et qui ne pose pas assez de gestes à son goût pour l’environnement. « Il y a urgence d’agir pour mettre en place des mécanismes pour savoir avec qui on fait affaire, affirme M. Bassetto. Comme professeur, premier ministre, ministre fédéral ou mairesse d’une grande métropole, je veux savoir à qui je serre la main. » Nouveaux critères Pour M. Bassetto, il faut se doter au plus vite de critères pour ne plus accueillir n’importe quelle entreprise chez nous. Pour y arriver, le chercheur propose une grille simple avec quelques points clés. « Est-ce que vous faites travailler les enfants ? Est-ce que vous avez eu des procès au criminel ? En avez-vous encore ? Favorisez-vous la diversité et l’égalité ? Avez-vous un impact environnemental fort ? » donne-t-il en guise d’exemple. Il ajoute que Polytechnique Montréal est loin d’être la seule institution qui doit faire preuve de plus de vigilance. Toutes les universités québécoises sont dans le même bateau, insiste-t-il. « Quand la grande entreprise nous donne un dollar et que, nous, on va en chercher trois, c’est nous qui avons le gros bout du bâton, pas l’entreprise », conclut l’homme, sourire aux lèvres. UNE SOCIÉTÉ PASSÉE SOUS LA LOUPE DU FBI La multinationale japonaise Denso a eu de multiples démêlés avec la justice américaine. En mars 2012, la société a plaidé coupable dans une affaire de fixation de prix. Le géant a alors été condamné à payer une amende de 78 millions $ US, selon des documents du FBI consultés par Le Journal. Deux ans plus tard, l’un de ses dirigeants a plaidé coupable et a accepté de purger une peine de un an et un jour de prison pour son rôle joué entre 2009 et 2010 dans une histoire de fixation de prix, toujours selon le FBI. À l’époque, près de 27 entreprises ont admis leurs fautes dans ce système et payé une amende totale de 2,3 milliards $ US. https://www.journaldemontreal.com/2019/03/25/il-refuse-des-millions-par-principe
  15. Les enquêteurs veulent savoir si Boeing a trompé les régulateurs américains Agence France-Presse Les enquêteurs américains cherchent à savoir si Boeing a fourni des informations « incomplètes ou trompeuses » aux régulateurs à propos du 737 MAX, selon le Wall Street Journal vendredi. Cela vient préciser un des points sur lesquels se concentrent les enquêteurs dans le cadre de leurs investigations sur la façon dont l'avion a été développé et certifié par les régulateurs. L'accident du vol d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts le 10 mars était le second en moins de cinq mois pour le Boeing 737 MAX 8, après celui d'un appareil de Lion Air en octobre qui s'est abîmé au large de l'Indonésie faisant 189 morts. L'enquête criminelle, qui implique notamment le FBI, avait été ouverte après le premier crash, rappelle le WSJ. Ces deux accidents qui présentent des similitudes troublantes ont poussé la plupart des régulateurs de l'aviation internationale à clouer au sol ces appareils en attendant d'en savoir plus sur leurs causes. Les interrogations se concentrent précisément sur le système anti-décrochage MCAS de ces avions. Ils ont aussi soulevé aux États-Unis des doutes sur la certification du 737 MAX. Confrontée à des coupes budgétaires et en manque de personnels compétents face aux nouvelles technologies embarquées dans le 737 MAX, la FAA a confié une grande partie de la certification de l'avion aux employés de Boeing suivant une nouvelle procédure mise en place il y a plus d'une dizaine d'années. Elle a toutefois assuré, comme Boeing, que la certification de l'avion s'était déroulée dans les règles. Le ministère américain des Transports a commandé un audit sur cette procédure de certification. La compagnie indonésienne Garuda vient d'annoncer qu'elle renonçait à une commande de 49 Boeing 737 MAX 8. https://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201903/22/01-5219326-les-enqueteurs-veulent-savoir-si-boeing-a-trompe-les-regulateurs-americains.php