Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'vision'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports en commun
    • Infrastructures
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Projets Annulés
  • Discussions générales
    • Urbanisme et architecture
    • Nouvelles économiques
    • Technologie, jeux vidéos et gadgets
    • Technologies urbaines
    • Discussions générales
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • L'actualité
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec et reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Biography


Location


Intérêts


Occupation

63 résultats trouvés

  1. nicko2a

    1422 Peel - 35 étages

    Bonjour à tous ! Je me suis fais un petit délire perso. Quand je vois la propagation des grattes ciels ultras-fins à New York, je me suis demandé pourquoi pas à Montreal ? Donc je me suis mis à chercher un emplacement propice pour un projet equivalent, à l'echelle de Montreal. Au début, je voulais le faire au 1240 Square Phillips parce que je me disais qu'avec le square devant, ça aurait été magnifique, mais la zone est limitée à 60m... Je me suis ensuite rabatu sur le 1422 Peel. L'endroit est très dense, mais avec uniquement des immeubles d'une dizaine d'étages. La zone est limitée à 120m, mais cela est déjà suffisant ! Ce qui me plaisait c'est d'integrer le batiment dans un quartier dense en l'adaptant au batiments plus anciens. J'ai trouvé la facade du petit batiment déjà présent sympathique alors j'ai décidé de l'integrer au projet. Parlons un peu du batiment. La base fait 20m par 36m, ce qui correspond à l'espace libre actuellement, + le petit batiment. Il y a un premier rabat de à 25m de haut pour donner la largeur minimale de la tour, 18m et un profondeur de 30m. Il y en a un autre à 38m de haut, qui forme une terrasse et qui fait passer la profondeur du batiment de 30 à 18m. La tour s'élance ensuite en un carré de 18x18m sur 80m. Bon alors je me suis pas du tout penché sur l'aménagement interieur, ça ne m'interesse pas ! Au niveau de l'apparence extérieure, la tour serait revetue de verre noire type One Madison à NYC : Avec un léger cerclage en métale gris foncé/carbon (la couleur) entre chaque étage. Je me suis dit qu'une longue antenne à la CIBC terminerait bien la tour ! Voici maintenant ce que ça donne integré dans la ville ! Et voici comment l'immeuble ressort de plusieurs endroits de la ville : Bonaventure : Mt Royal : St Catherine O : Du pied de la tour CIBC : Et du pied de la tour : Voila ! Qu'en pensez vous ?
  2. http://journalmetro.com/actualites/montreal/350694/luc-ferrandez-montreal-doit-faire-preuve-dambition/
  3. Marc90

    Slim skyscraper à Montréal

    Une petite vision volumétrique très sommaire pour l'emplacement d'un potentiel gratte-ciel "slim" à Montréal, dans l'axe de McGill College, derrière le Reine-Elizabeth. Il deviendrait un élément phare du Skyline depuis la future place McGill et depuis le Mont-Royal. Il impliquerait de transformer (et démolissant) l'hideux parking de la Gare Centrale et le building Stantec pour faire une place + parc sur Robert-Bourassa, améliorant le verdissement du secteur. L'intervention permettrait de dégager le bâtiment originel de la Gare Centrale et la façade De La Gauchetière de la Place Bonaventure. La rue DLG serait beaucoup plus accueillante, pouvant à terme devenir un lien piéton ou partagé complet depuis le Quartier Chinois jusqu'au Centre Bell, incluant les interventions liées aux futurs HEC Centre-Ville.
  4. LeTravailleur

    Monorail lavallois

    Bonjour à la communauté MtlUrb! Je vous présente ce soir le premier jet d'une vision personnelle pour l'entièreté de la Ville de Laval. Bien entendu, tout cela est sujet à modification et je suis totalement ouvert à vos commentaires/plaintes/insultes (pas trop des dernières, quand même!). Voici donc, sans plus attendre, le plan du Monorail lavallois, et je tenterai d'expliquer cette énormité par la suite. (Grande taille : ) Tous les quartiers, ou presque, sont reliés par leurs centres aux autres pôles de l'île. Les trois stations de métro sont connectées au réseau, de même qu'une gare de REM (Ste-Dorothée) et la gare Vimont. Le centre-ville est amplement desservi par trois stations de croisement et tous ses pôles sont reliés. J'ai tenté de prendre en compte, dans la mesure du possible, les usages des terrains actuels, en plus d'anticiper certains développements ou re-développements futurs. Pensons à une densification des Galeries Laval et du Centre Laval, justifiant la station Le Corbusier, et l'implantation d'un grand parc au nord des Résidences Soleil avec la station Trait-Carré. La station Val-des-Ruisseaux, dans l'est, anticipe le développement massif de l'est de l'île au sud de l'avenue Marcel-Villeneuve. Je pense également que la ligne rouge pourrait déboucher à proximité d'un futur quartier mixte, comprenant, pourquoi pas, le second hôpital dont Laval aurait besoin. Le monorail s'insère bien dans certaines emprises, comme au centre d'une autoroute, d'un boulevard (on est à Laval, ça tombe bien, il y en a plein), etc. Comme c'est une vision, certaines voies empruntées sont très boiteuses ou approximatives. Un monorail s'insérerait mal sur Des Laurentides, surtout au sud de Concorde, et un tramway pourrait être privilégié sur cet axe. Sinon, les technologies permettant à un monorail d'effectuer des virages brusques, nécessaires en milieu urbain, existent et seraient certainement compatibles avec la plupart des trajets imaginés. Pourquoi un monorail au lieu d'un tramway pour le reste? On est en emprise exclusive, donc le trafic est inexistant. On peut enjamber les obstacles, et donc facilement s'amener et se retirer d'un terre-plein de boulevard ou d'autoroute. On franchit sans problème les autoroutes, et cela permet du même coup de créer des passerelles piétonnes au-dessus des axes plus hostiles. J'ai également confiance qu'un bon monorail puisse atteindre une vitesse commerciale idéale, pour permettre de relier toutes les stations au métro en 30 minutes maximum. Le réseau peut être automatisé et les passages, fréquents. Un réseau électrique peut être silencieux et très éco-friendly. Il y a aussi une simple question esthétique, touristique et de rayonnement que j'ai voulu explorer dans cette vision. Réalisé à 100%, le réseau serait un des monorails les plus étendus au monde et comprendrait une quarantaine de stations à travers l'île. Le coût serait, bien entendu, aussi imposant que le réseau, mais dans le cas d'un monorail, ça dépend beaucoup de la technologie utilisée. Une estimation rapide me permet de croire que le réseau entier serait réalisable pour moins de 3 G$. C'est un réseau qui, à première vue, semble démesuré. N'oublions cependant pas qu'un tel projet peut se réaliser par phase, suivre le développement (assez intense!) de Laval et lui-même être un moteur de développement axé sur le transport en commun. À long terme, pour une ville qui frôlera le demi-million d'habitant, vaut mieux réfléchir maintenant. Les autobus ne répondent pas toujours à la demande et le métro, pour des coûts similaires, desservirait uniquement les pôles du centre-ville, et avec difficulté... Mais contribuerait, comme le monorail, à désengorger Montmorency une bonne fois pour toutes. Le monorail pourrait cependant remplacer ou côtoyer l'autobus dans les axes principaux, ce qui permettrait de redéployer la flotte de bus sur des trajets plus adaptés à la nouvelle réalité et mieux desservir les quartiers eux-mêmes (notamment en les connectant aux stations de monorail les plus proches). Ce n'est qu'une idée un peu farfelue, mais je tiens à ce qu'elle soit entendue, à défaut d'être concrétisée. Une partie de cette vision me servira notamment de projet scolaire sur la mobilité au centre-ville lavallois, spécifiquement (analyse de la connectivité des différents pôles par les stations illustrées dans l'encadré pointillé). Plus généralement, je souhaite, avec ce premier jet, faire réfléchir sur ce que Laval peut faire pour améliorer la mobilité au sein de la Ville, que ce soit pour les déplacements entre les quartiers que pour les liens avec les stations de métro, gares de train ou du futur REM. La technologie à employer peut aussi être matière à discussion. Je verrais bien des trains courts et légers, ou carrément des wagons suspendus fonctionnant avec, pourquoi pas, des damnés moteur-roues! Appelez-moi mégalomane (je le suis sûrement un peu! ), mais on a en ce moment un maire qui doit consulter des firmes pour analyser la faisabilité d'implanter une NAVETTE (simple autobus) gratuite quotidienne dans un circuit en boucle au CENTRE-VILLE... d'ici TROIS ANS! Je trouve cela frustrant. Et j'ai l'impression que ce n'est pas avec aussi peu d'ambition qu'on pourra développer Laval à son plein potentiel, et en faire une belle réussite, humaine et moderne, dans les 10-20 prochaines années. D'où, selon moi, la nécessité de discuter de plans d'envergure dès maintenant. Les Lavallois se sont doté d'une vision stratégique (très vague, je dirais), et la révision du schéma d'aménagement avance toujours. Au-delà des projets individuels (dont la qualité s'améliore d'année en année, selon moi!), il nous faudra quelque chose d'unique, et de commun, pour véritablement concrétiser le projet inachevé qu'est la Ville entière.
  5. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5997,102503571&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=25474&ret=/pls/portal/url/page/bur_du_maire_fr/rep_bur_du_maire/rep_communiques/coll_communiques Création du Bureau du centre-ville de Montréal - Vers une première stratégie centre-ville pour Montréal 27 août 2015 Montréal, le 27 août 2015 – Le responsable de la stratégie pour le centre-ville au comité exécutif, M. Richard Bergeron, est heureux d'annoncer la création du Bureau du centre-ville de Montréal. L'objectif de ce Bureau est de préparer une stratégie pour le centre-ville en élaborant une vision d'avenir qui contribuera à optimiser son potentiel de développement, en plus de proposer des mesures concrètes et ciblées qui guideront sa croissance. « Le Bureau du centre-ville vise avant tout à créer un centre-ville encore plus attrayant, animé et dynamique. Issue de la volonté du maire de mettre en valeur les formidables attraits de notre centre-ville, cette stratégie, dotée d'objectifs mesurables, tracera la voie vers un futur résolument urbain où il fera bon vivre, travailler, étudier et se divertir », a déclaré M. Bergeron. Lors de la séance du mercredi 26 août, le comité exécutif a autorisé le lancement d'appels d'offres pour la fourniture de services professionnels afin de dresser un portrait des conditions actuelles et identifier les opportunités qu'offre le territoire du centre-ville. Dans un second temps, s'appuyant sur ces études et ces analyses, les professionnels de la Ville et de l'arrondissement Ville-Marie élaboreront la stratégie à déployer pour le centre-ville. Les études en question porteront sur : le milieu de vie (aménagement et patrimoine, habitation, services, sécurité); l'accessibilité et la mobilité au centre-ville (transports et circulation); la vitalité économique du centre-ville (économie urbaine). Depuis 15 ans, les quartiers centraux ont fait l'objet de plusieurs initiatives de planification particulière. L'arrondissement de Ville-Marie compte, à lui seul, plusieurs projets d'envergure issus de démarches de planification. La stratégie du centre-ville s'appuiera sur ces plans et les intégrera en une seule et même vision cohérente du centre-ville. Elle ciblera des initiatives structurantes en lien avec les divers champs de compétence de l'administration municipale. La stratégie établira les bases du Plan directeur de l'aménagement et du développement du centre-ville dont l'élaboration est un des objectifs du Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomération de Montréal adopté en 2015. « Avec des initiatives concrètes, des outils de planification et une vision concertée du développement du centre-ville, nous améliorerons son développement, aurons un impact positif sur la qualité de vie des Montréalais et renforcerons l'attractivité économique et touristique de ce secteur névralgique », a conclu M. Bergeron. sent via Tapatalk
  6. <section class="intro tiny" style="outline: none; width: 1007px; background-color: rgb(14, 15, 16); padding: 25px 0px; height: auto; font-family: sans-serif; font-size: 16px; line-height: 16px;">http://www.375mtl.com/fr/a-propos/ Mandat</section> Active depuis le printemps 2013, la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal est un organisme à but non lucratif qui a pour mandat la conception et l’organisation des célébrations du 375e anniversaire de Montréal en 2017, en concertation avec différents partenaires privés et publics. Soucieuse de mettre les Montréalais au cœur de la fête, la Société œuvre à définir une vision rassembleuse des célébrations, sur laquelle s’ancreront six principales stratégies d’intervention : Collaborer à l’identification de legs porteurs et appuyer leur réalisation Élaborer une programmation de qualité Mettre en œuvre une stratégie de financement en adéquation avec les orientations Assurer la visibilité des célébrations Mobiliser la communauté montréalaise Administrer la Société de façon rigoureuse Principes d'action Dans la réalisation de son mandat, la Société s’engage à travailler de concert avec la communauté montréalaise afin que tous puissent profiter de l’opportunité extraordinaire qu’offre 2017 pour la métropole. Privilégiant la mise en valeur des atouts existants, elle agit tel un catalyseur qui favorise les initiatives privées et publiques. Consciente de l’exceptionnel levier que constitue le 375e anniversaire de Montréal, la Société désire en maximiser les expériences et les retombées, bien au-delà de 2017, afin de léguer un héritage tangible et durable aux générations futures. Par toutes ses actions, elle vise à renforcer le sentiment de fierté et d’appartenance des Montréalais ainsi qu’à accroître la visibilité et le rayonnement de la métropole. Valeurs La Société agit en toute objectivité, balisant ses actions par de hauts standards d’honnêteté, de transparence et d’impartialité. Son équipe, ses administrateurs et les membres de ses comités privilégient des valeurs d’intégrité, de loyauté, de respect et d’efficience, dans un esprit d’ouverture et de concertation. Historique Cap sur 2017 : le 375e anniversaire de Montréal se prépare depuis un certain temps! Déjà au printemps 2010, la Ville de Montréal annonce la création du Bureau du 375e, une entité administrative amenée à réfléchir à la vocation d’ensemble des célébrations en proposant un certain nombre d’orientations et d’objectifs prioritaires. Puis, en 2011, le Bureau tient une vaste consultation citoyenne. C’est dans ce cadre que s’active l’Opération CARTE BLANCHE, en collaboration avec l’Office de consultation publique de Montréal. Il s’agit d’une occasion privilégiée, pour des centaines de Montréalaises et de Montréalais, de partager leurs idées et leur vision. Sur la base de ces importantes consultations publiques, le Bureau du 375e dépose, au printemps 2012, les orientations des célébrations qui sont officiellement adoptées par les membres du comité exécutif de la Ville de Montréal en septembre suivant. Dans son rapport, le Bureau recommande également la création d’un organisme indépendant et à but non lucratif, chargé de concevoir et d’organiser les célébrations. Cette recommandation donne ainsi naissance à la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Le Bureau du 375e termine son mandat en décembre 2012. Fondation de la Société À la fin de l’été 2012, la Ville de Montréal annonce la création de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal et nomme Jacques Parisien président du conseil d’administration ainsi que Gilbert Rozon commissaire aux célébrations. Puis, en février 2013, une contribution financière destinée à soutenir les activités de la Société est confirmée par le conseil municipal. C’est en juillet suivant qu’est ensuite dévoilée la composition du conseil d'administration qui regroupe 28 Montréalaises et Montréalais, nommés pour leur leadership, leur vision et leur profond désir de contribuer au développement de Montréal. Visitez la section Plan d’action pour en savoir plus sur les travaux de la Société. La Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal est membre de : Tourisme Montréal Culture Montréal Chambre de commerce du Montréal métropolitain Société des Attractions Touristiques du Québec (SATQ) Festivals et Événements Québec (FEQ)
  7. Photographies prisent au cours de mes périples. Milieux urbains, espaces naturel, monuments.... Selon mon humeur, mon histoire, ma vision du monde...
  8. De beaux espaces pour rendre les gens heureux Publié le samedi 22 octobre 2016 à 19 h 34 L'architecte Pierre Thibault et le journaliste François Cardinal se sont penchés sur la beauté des espaces, des lieux et des villes. Après enquête, ils constatent que les beaux endroits rendent les personnes qui les côtoient plus heureuses. Leur livre Si la beauté rendait heureux se penche sur cinq de ces lieux inspirants. À écouter : l'entrevue de Pierre Thibault lors de l'émission Les Malins Un espace qui est bien conçu rend la vie plus agréable et change notre rapport à l'espace, aux autres, et même au temps. Pierre Thibault, architecte et coauteur du livre Si la beauté rendait heureux L'architecte estime que sa conception de la beauté s'inscrit dans une vision holistique et non uniquement esthétique. Selon lui, la place de la nature dans l'environnement urbain est essentielle au bien-être des citoyens, particulièrement pour les tout-petits. « Pour moi, une école devrait se construire dans un parc de verdure. Si les arbres ne sont pas là, on les plante. J'arracherais l'asphalte dans toutes les écoles et je replanterais des arbres », explique Pierre Thibault. L'école devient ainsi un lieu de rassemblement, croit-il, plutôt qu'un environnement presque carcéral. Les villes Pierre Thibault souligne la grande présence d'espaces verts dans la région d'Ottawa-Gatineau. Il rappelle toutefois que les villes doivent s'adapter à la croissance démographique en augmentant aussi la présence de végétation. L'urbanisme d'une ville repose aussi, selon l'auteur du livre, sur des espaces réservés aux transports actifs. « Au Danemark, on intègre à merveille le réseau piéton, le réseau cyclable et en y intégrant beaucoup de végétation », estime l'architecte.« On dit que Copenhague, c'est la ville où les gens sont les plus heureux, et c'est tangible, c'est palpable. » Pierre Thibault croit que les ressources sont présentes au Canada, mais qu'une vision de grandeur manque à notre société. De beaux espaces pour rendre les gens heureux | ICI.Radio-Canada.ca
  9. steve_36

    Hopital Children/Pour enfant

    Je fais souvent mes courses au Adonis dans ce secteur et chaque fois je me dis que le coin mériterait une transformation pour le rendre plus agréable et plus pratique. Alors voici une vision de l'aménagement du site qui pourrait être fait Vous excuserez le travail fait avec ''paint'' car c'est la première fois que je fais cela et je sais que c'est loin d'être un bon rendu mais ca donne quand même une bonne idée de ce qu'est ma vision. Les aménagements suivant ont été apporté: 1-On déplace la rue Lambert-Closse à l'ouest, tout près de l'hôpital, afin de donner une ligne plus droite à la rue, ce qui permet de libérer beaucoup d'espace que je converti en espace vert et coup cela agrandi les deux petites places, soit Henri-Dunant et Hector-Toe-Blake. Les gens du secteur se plaignent souvent du manque d'espace vert dans le coin alors cette vision pourrait en partie remédier à ce problème. Dans ces deux places on peut y rajouter non seulement de la verdure mais aussi des jeux pour les enfants. Et aussi on élimine le stationnement qui est surement une source d'Ilot de chaleur. 2- On démoli une partie de ce qui se trouve entre les deux principaux immeubles . Cette partie n'a aucune valeur patrimoniale et semble avoir été rajouter plus récemment pour plus d'espace à l'Hôpital. Donc, on élimine cela et on fait de l'espace pour de la verdure et pour de nouveaux projets résidentiels. 3- Afin de densifier le secteur et profiter de l'espace vacant, j'ai pensé à 4 nouveaux immeubles. Un plus petit de 4 étages, sur Atwater, un autre de 8 étages, sur Tupper coin Lambert-Closse, et je lui donne deux angles pour respecter l'angle de l'hôpital et que je trouve magnifique. Deux autres immeubles de 6 étages en forme de L sur René-Lévesque et qui se ferait face de chaque coté de Lambert-Closse. 4- Finalement, l'intérieur des 4 cours deviendrait aussi des espaces verts, mais privés (pour les résidents de ce projet). Alors voici l'image actuel et celle de la vision.
  10. http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/475276/politique-culturelle-du-quebec-la-culture-c-est-aussi-l-architecture Politique culturelle du Québec La culture, c’est aussi l’architecture L’Ordre des architectes du Québec estime que «l’environnement bâti» fait partie de notre identité 12 juillet 2016 |Jérôme Delgado | Actualités culturelles Habitat 67, à Montréal Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Habitat 67, à Montréal La prochaine politique culturelle du Québec devra affirmer que la qualité architecturale est une affaire d’intérêt public et que « l’environnement bâti constitue un aspect fondamental de notre identité ». C’est ce que revendique l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) dans son mémoire présenté lors d’une des premières séances de la consultation publique mise en place par le ministère de la Culture et des Communications. L’OAQ milite depuis longtemps pour une politique nationale de l’architecture du Québec. Celle-ci forme l’échine du document déposé le 21 juin et intitulé La qualité architecturale, un chantier à poursuivre. « Nous recommandons, y lit-on, que la future politique culturelle plaide en faveur d’une politique nationale de l’architecture pour le Québec. » En 2014, l’OAQ a lancé l’idée d’une politique nationale de l’architecture selon des initiatives observées en Europe. Depuis 1991, une vingtaine de pays se sont dotés d’un tel programme. Au Québec, si la politique culturelle émet le besoin de se doter d’une politique en architecture, ce serait un pas dans la bonne direction, selon la présidente de l’OAQ. « Un pont qui tombe, ça exige l’urgence une action. Une politique nationale, c’est un travail de longue haleine », concède Nathalie Dion, lors d’un entretien téléphonique. Elle se félicite par ailleurs que son lobbying porte ses fruits. L’arrondissement de Saint-Laurent a en effet profité du dépôt du mémoire de l’OAQ pour exiger à son tour une politique de l’architecture. Le conseil des élus de ce secteur de l’ouest de Montréal est ainsi devenu la première instance municipale à voter une résolution dans ce sens. Chercher l’harmonisation Sans politique nationale, pas de vision globale. Sans vision, pas de qualité, ce noble principe qui résulte de l’addition d’harmonie, de fonctionnalité, de durabilité et de réponse aux besoins d’un milieu. Selon le regroupement des architectes, la qualité de ce qui se construit dépend de la cohérence des actions de différents ministères. Or, à l’heure actuelle, chacun travaille en vase clos. « Il y a dix ministères qui touchent à l’architecture. Et il n’y a pas d’harmonisation entre ce que font l’un et l’autre », constate Nathalie Dion. Certains s’occupent du code du bâtiment, d’autres de patrimoine, d’efficacité énergétique ou du cadre légal. Un programme interministériel, ou « national », les réunirait tous. Dans son mémoire de 18 pages, l’OAQ cite l’école Saint-Gérard comme un « exemple frappant » des conséquences néfastes du « manque d’harmonisation ». L’établissement du quartier Villeray, dans Montréal, a écopé du dialogue de sourds, autant lors de sa destruction, rendue inévitable en 2014 pour des raisons de moisissures, que lors de son actuelle reconstruction. La décision initiale du ministère de l’Éducation de refuser un toit vert, l’éclairage DEL et un plan de géothermie pour des raisons de dépassement de coûts ne se serait pas présentée avec une politique nationale. « Il est dommage, déplore l’Ordre, qu’une école en soit ainsi réduite à choisir entre les mesures vertes, l’accessibilité universelle et la convivialité des espaces, alors que tous ces facteurs sont essentiels à la qualité d’un bâtiment public. » Le document de l’OAQ détaille ce que la politique culturelle devrait clamer. Il faudrait qu’elle énonce des grands principes qui détermineront l’action du gouvernement. En plus d’appeler à une meilleure coordination entre les organismes publics, les architectes plaident notamment pour une vision en amont de projets, pour un plus grand soutien aux municipalités et pour une meilleure valorisation de la recherche.
  11. IluvMTL

    Urbanisme de promoteurs

    http://plus.lapresse.ca/screens/0424b1da-bbaf-4b85-9f24-e947850b3241%7C_0.html URBANISME DE PROMOTEURS Il est dommage qu’on fasse si peu de cas de la vision sensible et généreuse des concepteurs de la Maison Alcan GÉRARD BEAUDET URBANISTE ÉMÉRITE, PROFESSEUR TITULAIRE À L’ÉCOLE D’URBANISME ET D’ARCHITECTURE DE PAYSAGE DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Le principal argument invoqué par l’administration Coderre pour justifier la construction d’une tour sur les lieux de la Maison Alcan serait que ce projet témoignerait avec panache d’une vitalité immobilière retrouvée après des années de vaches maigres. À quelques détails près, on croirait entendre Jean Drapeau justifiant les démolitions et les constructions de tours partout au centre-ville au seul motif qu’il en allait de l’essor de sa métropole. Il est quand même étonnant qu’un peu plus de 40 ans après la démolition de la maison Van Horne, on en soit encore à ce que je qualifierais d’urbanisme de promoteurs. Comme si rien ne pouvait justifier qu’on défende une vision plus nuancée de l’urbanisme et du développement immobilier. Mais est-ce si étonnant ? Au début des années 90, l’administration Doré avait modifié l’ébauche du premier plan d’urbanisme de la métropole au profit des promoteurs du nouveau forum (actuel Centre Bell). Cette première donnera le ton. Loin d’être une exception, la dérogation au plan d’urbanisme est en effet rapidement devenue une caractéristique de l’urbanisme montréalais, comme l’a notamment montré le redéveloppement de Griffintown. Quand on s’en inquiète, les responsables montréalais rétorquent habituellement qu’il est impossible de tout prévoir et qu’on ne peut laisser passer les bonnes occasions, d’autant qu’elles enrichissent les coffres dégarnis de la Ville. On fait donc comme si le dynamisme de la métropole était essentiellement l’affaire des promoteurs, qui s’empresseront de retirer leurs billes dès lors qu’on ne leur donnerait pas entière satisfaction. Il s’agit là d’une conception extrêmement réductrice des ressorts du dynamisme urbain. Si on s’en était toujours tenu à cette conception, Montréal aurait été privé du Vieux-Port – que le gouvernement fédéral de l’époque considérait simplement comme un vaste terrain à construire – et du Quartier international – un lieu boudé par les promoteurs. Nul ne contestera les limites de la planification. En revanche, on ne voit pas en quoi cette difficulté puisse justifier le manque de vision. Or, c’est précisément de cela qu’il s’agit dans le cas du projet de la Maison Alcan. Avant de fixer les hauteurs et d’autres paramètres de l’encadrement des projets immobiliers, le plan d’urbanisme propose une vision. Depuis le milieu des années 70, à Montréal comme dans la quasi-totalité des grandes villes et métropoles, la donne patrimoniale s’est progressivement imposée comme un des ancrages de cette vision. Certaines villes ont même adopté des mécanismes destinés à reporter sur des emplacements préidentifiés les pressions immobilières qui auraient menacé des environnements bâtis sensibles. À moins d’être formulées de manière totalement fantaisiste, les hauteurs inscrites au plan d’urbanisme du centre-ville devraient refléter cette prise en compte des attributs des voisinages, y compris là où des tours auraient été malencontreusement érigées durant les années où le laxisme avait été érigé en règle urbanistique. C’est manifestement ce qui a dicté la limitation des hauteurs dans les environs de la Maison Alcan. Qu’on soit techniquement au centre-ville n’y change rien. De ce point de vue, la Maison Alcan aura été un projet phare, à une époque – les années 80 – où la contrainte patrimoniale s’est traduite par de nombreux exemples de façadisme. Ses concepteurs avaient su traiter cette réalisation voulue par le PDG de l’entreprise avec un doigté exemplaire, tant en ce qui concerne les immeubles patrimoniaux de la rue Sherbrooke que le bâtiment construit à l’arrière et relié à ces derniers par un atrium d’une grande élégance. Sans compter le soin apporté aux espaces extérieurs. Dommage qu’en 2015, on fasse si peu de cas de la vision sensible et généreuse du promoteur et des concepteurs de la Maison Alcan, vision qui a valu de nombreux prix à cette prestigieuse réalisation architecturale et urbanistique. Drôle de façon de souligner le 375e anniversaire de la ville. sent via Tapatalk
  12. jesseps

    Boul. de la Vérendrye Canal

    It isn't really my "vision". I was speaking to my mother this morning and she said the canal is never used. She would love to see people using it to kayak or turn it into another larger version of what they are doing to one of the Quai's in Old Montreal. It would be more than 6 km of fun during the summer and in the winter, it could be used to skate on (similar to the Rideau Canal in Ottawa).
  13. joaobruno

    Archi branchés

    Salut, j'ai découvert aujourd’hui, grâce a l’émission, C'est juste de la TV, un magazine sur les projets immobiliers a Montréal, au canal Savoir, c'a l'aire super interagissant et vous pouvez rattraper les épisodes sur le site de Canal Savoir Voici la description du poste sur l’émission et le lien pour les épisodes complet sur le web http://www.canalsavoir.tv/videos_sur_demande/archi_branches À travers l'odyssée du journaliste Marc-André B. Carignan, le magazine convie à l'exploration des projets immobiliers les plus novateurs. Chaque émission est ainsi consacrée à un architecte et à la visite exhaustive de sa dernière création. Une approche originale qui sonde ses inspirations, questionne son imaginaire et sa vision de la ville de demain. Une formidable opportunité pour le public de s'imprégner de leur ingéniosité, de leur avant-gardisme, mais aussi de mieux saisir les enjeux cruciaux en matière d'habitat et d'urbanisme. La série a bénéficié du soutien financier du Conseil des arts du Canada, du Bureau du design de la Ville de Montréal et de l'Ordre des architectes du Québec.
  14. acpnc

    Oui, on manque d'audace...

    http://journalmetro.com/opinions/paysages-fabriques/603767/oui-on-manque-daudace/ 05/11/2014 Mise à jour : 5 novembre 2014 | 22:47 Oui, on manque d’audace… Par Marc-André Carignan L’animatrice Marie-France Bazzo posait une excellente question la semaine dernière à son émission Bazzo.tv: manque-t-on d’audace à Montréal dans nos projets de revitalisation urbaine? Le «oui» a rapidement fait consensus auprès de ses invités. Pour Daniel Gill, professeur à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal, ce manque d’audace s’explique en partie par le fait que l’administration montréalaise ne semble pas avoir de vision à long terme depuis des années. Pour François Cardinal, chroniqueur à La Presse, on ne valorise pas suffisamment la «culture du beau» et on écrase fréquemment les concepteurs qui essaient de s’exprimer. Pour monsieur Infoman, Jean-René Dufort, on attend trop souvent à la dernière minute pour agir (citant en exemple le pont Champlain), ce qui nuit à la réflexion et la planification de nos projets urbains. Tous d’excellents points. Avoir eu la possibilité de me joindre à la discussion, j’aurais apporté une explication supplémentaire: on ne valorise plus le risque au Québec depuis malheureusement trop longtemps. La peur du changement l’emporte très rapidement sur l’audace. On préfère souvent copier des formules d’ici et d’ailleurs déjà éprouvées au lieu d’avoir confiance en nos propres moyens et en nos propres concepteurs. Pour être audacieux, cela prend du courage. Il faut se donner le droit de rêver, de sortir des sentiers battus. Et surtout, nos élus doivent mettre de côté cette volonté maladive de chercher à tout prix un taux d’approbation populaire de 98% pour chaque projet. Il faut savoir se tenir debout avec une vision cohérente et planifiée, malgré l’opposition de certains groupes. Il faut savoir prendre des risques calculés. L’ancienne mairesse de Strasbourg, qui était récemment de passage à Montréal, en est le parfait exemple. Lorsqu’elle a voulu verdir son centre-ville et implanter des lignes de tramway, une controverse a éclaté. Des membres de son parti politique ont même été agressés physiquement, ce qui ne l’a pas empêchée de se battre contre vents et marées. En 2014, les résidants de Strasbourg n’oseraient jamais imaginer leur ville sans tramway. On planche d’ailleurs sur une septième ligne. Même genre de controverse à Marseille lorsque le directeur de l’agence d’urbanisme du secteur a décidé d’éliminer deux voies de circulation automobile du Vieux-Port pour aménager une grande place publique. Il me confiait récemment qu’on l’avait traité de tous les noms inimaginables, en plus de lui proférer des menaces. Pourtant, deux ans plus tard, le succès de cette revitalisation urbaine est si impressionnant qu’on désire faire disparaître complètement la voiture de cette fenêtre maritime d’ici les prochaines années. Et au diable le mythe qu’il faut avoir de l’argent pour être audacieux. Il faut juste penser autrement. On a dépensé des centaines de millions de dollars pour l’aménagement du Quartier des spectacles: peut-on vraiment dire que nous avons eu de l’audace avec cette réalisation?
  15. Mtlvision

    Vision pour Montreal

    Hello everyone, I have a vision to develop Montreal that would revolutionize the face of downtown and give an international touch to it. What I would like to do is to form a small group to develop a few schematics/drawings of my idea and present it to the city developers and some business people. Anybody that has the skills necessary on this forum willing to put some time in it? Let me know
  16. http://www.havremontreal.qc.ca/fr/ Accueil La Société Historique et mission Statut et organisation Membres de la SHM Conseil d'administration Liste des administrateurs Règles de gouvernance [*]Le Havre de Montréal Territoire Histoire [*]Les partenaires [*]Les projets Projet Bonaventure - phase 2 et 3 Projet Bonaventure - phase 1 [*]Salle de presse Communiqués Documents de référence Rapport de fin d’activités Second mémoire de la Société – Nouveau pont pour le Saint-Laurent Le Havre de Montréal - Communiqué Mémoire de la Société - Nouveau pont pour le Saint-Laurent Rapport d’activités 2011 Le Havre de Montréal - «L’état des lieux » Le Havre de Montréal - Vision 2025 Le Havre de Montréal - “Rapport final et recommandations” [*]Banque d'images Pour nous joindre Info-Travaux La Société La Société du Havre de Montréal (SHM) est un organisme à but non lucratif créé par la volonté partagée des gouvernements fédéral et provincial, et de la Ville de Montréal de remettre en valeur le secteur du Havre, et de ramener la ville vers son fleuve. Pour ce projet économique, social et culturel d’envergure dans une zone urbaine stratégique pour l’avenir de Montréal, la SHM a élaboré la Vision 2025 dans laquelle des acteurs publics et privés ont inscrit leurs projets d’investissement. Ainsi, outre la concertation avec les entreprises, les institutions, les sociétés publiques et les arrondissements sur ce territoire de dix kilomètres carrés, la Société du Havre de Montréal s’est vue notamment confier par la Ville la planification du Projet Bonaventure. Ce projet comprend l’abattement de l’autoroute Bonaventure essentiel à ce grand retissage urbain du faubourg des Récollets et de Griffintown. Les nouvelles de la Société du Havre de Montréal - Voir toutes les nouvelles » La formation d’un conseil des partenaires La Société du Havre de Montréal est fière d’annoncer la formation d’un conseil des partenaires du Havre. Ce conseil permettra d’assurer la participation de tous à la révision et à la réalisation… En savoir plus » Démarrage des travaux ! La première phase du réaménagement de l’autoroute Bonaventure préconisée dans la Vision 2025 de la Société du Havre de Montréal passe à l’étape de réalisation! En savoir plus » Les actualités dans le Havre - Voir toutes les actualités » Le Hangar 16: un port des arts au bord du fleuve "À Montréal, il existe une forte demande de grands espaces pour organiser des activités extérieures ou intérieures." — Claude Benoit, présidente de la Société du Vieux- Port de Montréal Outre… En savoir plus » Vision Société du Vieux-Port de Montréal Un projet de plage dans le Havre de Montréal, la Société du Vieux-Port dévoile son site récréotouristique qui sera le plus achalandé au Québec En savoir plus »
  17. http://www.ridm.qc.ca/fr MISSION Fondées en 1998, les RIDM visent à proposer au public et aux professionnels une sélection des meilleures œuvres documentaires de l’année à l'échelle nationale et internationale. Le documentaire occupe une place unique au sein de la culture québécoise. Pilier historique du cinéma québécois, il a donné naissance à un grand nombre de cinéastes majeurs qui ont su promouvoir une vision exigeante et innovatrice de ce cinéma du réel dont l’impact se fait encore ressentir aujourd’hui. Avant tout, les RIDM ont pour mission de poursuivre la vision de ces pionniers à travers la promotion du meilleur de la production locale et la présentation des œuvres internationales les plus marquantes et ambitieuses de l’année. À l’heure où une grande partie de la production documentaire mondiale est influencée par des contraintes télévisuelles qui tendent à formater les films en produits facilement consommables, notre processus de sélection rigoureux est mû par une perception du documentaire qui, bien qu’elle soit multiple et cherche à représenter un panorama des préoccupations thématiques sociales, politiques et environnementales contemporaines, demeure fondée sur la promotion de véritables propositions artistiques. Des propositions qui redéfinissent notre propre rapport au monde et à cette frontière toujours plus ténue entre fiction et documentaire. Conçu dès le départ comme un festival de cinéastes, les RIDM misent également sur la forte présence des créateurs et un nombre imposant d’activités parallèles pour faire la promotion de la production locale et des multiples rayonnements du cinéma documentaire. Chaque année, des leçons de cinéma, des tables rondes et des discussions thématiques sont ainsi offertes au grand public et aux professionnels De plus, la collaboration étroite de télédiffuseurs, distributeurs, programmateurs, directeurs de festivals et critiques du monde entier permet au cinéma d’ici de bénéficier d’une vitrine peu commune. Cette volonté d’inscrire le festival au sein d’un réseau de promotion professionnel organisé est à l'origine de Doc Circuit Montréal, le marché du documentaire du Québec, conçu spécifiquement pour soutenir et stimuler la production du documentaire indépendant, permettant des échanges entre professionnels, créateurs, producteurs, distributeurs et diffuseurs de tous horizons.
  18. Je sais que c'est un sujet sensible ici, mais je le partage quand même. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201309/09/01-4687615-congestion-la-solution-de-labeaume-passe-par-lauto-avant-le-tramway.php Labeaume ne fait désormais plus du tramway une priorité, mais plutôt l'élargissement des autoroutes (sans voies réservées pour le RTC)... moi qui le défendait parfois, il est sans doute (juste pour ça) un des pires maires. Ce n'est pas une vision d'avenir que de répéter les erreurs du passé! Vous en pensez quoi?
  19. La Cité du cinéma prend de l'expansion. (Montréal) Les studios Mel's pourraient bientôt accueillir davantage de blockbusters hollywoodiens. Leur propriétaire, Vision Globale, a conclu une entente avec la Ville de Montréal pour acheter un terrain de 260 000 pi2 voisin de ses studios actuels dans le Technoparc et y construire de nouveaux studios de tournage. Vision Globale, qui a payé 362 536$ pour ce terrain vacant de 258 954 pi2 près de l'autoroute Bonaventure en bordure du centre-ville de Montréal, investira au moins 10 millions pour y construire des studios de tournage. Les studios Mel's/La Cité du cinéma comptent déjà 18 studios de tournage sur quatre sites dans la région de Montréal. Il n'y a toutefois qu'un seul studio (celui de 36 500 pi2) qui peut accueillir un film américain à grand déploiement. À titre d'exemple, ce studio héberge actuellement l'équipe de X-Men: Days of Future Past, un film mettant en vedette Hugh Jackman, Jennifer Lawrence et Ellen Page. À l'été 2011, Montréal avait perdu trois blockbusters américains en raison de son manque de studios de très grande taille. La construction de nouveaux studios réglera-t-elle le problème? Difficile à dire pour l'instant puisque la Cité du cinéma n'a pas décidé si elle allait bâtir un autre studio d'environ 35 000 pi2 sur son nouveau terrain. «Ce n'est pas encore décidé. Nous travaillons sur plusieurs maquettes, à savoir si nous allons construire un grand studio ou plusieurs petits studios», dit Michel Trudel, président de la division studios et équipement de Vision Globale. L'entreprise Vision Globale, propriété de l'actionnaire majoritaire Mathieu Lefebvre, a acheté les studios Mel's et sa filiale Locations Michel Trudel en décembre dernier. Un monopole renforcé Le gouvernement du Québec s'est déjà inquiété du fait que seule la Cité du cinéma possède des studios assez grands pour intéresser les producteurs d'Hollywood. Dans un rapport remis au gouvernement en juin 2012, le président de la SODEC, François Macerola, a conclu que l'offre aux producteurs est suffisante mais qu'elle peut avoir des désavantages. «Cette offre est en situation de quasi-monopole qui a parfois des effets négatifs sur l'industrie du cinéma et de la télévision du Québec et ses artisans, et auprès des majors américains qui exigent normalement de baser leurs décisions sur un processus d'appel d'offres», a-t-il écrit. Les films Source Code, The Aviator, The Day After Tomorrow, The Curious Case of Benjamin Button et White House Down, notamment, ont été tournés à la Cité du cinéma. La vente du terrain vacant dans le Technoparc a été approuvée mercredi dernier par le comité exécutif de la Ville de Montréal. Avant d'être officialisée, la transaction doit être approuvée par le conseil municipal de la Ville de Montréal le 17 juin. Selon le sommaire décisionnel de la Ville, Vision Globale peut construire sur 80% de l'espace du terrain, le reste étant utilisable uniquement à des fins de stationnement. Vision Globale s'est engagée à décontaminer le terrain et à commencer la construction de ses nouveaux studios d'ici deux ans, sous peine d'une pénalité de 1500$ par jour de retard. «Il faut attendre qu'il y ait moins de tournages pour commencer les travaux, car nous ne pouvons pas construire en même temps qu'un tournage à cause du bruit, dit Michel Trudel. Avec tous les tournages que nous amenons de Los Angeles, il faudra attendre un peu. Sinon, nous pourrions construire la nuit.» La Ville de Montréal estime cette transaction «profitable» car les nouveaux studios permettront «d'accroître la vitrine cinématographique de Montréal» et de décontaminer le terrain ayant servi de site d'enfouissement pendant 140 ans. Le prix de vente minimal du terrain de 24 057 m2 sera de 15,07$ par mètre carré. La Cité du cinéma discutait avec la Ville depuis environ deux ans pour acheter ce terrain, qu'elle a déjà loué pour y installer de l'équipement. http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201306/07/01-4658719-la-cite-du-cinema-prend-de-lexpansion.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS4
  20. Salut à tous, Voici une vision du futur skyline de Montréal 2016, que j'avais fait en 2006: Image en taille complète: http://img87.imageshack.us/img87/2918/mtlskyline2006champlain28jw.jpg Image en taille complète: http://img96.imageshack.us/img96/4614/mtlskyline2006champlain28jwxg0.jpg À l'époque, cela était plus une vision, mais on dirait presque une prémonition Pour ceux qui veulent voir le topic d'origine: http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=378175
  21. --------------> http://www.lactualite.com/societe/gratte-ciels-pour-petits-proprios?page=0,0 Ça vient de sortir sur la page facebook de l'actualité : https://www.facebook.com/lactualite Par contre l'article date du 16 novembre 2012, donc je ne sais pas si quelqu'un l'a déjà posté..
  22. Gilbert

    Plaza CDN

    Sur le site de NEUF (DCYSA). J'ignore où en est ce projet... Remarquez le français irréprochable de la firme et son autonomie face à GoogleTranslate.
  23. IluvMTL

    Demain Montréal

    http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7717,84049602&_dad=portal&_schema=PORTAL https://www.facebook.com/demainmontreal Quelle ville voulons-nous? Comment rendre Montréal encore plus agréable à vivre, plus solidaire, plus créative, plus prospère? Quelle ville souhaitons-nous léguer aux générations actuelles et futures? Quels sont nos besoins, nos rêves, nos modèles? Demain Montréal est une démarche de contribution publique à laquelle la Ville de Montréal vous convie en vue d’élaborer le Plan de développement de Montréal. Pour participer à cette réflexion, consultez les documents de consultation et la section Comment contribuer. Les défis d’un développement urbain durable sont de taille et d’une grande diversité. À titre de citoyens, de représentants de groupes associatifs, de partenaires publics et privés, donnons-nous une vision porteuse pour notre ville, déterminons nos actions prioritaires et les moyens de les mettre en œuvre. Engageons-nous, surtout, à les réaliser ensemble. Le Montréal de demain La vidéo Demain Montréal Découvrez la vision de développement que la Ville de Montréal vous propose sur un horizon de 20 ans. Contribuez à la réflexion, contribuez à l’avenir de Montréal! Télécharger les documents de consultation liés au projet de Plan de développement de Montréal Version intégrale du projet de Plan [ 4,73 Mo - 92 pages] Résumé du projet de Plan [ 1,90 Mo - 8 pages] Glossaire - Demain Montréal [ 176 Ko - 8 pages]
  24. In search of a dream To persuade voters of the need for reform, India’s leaders need to articulate a new vision of its future Sep 29th 2012 | from the print edition WHEN India won independence 65 years ago, its leaders had a vision for the country’s future. In part, their dream was admirable and rare for Asia: liberal democracy. Thanks to them, Indians mostly enjoy the freedom to protest, speak up, vote, travel and pray however and wherever they want to; and those liberties have ensured that elected civilians, not generals, spies, religious leaders or self-selecting partymen, are in charge. If only their counterparts in China, Russia, Pakistan and beyond could say the same. But the economic part of the vision was a failure. Mahatma Gandhi, leader of the independence movement, Jawaharlal Nehru, India’s first prime minister, and his daughter, Indira Gandhi, left the country with a reverence for poverty, a belief in self-reliance and an overweening state that together condemned the country to a dismal 3-4% increase in annual GDP—known as the “Hindu rate of growth”—for the best part of half a century. That led to a balance-of-payments crisis 21 years ago which forced India to change. Guided by Manmohan Singh, then finance minister, the government liberalised the economy, scrapping licensing and opening up to traders and investors. The results, in time, were spectacular. A flourishing services industry spawned world-class companies. The economy boomed. Wealth and social gains followed, literacy soared, life-expectancy and incomes rose, and gradually Indians started decamping from villages to towns. But reforms have not gone far enough (see our special report). Indian policy still discourages foreign investment and discriminates in favour of small, inefficient firms and against large, efficient ones. The state controls too much of the economy and subsidies distort prices. The damage is felt in both the private and the public sectors. Although India’s service industries employ millions of skilled people, the country has failed to create the vast manufacturing base that in China has drawn unskilled workers into the productive economy. Corruption in the public sector acts as a drag on business, while the state fails to fulfil basic functions in health and education. Many more people are therefore condemned to poverty in India than in China, and their prospects are deteriorating with India’s economic outlook. Growth is falling and inflation and the government’s deficit are rising. Modest changes, big fuss To ease the immediate problems and to raise the country’s growth rate, more reforms are needed. Labour laws that help make Indian workers as costly to employers as much better-paid Chinese ones need to be scrapped. Foreign-investment rules need to be loosened to raise standards in finance, higher education and infrastructure. The state’s role in power, coal, railways and air travel needs to shrink. Archaic, British-era rules on buying land need to be changed. Among economists, there is a widespread consensus about the necessary policy measures. Among politicians, there is great resistance to them. Look at the storm that erupted over welcome but modest reformist tinkering earlier this month. Mr Singh’s government lost its biggest coalition ally for daring to lift the price of subsidised diesel and to let in foreign supermarkets, under tight conditions. Democracy, some say, is the problem, because governments that risk being tipped out of power are especially unwilling to impose pain on their people. That’s not so. Plenty of democracies—from Brazil through Sweden to Poland—have pushed through difficult reforms. The fault lies, rather, with India’s political elite. If the country’s voters are not sold on the idea of reform, it is because its politicians have presented it to them as unpleasant medicine necessary to fend off economic illness rather than as a means of fulfilling a dream. Another time, another place In many ways, India looks strikingly like America in the late 19th century. It is huge, diverse, secular (though its people are religious), materialistic, largely tolerant and proudly democratic. Its constitution balances the central government’s authority with considerable state-level powers. Rapid social change is coming with urban growth, more education and the rise of big companies. Robber barons with immense riches and poor taste may be shamed into becoming legitimate political donors, philanthropists and promoters of education. As the country’s wealth grows, so does its influence abroad. For India to fulfil its promise, it needs its own version of America’s dream. It must commit itself not just to political and civic freedoms, but also to the economic liberalism that will allow it to build a productive, competitive and open economy, and give every Indian a greater chance of prosperity. That does not mean shrinking government everywhere, but it does mean that the state should pull out of sectors it has no business to be in. And where it is needed—to organise investment in infrastructure, for instance, and to regulate markets—it needs to become more open in its dealings. Compare contrasting GDP and population levels across India’s states with our interactive map and guide India’s politicians need to espouse this vision and articulate it to the voters. Mr Singh has done his best; but he turned 80 on September 26th, and is anyway a bureaucrat at heart, not a leader. The remnants of the Nehru-Gandhi dynasty, to whom many Indians still naturally turn, are providing no leadership either— maybe because they do not have it in them, maybe because they have too much at stake to abandon the old, failed vision. Sonia Gandhi, Nehru’s grand-daughter-in-law and Congress’s shadowy president, shows enthusiasm for welfare schemes, usually named after a relative, but not for job-creating reforms. If her son Rahul, the heir apparent to lead Congress, understands the need for a dynamic economy, there’s no way of knowing it, for he never says anything much. These people are hindering India’s progress, not helping it. It is time to shake off the past and dump them. The country needs politicians who see the direction it should take, understand the difficult steps required, and can persuade their countrymen that the journey is worthwhile. If it finds such leaders, there is no limit to how far India might go. http://www.economist.com/node/21563720
  25. Bonjour à tous! Lundi dernier, Aimer Montréal a déposé, dans le cadre des consultations publiques sur l'avenir du Parc Olympique, son tout premier mémoire. Notre vision y est particulièrement bien expliqué. Nous nous sommes attardés à la partie Sud et Est du Parc seulement. Si jamais vous êtes intéressés à voir la version PDF, faites moi signe et je la mettrai sur ce fil! Voici donc deux graphiques qui ont été créés spécialement pour le mémoire : Aujourd'hui Notre vision Aujourd'hui Notre vision