Search the Community

Showing results for tags 'international'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 100 results

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Cirque_du_Soleil Le Cirque du Soleil est une entreprise canadienne de divertissement artistique spécialisée en cirque contemporain. Son siège social se trouve à Montréal, auQuébec, dans le quartier Saint-Michel. Elle a été fondée en 1984 à Baie-Saint-Paul par deux anciens artistes de rue Guy Laliberté et Daniel Gauthier. Elle est détenue depuis <time datetime="2008-08">août 2008</time> à 20 % par un consortium de deux entreprisesdubaïotes appartenant à la société d'investissements Dubai World1. La compagnie se distingue par une vision artistique différente du cirque traditionnel, avec notamment l'absence d'animaux, une grande importance donnée aux jeux de comédiens, et en basant principalement ses productions sur des numéros d'acrobaties. Elle emploie aujourd'huinote 1 5 000 personnes dans le monde parmi lesquels plus de 1 300 artistes dont certains sont des anciens sportifs professionnels reconvertis2,3. Elle présente actuellement dix-huit productions à thématiques dont dix spectacles en tournée dans le monde (six sous chapiteaux et quatre en arenas) et huit spectacles fixes (à Las Vegas et Orlando). D'autres projets sont en cours de réalisation4 à Dubaï5, Las Vegas, Macao, New York et sous forme de spectacles de tournée. Le Cirque du Soleil, qui développe des activités d'affaires dérivés de ses spectacles (organisation d'évènements, productions audiovisuelles,merchandising, licensing), est également un acteur important de l'action sociale et culturelle. Se qualifiant de « Cirque citoyen », l'entreprise participe entre autres au financement d'associations dans une vingtaine de pays différents sur cinq continents6 et a créé un programme international « Cirque du Monde » pour aider les jeunes de la rue en difficultés7. Elle se penche également sur la problématique du développement durable et de l'environnement8, notamment par le biais de son fondateur Guy Laliberté et sa fondation One Drop, dont la mission est de lutter contre la pauvreté dans le monde en favorisant l'accès à l’eau9. Spectacles http://www.cirquedusoleil.com/fr/shows/kurios/default.aspx Emplois LIEUX DE TRAVAILMONTRÉAL Le Siège social international est situé à Montréal. C’est là que sont établis la majorité de nos services et que nos spectacles prennent vie. Cet édifice de pointe compte des studios d’entraînement, des ateliers de costumes, une surface de bureaux à aire ouverte ainsi qu’une pièce assez grande pour contenir notre Grand Chapiteau.
  2. Montréal International a courtisé fort partout dans le monde en 2011, et ses efforts de séduction ont porté leurs fruits. L'organisation a contribué à attirer des investissements directs étrangers de 668 millions de dollars pendant l'année, une hausse de 16% par rapport à 2010. Montréal International (MI), qui a dévoilé hier soir ses résultats au cours de son assemblée annuelle, a aidé 28 entreprises étrangères à s'implanter ou grandir ici, soit exactement le même nombre qu'en 2010. Parmi les sociétés soutenues, mentionnons le fabricant de jeux vidéo Square Enix, qui a ouvert un nouveau studio à Montréal, Google, qui a doublé ses effectifs dans la métropole, et le développeur de batteries au lithium BatHium, qui a investi 176 millions à Boucherville. Fait intéressant, les trois quarts des projets soutenus sont dans des secteurs de haute technologie. Selon l'organisme, ces investissements ont permis de créer ou conserver 2351 emplois dans la région métropolitaine. L'Europe a été au coeur des efforts l'an dernier, 50% des investissements provenant du Vieux Continent. MI a aussi attiré ou retenu 1887 travailleurs qualifiés à Montréal au cours de l'année par l'entremise de ses missions de recrutement. Le président du conseil d'administration, Normand Legault, a rappelé dans le rapport annuel que le nombre d'agences de promotion qui travaillent à attirer des investissements a quintuplé au cours des 20 dernières années, créant une concurrence de plus en plus vive. «MI continuera en 2012 à faire face à des défis importants, comme l'attractivité croissante des pays émergents comme le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine», a-t-il dit, pointant aussi la force du dollar canadien qui réduit la compétitivité de Montréal par rapport aux villes américaines. L'organisme continuera de jouer les cartes de la main-d'oeuvre qualifiée et bilingue, des programmes de soutien à la recherche et au développement, et de la qualité de vie pour attirer des gens et des dollars à Montréal. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/201204/20/01-4517207-montreal-international-les-investissements-etrangers-en-hausse.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS7
  3. McGill takes 12th spot in global ranking ELIZABETH CHURCH From Thursday's Globe and Mail November 8, 2007 at 5:05 AM EST An international ranking of universities has put Montreal's McGill University in 12th spot, the highest rank to be reached by a Canadian institution. The annual rating, done by London-based Times Higher-QS World University Rankings, moved McGill up from its 21st placement last year. Ten other Canadian universities made the top 200 list, with the University of British Columbia finishing in the 33rd spot and the University of Toronto in the 45th. "This is such a source of pride for us. It shows that McGill is moving in the right direction," principal Heather Munroe-Blum said. The placement means McGill is now the top-ranked public university in North America, she said. It also demonstrates that the practice of concentrating resources on areas of excellence such as neuroscience, developmental biology and law is showing results, she added. "We have chosen our spots very carefully in areas where we can be leaders in the world." The rating, which was to be released this morning in London, comes at an important time for McGill as it looks to tap its network of alumni for a major fundraising campaign and is striving to increase its profile. Harvard University once again was placed at the top of the international ranking, which was conducted by an independent firm, sold off by the owners of the Times of London in 2005. Oxford, Cambridge and Yale all shared second place. The survey considers a number of factors in its rankings and gathers input from more than 5,000 academics around the world.
  4. L'Étoile Architectes: Panzini Archiectes Fin de la construction:2007 Utilisation: Hôtel Emplacement: Quartier International, Montréal ? mètres - 22 étages http://letoile.ca/ Description: - C'est sous la banière Embassy Suites Hotels que l'hôtel ouvrira.
  5. Air Algérie has been ordered to pay back €11.22 million to Canadian SMI International Air Algérie, the Algerian national airline has been ordered to pay back 1.5 billion Algerian Dinars (11.22 million Euros) 1 to the Canadian group SMI International, the International Court of Arbitration of Canada (ICC) has decided. The airline now has until Thursday to comply with the judgement and pay the requested amount, if not the airline may face its Airbus A330 aircraft being seized in Canada. It’s not the first time that an Air Algérie aircraft was seized: in 2014 a Belgian court seized an aircraft at Brussels Airport, sparking a diplomatic row between Algeria, Belgium and The Netherlands. Finally Air Algérie paid a sum of € 2 million dollars to a Dutch company. The dispute concerns the construction of the new Air Algérie headquarters located in Dar El Beida, just next to the old headquarters of Mobilis and worth an investment of €100 million. Back in 2013 Air Algérie canceled the contract with SMI for “non-performance, not completing the project on time and failure of the contractor”. In fact the Lebanese design office Khatib and Alami did not deliver the final version of the correct construction plans until March 2012, only one year from the expiration of the deadlines. While SMI requested an extension of the deadline and asked Air Algérie to pay €17.8 million for unpaid work and materials, the latter unilaterally decided to end the contract. Air Algérie, already weakened by the economic situation of the country, may now face its new Airbus A330 being seized in Canada. 1 XE Currency converter: 1,500,000,000 DZD =11,223,741.80 EUR http://www.aviation24.be/airlines/air-algerie/has-been-ordered-to-pay-back-e11-22-million-to-canadian-smi-international/
  6. I'm going to enjoy the popcorn and watch the whiners come out "http://business.financialpost.com/news/transportation/air-canada-wants-torontos-pearson-airport-to-be-a-mega-hub-but-high-costs-stand-in-the-way" "Canada has long been an afterthought for the global aviation market, an out-of-the-way destination with taxes and fees so high that some five million Canadians a year trek across the border to fly out of cheaper U.S. airports. But Air Canada and the Greater Toronto Airports Authority (GTAA) are determined to flip that view on its head by turning Toronto’s Pearson International Airport into a mega-hub on the scale of Amsterdam’s Schiphol, Singapore’s Changi or Dubai International Airport. Pearson is already well on its way to meeting that goal since it attracts more international passengers than any other airport in North America except John F. Kennedy International Airport (JFK) in New York City. Toronto’s primary airport is now the fourth-largest entry point by air into the United States, surpassing many large U.S. airports, according to National Bank analyst Cameron Doerksen. But to become a true mega-hub comparable in scope and status to the Dubais of the world, a lot needs to change. Pesky taxes and fees make Pearson “the most expensive airport in the world at which to land a plane,” according to a 2012 Senate report. There’s also the problem of congestion — in the airport, on its runways and on surrounding roadways — that will only get worse unless significant investments are made in infrastructure. If these issues aren’t addressed, Pearson could miss out on an opportunity to become part of the exclusive mega-hub club — there are currently only 11 worldwide — and all the attendant economic benefits, including the creation of more than 200,000 jobs in the area. Jack Boland / Toronto Sun / QMI Agency Jack Boland / Toronto Sun / QMI AgencyToronto's Pearson International Airport is a hub for passengers coming into Canada domestically and internationally. The GTAA, which manages and operates Pearson, defines a mega-hub as an airport that processes 50 million passengers a year, including at least 20 million international passengers, and connects to 80 per cent of the global economy. Pearson is pretty close to those numbers. In 2015, it moved 41 million passengers, including 25 million international travellers, and connected to 67 per cent of the global economy. It was recently ranked 19th in the world for its connectivity — sandwiched between Philadelphia, which is not a mega-hub, and Frankfurt, which is — by air-travel intelligence company OAG. There’s plenty of potential for further growth at Pearson. Howard Eng, GTAA’s chief executive, said the airport has the largest catchment area — defined as the population within a 90-minute flight — of any airport in North America, bigger than even JFK or Los Angeles International Airport (LAX). Pearson also has an enthusiastic partner in Air Canada, which accounts for 57.6 per cent of the airport’s seat capacity, according to the Centre for Aviation, and has been pursuing an aggressive international growth strategy using its new fleet of Boeing 787s. To support Air Canada, the GTAA has agreed to fix the airline’s fees for 10 years in exchange for agreed-upon passenger growth targets, and will offer rebates if it exceeds those targets. “They want to be a mega-carrier and, as a result of that, they need a mega-hub to work out of,” Eng said in an interview. “We’re both aligned on the concept.” One of Air Canada’s main growth pillars is expanding so-called sixth-freedom traffic, or traffic from a second country to a third country via an airline’s home market. In Air Canada’s case, that primarily means Americans travelling from their home cities via Toronto to destinations in Europe or Asia. The airline’s stated goal is to attract a 1.5-per-cent “fair share” of the U.S. sixth-freedom market, which would add $600 to $700 million in incremental revenue, but chief executive Calin Rovinescu said it can probably do “much better than that.” “We’ve been basically increasing our sixth-freedom flying by mid-to high-teen (percentages) in each of the last two years,” Rovinescu said in a recent interview. He hopes to turn Pearson into a “world-class hub” comparable to Amsterdam, Singapore or Dubai. Related How you can nab premium flights without paying through the nose Air Canada ready to compete with new, low-cost airlines, CEO says “Those countries don’t have a large population base, but they have built very powerful hubs,” Rovinescu said. “Toronto is still relatively speaking underserved in terms of the catchment area and the market potential for it.” But in order to become a truly successful mega-hub, Pearson will need to overcome two major limitations. The first is those exceedingly high costs that drive so many Canadians to U.S. border airports — the equivalent of 64 Boeing 737s every day, according to a 2012 report by the Standing Senate Committee on Transport and Communications. The World Economic Forum’s 2015 Travel and Tourism Competitiveness Report ranked Canada 124th out of 141 countries on price competitiveness. This is a function of Canada’s “antiquated” national airport model, according to a recent review of the Canada Transportation Act (CTA) by former federal cabinet minister David Emerson. In 1994, the federal government transferred the management, operation and development of 26 major airports to non-profit airport authorities while retaining ownership of their land and fixed assets and charging them rent. The GTAA pays Ottawa $130 million a year in ground rents for Pearson. Add in government security charges and, in Ontario, a jet-fuel tax that will hit 6.7 cents a litre by April 2017, and the airport is at a real cost disadvantage compared to its competitors. Tyler Anderson/National Post Tyler Anderson/National PostHoward Eng, president and CEO of the Greater Toronto Airports Authority (GTAA) Pearson’s landing charges alone are “twice that at Boston Logan, a third more than at Chicago O’Hare,” said David Bentley, chief airport analyst at the Australia-based Centre for Aviation. “You know why that is? It’s because of the ridiculous rents that they have to pay.” Emerson’s review of the CTA concluded that the solution is to move towards a fully privatized, for-profit structure with equity-based financing from large institutional investors. “Will privatization make a difference to Canada? I think it probably would,” Bentley said. “Toronto would become more efficient in terms of its costs to airlines and, therefore, could compete better with the likes of Chicago and other airports in the region.” Eng at the GTAA will not say whether he’d prefer a share-capital structure to the current non-profit system. But he’s quick to emphasize that Pearson is already run like a private entity, paying down $500 million in debt over the past four years and investing $700 million of capital in airport infrastructure and amenities since 2010. Pearson has also frozen or reduced the airlines’ average aeronautical fees per passenger for eight consecutive years, for a total reduction of 30 per cent since 2007. “We run it like a private corporation,” Eng said. “My focus is on how we can generate the revenue in order to pay down the debt, reinvest in the airport and create the facility that’s needed to process the passengers.” The second limitation at Pearson is congestion. The airport’s passenger traffic has grown so rapidly that the airport’s infrastructure — its security and customs checkpoints, runways, de-icing stations and even the surrounding roads — are having trouble keeping up. “A lot of people say there’s no competition for airports because every city has one large airport,” Eng said. “But once you’re into the global hub status, in Pearson’s case almost 35 to 40 per cent of our traffic is what we call transfer traffic, they have a choice.” Passengers who are connecting to another destination are generally looking for the shortest connection time, he said. To that end, Pearson is working to improve the flow of passengers and luggage by offering things such as self-serve baggage drops, automated border kiosks and automatic luggage transfers for passengers travelling from certain global cities to other Canadian destinations. However, Eng stressed that Pearson also needs the government’s help to speed up security and border processing times, which are notoriously slow. Most passengers at Pearson wait 20 minutes for pre-board screening compared to five minutes for 95 per cent of passengers at London’s Heathrow Airport and Hong Kong International Airport. “We’re not asking for a special favour, (just) that they provide their processes in a manner that is equivalent to what the best airports are doing around the world,” he said. Ernest Doroszuk/Toronto Sun/QMI Agency Ernest Doroszuk/Toronto Sun/QMI AgencyTravellers at Terminal 1 at Toronto Pearson International Airport The GTAA is also working with other airports in southern Ontario, including those in Hamilton, London and Kitchener-Waterloo, to encourage them to take some of the burden off Pearson by providing more short-haul, private-jet, cargo and charter flights. Another key part of Pearson’s mega-hub strategy is to improve the notoriously bad road traffic around the airport region. According to the GTAA, only 10 per cent of Pearson’s passengers arrive on public transit compared to 39 per cent in Amsterdam and 63 per cent in Hong Kong. A recent study by the Neptis Foundation found that there are a million car trips per day in and out of the Pearson region by employees and travellers. The recent launch of the Union Pearson Express rail line to downtown Toronto has helped, but “not enough,” Eng said. “We probably need various domestic lines, special lines, high-speed rail lines,” he said, adding that the GTAA is prepared to help fund the development of a ground-transportation hub at the airport, but it will need government support as well. fp1201_mega_hub_transitIf Pearson isn’t able to lower its costs and improve its infrastructure, it could miss out on a huge potential economic opportunity. According to Frontier Economics, becoming a mega-hub will increase the airport economic zone’s GDP by 75 per cent to $62.1 billion and create more than 200,000 jobs by 2030. “Airports are changing from city airports to airport cities,” said John Kasarda, director of the Center for Air Commerce at the University of North Carolina. Kasarda devised the concept of the “aerotropolis,” a notion that airports are far more than just transportation infrastructure, but rather anchors of regional business development. “The 21st-century airport is quite different than the 20th-century airport,” he said. “They’re multi-modal, multi-functional enterprises that attract a substantial amount of commercial development.” This can create a virtuous circle of expansion, Kasarda added. “Not only does the better airline connectivity, the route structure, serve as this magnet for business, but as business grows it generates greater volumes of passengers and cargo, which supports more airline connectivity,” he said. “It’s mutually reinforcing.” Smoother connections can also help keep airlines’ costs down by generating more non-aeronautical revenue from retail, restaurants and other services. “It’s a necessity, not an option,” Kasarda said.
  7. Obtain Original And Registered IELTS,TOEFL,ESOL CERTIFICATES Passport,Drivers license,ID Cards,Visas and others If you are not exempt from the English language proficiency examinations you will need to successfully pass one of the following groups of English exams: TOEFL plus TWE and TSE, or TOEIC plus TWE and TSE, or TOEFL iBT with a passing Speaking section, or IELTS with a passing Spoken Band. Physical Therapists and Occupational Therapists may only take either TOEFL plus TWE and TSE, or TOEFL iBT, with a passing Speaking section. We offer our exclusive clients the ability to gain IELTS,TOEFL,ESOL AUTODESK certificates without taking the exams. The regions we cover are Asia ,UAE, Qatar, Oman, Saudi Arabia, Jordan,etc Kuwait ,Australia ,Canada and Europe and The exams are taken for them by writers who are paid to do it using the names of our clients. Our organization is well connected with various invigilators and test centers to allow our writers to take the exam on your behalf. We also create ID cards with the names of our clients to allow the writers do the exam without problems. All our certificates are original and British Council certified. We do not make fake certificates! If you want to make IELTS,TOEFL,ESOL AUTODESK CERTIFICATES Without Attending Exam. For any inquiry send an email at:::::::::([email protected]) skype:::::::::::(johnsonmilla72) We Provide You With A Passing scores for ALL applicants to the Certification Program: Test of English as a Foreign Language (TOEFL), administered by the Educational Testing Service (ETS) Passing Score: 540 (paper/pencil version) or 207 (computerized version) TOEFL iBT (internet Based Testing), administered by the Educational Testing Service (ETS) Passing Score: 83 Test of English for International Communication (TOEIC), administered by the Educational Testing Service (ETS) Passing Score: 725 International English Language Testing System (IELTS), administered by IELTS International Passing Score: 8.5 Overall (Academic Module) Are you trying to change your nationality ? do you need work papers ? do you want to travel ? do you need papers you cant have ?if yes , then you are in the right place at the right time We are an independent group of specialized IT professionals and data base technicians who are specialized in the production of Real and Novelty quality documents such as passports,drivers license,id cards,stamps,visas,diplomas of very high quality and other products for all countries: USA, Australia,UK, Belgium, Brazil, Canada, Italian, Finland, France, Germany, Israel, Mexico, Netherlands, South Africa, Spain, Switzerland, . This list is not full.contact General support:([email protected]). To get the additional information and place the order, BEST COUNTERFEIT EURO,POUNDS & DOLLAR NOTES. just contact us via email:::::::::::([email protected]) skype:::::::::::(johnsonmilla72) Key words Canada Cards United States Cards Student Cards International Cards Private Cards Adoption Certificates Baptism Certificates Birth Certificates Death Certificates Divorce Certificates Marriage Certificates Custom Certificates High School Diplomas G.E.D. Diplomas Home School Diplomas College Degrees University Degrees Trade Skill Certificates Social Security Validate SSN Number Driver License Search Spy Products Voice Changers Listening Devices Invisible Ink DMV Record Inquiry Background Check Investigate Anyone Contact for more information:::::::::([email protected]) skype:::::::::::(johnsonmilla72)
  8. Air Canada Increases Israel Service with a New Non-Stop Route from Montreal and Daily Flights from Toronto - Feb 13, 2017 MONTREAL, Feb. 13, 2017 /CNW Telbec/ - Air Canada announced today a significant expansion in services between Canada and Israel, with the introduction of a seasonal non-stop service between Montreal and Tel Aviv and an increase in its current Toronto-Tel Aviv non-stop service to a daily frequency year-round. With the new services beginning this summer – a 28 per cent capacity increase over summer 2016 – Air Canada will be the airline offering the most seats and frequencies between Canada and Israel. "Air Canada is the leader in the Canada-Israel market, which we have now served for 22 years. Today we are pleased to step up our capacity in response to the increased demand in business, leisure and cultural travel between both countries. As of June 2017, Air Canada will be launching a new seasonal non-stop service between Montreal and Tel Aviv, strengthening our hub in Montreal, which will also offer convenient connections throughout Canada and the U.S.," said Calin Rovinescu, President and Chief Executive of Air Canada. "This new service also reflects Air Canada's ongoing international expansion strategy, from which Montreal is deriving significant benefits. This month Air Canada will launch new service to Shanghai from the city and for next summer we have already announced new routes to Algiers, Marseille, Reykjavík and Dallas from Montreal," said Mr. Rovinescu. "In the same week as the inauguration of a non-stop Air Canada service to Shanghai, it is with pride today that we welcome a new international link with Tel Aviv. This important investment demonstrates the vitality of our city and Montreal's relevance as a North American aviation hub. This new air link by Air Canada will facilitate travel and trade between our two cities and countries. Coming only a few months after Montreal's trade mission to Israel, this new route is a concrete example of the strength of the economic, family and community ties that unite us," said Denis Coderre, Mayor of Montreal. Toronto's current service will increase this summer to daily from six days a week while the new Montreal-Tel Aviv service will operate twice weekly from June 22 to October 16, 2017. The Montreal flight will be operated with a 292-seat Airbus A330-300 aircraft with three cabins of service, including Air Canada's International Business Class cabin, featuring 27 Executive Pods with 180- degree lie-flat seats all configured for direct aisle access. The Premium Economy cabin has 21 seats that offer generous personal space, wider seats and extra legroom and recline, as well as premium meals, complimentary bar service and priority check-in and baggage delivery at the airport. The Economy cabin has 244 seats providing comfortable personal space and a state-of-the-art individual on-demand entertainment system. All flights are timed for convenient connections with Air Canada's extensive domestic and transborder network. Tickets for the new Montreal-Tel Aviv service will be available for sale beginning Wednesday, February 15, 2017, subject to final government approval. * Flight Departs Arrives Day of Week AC082 Montreal 18:35 Tel Aviv 12:15 + 1 day Thursday, Sunday AC083 Tel Aviv 13:55 Montreal 18:20 Monday, Friday *
  9. Technologies de l’information : 60 nouveaux emplois dans le service aux entreprises. – LINKBYNET, société française spécialisée dans l’hébergement, la sécurité et la gestion des structures et applications informatiques, annoncera aujourd’hui l’expansion de ses activités dans le Grand Montréal, cinq ans après y avoir implanté avec succès son siège social nord-américain. La société a en effet connu une croissance exceptionnelle au Québec durant cette période, en investissant près de 12 millions de dollars et en recrutant près d’une centaine d’employés, un succès considérable comparativement aux 8,4 millions de dollars et 60 embauches prévus initialement. Forte de cette réussite, LINKBYNET prévoit d’ailleurs créer 60 nouveaux emplois d’ici 2020. Offrant des services personnalisés pour héberger, gérer et sécuriser les applications et infrastructures informatiques de petites et grandes entreprises, LINKBYNET a fait progresser son chiffre d’affaires de quelque 50 000 dollars en 2011 à plus de 2,5 millions de dollars en 2015. Elle ambitionne maintenant de tripler, d’ici cinq ans, son chiffre d’affaires et de doubler ses effectifs au Canada, principalement dans le Grand Montréal. L’annonce sera faite par M. Julien Trassard, président LINKBYNET Amérique du Nord, en présence de M. Jean Laurin, vice-président du conseil, Montréal International et président et chef de la direction, NKF Devencore, ainsi que des membres de la direction du groupe LINKBYNET, lors d’un cocktail-conférence au Centre des sciences de Montréal. « LINKBYNET a misé sur le Grand Montréal en 2010 pour étendre ses activités de services infonuagiques et informatiques. Après cinq ans, nous pouvons affirmer que c’était un bon pari, tant au niveau de l’expertise technique que des opportunités commerciales », a déclaré M. Julien Trassard, président LINKBYNET Amérique du Nord. « Nous sommes heureux de célébrer ce succès avec nos clients, partenaires et amis qui nous ont accompagnés dans notre croissance », a-t-il également ajouté. Soutenue par Montréal International et Investissement Québec dans ses projets d’implantation et d’expansion, LINKBYNET répond aux besoins urgents et grandissants des entreprises montréalaises et québécoises, telles L’Oréal Canada, Bolloré ou encore CAA Québec. « Le succès de LINKBYNET, qui a connu une croissance significative de ses opérations et qui a su se positionner stratégiquement au sein de l’industrie des technologies de l’information en Amérique du Nord, démontre une nouvelle fois l’attractivité du Grand Montréal. La métropole québécoise est en effet reconnue pour son bassin de talents qualifiés, sa situation géographique enviable et ses coûts d’opération hautement compétitifs », a déclaré M. Jean Laurin, vice-président du conseil, Montréal International et président et chef de la direction, NKF Devencore. « De plus, LINKBYNET offre une expertise très ciblée et à l’avant-garde des nouvelles technologies, qui permet de soutenir la compétitivité de nombreuses entreprises dans la région, et ce, tous secteurs confondus », a-t-il conclu. Mentionnons que LINKBYNET a remporté de nombreuses distinctions au cours des dernières années, incluant le trophée du meilleur « cloud hybride », décerné par VMWare en 2014 et le prix du « Customer obsession partner », attribué par Amazon web service en 2015. http://www.montrealinternational.com/a-propos/salle-de-presse/linkbynet-expansion-grand-montreal/
  10. https://www.onf.ca/film/helicopter_canada Il y a quelques belles vues de Montréal (29:10) Quelques captures:
  11. Hello everyone, I have a vision to develop Montreal that would revolutionize the face of downtown and give an international touch to it. What I would like to do is to form a small group to develop a few schematics/drawings of my idea and present it to the city developers and some business people. Anybody that has the skills necessary on this forum willing to put some time in it? Let me know
  12. Montréal, terre d'accueil de Future Earth Publié le 11 juin 2014 à 08h48 Une organisation internationale visant à coordonner les recherches mondiales sur les changements climatiques vient de choisir Montréal pour s'y installer. Future Earth, qui compte notamment l'UNESCO et le Programme des Nations unies pour l'environnement parmi ses commanditaires, établira une partie de ses activités dans la métropole québécoise. L'information n'a toutefois pas encore fait l'objet d'une annonce officielle, et les partenaires impliqués se sont faits avares de commentaires, hier. C'est le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, qui a vendu la mèche dans un communiqué diffusé lundi. Montréal International, qui a travaillé à pousser la candidature de Montréal dans ce dossier, a confirmé du bout des lèvres que Montréal avait été désigné «soumissionnaire favori» pour abriter le secrétariat de l'organisation. La ville a proposé une candidature commune avec la France, le Japon, la Suède et les États-Unis. Il n'a pas été possible de savoir combien d'emplois devraient être créés à Montréal, ni si des mesures d'incitation financières ont été offerts pour attirer ce nouveau secrétariat. «Il s'agit d'une nouvelle fantastique pour le rayonnement de Montréal. Il y a déjà 62 organisations internationales basées à Montréal, contre 14 à Vancouver et 34 à Toronto. Nous sommes la ville internationale du Canada», a dit Stéphanie Allard, vice-présidente, organisations internationales, chez Montréal International. Future Earth, dont le secrétariat est actuellement à Paris, s'est donné comme mission de favoriser les recherches sur les meilleures façons de réagir aux changements climatiques. Elle dit vouloir mobiliser 1000 chercheurs et tisser des partenariats avec les décideurs de la planète au cours des 10 prochaines années. Montréal International avait formé une alliance avec les universités montréalaises, le Fonds de recherche du Québec et le consortium de recherche sur le climat Ouranos pour promouvoir la candidature de Montréal. http://www.lapresse.ca/environnement/dossiers/changements-climatiques/201406/11/01-4774771-montreal-terre-daccueil-de-future-earth.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_environnement_263_accueil_POS1
  13. http://www.montrealinternational.com/a-propos/salle-de-presse/banque-industrielle-commerciale-chine-montreal/ Bonne nouvelle, évidemment, mais l'histoire ne dit pas ou ils vont s'installer.
  14. Le Grand Montréal fait de l’effet à Cinesite. La métropole québécoise confirme sa position stratégique sur l’échiquier mondial de l’industrie cinématographique Montréal, le 18 août 2015 – La société britannique Cinesite, chef de file mondial spécialisé dans la production d’effets visuels et d’animation pour le cinéma et la télévision, a annoncé des résultats exceptionnels, dix-huit mois après son implantation dans le Grand Montréal. Le studio montréalais a en effet largement dépassé les attentes en recrutant 220 personnes en un temps record, soit deux fois plus rapidement que prévu, et en travaillant sur de prestigieuses réalisations cinématographiques. L’annonce a été faite par M. Antony Hunt, directeur général de Cinesite, en présence de M. Jacques Daoust, ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, de M. Nick Baker, consul général du Royaume-Uni à Montréal, de Mme Dominique Anglade, présidente-directrice générale, Montréal International et de M. Élie Farah, vice-président Investissement Grand Montréal, Montréal International. Une plaque honorifique a été dévoilée pour célébrer ce succès et souligner l’appui stratégique du gouvernement du Québec, d’Investissement Québec et de Montréal International. Cinesite est particulièrement reconnue pour ses effets spéciaux spectaculaires, dont ceux des huits films d’Harry Potter. Depuis son implantation en 2014, le studio de Montréal a complété plusieurs films de renom, dont X-Men: Days of Future Past, San Andreas, The Man From U.N.C.L.E., et d’autres qui sortiront prochainement : The Last Witch Hunter, The Revenant, Pride and Prejudice and Zombies et Now You See Me: The Second Act. « Nous sommes enchantés de voir que notre croissance à Montréal dépasse nos objectifs, notamment en matière de recrutement. L’équipe qui grandit chez Cinesite se démarque par son talent inégalé », a indiqué le directeur du studio Cinesite, M. Antony Hunt. « Nous tenons à remercier Investissement Québec, le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations et Montréal International pour leur appui et leur connaissance pointue du milieu des effets visuels qui nous permettent de voir loin pour notre studio », a-t-il ajouté. Une industrie avec le vent dans les voiles « L’industrie des effets spéciaux, Cinesite et Montréal ont en commun qu’ils sont des lieux de convergence entre les arts et la technologie. Montréal est une pionnière de l’industrie, et l’embauche de 220 travailleurs par Cinesite témoigne de la qualité des programmes de formation montréalais ainsi que de l’accès aux talents. Ces résultats confirment le positionnement de Montréal, ville de cinéma, et réaffirme que la Métropole est une véritable ville intelligente avec un attractif bassin de talents créatifs », a affirmé le maire de Montréal, M. Denis Coderre. Dans le Grand Montréal, l’emploi au sein du secteur des effets visuels a en effet connu une croissance annuelle d’environ 24 %, et ce, depuis la bonification du crédit d’impôt en 2009 et l’implantation subséquente de joueurs internationaux, incluant non seulement Cinesite mais également Framestore, Technicolor ou Atomic Fiction. « L’industrie des effets visuels constitue une véritable valeur ajoutée pour le Québec puisque ses entreprises investissent davantage dans les salaires de leurs travailleurs et dans le capital intangible, c’est-à-dire les dépenses en R-D et transfert technologique, en formation et développement des compétences », a affirmé Mme Dominique Anglade, présidente-directrice générale de Montréal International. « Le succès d’un joueur majeur comme Cinesite renforce également toute l’attractivité de la métropole québécoise sur l’échiquier cinématographique et contribue à positionner la région comme chef de file mondial des industries créatives à haute valeur ajoutée », a-t-elle ajouté. Mentionnons que Cinesite a récemment conclu une entente avec 3QU Studios pour créer un pipeline d’animation et soutenir la production de quatre films, le premier étant Charming (Demi Lovato, Avril Lavigne) dont la sortie est prévue pour 2016. À propos de Cinesite (http://www.cinesite.com) Établie à Londres, Cinesite est l’un des principaux fournisseurs d’effets visuels numériques dans le monde. À l’origine propriété de Eastman Kodak, l’entreprise qui a vu le jour en 1995 a été l’une des premières compagnies spécialisées en effets spéciaux au monde. Avec 650 employés, dont 500 au Canada, Cinesite est l’un des plus grands employeurs en effets visuels au Canada. Depuis plus de 20 ans, la société crée des effets visuels pour de grosses productions cinématographiques. De James Bond à Harry Potter, d’Iron Man 3 à World War Z, Cinesite a participé à la réussite d’une grande variété de films et de productions télévisuelles. Plusieurs ont d’ailleurs été récipiendaires de BAFTA et d’Oscars, et Generation Kill a même remporté un Emmy en 2009. http://www.montrealinternational.com/a-propos/salle-de-presse/le-grand-montreal-fait-de-leffet-a-cinesite/
  15. YUL-Barcelona increased to 4 weekly frequencies (from 3) YUL-Venezia increased to 3 weekly (from 2) YUL-Nice increased to 4 weekly (from 3) Total number of international daily departures in Summer 2016: 11
  16. (Courtesy of The Globe and Mail) First stop London, next stop global domination!
  17. Le Palais des congrès de Montréal accueille le plus important événement de l’Année polaire internationale. 2012-04-03 Le Palais des congrès de Montréal se prépare à accueillir la Conférence API 2012 Année polaire internationale du 22 au 27 avril 2012. Quelques 4 000 spécialistes du climat provenant de plus de 60 pays sont attendus pour cet événement qui générera des retombées économiques de près de 9 millions de dollars dans la métropole québécoise. Tenue sous la thématique De la connaissance à l’action, la conférence prévoit attirer l’attention de la communauté internationale sur les régions polaires, les changements globaux et les enjeux environnementaux, sociaux et économiques qui y sont reliés. Marc Tremblay, président-directeur général de la Société du Palais des congrès de Montréal, souligne: « L'équipe du Palais des congrès de Montréal est fière de contribuer au succès d’un événement aussi prestigieux dont la tenue à Montréal est possible notamment grâce à l’abondance de centres de recherche et d’établissements d’enseignement supérieur dans la métropole. En plus des retombées économiques importantes, la conférence générera des retombées intellectuelles inestimables par les ateliers, discussions et les rencontres qui s’y tiendront ». Tenue pour la première fois en 1882, l’Année polaire internationale s’est produit seulement quatre fois depuis sa fondation. En 2012, grâce au soutien du Dr. Michel Béland, co-président sortant du comité international mixte pour l’année polaire 2007-2008, la 4e Année polaire internationale se conclura à Montréal par la troisième et dernière conférence réunissant des scientifiques du monde entier. Dr. Béland, aussi d’Environnement Canada et Président de la Commission des sciences de l’atmosphère de l’Organisation Météorologique Mondiale, est un membre exécutif du Club des Ambassadeurs du Palais des congrès de Montréal aussi actif au sein de son comité consultatif. Pour sa part, Nicole Ménard, ministre du Tourisme, affirme : « L’engagement des ambassadeurs locaux contribue de façon exceptionnelle au rayonnement international de Montréal auprès des gens d’affaires. Nous tenons à souligner l’implication du Dr. Béland et du comité local dans l’effort qu’il ont consacré à valoriser Montréal et le Québec dans le choix d’une destination reconnue pour la qualité de ses chercheurs et spécialistes dans le domaine ». Événement certifié écoresponsable Les organisateurs de la conférence ont choisi d’organiser un événement écoresponsable certifiée en vertu de la Norme québécoise BNQ 9700-253 en gestion responsable des événements. L'obtention de cette certification démontre que la conférence a été planifiée en fonction des exigences en matière de développement durable. Plus spécifiquement, les considérations environnementales ont été à la base de la sélection des fournisseurs, la gestion de matériel, de l'énergie et de l'eau, la gestion des matières résiduelles, la sélection des aliments et la gestion des moyens de transport. À propos du Palais des congrès de Montréal Le Palais des congrès de Montréal a pour mission de solliciter et d’accueillir des congrès, des expositions, des conférences, des réunions et d'autres événements. Institution publique à vocation commerciale, le Palais des congrès génère d’importantes retombées économiques pour le Québec et contribue fièrement, depuis plus de 28 ans, au partage des connaissances de même qu’au rayonnement international de Montréal à titre de destination de premier plan. Pour de plus amples renseignements sur le Palais des congrès de Montréal, consultez notre site Internet à http://www.congresmtl.com. http://www.congresmtl.com/fr/nouvelles/communiques-item.aspx?id=241
  18. http://www.newswire.ca/fr/story/1120355/avec-l-appui-de-montreal-international-le-groupe-alten-s-implante-dans-le-grand-montreal-et-annonce-la-creation-de-200-emplois Avec l'appui de Montréal International - Le Groupe ALTEN s'implante dans le Grand Montréal et annonce la création de 200 emplois MONTRÉAL, le 26 févr. 2013 /CNW Telbec/ - Le Groupe ALTEN, leader européen de l'ingénierie et du conseil en technologies (ICT), implante son siège social canadien dans le Grand Montréal. Actuellement reconnu comme l'un des meilleurs employeurs de France et certifié « Top Employeurs France 2013 », le Groupe ALTEN prévoit de créer plus de 200 emplois spécialisés dans la métropole québécoise, et ce, d'ici les trois prochaines années. Le Groupe ALTEN, qui compte actuellement 16 000 employés présents dans 16 pays d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Asie, soutient les entreprises innovantes dans le développement de leurs activités en R&D et la mise en place de nouveaux systèmes d'information. La nouvelle filiale entend principalement offrir ses services aux entreprises québécoises, canadiennes et nord-américaines œuvrant dans les secteurs de l'aérospatiale et des technologies de l'information et de la communication (TIC). « Nous retrouvons à Montréal tout le savoir-faire du Groupe ALTEN. Il y a ici un bassin de talents pour notre industrie, avec des établissements universitaires et des écoles d'ingénierie de qualité. C'est là un élément clé pour développer et renforcer notre présence canadienne », a déclaré M. Maxime Leca, directeur d'ALTEN Canada. « De plus, la région excelle dans plusieurs domaines technologiques de pointe et offre un environnement d'affaires très compétitif », a-t-il ajouté. Montréal International, qui a notamment le mandat d'attirer dans le Grand Montréal des investissements directs étrangers, a accompagné l'entreprise française dans son projet d'implantation dans la région. « L'arrivée d'un géant européen comme le Groupe ALTEN, qui se spécialise dans un domaine très porteur de l'économie du savoir, met de l'avant le dynamisme de toute la région comme centre d'innovation, de R-D et de haute technologie », a déclaré M. Jacques St-Laurent, président-directeur général de Montréal International. « Les filiales de sociétés étrangères représentent un puissant levier pour le développement économique et le rayonnement de la métropole », a-t-il ajouté. "Le Grand Montréal, qui était en compétition avec d'autres grandes villes canadiennes, s'est également démarqué par son environnement d'affaires nord-américain, sa population francophone et multilingue, et sa proximité des grands centres urbains du nord-est des États-Unis, comme New York, Boston et Washington », a ajouté Maxime Leca. « Montréal est assurément une métropole cosmopolite et ouverte sur le monde. Elle réunit tous les ingrédients propices au succès et au développement des entreprises », a-t-il conclu. Mentionnons que la création d'ALTEN Canada permet de solidifier la présence du Groupe ALTEN en Amérique du Nord, après l'acquisition en 2011 de Calsoft Labs aux États-Unis
  19. Article by FDI intelligence (financial times) Rankings: 1. New York City 2. Sao Paulo 3 Toronto 4.MONTREAL 5. Vancouver 6. Houston 7. Atlanta 8. San Francisco 9. Chicago 10. Miami "Canadian cities Toronto, Montreal and Vancouver ranked third, fourth and fifth, respectively, and performed particularly well in the attraction of knowledge-intensive FDI. All three locations were among the top 20 key destination and source cities for FDI. With the exception of New York, Montreal-based companies invested in more FDI projects than other city in the Americas region" "Business friendly Canada Placed in third, Montreal’s success lies in retaining and developing relationships with existing investments – data from fDi Markets shows that one in five FDI projects since 2003 were expansions. Montreal tops strategy list The prize for Best Major American City for FDI Strategy 2013/14 is awarded to Montreal. It beat 126 competitors across North and South America who submitted information regarding their FDI strategies. In its American Cities of the Future submission, economic development agency Montréal International stated that its economic development strategy has centred predominantly around high-tech clusters, and in particular aerospace, life sciences and health technologies, as well as information and communications technology (ICT). Elie Farah, vice-president of Investment Greater Montréal, says: “The year 2011 was one of the best for Montréal International in terms of attracting FDI since 2005. This is partially explained by the investments from Europe which, in the past two years, have become the main source of FDI in the region.” http://www.fdiintelligence.com/Locations/Americas/American-Cities-of-the-Future-2013-14
  20. Pour le Fonds monétaire international, il ne fait pas de doute que le Canada a su, jusqu'ici, tirer son épingle du jeu en évitant que l'économie canadienne ne soit heurtée de front par la crise économique mondiale. Pour en lire plus...
  21. La «troisième vague» de la crise économique mondiale devrait atteindre plus d'une vingtaine de pays pauvres, où le Fonds monétaire international craint l'émergence d'une crise humanitaire. Pour en lire plus...
  22. Publié le 22 juin 2009 à 12h48 | Mis à jour à 17h17 Souhaitant mieux coordonner leurs efforts dans la lutte contre les changements climatiques, les groupes environnementaux de la planète ont décidé de se regrouper et de faire de Montréal l'épicentre de cette nouvelle alliance internationale. Le gouvernement Charest, Équiterre et Montréal international ont annoncé lundi la création du tout nouveau secrétariat de la Campagne internationale action climat (CIAC), dont le quartier général s'établira dans la métropole. Ce bureau, où n'oeuvreront que quatre employés, aura pour mandat de coordonner certaines des plus importantes activités militantes à venir aux quatre coins de la planète dans la prochaine année : Bangkok et Barcelone (rencontres préliminaire sur le climat), Pittsburgh (G-20), New York (assemblée des Nations Unies), etc. L'objectif est d'accroître la pression sur une douzaine de pays connus pour leur timide engagement en faveur d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre, afin qu'ils s'engagent à ratifier un accord international ambitieux, lors de la Conférence de Copenhague qui se tiendra du 7 au 18 décembre prochain. Nommément, le Brésil, l'Inde, l'Arabie saoudite, la Pologne, le Japon et le Canada se retrouvent dans cette liste. «L'objectif est que ces pays s'entendent sur un accord international, à Copenhague, a précisé la ministre québécoise de l'Environnement, Line Beauchamp. Pour cela, nous devons rejoindre certains États clés, certains États stratégiques, afin de les convaincre de l'importance d'une telle entente.» Idée d'Équiterre L'idée de créer la Campagne internationale action climat a été lancée par Équiterre en 2006. Le Québec a ensuite accepté de verser 300 000 $, l'année suivante, afin qu'elle se concrétise. Après quoi la principauté de Monaco, le gouvernement britannique et certaines grandes fondations internationales ont accepté de se joindre à l'effort, qui se chiffre aujourd'hui à environ 10 millions de dollars. Le gouvernement fédéral, pour sa part, n'a rien versé, ce qui lui a d'ailleurs attiré certaines critiques, lors du point de presse des différents partenaires. La création du secrétariat du CIAC s'inscrit dans une vaste campagne appelée tcktcktck (à prononcer tic, tic, tic, comme une horloge), qui doit prendre de l'ampleur au fur et à mesure que la conférence de l'ONU sur les changements climatiques approchera. Une vingtaine de groupes font partie de cette coalition, dont Oxfam, Greenpeace, le Conseil mondial des églises, Global Humanitarian Forum, Union of Concerned Scientists et le Pew Environment Group. Il existait déjà des regroupements, comme Kyoto plus, Power Up et le Réseau action climat, mais les groupes environnementaux estimaient nécessaire de mettre sur pied une coalition dont l'unique mandat est d'encadrer le travail sur le terrain : manifestations, mobilisation, etc. «Le constat est qu'il manquait quelque chose, à l'international, pour s'assurer qu'il y ait un accord en décembre, qu'il soit ratifié et mise en oeuvre rapidement», a précisé Steven Guilbeault, d'Équiterre. Les bureaux du secrétariat seront situés au centre-ville et déménageront éventuellement dans la future Maison du développement durable, qui sera construite rue Sainte-Catherine, à côté du Théâtre du Nouveau Monde. Par ailleurs, Greenpeace a frappé un grand coup, lundi en Europe, en publiant à la fois une fausse édition du International Herald Tribune (50 000 copies, principalement à Bruxelles) ainsi qu'un faux site web, en tout point pareil à celui du journal (on y retrouve même de fausses publicités, à s'y méprendre). En manchette de cette édition datée du 19 décembre 2009, on aperçoit les chefs d'État de France, Nicolas Sarkozy, et d'Allemagne, Angela Merkel, tout sourire à la suite d'un accord ambitieux survenu à Copenhague...
  23. Ça me surprends que personne n'en ait parlé encore... Pour ceux qui ne le savent pas encore, l'OMS a élevé son niveau d'alerte à 4 aujourd'hui. http://www.canoe.com/infos/international/archives/2009/04/20090427-170256.html Si cette crise continue de se concrétiser, elle pourrait signer l'arrêt de mort pour plusieurs entreprises qui sont déjà mal en point à cause de la crise économique. À titre d'information, la souche de la grippe porcine (H1N1) est la même que la grippe espagnole de 1918 qui a fait environ 30 millions de morts. Je sais qu'à l'époque, la médecine et la technologie était loin d'être ce qu'elle est aujourd'hui, mais ça mérite quand même réflexion, je crois. Finalement, ce qui m'a poussé à ouvrir le sujet, c'est que j'ai constaté aujourd'hui que la grippe porcine a fait plus de victimes en plus ou moins 4 semaines que la grippe aviaire (H5N1) en 5 ans. http://fr.wikipedia.org/wiki/Influenzavirus_A_sous-type_H5N1 Au niveau des impacts : Jean Charest : Les Québécois doivent éviter le Mexique http://www.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2009/04/20090427-191030.html Le port du masque se répand à l'aéroport Montréal-Trudeau http://lcn.canoe.ca/lcn/infos/regional/archives/2009/04/20090427-213254.html Divers pays demandent à leurs ressortissants d'éviter le Canada. http://nouvelles.sympatico.msn.ca/abc/Grands_titres/ContentPosting_SRC_grands_titres.aspx?isfa=1&feedname=CBC_TOPSTORIES_V3_FR&showbyline=True&date=true&newsitemid=433684 Grippe porcine : les sociétés aériennes écopent http://argent.canoe.com/lca/infos/international/archives/2009/04/20090427-084549.html Grippe porcine La technologie antimicrobienne de Noveko International en demande 27 avril 2009 - 14h34 Argent Si certains secteurs de l’économie sont fortement affectés par l’éclosion de la grippe porcine, qui semble prendre une proportion internationale, d’autres, pharmaceutiques en tête, sont tirées vers le haut en raison de la forte demande pour leurs produits. Ainsi en va-t-il pour Noveko International (EKO), une société montréalaise qui, par l'intermédiaire de ses filiales, se spécialise principalement dans le développement et la commercialisation de filtres à air, masques et autres produits aux propriétés antimicrobiennes. Son président et chef de la direction, Alain Bolduc, explique que l’entreprise avait déjà par le passé effectué du démarchage auprès du Mexique et que des produits de Noveko International y seront livrés sous peu. L’alerte à la grippe aviaire a un effet positif sur l’activité de l’entreprise, reconnaît M. Bolduc. «On était déjà prêt (à une situation semblable) constate-t-il. On est déjà approuvé par Santé Canada, CE Marking, et on est sur le point d’être approuvé par la FDA aux États-Unis», de sorte que Noveko est «prêt à commercialiser (ses produits) à grande échelle». Qui plus est, la société montréalaise jouit d’une expertise dans le domaine des porcheries, qu’elle équipe de son système de filtration afin de réduire les incidences d’infections virales. Lundi, le titre de Noveko International cotait à 2,95$ en mi-journée, soit 1,05$ de plus qu’à la fermeture vendredi.
  24. GDS

    2009 Global 500

    Rank Company Global 500 rank Revenues ($ millions) City 1 Royal Bank of Canada 211 $36,616 Toronto 2 Power Corp. of Canada 226 $35,125 Montreal 3 George Weston 254 $32,361 Toronto 4 Manulife Financial 276 $30,948 Toronto 5 EnCana 284 $30,064 Calgary 6 Suncor Energy 325 $27,680 Calgary 7 Petro-Canada 340 $26,054 Calgary 8 Bank of Nova Scotia 343 $25,944 Toronto 9 Onex 353 $25,207 Toronto 10 Toronto-Dominion Bank 354 $25,070 Toronto 11 Magna International 384 $23,704 Aurora 12 Husky Energy 396 $23,162 Calgary 13 Bombardier 468 $19,721 Montreal 14 Bank of Montreal 479 $19,365 Toronto SunCor et Petro Canada fusionnent et deviendront premier l'année prochaine.