Search the Community

Showing results for tags 'public'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 202 results

  1. Je vais déménager à Manhattan au mois d'Août. Je garde un pied-à-terre à Vancouver et reviens fréquemment à Montréal. Je viens de voir cette nouvelle toute fraiche. Je vais habiter tout juste à côté de Washington Square, et ce nouveau développement m'intéresse au plus haut point. J'esssaierai de vous en faire part régulièrement. Voici l'article du Wall Street Journal: First Look at NYU Tower Plan University Wants 38-Story Building on Village Site; Critics Fret Over Pei Design By CRAIG KARMIN New York University on Thursday expects to unveil its much-anticipated design plans for the proposed 38-story tower in Greenwich Village, one of the most ambitious projects in the school's controversial 25-year expansion plan. Before and after: The space between two towers designed by I.M. Pei, above, would be filled by a new tower, in rendering below, under NYU's plan. The tower, sight-unseen, is already facing backlash from community groups who say the building would interfere with the original three-tower design by famed architect I.M. Pei. Critics also say the new building would flood the neighborhood with more construction and cause other disruptions. The concrete fourth tower with floor-to-ceiling glass windows would be built on the Bleecker Street side of the site, known as University Village. It would house a moderate-priced hotel on the bottom 15 floors. The 240-room hotel would be intended for visiting professors and other NYU guests, but would also be available to the public. The top floors would be housing for school faculty. In addition, NYU would move the Jerome S. Coles Sports Center farther east toward Mercer Street to clear space for a broader walkway through the site that connects Bleecker and Houston streets. The sports complex would be torn down and rebuilt with a new design. Grimshaw Architects The plan also calls for replacing a grocery store that is currently in the northwest corner of the site with a playground. As a result, the site would gain 8,000 square feet of public space under the tower proposal, according to an NYU spokesman. NYU considers the new tower a crucial component of its ambitious expansion plans to add six million square feet to the campus by 2031—including proposed sites in Brooklyn, Governors Island and possibly the World Trade Center site—in an effort to increase its current student population of about 40,000 by 5,500. The tower is also one of the most contentious parts of the plan because the University Village site received landmark status in 2008 and is home to a Pablo Picasso statue. The three existing towers, including one dedicated to affordable public housing, were designed by Mr. Pei in the 1960s. The 30-story cast-concrete structures are considered a classic example of modernism. Grimshaw Architects, the New York firm that designed the proposed tower, says it wants the new structure to complement Mr. Pei's work. "It would be built with a sensitivity to the existing buildings," says Mark Husser, a Grimshaw partner. "It is meant to relate to the towers but also be contemporary." Grimshaw Architects NYU says the planned building, at center of rendering above, would relate to current towers. He said the new tower would use similar materials to the Pei structures and would be positioned at the site in a way not to cut off views from the existing buildings. Little of this news is likely to pacify local opposition. "A fourth tower would utterly change Pei's design," says Andrew Berman, executive director of the Greenwich Village Society for Historic Preservation. He says that Mr. Pei designed a number of plans about the same time that similarly featured three towers around open space, such as the Society Hill Towers in Philadelphia. Watch a video showing a rendering of New York University's proposed 38-story tower, one of the most ambitious projects in the university's vast 2031 expansion plan. The tower would be located near Bleecker Street in Manhattan. Video courtesy of Grimshaw Architects. Residents say they fear that the new tower would bring years of construction and reduce green spaces and trees. "We are oversaturated with NYU buildings," says Sylvia Rackow, who lives in the tower for public housing. "They have a lot of other options, like in the financial district, but they are just greedy." NYU will have to win permission from the city's Landmark Commission before it can proceed. This process begins on Monday when NYU makes a preliminary presentation to the local community board. Jason Andrew for the Wall Street Journal NYU is 'just greedy,' says Sylvia Rackow, seen in her apartment. Grimshaw. While the commission typically designates a particular district or building, University Village is unusual in that it granted landmark status to a site and the surrounding landscaping, making it harder to predict how the commission may respond. NYU also would need to get commercial zoning approval to build a hotel in an area designated as residential. And the university would have to get approval to purchase small strips of land on the site from the city. If the university is tripped up in getting required approvals, it has a backup plan to build a tower on the site currently occupied by a grocery store at Bleecker and LaGuardia, which would have a size similar to the proposed tower of 270,000 square feet. http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704198004575311161334409470.html?mod=WSJ_hpp_MIDDLENexttoWhatsNewsForth
  2. Nom: Tour Deloitte Hauteur en étages: 26 Hauteur en mètres: 135 Coût du projet: 100 000 000,00$ Promoteur: Cadillac Fairview Architecte: KPF et Groupe IBI DAA Entrepreneur général: PCL Constructors / Construction C.A.L. Emplacement: http://www.mtlurb.com/forums/attachment.php?attachmentid=4423&d=1340458961 Début de construction: Octobre 2012 Fin de construction: Juin 2015 Site internet: http://latourdeloitte.ca/ Lien webcam: Autres informations: * Louée à 70.3% (septembre 2013) * 48 000m2 (514 000p2) de superficie de bureaux * Édifice LEED platine * Le locataire principal sera la firme Deloitte pour 160 000p2 * Rio Tinto Alcan sera locataire des étages 18 à 26 * Signature, 32-foot-high lobby facing the historic Windsor Court * Outdoor courtyard with a skating rink, public seating and park area qui sera nommé "Cour Rio Tinto Alcan" * Bush shed (a heritage-designated remnant of Windsor Station's original rail platforms) will be incorporated into the window line of the courtyard-level lobby * 135 mètres Rumeurs: Aperçu du projet: 9 autres images: http://mtlurb.com/forums/showthread.php?p=146231#post146231 Vidéo promotionnelle:
  3. Carrefour Henri-Bourassa / Pie-IX Le carrefour Henri-Bourassa–Pie-IX sera réaménagé en infrastructure de type urbain sur un seul niveau, en lieu et place d’un échangeur à deux niveaux. Le projet s’accompagne d’une série d’interventions destinées à créer un espace à échelle humaine, plus sécuritaire et plus convivial. De part et d'autre du carrefour, de vastes terrains seront libérés et accessibles au développement. La volonté de l’arrondissement est de permettre l’établissement de bâtiments résidentiels de haute densité, comportant en rez-de-chaussée des services de proximité pour répondre aux besoins du quartier. Le carrefour offre aussi un potentiel d’établissement de terrasses et de restaurants pouvant servir la communauté environnante. L’arrondissement terminera les grands travaux d’infrastructure par le réaménagement du parc Pilon et l’établissement d’un parcours piétonnier dans l’axe de la rue d’Amos. De plus, on prévoit l’installation de nouveaux équipements sportifs et récréatifs. Le projet de service rapide par bus (SRB) sera déployé peu de temps après la réalisation du carrefour. Composantes Parc Pilon Centre sportif et communautaire Oeuvre d’art public Objectifs Remplacer le caractère autoroutier du carrefour par une configuration urbaine offrant un meilleur potentiel de développement Créer un concept adapté à la réalité actuelle et future (projets SRB Pie-IX et A-25). Offrir un environnement convivial et sécuritaire à l’ensemble des usagers du carrefour (piétons, cyclistes, usagers du transport collectif, automobilistes) Protéger les rues locales de la circulation de transit Améliorer l’image de l’entrée de la ville Investissement prévu 35 M$ : Ville de Montréal (intersection) Montant à confirmer : Arrondissement de Montréal-Nord (parc et complexe sportif) Caractéristiques Une empreinte verte, fortement aménagée Des trottoirs de grandes dimensions (18 mètres) La mise en place d’une œuvre d’art public de grande taille L’établissement de bâtiments marquants de part et d'autre du carrefour Une signature architecturale préciseUne approche de développement durable Aménagement d’une piste cyclable reliée à celle du boulevard Gouin Des mesures assurant la sécurité des piétons Calendrier Début des travaux: automne 2011 Fin prévue : 2014 Promoteurs Ville de Montréal (réaménagement de l’intersection) Arrondissement de Montréal-Nord (développement d’ensemble du carrefour) Partenaires Agence métropolitaine de transport (AMT) Société de Transport de Montréal (STM) (Projection du carrefour Henri-Bourassa/Pie-IX - vue vers le sud) (Perspective d'ambiance - coin boulevard Pie-IX et rue d'Amos) (Projection de l'intersection Pie-IX et d'Amos - vue vers le nord-est) (Projection du futur complexe sportif et communautaire au nord du parc Pilon) (Coupe du boulevard Pie-IX au carrefour réaménagé) (Aménagement de l'îlot nord-est du carrefour - accueil d'une future oeuvre d'art public) (Esquisse de réaménagement du parc Pilon)
  4. http://plus.lapresse.ca/screens/859bc2a2-f0ed-470c-862f-943a02746c63%7C_0.html FRANÇOIS CARDINAL LA PRESSE La place Émilie-Gamelin est bien accueillante pour les manifestants, qui s’y donnent rendez-vous ces jours-ci. Mais pour le flâneur urbain, on repassera… C’est un espace hypercentral, dans une ville hypersécuritaire. Un espace auquel on a ajouté de gros jeux d’échecs et des camions de bouffe. Mais personnellement, je ne ferais pas de détour pour y passer un samedi après-midi avec mon fils, disons. Bon, ça prouve peut-être que je suis un papa poule. Mais surtout, que tout ce qui a été tenté au cours des dernières années pour faire de la place Émilie-Gamelin un lieu public accueillant et invitant – pour tous – a cruellement échoué. Cette fois sera-t-elle la bonne ? Je l’espère. J’ai appris qu’on va tenter complètement autre chose, cette année. On va fermer la place pour un mois, à partir de lundi prochain, afin de la transformer en « village » animé jour et soir, tout l’été, avec resto, bar, café, jardins et spectacles. On va aménager un marché public, un jardin communautaire, une terrasse avec tables et parasols, un immense lieu de projections. Bref, on va tenter d’en faire un lieu convivial pour tout le monde. Pas juste les revendeurs de drogue. *** Ça fait maintenant quatre ans que le Partenariat du Quartier des spectacles tente de « renipper » la place Émilie-Gamelin avec des événements ponctuels. Mais rien à faire : dès qu’ils prennent fin, le lieu redevient insécurisant. Changement complet de stratégie, donc. Fini les coups de pinceau et les interventions à la pièce. On a embauché l’organisme derrière le Village éphémère, Pépinière & Co, afin de créer un village semi-permanent, de mai à octobre. « On veut vraiment changer l’allure de la place, et sa réputation par le fait même », précise Pascale Daigle, du Partenariat. Sous l’enseigne lumineuse « Jardins Gamelin », on va donc retrouver de nombreux bancs, des bacs à fleurs, des chaises de type Adirondack, ainsi qu’une scène circulaire où se tiendront des événements programmés et spontanés : spectacles, conférences, animation, yoga matinal. On ajoutera une canopée lumineuse ainsi qu’une « œuvre magistrale illuminée » en suspension. À l’ouest, on ouvrira un restaurant dans une construction de conteneurs où l’on vendra du café tôt le matin, et de la bière tard le soir. On installera une dizaine de tables avec chaises et parasols afin que les gens puissent profiter de leur consommation ou de leur propre lunch. Au sud de la place, on retrouvera de l’agriculture urbaine : jardin de tournesols, production de légumes, plantations diverses, serre, etc. Et à l’est, on installera un marché de fruits et légumes et on se servira de la façade de la Place Dupuis comme toile de projection. « Montréal est une ville d’événements, fait remarquer Jérôme Glad, de Pépinière & Co. Mais l’événementiel est souvent en rupture avec la ville au quotidien : on installe des clôtures et des tentes génériques, puis une fois terminé, on remballe tout. » « Là, on veut inverser la logique : investir le lieu, en faire un canevas cohérent, puis y attirer des événements qui donneront à la place un caractère propre. » *** Est-ce qu’on est dans l’embourgeoisement localisé ? Une façon de repousser ceux qu’on préférerait ne pas voir ? De remplacer ceux qui ont élu domicile dans le parc par des hipsters et leur macchiato ? Le Partenariat du Quartier des spectacles s’en défend. Il assure que son village s’implantera avec l’aide de l’arrondissement et du Service de police de la Ville de Montréal, qui veilleront à maintenir la cohabitation. Comme à l’époque des interventions de l’ATSA. À l’arrondissement de Ville-Marie, on ne cache pas que « les comportements de personnes marginalisées » sont source de préoccupation. Mais le but n’est pas de les faire disparaître, assure la porte-parole Anick de Repentigny. « Il n’est pas question d’exclure qui que ce soit. L’arrondissement souhaite une cohabitation sociale optimale. » De toute façon, renchérit Jérôme Glad, l’idée n’est pas de lisser l’endroit pour en faire une autre place des Festivals. « On a vraiment une approche de quartier, à échelle humaine, ouverte et inclusive. On veut que ça devienne un lieu propice aux rassemblements et aux pique-niques. On veut que ce soit une grande terrasse pour tout le monde. » Pas une autre place des Festivals, donc, mais pas un autre « Village éphémère » non plus, ces événements populaires et branchés qui ont eu lieu ces deux dernières années (bonne nouvelle : une démarche est en cours pour que cet événement revienne au Pied-du-Courant à compter du 19 juin). « On mise plutôt sur une réappropriation d’un lieu public par toutes sortes de monde », affirme Jérôme Glad. Pensons au Marché des ruelles dans la rue Sainte-Catherine, ou au Marché des possibles dans le Mile End. Ne nous contons pas d’histoire. Ce sera tout un défi d’assurer une cohabitation des usagers actuels et futurs. Mais un défi qu’il vaut certainement la peine de tenter de relever. Car s’il ne faut pas chasser les marginalisés, on ne peut chasser non plus les riverains et les commerçants. sent via Tapatalk
  5. À la suite de pressions du gestionnaire The Ethical Funds, le détaillant compte rendre public le code d'éthique auquel elle soumet ses fournisseurs. Pour en lire plus...
  6. D'un marché public de Winnipeg, Stephen Harper a promis de réduire de moitié la taxe d'accise sur le diesel, ce qui, selon lui, aiderait à juguler le coût de la vie. En Ontario, il a invité les immigrants à se joindre massivement à son parti. Pour en lire plus...
  7. Le mercredi 06 juin 2007 Maison de la culture et de la bibliothèque de Côte-des-Neiges. Par l’intérieur, on accède à la terrasse du deuxième étage. Outre la vue sur le mont Royal qui s’étend aux pieds du visiteur, celui-ci aura la surprise de découvrir des plants de géranium, de la lavande ou des iris.Il se trouve en effet sur le premier toit vert accessible au grand public à Montréal, qui a été inauguré hier, Journée mondiale de l’environnement, en présence du maire Gérald Tremblay et du maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame- de-Grâce (CDN-NDG), Michael Applebaum. « La rénovation du toit, nécessaire, s’est transformée en une remarquable occasion », explique le maire d’arrondissement. En effet, tout est parti de ce besoin, et d’une discussion entre Monique Côté, chargée de projet, et Jean Landry, architecte-paysagiste de l’arrondissement de CDN-NDG. L’idée d’un toit vert a germé. Christine Brault et Thérèse Chabot, deux artistes à la main verte, accompagnées du maire Gérald Tremblay inaugurent le premier toit vert accessible au grand public à Montréal, à la maison de la culture et de la bibliothèque de Côte-des-Neiges. Les travaux ont commencé à l’été 2006 et les derniers ajustements ont été terminés il y a quelques jours. « Ici, c’est plus qu’un toit vert, explique Jean Landry. C’est un toit-jardin. » Un espace de végétation clos, bordé d’une terrasse aménagée accessible à tous. Pour en arriver à un tel résultat, des études ont été faites pour savoir si la structure du toit pouvait supporter une telle charge. Au final, ce sont 250 m2 de verdure entièrement consacrés à ce projet de développement durable. Car un toit végétal peut faire beaucoup pour l’environnement : purification de l’air, réduction des effets de smog, régulation de la température ou récupération de l’eau de pluie. La réfection du toit de la maison de la culture et sa transformation en espace public ont nécessité des investissements de l’arrondissement de 680 000 $. Un coût supplémentaire d’environ 100 000 $ par rapport à une rénovation classique. Des fonds supplémentaires d’un total de 55 000 $ ont été apportés par la Ville et la Société de verdissement de Montréal métropolitain. De nombreux expositions, animations ou documentaires seront présentés à la population dans une visée didactique.
  8. http://www.lapresse.ca/maison/decoration/amenagement/201504/28/01-4865137-amenagement-les-finissants-sexposent.php Publié le 28 avril 2015 à 12h25 | Mis à jour à 12h25 Aménagement: les finissants s'exposent Le vernissage aura lieu le jeudi 30 avril à partir... (Photo fournie) Agrandir Le vernissage aura lieu le jeudi 30 avril à partir de 18h, et l'exposition sera ouverte au public le vendredi 1er mai et le samedi 2 mai entre 12h et 16h. PHOTO FOURNIE Ma Presse Sophie Ouimet-LamotheSOPHIE OUIMET La Presse Comme chaque année, la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal ouvre ses portes au public pour son exposition de finissants. Plus de 250 projets seront présentés dans les locaux de la Faculté, toutes disciplines confondues: architecture, architecture de paysage, design industriel, design d'intérieur, design urbain et design de jeux. Cette année, l'exposition explore la dualité entre le fond et la forme dans la création. Le vernissage aura lieu le jeudi 30 avril à partir de 18h, et l'exposition sera ouverte au public le vendredi 1er mai et le samedi 2 mai entre 12h et 16h. Fond Forme Université de Montréal, Faculté de l'aménagement 2940, chemin de la Côte-Sainte-Catherine amenagement.umontreal.ca sent via Tapatalk
  9. Le gouvernement allemand préparait samedi un plan d'urgence pour aider le secteur financier qui prévoirait selon des informations de presse l'apport aux banques de garanties et de capital public. Pour en lire plus...
  10. http://designmontreal.com/commerce-design/a-propos-de-commerce-design-montreal Commerce Design Montréal Toggle navigation À propos de Commerce Design Montréal La Ville de Montréal célèbre cette année le 20e anniversaire de la création des Prix Commerce Design Montréal, une initiative montréalaise dont le succès fait écho depuis plus de dix ans dans plusieurs villes d’Europe, du Canada et des États-Unis. Les efforts soutenus dans ce programme ont contribué à sensibiliser les commerçants et le public à la valeur ajoutée du design. Ils ont insufflé une remarquable progression dans la qualité des lieux que l’on fréquente et l’expérience qu’ils nous procurent. C’est sur cette lancée que la Ville de Montréal poursuit son action et récompense celles et ceux à qui l’on doit cette heureuse transformation. Les lauréats se retrouvent au cœur d’une campagne de promotion et de relations de presse d’envergure qui vise à les faire connaître auprès du grand public, contribuant à leur notoriété et à l’accroissement de leur volume d’affaires. Cette récompense confère aux Prix Commerce Design Montréal toute leur originalité. Un trophée, création du designer industriel Claude Maufette, est attribué aux lauréats (commerçants et designers) qui sont aussi pourvus d’autres outils promotionnels visibles signalisant leur distinction. Historique Commerce Design Montréal a été créé en 1995 dans le but de faire valoir auprès des commerçants montréalais les bénéfices d’investir dans la qualité de l’aménagement de leur établissement avec l’aide de professionnels qualifiés. La raison d’être de cette activité est encore et toujours de développer le marché du design commercial à Montréal pour : améliorer la qualité du cadre de vie et rendre la Métropole plus attrayante; augmenter la compétitivité des commerces; accroître la demande locale pour les services professionnels en aménagement commercial. Les objectifs visent à créer un effet d’entraînement auprès d’autres commerçants, de convaincre ces derniers du bien-fondé du design pour leur succès en affaires et d’avoir un effet structurant sur la revitalisation et la dynamisation des rues commerciales. L’effort public et parapublic pour sensibiliser les commerçants montréalais au design a été sans relâche de 1995 à 2004. L’étude d’impacts alors réalisée avait démontré que le programme a concrètement développé, en dix ans, le marché en design de commerces et induit l’effet d’entraînement recherché. La qualité promue par les Prix Commerce Design Montréal s’est avéré un axe de communication très porteur pour la candidature de Montréal Ville UNESCO de design dont la désignation a été obtenue en 2006. Après dix ans de succès, un élargissement et un repositionnement vers d’autres secteurs d’activités étaient nécessaires. Il s’imposait alors de sensibiliser de nouveaux acteurs à l’amélioration de la qualité du design dans la ville. En 2005, le prolongement de l’action de Commerce Design Montréal fut confié à Créativité Montréal qui réalisa, de 2006 à 2008, trois éditions des Prix Créativité Montréal. De son côté, la Ville de Montréal continua de transférer son expertise et céder des licences à d’autres villes qui reprisent le concept original. « Commerce Design » est devenu une marque de commerce officielle de la Ville de Montréal en 2014. En relançant le programme en 2015, Montréal souhaite continuer à inspirer d’autres villes, à faire grandir le réseau et voir évoluer son concept puis, engendrer des retombées probantes sur son territoire grâce au partage d’expériences. Les grandes étapes de Commerce Design Montréal Appel de candidature : l’objectif est de recruter une centaine de participants d’une grande diversité ; des commerces de tous types et envergure, répartis sur le territoire de l’île de Montréal, récemment aménagés avec l’aide d’un professionnel en design ou en architecture. Jury : le jury retient, suivant l’analyse des dossiers et le visionnement des photos, une quarantaine de commerces finalistes qu’il visite lors d’une tournée d’observation. Il sélectionne 20 commerces et concepteurs lauréats, ex aequo. Parmi les critères qui guident les jurés, la mise en contexte est cruciale, car la sélection vise à refléter plusieurs réalités commerciales à Montréal, afin que les commerçants qui songent à investir dans le design de leur commerce puissent s’identifier et s’inspirer de l’un ou l’autre des établissements primés. Les Prix du jury sont annoncés lors d’une soirée festive qui réunit des centaines d’invités. Rencontres avec les designers : le public est invité à découvrir, lors du weekend « Venez, voyez, votez! » les 13 et 14 juin 2015, les 20 commerces lauréats sous l’angle du design, alors que les concepteurs sont sur place pour accueillir visiteurs et clients et expliquer leur démarche créative. Prix du public : du 11 mai au 31 août 2015, le public peut voter en ligne ou à l’aide d’un bulletin de vote pour son commerce préféré parmi les 20 lauréats. Au terme de la campagne « Votez avec vos yeux!», le commerce qui récolte le plus grand nombre de votes est proclamé « Prix du public » lors d’un événement de presse. Des cartes et chèques-cadeaux échangeables dans les commerces primés sont tirés au hasard parmi les votants, bouclant ainsi la boucle. Voir les partenaires et collaborateurs Prix Frédéric-Metz En août 2014, le milieu du design a perdu un grand pédagogue, un communicateur exceptionnel, un militant en faveur de la qualité en design : Frédéric Metz (1944-2014). Professeur associé à l’École de design, membre fondateur du Centre de design et de l’École supérieure de mode de l’UQAM, il est une figure marquante du design au Québec. Pour perpétuer sa pensée, la Société des designers graphiques du Québec (SDGQ), l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et le Bureau du design de la Ville de Montréal lui rendent hommage en créant le Prix Frédéric-Metz dans le cadre des Prix Commerce Design Montréal 2015, un programme qu’il affectionnait tout particulièrement et auquel il a collaboré pendant plusieurs années. Le Prix Frédéric-Metz récompensera un établissement primé parmi les 20 Prix du jury dont le design (intérieur, graphique) parfaitement intégré, inspirant et efficace « facilite la vie, élève la beauté, la fonction et le sens, adoucit l’expérience, et constitue une valeur ajoutée à la vie quotidienne ». Un trophée, aux couleurs du personnage Metz, sera attribué aux lauréats lors d’une cérémonie spéciale le 14 septembre prochain. Une vidéo produite par deux étudiants en communications de l’UQAM, Gabriel Lajournade et Amélia Blondin, sous la direction artistique de Philippe Lamarre, président sortant de la Société des designers graphiques du Québec, a été réalisée pour l’occasion. Les plus proches collaborateurs et amis de Frédéric Metz témoignent de leur amitié et de leur admiration pour son travail et son legs pour les générations futures. sent via Tapatalk
  11. CBC, VIA Rail considered for auction block: Documents BY ANDREW MAYEDA, CANWEST NEWS SERVICE JUNE 1, 2009 6:49 PM OTTAWA — The federal Department of Finance has flagged several prominent Crown corporations as "not self-sustaining," including the CBC, VIA Rail and the National Arts Centre, and has identified them as entities that could be sold as part of the government's asset review, newly released documents show. In its fiscal update last November, the government announced that it would launch a review of its Crown assets, including so-called enterprise Crown corporations, real estate and "other holdings." Finance Department documents, obtained by Canwest News Service under the Access to Information Act, reveal that the review will focus on enterprise Crown corporations, which are not financially dependent on parliamentary subsidies. Such corporations include the Royal Canadian Mint and Ridley Terminals, which is a coal-shipping terminal in Prince Rupert, B.C. But the documents also reveal that the government will consider privatizing Crown corporations that require public subsidies to stay afloat. "The reviews will also examine other holdings in which the government competes directly with private enterprises, earn income from property or performs a commercial activity," states a Finance briefing note dated Dec. 2, 2008. "It includes Crown corporations that are not self-sustaining even though they are of a commercial nature." In the briefing note, the Finance Department identifies nine Crown corporations that fall in that category, including Atomic Energy of Canada Ltd., the CBC and VIA Rail. The government announced last week that it will split AECL in two and seek private-sector investors for the Crown corporation's CANDU nuclear-reactor business. The Crown asset review comes as the government struggles to contain the country's deficit, now expected to top $50 billion this year. The Jan. 27 budget assumes that the government will be able to raise as much as $4 billion through asset sales by the end of March 2010. The budget identified four federal departments whose Crown assets are being reviewed first: Finance, Indian and Northern Affairs, Natural Resources, and Transport and Infrastructure. VIA Rail is overseen by the Transport Department, while the CBC and the National Arts Centre fall under the portfolio of the Canadian Heritage department. The Finance Department documents confirm that all government assets will eventually be reviewed. Privatizations tend to work well when Crown corporations enter a reasonably competitive market with a good chance of turning a profit, said Aidan Vining, a professor of business and government relations at Simon Fraser University. Unlike successfully privatized firms such as Canadian National Railway, it's not clear that CBC and VIA Rail could operate as profitable ventures while maintaining the public mandates they provided as Crown corporations, he noted. "They're not the classic privatization candidates, where you sell and walk away," said Vining, an expert in Crown corporation privatizations. "Unless, of course, you're prepared to fully withdraw from the public purpose (of the Crown corporation)." Certainly, the sale of a flagship Crown asset such as the CBC would be politically controversial. After the CBC announced this spring that it would lay off hundreds of employees, opposition critics accused the government of turning a cold shoulder to the public broadcaster's struggles. Under the Financial Administration Act, Parliament would have to approve the privatization of any Crown corporation. "It's hard to believe that some of these sales would go forward in a minority Parliament," said Vining. The Finance Department has also begun to examine the government's vast real-estate portfolio, which includes 31 million hectares of land, and more than 46,000 buildings totalling 103 million square metres — more than double the office space available in the Greater Toronto Area, according to the Finance documents. The government's holdings are worth at least $17 billion, Finance officials estimate. A briefing note labelled "secret" said that the Department of Indian and Northern Affairs acquired $7 million in surplus properties between 1998 and 2006 for potential use in land-claims deals. Over the same period, the properties cost $2 million to maintain. Divesting such properties could not only generate revenue for the government, but also cut "ongoing operations and maintenance costs," states the briefing note. A Finance Department spokeswoman said the asset review won't necessarily lead to sales in all cases. "Reviews will assess whether value could be created through changes to the assets' structure and ownership, and report on a wide set of options including the status quo, amendments to current mandates or governance," department spokeswoman Stephanie Rubec said in an e-mail. "In some cases, it may be concluded that selling an asset to a private sector entity may generate more economic activity and deliver greater value to taxpayers." Crown corporations identified by the government as "not self-sustaining": (Company name, commercial revenues, parliamentary subsidy, expenses) Atomic Energy of Canada Ltd., $614.2 million, $285.3 million, $1.3 billion CBC, $565.5 million, $1.1 billion, $1.7 billion Cape Breton Development Corp., $5.1 million, $60 million, $94.1 million Federal Bridge Corp. Ltd., $14.6 million, $31.0 million, $42.9 million National Arts Centre Corp., $26.0 million, $40.6 million, $65.7 million Old Port of Montreal Corp., $16.7 million, $15.1 million, $32.0 million Parc Downsview Park Inc., not available, not available, not available VIA Rail Canada Inc., $293.9 million, $266.2 million, $505.5 million Source: Department of Finance, Public Accounts of Canada Note: Financial results are for 2007-08 http://www.ottawacitizen.com/Rail+considered+auction+block+Documents/1652330/story.html
  12. Je suis sur le conseil d'administration de l'association professionnelle des guides touristiques de Montréal, l'A.P.G.T. depuis le renouvellement d'octobre 2008. J'en ai déjà été le président en 1997. À l'époque nous avions un bulletin d'information imprimé que nous envoyions par la poste à tous nos membres au moins quatre ou cinq fois par année de façon assez irrégulière et qui s'appelait Info-APGT. Il y avait toutes sortes de rubriques dont toutes avaient un rapport direct avec notre domaine d'activités. Pour diverses raisons, ce bulletin a disparu, a cessé d'être diffusé -bref il n'existe plus. En gros, le nouveau c.a. va le rescussiter mais cette fois en ligne sur notre site internet (qui est littéralement abandonné : aucune mise à jour n'ayant étét fait depuis plus de quatre ans !!). Nous cherchons un titre pour ce nouveau bulletin -qui sera probablement accompagné d'un forum de discussion (peut-être en partie ouvert en public selon mes souhaits et assûrément avec une section ouverte aux seuls guides de Montréal). Le nom actuel me semble dépassé. Notre président a lancé comme ça quelques suggestions : La Pige, Le Pigiste, Le Leader mais je ne suis pas très enthousiasme pour ces trois suggestions. Je souhaite que vous me suggériez ici des noms qui pourraient nous inspirer. Merci d'avance.
  13. 23-06-2007 Paysages éphémères investit l’avenue du Mont-Royal du 26 juin au 2septembre prochain et propose au public un parcours de cinq interventions urbaines plus surprenantes les unes que les autres. Le but de l’évènement est de permettre aux résidants et visiteurs du quartier de voir la ville autrement. Encore une fois cette année, les concepteurs nous offrent la cité sous ses dimensions les plus inattendues. Déjà en 2005, le projet Pause de NIPpaysage, composé de quatre chaises Adirondack géantes installées au métroMont-Royal, avait séduit le public. En 2006, c’est l’arbre doré d’Un arbre/Un contrat deKdesign qui avait marqué les consciences. 5 nouvelles interventions urbaines Dans le projet Les Boutons Verts de Thomas Baladan, une série de monticules végétalisés envahiront la place Gérald-Godin. Les 2000 pieds de corde à linge du projet Fau Filade de Carole Lévesque formeront un filtre le long duquel le promeneur pourra se faufiler. Leparcdes Compagnons de Saint-Laurent accueillera quant à lui les lits miroirs du projet Mirages de Giorgia Volpe. Dix lits antiques recouverts demiroirs formeront un dortoir à ciel ouvert. Le projet Étoiles urbaines du collectif Spoon offrira une reconstitution des grandes constellations célestes afin de permettre aux citadins de redécouvrir la beauté du ciel étoilé. Finalement, le projet 21 visages en tête de Martin Brière, Gilbert et associés présentera à même les trottoirs de l’avenue du Mont-Royal des images de personnages ayant donné leur nom aux rues du quartier.
  14. http://www.icisource.ca/commercial_real_estate_news/ When NIMBYism is warranted, and when it isn’t Of course, the question is whether a proposed development, infill project or new infrastructure build really does pose a risk to these cherished things. Developers and urban planners must always be cognizant of the fact that there is a segment of the population, a fringe element, who will object to just about anything “new” as a matter of principle. I’ve been to many open houses and public consultations for one proposed project or another over the years. There is almost always that contingent of dogged objectors who invariably fixate on the same things: Parking – Will there be enough if the development increases the population density of the neighbourhood or draws more shoppers/workers from elsewhere? Traffic – Will streets become unsafe and congested due to more cars on the road? Transit – Will this mean more busses on the road, increasing the safety hazard on residential streets, or conversely will there be a need for more? Shadowing – is the new build going to leave parts of the neighbourhood stuck in the shade of a skyscraper? These are all legitimate concerns, depending on the nature of the project in question. They are also easy targets for the activist obstructionist. Full and honest disclosure is the best defence Why? Because I see, time and again, some developers and urban planners who should know better fail to be prepared for objections rooted on any of these points. With any new development or infrastructure project, there has to be, as a simple matter of sound public policy, studies that examine and seek to mitigate impacts and effects related to parking, traffic, shadowing, transit and other considerations. It therefore only makes sense, during a public consult or open house, to address the most likely opposition head on by presenting the findings and recommendations of these studies up front in a clear and obvious manner. But too often, this isn’t done. I’ve was at an open house a few years ago where, when asked about traffic impact, the developer said there wouldn’t be any. Excuse me? If your project adds even one car to the street, there’s an impact. I expect he meant there would be only minimal impact, but that’s not what he said. The obstructionists had a field day with that – another greedy developer, trying to pull the wool over the eyes of honest residents. This is a marketing exercise – treat it like one This is ultimately a marketing exercise – you have to sell residents on the value and need of the development. Take another example – a retirement residence. With an aging population, we are obviously going to need more assisted living facilities in the years to come. But in this case, the developer, speaking to an audience full of grey hairs, didn’t even make the point that the new residence would give people a quality assisted-living option, without having to leave their community, when they were no longer able to live on their own. I also hear people who object to infill projects because they think their tax dollars have paid for infrastructure that a developer is now going to take advantage of – they think the developer is somehow getting a free ride. And yet, that developer must pay development charges to the city to proceed with construction. The new build will also pay its full utility costs and property taxes like the rest of the street. City hall gets more revenue for infrastructure that has already been paid for, and these additional development charges fund municipal projects throughout the city. Another point, often overlooked – when you take an underperforming property and redevelop it, its assessed value goes up, and its tax bill goes up. The local assessment base has just grown. City hall isn’t in the business of making a profit, just collecting enough property tax to cover the bills. The more properties there are in your neighbourhood, the further that tax burden is spread. In other words, that infill project will give everyone else a marginal reduction on their tax bill. It likely isn’t much, but still, it’s something. Developers must use the facts to defuse criticism Bottom line, development is necessary and good most of the time. If we didn’t have good regulated development, we would be living in horrid medieval conditions. Over the last century and a bit, ever growing regulation have given us safer communities, with more reliable utilities and key services such as policing and fire. Yes, there are examples of bad development, but if we had none, as some people seem to want, no one would have a decent place to live. It just astonishes me that developers and urban planners don’t make better use of the facts available to them to defuse criticism. It’s so easy to do it in the right way. Proper preparation for new development public information sessions is the proponent’s one opportunity to tell their story, and should not be wasted by failing to get the facts out and explaining why a project is a good idea. To discuss this or any other valuation topic in the context of your property, please contact me at [email protected] I am also interested in your feedback and suggestions for future articles. The post Why do public planning projects go off the rails? appeared first on Real Estate News Exchange (RENX). sent via Tapatalk
  15. Un nouveau marché public à Montréal Jean-Louis Fortin 11/01/2011 17h46 En plus de pouvoir fréquenter les marchés Atwater et Jean-Talon, les Montréalais seront en mesure d’acheter des aliments frais dans un nouveau marché public qui pourrait voir le jour à proximité des autoroutes 15 et 40, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, a appris 24H. Le projet d’entre 3 et 4 millions $, encore à l’étape des approbations, pourrait obtenir le feu vert dans les prochaines semaines, selon nos informations, d’autant plus que les autorités politiques et administratives de l’arrondissement souhaitent qu’il voie le jour. C’est l’Association des jardiniers maraîchers du Québec (AJMQ) qui a présenté une demande en ce sens à la Ville. Une centaine producteurs membres de l’AJMQ, qui occupent un centre de distribution agroalimentaire pour les commerces et restaurants, situé à côté du Marché Central, pourront ainsi vendre leurs produits directement grand public. Achalandage élevé Sur le site, au moins un des immenses quais de chargement pour camions serait converti en un « grand marché public », explique André Plante, directeur général de l’AJMQ. Un endroit un peu à l’image du marché Jean-Talon, mais de moindre ampleur, illustre-t-il. Selon, lui, la proximité du Marché Central, un grand centre commercial, est susceptible d’attirer un nombre important de visiteurs. « On s’attend à ce que ça soit extrêmement achalandé. On pense que les gens voudront venir acheter des produits frais », prévoit André Plante. Ronald Cyr, directeur de l’arrondissement, précise que les fonctionnaires municipaux accompagnent actuellement l’AJMQ, mais que le permis de construction n’a pas encore été émis. « La construction d’un marché est certainement un point d’intérêt pour les marchands et les citoyens », assure-t-il toutefois. Sur place pour longtemps André Plante attend un feu vert de l’arrondissement « d’ici un mois ». L’AJMQ, décrit-il, devra d’abord transformer l’un des autres quais sur le site en un entrepôt fermé, pour y transférer une partie des activités de distribution. Dans une deuxième phase de construction, 10 000 pieds carrés de superficie à l’intérieur d’un bâtiment adjacent pourraient aussi accueillir des commerces à l’abri des caprices de Dame Nature. Ce projet d’expansion survient moins de six mois après que les maraîchers aient refusé de déménager du site de 800 000 pieds carrés qu’ils occupent actuellement pour le centre de distribution. La firme Bentall, le gestionnaire du Marché Central, leur avait proposé de se relocaliser dans l’Est de la Ville pour pouvoir compléter le développement du centre commercial, mais les maraîchers ont rejeté l’idée à 75%, de peut de perdre leur clientèle. [email protected] http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2011/01/20110111-174642.html
  16. City planners take new look at urban vistas Frances Bula, Special to the Globe and Mail, March 30th, 2009 --------------------- Vancouver’s famous view corridors have prompted more anguished howls from architects than almost anything else I can think of over the years. Now, the city is looking at re-examining them. (And, as the sharp-eyed people at skyscraper.com have noted, the posting for people to run the public consultation went up on city website Friday. You can see their comments on the whole debate here.) You can get a flavour of the arguments from my story in the Globe today, which I’ve reproduced below. --------------------- Vancouver is legendary as a city that has fought to prevent buildings from intruding on its spectacular mountain backdrop and ocean setting. Unlike Calgary, which lost its chance to preserve views of the Rockies 25 years ago, or Toronto, which has allowed a highway plus a wall of condo towers to go up between the city and its lake, Vancouver set an aggressive policy almost two decades ago to protect more than two dozen designated view corridors. But now the city is entertaining re-examining that controversial policy, one that has its fierce defenders and its equally fierce critics, especially the architects who have had to slice off or squish parts of buildings to make them fit around the corridors. And the city’s head planner is signalling that he’s definitely open to change. “I’ve got a serious appetite for shifting those view corridors,” says Brent Toderian, a former Calgary planner hired two years ago, who has been working hard to set new directions in a city famous for its urban planning. “The view corridors have been one of the most monumental city-shaping tools in Vancouver’s history but they need to be looked at again. We have a mountain line and we have a building line where that line is inherently subjective.” The issue isn’t just about preserving views versus giving architects free rein. Vancouver has used height and density bonuses to developers with increasing frequency in return for all kinds of community benefits, including daycares, parks, theatres and social housing. A height limit means less to trade for those amenities. Mr. Toderian, who thinks the city also needs to establish some new view corridors along with adjusting or eliminating others, says a public hearing on the issue won’t happen until the fall, but he is already kicking off the discussion quietly in the hope that it will turn into a wide-ranging debate. “The input for the last few years has been one-sided, from the people who think the view corridors should be abolished,” he said. “But we’re looking forward to hearing what everyone thinks. Most people who would support them don’t even think about them. They think the views we have are by accident.” The view-corridor policy, formally adopted in 1989, was the result of public complaints over some tall buildings going up, including Harbour Centre, which is now, with its tower and revolving restaurant, seen as a defining part of the Vancouver skyline. But then, it helped spur a public consultation process and policy development that many say confused the goal of preserving views with a mathematical set of rules that often didn’t make sense. One of those critics is prominent architect Richard Henriquez, who said the corridors don’t protect the views that people have consistently said they value most from the city’s many beaches and along streets that terminate at the water. Instead, he says many of the view corridors are arbitrarily chosen points that preserve a shard of view for commuters coming into town. That has resulted in the city losing billions of dollars of potential development “for someone driving along so they can get a glimpse of something for a second.” And, Mr. Henriquez argues, city residents have a wealth of exposure to the city’s mountains throughout the region. “Downtown Vancouver is a speck of urbanity in a sea of views,” said Mr. Henriquez, who is feeling the problem acutely these days while he works on a development project downtown where the owners are trying to preserve a historic residential hotel, the Murray, while building an economically feasible tower on the smaller piece of land next to it. The view corridor means the building has to be shorter and broader and is potentially undoable. His project is one in a long list of projects that have been abandoned or altered because of view corridor rules in Vancouver. The Shangri-La Hotel, currently the tallest building in the city at 650 feet, is sliced diagonally along one side to prevent it from straying into the view corridor. At the Woodward’s project, which redeveloped the city’s historic department store, one tower had to be shortened and the other raised to fit the corridor. And architect Bing Thom’s plan for a crystal spire on top of a development next to the Hotel Georgia was eventually dropped because city officials refused to budge on allowing the needle-like top to protrude. But one person wary about the city tinkering with the policy is former city councillor Gordon Price. “When people talk about revisiting, it just means one thing: eroding,” said Mr. Price, still a vocal advocate on urban issues. “People may only get this fragment of a view but it’s very precious. And those fragments will become scarcer as the city grows. The longer they remain intact, the more valuable they become.” It’s a debate that’s unique to Vancouver. Mr. Toderian said that when he was in Calgary, there was no discussion about trying to preserve views from the downtown to the Rockies in the distance. --------------------- cet article n'est pas tres recent, mais je sais pas s'il avait deja ete poste sur ce forum. meme s'il y a des differences, a mon avis beaucoup de ces arguments pourraient s'appliquer aussi pour Montreal. est-ce qu'on devra attendre une autre vague de demande bousillee pour relancer le debat ?
  17. Québec et Montréal achètent le Centre Bell ! Blogues - Martin Leclerc sur le trottoir Dimanche, 13 février 2011 12:25 On ne pourra pas accuser Jean Charest de ne pas être conséquent. Par souci d’équité avec la ville de Québec, le premier ministre participera à une importante conférence de presse aux côtés du maire Gérald Tremblay, la semaine prochaine, afin d’annoncer que son gouvernement, conjointement avec la Ville de Montréal, se portera acquéreur du Centre Bell pour la somme de 400 millions de dollars, a appris RueFrontenac.com. Selon nos sources, le bureau du premier ministre s’est rendu aux arguments défendus par le maire Régis Labeaume au cours de la dernière année : un amphithéâtre multi-fonctionnel est avant tout un équipement public – « Il n’y a pas plus public que ça ! » – dans lequel l’entreprise privée n’a absolument aucun intérêt à investir. « La famille Molson récupérera donc les 400 millions qu’elle a injustement déboursés au profit de la communauté. Il est anormal qu’une métropole de la taille de Montréal ne possède pas un équipement public et un outil de développement aussi indispensable », indique-t-on au cabinet du premier ministre. Les Molson se trouvent du même coup libérés de toutes les charges liées à l’administration et à l’entretien du Centre Bell, dont le Canadien et evenko (la filiale de la famille qui exploite le volet spectacles) deviendront des locataires privilégiés. Le Canadien deviendra un locataire du Centre Bell Taxes municipales Les propriétaires du Canadien paieront des redevances – encore indéterminées – que se partageront ensuite le gouvernement et la Ville de Montréal. Cette opération permettra de corriger une autre injustice commise aux dépends des propriétaires du Canadien. En raison de sa nouvelle fonction, l’amphithéâtre public ne sera plus assujetti aux taxes municipales. Depuis la construction de l’édifice, en 1995, les propriétaires du CH devaient assumer quelque 10 M$ annuellement en taxes municipales et l’organisation avait maintes fois contesté l’évaluation municipale, en vain. Du côté de l’hôtel de ville, on s’est montré beaucoup moins loquace. « Une annonce importante sera faite cette semaine conjointement avec le premier ministre du Québec », s’est-on limité à dire du côté du cabinet du maire Tremblay. Tant à Montréal qu’à l’Assemblée nationale, les stratèges politiques estiment avoir réalisé un coup de maître. Cet investissement de 400 M$ sera vite rentabilisé, dit-on, parce que les joueurs du Canadien paient des impôts. Toujours selon nos sources, Gérald Tremblay entend communiquer avec Gary Bettman immédiatement après la conférence de presse pour lui annoncer que sa ville, en partenariat avec le gouvernement du Québec, a tout mis en œuvre pour favoriser une meilleure exploitation d’une équipe de hockey dans la métropole. Le maire, dit-on, s’en serait voulu jusqu’à sa mort s’il n’avait pas saisi une telle occasion de mieux faire vivre notre sport national. « Les Molson n’avaient aucun intérêt à posséder le Centre Bell parce qu’il n’y a aucun bénéfice ou rendement à tirer de l’édifice proprement dit, explique une autre source proche du maire. L’entreprise privée est plutôt intéressée par les opérations de l’édifice. C’est le rêve que les Molson pourront réaliser avec l’achat du Centre Bell par la Ville et le gouvernement. » Déficit chronique Cette nouvelle acquisition du gouvernement québécois survient alors que pour les contribuables, les hausses d’impôt, les hausses de taxes et les taxes déguisées surgissent de partout. Et à Montréal, la Ville se trouve depuis des années dans une situation de déficit chronique. Au point où le maire implore Québec de hausser la taxe sur l’essence de 5 cents le litre, afin de financer le transport public et l’entretien des routes. « C’est extrêmement réducteur de voir les choses de cette façon, fait valoir un proche du maire Tremblay. Nous vivons en société. Nous vivons en communauté. Pensez-vous que les gens qui nous ont élus manquent d’éthique ou de vision ? » Montréal, nous apprendra-t-on cette semaine, a élaboré un plan financier extrêmement astucieux pour essuyer cette nouvelle dépense sans qu’elle se traduise par une ou des hausses de taxes supplémentaires. Des coupes de postes et l’abolition de certains services aux citoyens, à la hauteur de 200 M$, seront faites avant le dépôt du prochain budget. Ça fait du bien, parfois, de savoir que les élus défendent bec et ongles les vrais intérêts du peuple. Comme ça fait du bien, de temps en temps, de rédiger un petit texte au second degré. http://www.ruefrontenac.com/mleclerc/33672-lnh-hockey-centre-bell-quebec-montreal
  18. This is a proposed plan for Toronto for the next 15 years. (Courtesy Toronto Star)
  19. Green Mobility: A Tale of Five Canadian Cities Un article très intéressant de SustainableCitiesCollective..... qui parle de Montréal, Toronto, Vancouver, Ottawa et Calgary. Il y a plein de tableau qui montre le taux d'usager du transport-en-commun dans les villes, de densité, l'usage de l'automobile, type de logement, etc... À voir! Montreal is the largest city of the province of Quebec and the second largest city of Canada. It is located on the island of Montreal and is well known as one of the most European-like cities in North America and as a cycling city. It is also famous for its underground city and its excellent shopping, gourmet food, active nightlife and film and music festivals. Montreal's public transit consists of a metro and bus network, paratransit service for people with functional limitations, and the public taxi, which is a form of transport provided in low-density areas where it is not possible to establish regular bus services, according to the Sociéte de Transport de Montréal. Five commuter rail lines connect downtown Montreal with 83 municipalities in the Montreal metropolitan region, according to L'Agence métropolitaine de transport de la région de Montréal; and the 747 bus line links several downtown metro stations with Pierre Trudeau International Airport. A bus shuttle service links the same airport with the VIA Rail train station in Dorval, a suburb of Montreal. Public transportation is considered as Montreal's preferred transportation mode for the future. And in order to encourage the use of transit, the City's Master Plan aims to intensify real-estate development near metro and commuter train stations, as well as certain public transportation corridors, according to City of Montreal Master Plan. The modal share of transport on the Island of Montreal is expected to change from 2008 to 2020 as follows: car only from 48% to 41%, public transit from 32% to 37%, active transportation (walking and biking) from 15% to 18%, and other motorized modes of transport from 5% to 4%, according to the STM's Strategic Plan 2020. Montreal has nearly 600 kilometres of dedicated bikeways, according to Tourisme-Montreal. And Quebec Cycling, a non-profit organization, runs two programs designed to promote the use of active transportation in the city. The first, "Operation Bike-to-Work" supports employees who want to cycle to work and employers who want to encourage their employees to cycle to work. The second, "On-foot, by bike, active city" promotes active and safe travel in municipalities —especially near schools— to improve health, the environment and the well-being of citizens, according to Vélo Québec http://sustainablecitiescollective.com/luis-rodriguez/200096/green-mobility-tale-five-canadian-cities
  20. Comme quoi, il vaut mieux payer plus d'impôts, mais gagner au change à la longue...... http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/09/13/001-medicament-cher-canada.shtml# http://www.iris-recherche.qc.ca/publications/argumentaire_economique_pour_un_regime_universel_d8217assurance-medicaments
  21. Selon un analyste de l'Institut Fraser, le financement public des événements bien établis, tels le Festival Juste pour rire et le Festival international de jazz de Montréal, devrait être aboli. Pour en lire plus...
  22. KPF wins planning approval for Gravesend riverside renewal project Kohn Pedersen Fox Associates (London) have won planning approval for a new riverfront development to the north-west of Gravesend Town Centre that combines affordable housing, public amenity space and the restoration of Thames riverside heritage. Clifton Wharf will occupy two brownfield sites separated by West Street. The unique location includes a disused iron railway pier extending out into the Thames. KPF’s proposed re-development advances both the Kent and Medway Structure Plan and the Gravesham Local Plan by redressing the legacy of decline to the environment and infrastructure of this area. It will revitalise Gravesend town centre by bringing life into the neighbourhood though the creation of jobs and much needed accommodation. The scheme comprises 145 residential apartments, a retail unit and provisional river-related uses. The design overcomes the challenge of a split location by means of five sliced ellipsoidal buildings. Cutaway roofs allow for terraces at the top levels; punctuations in the wooden façades provide balconies for lower flats. The buildings, pebble-like in form, sit on a landscaped podium that stretches out in line with the pier. Every building in the cluster uses cutting edge morphology and careful positioning to maximise variety, giving the appearance of differing volumes and heights and taking advantage of the site’s access to unique views and natural light. KPF’s scheme restores the old iron pier and introduces steps and ramps to allow members of the public to get close to the original engineering. The shape and orientation of the pier is echoed and extended inland by the podium which unifies the site and reinforces the connection with the river. The new public walkway, which extends across the road to the pier, provides pedestrian access to the terraces and viewpoints on the water. The relocation of the old river defence wall creates space for proper pavements on West Street and an improved flood protection barrier further to the north. http://www.worldarchitecturenews.com/index.php?fuseaction=wanappln.projectview&upload_id=11355
  23. Dévoilement du concept d'aménagement de la rue Chabanel et prolongement de la rue Jean-Pratt Des investissements de 19,3 M$ pour la revitalisation de l'Acadie-Chabanel Montréal, le 6 août 2008 - Le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, accompagné de M. Alan DeSousa, responsable du développement économique, du développement durable et de Montréal 2025 au comité exécutif, et de Mme Marie-Andrée Beaudoin, mairesse de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville et responsable du développement social et communautaire au comité exécutif, a annoncé des investissements de 19,3 M$ pour la revitalisation du secteur l'Acadie-Chabanel. De cette somme, un montant de 17 M$ servira à réaménager la rue Chabanel et un montant de 2,3 M$, à prolonger la rue Jean-Pratt où les travaux ont, d'ailleurs, débuté à la fin juillet. « En 2005, nous nous étions engagés à consentir des investissements majeurs pour la revitalisation du secteur l'Acadie-Chabanel. Cette dernière étape finalise un projet qui permettra entre autres d'améliorer l'attractivité de cette artère importante. Déjà les projets d'investissements privés dans le secteur sont estimés à 250 M$, voilà des retombées concrètes », a déclaré M. Tremblay. « Ce secteur offre un important potentiel de développement grâce, notamment, au fort gabarit des immeubles dont la superficie de plancher atteint les dix millions de pieds carrés. D'ailleurs, l'Acadie-Chabanel représente un pôle de développement dont la portée dépasse largement l'arrondissement. C'est pourquoi nous avons identifié ce quartier comme prioritaire dans notre stratégie de développement économique », a ajouté M. DeSousa. Le réaménagement de la rue Chabanel, entre le boulevard Saint-Laurent et la rue Meilleur, vise à transformer la rue pour y créer un véritable milieu de vie. Ainsi, le concept d'aménagement retenu permet d'améliorer la sécurité et le confort des piétons, de rehausser la qualité des aménagements du domaine public, d'offrir un cadre vert et durable par un reverdissement important, de favoriser la présence des transports actifs et de donner une identité propre à la rue Chabanel. Les travaux de prolongement de la rue Jean-Pratt, entre les rues Chabanel et Beauharnois, offriront, de plus, un meilleur accès aux nouveaux immeubles qui y ont été construits récemment. « Ces travaux permettront d'améliorer considérablement le cadre de vie du quartier conformément aux préoccupations des résidants et des commerçants que nous avons consultés à plusieurs reprises. Et nous avons la ferme intention de les tenir informés de l'avancement des travaux et d'être à l'écoute de leurs besoins afin de minimiser les impacts sur leur quotidien », a noté Mme Beaudoin. Le concept d'aménagement de la rue Chabanel a été développé par un consortium composé de la firme Affleck + de la Riva architectes, de Version & Vlan paysages et d'Éclairagepublic à la suite d'un appel de propositions. Adopté en 2005, le plan d'action Réussir l'Acadie-Chabanel comportait cinq volets, soit l'implantation de la gare Chabanel, inaugurée en janvier 2007, la mise en place d'initiatives économiques structurantes, la création d'un partenariat de gens d'affaires, mis sur pied en mars 2007, la planification détaillée du secteur, approuvée en octobre 2006, et la création d'un programme d'aide aux propriétaires d'immeubles à grand gabarit, en vigueur depuis le début de l'année. Arrondissement Ahuntsic-Cartierville / Montréal, QC Portes Ouvertes Réaménagement de la rue Chabanel 29 mai 2008 Les dessins préliminaires du réaménagement de la rue Chabanel - un projet réalisé par Affleck + de la Riva en collaboration avec Version/Vlan Paysages, Éclairage Public et l'agence de signalisation IF - seront presentés au public lors de l'événement des Portes Ouvertes du bureau de l'arrondissement Ahuntsic-Cartiervlle au 555 Chabanel Ouest, 6é étage.
  24. Hope that this isn't classified as politics. http://www.nationalpost.com/opinion/story.html?id=0117e486-7567-4fea-babf-5c8030e44534<!-- WPGCCWEB26 16 -->
  25. Le Cirque Éloize a imaginé des projets d’animation du parc Jean-Drapeau en vue du 50e de l’Exposition universelle 25 février 2014 | Frédérique Doyon | Actualités culturelles Le Devoir La Biosphère pourrait faire l’objet d’une mise en lumière permanente à l’instar de la tour Eiffel. L’idée fait partie d’un bouquet de propositions pour animer le parc Jean-Drapeau, à l’occasion du 50e anniversaire de l’Exposition universelle en 2017, a appris Le Devoir. La Société du parc Jean- Drapeau (SPJD) a mandaté le Cirque Éloize pour mettre sur pied une table de concertation afin d’imaginer des programmations spécifiques pour le site des îles Notre-Dame et Sainte-Hélène, en vue du 50e de l’Expo, mais qui se déploieront dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal. L’exercice s’articule autour de sept grandes orientations pour dynamiser le site à long terme. Chaque orientation a donné lieu à des idées bien concrètes, inspirées de ce qui se fait ailleurs dans le monde. L’illumination du fameux dôme géodésique de l’architecte Richard Buckminster Fuller, icône de l’Expo, est l’une des idées proposées pour remettre en valeurs les icônes architecturales de l’Expo, un des axes de développement abordés dans le rapport qui n’a pas encore été rendu public, mais dont Le Devoir a eu un aperçu. Une autre proposition consiste à doter le parc de bateaux-péniches de services (hôtellerie, restauration, etc.) sur les bords du fleuve. Un concept similaire, qui existe à Amsterdam et à Paris, est l’une des idées soumises au chapitre de la réappropriation du fleuve. Il faudra attendre avant de savoir quelles recommandations seront retenues. La direction de la SPJD doit d’abord déposer le rapport à son conseil d’administration, puis à la Ville et à la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Car ces propositions se joindront à l’ensemble du programme du double anniversaire — voire triple, puisqu’il coïncide aussi avec le 150e de la Confédération canadienne. Et le budget de ce programme d’animation n’est pas encore attaché. Il s’articulera à l’ambitieux programme d’aménagement du parc déjà connu, qui vise à revitaliser quatre secteurs clés au coût de 55 millions de dollars : la Place des Nations, la construction d’une promenade riveraine panoramique de trois kilomètres le long du Saint-Laurent, la création d’un espace d’accueil autour du métro et l’aménagement du Parterre de l’île Sainte-Hélène — où se déroule le festival Osheaga — pour accueillir confortablement 45 000 personnes. Le parc Jean-Drapeau est le premier grand parc public montréalais (constitué en 1874, avant le mont Royal), et jouit depuis 2007 du statut de site patrimonial. Le projet de valorisation et de développement Horizon 2017 totalise 159,7 millions de dollars étalés depuis 2012, jusqu’en 2017.