Search the Community

Showing results for tags 'champlain'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 33 results

  1. Would it not be great is Santiago Calatrava did a design for a new Champlain Bridge in Montreal? It would stand as an Iconic symbol as an entrance into Montreal, What do you guys think? I am gonna try to do up some sketches JC
  2. 7. Place LaSalle >Quadrilatère formé des boulevards Champlain et Bishop Power, ainsi que des rues George et Gagné >Potentiel d'une centaine d'appartements en copropriété >Promoteur: Strathallen Capital Corporation Pitsas Architectes Le centre commercial, construit dans les années cinquante et agrandi dans les années quatre-vingt, sera entièrement transformé. La superficie commerciale sera réduite en éliminant les commerces situés d'un côté du corridor, qui deviendra la façade des nouveaux commerces. Ce faisant, les magasins jouiront d'une plus grande visibilité et seront accessibles de l'extérieur. D'autres établissements indépendants les uns des autres s'ajoutent le long du boulevard Champlain. Un Pharmaprix et un restaurant McDonald's sont actuellement en construction. Les besoins en stationnement n'étant plus les mêmes, des immeubles en copropriété pourraient être construits à l'arrière, le long des rues George et Gagné. Le promoteur est encore en pourparlers avec l'arrondissement. La construction résidentielle se fera une fois la métamorphose commerciale complétée.
  3. Pont Champlain: fermeture de deux voies sur trois - Travaux de nuit à compter du 31 août LONGUEUIL, QC, le 28 août /CNW Telbec/ - La Société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée désire annoncer la fermeture de deux voies sur trois en direction de la Rive-Sud du 31 août au 2 octobre, puis la fermeture de deux voies sur trois en direction de Montréal du 5 octobre au 6 novembre. Dans les deux cas, les travaux auront lieu de nuit généralement de 23h à 5h du matin. Soulignons que cet échéancier préliminaire pourra varier selon l'avancement des travaux effectués tout d'abord en direction de la Rive-Sud, puis en direction de Montréal. Ces travaux d'entretien permettront la réfection de joints sur le pont Champlain. Les usagers de la route sont invités à utiliser les autres ponts de la Rive-Sud la nuit durant la période des travaux, ainsi que le réseau de transport en commun. Elle est bonne celle-là, le transport en commun... aucun service de nuit entre montreal et la rive sud (ce qui est inconcevable) Il faut croire que ceux qui écrivent le communique ne prennent pas souvent le transport en commun
  4. Grande ouverture le 8 août! Tout nouveau, tout beau! Donnant sur les rues Gordon et Rielle, entre les rues De Verdun et Bannantyne, Place Gordon sera constitué de 2 élégants bâtiments de 4 étages, soit une première phase de 28 condos sur la rue Gordon, puis une deuxième phase de 44 condos sur la rue Rielle, pour un total de 72 condos. Des condominiums de types 4½ et 5½ avec des superficies variant de 770 pi2 à 1075 pi2, seront construits dans ce projet. Chaque unité bénéficiera d’un balcon privé ainsi que d’un espace de rangement au sous-sol. De plus, des stationnements intérieurs et extérieurs seront offerts en option. Une grande proportion d’espaces verts, la proximité des stations de métro « Verdun » et « De l’Église » ainsi que l’accès facile au pont Champlain et aux autoroutes 15, 20 et 720, sont autant d’avantages qui sauront plaire aux résidents de ce magnifique projet. Avec sa localisation exceptionnelle, les futurs résidents de Place Gordon pourront profiter d’une vie de quartier paisible en jouissant des petits plaisirs de la vie à leur disposition, tels que les parcs Verdun et Willibrod, le Parc linéaire et la piste cyclable longeant le Fleuve ainsi que tous les services et commerces des rues Wellington et De l’Église. De plus, grâce aux conseils gratuits de nos spécialistes en décoration intérieure, vous pourrez faire tous vos choix de finis lors de votre visite à notre Centre de Design Samcon, unique à Montréal. Notez que ce projet se qualifie pour le programme de subventions de la Ville de Montréal. Caractéristiques Prix : à partir de 194 900$ (taxes incl.) Nombre d’unités : 28 (phase 1) Types d’unités : 4½ et 5½ Superficies : 770 pi² à 1075 pi² Stationnements : intérieurs et extérieurs optionnels Livraison : 2010 Transports : stations de métro « Verdun » et « De l’Église » et un accès facile au pont Champlain et aux autoroutes 15, 20 et 720 http://www.samcon.ca
  5. Repairs to Hélène de Champlain building force eatery to shut Restaurant's owner plans to close it down when lease expires at end of 2009 ALAN HUSTAK, The Gazette Published: 8 hours ago The building that houses the Hélène de Champlain restaurant on Île Ste. Hélène needs massive repairs, and the restaurant will close for good in 16 months when its lease expires. Pierre Marcotte, the French- language television personality who has leased the red sandstone building from the city since 1983, says the property needs between $3 million and $5 million in repairs. "We have no choice but to close," he said. "The city has decided not to renew its lease after 2009 in order to undertake the repairs. That could take a year or more to complete. The electrical and heating systems are outdated, and major repairs to the building itself are necessary." Initially meant to be a sports pavilion, the island chalet was built during the Depression as a Quebec government make-work project. It was designed by Émile Daoust to resemble a Norman château, and the grounds were landscaped by Frederick Todd. It was turned over to the city in 1942 and in 1955 became a municipal restaurant, but didn't get a liquor licence until 1960. In 1966, Mayor Jean Drapeau had the building redone as the official residence for Expo 67's Commissioner-General, Pierre Dupuy. It also had a hall of honour next to the main dining room that was used by Drapeau as a reception centre for visiting dignitaries and heads of state. The reception for French President Charles de Gaulle was held in the chalet after he delivered his controversial "Vive le Québec libre" speech. Even though the restaurant proved to be a money-loser, Drapeau kept its five dining rooms open until 1977, when they were closed because of a labour dispute. They reopened in 1981. Marcotte said he does not plan to renew his lease, and no one is certain what will happen to the building once the repair work is done. In the past, there has been talk of converting the site into a hotel for high rollers at the Montreal Casino. [email protected] thegazette.canwest.com
  6. A sampling tour of Vermont and Montreal Miami Herald BY LIZ BALMASEDA This is the trip you take when you can't decide what trip to take. You want country-style serenity, but you also want big-city fabulous. You want glorious lake views and rolling green hills, but you also want cosmopolitan boutiques, downtown bustle and jazz. A tour through the soul-soothing Lake Champlain region of northern Vermont and the stimulating thoroughfares of Montreal is a best-of-both-worlds trip you can enjoy in just five easy days. But here's a word to the overly ambitious traveler who wants to see it all on every journey: Think of this tour as a gourmet sampling, not an all-you-can-eat buffet. COUNTRY: VERMONT'S WEST COAST Our tour began in Burlington, Vt., an easily accessible destination for South Florida travelers, since JetBlue has affordable, frequent flights from Palm Beach and Fort Lauderdale, with a short layover at JFK airport in New York. For big-city escapists hoping to capture a few days of peace, the gentle signs that you've arrived are noticeable right away. I saw them just moments after my flight landed in Burlington, as I walked along an airport corridor to the rental car parking lot. There they were, perfectly white, wooden rocking chairs. Not generic airport seating, but rocking chairs. The quaintness continued on the 25-mile drive south toward Vergennes, on the shores of Lake Champlain, or Vermont's ''West Coast,'' as they call it here. Along carefree U.S. 7, we passed farms and creameries, vintage New England fa?ades, sloping country roads and even one of Vermont's vintage covered bridges. This road takes you past some of the area's most popular attractions. There's the Vermont Wildflower Farm, the Vermont Teddy Bear Company and the Shelburne Museum. There are plenty of teddy bears to hug, cheeses to taste, hiking trails to explore and folk art to buy along this route, depending on your time and interests. As for us, we were in a hurry to reach Lake Champlain and check into our lakefront hotel, the Basin Harbor Club. It was close to 5 p.m. and we didn't want to miss the daylight views. But as we turned on to Basin Harbor Road, we watched the sky blacken across the sprawling farmlands. Lightning streaked the sky in the distance. The sudden darkness along this solitary road gave me the creeps, but I tried to put up a good front for my travel companion, my 16-year-old niece, Natalie Alatriste. ''We're almost there,'' I reassured her, straining to read the passing road signs. But then, like some kind of joke from the universe, one sign called out to me: ''Sleepy Hollow Lane,'' it said. Natalie and I looked at one another and burst into laughter. I stepped on the gas and sped toward the hotel. We joked about what it might be like -- the Bates Motel, maybe? And when we had to dash into the resort lobby under a thunderstorm and take an old wooden staircase to our room, we wondered what kind of adventure awaited us. Indeed, as I opened the door, I gasped. It wasn't the room that stunned me, for it was ample and nicely appointed in a charming New England style, with a quiet balcony overlooking the leafy landscape. No, what stopped my suburban South Florida heart cold was what wasn't there: There was no TV. No TV? How could I survive Wednesday night without ``Top Chef Miami''? But moments later, we walked outside to find the sun had returned, casting a magical light on the trees, the lovely walking paths, the sturdy collection of cottages and the main attraction: the shimmering lake. We sat on brightly colored Adirondack chairs and gazed at the mountains that inspired their name. The sun shone well past 9 p.m., illuminating the landscape of mountains and lake. It was simply gorgeous. The resort sits on 700 rolling acres on the eastern shore of Lake Champlain, the sixth-largest lake in America. The historic resort, which is open from mid-May to mid-October, has been welcoming families for 120 years. It offers its guests a laid-back ambience and activities that include golf, tennis, swimming, boating, water sports and hiking. There's even a museum on the grounds, the Lake Champlain Maritime Museum, devoted to the lake's history. In early October, this is a prime spot to take in northern Vermont's spectacular foliage. For up-to-date reports on leaf coloration until late October, travelers can call Vermont's 24-hour foliage hot line (for details, see below). About 7 miles from downtown Vergennes, the Basin Harbor Club embraces its remote setting, beckoning visitors to relax and forget big-city stress. That explained our missing TV set: In fact, there are no TVs in any of the resort's 74 cottages, 24 rooms or 14 suites. (I did spy a small television and two computers in a den tucked beside the bar in the main lodge. And there is telephone Internet access in the rooms.) The resort also embraces another tradition: All gentlemen over age 12 must wear a coat and tie after 6 p.m. during July and August. That first night, my niece and I dined at the Red Mill, the more casual of the two places that serve dinner at the Basin Harbor. With its funky red facade, its lively bustle and eclectic menu, the renovated sawmill quickly became our favorite place. We were hooked after our first taste of the house specialty, Basin Harbor Cheddar Ale soup: a creamy, lightly spicy tribute to one of Vermont's great gifts to the world -- cheddar. We paired it with a wonderful plate of crispy calamari tossed with scallions, pepperoncini and hot cherry peppers in a garlicky sauce. And because one can never have enough cheese, we ordered a plate of local cheeses for dessert. Our server kindly wrote down the names of our two favorites: Grafton Young cheddar and Crowley Reserve (both cow milk cheeses). The menu, varied and tempting, kept us coming back throughout our stay. Just check out the menu's description of the Champlain Valley Rabbit Papardelle: ''Braised rabbit, chocolate, espresso, brandy, paprika, raisins and hazelnuts,'' tossed over pasta. You get the idea. For breakfast, however, we preferred the Main Dining Room, an elegant, gourmet restaurant that really dresses up at night. In the morning, guests can get the same quality food and service without having to put on their fancy threads. If the cheese soup kept us coming back to the Red Mill, the French toast kept us coming back to the Dining Room. I should be more specific here: The prime Vermont maple syrup on the French toast kept us coming back. Good Vermont maple syrup, we learned, is not the sticky, overly sweet stuff they serve you at I-Hop. It's a perfectly balanced elixir that never overpowers your palate. More local delicacies awaited us in downtown Vergennes, Vermont's oldest city, established in 1788. The heart of this small, Victorian city is a great place to walk and take in the essence of Vermont. The streets are dotted with cafes and shops, along with a couple of bed-and-breakfasts. At the suggestion of locals, we stopped in at Vergennes' sweetest shop. Daily Chocolate is no regular candy store: It's a chocolate shop par excellence. Tucked below street level on a side street, it would be hard to find if not for the aromatic wafts rising from its kitchen. There, owner Floery Mahoney makes fresh batches of uniquely flavored chocolate each day. We found her behind the counter, arranging truffles and hand-formed chocolate barks. Natalie scooped up a bag of her favorite dark chocolate for the road. I was tempted by the wide selection of flavors, which included far-flung combinations like lemongrass/sake, maple/chipotle/pecan and green tea infused mint. But I resisted -- well, only because Mahoney told me the shop has a Web site, dailychocolate.net, and she gladly takes orders for shipment. TOWN: MONTREAL Fortified with Vermont chocolate, it was time to make a run for the border. Montreal is just 90 miles north of Burlington. The AAA Web site routes travelers west across the lake into New York state, where they can pick up I-87 into Canada. But that route would add at least one hour to our travel time, thanks to the Burlington-Port Kent, N.Y., ferry crossing. (There's also another crossing between Charlotte, Vt., and Essex, N.Y, a 20-minute sail along a particularly lovely part of Lake Champlain. But that crossing is farther to the south.) After conferring with Vermont locals, I decided to skip the ferry and the New York detour altogether and take I-89 north from Burlington, a breezy highway that turns into Canada's Route 133, a slower, but perfectly fine country highway that guides you into Montreal. The best part about it is there was no traffic at the border. We showed Canadian border guards our U.S. passports -- don't leave home without a passport or other valid immigration documents -- and we were on our way. While the landscape remains rural, the French signs remind you that you've entered another country, another culture. An hour from Burlington, and you can stop for French pastry and a cafe au lait -- or more maple syrup, if you wish. But once you've entered Montreal, with its skyscrapers and churning traffic, you're snapped into another reality, a world away from the rural pastures. The city carries the heart-pumping, electric charge of a big-time metropolis. We found our way to Rue Sherbrooke, a vibrant boulevard that anchors some of the city's best hotels. There, we spotted ours, the Omni Mont-Royal, a favorite of business travelers and weekend shoppers. The hotel is just off the main shopping drag, Rue Sainte-Catherine, and the entrances to the network of subterranean shopping malls that makes up Montreal's Underground City. Also within walking distance are some of the city's major museums, including the Musee des Beaux-Arts and the Musee d'Art Contemporain. But we -- meaning Natalie -- had decided this trip was not nearly long enough to squander on museum-hopping. Not when we could be shopping. We dropped off our luggage and headed for the shops. Back in Vermont, Natalie had looked up the locations of her favorite store, H&M, and didn't waste too much time directing me to the nearest one. Unfortunately, this one was not within walking distance. It was at the Rockland mall about 20 minutes north of the hotel. But the drive there gave us the chance to see the busy streets and storefronts of city's immigrant communities, a mix of cultures sharing blocks and buses. That night we met friends, transplants from South Florida, for dinner in the Vieux-Montreal quarter. They gave us a tour of the charming, Old World streets of old town. ''Doesn't this feel like we're in a tiny corner of France?'' one of my friends asked. Indeed. The narrow, cobblestone streets, quaint shops and bistros set off all sorts of French culinary cravings. Lucky thing my friends' favorite restaurant couldn't have been more French. Its name alone speaks to its specialties and no-nonsense nature: the Steak Frites. The restaurant, which anchors a corner of Rue Saint-Paul, is a cozy place where the menu is handwritten on a chalkboard. Of course, none of us needed menus -- we ordered steaks and fries all around, followed by a shared dish of profiteroles. The neighborhood is a great place to stroll at night, or listen to good jazz. After all, this is the city that each year gives us one of the best jazz festivals in the world. A perfect place to indulge in the live jazz sounds of Montreal is directly across from the Steak Frites restaurant. The Modavie is a restaurant, wine bar and jazz club featuring live music nightly. But you must dine there to watch the show. Later, as we toured the city at night, we stopped in at the sleek W Hotel, at 901 Square Victoria, for a Perrier. It was a fitting end to a great evening. The next morning, we breakfasted at Anton & James, on nearby Stanley Street, a chic coffee shop that bills itself as a ''cafeteria urbaine.'' Then we hit the Underground City, walking the malls from one end to another. As we made our way out of the city, we stopped to walk around the Plateau neighborhood, perusing the shops and storefronts along Rue Saint-Denis. I found a great music shop called L'Atelier Grigorian -- http://www.grigorian.com -- with an extensive collection of jazz. A few doors down, we also found a casual spot for lunch at La Brioche Lyonnaise, a pastry shop with outdoor seating. I could have spent hours on Rue Saint-Denis, but I knew we had to head back to Vermont. It was already afternoon, and we had a morning flight. Our drive to Essex Junction, Vt., was easy and relatively quick. We checked into the Inn at Essex, a cute 120-room country hotel that houses the New England Culinary Institute. And we arrived just in time for a spectacular dinner at Butler's, the inn's finest restaurant. There, a multi-course gourmet feast is prepared each night by the culinary students. This inn is perhaps the area's best bargain. For what you might pay at a Holiday Inn Express, you can stay at a charming, well-appointed inn with gourmet touches, spa services and culinary classes. Even the toiletries, sweet-smelling and organic, are yummy. And the place is only 7 miles from the Burlington airport -- there's an airport shuttle, too. The next morning came all too quickly as we packed our bags for our return flight. Outside, in the gardens of the inn, it was a glorious, Vermont morning, the kind that nudges you to stay a little longer. We couldn't, of course. But we did stop at the gift shop for a souvenir: a bottle of Vermont maple syrup.
  7. La passerelle se concrétise au-dessus du canal de l’aqueduc Deux grues géantes ont envahi ce weekend les trois voies du boulevard De La Vérendrye, pour la construction de la passerelle permettant de relier la piste cyclable de la rue Lapierre à celle longeant le boulevard Champlain. Cette passerelle constitue un des projets prévus par la Ville de Montréal pour accroître l’étendue du réseau cyclable sur l’île. De nombreux piétons et cyclistes ont hâte de pratiquer leurs sports favoris en franchissant le cours d’eau par la passerelle, au lieu d’un pont avec une circulation très dense de véhicules. Actuellement, cyclistes et piétons ne peuvent traverser le canal de l’aqueduc autrement que par le pont Knox, qui divise l’arrondissement et qui est situé plus loin à l’ouest de la rue Lapierre. «Ce sera bénéfique pour nos étudiants qui viennent de l’autre côté du canal et qui doivent faire un grand détour pour accéder au cégep. Des employés voient d’un bon œil la passerelle pour se rendre aux courts de tennis et notre club de marche veut l’utiliser», explique Claude Roy, directeur du cégep André-Laurendeau. Ces travaux sont réalisés par la firme Les Entreprises Michaudville, pour un montant totalisant 2 893 262$. Il y a installation de quatre lampadaires sur la structure et d’un autre à l’approche sud de la passerelle. «Il n’y aura pas de pilier au milieu. C’est un pont préfabriqué et la dalle se dépose sur les assises, de part et d’autre de l’aqueduc», explique la mairesse Manon Barbe. Détours et maintien de circulation Après une pause hivernale, la Ville de Montréal a repris les travaux amorcés l’an dernier afin de relier le Village des rapides au Cégep André-Laurendeau, à l’Aquadôme et au Théâtre Desjardins. Jusqu’à l’été 2016, il y a mise en place d’une structure d’acier et aménagement d’une piste cyclable dans le parc longeant le boulevard Champlain. Malgré le froid et les forts vents du weekend dernier, plusieurs travailleurs s’affairaient à l’assemblage d’immenses poutres, à la hauteur de la 1ère Avenue. L’entrepreneur doit procéder à différentes entraves à la circulation, selon l’évolution du chantier. Certaines nécessitent des travaux de fin de semaine et durant la nuit. «Des mesures sont prises pour en atténuer les inconvénients auprès des résidents riverains», explique Philippe Sabourin, relationniste de la Ville de Montréal. Parmi ces entraves, il y a fermeture de la voie de droite sur le boulevard De La Vérendrye en direction est et fermeture complète du boulevard Champlain, entre la 1ère et la 2 eAvenue, pour environ un mois. Un chemin de détour est aménagé sur la rue Broadway. La piste cyclable est légèrement déviée sur le côté sud du boulevard Champlain. Les riverains ont accès à leur propriété en tout temps. http://journalmetro.com/local/lasalle/actualites/942618/la-passerelle-se-concretise-au-dessus-du-canal-de-laqueduc/
  8. http://plus.lapresse.ca/screens/7992de4d-86f0-4616-a516-01b02755de55%7C071LNV8SZNGj.html Envoyer par Courriel ACTUALITÉS FINIE LA PUBLICITÉ AUTOUR DES PONTS JACQUES-CARTIER ET CHAMPLAIN BRUNO BISSON LA PRESSE La vue offerte aux automobilistes sur les berges du fleuve Saint-Laurent va s’embellir, au cours des prochains mois, avec la disparition des 29 immenses panneaux publicitaires bordant le pont Jacques-Cartier, l’autoroute Bonaventure et l’ensemble du corridor fédéral du pont Champlain. La société des Ponts Jacques-Cartier et Champlain (PJCCI), qui gère les infrastructures fédérales de transport dans la grande région de Montréal, a décidé de ne pas renouveler son contrat d’affichage de 15 ans avec la firme CBS Affichage (aujourd’hui Outfront Media) et de faire démanteler ces « super-panneaux » qui gâchent la vue, qui enfreignent la loi québécoise sur la publicité le long des routes, et dont la présence devenait de plus en plus encombrante pour les chantiers routiers. Ces panneaux rapportaient chaque mois plus de 280 000 $ à la société fédérale, selon la directrice des communications de PJCCI, Julie Paquet. Lorsque le contrat de 15 ans a expiré, le 31 mai dernier, la société a envisagé de lancer un appel d’offres, mais a estimé que le jeu n’en valait pas la chandelle, et ce, pour diverses raisons. La majorité des revenus publicitaires de ces panneaux provenait des 17 panneaux du corridor du pont Champlain qui rapportaient environ 200 000 $ par mois, selon Mme Paquet. Or la propriété de ce corridor fédéral a été récemment transférée à Infrastructure Canada, en vue de la construction du nouveau pont Champlain. Les 12 autres panneaux situés en bordure du pont Jacques-Cartier et de l’autoroute Bonaventure rapportaient quant à eux 83 771 $ par mois, lorsque le contrat a expiré, dit Mme Paquet. PANNEAUX DÉMOLIS Toutefois, en raison des importants chantiers de réfection déjà en cours, et qui vont durer plusieurs années, la présence des imposantes structures de soutien de ces panneaux posait de plus en plus souvent des problèmes. Enfin, souligne Mme Paquet, ces panneaux ne respectaient pas la Loi québécoise sur la publicité le long des routes, qui exige qu’ils soient situés à au moins 300 mètres du pont – ce qui est loin d’être le cas des deux côtés du pont Jacques-Cartier. Le 1er juin, toutes les publicités devaient être retirées des panneaux publicitaires du pont et de l’autoroute Bonaventure. Ils devront rester blancs jusqu’à leur démantèlement et à la démolition des structures de support, prévus d’ici un maximum de trois mois. sent via Tapatalk
  9. http://journalmetro.com/local/ile-des-soeurs/actualites/1008609/du-surf-sur-le-fleuve-grace-au-pont-champlain/ 15/08/2016 Mise à jour : 15 août 2016 | 16:40 Du surf sur le fleuve grâce au pont Champlain? Par Colin Côté-Paulette Montréal pourrait devenir la capitale mondiale du surf de rivière s’il n’en tenait qu’à Hugo Lavictoire, le propriétaire de Kayak sans Frontières (KSF). L’entrepreneur aimerait profiter des travaux de construction du nouveau pont Champlain pour aménager des vagues artificielles et ainsi attirer des touristes sur les berges de la métropole. «On pourrait prendre un pont de 5 G$ destinés aux automobilistes et l’adapter pour en faire une infrastructure qui inclurait un plus grand nombre de citoyens, dont les milliers de gens qui font du surf sur le fleuve», indique M. Lavictoire. Le président de KSF estime que la machinerie déjà en place pour les travaux sous-marins pourrait aussi être utilisée pour installer une structure en forme d’entonnoir au fond du fleuve. Cette pièce créerait de nouvelles vagues éternelles pour les surfeurs et kayakistes, comme celles bien populaires à Habitat 67 et la célèbre «vague à Guy» à LaSalle. À ce sujet: Pour M. Lavictoire, les piles du nouveau pont Champlain pourraient aussi servir d’aires de repos, puisque les structures créent un contre-courant et permettent de remonter facilement le fleuve, de manière sécuritaire, selon lui. «Ça serait quoi d’ajouter 1 M$ au projet pour que Montréal devienne la capitale du surf de rivière. Les retombées économiques seraient plus grandes que celles du Grand Prix, on peut faire du surf neuf mois par année ici, pas seulement une fin de semaine», soutient-il. Olivier Barrette, un membre influent de la communauté de surfeurs montréalais qui parcourt les vagues du monde, voit le projet d’un bon oeil. «Ça fait longtemps qu’on parle d’ajouter des vagues dans le fleuve. Ce n’est pas exagéré, je pense qu’après Munich, on est le 2e pôle de surf de rivière dans le monde. On a plus de surfeurs en tout cas», souligne-t-il dans une entrevue en plein tournage d’une publicité de surf à Burlington. Il prend en exemple certaines villes américaines et allemandes qui ont réussi l’implantation de vagues artificielles dans leurs rivières. Un sport en «implosion» «En ce moment, on est victime de notre succès, le sport implose par sa popularité. Les vagues statiques peuvent être surfées plus longtemps que les vagues dans les océans, alors c’est très populaire», précise Hugo Lavictoire. Il estime que KSF a accueilli entre 200 et 300 touristes cet été, dont plusieurs durant le weekend chaud et ensoleillé du festival de musique Osheaga au début du mois d’août. «On aurait avantage à bonifier l’offre touristique pour s’adresser à une clientèle jeune», croit la gestionnaire des relations publiques à Tourisme Montréal, Andrée-Anne Pelletier. Selon les données Cities, les milléniaux (18-34 ans) représentent 42% des touristes venus à Montréal en 2014. M. Barrette raconte qu’il a même croisé plusieurs hommes d’affaires qui choisissent de faire leurs réunions à Montréal au lieu de Toronto, pour aller profiter des vagues en passant. Impacts: des environnementalistes se prononcent L’achalandage qui découle de la popularité de la vague à Guy joue présentement un rôle dans l’effritement des berges du site, en raison des nombreux adeptes du surf. Toutefois, l’implantation de nouvelles vagues pourrait avoir des effets positifs, selon le directeur de l’organisme Héritage Laurentien, Jason Di Fiore. «Une nouvelle vague viendrait réduire la pression sur les deux sites, mais ça doit être bien fait. Il doit y avoir une étude d’impact adéquate au préalable», explique-t-il. Un changement de courant dans le fleuve, mal dirigé, pourrait troubler les zones de fraie de certaines espèces de poissons. L’accès à l’eau des sites devrait également être amélioré d’après M. Di Fiore. Pour le coordonnateur du Mouvement ceinture verte, Sylvain Perron, l’important est d’avoir une cohérence entre les groupes sportifs et environnementalistes. «Si on officialise le statut de Montréal comme ville de surf, on peut réglementer pour limiter les impacts. Les groupes sportifs pourraient contribuer au nettoyage des berges par exemple», avance-t-il. Le site de la «vague à Guy» sera réaménagé par la Ville de Montréal quelque part entre 2017 et 2019, à la suite de consultations publiques qui ont eu lieu en janvier dernier. Le Réseau des grands parcs de Montréal prévoit, entre autres, l’aménagement d’un escalier de pierres pour freiner l’érosion des berges, la déviation de la voie cyclable et l’ajout de services publics comme une aire de repos et des toilettes. Comme le projet de M. Lavictoire n’est pas encore présenté concrètement, aucun représentant de la Ville ou d’Infrastructure Canada n’a voulu se prononcer.
  10. via Radio-Canada Un parc pour piétons et cyclistes entre les ponts Champlain et Victoria Mise à jour le vendredi 29 mai 2015 à 7 h 25 HAE Le secteur du Havre La Ville de Montréal veut aménager un parc pour piétons et cyclistes le long du fleuve entre les ponts Champlain et Victoria. La Ville a lancé, le 11 mai dernier, un appel d'offres pour évaluer différents scénarios dans le but de rendre les berges plus accessibles aux citoyens, par exemple en transformant l'autoroute Bonaventure en boulevard urbain ou en l'éloignant de la rive. Un texte de Benoît Chapdelaine La Ville veut profiter des travaux reliés au futur pont Champlain et au futur système de transport collectif entre la Rive-Sud et le centre-ville pour rendre cette partie du fleuve plus accessible. Selon le directeur de l'urbanisme de la Ville de Montréal, Sylvain Ducas, « il y a une occasion à saisir à notre avis, pour récupérer une partie des berges du Saint-Laurent, pour les transformer à des fins de parcours linéaires, des parcours piétons cyclables, depuis le pont Champlain jusqu'à la Cité du Havre, ce qui permettait d'assurer en continu ce lien aux abords du fleuve depuis l'arrondissement de Lachine jusqu'au centre-ville ». Différents scénarios sont prévus, comme la transformation de l'autoroute Bonaventure, propriété du gouvernement fédéral, en boulevard urbain. La partie la plus proche du centre-ville, propriété de la Ville de Montréal, est déjà en travaux pour en faire le boulevard Robert-Bourassa. Un autre scénario prévoit un léger déplacement de l'autoroute Bonaventure qui trône sur ce secteur de la ville depuis 1967. Sylvain Ducas précise qu'une étude préliminaire, menée en collaboration avec la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, a déterminé que l'autoroute Bonaventure pourrait être déplacée une dizaine de mètres au nord dans son emprise actuelle. « Projet Montréal a toujours préconisé de juste démolir tout simplement cette autoroute qui est superflue », souligne le conseiller municipal du secteur concerné dans l'arrondissement du Sud-Ouest, Craig Sauvé. « Mais de rendre accessibles les berges du fleuve aux cyclistes et aux piétons, c'est quand même une bonne nouvelle. Il ne faut pas le nier, il n'y a aucun lien cyclable dans cet endroit magnifique. » Les résultats de l'étude sont attendus au début de 2016.
  11. Financer la venue d'événements sportifs internationaux à Montréal, renoncer au péage sur le pont Champlain, des centaines de millions pour le transport en commun, les routes et le logement social: le maire Denis Coderre a présenté sa liste d'épicerie aux partis fédéraux dans le cadre de la campagne électorale. La liste de la Ville de Montréal compte pas moins de 26 demandes, dont plusieurs requièrent des millions d'Ottawa. Le maire a présenté cette liste alors que les chefs des principaux partis commenceront à défiler à l'hôtel de ville. «On a besoin d'entendre les partis, on ne veut pas juste des consultations plates. On veut vraiment que les chefs se prononcent s'ils croient vraiment en Montréal», a déclaré le maire Coderre ce matin lors d'une réunion du comité exécutif. Le chef du Parti libéral du Canada Justin Trudeau rendra ainsi visite à Denis Coderre, avec qui il s'entretiendra des demandes de Montréal en matière fédérale. Une rencontre avec le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe est prévue le 14 septembre et ce n'est qu'une question de temps avant que des dates soient fixées avec le chef du NPD Thomas Mulcair et la chef du Parti vert Elizabeth May. Le cabinet du maire dit n'avoir toujours pas reçu de réponse de l'entourage du premier ministre sortant et chef du Parti conservateur, Stephen Harper. «Le message a toujours été passé avec Stephen Harper, s'il ne vient pas, il manque quelque chose», a déclaré le maire Coderre lors de sa rubrique hebdomadaire du mercredi. «Peu importe, on est en contact continuellement avec Denis Lebel (le lieutenant politique de Harper au Québec) et si le chef du Parti conservateur croit en Montréal, ça va nous faire plaisir de l'accueillir.» Demandes de Montréal Transport en commun 200 millions récurrents pour Montréal -Financement pour les projets de SLR sur le pont Champlain et le Train de l'Ouest Infrastructures 342,5 millions pour Montréal sur 10 ans Postes Canada Rétablissement de la livraison du courrier à domicile Logement social Tripler les montants alloués à Montréal, pour les faire passer de 8 à 24 millions 185 millions annuellement pour la construction, l'entretien et la rénovation de logements sociaux Sécurité Rétablir un Fonds de financement des services policiers de 10 millions par an Financement annuel de 1 million pour le Centre montréalais de prévention de la radicalisation Femmes autochtones Mettre en place une commission d'enquête sur la disparition de femmes au Canada Développement économique Maintien de l'aide au secteur aérospatial de Montréal Davantage de soutien aux grappes industrielles de Montréal 375e anniversaire de Montréal Contribution directe aux festivités du 375e, Ottawa ayant mit 110 millions dans les festivités du 400e de Québec Pont Champlain Abandon du péage sur le futur pont Champlain Port de Montréal Transférer la responsabilité du Vieux-Port à la Ville Soutien du projet de restauration de la Gare maritime Iberville et de la jetée Alexandra Métropole internationale Financement d'événements sportifs internationaux Radio-Canada Réinvestir dans Radio-Canada Sites d'injection supervisée Respect de la décision de la Cour suprême http://www.lapresse.ca/actualites/elections-federales/201509/02/01-4897254-denis-coderre-presente-sa-liste-de-demandes-aux-partis.php
  12. Un petit oiseau nous a transmis les plans détaillés et finaux du tronçon de l'autoroute 15 entre Turcot et le nouveau pont Champlain. Comme toujours, nous vous encourageons à envoyer vos scoops ici: scoop @ mtlurb.com :shhh: P.S.: Toutes les images font 2000 pixels de large, n'hésitez pas à les ouvrir dans un autre onglet pour voir tous les détails.
  13. Je ne sais trop comment proposer une liste de noms et faire un sondage en bonne et dû forme. Je lance donc l'idée et quelques noms possibles: pont Champlain (statu-quo), pont Phyllis-Lambert, pont Jeanne-Mance, pont Marguerite-Bourgeois, tout autre nom. Et laisse le soin à MTLURB d'en faire la mise en page. A cet effet j'ai repris une partie du texte que j'ai publié aujourd'hui dans le fil du pont Champlain pour présenter mes motivations. Même si je m'étais opposé au changement de nom du pont Champlain, je reviens exceptionnellement sur ma décision. C'est en fait en guise de reconnaissance pour l'extraordinaire contribution de notre "dame d'honneur" que j'accepterais que la prochaine structure porte son nom. Bien sûr habituellement on "baptise" un pont à titre posthume et la personne concernée n'en a jamais conscience, mais il faudrait faire exception. Madame Lambert a déjà 86 ans, elle quitte la présidence du CAC et diminue tranquillement ses activités. Son parcours de vie publique est exemplaire et son legs est considérable. Elle mérite alors une reconnaissance à la hauteur du personnage. Surtout qu'elle a toujours embrassé les deux cultures et représenté Montréal avec dignité et distinction tout au long de sa longue carrière. C'est une passionnée de la ville et son oeuvre a peu d'égal. Elle se qualifie donc pour donner son nom à un ouvrage d'envergure dont elle fait elle-même la promotion. Avec un nom pareil et sans attendre la disparition de la personne, on se donne automatiquement une obligation de résultat. Le pont Phyllis-Lambert ne peut pas être quelconque, il doit trôner fièrement au milieu du fleuve, comme une icône sur son piédestal. Il donnera en même temps la réplique à la seule autre femme à qui on a dédié un pont montréalais, la reine Victoria. A mon avis madame Lambert sera nettement plus représentative, puisqu'elle a habité toute sa vie au coeur de la ville. Finalement comme les femmes sont déjà sous-représentées sur ce genre d'ouvrage, puisque la dernière l'a été il y a un siècle et demi, nous sommes donc largement en dette vis à vis de l'équité homme-femme. Et qui de plus significatif que cette personne engagée qui a littéralement donnée son âme à sa ville. Elle a été elle-même un pont entre nos cultures, raison de plus pour lui dédier un monument qui résumera l'ensemble de sa carrière et qui fera le pont entre le passé et l'avenir de ce Montréal qu'elle a tant aimé.
  14. Voici ma proposition pour le projet d'un nouveau pont champlain. Je suis en faveur de conserver le pont Champlain actuel. Nous sauvons sur les couts de démolition, et avec une nouvelle vocation plus faible en terme d'usure, la structure pourrait durer beaucoup plus longtemps. Le gros de mon plan serait de construire un nouveau pont à 8 voies en (presque) parallel au pont actuel. Le vieux pont Champlain serait utilisé pour supporter du transport en commun (autobus, métro, et possiblement covoiturage) Situation actuelle qui cause des embouteillages: Autoroute 10 (Brossard) - 4 voies de chaque bord Nouveau pont Champlain - 3 voies de chaque bord A-15/20 jusqu'à Turcot - 2 voies de chaque bord Futur: Autoroute 10 (Brossard) - 4 voies de chaque bord Nouveau pont Champlain - 4 voies de chaque bord A-15/20 jusqu'à Turcot - 3 voies de chaque bord De plus, en lien avec ma vision pour le metro 2100, le pont Champlain pourrait porter des voies de metro pour la ligne rouge. Voici alors mon plan: Commentaires? Suggestions? Don't go too rough on my foolish ideas... this one took hours to make!
  15. Pour ceux qui croient encore que Toronto offre une belle vitalité en français. Alors peut-etre que ce n'est qu'une librairie mais c'est très symbolique. Il faut aussi se souvenir que Renaud-Bray avait tenté sa chance à Toronto il y a quelques années mais ils se sont aperçu rapidement qu'il n'y avait pas de marché francophone assez grand pour deux librairies en français et voilà donc que la dernière ferme ses portes ! Triste. ''Après 49 ans d'existence, la librairie francophone Champlain de Toronto doit fermer ses portes dès le 30 avril. La chute des ventes au cours des dernières années a conduit à une absence de rentabilité. L'Association des auteures et auteurs de l'Ontario français et la Table de concertation du livre ontarien ont déploré qu'il n'y ait aucune loi en Ontario obligeant les institutions publiques (bibliothèques et écoles, par exemple), à faire leurs achats de livres dans des librairies agréées de leur région, favorisant ainsi leur épanouissement. La librairie Champlain est l'une des huit librairies francophones de l'Ontario, quatre autres étant à Ottawa, deux à Sudbury et une à Hearst.''
  16. J'ai fait une petite tournée de l'exposition qui est très intéressante sur le construction de la PVM Début des travaux des fondations en 1959 Désolé pour la qualité de la photo La place avant la construction du 5 PVM A l'avant plan c'est l'emplacement de la tour KPMG (anciennement les Coopérants) avec l'église anglicane Doit dater de 1961-1962 Quelques photos bonus qui n'étaient pas à l'exposition Marriott (auparavant le Château Champlain) Tour CIBC (Construit en même temps que PVM) Question quiz, quel est cet édifice, indice, c'est un bunker, c'est une erreur d'urbanisme et c'est en 1970?
  17. Un nouveau quartier vert de 1600 habitations à prix «abordable», nécessitant des investissements de 800 millions de dollars, sera bientôt lancé à L'Île-des-Soeurs, près du pont Champlain. Pour en lire plus...
  18. Champlain College to open Montréal campus BURLINGTON — Champlain College announced that it is leasing property in Montréal to operate a study-abroad campus starting this fall. Students will be able to choose to spend a full academic semester in Montréal taking Champlain College courses. Champlain’s campus is believed to be the first U.S. campus in Montréal. Ten Champlain College courses will be offered there this fall — the same courses that are offered at its Burlington campus. Students will pay the same tuition and residence hall rates as they would in Vermont. Study-abroad applications for fall have been coming in and the college is now working with an architect to renovate the brownstone building on Rue Sherbrooke that will house Champlain’s academic center. The college has also contracted with L'Université du Québec à Montréal (UQAM) to offer student housing in a UQAM residence hall on Rue St. Urbain. This is a francophone university that offers Champlain students the opportunity to live with students from Québec and Canada, as well as a variety of other countries. “With our new campus in Montreal, Champlain students can make the most of the many international business, multicultural and learning opportunities that are available in that major metropolitan center,” said David F. Finney, college president. “The Montreal campus is another way for our students to internationalize their educational experience.” In addition to study-abroad programs at partner colleges in Europe and a host of international internship offerings, Champlain also operates a satellite campus in Mumbai, India. Courses offered in Montréal will include: Modern Canadian Social History, Creativity and Conceptual Development, Critical Thinking, Practical Game Design, Animating Characters in 3-D, Game Development Senior Team Project, Social Responsibility in Media, Conversational French, and a required Québec cultural immersion course. Nearly 30 students are expected to spend the fall 2007 semester in Montréal. In the future, students from other colleges will be able to apply to study at the Quebec campus. The Montréal campus is open to students in all academic programs. Students in Champlain’s electronic and multimedia and graphic design programs may be particularly attracted to the experience since Montréal is one of “gaming’s global hot spots,” according to WIRED Magazine. Québec is home to more than 50 electronic game-related companies and development studios, including Ubisoft, A2M and Electronic Arts. Students in Champlain’s business programs can study in a province that is among Vermont’s most important trading partners.
  19. Urban design: we are falling behind Montreal seems to be lacking ambition when it comes to architectural statements By Luca L. Barone June 26, 2012 Read more: http://www.montrealgazette.com/business/Urban+design+falling+behind/6838583/story.html#ixzz22o4Z0new In 2009, New York City converted an old elevated railroad on the west side of Manhattan into a park of ingenious design. The High Line is a triumph of civic engagement and urban planning. The park’s brilliant designers, the architectural firm Diller Scofidio + Renfro, recently unveiled exciting plans for the High Line’s final section. Why is my own city, so rich in history and creativity, lacking similarly enchanting public spaces, and treading water when it ought to be steaming forward? A city as difficult to govern as New York has accomplished this extraordinary feat, while Montreal seems stuck with meagre ambitions and unimaginative leadership – not to mention the blight of festering corruption. Parsimonious rather than provident, we end up with oppressive mediocrity in our built environment. Too much of that environment is neither inspiring nor graceful. To quote Samuel Butler: O God, O Montreal! This is not a question of green space; Montreal is full of parks. The High Line embodies an innovative approach to the adaptive reuse of urban structures that integrates environmental and economic sustainability, historic preservation, and creativity in design. It is an approach to urban planning that is not yet evident in our city. Montreal exhibits some of the best and worst aspects of Europe and North America. Neither genuinely French, nor British, nor American, our city is a fascinating hybrid with an eclectic beauty made up of unusual juxtapositions drawn from both the Old and New Worlds. Yet we inhabit a purgatory somewhere between Houston and Paris, afflicted by car-fuelled urban sprawl along with imported European architectural inhumanities like the brutalism of Place Bonaventure. We need to regain our lost cosmopolitan ambition, that sense of limitless opportunity combined with cultural sophistication that makes things happen that has not been seen in Montreal since the glory days of Expo 67, the opening of our pioneering métro, and the 1976 Summer Olympics. The High Line’s greatest lesson for us should be how profoundly constructive the convergence of proactive civic participation, business and excellent design can be. By adopting the Plan métropolitain d’aménagement et de développement, a comprehensive urban planning scheme that emphasizes transit-oriented development, the Montreal Metropolitan Community has taken a step in the right direction. It has wisely heeded Harvard economist Edward Glaeser’s advice to increase population density around transit hubs. But builders and architects need the liberty to be bold. Development in Montreal is in a negative recursive loop: a byzantine bureaucracy imposes its banal tastes on those taking the financial risk on real-estate ventures, while many developers lack the aesthetic judgment or the civic pride to take on the challenge of building something of lasting architectural value. New York’s Standard Hotel was built suspended over the High Line on massive piers – an unconventional ensemble that has created a remarkably attractive, unique sense of place. Had such an idea been proposed for Montreal, would it ever have seen the light of day? That kind of audacity would probably have been ignored by developers indifferent to innovative design, or buried under the weight of municipal red tape. Encouraging local talent and participating in international cultural life are both important. Montreal fails on both counts. Little of note has been built in Montreal for decades, with the exception of Kohn Pedersen Fox’s IBM building at 1250 René Lévesque Blvd. – and that was in 1992. Ludwig Mies van der Rohe’s Westmount Square, I.M. Pei’s Place Ville Marie, Pier Luigi Nervi’s Tour de la Bourse – these are all buildings from the past that garnered the city positive attention and allowed Montreal to participate in a broader international cultural life. Peter Zumthor, Steven Holl, SHoP Architects, Diller Scofidio + Renfro, Renzo Piano – none of these leading contemporary architects are now on their way to Montreal. Montreal may never be New York or Paris, or build projects on the same scale as these global centres, but it was once closer to being a world city than it is today. Size is not the issue; another sinkhole of public funds like the Olympic Stadium would do us no good. We need civic competence, wise economic policy, and architectural excellence. Surely all are within our reach. One upcoming project stands out as a chance for Montreal to redeem itself. The rebuilding of the Champlain Bridge is an epochal opportunity to create an impressive monument for today’s Montreal. People marvelled at the Victoria Bridge when it was completed in 1859. In the early 21st century, we can again dazzle the world, with an elegant new Champlain Bridge built to exacting international standards. Mayor Gérald Tremblay has already said the federal government should devote one per cent of the project’s total budget to finding an innovative design for the bridge, just as the provincial government has set aside one per cent of the Turcot Interchange’s reconstruction budget to generating new ideas. Ottawa should hold an international competition judged by a jury of global experts to choose an outstanding design for the new Champlain Bridge. All Montrealers should support this initiative to ensure that we end up with a work of public infrastructure that is worthy of our city. Let’s do great things together again. Luca L. Barone of St. Léonard is a McGill University law student and a developer. He studied at New York’s Institute for Architecture and Urban Studies. CORRECTION: An Opinion column in Tuesday’s Gazette, headlined “Urban design: we are falling behind,” which made mention of New York City’s High Line park, failed to mention one of the two firms that were partners in the design of that park. The designers were landscape-architecture firm James Corner Field Operations and architectural firm Diller, Scofidio + Renfro. © Copyright © The Montreal Gazette Read more: http://www.montrealgazette.com/business/Urban+design+falling+behind/6838583/story.html#ixzz22o4dmlEb
  20. L'utilisation du bois dans les édifices à Québec Stade du PEPS http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/sports/actualites-sportives/201201/17/01-4486852-inauguration-du-stade-telus-comme-noel-en-janvier.php http://www.lappel.com/media/photos/unis/2012/01/17/photo_1975227_resize_slideshow.jpg http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_TELUS-Universit%C3%A9_Laval http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_TELUS-Universit%C3%A9_Laval Stade Télus - Université Laval par davidivivid, sur Flickr Stade Télus - Université Laval par davidivivid, sur Flickr Édifice Fondaction http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=224&Itemid=100 Édifice administratif de GlaxoSmithKline http://stephanegroleau.com/blog/edifice-en-biotechnologie-interieur-ville-de-quebec/ http://www.coarchitecture.com/fr/portfolio/administratif/entreprise-en-biotechnologie-a-quebec Pavillon des sciences du Bois Kruger de l'Université Laval Aeterna Zentaris HQ http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=180&Itemid=100 Palais Montcalm http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=181&Itemid=100 Quai des cageux La promenade Samuel-De Champlain par CCNQ, sur Flickr http://www.imagesduquebec.com/Archives/Juin-2009/11824020_pPZAG#!i=564362979&k=Au6ko Bibliothèque Félix Leclerc http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=235&Itemid=119 Hôtel-Musée situé sur la réserve Wendake. http://www.quebecurbain.qc.ca/2011/05/24/photos-de-lhotel-musee-premieres-nations-a-wendake/ http://canada.grandquebec.com/communautes-autochtones/wendat/ http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=197&Itemid=100 Baie de Beauport http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=174&Itemid=100 Stade Chauveau http://www.cecobois.com/repertoire/images/realisations/stade_chauveau/stade_a.jpg http://i284.photobucket.com/albums/ll26/MusicalBox63/qpca/IMGP2618r.jpg
  21. So I cannot sleep as I keep thinking the rest of Canada keeps hating on Montréal and our developments, economy, government and so on. A, I don't buy the bs that we're lagging behind (We could be growing much much faster I realize) but more importantly the hate on our new architecture m'enerve en poutine. Not my point however, I was thinking it would be fantastic to develop both the northern and souther corners of René-Lévesque and Guy. Not in a standard way of developer says this, city says that, study shows this, ok simple tower that sells and doesn't cause much fuss. But in a very Montréal way rather, through a system of all Montréal companies who care about here(Wsp accross the street for example), ideas from all groups of people like students from our excellent engineering universities like ÉTS/Polytechnic/McGill/Concordia all in the visinity, people on this forum with fun ideas that we can all talk about and turn into something Montréal in general can ve proud of. It be an awesome place to have the highest outlook as well, all along the boulevard, the new Champlain, the general, both new mega hospitals, the other new developments popping up all around the area. I'm gonna spend some free time trying to come up with some designs and 3d models and I hope someone else on this vibrant forum will do so with me. To all my francophone friends , I wrote this in english because I'm better in english, and I know you understand just as I understand when you write you're long French posts.....another great Montréal thing where we don't care what language just as long as it's a good idea [emoji14] Sent from my C6806 using Tapatalk
  22. Depuis hier matin, une «petite» grue en monte une grande sur Peel (côté est de la chaussée) au coin de la Gauchetière. Le seul édifice dans le secteur qui nécessite un équipement de cet ampleur serait le Château Champlain. J'ai vérifié sur le net pour savoir s'il y avait des informations à ce sujet mais rien, si ce n'est l'avis de fermeture de la ville de Montréal. En savez-vous quelque chose? http://www.destinationcentreville.com/fr/nouvelles/fermeture-partielle-de-la-rue-peel-du-21-au-25-janvier-2016
  23. http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201501/12/01-4834558-slr-et-train-de-louest-la-caisse-de-depot-a-la-rescousse.php=author%3ADenis+Lessard&sort=recent"]Denis Lessard La Presse <iframe title="Twitter Follow Button" class="twitter-follow-button twitter-follow-button" id="twitter-widget-3" src="http://platform.twitter.com/widgets/follow_button.37e112509e16b7fe5e4cf93632594a08.fr.html#_=1421146325070&align=right&id=twitter-widget-3&lang=fr&screen_name=denis_lessard&show_count=false&show_screen_name=false&size=m" frameborder="0" scrolling="no" style="width: 70px; height: 20px;" allowtransparency="true" data-twttr-rendered="true"></iframe> (Québec) Fauché, le gouvernement du Québec s'est trouvé un allié richissime pour financer de coûteux projets de transports collectifs dont a désespérément besoin Montréal. La Caisse de dépôt et placement (CDP) deviendra bientôt le bailleur de fonds et le gestionnaire de projets d'infrastructures au Québec, comme le système léger sur rail (SLR) sur le futur pont Champlain et le train de banlieue pour desservir l'ouest de l'île de Montréal. <!-- .excerpt --> C'est ce qu'annonceront conjointement le premier ministre Philippe Couillard et le président de la CDP, Michael Sabia, ce matin dans l'atrium de la Caisse à Montréal. L'annonce de «l'entente commerciale», qu'on a voulu garder sous le boisseau le plus longtemps possible, réunira aussi le maire de Montréal Denis Coderre, le ministre des Finances Carlos Leitao et son collègue au Trésor, Martin Coiteux, a appris La Presse de plusieurs sources. Les annonces conjointes de la Caisse et du gouvernement ne sont pas courantes - la CDP est jalouse de son autonomie vis-à-vis des décideurs politiques. Aussi MM. Couillard et Sabia marcheront-ils sur des oeufs quand ils définiront les rapports à venir entre Québec et le bas de laine des Québécois. Jamais dans le passé le gouvernement n'avait pu ordonner à la Caisse de procéder à un investissement particulier; celle-ci était libre de toutes ses décisions sans considérations politiques. L'entente suppose l'adoption d'un projet de loi à l'Assemblée nationale pour permettre à la CDP de faire au Québec ce qu'elle peut déjà faire à l'étranger - elle a déjà près de 10 milliards de dollars d'investissements en infrastructures en dehors du Québec. Une fois la loi adoptée, le gouvernement pourra «confier des projets à la CDP, lui permettra d'en devenir le maître d'oeuvre, l'opérateur». Le gouvernement va continuer à choisir les projets, à décider de leurs orientations et de leurs échéanciers. La Caisse fera ses études et pourra les réaliser dans le même environnement réglementaire que les autres entrepreneurs au Québec. On comprend que la Caisse ne s'engagera pas dans un financement précis et n'annoncera pas formellement des projets aujourd'hui. Les deux projets du SLR et du train de l'Ouest monopoliseront l'attention, mais d'autres pourraient être définis. Mais avec cet allié richissime, Québec pourra faire transférer à la CDP une bonne partie du financement. Une étude de la Banque Nationale, cet automne, évaluait que les bénéfices que pourrait tirer la Caisse comme investisseur foncier avec de tels projets permettraient à l'institution de financer jusqu'à 35% du coût des projets. En panne de financement Les deux projets montréalais, le SLR (système léger sur rail) du pont Champlain et le train de l'Ouest, sont en panne faute de financement. Enferré dans des discussions avec Ottawa, Québec s'était résolu à se contenter d'une liaison par bus pour l'avenir prévisible sur le futur pont Champlain, compte tenu de la facture d'un SLR de plus de 2 milliards de dollars. Pour le train de l'Ouest, en campagne électorale, Philippe Couillard s'était engagé à terminer le projet pour relier le centre-ville et la municipalité de Vaudreuil-Dorion, traversant donc toute la partie ouest de l'île de Montréal. Encore là, le projet coûtait au bas mot 1 milliard de dollars, voire davantage selon le parcours et le nombre de gares, une facture trop élevée pour un gouvernement qui paie déjà 11 milliards par année en service de dette. L'investissement intéresse la CDP, qui pourra en tirer des revenus de deux sources: d'une part, elle pourrait obtenir une partie de la tarification, sa quote-part sur le prix des billets, un revenu lié à l'achalandage, une source plus traditionnelle. D'autre part, surtout, elle bénéficiera de la plus-value foncière des investissements immobiliers semés sur le parcours des nouveaux circuits. Cette filière de la valeur foncière était au centre d'une étude commanditée par la Banque Nationale publiée cet automne. Le Dr George Hazel, expert international dans le domaine du transport collectif, y propose que les investisseurs institutionnels, comme la Caisse de dépôt, puissent contribuer au financement de ces projets onéreux. La BN relevait d'ailleurs déjà que le SLR sur le pont Champlain et la desserte ferroviaire vers l'aéroport de Dorval et l'ouest de l'île étaient constamment remis aux calendes grecques, le gouvernement ne voulant pas ajouter à la dette. L'étude de la Banque Nationale tablait uniquement sur la plus-value foncière, et visait à «établir la hausse des profits estimée d'un investissement immobilier avec l'arrivée, par exemple, d'une nouvelle gare dans un quartier. Les promoteurs s'entendent ensuite avec les instances gouvernementales pour financier une partie des infrastructures publiques requises». La Ville de Brossard avait participé à l'étude, favorable à un lien rapide entre le Dix30 et le centre-ville.On estimait alors que la Caisse pourrait financer jusqu'à 35% du projet. À Londres, le projet Crossrail, un réseau ferroviaire pour désengorger la capitale britannique, est en construction au coût de 26 milliards de dollars. Les investisseurs institutionnels prendront 30% de la facture, tirant profit de la construction de 10 nouvelles stations. À New York, pour le prolongement de la ligne 7 du métro, le secteur privé contribue aussi au financement du transport collectif, le Hudson Yards, actuellement le plus gros chantier immobilier en Amérique. Un changement de culture L'étude de la Banque Nationale tablait sur «un changement de culture» pour faire en sorte que les responsables de transports collectifs comme la STM ou l'AMT génèrent des revenus qui ne dépendraient pas des contribuables ou des automobilistes. Actuellement, seulement 1% des revenus de l'AMT et 3% des revenus de la STM proviennent du privé. En comparaison, la société de transport de la ville de Hong Kong touche 40% de ses revenus grâce au privé qui, en retour, profite de «la captation de la plus-value foncière». Au Québec, une étude réalisée aux environs des gares de trains de la ligne vers Mont-Saint-Hilaire a démontré qu'en trois ans, les résidences situées à moins de 1500 mètres auraient vu leur valeur augmenter de 5% à 13%. - Avec la collaboration d'Hélène Baril et François Cardinal