Search the Community

Showing results for tags 'studio'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 25 results

  1. Le Journal de Montréal 15-11-2007 Montréal est en voie de devenir la capitale mondiale des effets spéciaux, à tel point qu'on craint une pénurie de talents pour animer les studios de la métropole. «On contrôle 80% des logiciels d'effets visuels sur le marché mondial», indique Danny Bergeron, de Mokko Films, dans le Vieux-Montréal. Montréal est déjà la capitale des jeux vidéo au Canada; dans les prochaines années, il pourrait bien devenir celle des effets spéciaux. «En 2000, on a été découverts par les Américains. Avant, on n'était même pas un joueur important», ajoute-t-il. Le nombre de films américains dont on a confié les effets spéciaux à Montréal est en hausse fulgurante depuis sept ans. Ça représente 80 % du chiffre d'affaires des studios québécois. Montréal rafle en moyenne de 30 à 50 contrats d'effets pour films à gros budget chaque année, des films qui dépensent en moyenne de 5 à 6M$ en effets spéciaux. Si la tendance se maintient, le Québec manquera d'artistes pour fournir la demande. En effet, il n'est pas rare que certains effets spéciaux soient confiés à des studios de Toronto et Vancouver parce que les compagnies québécoises ne peuvent travailler sur toutes les scènes d'un film. «Il nous faut plus de talents, on sollicite les écoles pour qu'elles augmentent le bassin de talents», indique Jean-Yves Martel, de FX Cartel, un entrepreneur en effets spéciaux dont la compagnie a généré 20 M$ dans l'industrie depuis 2003. Nouveau studio Signe d'une industrie en santé, le studio Mokko Films construit en ce moment un autre studio pour doubler sa capacité de production. Le nombre d'employés grimpera à 60. Le studio vient tout juste de terminer il y a trois semaines les effets visuels du Merveilleux Emporium de M.Magorium (Dustin Hoffman, Natalie Portman), prochain blockbuster de Fox. On parle d'un budget de 10 M$ en effets spéciaux, dont près de la moitié est allée à Montréal. Environ 30 artistes y ont travaillé dans la dernière année et demie. Mais qu'est-ce qui charme tant les Américains dans le travail des artisans québécois? «On est bons au Québec pour marier la technologie et l'art, le Cirque du Soleil l'a démontré», dit Danny Bergeron. On espère prochainement obtenir les contrats d'effets spéciaux des films Death Race et The Mummy 3, qui ont été tournés à Montréal récemment. Une délégation québécoise se prépare à partir pour Los Angeles en janvier, question de convaincre les productions d'envahir les studios de la métropole. «On est les meilleurs du monde, il ne reste qu'à le laisser savoir», conclut Danny Bergeron.
  2. Le Grand Montréal fait de l’effet à Cinesite. La métropole québécoise confirme sa position stratégique sur l’échiquier mondial de l’industrie cinématographique Montréal, le 18 août 2015 – La société britannique Cinesite, chef de file mondial spécialisé dans la production d’effets visuels et d’animation pour le cinéma et la télévision, a annoncé des résultats exceptionnels, dix-huit mois après son implantation dans le Grand Montréal. Le studio montréalais a en effet largement dépassé les attentes en recrutant 220 personnes en un temps record, soit deux fois plus rapidement que prévu, et en travaillant sur de prestigieuses réalisations cinématographiques. L’annonce a été faite par M. Antony Hunt, directeur général de Cinesite, en présence de M. Jacques Daoust, ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, de M. Nick Baker, consul général du Royaume-Uni à Montréal, de Mme Dominique Anglade, présidente-directrice générale, Montréal International et de M. Élie Farah, vice-président Investissement Grand Montréal, Montréal International. Une plaque honorifique a été dévoilée pour célébrer ce succès et souligner l’appui stratégique du gouvernement du Québec, d’Investissement Québec et de Montréal International. Cinesite est particulièrement reconnue pour ses effets spéciaux spectaculaires, dont ceux des huits films d’Harry Potter. Depuis son implantation en 2014, le studio de Montréal a complété plusieurs films de renom, dont X-Men: Days of Future Past, San Andreas, The Man From U.N.C.L.E., et d’autres qui sortiront prochainement : The Last Witch Hunter, The Revenant, Pride and Prejudice and Zombies et Now You See Me: The Second Act. « Nous sommes enchantés de voir que notre croissance à Montréal dépasse nos objectifs, notamment en matière de recrutement. L’équipe qui grandit chez Cinesite se démarque par son talent inégalé », a indiqué le directeur du studio Cinesite, M. Antony Hunt. « Nous tenons à remercier Investissement Québec, le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations et Montréal International pour leur appui et leur connaissance pointue du milieu des effets visuels qui nous permettent de voir loin pour notre studio », a-t-il ajouté. Une industrie avec le vent dans les voiles « L’industrie des effets spéciaux, Cinesite et Montréal ont en commun qu’ils sont des lieux de convergence entre les arts et la technologie. Montréal est une pionnière de l’industrie, et l’embauche de 220 travailleurs par Cinesite témoigne de la qualité des programmes de formation montréalais ainsi que de l’accès aux talents. Ces résultats confirment le positionnement de Montréal, ville de cinéma, et réaffirme que la Métropole est une véritable ville intelligente avec un attractif bassin de talents créatifs », a affirmé le maire de Montréal, M. Denis Coderre. Dans le Grand Montréal, l’emploi au sein du secteur des effets visuels a en effet connu une croissance annuelle d’environ 24 %, et ce, depuis la bonification du crédit d’impôt en 2009 et l’implantation subséquente de joueurs internationaux, incluant non seulement Cinesite mais également Framestore, Technicolor ou Atomic Fiction. « L’industrie des effets visuels constitue une véritable valeur ajoutée pour le Québec puisque ses entreprises investissent davantage dans les salaires de leurs travailleurs et dans le capital intangible, c’est-à-dire les dépenses en R-D et transfert technologique, en formation et développement des compétences », a affirmé Mme Dominique Anglade, présidente-directrice générale de Montréal International. « Le succès d’un joueur majeur comme Cinesite renforce également toute l’attractivité de la métropole québécoise sur l’échiquier cinématographique et contribue à positionner la région comme chef de file mondial des industries créatives à haute valeur ajoutée », a-t-elle ajouté. Mentionnons que Cinesite a récemment conclu une entente avec 3QU Studios pour créer un pipeline d’animation et soutenir la production de quatre films, le premier étant Charming (Demi Lovato, Avril Lavigne) dont la sortie est prévue pour 2016. À propos de Cinesite (http://www.cinesite.com) Établie à Londres, Cinesite est l’un des principaux fournisseurs d’effets visuels numériques dans le monde. À l’origine propriété de Eastman Kodak, l’entreprise qui a vu le jour en 1995 a été l’une des premières compagnies spécialisées en effets spéciaux au monde. Avec 650 employés, dont 500 au Canada, Cinesite est l’un des plus grands employeurs en effets visuels au Canada. Depuis plus de 20 ans, la société crée des effets visuels pour de grosses productions cinématographiques. De James Bond à Harry Potter, d’Iron Man 3 à World War Z, Cinesite a participé à la réussite d’une grande variété de films et de productions télévisuelles. Plusieurs ont d’ailleurs été récipiendaires de BAFTA et d’Oscars, et Generation Kill a même remporté un Emmy en 2009. http://www.montrealinternational.com/a-propos/salle-de-presse/le-grand-montreal-fait-de-leffet-a-cinesite/
  3. Voici un projet fort intéressant... qui pourrait peut-être s'appliquer pour notre fleuve. Vous savez, il y a deux options pour le l'environnement et le design : High design/Low tech Vs. Low Design/High tech.... je prèfère de loin la première! Oyster-tecture: Scape Studio Plans to Build a Park Filled with Millions of Oysters to Clean the Gowanus Canal NYC has some great oyster bars, but its most in-demand shellfish yet may soon be coming to the Gowanus Canal instead of to your favorite seafood restaurant. Scape Studio has received funding for its ambitious Oyster-tecture project – an oyster park for millions of mollusks at the mouth of Brooklyn’s Gowanus Canal. Oysters have the unique ability to ‘eat’ toxins and dirt, so the new park could be just the way to clean up what is currently one of the nation’s most polluted waterways. “We propose to nurture an active oyster culture that engages issues of water quality, rising tides, and community based development around Brooklyn’s Red Hook and Gowanus Canal,” explains Kate Orff of Scape Architecture on their website. ”An armature for the growth of native oysters and marine life is designed for the shallow waters of the Bay Ridge Flats just south of Red Hook. This living reef is constructed from a field of piles and a woven web of “fuzzy rope” that supports oyster growth and builds a rich three-dimensional landscape mosaic. A watery regional park for the New York Harbor emerges that prefigures the city’s return to the waterfront in the next century. The reef attenuates waves and cleans millions of gallons of Harbor water through harnessing the biotic processes of oysters, mussels and eelgrass, and enables neighborhood fabrics that welcome the water to develop further inland.” This ‘oyster-tecture’ has been described as a 21st-century approach to creating new waterfront infrastructures where long-gone shellfish can be brought back. Construction has already begun on the new pier area that is to host Orff’s reef. In fact, oysters are one of nature’s best cleaners as they have the ability to filter 50 gallons of water a day! Oysters were once plentiful in the waters around New York, but died out by the turn of the 19th century due to industrial waste, sewage, diseases and the dredging of the harbor to make room for shipping and development. Now, marine scientists believe that new beds of oysters could break down pollution in areas where the water temperature, currents, chemistry and other conditions are right. Of course, due to their ‘cleaning’ of toxins, these oysters will never be eaten and any poachers aiming to harvest them for profit will be prosecuted. http://inhabitat.com/nyc/oyster-tecture-scape-studio-plans-to-build-a-park-filled-with-millions-of-oysters-to-clean-the-gowanus-canal/
  4. Nouveau projet de condos sur Bishop a coté du Viva Lofts, rendu pris sur le site de FX studio design
  5. Microsoft achète la division affaires de l’entreprise lavalloise InCycle Software pour un montant qui n’a pas été dévoilé. Plus précisément, Microsoft achète la division InRelease, qui conçoit des solutions de gestion de développement continu d’applications. Grâce à cette acquisition, le numéro un mondial du logiciel dit vouloir «élargir son offre de solutions de développement des opérations utilisant Microsoft Visual Studio et Team Foundation Server.» Visual Studio est un ensemble d’outils qui permet de développer des applications Web, alors que Team Foundation Server est un système de développement collaboratif de logiciels. «L'acquisition d'InRelease ajoutera des capacités de gestion de lancement aux solutions de gestion du cycle de vie des applications (application lifecycle management, ou ALM en anglais) et de développement des opérations offertes par Microsoft, ce qui aidera les clients à offrir de meilleures applications plus rapidement et plus efficacement», a expliqué l’entreprise de Redmond dans un communiqué. «InRelease a été conçu comme un complément aux fonctionnalités existantes de Visual Studio. Nous sommes très heureux qu'il fasse maintenant partie d'une solution d'ALM intégrée dont tous les clients Visual Studio pourront bénéficier», déclare Claude Remillard, président d'InCycle Software. Fondée en 2002, InCycle Software possède des bureaux à Laval, New York, San Francisco et Seattle. http://www.lesaffaires.com/techno/technologies-et-telecommunications/microsoft-achete-a-laval/558304#.Uaz00thKR5F
  6. • ENSEMBLE RÉSIDENTIEL LUXUEUX DE STYLE CONTEMPORAIN • AU CONFLUENT DU LAC DES DEUX MONTAGNES ET DE LA RIVIÈRE DES MILLE ÎLES • À DEUX PAS DU GOLF LE CLUB LAVAL-SUR-LE-LAC • PROPOSÉ PAR LE GROUPE QUORUM ET LE GROUPE MARSAN, PROMOTEURS DE PRESTIGE PRIMÉS • ARCHITECTURE ET DESIGN D’EXCEPTION SIGNÉS LEMAY+DAA ET INNÉDESIGN Site web : http://condoslavalsurlelac.com/ • PISCINE INTÉRIEURE À DÉBORDEMENT • ESPACE LOUNGE • STUDIO DE CONDITIONNEMENT PHYSIQUE À LA FINE POINTE • TENNIS EXTÉRIEUR • PAISIBLE JARDIN PRIVÉ AMÉNAGÉ • STATIONNEMENT INTÉRIEUR • OCCUPATION: 2017 Les travaux de construction seront lancés au début 2016.
  7. An Artist’s Guide to Relocating From Trump’s America | artnet News [h=5]Politics[/h][h=1]An Artist’s Guide to Relocating From Trump’s America[/h]A definitive guide to finding the next art world Shangri-La. Christian Viveros-Fauné, December 9, 2016 More than 2200 people pose nude for photographer Spencer Tunick, on the steps of the Montreal Museum of Fine Art in Montreal, Canada, May 26, 2001. Photo by Jean Therroux/Getty Images. 5. Montréal Where Toronto is the hub of all things corporate, Montreal is Canada’s cultural hub. The city has plenty of commercial galleries and a smattering of respectable museums, but its beating heart remains its artist-run-centers—many of them established in the ’70s and ’80s as a way to explore art for art’s sake. To these can be added kunsthalles of a more recent vintage, including the DHC Foundation and Darling Foundry. Rent (an incredible $519 for a studio apartment) is about half what it is in Toronto and Vancouver, and a fraction of what you would pay for in London and New York. For those who bragged they’d move to Canada if Trump won, the train is now leaving the station. (I’m talking to you, Lena Dunham.) [h=5]Recommended Reading[/h][h=2]Must-See Art Guide: Montréal[/h]By Audrey Fair, Aug 28, 2014
  8. L'industrie cinématographique et la province souhaitent faire de l'Alberta l'un des lieux incontournables du septième art au pays. Pour en lire plus...
  9. Stéphane Champagne, collaboration spéciale La Presse (Montréal) D'ici 12 mois, Mokko Studio ouvrira un studio de production en Chine et peut-être un autre au Brésil. La PME montréalaise, spécialisée dans les effets visuels et l'animation pour le cinéma et la télévision, est en mode croissance et souhaite devenir un acteur de premier plan dans les pays émergents. Danny Bergeron, président, cofondateur et coactionnaire de l'entreprise de 85 employés, négocie actuellement avec des partenaires de Singapour et de Shanghai afin, dit-il, de faire profiter les Asiatiques du savoir-faire nord-américain dans le domaine des effets visuels et de l'animation. La PME montréalaise a déjà en poche des ententes de coproduction pour 10 films (évaluées à environ 220 millions) en sol asiatique. Du coup, elle détiendra une partie des droits sur les films et n'agira plus seulement à titre d'exécutant au service des grands donneurs d'ordres comme Hollywood, où Mokko Studio tire près de la moitié de ses revenus. Plus d'emplois à Montréal Les pays anglo-saxons, principalement le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, demeurent à ce jour la référence en matière d'effets visuels et d'animation, explique M. Bergeron. «Ce qui fait de Montréal un endroit où la qualité est encore un cran au-dessus par rapport à des pays comme l'Inde», ajoute celui qui se défend de vouloir abolir des emplois à Montréal en ouvrant des studios à l'étranger. «Au contraire, dit-il, nous allons créer des emplois à Montréal. Nous allons travailler sur des projets de coproduction, mais nous allons également offrir notre expertise pour les productions chinoises. Il y a un énorme potentiel. Il y a cinq nouveaux écrans de cinéma qui sont construits chaque jour en Chine. Ce sera bientôt un marché plus important que les États-Unis.» Le président de Mokko Studio souhaite, d'une certaine façon, recréer ce qui se fait dans le secteur manufacturier, où certaines composantes sont fabriquées en Asie, mais où la R-D, le design et l'assemblage final se font ici. «L'objectif est de faire travailler des gens là-bas, mais de garder un contrôle absolu en finalisant les étapes de production à Montréal. Si la demande suit, on va créer encore plus d'emplois de qualité à Montréal», explique l'homme d'affaires de 50 ans. Mokko Studio a également dans sa ligne de mire le Brésil, avec lequel elle travaille déjà sur des projets en coproduction. «Ouvrir des studios au Brésil nous permettra d'avoir accès à tout le marché de l'Amérique latine, du Mexique jusqu'au sud du Chili», souligne Danny Bergeron. Fondée en 2003 par Danny Bergeron et Alain Lachance, Mokko Studio a participé dans les dernières années à des projets cinématographiques dotés de budgets variant de 30 à 80 millions, dont Across the Universe et X-Men Origins: Wolverine. La PME fait donc partie des studios de second échelon tout juste derrière les géants comme ILM ou Weta, qui appartiennent respectivement à George Lucas et Peter Jackson. Le chiffre d'affaires de l'entreprise montréalaise, d'environ six millions actuellement, devrait tripler au cours des prochaines années. L'entreprise à capital fermé, dont les studios sont situés dans l'ancienne usine Redpath sur les bords du canal de Lachine, collabore également à des téléséries de haut calibre, notamment Clash of the Dinosaurs, présentée sur Discovery Channel. Plus près de nous, Mokko Studio a participé aux longs métrages québécois Funkytown, Mémoires affectives et Nez rouge. Précieuse main-d'oeuvre Selon Danny Bergeron, l'époque où les logiciels et le matériel informatique étaient le principal facteur d'endettement - et donc de préoccupation - des entreprises d'animation et d'effets visuels est révolue. «Aujourd'hui, nous gérons des ressources humaines. Notre force, c'est notre main-d'oeuvre», dit-il. Pour se positionner à l'étranger, le président de Mokko Studio affirme donc pouvoir compter sur une équipe de choc. Parmi les directeurs qui travaillent pour la PME se trouvent Alain Lachance (vice-président de la PME et superviseur des effets spéciaux), Anthony Lamolinara (oscarisé pour son travail dans Superman II), Tim Stevenson (qui a travaillé sur Avatar), de même que Benjamin Ribière et Arnaud Brisebois (qui ont notamment participé à 300). Bon pour l'industrie québécoise Une présence à l'étranger permettra non seulement à Mokko Studio d'assurer sa croissance, mais elle sera également bénéfique pour toute l'industrie québécoise, laquelle concurrence Toronto et Vancouver. «Montréal a été une pionnière dans les années 80. Elle mérite la place qui lui revient», affirme Danny Bergeron, selon qui «il y a longtemps que Montréal aurait dû avoir une entreprise de la trempe de Pixar». Selon l'homme d'affaires, il n'y a pas assez de PME québécoises qui se tournent d'emblée vers l'exportation. «Notre bassin de population est trop petit. Il faut viser la planète si l'on veut générer de la richesse. C'est ce que les pays scandinaves font», dit celui qui ne comprend pas pourquoi il n'y a pas plus de Québécois qui sont trilingues. L'article
  10. http://www.newswire.ca/news-releases/keywords-to-expand-its-montreal-studio-creating-100-jobs-577614131.html MONTRÉAL, Canada and DUBLIN, Ireland, April 29, 2016 /CNW Telbec/ - Keywords Studios, an international technical service provider to the global video game industry, announced today that it intends to expand further in Montréal, creating 100 new jobs within the next three years. This announcement was made during a visit of The Honourable Denis Coderre, Mayor of Montréal and President of the Montréal Metropolitan Community, at Keywords headquarters in Dublin, Ireland, and after his discussions with Andrew Day, Chief Executive Officer of Keywords Studios. We love the city and we love the quality of the talent we can find in Montréal", commented Mr Day. "Since coming to Montréal in 2010, we've had great results there and we want to continue this success." Keywords offers technical services to the gaming industry. Functional testing and localization testing are the main tasks accomplished in Montréal. Keywords' clients includes the world's best-known developers, among which, to name a few, Ubisoft, WB Games, Zynga, King and Sony. They have worked on thousands of different titles such as Rise of the Tomb Raider, Halo 5: Guardians, Assassin's Creed Syndicate, Candy Crush, Clash Royale and Mobile Strike. "Keywords' decision to continue to invest in our metropolis illustrates once again Montréal's strength in the video game industry", said The Honourable Denis Coderre, Mayor of Montréal and President of the Montréal Metropolitan Community, during his visit of Keywords' headquarters, part of his European trip. "What's more, it does highlight the fact that the whole gaming cluster plays a vital role in our economy and that Montréal is the place to be." Montréal International, Greater Montréal's investment promotion agency, has provided support to Keywords Studios over the years. "Along with our government partners, we've been working with Keywords since their arrival in Montréal, stated Stéphane Paquet, Vice President - Investment Greater Montréal at Montréal International. Their reinvestment is most welcome and the whole team at MI look forward to continuing working with Keywords on other projects." "I hope that this most recent announcement is only a first step, added Mr Day, since we are currently studying further more ambitious possibilities for our Montréal studio." Keywords' Montréal studio currently employs around 350 employees.
  11. Québec avance 1,2 million au studio Cinesite Publié le 15 janvier 2014 à 11h07 | Mis à jour à 11h07 Québec prête 1,2 million de dollars à la société de Grande-Bretagne Cinesite pour qu'elle implante un studio de production d'effets visuels et d'animation à Montréal. Le prêt est octroyé par le bras investisseur du gouvernement provincial, la société Investissement Québec. La venue du studio qui créera autour de 200 emplois a été rendue publique par La Presse ce matin. La nouvelle devrait être confirmée lors du passage de la première ministre Pauline Marois à Londres la semaine prochaine. On doit à Cinesite les effets spéciaux de la série de films Harry Potter. Il s'agit du second studio britannique à choisir Montréal en un an. À peu près à la même date l'an dernier, Framestore avait annoncé l'ouverture de nouvelles installations à Montréal. L'entreprise avait pu bénéficier d'un prêt sans intérêt de 900 000$ étalé sur 5 ans, ce qui coûte environ 35 000$ par année au gouvernement. http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201401/15/01-4728925-quebec-avance-12-million-au-studio-cinesite.php
  12. Un membre du forum qui requiert l'anonymat m'a informé que très prochainement, un studio coréen de jeux vidéos allait ouvrir une succursale à Montréal et créera par le fait même une centaine d'emplois. Voilà une excellente nouvelle pour un secteur qui n'est pas des plus en santé depuis le début 2013. Souhaitons que cet investissement vienne renverser la tendance !
  13. Calgary Un projet de studio de cinéma Mise à jour le samedi 26 juillet 2008, 15 h 14 . La ville de Calgary pourrait prochainement avoir son studio de cinéma. Le commissaire Luke Azevedo du Bureau du cinéma de Calgary souligne que le projet est à l'étude depuis de nombreuses années. C'est la première fois, dit-il, que les différents partenaires sont prêts à travailler ensemble. Le gouvernement de l'Alberta fournirait une aide financière au projet. Le studio serait possiblement construit près du centre-ville de Calgary et aurait au moins deux salles d'enregistrement, avance M. Azevedo. Sans vouloir préciser d'échéancier, il ajoute que les détails de la proposition seront prochainement dévoilés. L'Alberta accueille déjà un bon nombre de tournages. L'an dernier, des images de plus de 150 films et publicités ont été captées dans la province. Même avec un grand studio, Calgary devra concurrencer d'autres grandes villes canadiennes comme Vancouver, Toronto et Montréal. Le commissaire du Bureau du cinéma de la métropole québécoise, Daniel Bissonnette, ajoute qu'au moins une quarantaine d'États américains offrent des mesures fiscales incitatives. La concurrence vient aussi d'une trentaine de pays, ajoute-t-il. « Je pense qu'il n'y a plus personne qu'on peut dire qu'il l'a facile dans le sens d'avoir un volume de production », mentionne M. Bissonnette. Les films Brokeback Mountain et The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford sont parmi les grandes productions hollywoodiennes à avoir été tournées dans la région de Calgary au cours des dernières années. http://www.radio-canada.ca/regions/alberta/2008/07/26/001-studio-Calgary.shtml?ref=rss
  14. Que pensez vous de ce pont à enroulement ?Situé sur les rives du Paddington Bassin à Londre, le fonctionnement de ce petit pont piétonnier est très particulier. Conçu par la firme londonnienne Heatherwick studio, la structure du pont s'enroule sur elle-même afin de laisser libre le passage aux bateaux qui empruntent le canal. védios illustrant le mécanisme de fonctionnement du pont http://www.heatherwick.com/index.php?option=com_content&task=view&id=19&Itemid=48&limit=1&limitstart=1
  15. A future world-class animation hub creating 500 jobs by 2020 http://www.newswire.ca/news-releases/cinesite-opens-major-animation-studio-in-montreal-canada---a-future-world-class-animation-hub-creating-500-jobs-by-2020-568037871.html MONTRÉAL, Feb. 8, 2016 /CNW Telbec/ - Cinesite has chosen Montréal, Québec, to make its investment in a new state of the art animation studio with the intention of getting nine feature animated films into production over the next five years. This was announced today by Antony Hunt, CEO of the Cinesite Group, and the Premier of Québec, Philippe Couillard at the opening of the new 54,000 sq ft Animation Studio in downtown Montréal. The new facility will have the capacity to employ 500 permanent staff to work on animated films by 2020.
  16. pendant que des membres sont maître de la mauvaise nouvelle. D'autre comme moi préfère voir du positif. a lire l'article suivant c'est 220 nouveaux emplois dans les nouvelles technologies qu'on a presque pas eu à cause du Premier Ministre Couillon (L'effet PLQ) source: http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201407/28/01-4787178-technicolor-va-creer-220-nouveaux-emplois-a-montreal.php La Presse (PARIS) Technicolor agrandira considérablement son studio d'effets visuels à Montréal qui deviendra de loin le plus important du Québec, a appris La Presse. D'ici six mois, le studio montréalais d'effets visuels de sa filiale, Moving Picture Company (MPC), passera de 300 à 520 employés, selon des sources proches du dossier. La multinationale française, qui a déjà un studio de 300 employés à Montréal inauguré l'automne dernier, réfléchissait depuis quelques semaines à la ville où aurait lieu la prochaine phase d'expansion de sa filiale d'effets visuels. La réduction du crédit d'impôt québécois de 45% à 36% par le gouvernement Couillard a quelque peu compliqué sa réflexion. L'entreprise, qui a deux autres studios d'effets visuels au Canada (à Vancouver et Toronto), a finalement décidé d'opter pour Montréal, a confirmé un porte-parole à La Presse. D'ici six mois, Technicolor/MPC aura ainsi un studio de 520 employés en effets visuels à Montréal. Il s'agira de loin du plus important studio en effets visuels du Québec. À titre de comparaison, Framestore Montréal, le deuxième studio à Montréal en termes d'effectifs, compte un peu plus de 200 employés actuellement. Outre les projets déjà annoncés l'an dernier (Into the Woods et Cindellera de Disney), les employés de Technicolor/MPC Montréal travailleront sur trois nouveaux projets: Pan, un film sur Peter Pan du studio Warner avec Hugh Jackman et Rooney Mara, le prochain film des Fantastic Four du studio 20th Century Fox avec Kate Mara et Jamie Bell, ainsi que Terminator: Genesis, un film du studio Paramount avec Arnold Schwarzenegger. Les trois films devraient sortir à l'été 2015. Technicolor/MPC a décidé de faire sa nouvelle phase d'expansion à Montréal malgré la décision du gouvernement Couillard de diminuer le crédit d'impôt en effets visuels de 45% à 36%. L'Ontario offre un crédit d'impôt de 45%, la Colombie-Britannique, de 39%. Le sort du crédit d'impôt sera examiné l'automne prochain par la Commission d'examen sur la fiscalité créée par le gouvernement du Québec et présidée par le professeur de fiscalité de l'Université de Sherbrooke, Luc Godbout. Aucune garantie du gouvernement Selon des sources, Technicolor, qui a rencontré les ministres Jacques Daoust (Économie) et Hélène David (Culture) avant de prendre sa décision, a décidé de courir le risque de faire sa prochaine phase d'expansion au Québec malgré la baisse récente du taux du crédit d'impôt, notamment parce que ce crédit restait tout de même intéressant et que la main-d'oeuvre montréalaise était qualifiée. Technicolor devait aussi prendre une décision d'ici la fin de l'été afin de commencer ces trois nouveaux projets à temps pour leur sortie en salle. L'entreprise n'a obtenu aucune garantie du gouvernement à savoir si le crédit d'impôt allait rester à 36% ou revenir à 45% comme auparavant, selon des sources près du dossier. Le sort du taux du crédit d'impôt pourrait toutefois peser plus lourd sur les prochaines phases d'expansion de Technicolor. La multinationale française, qui aimerait continuer à créer des emplois en effets visuels à l'échelle mondiale, a l'intention de faire valoir son point de vue devant la Commission d'examen de la fiscalité québécoise. En entrevue à La Presse plus tôt ce mois-ci, le directeur général du Groupe Technicolor, Frédéric Rose, avait indiqué que «le gouvernement [du Québec] est libre de ses choix budgétaires. Sur le fond, je reste confiant dans le bon sens québécois. Il est important de continuer à développer l'industrie». En passant de 300 à 520 employés d'ici 6 mois, Technicolor/MPC Montréal agrandira ses bureaux actuels rue Wellington, dans le Vieux-Montréal. L'entreprise devrait aussi fonder un centre de formation pouvant accueillir 50 diplômés en animation 3D par année. Ceux-ci suivront des cours intensifs rémunérés, puis feront un stage au sein de l'entreprise.
  17. Une firme de design new-yorkaise propose de doter l’Île Sainte-Hélène d’un deuxième dôme conçu comme l’ancien pavillon des États-Unis au cours de l’Expo 67. Selon le magazine de design et d'architecture Dezeen, la firme new-yorkaise Studio Dror aimerait construire une autre sphère géodésique à côté de la Biosphère actuelle, l’ancien pavillon des États-Unis. Ce pavillon avait été conçu à l’époque par l’architecte Richard Buckminster Fuller. Depuis 1990, le dôme est devenu un musée consacré à l’environnement. Le fondateur de Studio Dror, Dror Bensherit, a expliqué son projet au magazine Dezeen: «Comme le ferait le soleil et la lune, notre concept se présente comme une danse poétique avec le design de Fuller. Pour exploiter le potentiel du Parc dans un contexte contemporain.» Cette nouvelle structure, jumelle à celle de l’ancienne Biosphère, en adopterait les mêmes dimensions: 76 mètres de diamètre pour une hauteur de 62 mètres. Toutefois, la nouvelle version des Studio Dror serait construite avec un auvent aménagé à partir du haut de la structure. Ce qui permettrait de créer une zone partiellement abritée autour de sa base. Ses treillis en aluminium seraient aussi conçus pour permettre à la végétation d’y pousser afin de mieux intégrer la structure au décor environnant et d’insonoriser partiellement les lieux. Si le projet des Studio Dror se concrétise, la construction de ce deuxième dôme coïnciderait avec le 50e anniversaire d’Expo 67 l’an prochain. http://www.journaldemontreal.com/2016/04/26/un-nouveau-dome-sur-lile-sainte-helene
  18. Effets visuels: MPC et BUF s'installeront à Montréal Montréal continue d'avoir la cote auprès des entreprises européennes d'effets spéciaux: après Framestore, c'est au tour de Moving Picture Company (MPC) et de BUF de s'installer prochainement à Montréal, a appris La Presse Affaires. MPC et BUF ont toutes deux travaillé sur les effets spéciaux du film Life of Pi, qui a remporté dimanche l'Oscar des meilleurs effets spéciaux. Selon nos informations, MPC a l'intention de déployer une équipe d'une cinquantaine de personnes pour faire une partie des effets visuels de X-Men: Days of Future Past, un film mettant en vedette l'actrice oscarisée Jennifer Lawrence qui sera tourné à Montréal l'été prochain. Le mandat de la nouvelle équipe montréalaise de MPC sur X-Men devrait commencer l'été prochain et se terminer l'automne. Si l'expérience est concluante, MPC pourrait ensuite installer un studio permanent à Montréal. MPC n'a pas commenté hier les informations de La Presse Affaires sur son arrivée éventuelle à Montréal. L'entreprise française BUF a aussi choisi Montréal comme lieu de son expansion canadienne, mais les détails de son arrivée à Montréal resteraient à finaliser. Fondée en 1984, BUF a des bureaux à Paris, en Belgique et à Los Angeles. Selon nos informations, autant BUF que MPC sont présentement à évaluer la taille de leur futur studio québécois, notamment en considérant la pénurie de main-d'oeuvre déjà existante à Montréal. Après Framestore et Mikros MPC et BUF suivront les traces d'autres boîtes européennes qui ont pignon sur rue à Montréal. Ces jours-ci, l'entreprise britannique Framestore inaugure son loft du Mile End alors qu'une trentaine d'employés commenceront à travailler sur le prochain Robocop. Au début de 2014, Framestore aura 200 employés à Montréal. L'arrivée de Framestore a été annoncée en grande pompe le mois dernier par la première ministre du Québec Pauline Marois au cours d'un voyage en Grande-Bretagne. Une autre entreprise européenne, la française Mikros image, s'est installée plus discrètement à Montréal en 2011, faisant notamment la moitié des effets visuels du film Astérix et Obélix: Au service de Sa Majesté. Pour remplir ses prochains mandats, le studio compte passer de 30 à 180 employés l'été prochain. «Nous avions des clients en France qui souhaitaient travailler au Canada à cause des crédits d'impôt, dit Pascal Laurent, directeur du studio. Nous nous sommes aperçus qu'il y a beaucoup de talent à Montréal, et nous pouvons faire le pont entre les États-Unis et le siège social en France.» Grâce aux crédits d'impôt Selon Éric Julien, associé en fiscalité à la firme Raymond Chabot Grant Thornton, d'autres entreprises européennes d'effets spéciaux sont aussi tentées par l'aventure montréalaise, notamment en raison du crédit d'impôt remboursable de 45% du Québec (53,3% en combinant le crédit d'impôt fédéral). La firme comptable a organisé récemment une rencontre à Londres avec une douzaine d'entre elles. «Elles pensent beaucoup à venir à Montréal, dit Éric Julien. Ce n'est pas le climat ni la beauté de la ville qui les attirent ici, c'est le crédit d'impôt, l'un des plus avantageux au monde. Et pour les Européens, Montréal est plus près que Toronto ou Vancouver. Le coût de la vie est plus avantageux à Montréal qu'à Toronto et surtout qu'à Vancouver.» L'industrie québécoise des effets visuels destinés au cinéma et à la télé compte environ un millier d'emplois. Les entreprises existantes craignent que l'arrivée de studios européens aggrave la pénurie de main-d'oeuvre. «Nous avons une stratégie pour en atténuer les effets. Nous avons réduit les délais d'octroi des visas de travail (de cinq mois à trois semaines) et nous travaillons en collaboration avec les écoles pour accélérer les programmes de formation afin que les étudiants arrivent plus rapidement sur le marché du travail», dit Hans Fraikin, commissaire du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec, qui prévient les boîtes étrangères que le débauchage d'employés dans les boîtes existantes est «très mal venu». ----------------- Portrait des deux entreprises Moving Picture Company > Fondée en 1970, achetée en 2002 par la française Technicolor > 1000 employés dans le monde > Bureau principal à Londres, autres bureaux à Los Angeles, New York, Bangladore (Inde) et Vancouver > Films: Man of Steel, Life of Pi, Skyfall, Sherlock Homes: A Game of Shadows BUF > Fondée en 1984 > Bureau principal à Paris, autres bureaux en Belgique et à Los Angeles > Films: Life of Pi, Avatar, The Dark Knight, Thor, Astérix aux Jeux olympiques http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201302/28/01-4626239-effets-visuels-mpc-et-buf-sinstalleront-a-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_boitePourAccueilCbp_10209_accueil_POS1
  19. http://www.newswire.ca/fr/story/1417426/atomic-fiction-s-implante-dans-le-grand-montreal
  20. http://journalmetro.com/actualites/montreal/966622/une-premiere-arcade-de-realite-virtuelle-bientot-a-montreal/ 24/05/2016 Mise à jour : 24 mai 2016 | 3:42 Une première arcade de réalité virtuelle bientôt à Montréal Par Mathias Marchal Métro Montréal pourrait disposer dès cet été de la première arcade de réalité virtuelle en déplacement libre au Canada. C’est ce dont rêve Yan Cyr, directeur du studio Beam Me Up, situé au Technohub, dans l’arrondissement de Saint-Laurent. «À ma connaissance, on est les seuls à concevoir des salles de réalité virtuelle où tu peux te déplacer librement sans être relié à un fil. Donc, ça améliore grandement l’expérience», affirme M. Cyr. Le studio, qui développe cette technologie depuis près de trois ans, travaille avec des spécialistes du jeu vidéo pour créer des expériences immersives en 3D, mais aussi avec des ingénieurs spécialistes des objets connectés. Un collaborateur d’Exium Réalité est aussi en train de mettre au point un gant tactile qui permettra d’ajouter le sens du toucher à l’expérience de réalité virtuelle ou augmentée de Beam Me Up. Si l’arcade dont rêve Beam Me Up ne dispose pas de millions en budget, comme aux États-Unis ou en Australie, son directeur pense qu’il a de quoi en intéresser plusieurs. «Avec toutes les expériences virtuelles qu’on a créées pour tester notre technologie, on pourrait imaginer un parcours dans les locaux du studio. Il y aurait le couloir de la peur, où on serait poursuivi par des gargouilles. On aboutirait ensuite dans l’Holodec actuel [une pièce munie de capteurs], où on jouerait une partie d’échecs à saveur Harry Potter, pour finalement aboutir dans la salle principale, où il faudrait piloter un avion en évitant les obstacles ou survivre à une attaque d’extra-terrestres», illustre l’ancien cofondateur d’Enzym Lab, une entreprise spécialisée dans les tests de jeux vidéo. Video Player Mais la réalité virtuelle va bien au-delà du jeu vidéo. Le studio montréalais développe des projets immersifs avec deux musées montréalais et collabore avec l’arrondissement dans le cadre de la réfection du parc à la sortie de la station de métro Côte-Vertu. «La visualisation du futur parc ou de tout autre projet d’urbanisme peut se faire dans nos salles immersives; ça aide les décideurs publics à voir l’impact des différentes options de réaménagement qui s’offrent à eux afin qu’ils prennent les meilleures décisions», soutient Yan Cyr. L’autre gros marché qui s’ouvre au studio est celui des projets immobiliers. «Avec la réalité virtuelle en déplacement libre, tu peux entrer dans les plans 3D de ton futur appartement avant même qu’il ne soit construit. C’est quand même mieux que de le voir sur une maquette en carton», lance Yan Cyr. Effectivement, en se baladant virtuellement sur la terrasse d’un immeuble, on s’est accidentellement retrouvé sur la corniche au-dessus du vide. Et même si les images sont faites par ordinateur, on était littéralement pétrifié. Il a fallu plusieurs secondes avant qu’on arrive à mettre un pied de côté pour sortir de cette fâcheuse posture. La réalité virtuelle, c’est assez puissant. Pas étonnant alors que la technologie serve à traiter les soldats victimes de stress post-traumatiques, les joueurs compulsifs ou les victimes de phobies. C’est aussi une voie qu’explore Beam Me Up, qui a obtenu une bourse fédérale pour s’assurer la collaboration de six chercheurs en neurosciences et en intelligence artificielle. Pendant deux ans, ils étudieront les données cérébrales des utilisateurs de réalité virtuelle pour optimiser l’expérience. Où les rencontrer? Dans le cadre des activités du Printemps numérique, le studio sera présent : Au marché de la réalité virtuelle de Montréal, le 1er juin Au symposium iX, le 3 juin à la SAT Au festival Eureka, dans le Vieux-Port, du 10 au 12 juin La stratup américaine The VOID VR travaille elle aussi avec Sony Pictures sur la création de centres d’amusement de réalité virtuelle particulièrement élaborés, si l’on se fie à cette vidéo. À Melbourne, en Australie, une telle salle existe déjà, créée par Zero Latency VR
  21. Du Globe and Mail In Montreal, delicate design gestures help us forget the big scandals By day and by night, there are adults flying through the air at Montreal’s Quartier des Spectacles on oversize, colourful swings. Streams of cyclists whip by on dedicated bike paths. Warmed by the spring sunshine, students and gallerygoers lounge on the steps at Place des Arts, where the joys of museum, opera and symphony are recognized with fortissimo. It would seem that everything is just as it should be in Montreal, where bonhomie thrives and an art has been made of small-scale urban architecture. In the leafy neighbourhood of Saint-Louis, where many artists have made their homes, the ghost of architect Luc Laporte lives on. From an 1880s commercial building on Rue St. Denis, he punched a generous, rounded arch through the masonry to connect his instant landmark bistro directly to the street; rather than depending on loud signage, he preferred to emphasize the building as sign. L’Express is a classic, with a heated, black-and-white tiled front terrace, still beloved – still packed – 33 years after he designed it. But the sweetness of the small architectural intervention is sadly being offset these days by the weight of large public works gone wrong. The corruption charges levelled against Montreal politicians have contaminated the reputation of the venerable metropolis. Last October, the city froze all non-essential public-works projects following widespread allegations of impropriety. With more arrests being made and former mayor Gérald Tremblay now ousted from office, it’s as if a slick of toxic oil is creeping along the streets, darkening the large civic projects touched by city builders and the SNC-Lavalin engineering firm. The Montreal-based global entity had its tentacles in many of the big public-sector works in the city, including the Maison Symphonique, with its handsome wood-lined concert hall but bargain-basement public lobbies; the shiny new planetarium on the eastern edge of the city; and the still-incomplete McGill University Health Centre hospital, a massive behemoth, estimated to cost $2.35-billion, and as ugly as its multilevel parking garage. It’s impossible to travel through these facilities without contemplating what troubling scenarios might have gone on. For now, then, it’s the modest, meaningful works of architecture and joyous pop-up landscapes that are left standing with integrity fully intact. Like the fans of L’Express, Montrealers are right to turn to them as places that citizens can depend on. In the open, and often under the open sky, is where the healing can begin. When, during last weekend’s Portes Ouvertes, I walked the city’s streets touring dozens of young architecture firms and funky design studios in former textile warehouses, the joy of their public-space work was intoxicating. Wanted, a two-person landscape-architecture firm, finds its motivation in the power of design to effect social change – or simply to contribute more urban comfort and delight. Last summer on Victoria Street, next to the McCord Museum of Canadian History, Paula Meijerink and Thierry Beaudoin installed an urban forest of cushy carpets of purple turf, artificial palm pavilions and curvey benches. People lounged with friends; couples posed among the outlandish neon set piece for their wedding pictures. This month, alongside the McCord, Wanted installs a temporary urban forest – ash trees with their root balls in massive sacks. Further east at Quartier des Spectacles, the colourful swings, suspended from white steel box frames, have been custom-designed by a six-person studio called Daily tous les jours. Back by popular demand for a third summer, 21 Balançoires (check out the video at vimeo.com/40980676), notes studio principal Mouna Andraos, comes complete with a musical score: The more people swing, the more intricate the melody becomes. The studio has also produced massive sing-a-longs at fairgrounds outside of Minneapolis-Saint Paul and Dallas, offering large microphones and Auto-Tune to evoke decent collective sound. An installation of projections and sound that they hope will inspire audiences to move like the stars or the Earth is being prepared by Daily tous les jours for the $48-million planetarium. The planetarium’s design features rounded, wood-clad cinemas that push out on the upper levels as aluminum-clad cononical shapes between slanted green roofs. Designed by the city’s competition-winning Cardin Ramirez Julien & Aedifica, with, among other consultants, SNC-Lavalin, the three-level building will help anchor the Olympic grounds. “It’s definitely a shame, the huge problem the city has,” says Andraos, referring to the corruption scandals. “We’re hoping that some of the projects that we do can create exchanges for people in public spaces, and spark a sense of ownership.” In the Plateau district, a group of us – including journalists from international design media; Marie-Josée Lacroix, director of Montreal’s Bureau du design; and Élaine Ayotte, a member of the city’s newly formed executive committee responsible for culture and design – are led on a tour that begins by paying design homage to Laporte, who died in 2012. Heritage advisor Nancy Dunton leads our group to a stunning row of grey limestone townhouses fronting onto genteel Saint-Louis Square. Distinctive black steel railings and simple stone stairs on the Victorian exteriors are the work of Laporte, a man variously described as a bon vivant and a curmudgeon, who was often given commissions by local residents who knew him well. We file into Laporte’s still-functioning live-work studio: At the front, an efficient bar/kitchen – designed with the rigour of a boat’s cabin, complete with built-in cabinets and espresso-maker – sits alongside a work table with shelves lined with historic architecture books. An old photo of the staff at L’Express is propped on the white tile floor. Toward the back of the long, narrow space, Laporte had renovated a horse stable to become his studio, and, past delicate glass doors, a small terrace where vines grow up a brick wall. It was from here that he designed many of Montreal’s most enduring bars and restos, including the elegant Laloux (1980) with its seamless black-steel front entrance and cream-coloured walls of black-framed mirrors; and the high-end housewares boutique Arthur Quentin (1975) with walls and ceiling lined and strapped in plywood. Human-scaled and warm to the touch, these are the places that never stop giving back. They continue to amuse and endure in ways very different from those who choose to become their city‘s laughing stock.
  22. La Cité du cinéma prend de l'expansion. (Montréal) Les studios Mel's pourraient bientôt accueillir davantage de blockbusters hollywoodiens. Leur propriétaire, Vision Globale, a conclu une entente avec la Ville de Montréal pour acheter un terrain de 260 000 pi2 voisin de ses studios actuels dans le Technoparc et y construire de nouveaux studios de tournage. Vision Globale, qui a payé 362 536$ pour ce terrain vacant de 258 954 pi2 près de l'autoroute Bonaventure en bordure du centre-ville de Montréal, investira au moins 10 millions pour y construire des studios de tournage. Les studios Mel's/La Cité du cinéma comptent déjà 18 studios de tournage sur quatre sites dans la région de Montréal. Il n'y a toutefois qu'un seul studio (celui de 36 500 pi2) qui peut accueillir un film américain à grand déploiement. À titre d'exemple, ce studio héberge actuellement l'équipe de X-Men: Days of Future Past, un film mettant en vedette Hugh Jackman, Jennifer Lawrence et Ellen Page. À l'été 2011, Montréal avait perdu trois blockbusters américains en raison de son manque de studios de très grande taille. La construction de nouveaux studios réglera-t-elle le problème? Difficile à dire pour l'instant puisque la Cité du cinéma n'a pas décidé si elle allait bâtir un autre studio d'environ 35 000 pi2 sur son nouveau terrain. «Ce n'est pas encore décidé. Nous travaillons sur plusieurs maquettes, à savoir si nous allons construire un grand studio ou plusieurs petits studios», dit Michel Trudel, président de la division studios et équipement de Vision Globale. L'entreprise Vision Globale, propriété de l'actionnaire majoritaire Mathieu Lefebvre, a acheté les studios Mel's et sa filiale Locations Michel Trudel en décembre dernier. Un monopole renforcé Le gouvernement du Québec s'est déjà inquiété du fait que seule la Cité du cinéma possède des studios assez grands pour intéresser les producteurs d'Hollywood. Dans un rapport remis au gouvernement en juin 2012, le président de la SODEC, François Macerola, a conclu que l'offre aux producteurs est suffisante mais qu'elle peut avoir des désavantages. «Cette offre est en situation de quasi-monopole qui a parfois des effets négatifs sur l'industrie du cinéma et de la télévision du Québec et ses artisans, et auprès des majors américains qui exigent normalement de baser leurs décisions sur un processus d'appel d'offres», a-t-il écrit. Les films Source Code, The Aviator, The Day After Tomorrow, The Curious Case of Benjamin Button et White House Down, notamment, ont été tournés à la Cité du cinéma. La vente du terrain vacant dans le Technoparc a été approuvée mercredi dernier par le comité exécutif de la Ville de Montréal. Avant d'être officialisée, la transaction doit être approuvée par le conseil municipal de la Ville de Montréal le 17 juin. Selon le sommaire décisionnel de la Ville, Vision Globale peut construire sur 80% de l'espace du terrain, le reste étant utilisable uniquement à des fins de stationnement. Vision Globale s'est engagée à décontaminer le terrain et à commencer la construction de ses nouveaux studios d'ici deux ans, sous peine d'une pénalité de 1500$ par jour de retard. «Il faut attendre qu'il y ait moins de tournages pour commencer les travaux, car nous ne pouvons pas construire en même temps qu'un tournage à cause du bruit, dit Michel Trudel. Avec tous les tournages que nous amenons de Los Angeles, il faudra attendre un peu. Sinon, nous pourrions construire la nuit.» La Ville de Montréal estime cette transaction «profitable» car les nouveaux studios permettront «d'accroître la vitrine cinématographique de Montréal» et de décontaminer le terrain ayant servi de site d'enfouissement pendant 140 ans. Le prix de vente minimal du terrain de 24 057 m2 sera de 15,07$ par mètre carré. La Cité du cinéma discutait avec la Ville depuis environ deux ans pour acheter ce terrain, qu'elle a déjà loué pour y installer de l'équipement. http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201306/07/01-4658719-la-cite-du-cinema-prend-de-lexpansion.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS4
  23. Bonjour, Ces derniers jours, j'ai visité plusieurs projets de condominium. Les systèmes de chauffages offerts dans ces condos sont toujours les mêmes: les bonnes vieilles plinthes électriques situés au bas du mur pour bien assécher l'air. J'aimerais bien voir une certaine évolution de ce coté. Je pense surtout à la géothermie. Je ne vois que des avantages à cette source d'énergie, spécialement bien adaptée pour notre climat et pour les superficies supérieures à 2500 pieds carrés. Lorsque cette dernière condition est remplie, on rentabilise l'équipement rapidement. La chaleur et fraicheur du sol est puisé gratuitement. C'est rempli de bon sens. À date, je répertorie seulement 3 projets de condos à Montréal offrant la géothermie. Square Benny Promoteur: Développements McGill http://www.devmcgill.com/projets/square-benny.html Maison Productive House Promoteur: Produktif Studio de Design http://maisonproductive.com/fr Les Jardins de Westmount Promoteur: Roland Hakim et associés http://www.jardinswestmount.ca/Default.asp?Key=1&L=2 Pourquoi aussi peu promoteurs immobiliers offrent une telle technologie dans leurs projets de condominiums? En connaissez-vous les raisons? Si vous connaissez d'autres projet de condominiums avec géothermie, SVP partagez l'information. Merci!