rnr_ss

Member
  • Content Count

    522
  • Joined

  • Last visited

  • URB$

    7,048 [ Donate ]

Community Reputation

237 Excellent

About rnr_ss

  • Rank
    Senior Member

Personal Information

  • Biography
    allo
  • Location
    Sherbrooke
  • Interests
    urbanisme
  • Occupation
    fabulous

Member profile

  • Type of dwelling
    Multiplexe / multiplex

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. rnr_ss

    MTLURB meme :-)

    Bump, j'aime bien ce thread
  2. Je propose de déplacer ses projets dans la section complété. https://mtlurb.com/topic/12238-tour-des-canadiens-2-51-etages/page/397/#comments https://mtlurb.com/topic/11363-îlot-balmoral-onf-13-etages/page/127/#comments https://mtlurb.com/topic/526-nouvelle-maison-radio-canada-8-etages/page/100/#comments
  3. C'est écrit l'Héritage sur la bâtisse arrière, surement un futur projet lorsque le réaménagement de la rue des grandes fourches sera complèté. Stu moi ou ils se construit juste des boîtes de brique rouge-cheap avec des sections noir partout dans la ville ? Ça ferait vraiment du bien de changer de style..
  4. 25 novembre 2019 Projet Well sud : Le stationnement étagé est fermé, la démolition est commencée dans l'ancien hôtel Wellington et l'ancien bar de danseuse. Il a probablement de la décontamination d'amiante, les gars portent des combinaisons de protection et sortent des matériaux dans des sacs scellés. L'agrandissement des bureaux CGI acheve.
  5. Ils vont surement commencer a l'installer dans pas longtemps.
  6. Normalement quand qu'une demande une dérogation est fait, il doit y avoir tous les plans/rendus qui montre exactement en quoi le projet déroge à la réglementation. Pour que le CCU (comité consultatif d'urbanisme) ait une bonne idée de l'impacte de la demande. Donc oui, les plans doivent être finaux. Le CCU fait un recommandation favorable ou pas, c'est le conseil municipal qui en bout de ligne décide si elle est acceptée. En bref, quand on demande une dérogation c'est la dernière étape avant de pouvoir émettre le permis, les plans sont étudiés et pré-acceptés par le fonctionnaire qui émet le permis afin d'éviter de faire une dérogation sur un construction qui aurait d'autres aspects techniques qui ne sont pas conforme. Une dérogation n'est pas éternelle, après un certain temps elle devient caduc si le projet n'est pas construit. Il faut alors refaire tout le processus.
  7. Je n'es pas été capable de mettre directement le vidéo ici, mais si vous clicker sur le liens vous aller pouvoir la regarder. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1400842/emission-speciale-gerald-fillion-montreal-marche-maison-condo Émission spéciale : la fièvre de l'immobilier Publié à 20 h 26 L'équipe de RDI économie vous propose une émission spéciale sur la surchauffe immobilière. Celle que vit Montréal sera-t-elle aussi grave que celle qui a fait exploser le coût des maisons et du logement à Vancouver et Toronto? Voilà seulement une des nombreuses questions à laquelle on tente de répondre ici. Pour ce faire, Gérald Fillion s’entretient avec cinq spécialistes : Francis Cortellino, économiste en immobilier à la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), Sébastien Lord, professeur agrégé à la Faculté de l’aménagement de l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, Isabelle Naud, courtière immobilière chez RE/MAX AMBIANCE, Denis Doucet, directeur de la formation chez Multi-Prêts Hypothèques, et la notaire Yasmine Bensalem. On se demande notamment si la surchauffe immobilière pourrait compromettre l’accès à la propriété à Montréal, ou encore quels critères devraient guider notre choix entre la banlieue et la ville. On aborde aussi la façon de vendre et d'acheter une propriété ainsi que tous les aspects reliés à l’hypothèque. Bon visionnement!
  8. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1398309/grues-toronto-boom-construction-john-tory-immobilier?fbclid=IwAR1VZ_9lvkq7eX3EoUdTQyl1KqBXxqJHT25WEh6Z5Ewz84aXADfDE18lsNQ Philippe de Montigny Publié hier à 17 h 06 Les grues et les chantiers de construction sont devenus une partie intégrante du paysage de la Ville Reine. Pourtant, il est toujours difficile de combler la forte demande du marché immobilier. La Ville recense plus de 200 gratte-ciels et tours à condos présentement en construction, dont 16 qui compteront plus de 50 étages. Même une filiale de Google veut s’implanter et construire des édifices à logements dans un nouveau quartier intelligent, au bord du lac Ontario. En deux ans seulement, le nombre de grues dans la Ville Reine est passé de 72 en mai 2017 à 120 en mai 2019, selon le plus récent rapport de la firme de consultants Rider Levett Bucknall (RLBRider Levett Bucknall), qui travaille auprès de promoteurs immobiliers à l’échelle mondiale. Toronto compte d’ailleurs plus de grues que les trois plus grandes villes américaines combinées. Selon l'indice des grues RLBRider Levett Bucknall, il y en a 27 à New York, 49 à Los Angeles et 27 à Chicago. Selon le rapport, les projets à usage mixte et résidentiels, surtout à l’extérieur du centre-ville, constituent la grande majorité des chantiers de construction. C'est une occasion pour nous. Ça représente beaucoup d’emplois et c'est un signe de confiance dans notre pays et notre ville aussi, ajoute le maire de Toronto. En tout, 246 grues surplombent la grande région de Toronto, telle que définie par RLB, ce qui inclut la banlieue, ainsi que les villes de Barrie et Hamilton. Ce chiffre devrait augmenter encore davantage avec d’importants projets d’infrastructure et de transport en commun qui s’amorcent. Pourquoi tous ces projets? En gros, la population grimpe très rapidement. L’architecte et urbaniste, Éric Turcotte, souligne qu’entre 125 000 et 135 000 nouveaux habitants s’ajoutent dans la grande région de Toronto, chaque année. L’afflux de jeunes Canadiens des autres provinces ou de régions rurales, mais surtout de nouveaux arrivants venus de l’étranger, fait exploser la demande du marché immobilier et provoque une flambée des prix. Pour un appartement d'une chambre, le loyer moyen est de 2350 $, selon le site Padmapper. Le prix de vente moyen d’une maison unifamiliale était de 1,05 million de dollars, le mois dernier, selon la chambre immobilière de Toronto. Pour un condo, les acheteurs devaient débourser en moyenne 617 410 $, une augmentation de 9,6 % par rapport à octobre 2018. Une taxe sur les logements inoccupés réclamée à Toronto Malgré tous ces nouveaux bâtiments, il est toujours difficile de combler la forte demande. La présence de spéculateurs n'aide pas. Certains achètent des propriétés sans jamais y mettre les pieds, souligne David Hulchanski, professeur et chercheur à l’Université de Toronto. L'expert en logement souhaite que la Ville s'attaque à la spéculation immobilière comme en Colombie-Britannique, où une taxe sur les logements inoccupés semble porter ses fruits. Le problème prend de l'ampleur. Beaucoup de condos ne servent pas au logement, mais plutôt comme investissement, et ils sont vacants, affirme M. Hulchanski. En juillet 2017, le conseil municipal de Toronto avait demandé à ses fonctionnaires d’évaluer la possibilité d’imposer une telle taxe. Mais le dossier n’a pas avancé, faute de suivi, explique la conseillère Ana Bailão. La Ville ne peut pas se permettre d’avoir des milliers de logements laissés vacants. Que ce soit 2000 ou 5000, il faut les remettre sur le marché au plus vite. Ana Bailao, conseillère municipale à Toronto Jeudi dernier, le conseil exécutif de Toronto a demandé au directeur municipal et au directeur financier de lui fournir une mise à jour dans ce dossier, tout en révisant l’approche adoptée à Vancouver. Il faut mettre de la pression, ajoute la conseillère.
  9. https://archpaper.com/2019/11/mu-architecture-pekuliari/?fbclid=IwAR0G9vWsZBqBKG0UnHgZZ278SNvi170jaQ6SHt8Uu6X_abTzsB4buyglOlE Montreal-based MU Architecture has unveiled its design for a “paleo-futuristic” tower set in the middle of a Canadian forest. Hovering 670 feet above the hilly landscape of western Quebec, PEKULIARI toes the line between looking like a relic from the past—totemic—and embodying the architecture of the near future. The seven-year-old firm, which is mainly known for its sculptural, high-end residential projects, envisioned the organically-shaped skyscraper for the Outaouais region, just north of the Ottawa River, as a luxury development that connects people directly with nature. In an email conversation with AN, MU Architecture founders Jean-Sébasten Herr and Charles Côté said they first visited the 15,000,000-square-foot site this summer. “[It] totally impregnated us with the immensity and strength of the forest,” they said. “The site literally inspired the stacking; it was the only relevant solution for the project. As if the structure had always been there and nature, in time, only took back its place.” According to the architects, PEKULIARI is an indulgent nature retreat far away from the stressors of urban life and the concept is meant to both immerse guests in the wild while providing them with high-end comforts. For example, its podium, meant to resemble a large pile of rocks, will eventually invite guests into a three-story lobby where they can access a concierge to equip them with food and gear for venturing out into the forest. The rest of the 48-story structure, created using parametric design software, will house 50 luxury units, conference rooms for business and entertainment, a cigar lounge and bar, and a rooftop pool, gym, and spa—all packed within the exoskeletal-like frame that holds up its crystalline facade. It’s an extravagant development, no doubt, and will span 326,000 square feet of space total. However, the building isn’t meant to take away from the land, said Herr and Côté. They noted the land surrounding the structure will become a Private Natural Reserve, making the property owners in charge of protecting the local wildlife (although the construction of the tower itself may likely displace or disrupt the forest’s natural rhythm). Intentionally or not, the project invites comparisons to the Danish Bestseller Tower, which will place a supertall skyscraper in the middle of a pastoral town. From the outside, the tower will take on an earthy feel, blending into the forested region. The cellular exterior panels will be multi-toned in order to enhance the reflections from the sun. From the inside, the boreal landscape is nearly unobstructed by the building’s presence; several cutouts in the facade allow for panoramic views. Other features include an underground parking garage with a “bat cave-type hidden entrance in the woods,” according to the architects, and a massive wine cellar and indoor shooting range. In an interview last month with La Press, Herr and Côté said they like a “touch of strangeness and mystery” about their projects. The element of surprise becomes a key part of their designs—hence why PEKULIARI emerges from the middle of nowhere. As the only non-urban structure among their current tower projects, (the other two are located in downtown Montreal), the building supposedly represents the studio’s aim to “overcome the near-impossible.” “The possibility of designing a unique skyscraper in the middle of the forest follows MU Architecture’s philosophy to design outstanding architecture that moves people and creates unlived experiences, ” said Herr. https://architecture-mu.com/?project=pekuliari
  10. L'excavation de ce projet est avancée. https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/un-projet-pour-les-aines-coin-king-et-20e-avenue-045621cf25a2bb4bf977816eb052ca0f
  11. Dans le document on voit que l'ancien Hotel Wellington est Squatté depuis longtemps.
  12. J'me disais la même chose... avec moins de briques roses