Search the Community

Showing results for tags 'canal'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 50 results

  1. Une photo dont je n'avais pas vu avant, qui montre la Coopérative Tiohtiake - on devrait peut-être avoir un fils pour cet immeuble? [ATTACH=CONFIG]14166[/ATTACH] La Coopérative Tiohtiake, construite en même temps que le complexe Le Canal, se trouve à l’arrière, à l’extrême droite, rue des Seigneurs. Source: Griffintown: l'embarras du choix
  2. Nom: Les Bassins, Quai 3 Signature Hauteur: 8 étages Coût du projet: Promoteur: Prével / Rachel-Julien Architecte: Goupe IBI|CHBA et Menkès Shooner Dagenais Letourneux Partenaires : Fonds immobilier de solidarité FTQ / Claridge Nombre d'unités : 63 Superficie des unités : 900 à 1900 pi² Nombre de chambres : 2 ou 3 Prix des unités : de 390 000 $ à 950 000 $ + tx (prix au lancement) Prix moyen : 450 $/pi² Stationnement : 37 500 $ + tx Frais de condo : 0,30 $ le pi²/mois (incluant eau chaude) Frais pour le stationnement : 50 $/mois Lancement du projet : samedi 12 avril à midi Début de construction : Fin de construction : Automne 2016/Hiver 2017 Autre détails : Ascenseurs semi-privés déservant 2 unités par étage Maisons de ville au rez-de-chaussée avec grandes terrasses Unités au 8e étage avec terrasse privée au toit Fenestration généreuse autant du côté canal que du côté jardin, dont plusieurs unités avec une vue panoramique à 3 orientations Finitions raffinées : Électroménagers Gaggenau, Miele, AEG dont une plaque à induction Plancher de bois franc ou de bois d’ingénierie haut de gamme (avec lattes d’une largeur de 5 ¾ pouces) Plancher chauffant dans les salles de bains Refroidisseur à vin Douche pluie avec « body jets » Appareils de plomberie Kohler Système de chauffage/climatisation à air pulsé alimenté en air frais par un échangeur d’air individuel dans chaque unité d’habitation Site internet: http://www.lesbassins.ca J'ai reçu un courriel de Prével annonçant le lancement du Quai 3 : LANCEMENT DU QUAI 3 DES BASSINS DU HAVRE C’est avec grand plaisir que Prével et Rachel Julien annoncent le lancement officiel du Quai 3 du projet des Bassins du Havre le samedi 12 avril à midi! Découvrez le concept inédit de Quai 3 : 63 condos exclusifs d’une superficie moyenne de 1500 pieds carrés offrant une fenestration généreuse autant du côté canal que du côté jardin, dont plusieurs avec une vue panoramique à trois orientations. De grandes terrasses privées surplombant le Canal de Lachine. Des penthouses avec terrasses privées au toit. Des finitions raffinées, telles que Gaggenau, Miele et Kohler, des planchers chauffants, des ascenseurs semi-privés, un système de chauffage et climatisation à air pulsé… un confort inégalé où l’œil est comblé! Les Bassins du Havre, c’est un milieu de vie d’exception dans un environnement verdoyant où l’eau est omniprésente : le canal de Lachine avec ses kilomètres de nature et de loisirs, les bassins au cœur du projet, les piscines aux toits avec une vue imprenable sur le centre-ville, le centre sportif avec piscine intérieure et spa… Un port d’attache privilégié où profiter du meilleur de la vie urbaine dans une oasis de tranquillité. Venez découvrir cette adresse de distinction le 12 avril prochain à partir de 12h00 au 180 rue du Séminaire à Montréal. Pour plus d'information, vous pouvez nous contacter au 514-989-8889 ou au [email protected] POUR TÉLÉCHARGER LES PLANS ET LA LISTE DE PRIX DU QUAI 3, CLIQUEZ ICI.
  3. Le bureau des ventes présentement en construction sur le bord du canal Lachine au coin de Richmond est pour un édifice à condos de 8 étages par Musto construction. Le dévoilement du projet devrait se faire au début du mois prochain, il n'y a aucune autre information pour l'instant, même pas le nom du projet. Sur leur site web, on ne peut pour l'instant que s'inscrire sur la liste d'envoi. http://www.condomusto.com/
  4. Nom: Gallery sur le Canal Hauteur en étages: 14 Hauteur en mètres: Coût du projet: Promoteur: Architecte: Michelange Panzini Architectes Entrepreneur général: Emplacement: Début de construction: 2014 Fin de construction: 2016 Site internet: Loft a Montreal - Condo Griffintown: Gallery Lofts sur le Canal Lien webcam: Live Not Found | Nest Autres informations: * 128 unités Rumeurs: Aperçu artistique du projet: Maquette: Autres images: Vidéo promotionnelle:
  5. Ce projet est sur le site de Provencher/Roy. Il est daté de 2008, donc j'ignore s'il devrait se trouver dans "projet annulé" ou pas. Si quelqu'un a des infos sur la compagnie et une possible expansion de celle-ci... En attendant, "propositions" est l'endroit le plus approprié! ----------------------------------------------------------------------------------------- Client Phase I : Corporation RJS Zone Phase II : Groupe Axor inc. / Corporation RJS Zone Superficie Phase I : 1 850 m2 Phase II : 19 600 m2 Période de réalisation 2008 / Concept Siège social de l'Autodesk Montréal , Canada Bureaux / Commercial PHASE I Le projet de rénovation et d’agrandissement de l’entrepôt Penn construit vers 1831-1843 au 799, de la Commune à Montréal, est un projet qui répond aux besoins toujours grandissants en espaces de travail de la société Autodesk, dont les installations actuelles se trouvent dans un bâtiment situé sur l’îlot voisin. Le bâtiment de facture industrielle de quatre niveaux hors sol et d’un sous-sol est situé dans la partie extrême ouest du Vieux-Montréal, le long du canal Lachine. Revêtu de pierre grise et ponctué par un nombre restreint de fenêtres, le bâtiment présente une assise massive. Sa structure existante de bois sera conservée pour les qualités intrinsèques, porteuses et esthétiques de ce matériau. Les besoins en espaces étant supérieurs à la superficie de quatre niveaux, l’étude propose l’ajout d’un cinquième niveau, distingué de la partie ancienne par l’emploi du cuivre, l’usage optimisé du sous-sol grâce à l’éclairage en second jour apporté par des ouvertures pratiquées en façade au rez-de-chaussée et une « extrusion » de l’élévation nord orientée vers le paysage le long du canal Lachine et vers les panoramas du Vieux-Montréal. Le cuivre, par contraste avec la pierre grise de l’entrepôt Penn, est utilisé pour signer et harmoniser les deux ajouts projetés. Suivant le désir du client de créer un milieu sain, on prévoit l’ajout d’un toit vert qui permettrait de gérer les eaux pluviales, de diminuer l’effet d’îlot de chaleur ainsi que la charge de refroidissement, d’améliorer le bien-être des occupants tout en favorisant la biodiversité sur le site. PHASE II En deuxième phase d’une réflexion sur l’agrandissement des installations d’Autodesk, une proposition a été étudiée afin d’ériger une tour de classe A sur l’emplacement du stationnement extérieur, situé dans la partie sud du même quadrilatère qui fait face au canal Lachine à l’extrême ouest du Vieux-Montréal. La tour du siège social de 14 niveaux hors sol et deux niveaux de stationnement souterrain offrira presque 20 000 m2 de superficie brute. La moitié des locaux pour bureaux sera occupée par Autodesk, tandis que l’autre sera investie par les bureaux administratifs de prestige d’une importante entreprise montréalaise. L’emplacement étant éloigné des gratte-ciel du centre de Montréal, la grande majorité des bureaux pourront profiter d’une vue spectaculaire à 360o sans obstacles. Le rez-de-chaussée de la tour sera réservé exclusivement aux commerces de soutien. Elle sera reliée au bâtiment existant de la société Autodesk par un atrium généreusement vitré, d’une hauteur de trois niveaux.
  6. À quand une belle grande patinoire sur le canal de Lachine? 17 février 2014 16h27 | Marco Fortier | Le blogue urbain http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/le-blogue-urbain/400206/a-quand-une-belle-grande-patinoire-sur-le-canal-de-lachine Une belle patinoire sur le canal de Lachine pourrait devenir un lieu emblématique de Montréal. Chaque hiver, sur les eaux glacées du canal de Lachine, dans le sud-ouest de Montréal, une toute petite patinoire prend vie. Entretenue par des enfants, et peut-être leurs parents. Une toute petite patinoire juste assez grande pour faire une partie de hockey. Nos amis de l'Association du design urbain du Québec ont posé récemment une très bonne question : pourquoi ce fabuleux canal long de 14,5 kilomètres n'héberge-t-il pas une patinoire digne de ce nom? Une vraie belle patinoire pourrait devenir un lieu emblématique de Montréal, un peu comme la patinoire du canal Rideau fait la réputation d'Ottawa comme ville d'hiver. Le canal de Lachine est bien beau en été, mais en hiver, c'est le désert. Il ne s'y passe pas grand-chose. Le canal longe pourtant Griffintown et Pointe-Saint-Charles, deux des quartiers les plus dynamiques de Montréal, qui connaissent une sorte de renaissance après des années difficiles. «Il y a tout un potentiel aux abords du canal de Lachine. On pourrait y aller étape par étape, en aménageant une patinoire entre le bassin Peel et le marché Atwater, par exemple», dit Jérôme Glad, de l'Association du design urbain du Québec. Pour lui, le canal représente une belle occasion de «mettre Montréal sur la mappe» en hiver. Aux Pays-Bas, les multiples canaux sont pris d'assaut par les patineurs durant la saison froide. Même chose ailleurs au Canada : la rivière Assiniboine, à Winnipeg, se transforme en piste cyclable — et de ski de fond — durant l'hiver. Benoit Dorais, maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, est bien d'accord avec l'idée d'aménager une patinoire sur le canal de Lachine. Il rappelle qu'en 2009, une pétition signée par plusieurs centaines de résidants du quartier avait réclamé une patinoire sur le canal. L'arrondissement ne roule pas sur l'or, mais le maire serait favorable à répartir sur 12 mois, plutôt qu'uniquement en été, le budget des activités prévues au canal. «Ça peut être une patinoire sur le canal, ou encore des pistes de ski de fond, de raquette ou de vélo le long du canal», dit-il. Le problème avec le canal, c'est que l'eau est instable, explique-t-il. De l'eau chaude est rejetée par des industries dans certains secteurs à l'ouest de l'échangeur Turcot. Chaque année, au moins une personne est secourue dans le canal parce que la glace a cédé sous son poids. Une des plus belles sections, entre le Vieux-Port et le marché Atwater, est propice au patinage. Avouez qu'une belle grande patinoire aiderait sans doute à profiter de l'hiver. En attendant les jours pas si lointains où on pourra enfin ressortir les kayaks... Une belle patinoire sur le canal de Lachine pourrait devenir un lieu emblématique de Montréal. L'hiver, il ne se passe pas grand chose actuellement sur le canal de Lachine. Aux Pays-Bas, les multiples canaux sont pris d'assaut par les patineurs durant la saison froide.
  7. Je sais qu'il y a un autre projet dans le secteur de Pointe-St-Charles qui porte presque le meme nom (Le Augustin du canal) mais celui-ci est différent et il est situé quelques rues plus loin. Il est aussi assez différent. Il serait la phase III. http://www.mondev.ca/condo-montreal-augustin-du-canal-lachine-phase-iii-16-condos-deja-50pc-vendu-.html?ProjetID=109
  8. Boom immobilier dans le Sud-Ouest Le mercredi 5 mars 2008 Danielle Bonneau La Presse L'arrondissement du Sud-Ouest sort de sa torpeur. Ses quartiers sont parmi les plus pauvres de Montréal: Saint-Henri, Petite-Bourgogne, Pointe-Saint-Charles, Ville-Émard, Côte-Saint-Paul et Griffintown. Mais le vent tourne. Ce qui joue en sa faveur? La proximité du centre-ville et du Vieux-Montréal, de même que le canal de Lachine, qui le traverse. La fermeture de nombreuses usines y a laissé de grands terrains vacants et d'anciens bâtiments industriels. De nouvelles entreprises y élisent toutefois domicile et plusieurs sont reconvertis en immeubles en copropriété. Le potentiel est énorme. Le Portail du canal > 5524-5530, rue Saint-Patrick > 184 condos (en tout) > Première phase: 120 unités > 72 condos vendus > Superficie: de 433 à 1230 pieds carrés > Prix: de 96 900$ à 300 000$ > La construction devrait débuter sous peu > Emménagement prévu: janvier 2009 > Promoteur: Les Développements Harcon Les deux bâtiments seront construits sur un terrain vague, dont le zonage a été modifié pour permettre la construction d'un projet principalement résidentiel. Situé aux abords du canal de Lachine et de la piste cyclable, il abritera quelques commerces au rez-de-chaussée. Nul besoin d'y aménager une salle de conditionnement physique ou une piscine: les futurs copropriétaires pourront se rendre à pied au centre récréatif Gadbois, de l'autre côté du canal. Pour faciliter l'accès à la propriété, le promoteur offre son propre programme de crédit d'achat abordable. Les conditions de financement ressemblent à celles offertes par la Société d'habitation et de développement de Montréal, dans le cadre de son programme Accès Condos. La seconde phase du projet comprendra 64 condos. L'arrondissement du Sud-Ouest a effectué un exercice de réflexion, il y a cinq ans, pour tirer le meilleur parti du terrain, qui appartenait à la Ville de Montréal. Longeant le canal de Lachine, celui-ci est bordé par le chemin de la Côte-Saint-Paul et la rue Saint-Ambroise. Résultat: trois projets très différents, répondant à des besoins variés, y ont été menés simultanément. La résidence Côte-Saint-Paul s'inscrit ainsi dans l'Opération Solidarité 5000 logements de la Ville de Montréal. À côté, la construction du complexe l'Héritage du canal va bon train. Viennent aussi d'être construits les condos du complexe Zone C, bâtis dans le cadre du programme Accès Condos. Les premiers copropriétaires ont emménagé à la mi-janvier. Près d'une vingtaine d'appartements sont encore disponibles. La phase II du projet Zone C, qui comprendra aussi 72 unités, est en préparation. Résidence Côte-Saint-Paul > 5400, chemin de la Côte-Saint-Paul > 138 logements à coûts abordables, pour personnes âgées à revenus modestes > 92 des logements > Loyer: à compter de 900$ par mois, pour un logement avec une chambre (chauffage, électricité, téléphone, câble, cinq repas par semaine, inclus) > Emménagement prévu: mi-avril 2008 > Plus de 80 logements disponibles > Constructeur: Construction Gesmonde > Promoteur: Office municipal d'habitation de Montréal (OMHM) À proximité du canal de Lachine, l'immeuble de six étages conçu par l'Atelier Chaloub+Beaulieu Architectes se démarque. Brique rouge, verre et métal rappellent le passé industriel du secteur. «Cela ne coûte pas nécessairement plus cher de construire un bel immeuble, souligne Fabien Cournoyer, directeur général de l'Office municipal d'habitation de Montréal. Cela prend un peu plus de recherche.» La salle communautaire et la salle à manger seront au rez-de-chaussée, doté de nombreuses fenêtres. Aux étages supérieurs, les locataires auront une vue sur le canal. L'Héritage du Canal > 5380, chemin de la Côte-Saint-Paul > 24 condos > Prix: de 129 900$ à 226 900$ > Superficie: de 600 à 1205 pieds carrés > Emménagement prévu: automne 2008 > Constructeur: Excellence Construction Zone C (programme Accès Condos) > 5170, rue Saint-Ambroise, apt. 4 > 72 condos > À partir de 203 000$ (stationnement et taxes inclus) > Constructeur: Les Habitations Siena/ Excellence Construction > Promoteur: Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM) Loft Impérial / Phase IV > 735, rue Bourget > 52 lofts urbains > Mise en vente: au printemps > Superficie: de 500 à 800 pieds carrés > Prix: de 139 000$ à 240 000$ > Occupation prévue: printemps 2009 > Promoteur: Groupe Prével La reconversion des anciennes usines d'Imperial Tobacco, amorcée en 2006, se poursuivra au cours des trois ou quatre prochaines années. En tout, sept anciens bâtiments industriels seront métamorphosés et un nouvel immeuble sera construit. Ils comprendront à terme environ 500 condos. Le promoteur construit aussi actuellement un bâtiment de 60 logements communautaires, rue Bourget, pour la coopérative Manoir Bourget. La rénovation de deux bâtiments (phases II et III du projet), rue Rose-de-Lima, avance rondement. Les logements devraient être prêts respectivement l'été et l'automne prochains. Le promoteur prépare maintenant la transformation d'un quatrième édifice. Les condos seront encore une fois de taille réduite, avec de hauts plafonds de béton. Et leurs prix seront abordables pour les jeunes couples et les célibataires. Les copropriétaires habitant dans les quatre premiers immeubles rénovés pourront se donner rendez-vous sur la terrasse qui sera aménagée sur le toit du troisième bâtiment. Il y aura une piscine, un barbecue et un foyer, de même qu'un chalet urbain, avec une table de billard, une petite cuisine et un salon. Un autre chalet urbain sera construit probablement sur le toit de la phase VI, à l'intention des copropriétaires des phases V, VI, VII et VIII. Le Saint-Philippe > 644, rue Saint-Philippe (au coin de la rue Saint-Jacques) > 32 appartements en copropriété > Superficie: de 610 à 1050 pieds carrés > Prix: de 117 000$ à 199 000$ > La construction devrait débuter ce mois-ci > Emménagement prévu: novembre ou décembre 2008 > Promoteurs: Mondev Construction et Excellence Construction Un ancien bâtiment industriel sera démoli ce mois-ci pour faire place à l'édifice de trois étages. Les logements sont vendus à des prix abordables pour plaire à des jeunes couples et des célibataires qui songent à acheter leur première propriété. Le projet est situé tout près de la station de métro Saint-Henri. L'Ambiance du marché / Phase II > 2718, rue Notre-Dame Ouest, au coin de la rue Atwater > 23 appartements en copropriété répartis sur deux étages > 18 unités sont vendues > Superficie: de 800 à 1400 pieds carrés > Prix: de 189 900$ à 330 000$ > La construction vient de commencer > Emménagement prévu: novembre 2008 > Promoteur: Mondev Construction Le complexe immobilier de trois étages est construit sur un terrain vague, tout près du marché Atwater et de la station de métro Lionel-Groulx. Il y aura un commerce au rez-de-chaussée, fort probablement une pharmacie. Les appartements sont conçus comme des maisons en rangée. Sur le toit, devant leur unité, les copropriétaires auront un espace privé où ils pourront installer des chaises et un barbecue. Cet espace donnera sur une terrasse commune. Il y aura un ascenseur et un stationnement intérieur. Le Nordelec > 1751, rue Richardson > Plus de 1000 logements, répartis dans plusieurs bâtiments > Les travaux débuteront cet été > Promoteur: Groupe El-Ad (Canada) L'imposant édifice de huit étages, construit en 1904, est situé à proximité du canal de Lachine. Le bâtiment, qui abrite déjà un millier de travailleurs, conservera sa vocation commerciale. Environ 230 appartements en copropriété seront ajoutés, en prolongeant trois des quatre ailes de l'immeuble jusqu'à la rue Saint-Patrick. Si le marché le permet, les trois derniers étages pourraient être convertis en lofts. Environ 270 logements seraient ainsi créés. Le rez-de-chaussée, qui comprendra des commerces et des bureaux, sera entièrement réaménagé. La construction d'un stationnement intérieur, sous les nouveaux condos, permettra de libérer un terrain adjacent, qui sert actuellement de stationnement. Le promoteur a cédé le terrain à l'arrondissement et se chargera de le décontaminer. Environ 180 logements sociaux et communautaires, destinés à des familles et des personnes âgées, y seront construits. Au cours des prochaines années, le Groupe El-Ad (Canada) prévoit bâtir, à côté du Nordelec, six édifices de six et huit étages, qui comprendront 560 logements. De grandeurs variées, ils ne seront pas aussi haut de gamme que ceux de la première phase. Environ 15% d'entre eux seront abordables. Les Jardins Bourgeoys > Rues LeBer, Sainte-Madeleine et Bourgeoys > 108 appartements en copropriété > Prix: de 154 900$ à 199 900$ > 668 à 881 pieds carrés > Les condos viennent d'être mis en vente > Emménagement prévu: fin 2008 > Promoteur: Samcon Ce projet est le premier à voir le jour dans cet ancien secteur industriel appelé à être revitalisé. Un petit bâtiment vacant sera démoli pour faire place aux nouvelles habitations. Les condos seront aménagés dans des bâtiments en rangée de trois étages, qui formeront ultimement un U. À l'arrière, tous auront de grands balcons, qui donneront sur une vaste cour intérieure joliment aménagée. Le stationnement sera intérieur. Les copropriétaires à l'étage supérieur auront une vue sur le centre-ville. Les bâtiments de brique rouge seront dotés de nombreuses fenêtres. À proximité: le canal de Lachine et la station de métro Charlevoix. Lowney / Phase IV > 400, rue de l'Inspecteur > 110 condos urbains > 30 unités encore à vendre > Superficie: de 550 à 1000 pieds carrés > Prix: de 139 000$ à 275 000$ > La construction devrait débuter plus tard ce printemps > Occupation prévue: printemps 2009 > Promoteur: Groupe Prével Le Groupe Prével a été un des premiers à s'aventurer dans Griffintown. En 2003, lorsqu'il a acheté le terrain délimité par les rues William, de l'Inspecteur et Saint-Paul, à l'est de l'ancienne brasserie Dow, il faisait figure de pionnier. Deux anciens bâtiments industriels, où étaient jadis confectionnés les Cherry Blossom, ont été convertis en condos au cours des deux premières phases du projet. La construction d'un nouvel immeuble de 136 unités va maintenant bon train. Les premiers résidants devraient emménager en juillet. La métamorphose du quadrilatère sera complète avec l'ajout d'un quatrième édifice de brique rouge, dont la construction commencera dans quelques semaines. Pour demeurer abordables, les condos seront encore une fois de dimensions réduites. Comme dans les trois phases précédentes, la terrasse sur le toit deviendra un lieu de rencontre avec sa piscine, son bain tourbillon, son barbecue et son coin «feu de camp». Une formule qui plaît particulièrement aux jeunes. En tout, les quatre bâtiments comprendront 370 condos urbains. Une cour intérieure sera aménagée au centre. Le projet ne s'arrêtera pas là. Le promoteur a en effet acheté le stationnement en face, bordé par les rues de l'Inspecteur, Montfort, Notre-Dame et Saint-Paul. Environ 325 unités devraient y être proposés au cours des prochaines années, dans trois immeubles de quatre à 10 étages. Le cinquième édifice devrait être dans le même esprit architectural que ses prédécesseurs. Les logements de la cinquième phase devraient être mis en vente cet été. PROJETS À VENIR Anciens ateliers du CN (Alstom), à Pointe-Saint-Charles > Terrain bordé au nord par la rue LeBer, à l'ouest par les rues De Sébastopol et Bourgeoys, et encerclé au sud et à l'est par des voies ferrées. > Superficie: environ 85 000 mètres carrés (plus de 900 000 pieds carrés) > Nombre et types de logements: à déterminer > Il y aura aussi probablement des activités commerciales et industrielles C'est le calme plat dans l'ancienne gare de triage du CN, de même que dans les anciens bâtiments industriels situés à proximité, qui sont d'intérêt patrimonial. Le propriétaire du terrain veut donner une nouvelle vocation à l'endroit, mais aucun projet n'a encore été mis au point. Le promoteur devrait entamer un dialogue ce printemps avec les organismes du milieu et les citoyens, pour guider sa démarche. Ancien centre de tri de Postes Canada > Terrain bordé au nord par la rue Ottawa, au sud par le canal de Lachine, à l'est par la rue du Séminaire et à l'ouest par la rue Richmond. > Superficie: 96 634 mètres carrés (plus d'un million de pieds carrés). > Nombre et types de logements: à déterminer. > Il y a aura une grande variété d'habitations, de tous les prix. > Il y aura aussi probablement des bureaux, des commerces, des activités touristiques, culturelles et récréatives. > La riche histoire industrielle du secteur sera mise en valeur. > Propriétaire: Société immobilière du Canada (SIC). La Société immobilière du Canada se livre actuellement à un vaste exercice de consultation pour comprendre les besoins du quartier et les préoccupations des organismes locaux. Sa priorité: bâtir un consensus sur l'avenir des lieux, comme elle a réussi à le faire à Benny Farm. Pour ce faire, elle a mis sur pied un comité, qui s'est réuni pour la première fois le 11 décembre dernier. La société d'État fédérale a multiplié aussi les rencontres avec des centaines de personnes de tous les horizons afin de dégager sa vision. La première ébauche du plan directeur pour le réaménagement du site devrait être présentée au public en avril. Elle servira de base aux discussions futures. Il s'agit d'un des plus importants projets de l'organisme, dans tout le pays, affirme Gordon McIvor, vice-président de la SIC. «C'est le berceau de l'industrialisation du Canada, explique-t-il. C'est aussi le début du réaménagement du Nouveau Havre de Montréal, dit-il. Cinq autres propriétés seront achetées des autorités portuaires de Montréal et de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), au cours des prochaines années, à mesure que leurs baux viendront à échéance. Des terrains totalisant près de 5 millions de pieds carrés seront réaménagés sur les berges du canal de Lachine et autour, dans le secteur du Silo No 5, dans le port de Montréal, et dans la Cité du Havre, à côté d'Habitat 67!» Griffintown > Territoire bordé à l'est par l'autoroute Bonaventure, au sud par le canal de Lachine, au nord par la rue Ottawa et à l'ouest par la rue du Séminaire. > Superficie: environ 1 million de pieds carrés. > Environ 3860 logements sont prévus (65% de la superficie totale). > Il y a aura près de 900 logements sociaux et abordables. > Près de 900 logements locatifs pour personnes âgées. > Environ 500 logements pour étudiants. > Environ 1560 condos moyen et haut de gamme. > Création de rues piétonnières, bordées de restaurants et de boutiques. > Environ 18% de la superficie sera commerciale. > Préservation d'une vingtaine de bâtiments de valeur patrimoniale. > Construction d'édifices à bureaux. > Revalorisation du canal de Lachine et de ses berges. > On pourrait y trouver: une salle de spectacle, un hôtel, des salles de cinéma, une marina, des ateliers d'artistes, un musée ou un centre d'interprétation. > Promoteur: Devimco. > Une consultation publique sur le programme particulier d'urbanisme (PPU) du secteur Peel-Wellington est en cours actuellement, dans l'arrondissement du Sud-Ouest. Devimco est prêt à investir 1,3 milliard de dollars dans la réalisation du projet. Ce dernier a beaucoup changé depuis son dévoilement, l'an dernier. La proportion commerciale a été réduite de moitié, tandis que le nombre de logements a plus que doublé. Et il continue d'évoluer. Pour maximiser ses chances de succès, le promoteur a rencontré de 30 à 40 organismes depuis juin dernier. Il a tenu compte de leurs commentaires pour revoir son concept. D'autres modifications seront apportées à la suite des consultations publiques. «Ce n'est pas le projet d'un seul promoteur», souligne Serge Goulet, coprésident de Devimco, qui entend engager de multiples équipes de consultants et confier la construction des immeubles à divers constructeurs, pour favoriser un bouillonnement d'idées. Après les consultations publiques, le projet progressera encore. À la demande de Devimco, des experts de divers milieux se pencheront sur la vocation du pôle culturel, patrimonial et récréotouristique qui sera créé. Le but: ne pas entrer en concurrence avec ce qui est déjà offert à Montréal. Proposer plutôt un projet inédit, inspiré de ce qui se fait de mieux dans le monde. Les deux premières phases pourraient débuter au printemps et à l'automne 2009.
  9. La passerelle se concrétise au-dessus du canal de l’aqueduc Deux grues géantes ont envahi ce weekend les trois voies du boulevard De La Vérendrye, pour la construction de la passerelle permettant de relier la piste cyclable de la rue Lapierre à celle longeant le boulevard Champlain. Cette passerelle constitue un des projets prévus par la Ville de Montréal pour accroître l’étendue du réseau cyclable sur l’île. De nombreux piétons et cyclistes ont hâte de pratiquer leurs sports favoris en franchissant le cours d’eau par la passerelle, au lieu d’un pont avec une circulation très dense de véhicules. Actuellement, cyclistes et piétons ne peuvent traverser le canal de l’aqueduc autrement que par le pont Knox, qui divise l’arrondissement et qui est situé plus loin à l’ouest de la rue Lapierre. «Ce sera bénéfique pour nos étudiants qui viennent de l’autre côté du canal et qui doivent faire un grand détour pour accéder au cégep. Des employés voient d’un bon œil la passerelle pour se rendre aux courts de tennis et notre club de marche veut l’utiliser», explique Claude Roy, directeur du cégep André-Laurendeau. Ces travaux sont réalisés par la firme Les Entreprises Michaudville, pour un montant totalisant 2 893 262$. Il y a installation de quatre lampadaires sur la structure et d’un autre à l’approche sud de la passerelle. «Il n’y aura pas de pilier au milieu. C’est un pont préfabriqué et la dalle se dépose sur les assises, de part et d’autre de l’aqueduc», explique la mairesse Manon Barbe. Détours et maintien de circulation Après une pause hivernale, la Ville de Montréal a repris les travaux amorcés l’an dernier afin de relier le Village des rapides au Cégep André-Laurendeau, à l’Aquadôme et au Théâtre Desjardins. Jusqu’à l’été 2016, il y a mise en place d’une structure d’acier et aménagement d’une piste cyclable dans le parc longeant le boulevard Champlain. Malgré le froid et les forts vents du weekend dernier, plusieurs travailleurs s’affairaient à l’assemblage d’immenses poutres, à la hauteur de la 1ère Avenue. L’entrepreneur doit procéder à différentes entraves à la circulation, selon l’évolution du chantier. Certaines nécessitent des travaux de fin de semaine et durant la nuit. «Des mesures sont prises pour en atténuer les inconvénients auprès des résidents riverains», explique Philippe Sabourin, relationniste de la Ville de Montréal. Parmi ces entraves, il y a fermeture de la voie de droite sur le boulevard De La Vérendrye en direction est et fermeture complète du boulevard Champlain, entre la 1ère et la 2 eAvenue, pour environ un mois. Un chemin de détour est aménagé sur la rue Broadway. La piste cyclable est légèrement déviée sur le côté sud du boulevard Champlain. Les riverains ont accès à leur propriété en tout temps. http://journalmetro.com/local/lasalle/actualites/942618/la-passerelle-se-concretise-au-dessus-du-canal-de-laqueduc/
  10. Voici un projet fort intéressant... qui pourrait peut-être s'appliquer pour notre fleuve. Vous savez, il y a deux options pour le l'environnement et le design : High design/Low tech Vs. Low Design/High tech.... je prèfère de loin la première! Oyster-tecture: Scape Studio Plans to Build a Park Filled with Millions of Oysters to Clean the Gowanus Canal NYC has some great oyster bars, but its most in-demand shellfish yet may soon be coming to the Gowanus Canal instead of to your favorite seafood restaurant. Scape Studio has received funding for its ambitious Oyster-tecture project – an oyster park for millions of mollusks at the mouth of Brooklyn’s Gowanus Canal. Oysters have the unique ability to ‘eat’ toxins and dirt, so the new park could be just the way to clean up what is currently one of the nation’s most polluted waterways. “We propose to nurture an active oyster culture that engages issues of water quality, rising tides, and community based development around Brooklyn’s Red Hook and Gowanus Canal,” explains Kate Orff of Scape Architecture on their website. ”An armature for the growth of native oysters and marine life is designed for the shallow waters of the Bay Ridge Flats just south of Red Hook. This living reef is constructed from a field of piles and a woven web of “fuzzy rope” that supports oyster growth and builds a rich three-dimensional landscape mosaic. A watery regional park for the New York Harbor emerges that prefigures the city’s return to the waterfront in the next century. The reef attenuates waves and cleans millions of gallons of Harbor water through harnessing the biotic processes of oysters, mussels and eelgrass, and enables neighborhood fabrics that welcome the water to develop further inland.” This ‘oyster-tecture’ has been described as a 21st-century approach to creating new waterfront infrastructures where long-gone shellfish can be brought back. Construction has already begun on the new pier area that is to host Orff’s reef. In fact, oysters are one of nature’s best cleaners as they have the ability to filter 50 gallons of water a day! Oysters were once plentiful in the waters around New York, but died out by the turn of the 19th century due to industrial waste, sewage, diseases and the dredging of the harbor to make room for shipping and development. Now, marine scientists believe that new beds of oysters could break down pollution in areas where the water temperature, currents, chemistry and other conditions are right. Of course, due to their ‘cleaning’ of toxins, these oysters will never be eaten and any poachers aiming to harvest them for profit will be prosecuted. http://inhabitat.com/nyc/oyster-tecture-scape-studio-plans-to-build-a-park-filled-with-millions-of-oysters-to-clean-the-gowanus-canal/
  11. Nakheel to build 1km-high new tower Dubai: 5 hours and 49 minutes ago Dubai-based master developer Nakheel has announced plans to build Nakheel Harbour & Tower, a new community which will boast a tower more than a kilometre high and the world’s only inner city harbour. The project, inspired by Islamic design and geometry, was launched at a VIP event hosted by Sultan Ahmed bin Sulayem, chairman of Dubai World. The development will cover an area of more than 270 hectares and become home to more than 55,000 people, a workplace for 45,000 more and attract millions of visitors each year. “There is nothing like it in Dubai”, Bin Sulayem said at the launch. “Nakheel Harbour & Tower is located in the heart of ‘new Dubai’, where we have focused on creating a true community, a location for living, working, relaxing and entertaining, for art and culture. All of this is concentrated in one area.” Nakheel Harbour & Tower incorporates elements from great Islamic cities of the past - the gardens of Alhambra in Spain, the harbour of Alexandria in Egypt, the promenade of Tangier in Morocco and the bridges of Isfahan in Iran. Nakheel Tower will have four individual towers within a single structure – a groundbreaking engineering feat. A distinctive crescent-shaped podium encircles the base and complements its remarkable height. Not only has a development of this shape and scale not been attempted before, but it is also a further example of Nakheel’s innovative projects that have changed the way the world looks at Dubai, he said. The multibillion dollar Nakheel Harbour & Tower development will include 250,000 sq m of hotels and hospitality space, 100,000 sq m of retail space and huge expanses of green spaces including canal walks, parks and landscaping. The new development is geographically central to the Emirate of Dubai, at the intersection of Sheikh Zayed Road and the Arabian Canal; and will also complement Nakheel’s surrounding developments including Jumeirah Park, Jumeirah Islands, Discovery Gardens and Ibn Battuta shopping mall. The Nakheel Harbour & Tower development minimises car use and maximises train, bus and water transportation. A complete transportation hub blends into the harbour area with metro transportation combined with a unique water transport interchange, with Abra and Dhow station links. Sustainability and safety will be key to the planning and design of Nakheel Harbour & Tower, with the latest standards and technology incorporated in the development. “It sends another message to the world that Dubai has a vision like no other place on earth.” FACT SHEET • The project will take in excess of 10 years to complete, but completion will be phased, with various stages coming on line much earlier • The project location is at the intersection of Sheikh Zayed Road and the Arabian Canal, with Waterfront to the west and Deira to the east • It will cover an area over 270 hectares • It includes the world’s only inner city harbour • It includes a tower that will be more than a kilometre high • Apart from the Nakheel Tower there will also be another 40 towers ranging in height from 20 floors to 90 floors (250 meters to 350 meters) • Nakheel Harbour & Tower will be home to more than 55,000 people and a work place for more than 45,000 people • There will be more than 19,000 residential apartments. These will include a diverse mix of housing – from affordable family homes to exclusive villas and penthouses. • There is more than 950,000 sq m of commercial and retail space • There will be more than 3,500 hotel rooms. There will be a super luxury 100 room hotel at the top of Nakheel Tower • There will be approximately 30,000 workers involved in the development of the Nakheel Harbour & Tower • Nakheel Tower public space: to complement the dramatic height and volume of the tower, an expansive, breath-taking crescent-shaped open space “rings” the tower and extends out into the neighbouring districts • The (Arabian) Canal Promenade: visitors and residents will have access to over 3.9 km around the tower precinct of meandering canal promenade environment and stretching to over 10 km along the entire embankment. As one of the unique features of this development, the canal promenade will connect Sheikh Zayed Road to Emirates Road through a myriad of urban experiences and spectacular views to the Tower • Internal public space: while every block will be identifiable by a unique common internal open space, a series of distinctive neighbourhoods are planned. Weaving through the precinct blocks will be a chain of interlinked open and public spaces. Residents and visitors will be able to walk though continuous walkways stretching over 1800 m, while experiencing the uniqueness of every community block • An eight hectare canal district along the bank of the canal will incorporate a network of waterways. This district will also allow for the most desired vantage points towards the tower. Onlookers will be able to see the uniqueness of an over a kilometre high tower with a bustling marine harbour at its base • To provide an active connection to the Ibn Battuta district, a ‘living’ bridge is planned over the canal allowing a seamless urban experience. This will be complemented by another iconic pedestrian bridge connections overlooking the Arabian Canal The Nakheel Tower • The Nakheel Tower will be more than a kilometre high • It will have over 200 floors • It will have approximately 150 lifts • The design structure of four separate elements allows for structural rigidity while also allowing the wind to pass freely in the spaces between the skybridges reducing the overall wind load • Total volume of concrete will be 500,000 cu m • All of the reinforcing bars laid end to end could stretch from Dubai to New York (1/4 of the way around the world) • The tower will have 20 km of barrettes – (almost 400 barrettes). Barrettes are a form of pile used to make the foundation. A single foundation barrette has the capacity to support a 50 storey building. • The building has enough cooling capacity to air-condition over 14,000 modern homes or to service 14 luxury resort hotels each with 2,000 rooms and all the public areas and amenities • The building is so tall that it experiences five different microclimatic conditions over its height, each with individual design features • The temperature in the atmosphere at the top of the building can be as much as 10 degrees cooler than the bottom • Due to the high speed shuttle lifts one may be able to see the sunset twice from the bottom and again from the top of the building • The goal is to achieve the highest LEED certification we can for a building this size • There will be approximately 10,000 car parking spaces in Nakheel Tower • Nakheel Tower and podium combined will be in excess of 2 million sq m – TradeArabia News Service http://www.dailymail.co.uk/news/worl...-1km-high.html http://www.tradearabia.com/news/REAL_150270.html http://canadianpress.google.com/arti...djiFHAm5kzMsIA http://www.thenational.ae/article/20...042682/-1/NEWS
  12. Via The Gazette Lachine Canal was once Canada’s industrial heartland BY PEGGY CURRAN THE GAZETTE MAY 16, 2014 As midnight approached on New Year’s Eve, mothers and fathers in St-Henri, Little Burgundy and Point-St-Charles opened their doors to let in the roar of neighbouring factories. At Redpath Sugar, Belding Corticelli, Stelco, Dominion Textile and Northern Electric, on passing CN trains and freight barges, horns honked and whistles blew to welcome another year in southwest Montreal. For St-Henri natives Suzanne Lefebvre and Thérèse Bourdeau-Dionne, the clarion call is one of those “mysterious and fascinating” memories that pull them back to childhood and the traditions of a time not so very long ago when the neighbourhoods bordering the Lachine Canal were Canada’s industrial heartland. Today, construction cranes dominate the landscape as long dormant factories are converted into luxury condominiums. The canal, upstaged in 1959 with the opening of the St. Lawrence Seaway, has become a rambling waterfront park dotted with walkways and bike paths, a favourite of pleasure boaters and urban fishermen. Every year, more traces of the area’s working-class origins vanish. “This whole zone along the canal is an area of tremendous change,” says Steven High, who holds the Canada Research Chair in Oral History at Concordia University. “Of course, that brings controversy. For the working-class neighbourhoods of Point-St-Charles, Little Burgundy and St-Henri, there are a lot of questions.” Two years ago, High and the team at the Centre for Oral History and Digital Storytelling began interviewing about 50 people who grew up, lived, or worked in the area — the first phase in a major project examining local history and the consequences of post-industrial transformation in the working-class neighbourhoods that flank the canal. The first phase of their research, prepared in conjunction with Parks Canada, features an audio walking tour that allows users to listen to some of those stories as they loop back and forth on a winding 2.5-kilometre trail between Atwater Market and the Saint Gabriel Locks. “The canal was the industrial heart of Canada,” High said during a recent tour. “When the factories started closing when they built the Seaway, this became redundant. So what do you do with this thing? It had a slow death from ’59 to about ’72. They finally closed it. They opened up all the gates and it became basically a big ditch that was a dumping ground for all the factories that were still here.” After debating several options — including a plan to fill in the canal and build another highway — Ottawa handed over control to Parks Canada, which reopened the canal for small vessels and built cycle paths, paving the way for gentrification. “We are looking at the loss of jobs and the old industrial story, but also the subsequent story of rebirth and change, and what that means to the neighbourhoods around the canal,” High said. “The population of the southwest was cut in half between 1960 and 1991. You see how dramatic the change was here and how quickly jobs were lost and factories were closed. It didn’t help that the government was demolishing neighbourhoods, whether it was Little Burgundy for public housing, or making way for the Bonaventure and Ville-Marie Expressways.” Speaking in their own words, some residents recall forbidden joys, such as a furtive swim in the canal or “tours de pont,” which involved jumping on the Charlevoix Bridge as it swung in half to make way for a passing boat. For others, memories are painful. One man who reflects on the racism experienced by black families in Little Burgundy unable to secure work at the factories in their backyard. Then there’s the chilling tale of the prolonged labour conflict at the Robin Hood Flour Mill in summer 1977, where eight unarmed strikers were shot. A man hired as a replacement worker during the eight-month dispute describes the daily journey into the plant by train. Security guards with the physique of wrestlers wore fingerless gloves packed with brass knuckles. “It was an important moment in Canadian labour history,” High said, standing beside the train tracks just beyond the fence surrounding the Robin Hood plant. “Out of that confrontation, we had the first law in North America against replacement workers — the so-called anti-scab law.” While the audio guide is available with narration in English or French, a decision was made to use the oral testimonials in both languages. “People speak in their own language. So when we walk into Little Burgundy, it is more English, in other parts it is more French.” Interview subjects include a broad cross-section of ages, backgrounds and perspectives. “One of the issues in these kind of tours is that there is often a focus on community — that community is good. But how do you get at these stories that maybe divide people, where you haven’t got consensus? “We tried as much as possible to be true to our interviews, in a sense that people were saying different things. One person would say: ‘I live in this condo and they are making a real contribution.’ Another would say: ‘Those condos have their back to the neighbourhood.’ You get to hear these different voices.” High said the structure of a walking tour adds another dimension. “When you are actually listening on site, you are hearing what was, you are seeing what is — and it ain’t the same thing. There is a friction there. It’s political.” This summer, the Concordia team will venture deeper into Point-St-Charles, Little Burgundy, Griffintown and Goose Village, where they will walk around the neighbourhood with interview subjects. “It is another way to get people to remember. You can remember just by sitting down over a table, but sometimes that is more chronologically organized, more family-based memories. But if you are out in the neighbourhood, it brings out more community stories.” High expects those interviews to form the basis for a second audio tour. Meanwhile, Concordia drama and art history students will be working on companion projects for neighbourhood theatre and visual arts events. As an historian who also happens to live in the Point, High said he is interested in the way people have responded to the dramatic changes that continue to shape these post-industrial districts. “In Point-St-Charles, what we saw was a lot of community mobilization. It is very much associated with community health movements, social economy movements. So there was a lot of mobilization. Whereas in other neighbourhoods, you have community demobilization and fragmentation. I want to know why. Why is it like this here and like this there?” But High is also drawn to the simple, compelling truth of people telling their stories. “Ordinary people live extraordinary lives. We forget that.” To learn more about the canal project, or to download a copy of the audio guide and accompanying booklet, go to http://postindustrialmontreal.ca/audiowalks/canal [email protected] Twitter: peggylcurran © Copyright © The Montreal Gazette
  13. Before he became a sugar manufacturer, John Redpath helped build the Rideau Canal Aug 19, 2007 04:30 AM Donna Jean Mackinnon Toronto Star John Redpath's name lives on thanks to his sugar company, but the role he played in building the Rideau Canal is barely a whisper in the annals of Canadian history. On the occasion of its 175th anniversary, the canal was named a World Heritage site earlier this summer by UNESCO, which called it "an engineering masterpiece" and a work of "human genius." Redpath was the most prominent of the four contractors for the canal. A leading Montreal builder, he had risen from humble origins: orphaned as a child in Scotland, he started out as a stonemason. About 10,000 men built the 201-kilometre canal, which starts in Ottawa below the Parliament Buildings and ends at Kingstone Mills, east of Kingston. Connecting wilderness rivers and streams at different levels, they had to cut through solid rock and endure many hardships, including malaria – which also afflicted Redpath. When completed in 1832, the canal had 19 kilometres of man-made runs and 47 locks. It was the biggest canal in North America at the time. Today it's used for pleasure boating. Redpath also constructed several of Montreal's most important buildings, including Notre Dame Cathedral. It still stands a testimony to his skill and reputation. In the 19th century, it was rare for a Catholic diocese to award a contract as lucrative and prestigious as a major cathedral to a strict Presbyterian. Redpath's climb to wealth and power rivals that of another Scottish immigrant, U.S. steel baron Andrew Carnegie – a name known to all Americans. Redpath was born near Edinburgh in 1776. At 13 he was apprenticed to stonemason John Drummond. Ten years later, Redpath immigrated to Lower Canada with three male companions. They arrived in Quebec City in the coldest year of the 19th century – it's remembered as the year without a summer. Food was scarce, and there wasn't any work. Penniless, the four Scots walked to Montreal – most of the way in bare feet, to save their shoes for job hunting. "John started digging toilets," says Richard Feltoe, curator of the Redpath museum and author of Redpath's biography, A Gentleman of Substance. "Then he invests his money into hiring men so he can do bigger jobs, and soon he has a little business. By the time John is 40, he is a multi-millionaire." In 1826, the supervising engineer of the Rideau Canal, Lt.-Col. John By of the Royal Engineers, contracted the work out to Redpath, who formed a partnership with three other builders. They pooled their money and later reaped profits from shipping on the canal. The Rideau was conceived as an alternative to the St. Lawrence River. After the War of 1812 against the Americans, the St. Lawrence, part of which borders the U.S., was considered dangerous and a threat to British security. REDPATH'S JOB was to build a dam at Jones Falls, which meant blocking an active river. "He had stones hand-hewn three miles away and transported them to the site on rollers, just like the Egyptians did for the pyramids," Feltoe says. At 107 metres long and 20 metres high, the dam is the largest in the former British Empire. When Redpath travelled to Montreal from Jones Falls for supplies, he'd ask his employees what they needed, and then filled their orders. "John always remembered what it was like to be at the bottom of the pile," Feltoe says. Redpath's endeavours after the canal's completion included organizing a "secret" underground army in 1837 to fight (Louis) Papineau's Patriots, who were plotting against the British and planning to separate Quebec. Montreal's English-speaking businessmen saw this French aggression as a threat to their livelihood. In the 1840s, Redpath went into mercantile trading. In 1846, England decided on free trade without consulting the colonies. This bankrupted Montreal's mercantile system, and Redpath lost millions. Eventually, he decided to go into sugar, investing every penny in building a refinery by Montreal's Lachine Canal. When the Canada Sugar Refinery opened in 1854, it was Montreal's first industrial building. Sugar was kind to Redpath, who recorded a profit of $89,546.98 in 1860 – a huge sum in those days. By 1867, Redpath was a man of influence. He served on the board of the Bank of Montreal, controlled policy for the Presbyterian Church in Canada, and was involved in Confederation. He financed education, job training and apprenticeship programs for the poor. Redpath also found time to marry twice and father 17 children. Shortly after his first wife died, he successfully courted Jane Drummond, the daughter of the stonemason with whom he had apprenticed. She was 19, and Redpath, 39. Redpath died of stroke in 1869, at 72. The refinery continued to prosper under the Redpaths until World War I, when the Canadian government took over the sugar industry. The business was somewhat revived in the 1930s, and then commandeered again by the government in 1939. By the 1950s, the industry was in ruins. British-based Tate & Lyle bought 51 per cent of Redpath shares, modernized the Montreal plant and built a new cane sugar plant in Toronto, on Queen's Quay E. In 1979, T & L bought all Redpath shares and operated the Toronto plant until February 2007, when it was sold to American Sugar Refining, Inc. But John Redpath's signature, the world's oldest trademark for a food product, remains on the packaging.
  14. SASH condo, NOUVEAU projet 15 condos à vendre, Marché Atwater, Canal Lachine, Montreal SASH projet immobilier de qualité supérieure au design spectaculaire: condos, lofts, maisons de villes , maisons aériennes & penthouses dans le secteur du Marché Atwater et Canal Lachine. Comptoirs de pierre, bois franc, lockers, terrasses privées, garages intérieur. SASH condo à vendre Marché Atwater, McGill immobilier, courtier immobilier Montréal. http://www.mcgillimmobilier.com/lang/fr/2008/12/30/sash-condo-project-atwater-market-lachine-canal-montreal-sash-projet-condo-marche-atwater-canal-lachine-montreal/
  15. Le SO Island / métro Charlevoix Localisé sur la rive sud du canal Lachine à moin d'un kilomètre du marché Atwater et des pistes cyclabes longeant le canal Lachine. À deux coins de rue du métro Charlevoix. Le SO Island offre 18 unités. 50% des unités se sont écoulées depuis les deux première semaines de lancement du projet. SO Island compte des unités 3½ et les 4½, des penthouses sur deux niveaux avec la mezzanine et la terrasse sur le toit. Prix à partir de 137 000.00$, taxes en sus. http://www.soisland.com/
  16. Le Bannantyne est un projet de 18 condos répartis en deux phases dont la première comprend 7 unités, de 1, 2 et 3 chambres, dont plusieurs unités sur deux étages, situé dans un secteur en pleine effervescence: le Nouveau Verdun. Se trouvant à quelques pas de la station de métro Jolicoeur, du Canal de l'Aqueduc et du Canal Lachine, le projet est idéal pour ceux et celles qui recherchent un excellent rapport qualité/prix. Le stationnement extérieur est également disponible. Plus d'information à la page: http://www.condomusto.com Coin Bannantyne et 6eme avenue
  17. Un autre petit projet à Pointe-St-Charles. Rien d'extravageant mais cela participe à l'effort de densification d'un quartier situé à proximité du Centre-Ville. http://www.urbainducanal.com/ Je ne suis pas capable de mettre la photo du projet en ligne !!!
  18. Le diffuseur appartenant à General Electric débourserait 3,5 G$ US pour faire l'acquisition du canal spécialisé en météo. Pour en lire plus...
  19. Voici un autre projet dans le coin du canal Lachine et du Marché Atwater. Enfin, je ne sais pas si c'est tout près mais on semble mettre en évidence la proximité. Bref, le projet est bel et bien dans le Sud-Ouest. Il possède 4 étages. http://www.condosudouest.com/
  20. Salut, j'ai découvert aujourd’hui, grâce a l’émission, C'est juste de la TV, un magazine sur les projets immobiliers a Montréal, au canal Savoir, c'a l'aire super interagissant et vous pouvez rattraper les épisodes sur le site de Canal Savoir Voici la description du poste sur l’émission et le lien pour les épisodes complet sur le web http://www.canalsavoir.tv/videos_sur_demande/archi_branches À travers l'odyssée du journaliste Marc-André B. Carignan, le magazine convie à l'exploration des projets immobiliers les plus novateurs. Chaque émission est ainsi consacrée à un architecte et à la visite exhaustive de sa dernière création. Une approche originale qui sonde ses inspirations, questionne son imaginaire et sa vision de la ville de demain. Une formidable opportunité pour le public de s'imprégner de leur ingéniosité, de leur avant-gardisme, mais aussi de mieux saisir les enjeux cruciaux en matière d'habitat et d'urbanisme. La série a bénéficié du soutien financier du Conseil des arts du Canada, du Bureau du design de la Ville de Montréal et de l'Ordre des architectes du Québec.
  21. Donc la piste de ski de fond va être sur 6 km entre la ville de Lachine et la jonction de la 15 avec le canal, tandis que le sentier de marche/raquette va s'étendre sur 14 km entre Lachine et la rue Atwater.
  22. Nouveau projet de condos neufs à Montréal situé dans le quartier Sud-Ouest près du Métro Charlevoix, le marché Atwater et le Canal Lachine. À partir de 153 500 et jusqu'à 332 500$ taxes incluses. Livraison 2010 http://www.mondev.ca/Condo-Montreal-PH-1-VENDUE-A-100-pc-MERCI-PH-2-EN-VENTE-Augustin-du-Canal-Prix-pre-construction-25pc-vendu-en-4-semaines-_fr.html?ProjetID=100