Jump to content

Recommended Posts

Ça va pas ben pour Aubut...

 

http://journalmetro.com/sports/851393/le-coc-elargit-lenquete-sur-marcel-aubut/

 

Le COC élargit l’enquête sur Marcel Aubut

 

MONTRÉAL – L’enquête sur les allégations de harcèlement sexuel visant Marcel Aubut sera étendue à «toute plainte, formelle ou non», qui sera portée à l’attention du Comité olympique canadien.

 

Le Comité a diffusé un communiqué, vendredi, dans lequel il dit trouver «extrêmement troublantes» les nouvelles allégations de même nature visant son président qui ont fait surface dans les médias au cours des derniers jours.

 

L’organisme a donc décidé de mettre sur pied un deuxième mécanisme dont le travail sera dirigé par un tiers indépendant qui reste à identifier et qui procédera à un «examen détaillé» de toute plainte additionnelle.

 

Le Comité olympique encourage toute personne qui aurait des informations à cet effet à lui faire part de ses préoccupations et affirme qu’il est régi par des politiques claires en matière de harcèlement. Il s’engage à prendre toutes les mesures requises à la suite de ces enquêtes.

 

Le nouveau mécanisme d’enquête s’ajoute à celui mis sur pied sous l’égide de l’ancien juge en chef de la Cour supérieure du Québec François Rolland, qui se penche sur la seule plainte formelle déposée jusqu’ici dont l’auteur et la nature demeurent confidentiels.

 

Marcel Aubut s’est temporairement retiré de ses fonctions, mercredi, en attendant la conclusion de cette enquête.

 

Dans un communiqué qu’il a publié lui-même mercredi soir, M. Aubut décrit les allégations comme étant «une remarque qu’il aurait faite à une collègue». Il dit offrir son soutien «inconditionnel» aux enquêteurs. Ce communiqué ne visait toutefois que la première plaignante, les autres incidents n’ayant pas encore été rapportés au moment où il a été diffusé.

 

Depuis, d’autres femmes ont publiquement partagé des allégations contre le président du Comité olympique canadien et de la Fondation olympique canadienne.

 

Vendredi, le quotidien La Presse révélait que le Comité olympique canadien était au courant de certains comportements déplacés de son président depuis plusieurs années.

 

En 2011, le secrétaire général et chef de la direction du COC à l’époque, Jean R. Dupré, avait écrit une lettre à son président — dont La Presse a obtenu copie — dans laquelle il demandait à ce dernier de cesser une série de comportements spécifiques auprès des femmes et acceptait de ne pas porter plainte contre lui parce qu’il avait donné l’assurance que de tels comportements cesseraient sur le champ.

 

L’avocate montréalaise Amélia Salehabadi-Fouques a accordé plusieurs entrevues aux médias, jeudi, dans lesquelles elle a détaillé ses interactions avec M. Aubut.

 

Le réseau TVA et la station de radio 98,5 FM ont également diffusé des entrevues avec une femme qui dit avoir travaillé avec Marcel Aubut et avoir subi du harcèlement sexuel.

 

Amélia Salehabadi-Fouques, une avocate spécialisée dans le droit du sport et membre de l’Association canadienne de soccer depuis 2013, a dit avoir été victime de harcèlement de la part du président du COC à trois reprises dans les quatre dernières années.

 

Mme Salehabadi-Fouques a notamment soutenu que M. Aubut l’a embrassée de force et lui a fait des commentaires sexuels. Ses allégations n’ont pas été prouvées devant un tribunal.

 

Dans les entrevues accordées à des journaux et des stations de radio, Mme Salehabadi-Fouques raconte être entrée en contact avec Marcel Aubut il y a quatre ans, pour s’impliquer dans le COC.

 

Il lui aurait donné rendez-vous dans un chic restaurant de Montréal, mais à son arrivée, elle a été surprise de voir qu’il était assis au bar. En discutant, il est devenu clair pour elle qu’il était davantage intéressé par son physique que par son expérience professionnelle. Il lui aurait posé des questions de nature privée et aurait fait des commentaires personnels.

 

Plus tard dans la soirée, il l’aurait embrassée «avec la langue». Elle dit avoir pris un taxi seule pour rentrer chez elle.

 

Dans diverses entrevues, elle se remémore aussi un incident survenu l’an dernier, à Québec. Il l’aurait invitée à assister à une rencontre d’affaires avec une foule d’autres personnes, mais une fois à l’hôtel, elle était seule. Il n’y avait qu’une seule chambre d’hôtel réservée au nom de M. Aubut, aucune pour elle, a-t-elle affirmé.

 

«Il me dit: « quand est-ce que je vais venir dans ta chambre? J’ai demandé des clés pour ta chambre »», a-t-elle confié à La Presse.

 

Encore l’an dernier, lors d’un match de la Coupe du monde de soccer féminin U-20, devant son fils de 15 ans, il l’aurait interpellée dans un couloir et lui aurait demandé: «Quand est-ce qu’on couche ensemble?»

 

En entrevue au 98,5 FM, l’avocate a affirmé ne pas savoir si elle porterait plainte formellement. Lorsqu’elle a appris qu’une autre personne avait porté plainte, cette mère de trois enfants s’est sentie concernée et a décidé de ne plus rester silencieuse.

 

«En tant que mère, je vais toujours me lever pour les jeunes femmes harcelées», a-t-elle écrit sur Twitter mercredi.

 

Plus tard jeudi, TVA a diffusé une entrevue avec une femme soutenant avoir été victime de plusieurs gestes de M. Aubut en 2011, lorsqu’elle travaillait dans un bureau d’avocats de Montréal.

 

La femme n’a pas été identifiée, mais TVA a indiqué qu’elle était une de ses anciennes adjointes exécutives.

 

Selon ce qu’elle raconte au réseau d’information, Marcel Aubut mettait ses mains autour de sa taille, et elles étaient un peu plus basses chaque nouvelle fois. Elle a également soutenu qu’il plaçait ses mains sur ses épaules et touchait sa poitrine. Elle l’aurait également vu en caleçons à une occasion, lorsqu’il l’a appelée dans sa salle de conférence.

 

Après ces incidents, a-t-elle raconté, elle a dû quitter pour des raisons de santé. Selon TVA, elle n’a pas porté plainte car le cabinet lui a proposé une entente lui donnant l’équivalent de 10 000 $ contre son renoncement à tout recours.

 

Âgé de 67 ans, Marcel Aubut est membre du COC depuis 2000, et président depuis avril 2010.

 

Par le passé, il a occupé le poste de président des Nordiques de Québec, jusqu’au déménagement de l’équipe au Colorado en 1995. Il a notamment aidé à faire venir au Canada les frères Stastny, en 1980, pour jouer pour les Nordiques.

 

Il a été nommé officier de l’Ordre du Canada en 1993, officier de l’Ordre national du Québec en 2006, et avocat émérite du Barreau du Québec en 2008. Il a été intronisé au Panthéon des sports canadiens en 1999.

 

Il exerce le droit et est partenaire, avocat et vice-président du conseil d’administration de la firme montréalaise BCF.

 

Mercredi, BCF a fait savoir qu’elle ne commenterait pas l’enquête et a ajouté que le rôle de M. Aubut dans la firme n’était pas à risque puisque les allégations ne concernaient pas directement ses activités professionnelles.

Link to comment
Share on other sites

ok, dans ce thread, c quoi le rapport avec l'urbanisme de Montréal, à part les faits divers de chiens et chats écrasés, genre journal jaune de montreal?

 

Je suis d'accord avec toi. Cependant il est difficile d'accorder une certaine dose de crédibilité à un personnage public, quand le comportement de cet individu vient porter ombrage à ses propres fonctions. Ce qui m'amène à m'inquiéter de l'avenir de certains projets défendus par Aubut. Ici ce n'est pas sa compétence qui est mise en cause, mais les appuis qu'il pourrait perdre dans le processus. Indirectement c'est l'image et le prestige de Montréal qui risque d'être mis à mal par la perte d'un de ses plus grands défenseurs. :(

Link to comment
Share on other sites

Quel dommage! Le scénario classique et prévisible vient justement d'être communiqué dans La Presse il y a quelques minutes.

 

 

http://www.lapresse.ca/sports/autres-sports/olympisme/201510/03/01-4906260-marcel-aubut-remet-sa-demission.php

 

Publié le 03 octobre 2015 à 07h00 | Mis à jour à 09h18

 

Marcel Aubut remet sa démission

Ma Presse

 

 

 

Gabriel Béland

La Presse

 

Marcel Aubut a démissionné de son poste de président du Comité olympique canadien (COC), samedi.

 

Selon une source très crédible qui s'est confiée à La Presse tard dans la nuit de vendredi à samedi, « Marcel fait acte de contrition complet pour ses propos, ses gestes, ses comportements et il s'en excuse ».

 

La démission, confirmée samedi matin par communiqué, signifierait la fin de l'enquête de harcèlement qui le visait depuis mercredi et que le COC avait élargie vendredi après de nouvelles révélations.

 

« L'employée a retiré sa plainte formelle et aucune indemnité ne sera accordée », toujours selon cette source très au fait du dossier.

 

Rappelons que Marcel Aubut s'était retiré temporairement de son poste de président après le déclenchement de cette enquête.

 

Plus de détails suivront.

Edited by acpnc
Link to comment
Share on other sites

all you need is to backfill Marcel with somebody from Toronto then *poof* la Maison Olympique slides down the 401. This is not good.

 

I hope this way they tear down that ugly olympic sign from that R-L building and restore the windows facade to its original state.

Link to comment
Share on other sites

all you need is to backfill Marcel with somebody from Toronto then *poof* la Maison Olympique slides down the 401. This is not good.

 

Pas si facile que ça d'effacer un héritage, surtout que Toronto n'a jamais accueilli les Jeux. De toute façon agir ainsi ne serait qu'un geste politique hostile et démontrerait clairement que Montréal ne mérite pas de faire partie du Canada, ou n'est vue que comme un partenaire de seconde catégorie. Il ne faudrait pas penser non plus que la Maison Olympique n'est le fait que d'un seul homme. C'est toute une équipe qui continuera à défendre les dossiers. On verra bien qui le remplacera, avant d'imaginer les pires scénarios, en jouant une fois de plus les prophètes de malheur.

 

La leçon à retenir de tout cela: l'égo sera toujours le pire ennemi intérieur de chacun. Il finit toujours par avoir raison des plus grands (ou ceux qui se croient supérieurs), s'ils n'ont pas appris à s'en méfier, en se laissant porter par la conviction d'être bien au-dessus du monde.

Link to comment
Share on other sites

Oui c est sur que cest dommage mais bon si on raisonne comme ca :son depart va entrainer la baisse du role de Montreal ,ca voudrait que la place de montreal aurait été temporaire car tot ou tard il serait parti.Je pense que ceci sera dur de baisser le role de montreal,le dossier de la remettre sur la carte du coc est fait.Meme si rien n est acquis dans la vie ca serait illogique de retirer le prestige de montreal soudainement.Ca aurait été dramatique s'il était parti sans concretiser ce projet,car oui dans ce cas il aurait été encore dans les boites à carton.Tout ca pour dire qu'il ne faut pas stresser pour ca.

A part ca ,si cette affaire est vrai,eh bien c'est une bonne nouvelle,c'est pas parce que tu es influent et que tu occupes un poste que tu peux tout te permettre...

Link to comment
Share on other sites

J'abonde dans le même sens. La Maison olympique va demeurer. Une importante délégation québécoise compose le Comité olympique canadien (COC) et possède une influence certaine sur ses orientations nationales. Avec le nombre d'athlètes de pointe que nous produisons au Québec ainsi que le statut de Montréal, ville olympique, nous pouvons être rassurés sur le maintien de cette infrastructure.

Edited by Trudeau
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...