Jump to content

La pire récession américaine depuis les années 1930


ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

La pire récession américaine depuis les années 1930

 

12 décembre 2008 - 09h07

Agence France-Presse

 

La plupart des gens n'ont pas vécu assez longtemps pour avoir assisté directement aux conditions économiques de la Grande Dépression.

 

L'économie américaine traverse sa plus longue et sévère récession depuis la Grande Dépression dans les années 1930, selon les économistes interrogés pour le sondage mensuel du Wall Street Journal (WSJ).

 

Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie mondiale devrait se contracter sur le trimestre en cours, ainsi que pendant les deux premiers trimestres de 2009, selon les 54 économistes interrogés par le quotidien des affaires.

 

«En moyenne, les économistes s'attendent à ce que le déclin économique se termine en juin 2009», écrit le WSJ.

 

Si ces prédictions s'avèrent juste, cela marquera la première fois depuis 1945 que le PIB se contracte quatre trimestres d'affilée.

 

Au troisième trimestre, le PIB américain s'est contracté de 0,5%, par rapport au précédent, en rythme annuel.

 

Au début de décembre, le Bureau national de la recherche économique (NBER) a indiqué officiellement que les États-Unis étaient entré en récession, le début de ses difficultés remontant à décembre 2007.

 

Si la récession s'installe jusqu'en juin comme attendu, «cela portera la période de déclin à 18 mois, la plus longue période de recul depuis la Grande Dépression», souligne le WSJ. Les récessions des années 1973-1975 et 1981-1982 ont chacune duré 16 mois.

 

L'équipe économique qui prendra place avec l'entrée en fonction de Barack Obama, le 20 janvier, bénéficie d'une bonne cote auprès des économistes, puisque presque la moitié a estimé qu'elle serait «significativement meilleure» que celle de l'administration Bush en place et un quart qu'elle était «légèrement meilleure».

 

L'opinion portée au Secrétaire du Trésor, Henry Paulson, est tombée à son plus bas niveau depuis son entrée en fonction, alors qu'en revanche la cote du président de la Réserve fédérale (Fed), Ben Bernanke, a légèrement augmenté.

Link to comment
Share on other sites

La seule chose que ces économistes peuvent voir dans leurs boules de cristal est le passé et le présent. Bien malin est celui ou celle qui peut prédire combien de temps ca durera : leurs prévisions ne servent qu'à tenter de rassûrer ceux et celles qui se laisseront duper par ces prévisions.

De la façon dont les choses se présentent, la question à se poser n'est plus de savoir si les Trois Grands vont faire faillite mais quand ? Des millions d'emplois seront perdus dans les trois pays d'Amérique du Nord et l'effet domino sera désastreux. À la suite de ces difficiles banqueroutes, il faudra probablement des années pour que l'économie de l'Amérique du Nord s'en remette.

Link to comment
Share on other sites

Je dit depuis des années que si les gens achète de plus en plus de voitures importés et de moins en moins de voitures domestiques on va tuer notre industrie domestique! Les profits sur les Toyota ne restent pas en Amérique du Nord, mais vont au Japon! Personne ne pensera pour une moitié d'un seconde que peut-être il y a un désavantage pour notre économie d'acheter un véhicule Japonnais au lieu d'Américain?

 

Il y a trops de monde qui ne connait rien sur l'économie.

Link to comment
Share on other sites

Oh !! mais tout le monde connait bien l'économie. Celle qu'on fait au départ : le coût d'achat d'un voiture japonaise comparée à un états-unienne ; puis le coût d'entretien.

Certains disent que les états-uniennes sont maintenant d'aussi bonne qualité que les japonaises (permettez-moi d'en douter) mais le mal est fait. Pendant au moins 30 ans c'était le cas et la réputation des états-uniennes est indécrottablement ancrée dans l'opinion publique.

Savez-vous que le salaire horaire d'un employé sur les lignes d'assemblages aux États-Unies est de $79.00 chez les Three Big (Losers) en incluant tous les avantages sociaux ($79.00 !! :eek: ) et seulement de $51.00 chez les japonais ($51.00 !!:eek: ) ? Moi j'irais sur un ligne d'assemblage pour $30.00/hre !!

Link to comment
Share on other sites

Oh !! mais tout le monde connait bien l'économie. Celle qu'on fait au départ : le coût d'achat d'un voiture japonaise comparée à un états-unienne ; puis le coût d'entretien.

Certains disent que les états-uniennes sont maintenant d'aussi bonne qualité que les japonaises (permettez-moi d'en douter) mais le mal est fait. Pendant au moins 30 ans c'était le cas et la réputation des états-uniennes est indécrottablement ancrée dans l'opinion publique.

Je connais par expérience que les voitures américaines sont très bien faites.

Mon père a acheté un 1981 Pontiac Grand Prix qui a durer pour dix ans avec peu de problèmes (Il l'a vendu parce que c'était vieux). En 1991, il a acheter un Buick Regal qui a durer 16 ans, et encore il l'a vendu parce que c'était très vieux. Il a acheter un Chevrolet Malibu en 2001, qui a date n'a aucune problème. En 2007, il a acheter un Saturn Aura, qui encore, n'a pas eu de problème à date. Selon moi, ces véhicules Américaines durent pas mal plus long temps que des voitures semblabes Japonnaises. Moi, je sauve pour acheter un GM tout neuf quand je sera fini l'université, je sais que ca va être fiable. Check les rapports faites par JD Power, les marques Américaines finissent en haut de la classe.

 

Savez-vous que le salaire horaire d'un employé sur les lignes d'assemblages aux États-Unies est de $79.00 chez les Three Big (Losers) en incluant tous les avantages sociaux ($79.00 !! :eek: ) et seulement de $51.00 chez les japonais ($51.00 !!:eek: ) ? Moi j'irais sur un ligne d'assemblage pour $30.00/hre !!

Comme quelqu'un de politique gauche, je penserai que tu serait en faveur de les employées syndicalisés si bien payés! Faire ce genre de plainte n'est pas ce que j'expecte de le Yarabundi qui fréquente MtlUrb....

Cela dit, je suis d'accord que les syndicalisés chez le Big Three sont trop payés, mais ça c'est la faute des SYNDICATS trops puissants.

Link to comment
Share on other sites

Je dit depuis des années que si les gens achète de plus en plus de voitures importés et de moins en moins de voitures domestiques on va tuer notre industrie domestique! Les profits sur les Toyota ne restent pas en Amérique du Nord, mais vont au Japon! Personne ne pensera pour une moitié d'un seconde que peut-être il y a un désavantage pour notre économie d'acheter un véhicule Japonnais au lieu d'Américain?

 

Il y a trops de monde qui ne connait rien sur l'économie.

 

Suivant cette logique, on ne devrait pas acheter de voitures au Québec, mais plutôt des autobus (Novabus), des trains et métros (Bombardier, Alstom) et des bicyclettes (Louis Garneau). De plus, le métro fonctionne à l'électricité (Hydro-Québec) et le personnel des sociétés de transport en commun travaille au Québec.

Link to comment
Share on other sites

Comme quelqu'un de politique gauche, je penserai que tu serait en faveur de les employées syndicalisés si bien payés! Faire ce genre de plainte n'est pas ce que j'expecte de le Yarabundi qui fréquente MtlUrb....

Cela dit, je suis d'accord que les syndicalisés chez le Big Three sont trop payés, mais ça c'est la faute des SYNDICATS trops puissants.

Je vois que nous sommes d'accord sur au moins un point. Être de gauche (assuming I'm leftist) c'est aussi souhaitez sinon l'élimination de si grandes différences entre les rémunérations des individus du moins l'égalité entre travailleurs en autant que c'est possible de le faire. Je crois fermement et profondémment que lorsque des individus prennnent des responsabilités ou des risques que les résultats au bout du compte devraient également être conséquents.

Par contre, il y certainement des travailleurs dans des usines ailleurs en Amérique du Nord dont les compétences sont égales à celles d'un travailleur de GM, Ford ou Chrysler et qui ne gagnent pas $79.00 de l'heure. C'est là que se trouve l'injustice. Les syndicats ont été une superbe invention mais le principe a été complètement détourné et vicié par l'Homme, l'être humain.

Link to comment
Share on other sites

Le Québec tiendra-t-il le coup?

 

Le secteur des exportations représente un maillon faible, selon Desjardins.

 

L’économie québécoise serait à l’abri d’une récession profonde selon les dernières analyses publiées par Desjardins. La force du marché du travail et du marché immobilier contribuerait jusqu’ici à contrebalancer le manque de confiance des consommateurs québécois.

 

Selon Desjardins, peu de statistiques seraient actuellement compatibles avec le scénario d'un début de profonde récession. Pour l'instant, le marché de l'emploi demeure solide ce qui permet de soutenir pour l'instant les dépenses de consommation. De plus, le peu de dépendance que le Québec entretient envers le secteur de l'automobile devrait s'avérer utile pour l'économie.

 

« Le manque de vigueur récent de l'économie québécoise est pour l'instant insuffisant pour provoquer des mises à pied massives d'une ampleur semblable à celles des deux dernières récessions, soutient Hélène Bégin, économiste senior chez Desjardins. Notre scénario table sur une hausse d'environ 1,5 % des dépenses en biens et services au dernier trimestre de 2008 et au premier trimestre de 2009, soit la moitié de la croissance observée en première moitié d'année. »

 

Elle demeure toutefois prudente et ne ferme pas la porte à une détérioration plus importante de la situation : « Étant donné le faible niveau actuel de la confiance, une baisse de la consommation est possible, ce qui plongerait l'économie du Québec en véritable récession. »

 

Quant au marché immobilier local, bien qu'il n'ait pas connu le même genre de bulle spéculative que son homologue américain, il n'est pas complètement à l'abri de la tempête actuelle. Un peu partout, la demande a ralenti de façon significative dans le segment haut de gamme, qui est d'ailleurs plus vulnérable à une baisse de prix.

 

« Plutôt que de réduire la cadence de la construction, les conditions économiques moins favorables ont pour effet de déplacer la demande vers les produits moins dispendieux tels que les maisons jumelées et les copropriétés », précise Hélène Bégin.

 

Les exportations connaissent également des temps difficiles, la chute de la demande américaine leur a fait prendre un plongeon important durant les derniers mois. En effet, le déficit commercial a par conséquent atteint un niveau record de plus de 25 milliards (en termes réels), ce qui tranche avec le surplus du début de la décennie.

 

« Il s'agit du maillon faible qui distingue le cycle actuel de l'économie québécoise et qui entraînera cette fois-ci une légère récession », prédit Hélène Bégin.

 

On serait toutefois très loin des conditions qui prévalaient lors de la dernière grande récession de 1990. En effet, le contexte général est nettement plus favorable qu'à cette époque et à moins que le marché du travail se détériore significativement, entraînant la consommation et le marché immobilier dans son sillon, la demande intérieure devrait rester cette fois en territoire positif

Link to comment
Share on other sites

Suivant cette logique, on ne devrait pas acheter de voitures au Québec, mais plutôt des autobus (Novabus), des trains et métros (Bombardier, Alstom) et des bicyclettes (Louis Garneau). De plus, le métro fonctionne à l'électricité (Hydro-Québec) et le personnel des sociétés de transport en commun travaille au Québec.

Si il y avait une marque de voiture Québécois, j'encouragera le ici monde à en acheter! Mais il n'y a en a pas.

 

Mais je pense que c'est bien que nous avons des produits locales devant presque tout nos transports en commun (et on exporte pas mal aussi).

Link to comment
Share on other sites

Je vois que nous sommes d'accord sur au moins un point. Être de gauche (assuming I'm leftist) c'est aussi souhaitez sinon l'élimination de si grandes différences entre les rémunérations des individus du moins l'égalité entre travailleurs en autant que c'est possible de le faire. Je crois fermement et profondémment que lorsque des individus prennnent des responsabilités ou des risques que les résultats au bout du compte devraient également être conséquents.

Par contre, il y certainement des travailleurs dans des usines ailleurs en Amérique du Nord dont les compétences sont égales à celles d'un travailleur de GM, Ford ou Chrysler et qui ne gagnent pas $79.00 de l'heure. C'est là que se trouve l'injustice. Les syndicats ont été une superbe invention mais le principe a été complètement détourné et vicié par l'Homme, l'être humain.

Je pense que vous avez mentionné plusieurs fois ici que vous êtes à gauche (comme c'est évident que je suis à droite).

 

C'est vrai que les employées dans la "troisième monde" on besoin des meilleurs conditions de travail. Je suis d'accord que les corporations peuvent être mauvais, mais GM, Ford et Chrysler n'abusent pas les droits des employées. Je pense on doit tout faire pour sauver les Big Three, mais les syndicats vont avoir besoin de faire beaucoup de concessions pour sauver leurs emplois. (La même va évidemment pour les éxécutives qui sont eux même trops payés).

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...