Jump to content

Les Français s'exilent de plus en plus au Québec


monctezuma
 Share

Recommended Posts

Après l'article du JdeM en novembre dernier, voici un nouvel article du Figaro sur le phénomène:

 

***

 

http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/01/01003-20130101ARTFIG00150-les-francais-s-exilent-de-plus-en-plus-au-quebec.php

 

Les Français s'exilent de plus en plus au Québec

Mots clés : Québec, Expatriés, Émigration, Canada, France, Montréal

 

Par Ludovic Hirtzmann

Mis à jour le 02/01/2013 à 18:50 | publié le 01/01/2013 à 20:09 Réactions (201)

 

Les maisons historiques de la place de Paris et le château Frontenac en arrière-plan, dans le quartier du Petit-Champlain, à Québec. Crédits photo : Philippe Roy/Philippe Roy / Epicureans

 

inShare

Recommander6

La «Nouvelle-France» attire pour la facilité d'y trouver un emploi ou la qualité de ses universités.

 

Montréal

 

«Au Québec, il n'y a pas de stress. En France, l'ambiance est lourde, l'actualité pesante. Ici, les nouvelles sont positives.» Cédric Marty, boulanger de 29 ans originaire de l'Aveyron, savoure son nouveau bonheur. Il vit à Montréal depuis six mois. Il travaille dans une chaîne de boulangeries où l'ambiance et les conditions de travail sont meilleures qu'en France. «J'ai un visa de travail de deux ans. Je ferai un bilan à la fin, mais je pense rester au Québec», lance-t-il, l'accent chantant.

 

Un avis que partage Gaëlle Mazé, une jeune Bretonne de Quimper, licenciée en biologie. «J'aime le pays. Le climat est chaleureux. Je me sens chez moi. J'ai envie de travailler au Musée d'histoire naturelle de Toronto», explique-t-elle. À l'instar de cette jeune femme de 23 ans, les Français sont «dingues du Québec», comme l'a titré récemment le Journal de Montréal. Ils partent pour la Nouvelle-France dans un exode sans précédent.

 

Chaque année, l'ambassade du Canada à Paris met 6750 permis vacances-travail (PVT, des visas temporaires d'un an) à la disposition des Français de 18 à 35 ans. À la mi-novembre 2012, ils se sont envolés en 48 heures. Du jamais-vu! En 2010, il avait fallu un mois et en 2006 près d'un semestre. «On note une forte augmentation du nombre d'immigrants du continent européen. Cette progression s'explique par un volume plus élevé de nouveaux arrivants (…) de France», souligne une toute récente note du ministère de l'Immigration du Québec.

 

Des «clandestins français»

Près de 4000 Français ont officiellement immigré au Québec pour les neuf premiers mois de 2012. Ils étaient 2400 pour la même période en 2011. S'y ajoutent les 6750 «PVTistes» et au moins autant d'expatriés avec d'autres types de visas temporaires, ainsi que 10.000 étudiants dans les universités québécoises (un chiffre en forte hausse). «Et c'est compter sans les clandestins français. J'en connais énormément», chuchote Gaëlle. «Mon visa est expiré, mais je ne veux pas retourner en France. Tout est plus simple ici pour trouver du travail», dit Romain, serveur sans papiers dans un restaurant montréalais.

 

Environ 150.000 de nos compatriotes vivent dans le pays. Le président de l'association Accueil français de Québec, Georges Mosser, confie: «Depuis un semestre, le nombre de demandes de renseignements de Français par courriel a doublé, avec une augmentation sensible des artisans ou des petits entrepreneurs, qui font un voyage d'étude avant de faire le grand saut.»

 

«Ah la french invasion! C'est une immigration audible», dit en riant le député néodémocrate Alexandre Boulerice. Les autorités québécoises veulent des Français jeunes et diplômés. Les Québécois, eux, n'apprécient pas forcément ces cousins à la grammaire «parfaite», qui agace.

 

L'immigration française est rarement fiscale; moins de 2% sont des investisseurs. Les raisons n'en sont pas moins essentiellement économiques, liées à l'emploi, même si une majorité, sans doute par fierté, s'en défend. Si le Canada attire, c'est parce que le taux de chômage n'y est que de 7,2%, un taux réel, sans traitement administratif. Les procédures d'embauche sont simples et dénicher une «jobine», un «petit boulot», est facile.

 

Pour les immigrants à la recherche d'un travail qualifié, et malgré un déficit de main-d'œuvre, l'ultraprotectionnisme des employeurs québécois impose vite des limites. Si «le Canada offre beaucoup d'opportunités professionnelles», relève Julie Meunier, administratrice du site pvtistes.net, elle met en garde contre l'eldorado présenté par certains médias.

 

Les «oubliés de Buffalo»

«J'ai parfois l'impression qu'on ne dit pas la vérité», ajoute-t-elle. Les autorités veulent plus d'immigrants pour combler un déficit de main-d'œuvre, mais elles ont diminué les moyens des agents de l'immigration et fermé des consulats. Ce qui indigne Alexandre Boulerice, venu soutenir un groupe d'immigrants «oubliés» par Ottawa. «Je reçois des appels désespérés de nombreux Français», dit le député. Le gouvernement fédéral a demandé à ces immigrants de déposer leur demande de résidence permanente au consulat du Canada à Buffalo, aux États-Unis. Le consulat a fermé au début 2012. Les dossiers sont bloqués.

 

«Je n'ai pas de visa et plus de nouvelles de l'administration canadienne depuis un an. Je ne peux pas travailler», raconte Loïc Kerbrat, un jeune infirmier. Avec une centaine «d'oubliés de Buffalo», comme ils se désignent eux-mêmes, Loïc a organisé une soirée dans un cabaret montréalais. L'un d'eux monte sur scène. Il se lance dans une longue déclamation, avant de conclure: «Notre but est légitime, immigrer. Nous voulons payer nos taxes, nos factures»… au Canada.

Link to comment
Share on other sites

Qu'est ce qu'ils faisaient dans ce trou perdu de Buffalo eux autres? :confused:

 

Je suis passé par Buffalo pour ma résidence permanente. Quand tu es Français et que tu vivais depuis plus d'un an au Canada, tu avais deux choix : envoyer ton dossier au consulat de Buffalo ou à l'ambassade du Canada en France à Paris. Beaucoup de mes compatriotes ont choisi Buffalo parce que cela était plus facile de se présenter aux bureaux du consulat si on devait passer une entrevue avec Immigration Canada...

Link to comment
Share on other sites

Bonne nouvelle! Amenez en des immigrants! The more the merrier!

 

Oui!:thumbsup: Et je suis certain qu'avec des efforts de visibilité, on pourrait aller ramasser en masse du côté des autres pays européens! Main d'oeuvre qualifiée (la majorité du temps), instruite, qui s'acclimate bien, qui s'intègre relativement bien et qui ne craint pas tant que ça le français (pour ceux qui ne viennent pas de France). Imagine tous les Portuguais, les Italiens, les Européens de l'est, etc. Ça va tellement mal là-bas......

 

Que le message se fasse entendre!

Link to comment
Share on other sites

Surtout les jeunes souvent universitaires,le taux de chômage dépasse 60% en Grèce chez les moins de 26 ans,55% en Espagne,40% au Portugal,35% en Italie

parfois plus de 30% en France dans certaines régions ou quartiers,25% en Irlande...

En Allemagne il y a sois disant 6.5% de chômage mais 25% de travailleurs pauvres,certains travaillent pour un seul euro de l'heure.Il n'y a

pas de salaire minimum en Allemagne mais le logement comparé à la France ou à l'Angleterre est nettement moins dispendieux.

Tout de même vivre avec un mini job à 400 euros/mensuel tu vas pas loin avec ça,même si ton loyer est de 350 euros.

En Allemagne peu de femmes travaillent car il n'y a ni garderies pas chères ni école maternelle,ce qui diminue autant artificiellement le taux de chômage.

Le 'miracle' Allemand en fait n'existe pas ou que pour une minorité et la population du pays diminue,bientôt une majorité de seniors.

Ils essayent aussi d'attirer des talents,mais l'obstacle de la langue (difficile) est important.

C'est pas un pays hyper rigolo très 'party' non plus.Protestant luthérien en majorité,faut donc être sérieux..

Berlin est plus le fun,mais c'est la ville la plus pauvre du pays bizaremment.

Link to comment
Share on other sites

Un regard attendrissant sur nos cousins français, et l'incontournable :silly: Gérard, l'Obélix russe.

 

 

La France en pente douce

 

On ne parle que de lui. Depardieu, dans une grosse colère, s'engueule avec sa famille et part en claquant la porte, sans oublier de rendre les clés. Tandis que le spectacle, si improbable pour nous, réjouit et distrait la terre entière dans une comédie burlesque inédite, la France, elle, n'a pas le coeur à rire. Elle est même plutôt hors d'elle, enragée pour tout dire, alors qu'ici, on est plié en deux.

 

D'abord, pour reprendre une expression qui nous est familière, je crois que si on peut sortir Depardieu de la France, on ne peut pas sortir la France de Depardieu. Et Gérard n'a sans doute jamais été aussi Français. Râleur, frondeur, colérique, impulsif et insoumis, Cyrano de Bergerac se met en scène dans un théâtre plus hexagonal que l'oeuvre de Rostand toute entière. Mais l'acteur n'est rien sans public et le Russe fraîchement nommé nous rappelle ces particularités précieuses qui définissent cette patrie jadis si lumineuse, et aujourd'hui si maladroite.

 

Cette énergie que met la France a détester Jean de Florette est à la fois étourdissante et attendrissante. Chez nous, on a plutôt procédé comme suit: Va chier, on continue nos affaires, dégage. C'est à peu près toute l'attention qu'on a décidé d'accorder à Jacques Villeneuve quand il a annoncé cet été qu'il nous quittait pour planquer ses dollars en Andorre. C'est sans doute le pragmatisme nord-américain; déjà qu'il ne fend plus les lignes d'arrivée depuis longtemps, on n'attendra pas qu'il pisse partout pour nous faire honte, alors salut champion, on passe au prochain appel.

 

Mais la France n'est pas pragmatique, pour son grand malheur. Rompue à une crise économique des plus préoccupantes, rompue à un chômage sans cesse croissant n'épargnant désormais plus aucune famille, alors qu'elle peine à s'intégrer dans une économie de marché sans pitié, elle demeure cette terre décalée de l'occident, plus émotive qu'efficace en réalité. Dans les faits, l'affaire Depardieu ne devrait être qu'une anecdote. Et pour riche que soit devenu le génial vigneron, il va de soi que son départ n'ébranlera pas le PIB du pays outre-mesure. Mais tout est dans le symbole, celui du copain qui part quand ça se complique, et à lui seul il justifie tout ce boucan. C'est là toute la particularité de la France, cette force de l'inutile essentiel...

 

À la fois à droite et ancrée dans ses traditions millénaires, à la fois à gauche et attachée à son histoire révolutionnaire et sociale, mais surtout en haut, parmi les nuages... Nuages de pensées, d'idéaux et de symboles, nuages de colère et d'insoumission, bien peu rentables mais combien indispensables. Cette France rêveuse qui manifeste jour et nuit et qui nous fait sourire, cette France poétique et maladroite dans le grand concert ultra-libéral planétaire, cette France en colère et en pente douce qui s'arrête un moment d'oublier qu'elle souffre pour crier en choeur qu'il y a des choses qui ne se font pas, cette France devrait peut-être nous inspirer et nous faire ralentir...

 

Car c'est une France rafraîchissante au fond qui nous est donné à regarder ces jours-ci. Loin du cynisme et de l'argent à tout prix, elle vient nous rappeler que le pragmatisme n'est pas une fin en soi, que si elle peine à faire sa place dans ce nouvel ordre mondial où les seuls succès sont ceux qui se comptent, c'est parce qu'effectivement il y a des choses qui ne se font pas, que le geste compte, et que parfois il faut taper du poing sur la table quand c'est nécessaire. Une invitation à se souvenir de nos valeurs, de nos principes, ceux qui ne rapportent pas tout de suite, mais qui font qu'on sera encore là demain.

 

Avant de souiller les couloirs d'avions, et tandis qu'Hollywood le réclamait, Depardieu venait à Montréal pour nous lire les confessions de St-Augustin dans une église mal chauffée. Il a su, à ses heures lui aussi, être un souverain improductif...

 

 

Suivre Savignac sur Twitter: http://www.twitter.com/_Savignac

http://quebec.huffingtonpost.ca/savignac/la-france-en-pente-douce_b_2415309.html?ir=

Edited by LindbergMTL
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value