Jump to content

Recommended Posts

Vive les Québécoises !

 

10 juin 2009 - 11h43

Pierre Duhamel

Chroniqueur, Argent

Si le Québec n’était peuplé que de femmes, ce serait sans doute l’un des endroits les plus prospères et les plus dynamiques au monde. Les Québécoises sont des battantes et elles se classent parmi les toutes meilleures au monde dans certains des classements les plus significatifs au niveau du développement économique. Ce sont les Québécois de sexe masculin qui traînent de la patte et qui peinent à suivre la cadence mondiale.

 

La lecture de l’étude conjointe de l’Institut de la statistique du Québec et du Ministère français du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville achèvera de convaincre tous les sceptiques et les misogynes.

 

Commençons par l’éducation. Marcel Côté et Claude Séguin disaient hier à la Chambre de Commerce de Montréal qu’une grande partie du marasme économique de Montréal s’expliquait parce que la métropole compte moins de diplômés universitaires que ses concurrentes nord-américaines.

 

Laissez-moi vous dire que ce n’est pas la faute des Québécoises. 33 % des jeunes Québécoises de 25 à 34 ans ont au moins un diplôme équivalent au baccalauréat universitaire. Il n’y a que les Danoises et les Néerlandaises qui font mieux dans cette étude comparant une trentaine de juridictions en Europe et en Amérique du Nord. Les jeunes Québécoises sont au même niveau que les Américaines du même âge.

 

Hélas, on ne peut pas en dire autant des jeunes Québécois. Ils ne sont que 23 % à avoir obtenu au moins un diplôme de premier cycle. Ils font beaucoup moins bien que les jeunes Canadiens (25 %) ou Américains (27 %).

 

Le décrochage scolaire est aussi un phénomène essentiellement masculin. Les jeunes Québécoises sont des championnes du monde à l’école. 3,7 % seulement des Québécoises de 18 à 24 ans n’ont pas obtenu leur diplôme de fin de secondaire ou ne suivent ni étude ni formation. Il n’y a que la Slovénie où ce taux est plus bas. Nos jeunes filles déclassent les Canadiennes et les Américaines (taux de 13,2%). On ne peut pas en dire autant des jeunes Québécois de sexe masculin, car 16,4 % d’entre eux ont quitté l’école sans avoir de DEC.

 

Je suis sidéré par ces statistiques. Nous cherchons des modèles dans d’autres pays pour lutter contre le décrochage scolaire alors que les plus beaux exemples de persévérance et de réussite se trouvent assises à notre table de cuisine !

 

Cette énergie et cette volonté de réussir se reflètent sur le marché du travail. Le taux d’emploi des Québécoises atteint 68,8 %, c’est tout juste après le Danemark, la Suède, le Canada et les Pays-Bas. Ce taux est nettement plus élevé que celui des Américaines (65,9%) ou des Françaises (60 %).

 

Les Québécoises occupent 47,6 % des emplois au Québec. C’est une proportion plus forte qu’au Canada et aux États-Unis et cela les classe au cinquième rang.

 

Les femmes souffrent encore de beaucoup de discrimination en milieu de travail et il subsiste encore un écart de salaire substantiel entre les hommes et les femmes. Mais pour reprendre la formule d’un grand poète, l’avenir des Québécois, ce sont les Québécoises.

Link to comment
Share on other sites

C'est peut-être un signe que notre système scolaire n'est pas bien adapté à la clientèle masculine. :ziplip:

 

Je le crois aussi, j'en suis un exemple. J'ai eu beaucoup de difficulté à apprendre à l'école, mais j'ai une plus grande capacité d'apprendre par moi-meme aujourd'hui; ce n'est pas par paresse ou manque d'intéret pour mon éducation au contraire j'ai plus soif d'apprendre que les gens qui ont des études dans mon entourage. Je dirais plus que je suis sélectif et j'ai besoin d'aller moi meme chercher mon information pour la retenir et l'étudier.

 

L'école pour moi c'est plus pour avoir du temps pour me concentrer sur de quoi que je veux développer plutot que de juste me backer (un plan B, faire du cash ou pour une sécurité personnelle) avec un diplome parce'que c'est sage de le faire. Un gars ce n'est pas la sécurité que ça recherche (en générale), c'est le défi.

 

 

My two cents:silly:

Link to comment
Share on other sites

C'est peut-être un signe que notre système scolaire n'est pas bien adapté à la clientèle masculine. :ziplip:

 

Ça c'est la vérité le système scolaire ici chez nous est très mal adapté aux gars! Plusieurs de mes amis de longue date sont partie terminer leur études à l'étranger et ils ont très bien réussie! Ils ont tellement aimé ça qu'ils ne sont jamais revenu au Québec sauf pour les vacances!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value