Jump to content

Le resto Madrid près de l'A20 sera bientôt démoli


Miska
 Share

Recommended Posts

Cyberpresse.ca Publié le 09 juillet 2011 à 11h34 | Mis à jour à 11h34

 

La Presse Canadienne

 

Une véritable institution disparaîtra sous peu. Le restaurant Madrid, situé sur l'autoroute 20, à Saint-Léonard-d'Aston, dans le Centre-du-Québec, sera démoli, après la fête du Travail.

 

L'emplacement servira à faire place à une nouvelle halte routière comportant deux établissements de restauration rapide, un dépanneur et des terrains de jeux pour les enfants sur la thématique des «dinosaures», qui entourent le restaurant actuel.

 

C'est un promoteur de Québec, Immostar, qui a acquis l'édifice et les terrains adjacents. Le coût total de la transaction est évalué à quatre millions de dollars. Le promoteur entend investir au total 8 millions de dollars dans l'aventure.

 

La copropriétaire Julie Arel explique avoir pris la décision de vendre pour passer plus de temps avec sa famille, la gérance d'un restaurant étant très exigeante.

 

Le Madrid, tel qu'on le connaît aujourd'hui, a été construit en 1967. Le président d'Immostar, André Pelchat, a indiqué qu'il tentera de s'inspirer du bâtiment actuel pour construire son nouveau développement. La nouvelle halte devrait être inaugurée au printemps 2012.

Link to comment
Share on other sites

Autoroute 20

Le Madrid sera démoli

 

Première publication 9 juillet 2011 à 11h41

Par Kathryne Lamontagne | Le Journal de Québec

 

20110709-114121-g.jpg

 

Le visage de l'autoroute 20 entre Québec et Montréal ne sera plus jamais le même, le restaurant Le Madrid venant tout juste d'être vendu à des promoteurs de la capitale qui comptent bien le détruire pour ériger une toute nouvelle halte routière qui devrait loger deux restaurants, issus de chaînes populaires, et un dépanneur.

 

Après plus d'une année de négociation, de mésentente et de relance, le Madrid est passé hier entre les mains d'Immostar, un promoteur de Québec qui a travaillé, notamment, à la construction de sept importantes aires de service, dans la province.

 

«Ça faisait longtemps qu'on négociait. Il y a eu plein de petits imprévus ; c'est allé assez lentement. Là, c'est fait. On a les émotions dans le tapis, mais on est contents», a commenté Julie Arel, qui a repris l'entreprise de son père, avec son mari, il y a de cela 15 ans.

 

Rasé

 

La propriétaire de l'endroit cède ainsi le restaurant, l'hôtel, les Big Foot, la poste d'essence, le dépanneur et la plupart des terrains autour du Madrid. Le mobilier, et les éléments de décoration seront, quant à eux, vendus au public lors d'un vaste encan qui se tiendra le 3 septembre.

 

«Tout le monde va pouvoir repartir avec son petit morceau personnel du Madrid. C'est important, pour nous, de laisser cette trace-là», avance-t-elle.

 

Soulagé

 

Bien que triste de laisser partir ce projet familial, Julie Arel, qui travaille tous les jours, au Madrid, depuis son adolescence, se dit toutefois bien heureuse de la tournure des événements.

 

«J'ai eu le temps d'y penser et je suis rendue là. Il y a 15 ans, je savais que c'est là que je voulais aller. Je voulais prendre la place de mon père, voir des line ups, des autobus à la porte. Tout ce que dont je rêvais est arrivé, au-delà de mes espérances. Toutefois, à 36 ans, je vais pouvoir faire autre chose», clame la maman de deux enfants, de 13 et 16 ans, qui compte bien se reposer, voyager, et passer du temps avec sa famille au cours des prochains mois.

 

Fermeture en août

 

Si tout se déroule comme prévu, la Madrid devrait officiellement fermer ses portes à la fin du mois d'août. Les travaux devraient s'entamer à l'automne, pour per mettre l'ouverture officielle de la nouvelle halte routière le plus rapidement possible.

 

Rappelons que, au début de l'été dernier, la vente du Madrid avait été avortée entre les deux parties puisqu'une mésentente était survenue concernant le montant de la transaction. Il a été impossible de connaître le montant exact de la transaction. «On parle de millions», a simplement laissé tomber Mme Arel.

 

Contraintes économiques

 

Si les acheteurs affirmaient l'an dernier avoir pour objectif de conserver et de rénover l afin d'entretenir sa vocation familiale, il semble que des contraintes économiques aient largement modifié la donne.

 

«On a tenté de le rénover. On a regardé cinq ou six scénarios pour garder l'édifice, ou l'ossature, mais après études, on s'est rendu compte que c'était impossible», explique André Pelchat, président d'Immostar, nouvel acquéreur du célèbre château rouge.

Link to comment
Share on other sites

Un peu ! Mais il ne faut pas nier que ce bâtiment et sa décoration en bordure de la 20, c'est quand même une institution. Tout le monde connait ça.

 

Eh ben wain!

 

Je souviens qu'un fois vers 23h00, j'ai recu un appel de mon pere... il venait de Quebec et sa voiture a chie le lit drette la... Il m'avait dit "je suis a Aston sur la 20", ce que m'a rien fait... "quel kilometre?" "euh... 202, dans le parking du resto Madrid" "ah la je connais! donne moi un heure" :D C'etait le seul fois que j'ai mis un pied la-bas, mais evidemment je l'ai croise par la 20 plusieurs fois...

 

Un institution c'est sur... mais disons que le batiment est... "rustique" et le menu n'est rien d'impressionant...

 

Donc le remplacement va etre un autre Valentin et A&W? Je dois avouer que les nouveaux haltes-routieres presents sur la 20 et ailleurs au Quebec sont d'un architecture moderne et sont tres bien entretenus.

 

Ca me rappelle comment, dans mon enfance, je souviens croiser ce qui semblait comme des centaines de motels aux abords de l'autoroute 15 dans le Rive-Sud en allant a notre campagne... maintenant, il n'y a que des tours a condo.

Edited by Cyrus
Link to comment
Share on other sites

Encore une fois, l'argent prime sur le patrimoine.

 

Faut-il blâmer la propriétaire actuelle qui veut passer à autre chose de vouloir vendre son commerce au plus offrant? (ou possiblement au seul acheteur qui s'est manifesté avec une offre raisonnable!)

Link to comment
Share on other sites

Faut-il blâmer la propriétaire actuelle qui veut passer à autre chose de vouloir vendre son commerce au plus offrant? (ou possiblement au seul acheteur qui s'est manifesté avec une offre raisonnable!)
Je blâme surtout les nouveaux propriétaires.

 

Un institution c'est sur... mais disons que le batiment est... "rustique" et le menu n'est rien d'impressionant...

 

Mais y'a Normand l'Amour ! :D

 

Edited by Aurélien
Link to comment
Share on other sites

Je me demande pourquoi le Madrid s'appelait le... Madrid. Mystère. En tout cas, la 20 va être encore plus plate avec sa disparition.

 

[...]Lors de son ouverture dans les années 1950, il portait le nom de Moulin Rouge et était à la fois un restaurant, une épicerie et une salle de danse pouvant servir de salle de réception. En 1967, le Moulin Rouge fut victime d'un violent incendie. Le restaurant fut rebâti dans le style espagnol, le propriétaire de l’époque affectionnant particulièrement l’Espagne, et fut renommé Le Madrid.[...]

wikipedia.org

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...