Recommended Posts

Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle section du forum!

 

Une section qui vous est entièrement destiné. En effet, vous pouvez nous montrer ici VOS propres projets pour la grande ville de Montréal.

Comment voyez-vous le Montréal du futur? Quels projets voudriez-vous qu’il y ait?

Simplement quelques petites restrictions (plus «recommandations» que «restrictions», pour que la section soit tout simplement plus amusante à regarder;) ) :

 

1- Les projets devront être accompagné d'un appui visuelle

 

Tout simplement que ce soit plus agréable. Un projet avec un rendu est toujours plus attirant à la critique.

Exemple: Prenez comme exemple une des propositions de tour pour le Silo no5, même si elle aurait 50 étages, personnes n'en parle vraiment, parce que nous ne savons pas de quoi elle aurait l'air.

Autre exemple : La tour d'Aluminium, dont tout le monde connaissait comme n'étant qu'une vision, mais qui a tout de même réussi à remplir 4 pages de son fil en deux jours! Si j'avais seulement parlé d'une vision de tour de 240 mètres sans rendus, personnes n'aurait répondu à mon fil!

 

 

2- Les projets doivent venir de vous

 

Simplement pour ne pas se retrouver avec des projets annulés. Ce fil n’est pas un fil nostalgique de projet abandonné.

Aussi, simplement pas prendre de projets existant ailleurs et simplement le mettre, juste pour que Montréal reste la ville unique qu’elle est.

 

 

Instrument conseillé pour l’appui visuel :

 

Google sketchup

Le logiciel est juste…INCROYABLE!

Il est gratuit, complet (pour les débutant) et surtout…facile à utilisé.

Je l’ai téléchargé pendant le temps des fêtes et j’ai déjà créé quelques petites choses pour ce fil!

Vous pouvez le télécharger ici : https://www.sketchup.com/fr

 

 

Logiciels Adobe

(Photoshop, illustrator, etc.)

Quand on les connaît bien, c’est quand même assez facile de travailler avec eux.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Maintenant, à vous de créer vos propres projets! Comment voulez vous que Montréal ressemble?

P.S. Ce fil est pour les commentaires, les annonces, etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurais quelque chose à vous proposer qui me semble bien alléchante...:D

 

Mais avant, j'ai besoin de savoir quelle logiciel vous êtes capable d'utiliser, et surtout, qui connait bien Google sketchup.

 

Je vous jure que ça pourrait être très très bien si vous participez!:cool:

Share this post


Link to post
Share on other sites

je connais un peu google sketchup pour avoir fait quelques visions avec

 

vas y lance ta proposition

Share this post


Link to post
Share on other sites

et bien.... jusqu'à maintenant, on est que trois qui savons utiliser sketchup...:(

 

Ma proposition était de faire des espèces de concours de projets pour un site en particulier. Comme si un promoteur voulait construire quelque chose sur un terrain quelconque et qu'il faisait un appel à des cabinets d'architectes (comme il se fait déjà pour plusieurs projets dans le fond).

 

On partirait donc tous avec le même terrain ses alentours du terrain fait par sketchup, ensuite, chacun émettera sa proposition, et le grand public sera appelé à voter pour le meilleur projet.

 

Je crois que ça pourrait être amusant? non?:confused:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Gilbert
      Place de la Cité Internationale – Phase 2
      Architectes: Fox&Fowle
      Utilisation: Bureaux
      Emplacement: Quartier International, Montréal
      Descriptions:
      - Le terrain que la tour occupera est maintenant un grand espace gazonné.

      Source : rosey12387
    • By mtlurb
      L'industrie maritime prépare la population à la croissance de son trafic
       
      MONTREAL (PC) - L'industrie québécoise du transport maritime lance une campagne de sensibilisation pour préparer la population à la croissance de ses activités sur le fleuve Saint-Laurent.
       
      Dotée d'un budget de 3 millions $ sur trois ans, versé à parts égales par l'industrie maritime et Transports Québec, la Société de développement économique du Saint-Laurent (SODES) veut souligner la contribution de ce secteur d'activité au développement économique de la province.
       
       
       
      Une campagne publicitaire a débuté dimanche à la télévision et se déploiera aussi sur Internet et dans les médias imprimés. Elle sera suivie de tournées régionales, a indiqué jeudi dernier le directeur général de la SODES, Marc Gagnon, après la présentation de cette initiative.
       
      "Pour permettre d'accommoder la croissance du trafic maritime, il faut que la population sache ce qu'on fait et ce que le transport maritime lui apporte, a-t-il dit lors d'une entrevue téléphonique. La publicité télé est simplement la démonstration que les produits qu'on utilise tous les jours dans notre maison viennent par bateau."
      var gnEbMinZIndex = 10000;var gfEbInIframe = false;var gEbBAd = new Object();gEbBAd.nFlightID = 208297;gEbBAd.nWidth = 300;gEbBAd.nHeight = 250;var gstrEbRandnum = new String(Math.random());gstrEbRandnum = gstrEbRandnum.substring(gstrEbRandnum.indexOf(".")+1 , gstrEbRandnum.length);gEbBAd.strNonSupported = "http://bs.serving-sys.com/BurstingPipe/NonSupportedBanner.asp?FlightID=208297&Page=&PluID=0&Width=300&Height=250&Pos=" + gstrEbRandnum;

       
       
      Selon la SODES, qui regroupe notamment des transporteurs et des administrations portuaires, le trafic maritime pourrait augmenter de 40 pour cent d'ici 2015, au Québec, principalement grâce à l'intensification du commerce avec l'Asie. L'an dernier, sur la voie maritime du Saint-Laurent - entre Montréal et les Grands Lacs -, le tonnage de marchandise manutentionnée a augmenté de 9 pour cent. Le fleuve dispose actuellement des infrastructures nécessaires, mais il faut cependant commencer à penser dès maintenant aux effets de cette croissance, a expliqué M. Gagnon.
       
      Selon lui, l'intensification du trafic pourrait éventuellement requérir des projets d'amélioration des réseaux ferroviaires ou routiers. "Tout projet qui va impliquer le transport maritime devra impliquer la population, a affirmé M. Gagnon. Quand les gens ne connaissent pas ce que ça implique, il y a une levée de boucliers."
       
      La SODES, dont le siège est à Québec, met notamment de l'avant le fait que les navires de marchandises produisent moins de gaz à effets de serre que les trains et les camions. Le regroupement élabore aussi une politique pour réduire les impacts environnementaux du trafic maritime.
       
      Parallèlement à cette campagne, des représentants de l'industrie ont amorcé des discussions avec le gouvernement fédéral à propos d'un projet de corridor de commerce Saint-Laurent-Grands Lacs.
       
      "On ne fait pas la campagne de valorisation à cause du corridor mais c'est vrai que tout est lié", a reconnu M. Gagnon.
       
      Le projet de corridor est piloté par des représentants du Forum de concertation sur le transport maritime, l'interface du gouvernement provincial et de l'industrie - qui est aussi à l'origine de la campagne de valorisation.
       
      Ce plan d'axe commercial s'inspire du programme de la porte d'entrée du Pacifique, à Vancouver, où le gouvernement fédéral a prévu, dans son dernier budget, des investissements de 400 millions $ au cours des sept prochaines années.
       
      Ces sommes serviront à la réfection de routes, de ponts, de voies ferrées de même qu'à l'amélioration des services frontaliers. Ces améliorations doivent permettre au Canada de profiter du boom économique asiatique. Le plus récent plan budgétaire fédéral promettait d'investir au total 1 milliard $ dans la porte du Pacifique, sans toutefois préciser d'échéancier.
      Pour l'instant, le secteur maritime québécois n'a pas encore chiffré les montants des investissements qui pourraient devenir nécessaires à cause de la croissance prévue de ses activités. "Ce sur quoi on travaille actuellement, c'est un plan qui vise à déterminer ce qu'il faut comme infrastructures et services pour accommoder la croissance du commerce", a affirmé M. Gagnon.
       
      L'industrie québécoise n'est toutefois pas la seule à faire entendre sa voix auprès du gouvernement fédéral.
       
      L'automne dernier, le premier ministre de la Nouvelle-Ecosse, Rodney MacDonald a rencontré M. Harper pour lui demander d'appuyer son projet de porte d'entrée de l'Atlantique, qu'il évalue à 400 millions $.
      En mars, un groupe de recherche a publié un rapport concluant que le port d'Halifax était le plus avantagé, de tous les ports de l'Est canadien, pour profiter du trafic de conteneurs en provenance de l'Asie.
       
      Le document du Conseil économique des provinces de l'Atlantique notait entre autres que la profondeur de la voie maritime du Saint-Laurent limitait la possibilité que le port de Montréal puisse recevoir les plus gros navires de classe post-Panamax.
       
      Marcel Poitras, président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, affirme que la concurrence entre Halifax et Montréal ne date pas d'hier. Il estime toutefois que le port de la capitale néo-écossaise est désavantagé par sa desserte ferroviaire et routière.
       
      "Leur handicap, c'est le transport par train et par camion et c'est ce qui fait que Montréal reste la plaque tournante pour le marché du Midwest américain", a-t-il dit. M. Gagnon croit lui aussi que la distance qui sépare notamment Halifax de Toronto constitue un obstacle favorisant Montréal, où transitent annuellement plus d'un million de conteneurs, deux fois plus que dans le port de la Nouvelle-Ecosse. Mais il reconnaît que la région Saint-Laurent-Grands Lacs a pris du retard comparativement aux initiatives de M. MacDonald.
       
      "Est-ce qu'on a pris du retard, oui, je suis prêt à l'admettre, a dit M. Gagnon. Mais est-ce que le plan de M. MacDonald est crédible? Ca, je n'en ai aucune idée."
    • By UrbMtl
      Tout comme la phase 5, aucun rendu de l'extérieur. 
      La forme est légèrement différente cependant. 
      http://ghgriffintown.com/
       

    • By GDS
      http://www.progresstleonard.com
       
      Le carrefour des boulevards Lacordaire et des Grandes Prairies se métamorphosera au cours des prochaines années avec, d’une part, l’aménagement d’une gare pour le train de banlieue de l’Est, mais aussi, comme l’a appris le Progrès Saint-Léonard, avec le projet de développement piloté par le Groupe Mach, qui veut y construire quatre bâtiments d’un à huit étages, en plusieurs phases, entre 2009 et 2012.
      Ce projet de développement commercial et résidentiel de 70 M$, embryonnaire pour le moment, n’est pas encore passé à travers toutes les étapes réglementaires, bien que le comité consultatif d’urbanisme (CCU) de l’arrondissement de Saint-Léonard ait déjà vu, à deux reprises, des esquisses et ait été mis au fait des intentions du promoteur, selon ce que nous avons appris.
       
      Il faudra notamment que le CCU et l’administration Bissonnet approuvent la demande de modification de zonage pour permettre l’usage résidentiel dans ce secteur zoné à des fins commerciales et industrielles. Cette étape pourrait s’amorcer en début d'année.
       
      Le projet devra aussi passer à travers les mains de l’Agence métropolitaine de transport, la Société de transport de Montréal et la Ville, suggérant qu’il y aura beaucoup de concertation à faire avant de procéder à la première pelletée de terre et de voir la machinerie débarquer sur le site.
       
      Pierre-Jacques Lefaivre, vice-président Développement du Groupe Mach, affirme que son entreprise souhaite démolir des bâtiments situés au nord-ouest du carrefour Lacordaire et des Grandes-Prairies pour y aménager quatre édifices commerciaux de 3000, 25 000, 50 000 et 80 000 pieds carrés, lesquels accueilleront notamment un marché d’alimentation, une pharmacie et un centre de conditionnement physique.
       
      « Des commerçants ont déjà signé une lettre d’intention et nous sommes en discussion avec plusieurs locataires potentiels, explique M. Lefaivre. En ce qui concerne les locataires actuels du centre commercial, plusieurs seront relocalisés dans les nouveaux bâtiments, comme le restaurant Kyoto, le club de danse sociale Le Rendez-vous et une clinique dentaire. »
       
      Outre les commerces prévus, le projet comprend une tour de huit étages où 170 à 200 unités d’habitation seront aménagées.
       
      Selon M. Lefaivre, une étude de circulation a été réalisée, puisque le site accueillera possiblement un stationnement incitatif, bien que les arrondissements de Montréal-Nord et de Saint-Léonard revendiquent tous deux que la gare et les espaces de stationnement aboutissent dans leur cour. L'Agence métropolitaine de transport doit tenir des consultations à l'hiver avant de trancher.
       
      « Nous poussons pour que le stationnement incitatif soit du côté sud. Les espaces de stationnement pourront servir le jour pour les voyageurs et le soir et les week-ends pour les commerces. Nous demandons aussi un feu de circulation devant notre site, sur le boulevard Lacordaire (entre l’intersection actuelle et le viaduc du CN), pour assurer la sécurité de tous les usagers, les automobilistes comme les piétons », souligne M. Lefaivre.
      Densifier autour des pôles de transport
      Ce dernier rappelle que la Ville de Montréal a affirmé à maintes reprises son intention de densifier autour des stations de métro et de train de banlieue.
      « Notre projet va être un moteur de redéveloppement et permettra de densifier autour de la future gare Lacordaire. Les gens vont pouvoir aller travailler sans leur voiture », souligne M. Lefaivre, qui croit que cela fait du sens alors qu’on parle de développement durable et d’environnement.
    • By Atze
      Places L'Acadie et Henri-Bourassa - Des condos et des HLM à la place des taudis?
       
      Le Devoir
      Jeanne Corriveau
      Édition du jeudi 17 avril 2008
       
      Mots clés : condos, HLM, Groupe Tyron, Investissement, Habitation, Montréal
       
      Le Groupe Tyron rachète les immeubles insalubres avec l'intention de tout raser et de reconstruire
       
      Tristement célèbres pour leur état d'insalubrité chronique, les immeubles Places L'Acadie et Henri-Bourassa seront vraisemblablement démolis pour accueillir un nouveau complexe résidentiel de 1200 unités. La Ville de Montréal a annoncé hier que le Groupe Tyron s'était porté acquéreur des immeubles décrépits au coût de 14,8 millions de dollars en promettant de construire des logements sociaux et abordables.
       
      Le maire Gérald Tremblay soutient que ce sont la persévérance de la Ville et le millier de constats d'infraction expédiés aux propriétaires négligents qui ont fini par les convaincre qu'il valait mieux pour eux de céder les Places L'Acadie et Henri-Bourassa. Le complexe résidentiel, situé dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville et construit dans les années soixante, comporte plusieurs immeubles, dont six ont dû être barricadés compte tenu de leur insalubrité.
       
      La Ville consacrera 600 000 $ pour reloger temporairement les 146 ménages, dont une quarantaine d'enfants, qui vivent toujours dans les immeubles visés. Cette somme servira à payer à chaque famille les trois premiers mois de loyer, leurs frais de déménagement, de même que les coûts de rebranchement des services publics, tels que le téléphone. C'est l'Office municipal d'habitation de Montréal qui s'occupera de trouver un toit à ces locataires. Ceux-ci seront d'ailleurs rencontrés individuellement au cours des prochaines semaines.
       
      Tyron entend procéder aux réparations urgentes dans les logements actuels, mais le promoteur envisage sérieusement de raser les immeubles afin de construire 1200 unités de logements en partenariat avec la Société d'habitation et de développement de Montréal. De ce nombre, 15 % des unités seront du type abordable et 15 % seront composées de logement social. Le reste sera constitué de logements pour personnes âgées et de condos.
       
      L'ensemble des locataires forcés de quitter les lieux pourront bénéficier d'un appartement dans les nouveaux immeubles, a promis Gérald Tremblay. Le maire a toutefois été incapable de garantir que le coût des loyers serait le même. «Nous avons un propriétaire responsable qui a déjà réalisé un projet semblable à Saint-Léonard et qui s'est engagé à faire des logements sociaux», a-t-il insisté.
       
      À ceux qui affirment que les propriétaires délinquants s'en tirent à bon compte avec cette transaction, Gérald Tremblay réplique que la vente ne signifie pas l'abandon des procédures judiciaires contre eux. De plus, a-t-il fait valoir, les propriétaires des Places L'Acadie et Henri-Bourassa réclamaient 32 millions pour leurs immeubles alors que le prix de vente a finalement été réduit à 14,8 millions.
       
      Ces arguments sont loin d'avoir convaincu Dominique Perrault, du Comité logement Ahuntsic-Cartierville. Le laxisme de la Ville au cours des dernières années a fait en sorte qu'une majorité des 500 ménages qui vivaient autrefois à cet endroit ont déjà quitté les lieux, a-t-elle rappelé, reprochant à la Ville de n'avoir jamais appliqué sa réglementation de façon assez rigoureuse et d'avoir omis de procéder aux travaux aux frais du propriétaire.
       
      Selon elle, les propriétaires ont beau jeu puisqu'ils encaissent un chèque de 15 millions de dollars alors qu'ils ont récolté des amendes ne totalisant que 100 000 $. «Le relogement que la Ville offre, c'est le strict minimum qui est prévu dans le Code civil du Québec. Ce n'est pas la mer à boire, ce que vient d'annoncer la Ville», a-t-elle dit.
       
      Elle n'est guère optimiste quant à l'avenir des locataires. «On fait du condo que personne à Place L'Acadie ne pourra se payer et on va faire, peut-être, 180 logements sociaux et là-dessus, seulement 90 seront subventionnés. Les locataires ne pourront pas plus payer ce loyer-là», a-t-elle conclu.
       
      http://www.ledevoir.com/2008/04/17/185489.html (17/04/2008 06H42)
       
      Complétés en 2011 :
       
      HLM, phase 1 - 7 étages :
       
      HLM, phase 2 - 7 étages :
       
      Cité l'Acadie, phase 1 - 12 étages :