Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'leclerc'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning, architecture and urban tech
    • Urban photography
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 5 results

  1. http://www.montrealmirror.com/wp/2010/09/16/news/tacofying-city-hall/ YESSSSSSSS PLEEEEEEEEAAAAAASE!
  2. L'utilisation du bois dans les édifices à Québec Stade du PEPS http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/sports/actualites-sportives/201201/17/01-4486852-inauguration-du-stade-telus-comme-noel-en-janvier.php http://www.lappel.com/media/photos/unis/2012/01/17/photo_1975227_resize_slideshow.jpg http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_TELUS-Universit%C3%A9_Laval http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_TELUS-Universit%C3%A9_Laval Stade Télus - Université Laval par davidivivid, sur Flickr Stade Télus - Université Laval par davidivivid, sur Flickr Édifice Fondaction http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=224&Itemid=100 Édifice administratif de GlaxoSmithKline http://stephanegroleau.com/blog/edifice-en-biotechnologie-interieur-ville-de-quebec/ http://www.coarchitecture.com/fr/portfolio/administratif/entreprise-en-biotechnologie-a-quebec Pavillon des sciences du Bois Kruger de l'Université Laval Aeterna Zentaris HQ http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=180&Itemid=100 Palais Montcalm http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=181&Itemid=100 Quai des cageux La promenade Samuel-De Champlain par CCNQ, sur Flickr http://www.imagesduquebec.com/Archives/Juin-2009/11824020_pPZAG#!i=564362979&k=Au6ko Bibliothèque Félix Leclerc http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=235&Itemid=119 Hôtel-Musée situé sur la réserve Wendake. http://www.quebecurbain.qc.ca/2011/05/24/photos-de-lhotel-musee-premieres-nations-a-wendake/ http://canada.grandquebec.com/communautes-autochtones/wendat/ http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=197&Itemid=100 Baie de Beauport http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=174&Itemid=100 Stade Chauveau http://www.cecobois.com/repertoire/images/realisations/stade_chauveau/stade_a.jpg http://i284.photobucket.com/albums/ll26/MusicalBox63/qpca/IMGP2618r.jpg
  3. Square Dealing: Changes could be afoot at the iconic Westmount Square BY EVA FRIEDE, MONTREAL GAZETTE OCTOBER 10, 2014 2:16 PM Investor Olivier Leclerc outside Westmount Square, who has purchased 84 units in the complex for $70 million. Photograph by: John Mahoney , Montreal Gazette An investor has bought 84 rental units at Westmount Square for $70 million, and says that less than two months after the sale, he has already resold at least 48 of the apartments. Olivier Leclerc, 26, acting with real estate broker and adviser Albert Sayegh, bought the units at the iconic Mies van der Rohe buildings in August from Elad Canada, a division of the Israeli real estate multinational Tshuva Group. The deal means that Elad has sold all of the approximately 220 units in the two residential towers of Westmount Square. Now it is proposing to convert Tower 1, with 200,000 square feet of office space, to condos. But Westmount has slapped a freeze on all conversions from commercial or institutional buildings to residential use and is studying all development in its southeast commercial sector, from Atwater to Greene Avenues. The freeze is in effect until an interim bylaw is adopted and an update on the study is expected in November, said Westmount councillor Theodora Samiotis. Samiotis, who is the commissioner of urban planning for Westmount, said there are two concerns about such a conversion. First is Westmount Square’s heritage value as a Mies van der Rohe mixed commercial-residential project, completed in 1967. “On a heritage value, obviously we would want to make sure that any architectural aspect of the design would respect that,” she said. And there are those who would argue that changing the usage combination would change the architect’s vision, she said. The complex was conceived with three towers — two residential and one office — and an 86,000-square-foot shopping concourse. Equally important to Samiotis is the commercial vibrancy of the area. “So when you tell me you are changing a commercial tower to a residential tower, I am concerned about the impact this is going to have on my commercial district,” she said. Residential tax rates are lower than commercial rates, so the city also could lose revenue. “It’s not just the conversion of any building. It’s a landmark,” she said. They are very much aware of the proposal to convert the office tower, Sayegh said, but the file is currently closed. “If Tower 1 does occur, we will look at it,” he said. Elad Canada owns, operates or is developing such properties as New York’s Plaza Hotel, Emerald City in Toronto and in Montreal, the Cité Nature development near the Olympic Village and Le Nordelac in Point St-Charles. The 84 Westmount Square units were the remaining rental units in two of the towers. In a meeting at Sayegh’s real estate office — he is president of the commercial division of RE/MAX Du Cartier on Bernard St. W. — Leclerc said he bought the apartments in August as an investment, and resold them to various groups of investors, two of which bought about 12 apartments each. Leclerc would not specify how many of the apartments he intends to keep. It is a significant sale, probably the biggest of the year, said Patrice Ménard of Patrice Ménard Multi-Logement, which specializes in sales of multi-unit residential buildings. But it is not a record. By comparison, the La Cité complex of three buildings with more than 1,300 units sold for $172 million two years ago. Also in 2012, Elad sold the Olympic Village to Capreit Real Estate Investment Trust for about $176 million, Ménard said. Both La Cité and the Olympic Village remain rental properties, however. Both Sayegh and Leclerc emphasized that confidence in the economy was a basis for the Westmount Square purchase. The reselling was not a flip, but a long-term strategy, Sayegh said. “He has his own chess game,” Sayegh said. “The context was favourable to take hold of such a prestigious building — the political context,” Leclerc said. “The socio-economic climate in Quebec has never been as conducive to investments as it is today,” Sayegh added. Leclerc would not say what profit he has taken so far, nor what return he is expecting. “It’s a nice acquisition to my portfolio,” Leclerc said. He also owns or has converted buildings in Mont St-Hilaire and Brossard as well as Hampstead Court on Queen Mary, bought in 2011 and now all sold. Four years ago, Leclerc joined his father, Ghislain, in the business of converting rental buildings to co-operatives. Over 25 years, he and his father have converted more than 2,500 apartments, he said. His father is now semi-retired. With his father, he also worked on the conversion of the Gleneagles apartments on Côte des Neiges Rd., bought in 2010 and sold by 2013. “We do major work. We put the building in top shape,” Leclerc said. “Then we make esthetic improvements. After that, we sell the apartments. “We never throw out the tenants. We profit from the fact that the tenants are in place, who pay rent ‘x’ for an apartment in the state it is in. “We respect the rental laws.” Leclerc said he buys only good buildings in good locations. “The area reflects the tenants. Location, location, location.” At Westmount Square, the tenants are not affected, Leclerc said, as the same company, Cogir, manages the building. The range of price for the 84 apartments was $400,000 to $2 million. [email protected] Twitter: @evitastyle
  4. Montréal se souvient Une exposition fait revivre les quartiers détruits au nom de la modernité dans les années 50 et 60 Jeanne Corriveau 8 juin 2011 Actualités en société Photo : Archives de la ville de Montréal Intérieur du barbier A. Plouffe sur la rue Craig, Faubourg à m'lasse, 1963. À RETENIR Quartiers disparus Dans les années 50 et 60, les quartiers Faubourg à m'lasse et Goose Village ainsi qu'une partie du Red Light montréalais ont été rasés au nom de la modernité et de la «vision monumentale» du maire de Montréal de l'époque, Jean Drapeau. Des milliers de logements ouvriers ont disparu, mais les souvenirs sont restés dans l'esprit de ceux qui ont vécu dans ces quartiers tricotés serrés. Le Centre d'histoire de Montréal a entrepris de faire revivre ces quartiers disparus en puisant dans l'impressionnante collection des Archives de la Ville de Montréal et en donnant la parole aux anciens résidants expropriés dans le cadre d'une exposition qui s'ouvrira la semaine prochaine. Frances Ortuso n'a pas oublié le quartier de son enfance, le Goose Village, situé à proximité du pont Victoria et où de nombreux immigrants italiens avaient choisi de s'établir. On dit que l'ex-maire Drapeau n'appréciait guère la présence gênante de ce quartier défavorisé que les visiteurs de l'Expo 67 ne pourraient manquer d'apercevoir en entrant dans la ville. Mieux valait le faire disparaître. Quoi qu'il en soit, les bulldozers ont rasé le site en 1964 pour permettre la construction de l'Autostade, un stade de football qui a été démantelé dans les années 70. Le site accueille maintenant un stationnement. «C'est comme une mort, explique Frances Ortuso dans le témoignage vidéo recueilli par Catherine Charlebois et Stéphanie Lacroix, du Centre d'histoire. Une partie de notre histoire est morte le jour où ils ont décidé de faire l'Expo 67. Il a fallu traverser une période de deuil, comme lors d'un décès, parce qu'il y avait quelque chose de perdu. Les souvenirs sont encore là, mais les maisons sont disparues et les gens sont partis.» Ex-résidante du Faubourg à m'lasse où s'est érigée la Maison de Radio-Canada dans les années 70, Jeanelle Bouffard raconte ses souvenirs pénibles. «Ce que j'ai trouvé le plus difficile, c'est quand on a vu la démolition se faire. Et là, tu te dis: "Il n'y a plus de traces de ton enfance"», relate-t-elle. Quelque 5000 résidants de ce quartier défavorisé ont dû trouver un autre logis avant que les démolisseurs investissent les lieux en 1963. La même inquiétude, mêlée parfois de résignation, émane des propos des autres anciens résidants. Certains ne regrettent pas leur demeure aux murs décrépits, aux escaliers branlants et aux conditions insalubres. Plusieurs ont applaudi la modernité et les grands projets de l'époque. Pour sa part, l'ancien urbaniste de la Ville de Montréal Guy R. Legault se porte à défense de la construction de l'autoroute Ville-Marie. «De dire qu'on a déchiré la ville, c'est une fausseté», soutient-il aujourd'hui en rappelant la mauvaise qualité des sous-sols dans ce secteur, l'occupation industrielle du site et la rareté des habitations. L'aménagement de l'autoroute a soustrait de la vue la circulation automobile et réduit les nuisances liées au bruit tout en permettant la construction d'édifices en surface, rappelle-t-il. Travail d'enquête Le projet d'exposition des quartiers disparus mûrit depuis dix ans dans l'esprit des dirigeants du Centre d'histoire de Montréal. Il y a deux ans, le Centre s'est lancé dans ses recherches plus intensives pour documenter son projet. L'équipe a retrouvé d'anciens résidants qui ont livré leur témoignage sur vidéo et ont obtenu les commentaires éclairés d'experts en urbanisme, en architecture et en patrimoine. Elle a aussi épluché la vaste collection de photos du Centre des archives de la Ville de Montréal puisque, consciencieusement, des fonctionnaires avaient pris soin de prendre en photo toutes les maisons destinées à être démolies en plus de croquer des scènes à l'intérieur des immeubles. «On ne veut pas démoniser la modernité, même si la nostalgie et le choc émotif ont marqué beaucoup de résidants. On a essayé de garder un certain équilibre, explique en entrevue Jean-François Leclerc, directeur du Centre d'histoire de Montréal. Ça passe beaucoup par les propos des témoins. Les photos sont importantes, mais les images que les gens vont créer par leurs descriptions sont très fortes aussi, notamment quand un ancien résidant du Red Light parle de la cohabitation des prostituées et des bonnes familles canadiennes-françaises ou italiennes. Ce sont des quartiers contrastés.» Rappelons que ce secteur du Red Light a été remplacé par les Habitations Jeanne-Mance. La voix des citoyens Il y a toujours eu de grands projets dans la métropole, mais l'autoroute Ville-Marie va faire émerger une contestation citoyenne. «C'est un sujet d'actualité, mais on n'avait pas planifié notre projet en même temps que l'échangeur Turcot», signale Jean-François Leclerc. Les grands projets qui ont amené ces destructions massives n'ont peut-être pas permis les développements anticipés et plusieurs projets ont fini avec des dimensions plus modestes: «Mais il y a peut-être de bons côtés à ça, c'est qu'on n'est pas allés au bout d'erreurs commises ailleurs dans le monde», fait remarquer M. Leclerc. «Que seraient devenus ces quartiers-là? Peut-être que comme dans le Plateau-Mont-Royal, il y aurait eu une période de déclin et, avec l'augmentation de la valeur immobilière, on aurait fait autre chose avec ça. C'est probable, mais ce n'est pas absolument certain», avance M. Leclerc. «Mais au moins, la leçon des années 60 va probablement éviter que d'autres quartiers soient détruits», précise-t-il, tout en émettant quelques doutes... Baptisée Quartiers disparus et présentée en collaboration avec les Archives de la Ville de Montréal, l'exposition-documentaire se déroulera du 15 juin prochain au 25 mars 2012 au 335, place d'Youville, dans le Vieux-Montréal. L'événement aura des antennes dans d'autres quartiers, notamment dans l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, où la construction du pont-tunnel Louis Hyppolyte-Lafontaine a entraîné la destruction d'une portion de Longue-Pointe. archives, quartier, urbanisme, habitation, Montréal, Histoire du Québec, Société Radio-Canada (SRC) http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/324964/montre-al-se-souvient Voir aussi: http://www.accesculture.com/contenu/quartiersdisparus
  5. L'entreprise québécoise continue d'accroître sa clientèle américaine, qui inclut désormais le détaillant géant Target. Pour en lire plus...
×
×
  • Create New...