Jump to content

Recommended Posts

Vendre Hydro, la SAQ et Loto-Québec?

08/03/2010

 

L’Ontario étudie sérieusement la possibilité de créer une super entité, d’y transporter ses principales sociétés commerciales, et d’émettre une partie des actions au public. Idée dont devrait s’inspirer le Québec?

 

Le Toronto Star rapportait cette fin de semaine que le gouvernement ontarien pourrait bientôt créer une super société dans laquelle il transporterait Hydro One, l’Ontario Lottery & Gaming Corp, et la LCBO. Cette super entité pourrait valoir entre 50 et 60 G$. Elle serait ensuite en partie vendue à des investisseurs privés ce qui permettrait de faire rentrer entre 18 et 25 G$ dans les coffres de la province.

 

On s’est demandé ce que l’exercice pourrait donner au Québec.

 

La valeur d’Hydro

 

La société d’État a dégagé l’an dernier (2008) un bénéfice avant intérêts, impôt et amortissement (BAIIA) de 8,8 G$.

 

Gaz Métro se négocie à environ 8 fois le BAIIA, mais on va être un peu plus généreux et appliquer un multiple de 10, qui correspond au multiple moyen du secteur des utilités et des producteurs d’énergie des firmes d’investissement Cormark et Desjardins.

 

Cela veut dire 88,8 G$. Il faut retrancher la dette de 36,4 G$.

 

On en arrive à une valeur de 52,4 G$ pour Hydro.

 

La valeur de Loto-Québec

 

On a évalué le BAIIA de la dernière année à environ 1,7 G$.

 

Bien que sa rentabilité soit actuellement sous pression, Loto-Québec a la chance d’évoluer dans un secteur où les investisseurs sont actuellement prêts à payer plus cher pour des actifs que dans d’autres secteurs. L’univers de la maison Oppenheimer se négocie autour de 14-15 fois le BAIIA. On va prendre 14 fois. Moins la dette de un peu plus de 1 G$.

 

C’est une valeur de 22,8 G$ pour Loto-Québec.

 

La valeur de la SAQ

 

Un BAIIA autour de 842 M$. Une dette de 545 M$. Optons pour un multiple de 10, ce qui est à prime sur l’univers des sociétés d’épicerie de Banque Nationale Groupe financier, mais en ligne avec la fiducie Liquor Stores.

 

Valeur : 7,8 G$.

 

Bon pour le Québec?

 

En additionnant la valeur de chacune des société, on en arrive à une super entité qui devrait valoir autour de 83 G$.

 

S’il faut en croire les chiffres du Star, le gouvernement ontarien songerait à céder 35-40% de la super société. Allons-y avec 40%.

 

C’est dire que l’on pourrait retrancher 33,2 G$ à la dette de la province (134 G$). Toute chose étant relativement égale, le service de la dette (actuellement à 6,5 G$) baisserait d’environ 1,6 G$.

 

Il faut cependant aussi retrancher 40% du bénéfice que le gouvernement a actuellement dans ses livres, puisque l’on n’y aurait plus droit. Si l’on retranche 40% de ce que le gouvernement attend de ses sociétés d’état dans le dernier budget, on se retrouve avec un manque à gagner de 1,9 G$. Quoiqu’il rentrerait probablement autour de 600 M$ en impôt (11,9%) que les sociétés se mettraient à payer. Ca fait donc un manque à gagner de 1,3 G$.

 

Au final

 

On se retrouve donc avec un gain de 1,6 G $ et une perte de 1,3 G $, pour un avantage réel de 300 M$.

 

Évidemment, il y a un peu de pommes et d’oranges dans notre calcul, avec des années fiscales qui ne courent pas toujours sur la même période, des écritures qui pourraient parfois être adaptées, des taux d’intérêt qui peuvent grimper et des multiples qui prêtent à discussion. Mais, très sommaire soit-il, l’exercice permet quand même ce constat : il n’y a pas un très fort signal pour une opération du genre.

 

En tenant compte des coûts de transaction, on ne semble pas loin de changer quatre trente sous pour une piastre.

Link to comment
Share on other sites

Vendre Hydro, la SAQ et Loto-Québec?

08/03/2010

 

(...)

 

En tenant compte des coûts de transaction, on ne semble pas loin de changer quatre trente sous pour une piastre.

 

Ca serait aussi un leurre parce qu'en diminuant artificiellement la dette de cette facon, ca ne ferait qu'etirer le probleme qui en est un de deficit structurel.

 

Il faut que les Quebecois se posent des questions sur leurs prioritees et capacite de payer et ensuite adapte la fiscalite et la taille de l'etat en consequence.

Link to comment
Share on other sites

:eek: Cela reviendrait à vendre les meubles de la maison pour payer l'épicerie, mais on continuera toujours à manger, que vendra-t-on après pour payer la facture?

 

C'est un leurre, car si c'est bon pour l'entreprise privée pourquoi ça ne le serait plus pour le gouvernement? Ces entreprises publiques sont des vaches à lait précieuses qui ajoutent de la valeur économique à l'État et créent de la richesse. Bon an mal an, elles contribuent à équilibrer les comptes et sont une source potentiel de revenus assurés pour les temps plus difficiles.

 

Même si on effaçait une bonne partie de la dette québécoise, si on a rien changé dans nos habitudes, on retombera vite dans les ornières de l'endettement. Il faut donc inculquer à la population tout autant qu'aux dirigeants, de bonnes habitudes de gestions et S'ASSURER DE VIVRE SELON NOS MOYENS.

 

Posons-nous la question sérieusement: comment en est-on arrivé là?

 

En empruntant pour se donner une multitudes de services sans égard à nos capacités de payer en retour. Mettons de l'ordre dans la gestion de la maison et on pourra jouir longtemps de nos meubles.

Link to comment
Share on other sites

Je crois que nous sommes tous sur la même page. maintenant il faut trouver le moyen de faire comprendre à la population que nous ne pouvons pas continuer à vivre au dessus de nos moyens éternellement!

Link to comment
Share on other sites

C'est un leurre, car si c'est bon pour l'entreprise privée pourquoi ça ne le serait plus pour le gouvernement? Ces entreprises publiques sont des vaches à lait précieuses qui ajoutent de la valeur économique à l'État et créent de la richesse. Bon an mal an, elles contribuent à équilibrer les comptes et sont une source potentiel de revenus assurés pour les temps plus difficiles.

 

Naaan, car les mêmes actifs produisent une valeur économique supérieure dans les mains d'une entreprise privée que dans les mains de l'état. Je pense que l'état est capable d'aller chercher beaucoup plus que les calculs mentionnés plus haut car le BAI des sociétés d'états est actuellement "sous-évalué" par rapport à ce qu'un privé obtiendrait en gérant les actifs. De plus si l'hydro pouvait vendre son électricité au prix du marché, la valeur serait des MULTIPLES de ce qui est présenté ici.

 

En définitive si l'état québécois revendait tous les actifs à des privés puis investissait l'ensemble des gains dans le marché via la caisse de dépôt, ils obtiendrait des rentes de loin supérieure à ce qu'on a actuellement...

Link to comment
Share on other sites

The less state control businesses, the better. There should be no SAQ. Anyone should be able to start their own liquour store if they want. Businesses create jobs for people. Having the government as a major employer is not the answer.

Link to comment
Share on other sites

I have some mild reservations about Hydro and Loto-Québec, though in general i agree they should be privatized. But SAQ? No such reservations. Why it is public to begin with i have no idea. Sell SAQ!

Link to comment
Share on other sites

peut-etre pas pour les deux autres, est-ce que d'avoir hydro-quebec en bourse n'aiderais pas a amaser du capital supplementaire ?

 

si sa valeur est de 80 qqes milliards, peut-etre quelle serait de 100 qqes apres que les investisseurs ai specule sur son potentiel, qui me parait encore tres grand ?

Link to comment
Share on other sites

When I get told by an overpaid unionized brat at the SAQ that I will not get a plastic bag (I had completely forgot about the new rule) and that government should do a better job to educate people (that means I'm uneducated), I feel like being the "dindon de la farce".

 

Paying two folds for a bottle of alcohol that keeps expensive unionized jobs and bureaucracy makes me wanna puke and break things.

 

Privatize SAQ now!

Link to comment
Share on other sites

Is anyone capable of playing devil's advocate and coming up with any convincing arguments in favor of keeping the SAQ?

 

I'd be genuinely interested in knowing what the motivation is for keeping the status quo with the SAQ.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...