ProposMontréal

Recouvrement de l'autoroute Ville-Marie / Place des Montréalaises

Recommended Posts

Pinned posts

Recouvrement de l'autoroute 720 (entre les rues Hôtel-de-Ville et Sanguinet)

Placedesmontrealaises.jpg

Recouvrement de l'autoroute entre les rues Hôtel-de-Ville et Sanguinet. Le recouvrement de l'autoroute est financé par le gouvernement du Québec à hauteur de 68 millions de dollars, et la ville aménagera en 2020 une place publique au coût de 56 millions de dollars, à l'aide d'un concours international d'architecture. La place sera terminée en 2022.

Share this post


Link to post
Share on other sites

That discussion at this time seems ridiculous. On La Presse they had Tremblay basically saying it was wonderful no matter what the cost. And with the road infrastructure issues in Montreal today, WTF?!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cela dit, etant donne le problematique des viaducs et autres structures en beton qui tombent, notamment sur la Ville-Marie, est-ce vraiment un option a considerer? Peut-etre on devrait enlever les "toits" peu utiles existantes, comme le parc Viger afin de reduire le danger, le cout d'entretien, le cout d'exploitation (ventilation, etc) et la securite routiere (un accident ou feu dans un tunnel c'est vraiment mauvais).

 

Mmmm. C'est pas DANS le tunnel que ça chire, c'est à la jonction avec l'ouverture. Un tunnel totalement recouvert offrirait probablement moins de risques. Après tout, Lafontaine va bien et y'a pas de morceaux qui tombent quand on passe (touchons du bois!!!!) Un tranchée n'est tout simplement pas une solution. Tu parles de coûts, mais tu oublie le coût du développement économique raté pcq l'espace au-dessus de l'autoroute n'est pas exploité. Et le coût difficile à calculer de l'impact négatif sur le visuel de la ville, la qualité de vie aux alentours, l'image plate laissée aux touristes, etc......

Share this post


Link to post
Share on other sites

Recouvrir Ville Marie aiderait grandement le development du centre ville, et aiderait le development du quartier de la sante dans le futur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.journalmetro.com/linfo/article/940862--l-autoroute-ville-marie-pourrait-etre-recouverte-rapidement

 

Le recouvrement de l’autoroute pourrait être fait rapidement, si la structure du tunnel est suffisamment solide Richard Bergeron croit qu’il serait préférable de développer les terrains en bordure de l’autoroute

 

4ee2728a41d8aa0b3c508038de47.jpeg

STEEVE DUGUAY/MÉTRO

Le maire Gérald Tremblay a affirmé, mercredi, être favorable au recouvrement de l’autoroute Ville-Marie entre le Palais des congrès et la maison de Radio-Canada.

 

Coûts

Une étude avait évalué, en 2006, qu’il en coûterait près de 400 M$ pour recouvrir l’autoroute Ville-Marie entre le Palais des congrès et la station de métro Champs-de-Mars.

 

JENNIFER GUTHRIE

MÉTRO

Publié: 11 août 2011 15:44

Mis à jour: 11 août 2011 15:57

 

Le maire Gérald Tremblay a affirmé, mercredi, être favorable au recouvrement de l’autoroute Ville-Marie entre le Palais des congrès et la maison de Radio-Canada. Mais aussi séduisante soit-elle, cette opération peut-elle réellement être envisagée?

 

Normand Tétreault, ingénieur et fondateur de l’entreprise Soconex, et Adel Hanna, professeur de génie civil à l’Université Concordia, estiment que le recouvrement de l’autoroute 720 pourrait se faire relativement facilement… si le tunnel est en bon état.

 

«Recouvrir une autoroute n’est pas un problème, affirme M. Hanna. Ça s’est fait avant. Ce qui est plus imprévisible, c’est l’arrimage du vieux béton qui compose les murs du tunnel avec le nouveau béton qui sera posé par dessus l’autoroute. C’est difficile de savoir à quel point ces travaux seraient complexes.»

 

Adel Hanna soutient que le recouvrement de l’autoroute pourrait se faire en quelques mois seulement si l’état du tunnel le permet.

 

«Le recouvrement de l’autoroute pourrait comporter certains défis techniques assez importants, particulièrement si on décide de construire des édifices de plus de cinq étages par dessus l’autoroute, ajoute M. Tétreault. Mais c’est possible de le faire. On n’a qu’à regarder le Palais des congrès.»

 

L’autoroute Ville-Marie a été recouverte dans le quartier international il y a près d’une décennie grâce à l’agrandissement du Palais des congrès et de la construction de l’édifice de la Caisse de dépôt et de placement du Québec, tous deux au-dessus de la voie rapide. L’aménagement de la place Jean-Paul Riopelle et la refonte du Square Victoria ont complété la transformation du secteur.

 

Puisque le recouvrement de l’autoroute sous les deux nouvelles constructions a été intégré aux coûts des projets, la Ville n’a pas eu à financer l’entièreté de l’opération. Une telle entente serait à nouveau nécessaire dans le cas du tronçon situé entre la rue Saint-Urbain et l’avenue Papineau afin d’éviter que les deniers publics ne soient investis «de façon stérile», estime le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron.

 

«Les terrains obtenus grâce au recouvrement de l’autoroute doivent avoir une fonction, rappelle-t-il. Sinon, on se trouve à couvrir l’autoroute pour couvrir l’autoroute. On peut le faire, mais pourquoi? Pour faire un parc entre deux stationnements?»

 

Puisque la réglementation municipale ne permet pas de construction de plus de quatre ou cinq étages en face de l’hôtel de ville et de l’édifice Lucien-Saulnier, Richard Bergeron doute que des projets de moindre envergure soient en mesure d’assumer les coûts supplémentaires que suppose un projet au-dessus d’une voie rapide.

 

M. Bergeron croit qu’il serait préférable de développer d’abord les terrains vagues en bordure de l’autoroute, avant de s’attaquer à son recouvrement.

 

«Quand tous les terrains de part et d’autre de l’autoroute auront été construits, peut-être pourrait-on consentir à couvrir l’autoroute pour en faire un parc, indique le chef de la deuxième opposition. Mais on pourrait aussi laisser tomber puisqu’à ce moment, on ne verrait plus l’autoroute.»

Share this post


Link to post
Share on other sites

Publié le 13 août 2011 à 06h00 | Mis à jour le 13 août 2011 à 06h00

 

Seule la partie ouverte de la A720 est «un?ulcère en plein coeur de Montréal»

 

Pierre Marc Johnson

L'auteur est un ancien premier ministre du Québec et est présentement président du conseil du Quartier de la santé de Montréal.

 

Je réfère à la publication, en page A5 de La Presse du 10 août, d'un article du journaliste André Noel portant sur le Quartier de la santé de Montréal (QSM). J'en préside le conseil d'administration. L'ampleur de l'investissement dans le CHUM et son Centre de recherches oblige à en maximiser les retombées de synergies scientifiques, économiques, d'aménagement, et de qualité de vie dans ce coin encore désaffecté de notre centre-ville.

 

L'article fait état sans erreur de la mission, des projets et des considérants urbanistiques du QSM. Il décrit, suite à l'entrevue et aux documents consultés par votre journaliste, la concertation de nombreux organismes publics et privés pour qu'au cours des années, une série de décisions soient prises par ces institutions et le secteur privé qui favoriseraient le développement d'un quartier exceptionnel entre celui des spectacles et le Vieux Montréal.

 

Le titre tonitruant de la première page cependant contient une fausseté et de la manipulation.

 

L'article évoque clairement mon refus de commenter l'incident du tunnel, puisque je n'en connais pas la cause; rapporte avec exactitude mon propos voulant que l'autoroute 720 vers l'est, non couverte actuellement (donc pas le tunnel...), constitue un ulcère visuel en plein coeur de Montréal; conclut sur l'opinion que j'ai exprimée voulant que -- préférant le beau au laid -- la couverture de l'A720 est souhaitable même si elle n'est pas nécessaire au développement du Quartier tel que le QSM le voit à ce stade.

 

Le titre de première page avec son sous-titre contient une fausseté en me faisant dire le contraire de ce qu'on retrouve dans l'article («l'autoroute Ville-Marie (...) est un obstacle au développement du Quartier de la santé?»); l'utilisation de l'expression «l'ulcère au coeur de la ville» en caractère gras au dessus de mots «dont une poutre s'est détachée de la structure la semaine dernière» associe mon propos à l'effondrement d'un morceau du tunnel, alors que mon commentaire portait clairement sur la partie ouverte de l'A720.

 

Votre titreur a fait comme si j'avais commenté la qualité structurelle de l'ouvrage qu'est le tunnel ou à la limite les enjeux de sécurité du public. Ce titre fabriqué m'impute un comportement de gérant d'estrade irresponsable. On a tourné les coins ronds au pupitre chez vous mardi soir dernier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

fr.canoe.ca/infos/regional/archives/2011/10/20111028-194402.html

 

Recouvrement de l’autoroute Ville-Marie

Des retombées de 3 milliards $

 

Agence QMI

Véronique Prince

28/10/2011 19h44

 

MONTRÉAL - Recouvrir l'autoroute Ville-Marie à Montréal pourrait coûter 1,5 milliard $, mais rapporter le double en retombées économiques. C'est une des conclusions de la récente étude de faisabilité présentée il y a une semaine à une trentaine de fonctionnaires de la métropole.

 

La reconstruction complète du tunnel, entre la rue Saint-Urbain et l'avenue De Lorimier, est suggérée dans les scénarios proposés au ministère des Transports et à la Ville de Montréal. Le tunnel pourrait même être prolongé d'environ 200 mètres à l'ouest du pont Jacques-Cartier pour permettre la mise en valeur de ce site historique où se trouve l'ancienne prison du Pied-du-Courant.

 

«Ce sont des espaces avec un énorme potentiel, a indiqué Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. C'est immédiatement adjacent au Palais des Congrès et autour du CHUM, il y a tout un quartier de la santé qui va se construire avec des institutions en santé publique.».

 

«Ce sont des terrains qui vont valoir cher et où on va vouloir construire, donc qui vont rapporter des taxes foncières et des revenus pour l'ensemble des gouvernements», a-t-il ajouté.

 

Un tunnel entièrement reconstruit

 

Selon des calculs effectués avec les chiffres obtenus par TVA Nouvelles, le coût de reconstruction du tunnel se situe autour de 700 millions $, mais la technologie proposée par les experts, qui s'inspire de ce qui se fait à l'étranger, permettrait une durée de vie de plus de 150 ans.

 

«C'est toujours très coûteux de recouvrir une autoroute et c'est ça qui, en général, freine les projets. Par contre, si on le voit comme un investissement plutôt qu'une dépense, je pense qu'on peut être un peu plus imaginatifs et trouver des moyens pour réaliser le projet», croit Florence Junca-Adenot, fondatrice du Forum Urba 2015.

 

Des retombées considérables

 

Le coût total de 1,5 milliard $ inclut l'ensemble du projet, soit la construction du tunnel, de la voirie et l'aménagement des places publiques. Le nouvel espace permettrait la construction d'immeubles commerciaux et résidentiels, mais aussi la création de nombreux parcs qui redonneraient accès au fleuve. Avec les taxes, tout indique que les gouvernements pourraient récupérer 200 millions $ par année. Les retombées économiques sont estimées à plus de 3 milliards $.

 

Il y a une dizaine d'années, une partie de l'autoroute Ville-Marie a été recouverte dans le secteur du Quartier international de Montréal, où se trouvent la nouvelle partie du Palais des Congrès, la Caisse de dépôt et placement du Québec, et la place Jean-Paul-Riopelle. Les retombées économiques sont aujourd'hui évaluées à plus d'un milliard de dollars et cette section ne représente que le tiers du nouveau projet proposé. L'étude de faisabilité devrait être rendue publique avant la fin de l'année 2011.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est du pelletage des nuages :P

 

The only thing to worry about with Ville-Marie is the tunnel collapsing. So let's put more tunnel! In true Quebec fashion, maybe we should reclamer une moratoire on putting in anything structure spanning over the lanes of a highway that does not have a roadway or railway on top of it (overpass) until the proportion of structures "in good condition" reaches say 99% instead of like 60%...

Share this post


Link to post
Share on other sites
mais voyons donc... c'est quoi ces chiffres irréels!

 

probablement les retombés avec les nouvelles construction aux alentours que ce projet va en permettre la réalisation!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il va de soit que le tunnel doit être recouvert. Le quartier de la santé tel que présenté est une idée formidable qui permettera de requalifier un secteur actuellement en perdition. Allez-y!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By ScarletCoral
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1171725/station-metro-montreal-ligne-verte-renovations
      La station Beaudry change de visage, mais la métamorphose est loin d'être terminée
      Publié aujourd'hui à 4 h 53
      Mis à jour aujourd'hui à 5 h 11

      Des travaux majeurs étaient rendus nécessaires à la station Beaudry en raison de nombreuses infiltrations d'eau. Photo: Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Jérôme Labbé
      Fermée depuis le 1er octobre, la station Beaudry, sur la ligne verte du métro de Montréal, rouvrira comme prévu le lundi 3 juin, et ce, même si les travaux sont loin d'être finis. Visite de chantier.
      « C'est sûr qu'il n'y aura pas un "effet wow" », prévient Simon Brossard, surintendant au bureau de projet de la Société de transport de Montréal (STM).
      À première vue, rien n'indique que Beaudry sera prête pour la réouverture prévue dans 10 jours : des débris de chantier traînent un peu partout, des fils pendent du plafond et les tourniquets, entassés dans un coin, attendent toujours d'être réinstallés.
      Pourtant, les usagers seront admis de nouveau dans cette station de la ligne verte dès 5 h 30 le matin du 3 juin, confirme M. Brossard.
      Il avait déjà été décidé de rouvrir la station dès que la sécurité de la clientèle et des opérations pourrait être assurée, répétera-t-il à quelques reprises lors de notre passage.
      La finition architecturale, elle, attendra. Les travaux se poursuivront pendant 10 mois, jusqu'en mars 2020. De nuit, surtout.

      Des échafaudages sont utilisés la nuit venue pour réparer les fissures qui se sont formées dans la structure de béton qui forme le tunnel où passent les trains. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Entre-temps, les usagers devront se faufiler entre les échafaudages et se contenter d'un seul escalier le long des tapis roulants.
      Ces derniers devraient toutefois être fonctionnels le 3 juin. Et, grande nouveauté : les tapis pourront tous deux fonctionner en montée, ce qui n'était pas le cas auparavant.

      Le filage de la station, qui se trouvait auparavant sous les escaliers, a été déplacé au-dessus des tapis roulants. Ces fils disparaîtront dans les prochains mois sous un nouveau plafond suspendu. Les panneaux d'aluminium, eux, ne reviendront pas. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Les tapis roulants de Beaudry – qui relient la mezzanine, où se trouve la loge du changeur, et la passerelle, qui surplombe les rails du métro – sont non seulement les éléments les plus emblématiques de la station, mais ce sont aussi les seuls trottoirs mécaniques du réseau.
      Pourquoi un tapis roulant à Beaudry?
      La station Beaudry ne figurait pas dans les plans originaux de la ligne verte du métro de Montréal. Mais il en a été décidé autrement en 1963, en raison de la trop grande distance entre les stations Berri-de-Montigny (aujourd'hui Berri-UQAM) et Papineau. Et c'est au coin des rues Sainte-Catherine Est et Beaudry que les décideurs ont finalement choisi de la construire, là où se trouvait déjà une longue rampe d'accès utilisée par les camions pour transporter le roc excavé.
      Une fois le tunnel de la ligne verte terminé, cette rampe d'accès a été transformée en voûte et équipée de tapis roulants, la pente étant trop faible pour y installer des escaliers mécaniques standards. C'est aussi pour cette raison que la STM rechigne à construire un ascenseur qui permettrait aux personnes à mobilité réduite d'accéder à la station, au grand dam de celles-ci.
      Cette voûte de 75 mètres de long est au coeur des raisons qui ont poussé la STM à fermer complètement la station en octobre – une stratégie rarement utilisée.
      « Des infiltrations d'eau menaçaient l'intégrité structurale de la voûte », explique Simon Brossard. Des dépôts de calcaire s'étaient notamment formés sur les panneaux d'aluminium fixés au plafond de la voûte, symptôme évident d'une structure ayant perdu une bonne partie de son imperméabilité.
      Les panneaux ont été retirés, et des injections de polyuréthane ont été pratiquées dans le béton pour remplir les fissures qui s'étaient formées au fil du temps.
      La rue Beaudry a également été excavée pour permettre aux travailleurs de changer une membrane bitumineuse, posée par-dessus la structure de béton, afin d'empêcher les infiltrations d'eau.

      La nouvelle membrane bitumineuse sera posée sur le béton cet été. La rue Beaudry sera ensuite rouverte à l'automne entre la rue Sainte-Catherine Est le boulevard De Maisonneuve. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Mais en plus des travaux visant à assurer l'étanchéité de la structure, les ingénieurs de la STM ont voulu profiter de l'occasion pour offrir une véritable cure de jeunesse à une station de métro vieille de 52 ans.
      Les portes de l'édicule ont été changées; l'éclairage a été refait; et les escaliers, dont les paliers avaient été construits en pente, ont été redressés pour répondre aux normes en vigueur.
      Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne le quai et la passerelle.

      La rénovation de la station de métro Beaudry a permis à la STM de procéder à plusieurs types de travaux en différents endroits. En voici quelques-uns. Photo : STM
      Le revêtement mural, par exemple, renouera à terme avec le concept architectural d'origine : des tuiles rouges, beiges et brunes.
      Sur le quai, la signalétique sera actualisée, mais les bancs, eux, resteront les mêmes. « Ça, ça fait partie du patrimoine », explique Simon Brossard. Une couche de peinture leur donnera cependant un nouveau lustre.
      Même chose pour l'oeuvre d'art de la station, une série de colonnes arc-en-ciel érigées près de l'entrée, en plein coeur du Village gai. Elles seront repeintes.

      À Montréal, une oeuvre d'art est exposée dans chaque station de métro. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Ce chantier est coordonné en partenariat par le bureau de projet de la STM et l'entrepreneur général, la compagnie MGB Associés, qui a remporté l'appel d'offres de construction avec une soumission de quelque 23 millions de dollars.
      Jusqu'à maintenant, les travaux se déroulent rondement, assure Simon Brossard. Tant le calendrier que le budget sont respectés.
      Mais le chantier comporte son lot de défis. La station est étroite, longue, profonde : à environ 30 mètres sous le niveau du boulevard De Maisonneuve, c'est l'une des plus profondes du réseau, avec la station Charlevoix.
      Sans compter le fait que les trains n'ont jamais arrêté de circuler dans le tunnel, ce qui a obligé la STM à maintenir des dispositifs de sécurité au cas où un train devrait effectuer un arrêt d'urgence à Beaudry.
      La voûte, par exemple, a dû être scindée en deux : pendant que l'une était transformée en chantier, l'autre devait permettre la libre circulation des personnes, et vice versa.

      Les boules multicolores ont refait leur apparition depuis quelques semaines sur la rue Sainte-Catherine Est, devant la station de métro Beaudry. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      La présence d'un seul édicule pour accéder à la station a également donné d'importants maux de tête aux ingénieurs, qui ont tenté en vain de trouver des solutions qui auraient pu éviter de devoir fermer la station pendant huit mois. Une demi-douzaine d'autres scénarios ont été étudiés.
      La STM a finalement opté pour une fermeture entre les mois d'octobre et mai, notamment parce que, contrairement à la plupart des autres stations du réseau, l'achalandage de Beaudry est plus important pendant l'été que durant le reste de l'année.
      Sa réouverture coïncidera avec le début de la saison touristique, une période cruciale pour les commerçants du Village, qui voient la rue Sainte-Catherine Est transformée en artère piétonne chaque année, du début mai à la fin septembre.
       
    • By monctezuma
      400 René-Lévesque Ouest

       
    • By IluvMTL
      Je cherche un bon magasin près du centre-ville qui conçoit/construit des PC pour la modélisation/rendus en 3D. C'est un peu les mêmes exigences (CPU/GPU) que les PC pour des gamers. Merci!
    • By ScarletCoral
      Réaménagement de la rue Peel

      La Ville de Montréal procède au réaménagement de la rue Peel, du canal de Lachine jusqu’au mont Royal, afin d’offrir aux résidents et usagers un environnement agréable et favorisant les déplacements actifs et collectifs.
      La Ville souhaite créer un lien cyclable desservant le centre-ville, qui relie les pistes du canal Lachine et du boulevard De Maisonneuve.Au sud du boulevard René-Lévesque, la largeur de la rue Peel permet facilement l'implantation d'une piste cyclable. Au nord de ce boulevard, l'achalandage piéton, la diversité des activités et l'étroitesse de la chaussée rendent nécessaire une démarche de participation publique pour trouver ensemble les meilleures façons de combiner les différents modes de transport actif et collectif et faire de cette portion de la rue Peel un lieu central et mémorable de notre centre-ville.
       

      Information : https://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=9517,143041036&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Consultation pour la portion entre Sherbrooke et René-Lévesque  : https://www.realisonsmtl.ca/peel
      Info-travaux rue Peel : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7097,142059623&_dad=portal&_schema=PORTAL
       
    • By IluvMTL
      Usage université
      Conseil du 12 mars 2013
       
      http://applicatif.ville.montreal.qc.ca/som-fr/pdf_avis/pdfav14724.pdf
       
       
      http://www.canderel.com/fr/projets-actuels/le-1215-rue-carre-phillips

       
      Le 1215 rue Carré Phillips
       
      Montreal, QC
       
      Le 1215 rue Carré Phillips, situé à deux pas des magasins de la populaire rue Sainte-Catherine et du centre des affaires, boulevard René-Lévesque, est l’un des derniers emplacements d’importance encore disponibles au centre-ville de Montréal pour la construction d'une nouvelle tour de bureaux.
       
      Le futur immeuble offrira aux locataires l’accès à des bureaux dans un des lieux les plus stratégiques du centre-ville de Montréal. En effet, celui-ci est situé à la frontière entre les quartiers des affaires de l'est et de l'ouest de la ville tout en offrant à ses occupants un accès privilégié au métro et aux principales autoroutes, comme l'autoroute Bonaventure et l’autoroute Ville-Marie.
       
      Le 1215 rue Carré Phillips sera doté de technologies « vertes » et obtiendra la certification LEED. Présentement, on prévoit construire un immeuble d’une superficie de 900000 pieds carrés, mais les plans offrent la possibilité d’adapter la taille de celui-ci pour répondre aux exigences de tout autre occupant important.
       
      Les occupants apprécieront la conception exceptionnellement efficace des étages réservés aux bureaux. L’aménagement a été pensé pour permettre aux locataires de maximiser le nombre de postes de travail, offrant ainsi une efficacité sans pareil ailleurs sur le marché.
       
      Équipé de systèmes à l’avenant, ce projet offre l’occasion de combiner des technologies de pointe en matière de construction avec un emplacement et un environnement favorisant un type de développement durable.