IluvMTL

Moderator
  • Content Count

    11,725
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7
  • URB$

    140,200 [ Donate ]

Everything posted by IluvMTL

  1. Comme Prével ils vont vouloir afficher VENDU pour la Phase 1 au plus vite. Il ne faut pas que ça traine avec toutes les autres phases sur leur table de dessin et Molson qui s'annoncent pour 2021+. L'effet COVID est à déterminer.
  2. Ils n'auront pas la vue au nord pour bien longtemps. C pas la qui va avoir le projet du SHDM-Molson?
  3. They obviously didnt want to deal with people walking on the promenade in front of the river. Looks so ugly and weird. Bizarre that the city accepts that but money talks I guess. ... And that was approved under the Plante administration.
  4. La Phase 1 du projet de Prével 'Esplanade Cartier' s'est vendu avant de joindre tout le monde sur la liste de prévente, la première fds. Il me semble qu'ils ont limité la vente à une unité par personne pour dissuader la spéculation.
  5. https://www.theglobeandmail.com/canada/toronto/article-dutch-developers-propose-87-storey-toronto-tower-that-would-be-the/ Dutch developers propose 87-storey Toronto tower that would be the tallest building in Canada ALEX BOZIKOVICARCHITECTURE CRITIC PUBLISHED 2 HOURS AGOUPDATED JUNE 3, 2020 A view of the proposed tower at Bay and Bloor, seen from the north. HERZOG & DE MEURON/HANDOUT A new supertall tower by world-leading architects could reshape the downtown Toronto skyline. A partnership of two Dutch real estate companies is proposing an 87-storey office-and-residential tower at the northwest corner of Bloor and Bay Streets, designed by Swiss architects Herzog & de Meuron. At 324 metres, it would become the tallest building in Canada. “The tower defines the northern edge of the downtown area and provides a landmark in the urban grid,” said Wim Walschap, a partner at Herzog & de Meuron (HdM) who is leading the design. “It is a very direct response to the site and the city around it.” Open this photo in gallery Architects Herzog & de Meuron are proposing a double glass skin for the building, with operable windows on the inside façade that open onto an air space between the two layers of glass. CREDIT: Herzog & de Meuron HERZOG & DE MEURON/HANDOUT The design is for a tower that would be not just the tallest but also likely the thinnest high-rise in Toronto; its upper floors are just 7,300 square feet in area. It would contain two floors of retail, 13 floors of office space, 71 floors of residential condominium units ranging from one-bedrooms to penthouses, and then a restaurant at the top. The announcement comes at a time when the markets for high-rise residential and office space face uncertainty, thanks to COVID-19 and expectations of a major recession. Cyndi Rottenberg-Walker, of Toronto-based planning consultancy Urban Strategies Inc. who is consulting on the project, said the development has been in active preparation for several months. “They have put serious investment into hiring some of the best architects anywhere," she said. “It’s not being taken lightly.” The project is now seeking planning approval from the City of Toronto. If approved, it would be the first building in Canada by HdM, highly regarded architects who designed the Bird’s Nest stadium for the Beijing Olympics and the Tate Modern gallery in London. And they are the design architects for the proposed new home of the Vancouver Art Gallery, announced in 2015. HdM won the Pritzker Architecture Prize, the most prestigious award in the field, in 2001. The architects, with local firm Quadrangle, are proposing a “double skin” façade of glass. An outer layer would provide shading and allow fresh air in selected places; an inner façade would have windows that can be opened, lined with built-in wooden shutters that can be controlled by the occupants of the offices and homes. The building would replace a 12-storey office tower at 1200 Bay Street, built in 1968, in the Yorkville neighbourhood. That building is owned by a Canadian subsidiary of ProWinko; they are partnering on the new tower proposal with Kroonenberg Group. Both companies are based in the Netherlands, and are real estate investors and developers active principally in Europe. This is the first development project in the city for both companies. Open this photo in gallery The project would replace an existing office building at the northwest corner of Bloor and Bay Streets. HERZOG & DE MEURON/HANDOUT The site sits next to 80 Bloor Street West, another midcentury office building whose owners, privately held Krugarand Corp., are proposing to replace it with a 79-storey tower. The architects for the Kroonenberg proposal are suggesting an integrated development, in which the two projects would share underground facilities including loading and servicing. This would allow the lane behind the buildings to be pedestrianized. STORY CONTINUES BELOW ADVERTISEMENT They also suggest that the office building to the north – on city-owned land – could be demolished and turned into an extension of the adjacent park. This possibility is part of existing city plans for Yorkville. City urban-design officials are engaged in attempts to comprehensively plan this area, which has been attracting intense development for a decade. The tower, like all major buildings in Toronto, would require amendments to planning policies that typically take years. It also would reshape the city’s urban design policy for this area, which calls for a “height peak” at the corner of Bloor and Yonge streets and towers that become shorter as they move away from that point. But Bloor and Bay "is one of the most important corners in the city,” said Rottenberg-Walker. “Exceptional sites and exceptional circumstances sometimes need exceptions to typical planning policy.”
  6. Agrandissement du Bureau en Gros, encore plus gros!😃
  7. La derniere... Alexandre [email protected]_Devoir 16h Une baleine à bosse, un arc-en-ciel et le pont Jacques-Cartier. Tout cela dans la même photo. @LeDevoir#baleinemtl #[email protected]
  8. Pour ce site, si une firme d'architecte pourrait s'inspirer de ce concept de BIG en construction à Toronto, pour imaginer ou repenser ce bâtiment d'entrepôt ( à petite échelle et sans le cours intérieur) pour élaborer des résidences qui semblent sortir/pousser littéralement de leur coquille. Sur ce site on parle d'ajouter 3 ou 4 étages de plus sur le bâtiment actuel. L'idée est de conserver l'intention. https://big.dk/#projects-king http://kingtoronto.com/
  9. Le projet avance... Registre des lobbyistes 9180-3742 qc.inc Mandat : Période couverte par le mandat : du 2020-02-25 au 2020-12-30 Contrepartie reçue ou à recevoir :moins de 10 000 $ Objet des activités : Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d'action Permis, licence, certificat ou autre autorisation Renseignements utiles : Démarches dans le cadre d’une proposition de développement et de réaménagement d’un propriété située sur les lots 1 182 582, 1 288 633, 1 288 634, 1 288 635, 1 288 636,1 182 583, 1 182 624, 1 284 530, 1 182 568, 1 284 522, 1 284 523,1 619 072 et 5 340 313 sur le boul. Notre-Dame E entre le boul Papineau et la rue Panet à Montréal. La superficie totale de la propriété est de 1, 164,565 pieds carrés avec un potentiel de plus de 4, 500,000 pieds carrés constructibles. Le développement et réaménagement de ce site doit prendre en considération les valeurs patrimoniale du site. Un plan particulier d’urbanisme sera réaliser par la Ville de Montréal, en conséquences les usages seront définis. Par la suite nos demandes futures seront de dérogations mineures, de permis de démolition et construction, certificat d’autorisation et demande d’approbation au plan d'implantation et d'intégration architecturale seront déposées. Toutes demandes liées au développement pour un usage mixte englobant des unités résidentielles, des bureaux, des immeubles légers, et de locaux commerciaux mixtes de petite et/ou grande surface (exemples : restaurants, épicerie, pharmacie) et des espaces verts (parc) seront faites par résolution. De plus, des négociations auront lieu avec la ville de Montréal et la STM pour étendre son service d'autobus pour relier ce développement avec les stations de métro voisines, afin de favoriser le développement du secteur et de planifier un développement axé sur le transport actif et collectif. Représentation auprès des autorités municipales de la Ville de Montréal pour toutes demandes liées au développement et réaménagement en vertu de la réglementation de la ville de Montréal. Institutions visées : Montréal
  10. Sur Facebook. On dirait que c'est le Émilie-Gamelin qui est suggéré...avec le bâtiment d'Archambault collé sur l'ouest
  11. Repenser le logement post-pandémie ILLUSTRATION FOURNIE PAR PRÉVEL Prével commercialise actuellement le projet Esplanade Cartier au pied du pont Jacques-Cartier, dans le quartier Centre-Sud, au sud-est du centre-ville. Des promoteurs adaptent leurs futurs logements à la nouvelle réalité dictée par la crise sanitaire. Publié le 29 mai 2020 à 8h00 ANDRÉ DUBUC LA PRESSE Pour le promoteur Prével, actif dans les quartiers centraux, la solution passe par l’aménagement d’espaces communs qui permettent de respecter les règles de distanciation. Quant à Devimco, ses nouvelles constructions de tours de logements en banlieue incorporeront les services usuels d’une tour de bureaux, ce qui facilitera le télétravail. La crise ne dure que depuis 75 jours, mais déjà les promoteurs sont retournés à la table à dessin. « Évidemment, cette crise inédite nous a obligés à nous pencher sur nos produits », dit, dans un entretien, Laurence Vincent, coprésidente de Prével. PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE Laurence Vincent, coprésidente de Prével Sa société commercialise actuellement le projet Esplanade Cartier au pied du pont Jacques-Cartier, dans le quartier Centre-Sud, au sud-est du centre-ville. Dans les dernières années, ce promoteur, qui se spécialise dans les ensembles destinés aux accédants à la propriété, a surmonté le défi de l’abordabilité en construisant des logements plus petits. En échange, les acheteurs profitent d’espaces communs plus généreux. Toutes choses étant égales par ailleurs, un logement d’une chambre coûte moins cher qu’un quatre et demie. Des balcons plus vastes Ce compromis sur la taille du logement est toutefois lourd de conséquences en période de confinement. Y aura-t-il encore une demande pour des logements de moins de 500 pieds carrés ? Mme Vincent n’en doute absolument pas, mais l’accès à l’extérieur gagne en importance. « À l’Esplanade Cartier, nos plans prévoyaient déjà des coursives plus grandes et plus larges que le traditionnel balcon. Cela permet un accès privé à l’extérieur intéressant. » Quant aux espaces communs intérieurs et extérieurs, ils doivent être repensés pour qu’ils puissent encore favoriser les rapports entre les gens tout en respectant la règle des deux mètres. « Les espaces verts deviennent précieux pour permettre aux résidants de profiter de l’extérieur en sécurité, dit Mme Vincent. C’est le cas dans nos projets Quartier Général, dans la Petite-Bourgogne, et Esplanade Cartier. En plus, on y intègre l’agriculture urbaine, [ce qui procure] un sentiment de sécurité alimentaire quand la ville au complet doit se confiner. » Dans le même ordre d’idées, les complexes signés Prével incorporent des locaux commerciaux au rez-de-chaussée occupés par des commerces de proximité et des artisans locaux. Les copropriétaires ont pratiquement tout sur place pour combler leurs besoins courants. Laurence Vincent se réjouit d’ailleurs de l’engouement à l’égard de l’achat local. Un mouvement susceptible, selon elle, de dynamiser les noyaux de quartiers, les rues marchandes, l’ADN des quartiers montréalais. Autre phénomène découlant de la pandémie, la popularité du télétravail a attiré l’attention de Mme Vincent. D’après elle, la tendance va rester et de façon plus prononcée qu’avant la crise. « Nous sommes déjà à l’œuvre pour que nos produits puissent répondre à ce besoin », fait-elle savoir. Parlant de produits, Prével est en période de vente pour l’Esplanade Cartier et le Quartier Général. Au Quartier Général, il reste quelques logements à vendre dans la phase un. À l’Esplanade Cartier, la première phase s’est rapidement écoulée avant la pandémie. Depuis, les logements de la deuxième phase sont disponibles. Le rythme d’écoulement, exceptionnel avant la COVID-19, est revenu à la normale. « Avant la crise, la demande excédait l’offre, souligne Mme Vincent. Le marché va se stabiliser, sans doute. Je demeure optimiste pour l’avenir. L’habitation reste un besoin fondamental. » Des locaux de cotravail dans les tours d’habitation Le télétravail a inspiré Devimco. La semaine dernière, Devimco soulignait la signature d’une entente avec la Ville de Longueuil concernant la construction de quatre tours d’habitation « qualité condo » d’un total de 1200 logements autour de l’édicule actuel du métro. « Nos tours d’habitation seront des projets hybrides », a expliqué Serge Goulet, président de Devimco, lors d’une visioconférence tenue la semaine dernière. Il prévoit en effet d’équiper ses tours résidentielles des services que l’on trouve dans une tour de bureaux, dont des locaux de cotravail [coworking]. Le bureau à domicile est en effet devenu un incontournable. À l’Agence Six, qui se spécialise dans la vente de condos neufs, les plans des logements ont été ajustés en conséquence. Ce fut le cas notamment au Sir John du Groupe Bertone, coin Langelier et Sherbrooke. « Le simple fait d’ajouter un espace bureau dans les plans de nos logements, même ceux d’une seule chambre, a suscité une belle réception de la part de la clientèle », confie Elian Sanchez, président et associé. https://www.lapresse.ca/affaires/202005/29/01-5275491-repenser-le-logement-post-pandemie.php?fbclid=IwAR0onUQ-DE9xihxG6q3QEXHB6Ksr1iUh7h4vFLGRVF-f37CJSE0nzUSYRS8
  12. C'était dans des pots évidemment! https://journalmetro.com/actualites/montreal/2343970/un-jardin-collectif-sur-lancien-site-de-cavalia/ 3 juillet 2019 | mise à jour le: 3 juillet 2019 à 14:47 Par: Henri Ouellette Vézina Métro Un jardin collectif sur l’ancien site de Cavalia Photo: Archives Métro Un nouveau jardin collectif verra le jour le 17 juillet sur l’ancien site de Cavalia, au coin des rues Parthenais et Sainte-Catherine, avec pour objectif d’intégrer un espace communautaire sur le long-terme à un projet de développement immobilier dont la construction est imminente. Un projet qui «fera école» pour amener les promoteurs à impliquer davantage la population, croient les organisateurs. «Notre but, c’est aussi de voir si l’utilisation de terrains vagues par la communauté peut devenir une stratégie à long terme pour développer Montréal, explique à Métro Jean-Philippe Vermette, le directeur général du Carrefour alimentaire Centre-Sud (CACS), qui pilote le projet. Les terrains en question sont convoités depuis plusieurs années par divers promoteurs immobiliers, dont la Société de développement Bertone et, plus récemment, le groupe Prével, qui prépare «un projet mixte, inclusif et durable». «Comme la construction des logements s’en vient très vite, on s’est assis avec le groupe Prével en se demandant si c’était possible d’avoir un projet transitoire sur le site», explique M. Vermette. «Le jardin va être installé au fur et à mesure que les condos se construisent et, à terme, dans quatre ou cinq ans, on vise à avoir un espace collectif complet d’alimentation.» -Jean-Philippe Vermette Dans la métropole, il s’agit de la toute première collaboration du genre entre un promoteur et un organisme communautaire. «Souvent, on est davantage dans une lutte contre le promoteur, qui décide éventuellement d’expulser le groupe de citoyens. On n’est pas en mode guérilla aujourd’hui, on cherche à collaborer pour le mieux de tout le monde», poursuit le directeur général du CACS. Celui-ci espère que l’initiative «inspire le milieu à consulter tous les acteurs». Le groupe Prével étudie actuellement la possibilité de créer des installations vertes sur les toits et au sol, dans l’optique d’ériger un «verger collectif» qui serait ouvert à tous. Une centaine de smart pots faisant quatre pieds de diamètres ont déjà été installés sur le site. «On est en train d’évaluer si la mixité se déroule bien. Souvent, on créé des espaces pour un seul type de population. C’est peut-être là, l’échec de nos développements. On veut faire autrement», indique Jean-Philippe Vermette. Son collègue Arturo Neira, qui est chargé de projets au Carrefour alimentaire, abonde dans le même sens. Il estime qu’un projet du genre est unique à Montréal «du fait de la grandeur du jardin et des défis qu’il comporte: c’est-à-dire réussir à produire des aliments frais sans accès à une prise d’eau ni aucune électricité, simplement avec le soutien de notre communauté». «Les gens qui viennent aux séances de jardinage collectif apprennent à produire en plus de pouvoir récolter le fruit de leur travail. Le jardin collectif sera un potager où on partage les tâches, l’espace et les récoltes», poursuit-il. Du logement social pris en compte La coprésidente du groupe Prével et auteure du livre Bâtir Montréal à la table 45, Laurence Vincent, assure que le projet immobilier répondra aux attentes des Montréalais dans son ensemble. «On veut des unités d’habitation, des copropriétés, du logement social, des bureaux, des commerces de proximité et des espaces verts», avait-elle expliqué à Métro au début de l’année, lors du lancement du projet. Le promoteur immobilier assure qu’il respectera la capacité de payer des citoyens dans le processus, «afin de conserver [les logements] dans un état abordable». De plus en plus de gens veulent vivre à Montréal, donc des projets qui dynamisent les secteurs, amènent des piétons, favorisent le développement actif, ça a un impact. Les gens s’enracinent, ils y développent un sentiment d’appartenance.» – Laurence Vincent La Ville de Montréal, qui collabore également au projet de jardin collectif avec le groupe Prével et le CACS, se penchera dans les prochaines semaines sur le déploiement de ce nouvel espace communautaire. «On les sait très sensibles à ce genre de cause», avoue Jean-Philippe Vermette à ce sujet. Non loin du pont Jacques-Cartier et de la station de métro Papineau, l’endroit est considéré comme l’un des plus grands sites toujours disponibles pour développer de potentiels projets immobiliers, en plein cœur du centre-ville. Le dernier projet – les Quais De Lorimier – a été abandonné l’an dernier.
  13. Looks like they're approaching the final dig out. Don't forget this phase only has one level below grade.
  14. Dans la prolongation de la rue Tansley. Ils auront une belle vue sur le pont, le fleuve et les feux d'artifice pour quelques années au moins.
  15. Le Musée du Montréal juif contraint de déménager CAMILLE DAUPHINAIS-PELLETIER Mardi, 26 mai 2020 16:26MISE À JOUR Mardi, 26 mai 2020 16:26 Le Musée du Montréal juif sera forcé de quitter son local situé sur le boulevard Saint-Laurent avant le 30 juin, car l'immeuble qui l'abrite a été acheté par un nouveau propriétaire. «Si cela vous choque (tout comme nous), je tiens à vous assurer que nous sommes prêts à faire face à cette situation inattendue. Nous prévoyons en sortir (ainsi que de la pandémie en général) plus résistants et prêts à engager nos publics en croissance», ont mentionné les gestionnaires de l'institution dans un communiqué publié sur le site internet du Musée. «Nous avons déjà examiné plusieurs lieux alternatifs pouvant accueillir les plus de 25 000 visiteurs annuels que nous accueillons habituellement à l’occasion de nos rassemblements culturels, de nos visites guidées, de nos expositions et de nos événements gastronomiques. Pour l’instant, cependant, nous avons décidé de concentrer nos activités en ligne jusqu’à ce que le moment arrive de rouvrir un espace physique. Cela nous permettra de garder de la souplesse et de préserver nos ressources tout en menant à bien notre mission», poursuivent-ils. Les activités du Musée se tenaient de façon exclusivement virtuelle depuis le début de la pandémie. En temps normal, l'établissement était ouvert au public au 4040 boulevard Saint-Laurent, à l’angle de l'avenue Duluth. Le Musée a été fondé en 2010 pour explorer et diffuser l'histoire, les récits et les expériences de la communauté juive de Montréal à travers des expositions, visites guidées et événements divers. L'organisme disposait depuis 2016 d'un petit local qui abritait une galerie, une boutique et un espace culinaire. https://www.journaldemontreal.com/2020/05/26/demenagement-musee-montreal-juif
  16. C'est à voir, maybe the 'novelty will wear off'...Puis il va avoir le projet Mach et la cerise sera Molson sur le fleuve...
  17. Oui pour le Lot 1, mais pas les phases subséquentes....