Jump to content

Recommended Posts

Suite au dépot du PMAD, voici la proposition d'aménagement des environs de la gare de l'AMT de Candiac en secteur TOD pour les années à venir.

 

Le plan d'ensemble

ensemble-todcandiac.JPG

Les hauteurs proposées

hauteur-todcandiac.JPG

Aménagements publics (Parcs, pistes cyclables...)

pd-todcandiac.JPG

 

La présentation complète

http://www.ville.candiac.qc.ca/fckDocs/file/fr/nouvelles/2014/presentation_TOD.pdf

Link to comment
Share on other sites

Pas deux mais bien trois autoroutes! La 15, la 30 et la 930! Difficile d'être plus enclavé que ça!

 

Le coeur de Montréal est bien "enclavé" par l'A-15, l'A-40, l'A-25 et le fleuve (avec l'A-20/r132 sur l'autre rive). Et allons donc encore plus loin: quand le nombre de côtés bordant une surface tend vers l'infini, on obtient une forme circulaire, par exemple: la Ville de Paris intra-muros, bordée par le Boulevard Périphérique! Autre exemple: l'autoroute autour de Berlin (A-10), qui fait un peu plus de 200 km: j'ai découvert récemment une désignation (peut-être nouvelle) que je ne connaissais pas: dans le sens des aiguilles d'une montre: parties ouest, nord, est et sud, délimitées par des échangeurs avec des autoroutes radiales extérieures principales. Ce faisant, on n'a tout de même pas "enclavé" la ville par quatre autoroutes au lieu d'une seule...

Morale de l'histoire: ce n'est pas le nombre d'autoroutes (ou autres obstacles, par exemple voies ferrées) qui importe, mais la facilité d'accès au territoire concerné. Quant aux autres nuisances, notamment par le bruit, ça peut être atténué par des aménagements de qualité. Dans le cas de ce projet TOD de la Ville de Candiac, je leur souhaite tout le succès possible, mais si ça s'avère mitigé, on pourra se consoler en pensant que cela n'aura pas exigé d'importants investissements publics, puisque la voie ferrée (et la ligne de train de banlieue la parcourant) existent déjà, contrairement à certains autres projets ailleurs dans la région.

Link to comment
Share on other sites

Tout dépend de la grandeur de l'enclave.

À Montréal ou à Paris, c'est assez grand pour ne pas se sentir enfermé.

Le tod de la gare de Candiac n'est pas très grand mais peut être assez pour ne pas se sentir trop coincé.

Il serait judicieux d'ajouter une ou deux passerelles pour piétons et cyclistes.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

On ne parle pas de créer la campagne en ville dans cet espace. On veut créer un milieu de vie urbain compact, multifonctionnel et complet. Je pense que ce plan d'aménagement est un pas dans la bonne direction. J'ai passé mes commentaires au comité d'urbanisme sur l'aménagement de la grande place (ne l'enclaver pas entre 2 rues),, l'aménagement de la gare et du stationnement incitatif, l'intégration des pistes cyclables et des voies piétonnes (ils doivent être des modes de déplacement utilitaire, pas des joujous récréatifs).

En passant, l'espace est déjà lié au reste de Candiac par une piste cyclable en site propre sur Jean-Leman.

Il est aussi à espérer que Les développements Iberville intégrerons le Carrefour Candiac au quartier TOD. Présentement, c'est un espace pathétique et un îlot de chaleur atroce.

Link to comment
Share on other sites

  • 11 months later...
Candiac ne veut pas d’une zone industrielle dans son aire TOD

 

image.jpg

 

Dans le projet de loi 85 visant l’aménagement d’un corridor de développement économique le long de l’autoroute 30, une zone industrielle est prévue en plein cœur du projet d’aire TOD de la Ville de Candiac; une aberration, selon le maire.

C’est un résident ayant œuvré sur le comité citoyen de Candiac qui a sonné l’alarme lors d’une assemblée publique de consultation, jeudi soir.

 

«Dans la carte accompagnant le projet de loi, on remarque que le cadran sud-ouest du projet TOD fait partie de ladite zone (industrielle), a fait remarquer Mario Lanoie. C’est un décret qui a préséance sur les pouvoirs de la ville et de la région. Comment on va conjuguer avec ces industries polluantes et bruyantes, alors qu’on tente de développer un secteur résidentiel à haute densité à proximité? C’est très inquiétant.»

 

Le maire de la Ville Normand Dyotte a répondu avoir pris connaissance du projet de loi du ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, avec ses collègues de la MRC de Roussillon.

 

«Cette zone, qui est identifiée industrielle, n’a pas d’affaire là. Pour moi, c’est une erreur que les gens du ministère des Affaires municipales ont faite. Le projet TOD s’inscrit dans le cadre du plan métropolitain d’aménagement et de développement de la CMM dans lequel il y a 155 aires TOD identifiées, dont le TOD de Candiac, qui est un projet démonstrateur. C’est une aberration que dans ce projet de loi, il y ait une zone industrielle en plein milieu du quartier.»

 

M. Dyotte a ajouté que des démarches allaient être prises pour qu’il puisse se faire entendre par le gouvernement.

 

«Comme pour tout projet de loi, il va sûrement y avoir une commission parlementaire et on va être invité à faire nos commentaires lors de celle-ci. Il est bien certain, comme je l’ai fait pour le projet de loi sur la gouvernance du transport à Québec, que je vais être là aussi pour ce dossier.»

 

L’objectif du ministre Moreau est de faire en sorte qu’il y ait un corridor de développement économique avec certains pôles logistiques et des industries, de Vaudreuil jusqu’à Contrecoeur.

 

Des inquiétudes du côté de l’UPA

La fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie déplore que le projet de loi écarte la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) du processus. La fédération entend déposer un mémoire en commission parlementaire pour faire valoir ses recommandations.

 

«Nous ne nous opposons pas au développement économique, a indiqué Christian St-Jacques, président de l’UPA Montérégie. Au contraire, l’agriculture demeure un secteur important pour assurer le développement régional. Par contre, le projet de loi 85 écarte la CPTAQ de son rôle habituel, ce qui est en soi inquiétant.»

 

«C’est aussi inquiétant de voir que le projet de loi s’élève au-dessus des réglementations municipales, a ajouté M. St-Jacques. S’agit-il d’une forme nouvelle de tutelle de l’état face aux choix d’aménagement des municipalités? Nous sommes en droit de nous poser la question.»

 

 

http://www.lereflet.qc.ca/actualites/politique/2015/12/11/candiac-ne-veut-pas-dune-zone-industrielle-dans-son-aire-tod.html

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value