Search the Community

Showing results for tags 'parcs'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 28 results

  1. Suite au dépot du PMAD, voici la proposition d'aménagement des environs de la gare de l'AMT de Candiac en secteur TOD pour les années à venir. Le plan d'ensemble Les hauteurs proposées Aménagements publics (Parcs, pistes cyclables...) La présentation complète http://www.ville.candiac.qc.ca/fckDocs/file/fr/nouvelles/2014/presentation_TOD.pdf
  2. Aimez vous nos parcs ? Moi j'aime pas. Le syndrome de la "slice de gazon"; Je hais les parcs qui ne sont qu'un tapis de gazon, sont vie, et nos plus grands parc on ce syndrome, exemple, le parc maisonneuve(oui je sais que c'était un golf), y'a tu un parc plus déprimant que lui ? Un autre parc qui pourrait être encore plus débile qu'il est, la parc lafontaine, je le trouve assez délabré, le mobilier urbain pourrait être renouvelé à la saveur d'aujourd'hui, ils pourraient pavé tout l'asphalte du parc, fermer la rue calixa-lavallée, la détruire. Vous, quelles sont vos visions ?
  3. La Presse Le lundi 28 mai 2007 Tous les enfants ne sont pas égaux quand vient le temps de s'amuser au parc, révèle une enquête exclusive menée par Actuel. Tandis que certains arrondissements bénéficient de belles aires de jeu toutes neuves, d'autres doivent se contenter de vieux modules désuets, peu entretenus, souvent carrément dangereux. Surprise: ça ne sont pas toujours les plus riches qui ont les plus belles structures. Près de trois structures de jeu sur cinq ont été construites il y a plus de 10 ans dans la région de Montréal. C'est dire que plus de la moitié des aires de jeu en ville et en banlieue ne rencontrent pas les normes de sécurité actuelles. Attention: danger, crient certains experts et parents interrogés. «Faute d'investissements majeurs au cours des dernières années, la majorité des aires de jeu au Québec sont hors normes, dénonce Patrick Lafleur, directeur général de l'Association québécoise du loisir municipal. Le fait d'avoir un équipement désuet est une problématique alarmante.» Au mini parc de l'Épée, à Outremont, un grand trou accueille les enfants en plein milieu de l'aire de jeu. La surface de revêtement est déchirée depuis des semaines. Les poutres qui entourent le parc sont pourries, et de gros clous en ressortent. Dans Villeray, au parc Gabriel Sagard, il manque carrément une planche au petit pont du module. L'an dernier, un enfant y est tombé. Faute de sable en quantité suffisante, le béton des piliers de la structure est aussi à découvert. À Rivière-des-Prairies, au parc Sainte-Marthe, un espace carré est envahi d'herbe. Peut-être, jadis, trônait là un carré de sable. Sur le Plateau-Mont-Royal, au parc Louis-Reitman, on a réinstallé au printemps une balançoire complètement défoncée l'année d'avant. Aux quatre coins de la ville, il n'est pas rare de trouver des glissoires manquantes, un barreau absent, ou du sable visiblement mal entretenu, habité par les excréments des animaux du coin. Si certains arrondissements ou villes entretiennent leurs parcs quotidiennement (Anjou, Montréal-Nord, Pierrefonds, Plateau, Dorval et Laval), d'autres, comme Montréal-Est Ahuntsic et Pointe-Claire, n'y passent qu'une fois par année, ou pour des interventions «ponctuelles». Pire: à Outremont, il n'y a carrément pas de politique d'entretien des aires de jeu. Bien sûr, la situation a déjà été pire. Bien pire. Tous les experts interrogés s'accordent pour confirmer que la métropole a fait un travail énorme depuis quelques années. «Nous avons mis beaucoup l'accent sur les surfaces amortissantes, et là-dessus, la Ville de Montréal semble avoir travaillé très fort», indique Sylvie Melsbach, responsable du dossier des aires de jeu au Regroupement des CPE de la Montérégie. «Il y a eu des efforts pour corriger les pires situations, mais cela ne veut pas dire qu'il n'en reste pas», ajoute Diane Sergerie, membre du comité d'experts de SécuriJeunes Canada. Il faut dire que les investissements ont été inégaux. Tandis que Côte-des-Neiges/Notre-Dame de Grâce a réaménagé 28 parcs entre 2002 et 2007, Montréal-Est n'a littéralement pas touché à ses aires de jeu. Conséquence: «en cinq ans, on est passé d'une situation où la majorité des parcs étaient hors normes, à une situation où certaines aires de jeu sont très conformes, alors que d'autres sont très peu conformes», indique David Fortier, agent de planification, spécialisé en prévention des traumatismes (notamment dans les aires de jeu), à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Les normes des aires de jeu sont dictées par l'Association canadienne de normalisation (CSA), un organisme sans but lucratif qui définit les critères à respecter (hauteurs des structures, barrières de protection, surfaces protectrices, taille des ouvertures) dans la conception et l'entretien des aires de jeu. Une étude menée par l'Université de Toronto a d'ailleurs révélé que sur quatre ans, les blessures avaient baissé de 49% dans les aires de jeu des écoles qui s'étaient conformées aux normes CSA; 520 blessures ont ainsi été évitées, estiment les chercheurs. Le hic? Ces normes, souvent contraignantes et coûteuses à appliquer, n'ont pas force de lois. «Ce sont des normes de bons près de famille, résume Patrick Lafleur. Si demain matin, on obligeait toutes les villes à appliquer ces normes, les parcs fermeraient.» Prendre les grands moyens C'est l'histoire d'une mère de deux jeunes enfants qui n'ose plus aller dans le parc de son quartier. «C'est vraiment pas sécuritaire», dit-elle. Louise Lippe, de Villeray, en a gros sur le coeur. «L'air de jeu est dans un état terrible», confie-t-elle. Le parc en question, baptisé Gabriel Sagard, est à deux pas de chez elle. La dernière fois qu'elle y est passée, la plaque du parc avait été décrochée. Il manque de sable, les piliers en béton de la structure sont dénudés, la première marche de l'escalier, faute de sable en quantité suffisante, est beaucoup trop haute, et il manque carrément une planche au petit pont. En guise de barrière de protection, on a placardé une vulgaire plaque de contreplaqué sur le module. «Ça fait dur, dit-elle.» Tous les parents du coin se disent d'ailleurs la même chose: «Ça n'a pas de sens. C'est rendu qu'on n'ose pas aller au parc près de la maison», dit celle qui songe à lancer une pétition pour «son» parc. Interrogé par La Presse la semaine dernière, le chargé de communications de l'arrondissement, Claude Raymond, a d'abord affirmé ne pas «avoir eu vent de quoi que ce soit» au sujet de ce parc. Vérification faite, il a ensuite promis que les réparations seraient effectuées aujourd'hui (lundi) au plus tard. Pour faire bouger les choses, certains parents prennent aussi les grands moyens. C'est ainsi que des parents de Rivière-des-Prairies ont mis sur pied un comité de travail en 2003, avec des représentants de la ville, de la police, des CPE du coin, chapeautés par l'Initiative 1,2,3 go! de Centraide (visant la promotion locale du développement et de la santé des tout-petits), afin de dresser un portrait de l'état des lieux. Ils ont fait le tour de tous les parcs de leur quartier, afin de pondre un important document, ciblant, photos à l'appui, toutes les réparations à faire. Résultat? «Oui, il reste encore des choses à faire, mais on a bien entamé le travail», signale Véronique Moreau, coordonnatrice de l'Initiative 1,2,3, go! à Rivières-des-Prairies. À Longueuil, un groupe de parents vient de se lancer dans le même travail, et s'apprête à évaluer les 69 parcs du Vieux-Longueuil. Il faut dire que pour obtenir gain de cause, il faut non seulement du temps, mais beaucoup de patience. Nathalie Michellod, du Plateau-Mont-Royal, en sait quelques chose. Elle se bat depuis des années pour revitaliser «son» parc, Jean-Jacques-Olier. Clôture, sable, vitesse dans la rue, lumières la nuit: «il faut toujours appeler la ville. Cela prends des mois et des mois. J'ai l'impression d'être toujours en train d'appeler!» dit celle qui tente maintenant d'aménager un nouveau parc dans le quartier, fermé la nuit et les fins de semaines. «On veut un parc sécuritaire, aux normes, et adapté à nos besoins.» Où sont les nouveaux parcs? Nous avons sondé Montréal (et ses 19 arrondissements), les 15 villes reconstituées, Laval et Longueuil, histoire de savoir combien d'aires de jeu ont moins de 10 ans. (voir la carte ci-contre) À noter: + : Baie d'Urfé et Mont-Royal, où 100% des parcs sont tout neufs (moins de 10 ans). - : Montréal-Est, Saint-Anne de-Bellevue et Westmount, où 100% des parcs sont vieux (plus de 10 ans).
  4. (28 avril 2007 )L’arrondissement de Rosement plantera 350 arbres de rues d’ici la fin de l’année sur l’ensemble du territoire. Entre autres, sur la rue Beaubien, 49 arbres seront plantés entre la rue Saint-Denis et le boulevard Saint-Laurent. Ce qui complétera le réaménagement de cette artère. Reverdir les parcs de l’arrondissement Le programme horticole prévoit la plantation d’une cinquantaine d’arbres au parc Père-Marquette. En plus des 50 arbres ajoutés au parc Lafond, 31 arbres seront plantés au parc Molson. Par ailleurs, 39 arbres et 1000 arbustes et plantes vivaces seront plantés dans les parcs Cité-Jardin, Mozart, du Pélican et Sainte-Bernadette. Le programme prévoit aussi la plantation de 40 000 fleurs annuelles. Ces fleurs se retrouveront principalement dans les plates-bandes décoratives des parcs et des artères commerciales. L’arrondissement distribuera en plus 46 000 fleurs aux citoyens, le 26 mai, dans le cadre du volet embellissement de sa campagne de propreté. Programme d'élagage bonifié Cette année l'arrondissement investira 350 000 $ dans son programme d’élagage. Par ce programme, on vise à maintenir la qualité du domaine végétal public. En 2006, on a ainsi répondu à 800 appels d’urgence, ainsi que l’élagage de plus de 1600 arbres.
  5. Québec octroie près de 6 millions de dollars pour les parcs de la région. Le parc national de la Jacques-Cartier reçoit 2,3 millions dédiés à la modernisation des infrastructures. Pour en lire plus...
  6. Québec veut faire du parc des Îles-de-Boucherville un tremplin pour le plein air Mise à jour le vendredi 24 janvier 2014 à 20 h 18 HNE Un texte de Marie-Laure Josselin Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi un investissement de 8,2 millions de dollars sur trois ans dans le parc national des Îles-de-Boucherville, géré par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Québec souhaite rendre plus accessible le parc aux citadins afin qu'ils sortent plus de Montréal et fassent l'initiation du plein air, a expliqué Marie Malavoy la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, et ministre responsable de la région de la Montérégie. Québec entend instaurer un transport maritime partant du coeur de Montréal, où un stationnement incitatif serait mis en place. Les navettes actuelles qui mènent au parc seront quant à elles maintenues. En 2011, le gouvernement avait déjà annoncé la construction d'un centre de découverte et l'arrivée du camping dans le parc. Cette fois-ci, ce sont une dizaine de nouvelles haltes découvertes qui vont être aménagées et qui s'ajouteront aux cinq déjà présentes. De plus, le bac à câble reliant l'île Sainte-Marguerite à l'île Pinard sera remplacé par un pont pour piétons et cyclistes. Autre nouveauté : le développement d'une offre originale d'hébergement. Il est en effet prévu d'installer des tentes de type prêt-à-camper, comme les Huttopia, et des EXP, des hébergements d'une pièce, avec beaucoup de fenêtres et entièrement équipés. Le concept de ces logements de la Sépaq est de les personnaliser selon les parcs dans lesquels ils sont implantés. Pour Martin Soucy, vice-président Exploitation à la Sépaq et responsable de Parcs Québec, cette expérience à proximité de Montréal servira de vitrine et permettra d'attirer les clients vers les autres parcs au Québec. La fréquentation du parc national des Îles-de-Boucherville a bondi de 133 % en une douzaine d'années. Chaque année, il attire quelque 320 000 visiteurs. Les retombées économiques sont de 28 millions de dollars. Au total, Québec entend investir 54 millions de dollars dans les parcs de la Sépaq d'ici 2016, ce qui devrait se traduire par l'embauche de 384 personnes et 10 millions de dollars en revenus fiscaux et parafiscaux. http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2014/01/24/002-quebec-investissement-8-millions-parc-iles-de-boucherville.shtml
  7. Description Le Quartier M est un nouveau projet de 28 condos dans Mercier Hochelaga-Maisonneuve de 1, 2 ou 3 chambres allant de 689 à 1147 pi2. Le développement vous propose des unités familiales, le stationnement intérieur ou extérieur et une cour intérieure avec de grands espaces verts. Le Quartier M est situé près du Marché Maisonneuve, de la Promenade Ontario et du métro Pie-IX. Vous profiterez d'une vie de quartier grâce aux nombreux parcs et services accessibles à pied. Les condos sont en vente à partir de 156 400$ et presque toutes les unités sont admissibles à des subventions de la ville de Montréal (4500 à 10 000$). Les familles sont également admissibles au remboursement intégral de la taxe de bienvenue. Livraison à partir de Juillet 2014. Plus d'information à la page: http://www.mondev.ca
  8. Les Montréalais pourront profiter cette année d'un sentier hivernal de 31,8 km dans le Grand Sud-Ouest 16 décembre 2016 Montréal, le 16 décembre 2016 -Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, le responsable des sports et loisirs au comité exécutif, M. Dimitrios (Jim) Beis, la mairesse de l'arrondissement de LaSalle, Mme Manon Barbe, le maire de l'arrondissement de Lachine, M. Claude Dauphin, le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, M. Benoit Dorais, le maire de l'arrondissement de Verdun, M. Jean-François Parenteau, et Parcs Canada, sont fiers d'annoncer la mise sur pied d'un tracé de 31,8 km de sentiers hivernaux dans le Grand Sud-Ouest, le fruit d'une étroite collaboration entre Parcs Canada, les services centraux de la Ville de Montréal et les arrondissements de LaSalle, de Lachine, du Sud-Ouest et de Verdun. « C'est avec fierté que je présente aujourd'hui aux Montréalais une autre raison d'aimer l'hiver chez nous et d'en profiter pleinement. Montréal, métropole nordique, physiquement active et ville olympique, entretient une passion certaine pour les sports d'hiver. Ce beau projet contribuera à augmenter l'offre d'activités hivernales à Montréal et s'insère parfaitement dans les objectifs de notre Politique du sport et de l'activité physique. Bravo aux partenaires pour cette belle collaboration dont pourra profiter la population montréalaise », a déclaré M. Coderre. « Être physiquement actif contribue à la vitalité de nos communautés et la Ville contribue au mieux-être de tous ses citoyens en développant ce type de projet et en aménageant des milieux de vie en faveur de l'activité physique partout sur le territoire. Voici un lieu supplémentaire, dans un cadre extraordinaire. À vos skis, Montréalais », a exprimé M. Beis. Dans le but de développer une nouvelle programmation d'activités hivernales sur le canal Lachine et sur ses berges, la Ville de Montréal avait lancé deux projets pilotes l'hiver dernier. Un premier fut le résultat d'une collaboration entre Parcs Canada et l'arrondissement du Sud-Ouest, et le second était une initiative impliquant les arrondissements de Verdun, LaSalle et Lachine. Ces projets pilotes ayant été concluants, la Ville centre a décidé de poursuivre les activités hivernales pour l'hiver 2016-2017 avec un projet de plus grande envergure impliquant les arrondissements de Verdun, de LaSalle, de Lachine et du Sud-Ouest. Pour ce faire, la Ville de Montréal a lancé un appel d'offres sur invitation à des organismes spécialisés en sports et loisirs. C'est la firme Sogep qui a finalement reçu le mandat d'assurer un service d'entretien, de traçage, d'affichage et de signalisation de 3 sentiers de ski de fond d'une longueur totale de 25 km et d'un sentier damé multifonctionnel de 6,8 km sur les territoires des arrondissements de Lachine, LaSalle, Le Sud-Ouest et Verdun pour la saison hivernale 2017. Un service d'animation et des renseignements en ligne sur le tracé seront également offerts aux citoyens, de même que des mises à jour sur les conditions des pistes. Le mandat au montant total de 65 000$ débute aujourd'hui et sera en vigueur jusqu'à la mi-mars 2017. Une photo du sentier et le tracé du sentier sont disponibles ici : sentier hivernal de 31,8 km dans le Grand Sud-Ouest Ville de Montréal - Portail officiel - Détail du communiqué
  9. Des quartiers en mutation Toutes les villes ont leurs quartiers disparus. Effacés au nom du progrès ou du profit, ils disparaissent un jour sous une autoroute, un stationnement, un aéroport ou une station de télévision. Leurs habitants s'éparpillent, leurs cultures s'effacent, leurs âmes se dissipent, jusqu'à ce qu'enfin il ne reste plus de toute cette vie humaine qu'une main ridée tenant quelques photos qui n'intéressent plus personne. Les quartiers meurent comme les jardins, comme la mémoire. Parcs Vivants vous invite, mardi le 30 juin au Cinéparc Martineau (rue Panet au nord de Sainte-Catherine) dès 19 h 30, pour une petite visite d’un quartier disparu. Un secteur mal-aimé qu’on a rasé de près comme une vieille barbe de trois jours qu’on ne voulait plus voir. Une sale gueule de taudis comme on dit et qu’on a voulu rayer de la carte et de la mémoire. Durant cette ballade à pied, Éric Giroux de l’Écomusée du fier Monde, prendra soin de nous aider à honorer cette devise nationale qu’on tend trop souvent à oublier. Au retour de cette fascinante expédition à travers le temps et ce dès le soleil couchant, Parcs Vivants projettera au Cinéparc Martineau des images d’archives qui témoignaient de la vitalité de ce quartier avant l’arrivée des bulldozers du progrès. Au total 678 familles, soit environ 5000 personnes, ont dû être expulsées de leurs habitations pour Radio-Canada et ses immenses stationnements. Près de 262 immeubles sont ainsi rasés du décor pour faire place notamment à l’expansion de la culture du char (rétrécissement des trottoirs, boulevards urbains, autoroutes, etc). En guise de supplément vitaminé, Parcs Vivants présentera aussi le documentaire Mémoire d’une petite cité de Valérie Lavoie (2002). Ce film démontre clairement les changements qui ont marqué le paysage urbain du Centre-Ville de Québec ces dernières années. La Basse Ville de Québec, tout comme le bas de la ville de Montréal, se sont rapidement transformés avec l’arrivée d’une nouvelle identité urbaine. La cinéaste Valérie Lavoie a voulu donner la parole aux gens de Saint-Roch (Centre-Sud même combat !) afin de reconstituer la mémoire collective de cette petite cité. Visite historique à pied d’un quartier disparu avec Éric Giroux de l’Écomusée du fier Monde. Le départ se fera au Cinéparc Martineau (rue Panet au nord de Sainte-Catherine) à 19 h 30. Projection dès le soleil couchant au Cinéparc Martineau (rue Panet au nord de Sainte-Catherine) de Mémoire d’une petite cité de Valérie Lavoie et de trois documents d’archives sur le faubourg à mélasse. Une petite discussion avec Armand Vaillancourt (chassé de son atelier en 1963) et d’Éric Giroux de l’Écomusée du fier Monde complétera cette soirée historique. Apportez vos chaises. La visite historique à pied et les projections seront remises au lendemain en cas de pluie. Karine Gagné Parcs Vivants Pour la réappropriation citoyenne des mini-parcs du Centre-Sud Éco-quartier Saint-Jacques/ASCCS 2022, rue de la Visitation, Mtl (QC) H2V 4C2 Tél.: 514-522-4053. Téléc. : 514-522-6702. Courriel: [email protected] Site internet: http://www.ecoquartierst-jacques.org
  10. Outils utile! L'historique des noms et la localisation de quelque 6000 rues et parcs de Montréal sont maintenant accessibles gratuitement par Internet. Le répertoire de toponymie de Montréal lancé aujourd'hui offre un outil de recherche simple aux citoyens, professionnels et étudiants. Pour l'ensemble des rues et parcs des 19 arrondissements, on trouve une notice historique ainsi que la date de désignation. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=1560,11779591&_dad=portal&_schema=PORTAL
  11. Un parc tout neuf dans le Vieux-Montréal Un nouveau parc desservira le secteur Est du Vieux-Montréal Parmi les projets retenus dans le cadre du volet des projets particuliers du [email protected] - Programme d’amélioration des aménagements de parcs (PAAP), la Ville de Montréal annonce l’aménagement d’un parc dans le nouveau secteur résidentiel Faubourg-Québec dans l’Est du Vieux-Montréal. «Dans Ville-Marie, ce parc permettra de développer un espace convivial et sécuritaire, où touristes et résidants pourront se côtoyer», pense Alan DeSousa, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable du développement durable, de l’environnement et des parcs. «Aménagé sur un terrain vacant, ce parc donnera aux familles un espace vert à proximité de leur résidence.» Alan DeSousa, ce projet, d’une valeur de 250 000$, s’ajoute aux investissements de plus d’un demi-million $ annoncés en juin dernier par la Ville de Montréal et l’arrondissement, pour l’aménagement de nombreux parcs locaux dont Médéric-Martin, Coupal, Magnan, Berthier et Olivier-Robert. Dans le cadre de ce programme [email protected], la Ville de Montréal envisage d’investir 2 M$ pour des projets spéciaux d’aménagement supplémentaires de parcs dans cinq arrondissements, dont Ville-Marie. Ces investissements visent à rééquilibrer certains quartiers urbains déficitaires en parcs. D’une manière plus générale pour la Ville de Montréal, le programme PAAP, échelonné sur 3 ans, injectera 21 M$ annuellement pour le réaménagement et l’embellissement des parcs. De ce montant, la somme de 12 M$ a été annoncée pour l’aménagement de 130 parcs locaux répartis dans les 19 arrondissements. Par ailleurs, en plus des 2 M$ annoncés aujourd’hui pour les projets spéciaux, 7 M$ seront prochainement destinés aux grands parcs. (M.J.-F.) (Source: Ville de Montréal) http://www.montrealexpress.ca/Societe/Environnement/2010-07-15/article-1597222/Un-parc-tout-neuf-dans-le-Vieux-Montreal/1
  12. 25 avril 2007 Scène un prise deux. L’arrondissement de Rosement poursuit sa lutte aux vieux canards à spring et structures de jeu moches. On investira 2 M$ dans quatre parcs de Rosemont–La Petite-Patrie. Comme l'année dernière, le maire André Lavallée a convié le Journal de Rosemont–Petite-Patrie à une tournée dans les parcs du coin, ceux qui feront l'objet de travaux. Cette fois, on vise essentiellement les aires de jeu destinées aux enfants de 5 à 12 ans. Tour du proprio On grimpe à bord de la minifourgonnette de l’arrondissement. Jacques Savard, directeur des travaux publics, prend le volant. Premier arrêt, le parc Beaubien – rue Beaubien, entre la 6e Avenue et la 9e Avenue. Les modules de bois peints en brun, d’une autre époque, feront bientôt place à de rutilants modules. Là, c’est surtout la petite pataugeoire, dans le décor rosemontois depuis les années 1950, et le Chalet des baigneurs qui seront retapés. La pataugeoire conservera la même superficie mais accueillera une nouvelle structure avec des jets d’eau variés. Le petit bassin sera muni d’un système de filtration afin d'assurer la salubrité de l'eau. Le contour de béton et d’asphalte fera place à un nouveau revêtement. L’endroit sera aussi clôturé. Fini les baignades improvisées pour toutou, espère le maire de Rosemont–La Petite-Patrie. Le parc Beaubien se taille la part du lion de toute cette seconde phase du plan de revitalisation des aires de jeu de l’arrondissement: 700 000 $ sont prévus au budget. Les travaux débuteront à la fin de la saison estivale. Parc de la Louisianne On remonte. Direction: le parc de la Louisiane – 31e Avenue et Beabien où l'aire de jeu pour les enfants de 5 à 12 ans sera réaménagée. André Lavallée profite du trajet pour parler du parc Jean-et-Éva-Tremblay, situé dans le secteur Angus, près de la rue Rachel. L’endroit s'est développé il y a une quinzaine d’années, faisant grimper du coup le nombre de bouts de chou dans le secteur. D'où la nécessité de remplacer les structures fatiguées, juge-t-on. Soccer au parc Père-Marquette Le maire Lavallée espère pouvoir refaire entièrement le terrain de soccer du parc Père-Marquette, travaux évalués à 500 000 $. L’arrondissement complète actuellement le montage financier et croise les doigts afin de dégotter, d'ici la fin de l’année, les fonds nécessaires. Plus qu'un vœu pieux, cette réfection est inscrite au plan triennal de l'arrondissement, dans sa planification pour 2007-2009. Des parcs et des sous Les investissements dans les parcs s'inscrivent en droite ligne avec le plan familial des élus locaux qui souhaitent faire de l’arrondissement un petit nid douillet pour tous. Pour que le financement soit à la hauteur des attentes, André Lavallée évalue la possibilité d’élargir le spectre des sources de financement. Pourrait-on courtiser le secteur privé ou compter sur des projets d’entreprises visant l'aide à la communauté, par exemple, afin de les mettre à contribution dans nos parcs? La formule n’est pas définie, mais oui, on réfléchit à différentes stratégies, expose le maire. «Montréal et le gouvernement du Québec contribuent financièrement aux efforts de l'arrondissement. Nous envisageons aussi des partenariats [privés] mais avec des règles très claires», dit-il. Par exemple, pas de privilège pour un promoteur qui déciderait d’investir dans du mobilier urbain, signale André Lavallée. Plantation d'arbres Détour par le parc Lafond. Les petits rigolos qui coupent à travers le parc avec leur voiture, sur le sentier piéton aménagé dans le prolongement de la 15e Avenue, frapperont un mur... de bois. Une cinquantaine d'arbres seront plantés. Avant le terminus, la fourgonnette passe devant la piscine du parc du Pélican, à l'angle de Masson et de la 1re Avenue. Un véritable champ de bataille où s'active encore l'artillerie lourde. L'été dernier, on y a entrepris des travaux de l'ordre de 1,7 M$. «On est dans les temps, on respecte le budget. Les travaux intérieurs et extérieurs ont suivi leur cours cet hiver et la piscine ouvrira comme prévu pour la saison», promet Jacques Savard. L'année dernière, l'arrondissement a investi 8 M$ dans huit de ses parcs. On a principalement rajeuni les aires de jeu pour les enfants de 2 à 5 ans, injecté 3 M$ pour le nouveau parc Jean-Duceppe – sur le site du Technopôle Angus – et investi 2,1 M$ dans le parc Étienne-Desmarteau.
  13. Nom du projet : Les Berges de la Rivière Description : Nouveau projet au bord de l'eau à Ste-Dorothée, Laval. Près de tous les services, gare, centre-d'achats, autoroute 13 et 440. -À cinq minutes de marche des stations St-Dorothée et Ile Bigras. -Une courte distance du Méga Centre Sainte Dorothée incluant des boutiques, restaurants, et autre -À proximité de superbes terrains de golf, écoles, sentiers de promenade, parcs, et activités sportives -Un stationnement sous-terrain sécuritaire et bien éclairé -Des constructions en ciment à l’épreuve du feu Site : Les Berges de la Riviere | Exceptional Laval Condos Images : http://www.lesbergesdelariviere.com/wp-content/uploads/2012/10/Lavalle-Condos-Building-980x610.jpg http://www.lesbergesdelariviere.com/wp-content/uploads/2012/10/condo-homes-montreal.jpg
  14. Je passe à chaque jour au Square Victoria et j'commence à me demander si c'est moi qui est pas normal mais avez-vous remarqué que les fontaines les jets pissent tout croche, y'a 2 sections qui ne fonctionnent plus (Plus aucun jets) et les plates bandes les arbustes sont mort et y'a pleins de mauvaise herbes. Le gazon tout peté le système d'irrigation a même pas l'air de fonctionner... De plus la place Riopelle juste à coté y'a un mur de peté il semble avoir une voiture qui est rentré dedans... Qui est-ce qui s'occupe de garder nos parcs beau à Montréal ? Ça fait pic pic j'sais pas ce que vous en pensez...
  15. On avait pas de fil je crois, mais le projet était dans les plans en même temps que le Parc Laurier (maintenant réouvert et vraiment très beau!). Aujourd'hui, le Carré était complètement clôturé. Les travaux sont commencés!
  16. Plan directeur des parcs et de leurs équipements Le saviez- vous? On retrouve dans Ville-Marie plus de 140 parcs et espaces verts et quelque 200 équipements sportifs et récréatifs extérieurs. Parcs linéaires aux paysages remarquables, parcs du mont Royal et Jean-Drapeau, places publiques animées, parcs avec aires de jeux : autant d’occasions de s’amuser, de se détendre, de pratiquer des sports... L’arrondissement a choisi d’investir dans ses parcs et espaces verts : 10 M $ annuellement pour l'entretien, l’embellissement, la propreté, 250 000 $ pour des animations et des expositions dans les parcs. Une qualité de vie dans un centre-ville habité Belvédaire du Chemin-Qui-MarcheAdopté au conseil d’arrondissement du 26 juin, le plan directeur s’inscrit dans la continuité du Programme de modernisation et d’embellissement des parcs de la Ville de Montréal initié en 2010. Son élaboration est une occasion d’établir un bilan de la desserte, de mieux connaître les tendances en aménagement et en pratiques récréatives et sportives ainsi que les besoins actuels et projetés des citoyens afin d’améliorer l’offre de services. Plan directeur des parcs et de leurs équipements Les enjeux Le plan directeur a permis d’identifier les quatre enjeux prioritaires dans l’arrondissement de Ville-Marie : • Enjeu 1 : Consolider les parcs, équipements sportifs et récréatifs • Enjeu 2 : Améliorer la desserte en parcs, équipements sportifs et récréatifs • Enjeu 3 : Favoriser une offre accessible à tous et adaptée aux nouvelles tendances • Enjeu 4 : Développer une promenade verte dans la cité Ces enjeux ont mené à l’identification d’objectifs stratégiques en vue de baliser les actions à mettre en œuvre dans le réseau des parcs sur un horizon de 10 ans. Les pricipales actions proposéesParc Hector-Toe-Blake • La mise aux normes des équipements sportifs et récréatifs à la suite de l’audit 2010-2011; • L’implantation d’un programme d’accessibilité universelle aux parcs et aux équipements; • L’implantation d’un programme d’entretien planifié et de remplacement des composantes des parcs ; • Le développement d’un concept d’aménagement préalable aux interventions; • La mise à niveau des infrastructures d’animation en vue d’une programmation annuelle; • L’intégration d’œuvres d’art à raison d’une nouvelle exposition par an; • L’intégration d’aires de restauration de qualité dans certains espaces verts et places publiques; • La revitalisation d’une dizaine d’espaces verts par année; • La négociation de nouvelles ententes avec les partenaires en vue d’un accès à leurs équipements à coût abordable; • L’amélioration de la desserte en parcs canins; • La création de parcs de proximité et l’installation de nouveaux équipements dans les secteurs moins bien dotés; • La création de nouvelles places publiques au pôle Frontenac, devant l’école Gédéon-Ouimet, et à la place d’Youville; • La réalisation de travaux permettant de favoriser l’accès au fleuve et la mise en valeur des berges; • La création d’une promenade verte et la réalisation d’une première phase pour le 375e anniversaire de Montréal. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7317,100113911&_dad=portal&_schema=PORTAL
  17. http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/972831/cure-de-jeunesse-pour-des-parcs-du-sud-ouest/ 01/06/2016 Mise à jour : 1 juin 2016 | 17:17 Cure de jeunesse pour des parcs du Sud-Ouest Par André Desroches TC Media Photo: TC Media - André Desroches Baptisé temporairement Parc 3 Nord, le nouveau parc aménagé sur le site des Bassins du Nouveau-Havre, dans Griffintown, est accessible à la population depuis le 26 mai. Une enveloppe de 4 M$ sera consacrée à la réalisation d’une dizaine de projets de réfection et d’aménagement dans des parcs du Sud-Ouest au cours des prochains mois. La part du lion, soit une somme de 1 M$, sera dédiée au projet de legs de l’arrondissement pour le 375e anniversaire de Montréal, qui sera célébré l’an prochain. Tout ce qu’on sait pour le moment c’est qu’il y aura illumination de deux ponts et d’une passerelle enjambant le canal de Lachine avec des projections sur l’eau. Les détails doivent être présentés prochainement. «Ça va être gros, beau, magnifique. Nous avons été chercher des artistes de renommée internationale», lance le maire de l’arrondissement, Benoit Dorais, qui se garde d’en dire davantage. Nouveaux jeux pour enfants Le remplacement de modules de jeu pour enfants qui ne répondent plus aux normes se poursuit. Une somme de 250 000$ permettra d’en installer de nouveaux aux parcs Le Ber, Ignace-Bourget, Campbell-Ouest et Victor-Rousselot. Les travaux dureront une bonne partie de l’été. Dans la Petite-Bourgogne, l’aménagement au coût 650 000$ d’un terrain de soccer au parc Oscar-Peterson doit être complété à la fin du mois d’août. Toujours dans ce quartier, une somme de 325 000$ permettra d’ajouter cet été 500 mètres au parcours piétonnier de plus d’un kilomètre du Sentier de la Bourgogne. Il s’étendra du métro Lionel-Groulx au parc Jessie-Maxwell-Smith, à proximité de la rue Guy. Du côté de Pointe-Saint-Charles, l’aménagement au coût de 900 000$ du Square Saint-Patrick, situé au coin des rues Wellington et Saint-Patrick, en bordure du canal de Lachine, touche à sa fin. «Les travaux avancent rapidement. On devrait être capable de l’ouvrir en juillet», indique Benoit Dorais. Les travaux vont également bon train en ce qui concerne l’aménagement au coût de 425 000$ du parc Madeleine-Parent situé entre la rue Saint-Patrick et le canal de Lachine, près du marché Atwater. Ils devraient être terminés cet été. L’arrondissement souhaite pouvoir l’inaugurer durant la fin de semaine de la Fête du travail.
  18. Tiré du Blogue A Frog in the Valley Tiré du communiqué de presse sur le budget 2010 afin que Montréal puisse s’affirmer davantage comme une ville branchée, la Ville investira 1 M$ pour installer, en 2010, des bornes Internet sans fil, permettant à la population d’avoir accès gratuitement au réseau dans les parcs. Comme quoi y'a pas juste du négatif. Comme le blogue mentionne, je me demande si Ile sans Fil va voir ça comme une bonne chose ou non.
  19. Lundi 29 Octobre 2007 Les hautes instances de la Ville de Longueuil se réjouissent de l'adoption du projet de loi 6 à l'Assemblée nationale. Cette loi vise à améliorer le fonctionnement du Conseil d'agglomération de Longueuil. La loi 6 redonne une autonomie fiscale et financière aux villes liées. Elle abolit la taxe d'agglomération pour la remplacer par des quotes-parts qui seront versées par les municipalités reconstituées. Les contribuables ne recevront qu'un seul compte de taxes au lieu de deux. Certaines compétences seront redonnées aux villes reconstituées. Ainsi, les voies de circulation, la gestion et la propriété des parcs industriels, ainsi que les réseaux d'aqueduc et d'égout, reviendront sous la compétence de chacune des villes reconstituées. D'autres compétences relèveront toujours de la ville- centre, comme la police, l'évaluation foncière, les services d'incendie et le transport en commun. On se souviendra que l'agglomération de Longueuil avait été paralysée par la crise du budget. Les élus de St-Lambert, St-Bruno-de-Montarville et de Brossard avaient utilisé tous les stratagèmes afin de bloquer l'adoption du budget de l'agglomération.
  20. C'est l'été. La saison où chanteurs et musiciens débarquent en masse dans les salles, les rues et les parcs pour balancer leurs décibels aux fans. Mais pour se remplir les oreilles, ceux-ci doivent parfois se résigner... à vider leurs poches. Pour en lire plus...
  21. LA ville vient de déposer un nouveau PPU pour Griffintown, avec les amenagements, revisions des hauteurs, parcs... Le document http://www.montreal2025.com/pdf/PPUGriffintownProjetOct2012Reduit.pdf
  22. En construction ''Situé au coin des rues D’Iberville et Des Carrières, dans l’arrondissement Rosemont - Petite Patrie, Iberville 36 est un projet unique de 36 condos neufs et abordables à Montréal. En construction dès le printemps 2010, ce projet jouira d’une localisation exceptionnelle: près des parcs Rosemont et Pelican, du cinéma Beaubien, des boutiques et restaurants des rues Bélanger, Beaubien et Masson et du métro D’Iberville.'' http://www.iberville36.com/fr/
  23. Le BAPE En créant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement en décembre 1978 par l’adoption de la Loi modifiant la Loi sur la qualité de l’environnement, l’Assemblée nationale du Québec affirmait le droit des citoyens à l’information et à la consultation. Elle reconnaissait officiellement la valeur et la pertinence de la contribution de la population québécoise à l’évaluation environnementale. Plus encore, elle permettait aux Québécois de contribuer à la décision du gouvernement d’autoriser ou non la réalisation d’un projet susceptible d’avoir des répercussions majeures sur leur environnement. -------------------------------------------------------------------------------- Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, aussi appelé le BAPE, est un organisme de consultation publique. C’est, pour les citoyens, un outil privilégié d’information et d’expression sur les projets susceptibles d’avoir des conséquences sur la qualité de vie de leur milieu. Afin d’assurer l’indépendance et la neutralité de ses commissions, les membres du BAPE sont assermentés et souscrivent à un code de déontologie rigoureux et à des valeurs éthiques reposant sur l’équité, l’impartialité, le respect et la vigilance. Bien que les commissions du BAPE privilégient une approche consensuelle, elles peuvent utiliser, le cas échéant, leurs pouvoirs quasi judiciaires afin d’assurer au public l’accès aux documents requis pour l’examen d’un projet. -------------------------------------------------------------------------------- Véritable outil d’aide à la décision du gouvernement, le BAPE fournit au ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs un rapport contenant, entre autres, le point de vue et les suggestions des citoyens, des municipalités, des groupes et des organismes. C’est en s’appuyant sur les résultats de la consultation publique menée par le BAPE et sur l’analyse environnementale effectuée par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs que le ministre fait une recommandation au Conseil des ministres à qui revient la décision finale d’autoriser ou non le projet et sous quelles conditions. Pour effectuer son enquête, réaliser son analyse et faire rapport, le BAPE consulte la population dans le but d’identifier les attentes du milieu, et de cerner les enjeux liés à un projet. -------------------------------------------------------------------------------- Le BAPE et le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs relèvent tous deux du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs. Cependant, ce sont des entités différentes, indépendantes l’une de l’autre et donc, complètement autonomes. Les mandats du BAPE La procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, à laquelle sont assujettis les projets ayant des répercussions majeures sur l’environnement, prévoit une étape de participation du public. Cette phase est cruciale ! Avant que le projet ne soit autorisé, la population est informée et invitée à prendre position quant à l’acceptabilité du projet. C’est là qu’intervient le BAPE, et ce, par un mandat qu’il reçoit du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs. Dans le cadre de la procédure, le BAPE reçoit d’abord un mandat d’information et de consultation du dossier par le public et, si demande lui en est faite, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs peut donner au BAPE un mandat d’audience publique. Le ministre peut aussi demander au BAPE de faire enquête ou, dans certains cas, de procéder à une médiation. La période d'information et de consultation du dossier par le public Lorsque le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs demande au BAPE de rendre publiques l’étude d’impact et la documentation liée à un projet, celui-ci met en œuvre une série de moyens pour en informer la population. La documentation est rendue disponible dans le centre de documentation situé au bureau du BAPE, à Québec et, dans celui de la bibliothèque de l’Université du Québec à Montréal. Ces documents sont aussi accessibles dans le site Web du BAPE. Des centres de consultation sont également ouverts dans les milieux concernés. Les personnes intéressées par un projet à l’étude peuvent inscrire leurs commentaires dans un registre disponible dans les centres de consultation. Pendant cette période, le BAPE tient une séance d’information dans le territoire concerné par le projet. Cette séance se déroule avec la participation du promoteur. Elle permet à la population de se renseigner sur le projet à l’étude. C’est aussi l’occasion de connaître la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, le rôle du BAPE et celui du citoyen. C’est au cours de la période d’information et de consultation du dossier par le public qu’une personne, un groupe, un organisme ou une municipalité peut demander par écrit au ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs la tenue d’une audience publique, s’il désire que le projet fasse l’objet d’un examen public. Deux éléments essentiels doivent apparaître dans la demande d’audience publique. D’abord les motifs de la demande, c’est-à-dire les raisons qui la justifient. Ensuite, l’intérêt par rapport au milieu, c’est-à-dire en quoi la personne, la municipalité, le groupe ou l’organisme qui fait la demande d’audience se sent concerné par le projet. Cette demande doit être transmise au ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, au plus tard le dernier jour de la période d’information et de consultation du dossier par le public. À la fin de la période réglementaire de 45 jours, un compte rendu factuel sur le déroulement de la période d’information et de consultation du dossier par le public est transmis au ministre. L’enquête et l'audience publique Lorsque le BAPE reçoit du ministre un mandat d’enquête et d’audience publique, le président du BAPE procède à la formation de la commission d'enquête et désigne la personne qui en assurera la présidence. -------------------------------------------------------------------------------- L’audience se déroule en deux parties : la première est consacrée à la recherche d’information sur tous les aspects et les enjeux du projet ; la deuxième permet l’expression des opinions de la population. Au début de la première partie, la commission d'enquête entend les requérants pour leur permettre d’expliquer les motifs de leur demande. Le promoteur présente ensuite son projet et les répercussions environnementales qu’il prévoit. Puis, le promoteur et les personnes-ressources invitées par la commission répondent aux questions de la population et de la commission. Le but est de cerner tous les aspects du projet et d’obtenir l’information la plus complète et la plus compréhensible possible. -------------------------------------------------------------------------------- Au terme de cette première partie d’audience, les personnes qui souhaitent exprimer leur opinion sur le projet disposent d’au moins 21 jours pour préparer un mémoire ou une présentation orale. Elles peuvent alors consulter la documentation disponible. Au cours de la deuxième partie de l’audience, la commission d'enquête entend les opinions des personnes, des municipalités, des groupes et des organismes ayant déposé un mémoire ou souhaitant faire une présentation orale. Une fois la partie publique terminée, la commission entreprend l’analyse du projet avec son équipe. Pour ce faire, elle utilise les transcriptions de l’audience, les documents déposés, les mémoires et les présentations des participants à l’audience, ainsi que ses propres recherches, ce qui conduit à la rédaction du rapport. Celui-ci fait état des points de vue exprimés en audience et contient les constatations de la commission et l’analyse qu’elle en a faite. Au terme du mandat d’une durée maximale de 4 mois, le président du BAPE transmet le rapport au ministre. Par la suite, le ministre dispose de 60 jours pour rendre le rapport public. Le rôle du citoyen La participation de la population est essentielle ! Pour jouer son rôle, le citoyen peut d’abord s'informer. Il peut consulter les documents sur le projet et l’ensemble du dossier dans les centres de documentation du BAPE, les centres de consultation ouverts sur le territoire concerné par le projet et dans le site Web. Il peut aussi participer à la séance d’information du BAPE. Toute personne, groupe, organisme ou municipalité peut demander au ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs la tenue d’une audience publique et ainsi permettre l’examen public d’un projet. -------------------------------------------------------------------------------- Parce qu'il connaît bien son milieu, le citoyen peut identifier les problèmes potentiels liés à un projet et suggérer des solutions qui permettront de l’améliorer. Le citoyen peut exprimer ses préoccupations devant la commission d'enquête du BAPE chargée de tenir une audience publique. Le citoyen peut aussi prendre position sur le projet et se prononcer sur l’acceptabilité de celui-ci. -------------------------------------------------------------------------------- En s'informant, en exprimant ses préoccupations et en se prononçant sur un projet, le citoyen permet d’en améliorer la qualité et ainsi, assurer le développement durable et harmonieux de son milieu. http://www.bape.gouv.qc.ca/index.htm
  24. PECHAKUCHA NIGHT MONTREAL #17 – 7 MAI 2010 ÉDITION SPÉCIALE : BOULEVARD SAINT-LAURENT [english] En collaboration avec l’arrondissement de Ville-Marie Vendredi 7 mai 2010 Ouverture des portes @ 19:20 Début des présentations @ 20:20 Société des arts technologiques [sAT] 1195 Saint-Laurent GRATUIT ! Le vendredi 7 mai prochain, PechaKucha Montréal et l’arrondissement de Ville-Marie organiseront une soirée de présentations autour du passé, du présent et de l’avenir du boulevard Saint-Laurent ” – de la rue Sherbrooke au boulevard René-Levesque Jadis épicentre de la vie montréalaise, le boulevard Saint-Laurent, entre les rues Sherbrooke et le boulevard René-Levesque, est aujourd’hui en quête d’une nouvelle identité. Frontière imaginaire, patrimoine immatériel, Est-West, red-light, prohibition, faune urbaine, nightlife, espaces vacants, topographie, architecture, développement immobilier, salles de spectacle, commerces, logements, parcs, skates, néons, sens unique, métro, héritage culturel, environnement sonore, enseignes, festivals, musique, touristes et hotdogs; autant de pistes de réflexion qui peuvent mener à la régénération de cette artère mythique. Lire plus: http://montreal.pecha-kucha.ca/
  25. Cirque du Soleil to buy Six Flags La Ronde, in Montreal, Canada, and transform it into its first theme park. With a semi permanent big top at the center of the project, with circus acts, acrobats and plenty of participatory activities, in addition to new and existing rides, Le Cirque du Soleil hopes to attract a new crowd to this theme park. ... juste un flash que j'ai eu toute à l'heure! Je regardais un video sur Space Mountain et je me suis dit: Le Cirque devrait se lancer dans la création the Parcs d'attraction CDS, à travers le monde et ailleurs que dans les casinos, un peu comme Disney, un monde magique et merveilleux, mettant en vedette ses spectacles et ses créations de rue! Guy, qu'en penses-tu? Qui sait, en tout cas, vous l'aurez lu ici en premier! Et je veux des royautés sur le concept!