Search the Community

Showing results for tags 'présentation'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 14 results

  1. Suite au dépot du PMAD, voici la proposition d'aménagement des environs de la gare de l'AMT de Candiac en secteur TOD pour les années à venir. Le plan d'ensemble Les hauteurs proposées Aménagements publics (Parcs, pistes cyclables...) La présentation complète http://www.ville.candiac.qc.ca/fckDocs/file/fr/nouvelles/2014/presentation_TOD.pdf
  2. Présentation d'une nouvelle tour à bureau de 8 étage de classe A Cette immeuble serais situé à côté du pont Jacques Cartier dans le stationnement. Présentation d'une photo demain!
  3. During the BB10 presentation, there was a moment with Alicia Keys and one of the picture was from Montreal
  4. Interesting to see if Air Canada rouge would beat them to the punch. http://www.staradvertiser.com/business/business-breaking/hawaiian-airlines-may-add-more-east-coast-flights-in-2-years/
  5. #11 - Europea http://montreal.eater.com/2014/10/15/6982791/europea-is-second-only-to-alinea-in-north-america-says-tripadvisor
  6. Tel que promis lors de son entente pour maintenir les courses de Formule 1 dans la métropole, la Ville de Montréal entamera des travaux de 30 millions $ pour moderniser les installations du circuit Gilles-Villeneuve au parc Jean-Drapeau. Les travaux qui devraient être exécutés pour 2017 prévoient l'agrandissement et la rénovation de la tour de contrôle du circuit ainsi que des garages. L'hôpital du circuit sera également modernisé. En juin 2014, la Ville avait conclu une entente de 12,4 millions $ pour la présentation du Grand Prix jusqu'en 2024 et s'était engagée à rénover ses infrastructures. (Credit TVA nouvelle)
  7. Voir le lien... C'est le sous-ministre responsable de la région de Montréal au MTQ qui a fait la présentation au sommet immobilier de Mtl le 20 mars dernier. http://www.realestateforums.com/montrealref/docs/2012%20PPTs/JacquesFilion.pdf
  8. Publié le 04 avril 2011 à 00h10 | Mis à jour à 00h10 Amphithéâtre: trois concepts impressionnants (Trois-Rivières) À moins de circonstances exceptionnelles, c'est aujourd'hui qu'on devrait savoir de quoi aura l'air l'amphithéâtre de Trois-Rivières. Les trois projets finalistes du concours d'architecture ont fait l'objet d'une présentation publique, hier soir. Les architectes en ont profité pour expliquer leur concept et répondre aux questions du jury, qui doit délibérer aujourd'hui et atteindre un consensus sur le projet gagnant. LE TEMPLE de Paul Laurendeau Architecte. L'amphithéâtre est positionné le plus près possible de la rivière Saint-Maurice. Concept déployé autour de l'idée d'un immense toit de membrane composite reposant sur huit colonnes. Plus de 200 personnes ont assisté à cette présentation publique au cours de laquelle, pour la première fois, on a pu voir de quoi avaient l'air les trois projets finalistes. Les architectes représentant les firmes finalistes avaient tout mis en oeuvre pour concocter des présentations efficaces, informatives et parfois même étonnantes. En fait, ce qui a semblé surprendre les spectateurs qui assistaient à cette présentation, c'est le fait que les trois projets sont très différents les uns des autres. Ils respectent évidemment l'aspect fonctionnel recherché - un amphithéâtre extérieur avec une partie couverte de 3500 sièges et un parterre gazonné de 6500 places - mais ils évoquent, chacun à leur façon, l'idée de doter cet emplacement unique d'un landmark ou d'une image de marque. MODULATION ORCHESTRÉE de ArchitemWolff Shapiro Kuskowsky Architectes. Création d'un volume imposant qui dissimule la cage de scène. Superposition de revêtements qui créent un effet cinétique selon le positionnement. Les architectes de Sid Lee Architecture a proposé une immense coquille ouverte reposant sur trois pieds dont un menant vers un observatoire. La firme Architem a proposé de son côté un amphithéâtre dont le toit allait devenir une place publique, un espace de verdure, à l'ombre d'une imposante structure dont les parois s'animent par un effet de superposition de revêtements. Enfin, Paul Laurendeau a proposé un projet à la fois simple et élégant, celui d'un vaste toit déposé sur huit hautes colonnes, rappelant en quelque sorte l'allure des temples anciens. Les représentants des trois firmes d'architectes finalistes ont dit avoir apprécié l'exercice de la présentation publique, chose à laquelle ils ne sont pas conviés fréquemment. «C'est une formule intéressante parce que l'architecture appartient au domaine public. Alors c'est intéressant d'avoir un public à qui ont présente notre projet», explique Jean Pelland, de Sid Lee Architecture. Cette idée de partager une expérience est partagée par Andrea Wolff, de la firme Architem. «Ça s'est bien passé. Je pense qu'on a eu un bon dialogue avec le jury. C'est toujours intéressant d'expliquer comment on fait ce travail de réflexion quand on a un projet majeur.» TRIPODE de Sid Lee Architecture. Les architectes ont voulu raconter leur projet à travers le passé du site. Il peut arriver, comme dans le cas de Paul Laurendeau, que cette présentation au cours de laquelle les architectes répondent aux questions du jury devienne une occasion de démontrer qu'on a bonifié le projet et tenu compte des commentaires formulés lors de la première étape. «Le jury m'avait demandé de retravailler certains aspects comme l'idée d'avoir une image de marque. C'est comme ça qu'est venue l'idée des lettres géantes», note-t-il. Chacun des finalistes disposait d'une heure en tout, divisée en une présentation de plus ou moins trente minutes et une période de questions de la part des membres du jury. La plupart de ces questions portaient sur des éléments spécifiques du projet comme l'acoustique, les accès, les perspectives et les fonctionnalités scénographiques. Les finalistes attendent maintenant le verdict du jury, qui doit faire connaître sa décision aujourd'hui. Ce n'est toutefois pas ce soir que ce choix sera entériné par le conseil municipal. On parle plutôt du 18 avril, le temps de faire les vérifications d'usage avec l'architecte qui sera choisi. Outre le maire Yves Lévesque, dix conseillers municipaux ont assisté à la présentation, hier soir. Catherine Dufresne aura finalement été la seule représentante du Groupe des sept, auquel s'est même permis de faire allusion, avec humour, l'architecte Paul Laurendeau, visiblement bien informé de la culture trifluvienne et de l'actualité locale. Dans la salle se trouvaient aussi la députée de Champlain à l'Assemblée nationale, Noëlla Champagne, l'ex-député de Trois-Rivières André Gabias, plusieurs architectes, ingénieurs, fonctionnaires de la ville, ainsi que des représentants des milieux économique et culturel. Un promoteur intéressé à développer la portion résidentielle de Trois-Rivières sur Saint-Laurent était aussi au nombre des invités. Rappelons qu'au départ, quarante-sept dossiers avaient été déposés à la Ville pour ce concours d'architecture. Les trois finalistes avaient été dévoilés en novembre dernier. Chacun d'entre eux s'était vu octroyer un budget de 130 000 $ pour développer leur proposition.
  9. Take a look holy F..K!!! Why can't we have a video presentation like this for Mtl projects...man o man...I am drooling !! :drool: :applause: :applause: :openmouth: :openmouth: :awesome: :thumbsup: :ohmygod: :dizzy: :dizzy: :crowded: :hypnodisk:
  10. Avez-vous entendu parler de Pinterest? Saviez-vous que c'est le troisième site social le plus populaire au monde après facebook et twitter? Et bien je ne le savais pas jusqu'à récemment. À quoi ça sert? Ben à rien sauf à découvrir des trouvailles en regardant des superbes photos! Mtlurb résumé en photos voilà en quoi se résume la présence de mtlurb sur ce réseau social! (Avez-vous remarqué le logo en forme de P à droite du logo de twitter?) Petite présentation en anglais:
  11. Depuis plusieurs années, on entend les gens dire que Montréal est la capitale de la Mode au Canada! Je crois qu'il est rendu évident que ce n'est plus le Cas. Un autre chose que Toronto nous a volé...ou est ce à cause que nous nous sommes assis sur nos derrière et rien fait??? http://www.cyberpresse.ca/vivre/mode/201004/09/01-4268945-la-semaine-de-mode-de-toronto-un-incontournable.php La Semaine de mode de Toronto, un incontournable Lucie Lavigne La Presse Parmi les quelques designers québécois qui ont présenté leur collection automne-hiver 2010-2011 lors de la Semaine de mode de Toronto, la semaine dernière, il y avait Andy Thê-Anh et Dimitri-Chris Alexiou. Ce dernier, spécialiste de la mode masculine, avait déjà dévoilé sa collection le mois passé lors de la Semaine de mode de Montréal (SMM). Pourquoi donc investir dans une seconde présentation à Toronto? «Nous visons le Canada, il nous faut donc sortir de Montréal, affirme le designer montréalais qui en était à son premier défilé dans la Ville reine. La plupart des médias et acheteurs de Toronto ne sont pas présents pendant la SMM. Certains peuvent dire le contraire, mais je le sais, car je le vois.» Dimitri-Chris Alexiou avait aussi, avec l'aide du Bureau du Québec à Toronto, montré sa collection dans la métropole canadienne en février. Ce qui lui a permis de la «vendre» à la boutique torontoise consacrée à la mode masculine Gotstyle. «La saison prochaine, je vais sûrement présenter ma collection à Montréal et à Toronto. Je ne renie pas Montréal, car c'est ma ville, insiste le créateur. Toutefois, Toronto demeure la porte d'entrée pour le marché canadien, voire nord-américain», précise celui qui planifie un futur défilé à Paris ou peut-être à Milan. Rencontré dans sa boutique de la rue Bellair, l'une de ses deux nouvelles enseignes de Toronto, le Québécois Andy Thê-Anh semble ravi de la nouvelle identité de sa marque. «Le groupe propriétaire Catsima favorise une structure et une image de marque beaucoup plus proches de ma personnalité. Un jour, mes deux boutiques de Montréal adopteront l'allure de celles de Toronto», précise-t-il. L'an dernier, Andy Thê-Anh avait offert une présentation informelle à Toronto. Cette fois, grâce au soutien financier de Rimowa, il a pu organiser un défilé. «Je sais que l'on me critique de ne pas être assez souvent à Montréal, mais pour dépasser les frontières, il faut être à Toronto. Un peu comme le font les acteurs, au moment du lancement d'un film. Les grands bureaux d'acheteurs sont ici», précise le designer reconnu pour les coupes irréprochables et la structure très étudiée de ses tailleurs et robes de soirée. Enfin, quant au positionnement de sa griffe, le créateur cite la Canadienne Lida Baday, modèle (d'affaires), qui se situe entre les marques internationales et les chaînes de grande diffusion. «Mon objectif est d'offrir une grande qualité de production à des coûts raisonnables. Dans ma boutique, on peut aisément trouver un tailleur à moins de 1000$.»
  12. Le Madison du Vieux-Port Architectes: Panzini Architectes Fin de la construction:2008 Utilisation: Centre de conférences et de la mode Emplacement: Vieux-Port, Montréal ? mètres - 5 étages Description: - Le projet comprant une salle de 2000 m², des restaurants et un centre de lancement et présentation de mode. Trois images
  13. Québec présentera une mise à jour budgétaire le mardi 11 décembre Il y a 16 heures QUEBEC - Les contribuables apprendront mardi prochain comment le gouvernement Charest perçoit l'état de santé des finances publiques et de l'économie du Québec. La ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, présentera alors une mise à jour budgétaire et économique, presque sept mois après la présentation de son budget. A cette occasion, la ministre confirmera surtout les détails de sa réforme de la comptabilité gouvernementale, visant à ce que le Québec se conforme aux règles en vigueur ailleurs au pays. On sait déjà que les institutions d'enseignement, les commissions scolaires et les hôpitaux - affligés d'un déficit global dépassant les 100 millions $ - seront bientôt inclus dans le périmètre comptable du gouvernement. Les contribuables pourront ainsi avoir un portrait beaucoup plus juste de la situation financière réelle du Québec, conformément au voeu du Vérificateur général, qui, année après année, reproche au gouvernement de jouer avec les chiffres et d'afficher un faux "déficit zéro". Pour 2005-2006, il évaluait à 5,3 milliards $ le déficit réel du gouvernement du Québec. Les nouvelles règles comptables mises en place ne modifieront pas l'objectif du gouvernement de respecter le désormais sacrosaint équilibre budgétaire, rappellera Mme Jérôme-Forget. L'an dernier, la mise à jour budgétaire avait été faite en octobre et le ministre des Finances de l'époque, Michel Audet, avait annoncé qu'il versait 500 millions $ au Fonds des générations pour rembourser la dette. Il ne faut cependant pas s'attendre à ce genre de coup d'éclat cette année. De plus, la ministre fera le point sur les prévisions de croissance économique et déposera les comptes publics pour l'année en cours. La ministre des Finances avait vendu la mèche sur ses intentions, relativement au périmètre comptable, il y a quelques semaines, lors d'une allocution devant la Chambre de commerce de Québec. En mai dernier, lors de la présentation de son budget, elle avait déjà annoncé son intention de donner suite aux recommandations du Vérificateur général - et aux pressions jumelées de l'Action démocratique et du Parti québécois - en mettant sur pied un groupe de travail chargé de produire un projet de réforme du périmètre comptable. C'est le résultat des cogitations du groupe de travail qu'elle rendra public mardi. Depuis 2004, le Vérificateur général revient périodiquement à la charge pour presser Québec de se conformer aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada, comme le font d'autres provinces canadiennes. La dernière réforme d'envergure de la comptabilité gouvernementale remonte à 1998. Après la présentation de sa mise à jour de mardi prochain, la ministre entreprendra les consultations prébudgétaires en prévision de son prochain budget attendu au printemps.
  14. Juste pour rire habitera l'esplanade de la PdA Fabien Deglise Édition du mardi 22 juillet 2008 Mots clés : Quartier latin, Place des Arts, festival Juste pour rire, Culture, Festival et fête, Montréal Le festival Juste pour rire songe à déménager dès l'an prochain ses amuseurs de rue et ses spectacles en plein air sur l'esplanade de la Place des Arts (PdA), un terrain d'ordinaire occupé pendant l'été par le Festival international de jazz de Montréal et les Francofolies de Montréal. Ce déplacement, souhaité par la Ville, est qualifié de majeur pour la grand-messe de l'humour, qui a passé le plus clair de son existence dans le Quartier latin de la métropole, un endroit où elle aimerait d'ailleurs toujours garder un pied. «Il va falloir regarder comment nous allons pouvoir faire vivre les animations de rue aux deux endroits en même temps sans perdre notre identité, a indiqué au Devoir Gilbert Rozon, fondateur du festival Juste pour rire. Nos équipes de production se penchent actuellement sur cette question et on espère trouver une solution avant la 27e édition du festival, l'an prochain.» Ce changement de cadre urbain pour les activités gratuites de la fête du rire fait suite à une entente intervenue récemment entre Juste pour rire et la Place des Arts. Pendant cinq ans, le festival s'est engagé en effet à présenter à cet endroit la plupart de ses spectacles en salles. «Avec notre présence au Théâtre du Nouveau Monde (TNM), cela vient créer un pôle d'activité dans ce coin de la ville qui peut justifier la présentation de spectacles gratuits sur l'esplanade de la PdA», dit le grand manitou de l'humour au Québec. Autre motivation: la Ville de Montréal souhaite concentrer dans ce secteur les grands festivals qui font vibrer la métropole. L'idée est ainsi de donner vie et de dynamiser le Quartier des spectacles, un concept dont la première phase de construction doit être complétée d'ici la fin de juin 2009. En théorie. Il s'agit de la Place des festivals qui s'apprête à émerger, dans les prochains mois, d'un terrain vague situé à l'ouest de la PDA. Afin de planifier ce déménagement, une rencontre est d'ailleurs prévue la semaine prochaine entre le chef des clowns au Québec et Alain Simard, président de l'Équipe Spectra, l'entreprise qui pilote les festivals de jazz et de la chanson française et qui depuis près de 30 ans s'approprie l'esplanade de la PDA l'été. Dans la chronologie des événements culturels estivaux, Juste pour rire se retrouve entre les deux. Les deux hommes devraient donc évaluer la possibilité de mettre en commun certains équipements techniques destinés à la présentation des spectacles de rue, spectacles qui, dans le cas de l'humour, pourraient bien voir leur forme changer radicalement. «C'est un défi de contenu, indique André Pérusse, responsable de la programmation extérieure du festival Juste pour rire. Pour le moment, nous offrons beaucoup de performances d'artistes en mouvement dans la rue. Sur l'esplanade de la PDA, il va falloir plutôt penser à des rendez-vous fixes, comme nous l'avons fait par exemple cette année avec Caïus [une pièce de Shakespeare présentée dans la ruelle Joly pendant toute la durée du festival]. Il va falloir aussi trouver une façon de faire un lien entre les activités sur la rue Saint-Denis et la Place des Arts», deux secteurs séparés par une station de métro ainsi que par le grand secteur résidentiel du centre-ville, les habitations Jeanne-Mance. «Cela ne va pas être facile», convient M. Pérusse. Une cuvée exceptionnelle La cogitation liée à la refonte en profondeur des activités extérieures du festival Juste pour rire arrive alors que l'événement a complété, dimanche soir dernier, son 26e tour de piste avec la présentation du Grand Charivarir, un grand carnaval estival qui a attiré près de 50 000 personnes dans les rues de la métropole. «L'an dernier, nous avons offert à Montréal un des plus vieux carnavals du monde, celui de Nantes [en France], a indiqué Danielle Roy, la femme derrière ce projet. Cette année, c'est à la naissance du premier carnaval montréalais que nous avons assisté.» Avec ce défilé urbain populaire dans lequel la multinationale du rire a injecté près d'un million de dollars, Juste pour rire espère par ailleurs poser les bases d'un rendez-vous annuel placé sous le signe de la procession divertissante à grand déploiement. Au total, la cuvée 2008 du festival de l'humour a livré aux deux millions de personnes qui, depuis le 10 juillet dernier, y ont participé près de 78 spectacles en salles et 1200 représentations à l'extérieur, ont annoncé hier les organisateurs lors d'une conférence de presse bilan. Ils se sont également réjouis de plusieurs belles prises cette année, comme Les Correspondances de Groucho Marx, mettant sur scène les acteurs français Jean-Pierre Marielle et Pierre Vernier autour des délires épistolaires du comique américain, mais aussi la présentation du Malade imaginaire, de Molière, par la célèbre troupe de la Comédie-Française. «Cette institution n'était pas venue au Québec depuis 25 ans, a résumé Manon McHugh, responsable de la programmation du festival du rire. Ç'a été une grande fierté pour nous de les recevoir dans le cadre du festival Juste pour rire.» Par ailleurs, avec des recettes de 10 millions de dollars générées par la présence de 230 000 spectateurs -- principalement attirés par les galas, ces grandes compilations d'humour sur scène destinées à devenir des émissions de télévision ultrapopulaires le reste de l'année -- Juste pour rire s'est dit totalement satisfait par cette 26e édition de son festival, dont l'impact économique cette année n'a pas été encore calculé. «Toutefois, Tourisme Montréal confirme qu'en 2007 les retombées économiques que le festival a engendrées étaient de 100 millions de dollars, dont 65 millions en retombées touristiques», ont indiqué les organisateurs.