Jump to content

Recommended Posts

Excellent texte de François Cardinal (de La Presse) sur pourquoi Montréal devrait avoir un statut spécial :

Manifesto for a city-state

Montreal has paid the price for being treated like just another region. Quebec’s economic hub deserves better.

François Cardinal

Policy Options, November 2013

Far from being a land of forests, plains and prairies, Canada is an urban country. Nearly 70 percent of the population lives in urban centres and more than 90 percent of demographic growth is concentrated in those metropolitan areas. These proportions put Canada at the top of the world’s most urbanized nations.

 

 

 

And yet all of Canada’s cities, from Montreal to Toronto, Calgary and even Ottawa, are neglected by federal and provincial political parties. They are short-changed by electoral maps. All are forced by the provinces to labour under a tax system that dates from the horse-and-buggy age. All are relegated to the status of lowly “creatures” subject to the whims and dictates of higher levels of government.

 

 

It’s as if the country has not yet come to terms with the changes it has undergone since its founding.

 

 

“Cities do not exist under the Constitution, since it was drawn up in 1867 when we were a rural, agricultural country,” Calgary Mayor Naheed Nenshi pointed out when I interviewed him at City Hall. “But today the country is highly urbanized, a fact that, unfortunately, is not reflected in the relations higher levels of government maintain with the cities.”

 

 

The 2011 federal election offered a good example of this oversight. Every party targeted the “regions,” those wide-open spaces of rural and small-town Canada. The Conservatives’ slogan in French was “Notre région au pouvoir” [Our region in power]. The Liberals cited “rural Canada” as a priority but barely mentioned urban Canada. The Bloc used the slogan “Parlons régions” [Let’s talk about regions] but had no urban equivalent for the metropolis.

 

 

More critically, the parties felt compelled to appeal to voters in the regions by positioning themselves in opposition to the cities. The most glaring instance came during the French leaders’ debate, when Prime Minister Stephen Harper castigated Liberal Leader Michael Ignatieff over his promise to build a new Champlain Bridge. “I would not take Mr. Ignatieff’s approach and divert money from the regions to finance infrastructure for Montreal,” Harper said.

 

 

The Liberals were not much better. They pledged to develop a plan for public transportation but never specified what it would look like. They promised support for social housing but said they would take the money out of funds for urban infrastructure.

 

 

The reason for this is not rocket science. With the big-city vote so thoroughly predictable, the parties focus on rural areas or the suburbs where they believe their policies might swing votes. They rarely target the city centres.

 

 

At the provincial level, the situation is pretty much the same. In fact, the Quebec government was able to relieve Montreal of its “metropolis” title and its dedicated ministry nearly 10 years ago without raising eyebrows. Thus Montreal became just one “region” among all the rest: Administrative Region 06.

 

 

In the 2012 election in Quebec, Montreal did move up a notch. There was more discussion about the city. But since then, unfortunately, good intentions have been replaced by a charter of Quebec values, which has been broadly criticized in Montreal. Imposing it confirms the implicit trusteeship under which the government rules the metropolis.

 

 

But even more than urban centres elsewhere in the country, Quebec’s parties have limited reason to take an interest in the city. Montreal is either politically safe (for the provincial Liberals) or a lost cause (for the Parti Québécois). In short, Quebec is no different from other Canadian provinces in treating its major city like a big village that must be attended to, certainly, but not more than any other municipality. The cost of showing the city favour is to risk losing precious votes in rural areas.

 

 

But major cities are no longer the same municipalities they were in the past. Today, Montreal and Toronto are expected to compete with Paris and New York. They are expected to attract and hold onto businesses, court foreign creative talent, draw more private investment and deliver more and more services to residents, from social housing to public transportation. Providing support services for recent immigrants, developing the knowledge-based economy, building social housing, dealing with antigovernment demonstrations and adapting to climate change are all responsibilities that now fall to cities. They are nothing like the urban “creatures” of the 19th century.

 

 

Lucien Bouchard could not have been more clear when he said in his 1996 inauguration speech after being elected premier: “There can be no economic recovery in Quebec without a recovery in Quebec’s metropolis.” For once, it appeared the government of Quebec was going to recognize Montreal’s special character and grant it preferential treatment. “The complexity of the city’s problems calls for special treatment and even, I would say, for the creation of a specific metropolitan authority,” Bouchard continued.

 

 

It seemed as if he was about to usher in an exciting new era. There was now a minister responsible for “the metropolis.” A development commission was set up for the Montreal metropolitan area and it was to be invested with significant powers. A true decentralization of power was in the offing. An economic development agency, Montréal International, was created at this time, as was the Agence métropolitaine de transport (AMT).

 

 

But just when it appeared Montreal was going to receive special attention and treatment, the government’s old habits returned with a vengeance. Like a parent who has given too much to one child, the Quebec government decided to restore the balance by giving to the regions with its left hand what it had given Montreal with its right. A local and regional development support policy was introduced in 1997. Then the Ministry of Regions was created and local development centres set up. A few months later, they added government measures for the province’s three metropolitan areas and then, finally, measures for all urban areas.

 

 

“The reforms demonstrate, once again, the government’s efforts to address Montreal’s specificity without neglecting the needs of the rest of Quebec,” political scientist Mariona Tomàs explained in her fine book Penser métropolitain? But the result was a government policy similar to the previous ones, an across-the-board approach based on a view of Quebec as a collection of communities, rather than a province organized around its main economic hub. “The government’s desire to maintain a territorial balance can be seen in the powers of metropolitan structures,” Tomàs observed. “The law provided the same types of powers for all the urban communities created in 1969, and then for all the metropolitan communities in 2000.”

 

 

Giving the rural Outaouais region the same powers as Greater Montreal reduces the latter to just one region among many. To this way of political thinking, the metropolis must not be allowed to overshadow any other town, must not be given too much. It cannot receive more attention than others, and cannot be elevated above any other.

 

 

Canada’s “hub cities,” those few major urban centres like Montreal, are the drivers of economic activity in the country. That was the conclusion of a recent Conference Board study, which pointed to the collateral benefits of a thriving metropolis. It found that strong growth in metropolitan areas spurs growth in neighbouring communities and then in the whole province.

 

 

But how can Montreal play its role as an economic driver if it is not treated as such?

 

 

We need only look outside the country to be convinced that we need to roll out the red carpet for the metropolis: to the United States, where big cities have the attention of the country’s leaders; to Asia, where the treatment of major centres sometimes borders on obsessiveness; or even to France, a country that, like Quebec, is marked by a deep divide between “the metropolis” and “the provinces.”

 

 

France provided a telling illustration of this awareness in early 2013, a few months after François Hollande’s Socialist government took office. Although France was in dire straits, burdened by crushing public debt and being forced to reconsider the fate of its precious social programs, Hollande did not think twice about launching a project of heroic proportions to relieve congestion in Paris. The price tag: the equivalent of $35 billion for a brand new “super metro,” plus $10 billion to extend and upgrade the existing system.

 

 

Was this completely crazy? On the contrary. Hollande was being logical and visionary. France understands the importance of investing in its metropolis. This is a country that is ready to look after its towns and villages, while not being afraid to give Paris preferential treatment.

 

 

“A strong Paris is in the interest of the provinces,” commented L’Express magazine in March 2013. Quite so. The article notes, for example, that much of the income generated in Paris is actually spent in the rest of the country. All financial roads — tourism, commuting for work, national redistribution, whatever — all lead to Paris, with benefits to the provinces. L’Express cites the case of Eurodisney to illustrate. Disney had hesitated before settling on building its amusement park in Paris — not between contending French cities, but between Paris and Barcelona. Herein lie the value and importance for the entire country of having a strong metropolis.

 

 

“Weakening Paris would slow France’s locomotive,” argued L’Express. “And in a train, the cars seldom move faster than the locomotive.”

 

 

Clearly, what Montreal needs is special treatment, more autonomy and more diverse sources of revenue. In short, it needs a premier who will stand on the balcony of City Hall and proclaim: “Vive Montréal! Vive Montréal libre!”

 

 

Worryingly, the current state of affairs in Montreal — the revelations and insinuations of political corruption and collusion — is prompting many observers to call for the Quebec government to take the opposite tack and tighten the city’s reins. According to this view, more provincial government involvement is needed to check the city’s propensity for vice.

 

 

But in fact the only way to make the city more responsible and more accountable is to give it greater power, wider latitude and more money. Montreal’s problem is that it has all the attributes of a metropolis but is treated as an ordinary municipality, subservient to the big boss, the provincial government. Its masters are the minister of municipal affairs, the minister’s colleagues at other departments involved in the city’s affairs and, of course, the premier. Montreal is under implicit trusteeship. This encourages, even promotes a lack of accountability on the part of the municipal administration, which is only half in charge.

 

 

“It’s not complicated: Montreal is currently a no man’s land of accountability,” says Denis Saint-Martin, political science professor at the Université de Montréal. “There is a political and organizational immaturity problem, which explains the political irresponsibility we have seen in recent years. Montreal needs more power, not less. Montreal needs to be more accountable, more answerable.”

 

 

Essentially, the metropolis needs to be treated like one, with the powers and revenues that go along with city status.

 

 

Montreal is a beggar riding in a limousine.

 

 

Invariably, after a municipal election, the incoming mayor announces a wish list and then gets the chauffeur to drive him up provincial Highway 20 to Quebec City to knock on the provincial government’s door with outstretched hands, hoping for a little largesse. Montreal’s mayor has to beg because the past offloading of responsibilities for delivering services to citizens onto the municipality has not been accompanied by new money.

 

 

“In Quebec, the province is responsible for much of the regulatory apparatus under which cities operate, which the cities feel restricts their autonomy,” said political scientist Laurence Bherer in 2004, speaking at the 50th anniversary of the Université Laval political science department. “And far from decreasing in recent years, provincial intervention has spread to a variety of areas such as the environment and public security, further relegating the cities to the role of operative rather than architect.”

 

 

It is unacceptable for the provincial government to be the “operator” of a metropolis. That is why municipalities are rightfully seeking greater autonomy and greater freedom of action from their provincial masters. This is what is starting to happen in other provinces: in Alberta, with its Municipal Government Act, with British Columbia’s Community Charter and especially in Ontario, with the City of Toronto Act, which reads in part: “The [Ontario Legislative] Assembly recognizes that the City of Toronto, as Ontario’s capital city, is an economic engine of Ontario and of Canada.”

 

 

The Ontario government appears to understand the special role Toronto plays in the wider economy. The City of Toronto Act goes on to say, “The Assembly recognizes that the City plays an important role in creating and supporting economic prosperity and a high quality of life for the people of Ontario [and] that the City is a government that is capable of exercising its powers in a responsible and accountable fashion.”

 

 

Quebec’s largest city deserves similar treatment: strict accountability in exchange for recognition of its status as an autonomous government and the ability to tap more diverse sources of revenue. Indeed the main reason Montreal is regularly forced to pass the hat in Quebec City is its heavy dependence on property taxes for its income. As a creature of the province, it still operates under the good-old British tax model that sees it derive the bulk of its revenues — 67 percent — from property taxes.

 

 

This was not a problem a hundred years ago, when Montreal provided only property services to its residents. But its responsibilities have expanded. The standards imposed by Quebec City have proliferated, and the portion of the budget allocated for services to individuals has grown considerably. Yet its tax base remains just as dependent on a single sector: real estate.

 

 

This situation has a huge drawback. The City does not share the economic benefits that it generates. It might well pour money into the Formula One Grand Prix and summer festivals, invest in attracting conventions and tourists, renovate public spaces to make the urban environment more attractive and friendly. But it will get not a penny back. On the contrary: these investments only increase the city’s expenses in maintenance, security and infrastructure, while the federal and provincial governments reap the sales taxes.

 

 

Take the city’s jazz festival. Montreal has to pay for security, site maintenance, public transportation to bring visitors to the site, and must deal with the event’s impact on traffic. In return, it gets happy festival-goers and tourists who spend money, stay at hotels, eat at restaurants — and fill provincial and federal coffers with sales tax revenues. They enrich the governments in Quebec City and in Ottawa, but not Montreal, which picks up the tab for the costs.

 

 

The result is that the hole into which large cities are quietly sinking gets deeper. Big-city economies are dematerializing. The knowledge-based economy, in which Montreal shines, is based on innovation, research and brains, not factories. But for now, grey matter is not subject to property tax. Add to the mix an aging population with more modest housing needs, the increase in teleworking, self-employment and e-commerce, and you have a Montreal that is not only under implicit administrative trusteeship but also in an increasingly precarious financial position.

 

 

And then people wonder why our metropolis is not playing the role it should be playing. another region. Quebec’s economic hub deserves better.

Edited by ScarletCoral
Link to comment
Share on other sites

Version française

 

Plaidoyer pour une cité-État

Traitée comme une simple région, une parmi d’autres, Montréal en a payé le prix. Il est temps que le moteur économique du Québec reçoive les pleins pouvoirs.

 

François Cardinal

Options politiques, novembre 2013

 

Loin du cliché plein de forêts, de plaines et de prairies qu’on s’en fait, le Canada est un pays foncièrement urbain.

 

 

Tout près de 70 % de la population habite dans une agglomération urbaine. Plus de 90 % de la croissance démographique se concentre dans ces mêmes régions métropolitaines. Si bien que le Canada se classe tout en haut des pays les plus urbanisés de la planète.

 

 

Et pourtant, que ce soit Montréal, Toronto, Calgary ou Ottawa, elles sont toutes négligées par les partis fédéraux et provinciaux. Elles sont toutes désavantagées par les cartes électorales. Elles sont toutes soumises par leur province à un régime fiscal qui date de l’époque des calèches. Elles sont toutes reléguées au rang de vulgaires « créatures » soumises aux diktats et aux humeurs des élus des paliers supérieurs.

 

 

Comme si le pays n’avait pas encore assumé les changements qui l’ont traversé depuis sa fondation.

 

 

« Les villes n’ont pas d’existence selon la Constitution, car celle-ci a été élaborée en 1867 alors que nous étions un pays rural et agricole, m’a rappelé le maire Naheed Nenshi, lorsque je lui ai rendu visite à l’hôtel de ville de Calgary en 2012. Or, aujourd’hui le pays est très urbanisé, un fait qui ne se reflète malheureusement pas dans les relations qu’entretiennent les gouvernements avec les villes. »

 

 

On en a eu un bon exemple lors de la dernière élection fédérale, en 2011, alors que toutes les formations ciblaient « les régions ». Les conservateurs avaient pour slogan Notre région au pouvoir, les libéraux citaient « le Canada rural » comme priorité mais pas le Canada urbain. Le Bloc affichait le slogan Parlons régions mais n’avait pas l’équivalent dans la métropole.

 

 

Pire, les partis s’étaient même sentis obligés de séduire les régions en opposition aux métropoles.

 

 

L’exemple le plus flagrant est survenu lors du débat des chefs en français, lorsque le chef conservateur a harponné son adversaire libéral sur sa promesse de construire un nouveau pont Champlain : « Je n’adopterai pas l’approche de M. Ignatieff qui dit qu’il va détourner l’argent des régions pour financer les infrastructures de Montréal », a lançé alors -

 

 

M. Harper...

 

 

Les libéraux ne brillaient pas plus, citant « le Canada rural » dans leurs enjeux principaux, mais pas le Canada urbain. Ils s’engageaient à élaborer un plan pour les transports en commun... mais ne précisaient jamais à quoi il pourrait ressembler. Ils promettaient de l’aide au logement social... mais en pigeant dans les sommes destinées aux infrastructures urbaines.

 

 

Ce n’est pas sorcier, les villes sont tellement prévisibles dans leurs appuis électoraux que les partis se concentrent sur les régions, parfois sur les banlieues. Mais rarement sur les villes-centres.

 

 

Au provincial, la situation n’est guère différente. Au point où le gouvernement Charest a pu soustraire à Mont-réal son titre de « métropole » et son ministère attitré, il y a près de 10 ans, sans que cela fasse sourciller. Montréal devenait alors une simple « région » parmi d’autres, la région administrative 06.

 

 

Certes, l’élection québécoise de 2012 a permis à Montréal de reprendre du galon. On a davantage parlé de la métropole. Mais depuis, malheureusement, les belles intentions ont été remplacées par une « Charte des valeurs » qui confirme encore un peu plus la tutelle implicite du gouvernement provincial.

 

 

Encore plus qu’ailleurs au pays, hélas, Montréal est un terrain conquis (PLQ) ou perdu (PQ), ce qui limite considérablement l’intérêt que les formations lui portent.

 

 

Bref, au Québec comme au Canada, on traite encore aujourd’hui les grandes villes comme autant de bourgades dont il faut certes s’occuper, mais pas davantage que des autres municipalités. Au risque de perdre de précieux votes en région ou en banlieue...

 

 

Et pourtant, les grandes villes ne sont plus de simples municipalités dans le sens où on l’entendait jadis.

 

 

On demande aujourd’hui à Montréal et Toronto de concurrencer Paris et New York, d’attirer et de retenir leurs entreprises, de courtiser les créatifs à l’étranger, d’attirer le plus d’investissements privés, de livrer de plus en plus de services à la personne comme le logement social ou le transport collectif.

 

 

Que ce soit l’accueil des immigrants, le développement de l’économie du savoir, la construction de logements sociaux, l’encadrement des manifestations contre le gouvernement ou l’adaptation aux changements climatiques, toutes ces responsabilités reviennent aux villes… qui n’ont donc plus rien à voir avec ces « créatures » au 19e siècle.

 

 

Il n’y aura pas de relance de l’économie québécoise sans relance de la métropole québécoise. »

 

 

Lucien Bouchard ne pouvait être plus clair lors de son discours inaugural de 1996. Pour une fois, le gouvernement du Québec allait assumer le caractère spécifique de la métropole et lui accorder un traitement préférentiel.

 

 

« La complexité des problèmes de la métropole nécessite un traitement particulier et, je dirais plus, la création d’un pouvoir métropolitain spécifique », poursuivait-il alors. Un propos sans équivoque qui ouvrait la porte sur une nouvelle ère emballante.

 

 

Un ministre était désormais responsable de « la métropole ». La Commission de développement de la région métropolitaine de Montréal était créée. Des pouvoirs importants devaient lui être dévolus. Une véritable décentralisation de pouvoir se préparait. Montréal international était alors mis sur pied, de même que l’Agence métropolitaine de Montréal (AMT).

 

 

Montréal, enfin, avait droit à une attention et un traitement particuliers... jusqu’à ce que les bonnes vieilles habitudes du gouvernement reviennent au galop.

 

 

Comme un parent qui en a trop donné à un de ses enfants, Québec décida alors de rétablir l’équilibre rompu en donnant aux régions de la main gauche ce qu’il avait donné à Montréal de la main droite.

 

 

La Politique de soutien au développement local et régional voit le jour en 1997. Puis, on crée le ministère des Régions et les centres locaux de développement. Quelques mois plus tard s’ajoutent des mesures pour les trois régions métropolitaines de la province et, enfin, pour l’ensemble des agglomérations urbaines.

 

 

« La réforme démontre, encore une fois, l’effort du gouvernement pour traiter de la spécificité montréalaise sans toutefois négliger les besoins du reste du Québec », note la politologue Mariona Tomàs dans son excellent livre Penser métropolitain ?

 

 

Le résultat est une politique gouvernementale similaire à toutes les autres avant elle qui privilégie le mur-à-mur, qui privilégie un Québec formé par un ensemble d’agglomérations plutôt qu’une province organisée autour de son principal pôle économique.

 

 

« La volonté gouvernementale d’assurer l’équilibre territorial est confirmée par l’étude des compétences des structures métropolitaines, explique Mme Tomàs. Au moment de créer les communautés urbaines en 1969, et ensuite les communautés métropolitaines en 2000, la loi prévoit le même type de pouvoirs. »

 

 

Or, en accordant le même type de pouvoirs à l’Outaouais qu’au Grand Montréal, on réduit ce dernier à une simple région, une parmi tant d’autres. On fait en sorte que la métropole ne porte ombrage à aucune agglomération. On s’assure de ne jamais trop lui en donner, de ne jamais lui porter plus d’attention qu’à d’autres, de l’empêcher à s’élever au-dessus de qui que ce soit...

 

 

On néglige donc les villes, les régions urbaines, les métropoles. Et pourtant, les moteurs de l’activité économique du pays sont les « villes de convergence », concluait récemment le Conference Board, c’est-à-dire les quelques grands centres urbains, dont Montréal.

 

 

L’étude signale en effet les gains collatéraux d’une métropole forte en démontrant qu’une poussée de croissance dans les grands centres urbains engendre une poussée de croissance dans les municipalités avoisinantes, puis dans le reste de la province.

 

 

 

 

Question : comment espérer que Montréal joue son rôle de locomotive si on ne la traite pas comme telle ?

 

 

Il n’y a qu’à jeter un œil à l’étranger pour se convaincre de la nécessité de dérouler le tapis rouge pour la métropole. Que ce soit aux États-Unis, où les centres urbains ont l’attention des dirigeants. En Asie, où le traitement accordé aux grands centres frise parfois l’obsession. Ou même en France, un pays qui, comme le Québec, vit une importante dualité entre « la métropole » et « la province ».

 

 

On en a eu une preuve éclatante au début de l’année 2013, quelques mois après l’arrivée au pouvoir du gouvernement de François Hollande. Le pays a beau être mal en point, souffrir d’une dette publique abyssale et être contraint de revoir les précieux acquis sociaux, il n’a pas hésité à lancer un chantier pharaonique pour débloquer Paris. La facture : 35 milliards de dollars canadiens pour un tout nouveau « super métro », auxquels s’ajoutent 10 milliards pour étendre et améliorer le réseau existant.

 

 

Complètement fou ? Plutôt logique, et visionnaire.

 

 

Voilà un pays qui a compris l’importance de miser sur sa métropole, parfois qualifiée de « région capitale » dans l’Hexagone. Voilà un pays qui est prêt à s’occuper des régions et des autres agglomérations urbaines, tout en assumant un traitement privilégié pour Paris. « L’intérêt des régions françaises est que Paris soit forte », écrivait ainsi L’Express, en mars 2013. Avec raison.

 

 

On cite, par exemple, le fait qu’une grande partie des revenus créés à Paris se dépensent en réalité dans les régions. Tourisme, salariés qui se déplacent, redistribution nationale, peu importe, tous les chemins financiers mènent à Paris... au profit de « la province ». On cite aussi le cas d’Eurodisney. Avant de choisir Paris, les dirigeants n’hésitaient pas entre quelques villes françaises, mais bien entre Paris et Barcelone. D’où l’importance pour tout le pays d’avoir une métropole forte.

 

 

« La réussite du Grand Paris n’est pas seulement un enjeu pour la région capitale, mais pour tout le pays, précisait L’Express. Car affaiblir Paris serait ralentir la locomotive de la France. Et rares sont les trains dont les wagons avancent plus vite que la locomotive... »

 

 

Ce dont Montréal a besoin, clairement, c’est d’un traitement privilégié, d’une autonomie nouvelle, d’une diversification de ses revenus.

 

 

Bref, d’un premier ministre qui se présentera au balcon de l’hôtel de ville en clamant : Vive Montréal ! Vive Montréal libre !

 

 

Certes, le contexte qui prévaut actuellement à Montréal — avec la corruption, la collusion, les révélations et insinuations — incite plusieurs observateurs à exiger plutôt de Québec un resserrement de la bride. À leurs yeux, une plus grande implication du gouvernement est nécessaire pour contenir la propension de la métropole pour le vice...

 

 

Or, au contraire, la seule manière de responsabiliser Montréal est d’accroître son imputabilité, d’améliorer la reddition de comptes en lui donnant plus de pouvoirs, plus de latitude, plus d’argent...

 

 

Le problème de Montréal, en effet, c’est qu’elle a tous les atouts d’une métropole, mais qu’elle est traitée comme une banale municipalité assujettie au grand patron, le gouvernement. Son maître est donc à la fois le maire, le ministre des Affaires municipales, ses collègues des autres ministères impliqués dans la métropole et, bien sûr, le premier ministre.

 

 

Dans les faits, Montréal est sous tutelle implicite. Ce qui encourage, voire alimente la déresponsabilisation de ceux qui ne la dirigent donc qu’à moitié.

 

 

[...]

 

 

« Ce n’est pas compliqué, Montréal est actuellement un no man’s land d’imputabilité », indique Denis Saint-Martin [professeur de science politique à l’Université de Montréal].

 

 

« Il y a un problème d’immaturité politique et organisationnelle qui explique l’irresponsabilité politique à laquelle on assiste depuis plusieurs années, ajoute-t-il. Il faut donc plus de pouvoir pour Montréal, pas moins. Il faut que Montréal soit plus redevable, imputable. »

 

 

En un mot, la métropole doit être traitée comme telle. Avec les pouvoirs et les revenus qui accompagnent un tel statut.

 

 

Montréal est une quêteuse en limousine.

 

 

Immanquablement, après une élection municipale, le nouveau maire ne peut s’empêcher de dresser une liste de ses besoins, puis d’emprunter l’autoroute 20 avec son chauffeur pour frapper à la porte du gouvernement et tendre la main en espérant un peu de générosité...

 

 

Cela est dû au statut de simple municipalité de la métropole. Aux nombreux encadrements du gouvernement, aux délestages passés de responsabilités sans crédits additionnels, et à la centaine de lois qui régissent chacun des gestes que peuvent poser les villes de la province.

 

 

« Au Québec, une partie très importante de l’appareil normatif s’appliquant aux villes est du ressort du gouvernement provincial, situation interprétée par les villes comme une restriction à leur autonomie », expliquait en 2004 la politologue Laurence-Bherer, lors du 50e anniversaire du Département de science politique de l’Université Laval.

 

 

« Loin de diminuer au cours des dernières années, ces interventions se sont étendues à une grande variété de secteurs, par exemple en environnement et en sécurité publique, confirmant ainsi le rôle d’opérateur plutôt que de concepteur des villes. »

 

 

Voilà pourquoi l’ensemble des municipalités tente avec raison d’obtenir une plus grande autonomie, une plus grande liberté d’action. Et voilà pourquoi la métropole mériterait de voler de ses propres ailes. Il est en effet inacceptable que le gouvernement soit « l’opérateur » d’une métropole qui devrait plutôt jouir d’un véritable statut particulier. Précisément ce qu’ont commencé à appliquer d’autres provinces comme l’Alberta, avec son Municipal Government Act, la Colombie-Britannique avec son Community Charter, et, surtout, l’Ontario avec sa plus récente « loi sur la cité de Toronto ».

 

 

« L’Assemblée (législative de l’Ontario) reconnaît que la cité de Toronto, en tant que capitale de la province, est un moteur économique de l’Ontario et du Canada, peut-on y lire. Elle reconnaît que la cité joue un rôle important dans la création et le maintien de la prospérité économique et de la haute qualité de vie de la population de l’Ontario.

 

 

« L’Assemblée reconnaît que la cité est une administration qui est en mesure d’exercer ses pouvoirs en pratiquant une saine gestion assortie de l’obligation de rendre compte. »

 

 

La métropole québécoise mérite un traitement similaire : une bonne reddition de comptes, en échange d’une reconnaissance de son statut de gouvernement autonome et d’une diversification des revenus.

 

 

Car la raison principale pour laquelle Montréal est obligée de passer régulièrement le chapeau à Québec est sa forte dépendance à l’endroit de l’impôt foncier. Créature de la province, elle vit toujours sur le bon vieux modèle fiscal britannique et tire ainsi la majorité de ses revenus des taxes foncières (67 %).

 

 

Cela ne posait pas problème il y a 100 ans, quand Montréal n’offrait que des services à la propriété. Mais depuis, ses responsabilités se sont élargies, les normes imposées par Québec se sont multipliées et la part des services à la personne s’est considérablement accrue.

 

 

Et pourtant, son assiette fiscale est toujours la même et toujours aussi dépendante d’un secteur : l’immobilier.

 

 

Cette situation a des avantages, mais aussi un énorme inconvénient : la métropole est coupée des retombées dont elle est responsable. Elle peut bien mettre de l’argent dans le Grand Prix ou les festivals, investir pour attirer plus de congrès ou de touristes, aménager son espace public pour se faire plus attrayante et conviviale, elle n’en tire pas un sou. Au contraire, elle augmente ses dépenses en entretien, sécurité, infrastructures... pendant que les gouvernements récoltent les taxes de vente.

 

 

Prenez le Festival de Jazz. Montréal doit payer pour la sécurité, l’entretien des lieux, le transport collectif qui amène les visiteurs sur place, l’impact des festivités sur la circulation. Mais que reçoit la Ville en échange ? Des festivaliers et des touristes heureux qui consomment, vont à l’hôtel, mangent au resto, qui payent ainsi beaucoup de taxes provinciales et fédérales... mais aucun impôt foncier. On enrichit ainsi les gouvernements à Québec et Ottawa, mais pas la Ville qui paie pourtant l’addition.

 

 

Le phénomène touche toutes les municipalités. Mais il est encore plus criant pour Montréal... une situation qui creusera de plus en plus le trou dans lequel les métropoles s’enfoncent tranquillement.

 

 

L’économie des grandes villes se dématérialise, en effet. L’économie du savoir, dans laquelle brille la métropole, s’appuie sur l’innovation, la recherche, les cerveaux, non pas sur les usines. Or, l’impôt foncier ne s’applique toujours pas sur la matière grise...

 

 

Ajoutez à cela une population vieillissante dont les besoins en logement rapetissent, la montée du télétravail, du travail autonome et des transactions virtuelles, et vous maintenez Montréal non seulement dans une situation de tutelle administrative implicite, mais aussi dans une situation financière de plus en plus précaire.

 

 

Et après, on se demande pourquoi la métropole ne joue pas le rôle qu’elle devrait jouer...

Link to comment
Share on other sites

Aussi longtemps que la carte électorale du Québec ne changera pas, rien va changer au niveau municipal. Les régions ont trop de comptés et la région métropolitaine pas assez. Un vote en Gaspésie vaux deux fois plus qu'un vote dans la région métropolitaine.

 

Deuxièmement, aussi longtemps que l'est de la ville va voter pour le PQ et que l'ouest de la ville va voter pour les libéraux, rien ne changera. Pourquoi gaspiller du temps et de l'énergie pour convaincre des gens qui ne changent jamais leurs positions? Les banlieu et les régions ont compris. Ils changent leurs votes de temps en temps, ce qui force les partis à leurs donner de l'attention.

 

Canada’s “hub cities,” those few major urban centres like Montreal, are the drivers of economic activity in the country. That was the conclusion of a recent Conference Board study, which pointed to the collateral benefits of a thriving metropolis. It found that strong growth in metropolitan areas spurs growth in neighbouring communities and then in the whole province.

 

This sounds very familiar to the "trickle-down economics" proposed by the US Republicans under Ronald Reagan and later on under George H.W. Bush (the Father) back in the 80's...it's been proven that it doesn't work. I'm just playing Devil's Advocate here, but why would it work for the cities?!?!?

Link to comment
Share on other sites

Prenez le Festival de Jazz. Montréal doit payer pour la sécurité, l’entretien des lieux, le transport collectif qui amène les visiteurs sur place, l’impact des festivités sur la circulation. Mais que reçoit la Ville en échange ? Des festivaliers et des touristes heureux qui consomment, vont à l’hôtel, mangent au resto, qui payent ainsi beaucoup de taxes provinciales et fédérales... mais aucun impôt foncier. On enrichit ainsi les gouvernements à Québec et Ottawa, mais pas la Ville qui paie pourtant l’addition.

 

 

Tellement vrai! Vive Montréal libre des imbéciles d'une capitale-village qui cherche constamment à se valoriser en l'écrasant!

Link to comment
Share on other sites

Bel article de François Cardinal, mais sachez que la plupart de ces faits, et bien d'autres, étaient déjà connus il y a plus de 40 ans (années 1970). Pour l'aspect économique, voyez notamment le rapport Higgins-Raynauld-Martin (HRM). La dimension politique quant à elle était aussi déjà pertinente, mais plus obscure. A mon avis, ce qui a manqué à l'époque, d'un point de vue montréalais, c'est un porte-étendard qui aurait défendu avec force et conviction les intérêts de Montréal. Or, parmi les politiciens de l'époque, il y avait ceux qui ne comprenaient pas, ceux qui étaient intéressés par autres choses, ceux qui comprenaient peut-être mais qui étaient indifférents, et ceux qui comprenaient et auraient voulu agir, mais qui furent impuissants faute d'appuis suffisants et de maîtrise du jeu politique. Au lieu de cela, il y eut un Jean Drapeau mis à genoux suite à son fiasco olympique (sur le plan financier, non pas sportif), et qui de toute façon n'a jamais semblé comprendre ces choses; puis un Jean Doré tourné vers les dimensions locales de la politique municipale, un Pierre Bourque bien gentil, puis finalement un Gérald Tremblay de qui on aurait pu s'attendre à ce qu'il comprenne, mais qui s'empêtra. En même temps, l'élite d'affaires de Montréal, autrefois si puissante, s'était dispersée, et les acteurs qui les remplacèrent, malgré les talents qu'ils manifestèrent par ailleurs et leurs succès remarquables, ne voulurent pas porter la cause de Montréal sur leurs épaules. Au début, ce déclin de Montréal n'attira pas beaucoup d'attention au Québec, car ses performances économiques demeuraient fort respectables--en comparaison de la moyenne des autres régions. Mais dans les dernières années, la perception (négative) a rejoint la triste réalité. A l'heure actuelle, je ne crois pas que l'argumentaire supportant la nécessité d'une métropole forte et prospère, convainque une majorité suffisante pour amener les changements majeurs souhaités. Le discours politique empruntera certes tous les "beaux mots", mais il n'ra pas plus loin. C'est dans le rapport de force politique que la résolution doit être recherchée. Pour ce faire, Montréal-ville ou Montréal-île ne suffit pas; il faut au minimum fédérer les intérêts de la région métropolitaine, et idéalement y inclure les régions limitrophes. Cela commande d'abord un virage majeur dans les relations entre la ville-centre et les "banlieues", ce qui ne sera pas chose facile, considérant l'existence de certains intérêts indéniablement opposés. La clef sera de militer ensemble pour les grands objectifs communs, tout en reconnaissant les différences, lesquelles sont normales, mais ne devraient pas occuper toute la scène. Mais le temps presse. A défaut de cela, on continuera néanmoins à avoir des projets excitants, en architecture, dans les arts et les sciences, et dans l'industrie et le commerce, mais la toile de fonds risque de devenir plus grise, plus lourde à porter pour les créateurs et les entrepreneurs, plus pénible pour les citoyens à l'écart des "success stories", plus incertaine à long terme.

Edited by Né entre les rapides
40 au lieu de 30 ans: que le temps passe...
Link to comment
Share on other sites

Tout à fait d'accord, de toutes façons, le Canada et Montréal sont apparemment un fardeau pour Québec dans sa quête de créer une république de bananes, on devrait leur simplifier la tâche. Montréal a déjà assez souffert de cette bananisation infructueuse. :cool:

Link to comment
Share on other sites

Moi je trouve Montréal depuis toujours parfaitement imparfaite. Les conflits, les polémiques, les chambardements, les scandales, les excès dans les grands projets tout ça et beaucoup plus encore a créé le Montréal d'aujourd'hui. Une ville qui se fait parler d'elle à l'échelle mondiale dans plusieurs domaines et qui somme toute est indéniablement une "hub city"! Une ville intéressante et sophistiqué. Une ville d'une beauté exceptionelle de par son environement construit, son environement naturelle et son environement politique. Je le sais personellement et je le constate ici même sur Mtlurb. Montréal a un besoin d'investissements dans ses infrastructures c'est vrai. Toute les "hub cities" au Canada on le même besoin. Un jour ce gros défi se réglera. Entre temps, Montréal demeure belle, intéressante et sophistiqué. Il y a beaucoup de travaille à faire. Montréal en vaut la peine. Bon 6ième anniversaire MTLURB :applause:

Edited by Mtlx
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value