ScarletCoral

Moderator
  • Content Count

    5,014
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    21

Everything posted by ScarletCoral

  1. Un résumé de la soirée d'information de l'OCPM sur le secteur Bridge-Bonaventure dans le journal Métro https://journalmetro.com/local/sud-ouest/2325953/lelephant-dans-la-piece-2/ Aussi M. Mongeau a ajouté que la SIC a l'habitude de ne présenter que le projet gagnant.
  2. Malgré la réponse donnée hier, quelqu'un m'a dit que l'annonce devrait faite avant que les détails ne sortent sur la captation de la plus-value foncière autour des stations du REM. Sinon, on dérouvrira l'emplacement à ce moment là À partir de quand seront perçues les redevances de transport ? Le Règlement est entré en vigueur le 1er mai 2018. La redevance est exigible pour tous les permis de construction émis à partir de cette date. L’entrée en vigueur progressive du taux de la redevance est prévue entre 2018 et 2021. Ville-Marie a mis cette info sur sa carte interactive, mais pas le Sud Ouest
  3. Un résumé de la soirée dans le journal Métro https://journalmetro.com/local/sud-ouest/2325953/lelephant-dans-la-piece-2/ L’éléphant dans la pièce 16:11 23 mai 2019 Par A. Bourque Plusieurs citoyens craignent que les dés soient déjà joués concernant l’implantation d’un stade de baseball au bassin Peel. C’est ce qui ressort de la séance d’information du mercredi 22 mai tenue par l’Office de consultation publique de Montréal sur l’avenir du secteur Bridge-Bonaventure. «Nous avons l’impression qu’on perd notre temps avec ces consultations. En février, nous avons vu à la télévision la mairesse Valérie Plante au bras de M. Bronfman, se montrant favorable à son projet», a mentionné Nathacha Alexandroff, vice-présidente de la Société d’histoire de Pointe-Saint-Charles. «L’actuelle commission va-t-elle tenir compte de l’éléphant dans la pièce? Y a-t-il des ententes déjà signées?», a-t-elle ajouté. D’autres citoyens et organismes ont exprimé le même point de vue. «Quand on entend la mairesse de Montréal se prononcer en faveur d’un nouveau stade de baseball au Bassin Peel, on peut se questionner sur la valeur et la portée de ces consultations», observe Hassan El Asi, organisateur communautaire au Regroupement Information Logement (RIL), dans un communiqué. Lors de la séance publique, le conseiller en planification et aménagement urbain à la Ville de Montréal, Karim Charef, a répliqué qu’il n’y a aucune entente avec un promoteur à l’heure actuelle. «Ce qu’on voit dans les médias, c’est une discussion entre deux promoteurs qui est une chose normale.» La veille de la séance d’information, l’entreprise Claridge appartenant à Stephen Bronfman et le promoteur immobilier Devimco ont annoncé à La Presse canadienne leur entente concernant le terrain du bassin Peel où l’on souhaite ériger le stade des Expos de Montréal 2.0. Pas d’entente Cette information est niée par Pierre-Marc Mongeau, le vice-président du Port de Montréal et vice-président de la Société immobilière du Canada (SIC), propriétaire de cet immense terrain de 900 000 pieds carrés. «Nous poursuivons notre processus normal de consultations publiques et il n’y a pas d’entente actuellement avec aucun promoteur», a-t-il dit. Le commissaire David Hanna lui a demandé quelle était la nature de la relation avec la Ville de Montréal. À cela, M. Mongeau a répondu que son organisme était une Société d’État et non le gouvernement fédéral. «Nous sommes un propriétaire ordinaire qui va se conformer comme tous les autres au processus en cours», a-t-il rétorqué. Silo no 5 M. Mongeau a aussi répondu aux interrogations d’un citoyen, Bernard Girard, au sujet du secteur Pointe aux Moulins, situé dans Pointe-Saint-Charles, là où est érigé le bâtiment emblématique, le Silo no 5, fermé depuis 1990. L’endroit est appelé à connaître une revitalisation comme celle du Vieux-Port. «Je demande à la SIC de rendre publics les différents projets qui leur sont présentés. Qui va décider de l’avenir d’un élément si essentiel?», a questionné M. Girard. Le vice-président de la SIC a répondu qu’il entendait et comprenait son point de vue. «On ne veut pas faire de cachette aux citoyens et le choix du projet n’est pas un processus en vase clos», a commenté M. Mongeau en précisant l’importance de préserver le Silo No 5. Actuellement, un comité formé de huit experts en urbanisme et protection du patrimoine évalue les différentes propositions. Station du REM Durant la séance, une citoyenne a dénoncé le processus de transparence et de cohérence de la démarche de la planification des consultations. «Il me semble qu’il y a un élément manquant dans ce processus, c’est l’emplacement de la future station du REM au bassin Peel qui aura des incidences majeures dans le secteur. La ville peut-elle s’engager à faire connaître son emplacement? », a soutenu Karine Triollet, porte-parole de l’organisme Action-Gardien, de la Corporation de développement communautaire de Pointe-Saint-Charles. La porte-parole du REM a expliqué que l’emplacement sera annoncé d’ici quelques mois. Mme Triollet estime toutefois inconcevable que l’emplacement de la station, qui n’a d’ailleurs jamais fait l’objet de consultations, ne soit pas connu au moment de démarrer un important exercice de planification du secteur. D’autres citoyens ont exprimé leur opinion concernant l’ajout de logements sociaux, la crise climatique, l’aménagement de voies cyclables et même d’une piste de ski de fond. Les citoyens sont invités à exprimer leur opinion oralement ou par écrit lors des séances d’audition qui auront lieu plus tard cet automne.
  4. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2325939/bassin-peel-des-groupes-sorganisent-pour-proposer-autre-chose-que-du-baseball/ Bassin Peel: des groupes s’organisent pour proposer «autre chose que du baseball» Journal Métro Henri Ouellette Vézina 15:37 23 mai 2019 Des organismes communautaires de Pointe-Saint-Charles qui s’opposent à la construction d’un nouveau stade de baseball au bassin Peel se réuniront en fin de semaine pour «dessiner des propositions concrètes» de leur vision pour le secteur Bridge-Bonaventure. Des urbanistes de l’UQAM soutiendront entre autres la démarche. Soutenus par la Corporation de développement communautaire Action-Gardien, les groupes tiendront d’abord une assemblée publique vendredi, en soirée, pour présenter l’exercice de «diagnostic urbain» et de «charrette citoyenne» qu’ils veulent réaliser. «On manque cruellement de terrains publics, surtout dans les quartiers centraux de Montréal, dit la porte-parole d’Action-Gardien, Karine Triollet en entrevue à Métro. On pense que les consultations en cours à l’OCPM sur Bridge-Bonaventure, c’est une opportunité pour déterminer quel milieu de vie veulent vraiment les gens de Pointe-Saint-Charles et plus largement, les Montréalais.» Samedi et dimanche, cinq équipes de citoyens assisteront à des ateliers de conception supervisés par des professionnels, avec pour objectif d’imaginer des scénarios d’aménagement tangibles. «Après tout le travail qu’on a fait dans les derniers mois, on est rendu à dessiner des vraies propositions», ajoute Mme Triollet. L’organisme rassemblera ensuite le travail de ses équipes citoyennes et s’en servira, pendant l’été, pour mettre les idées et les volontés exprimées sur papier. «On veut exprimer nos revendications pour toute la zone, et non seulement le bassin Peel. Accès au fleuve, sécurité des déplacements, circulation de transit, patrimoine: on veut amener des solutions à des enjeux complexes.» -Karine Triollet, porte-parole d’Action-Gardien Du logement social, et non du baseball Pour la porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Véronique Laflamme, la stratégie du logement d’Ottawa – qui inclut entre autres une initiative de transferts fédéraux pour du logement social et abordable – devrait être mieux mise en valeur pour le bassin Peel, dont une importante portion du terrain appartient à la Société immobilière du Canada. «Ça ne doit pas servir que pour du développement privé, surtout dans le contexte de développement frénétique dans le secteur, explique-t-elle à Métro. Ça se construit partout et le quartier Pointe-Saint-Charles est en train d’être complètement transformé. S’il n’y a pas d’intervention majeure, la gentrification va avoir des conséquences très grave sur la population.» Ce dossier est d’ailleurs «une occasion en or» pour le gouvernement Trudeau, d’après Mme Laflamme, «de montrer qu’il est sérieux dans ses engagements». Dans son dernier budget, Ottawa avait entre autres soulevé l’idée que les terrains excédentaires fédéraux constituent une certaine réserve de logements communautaires. «Il ne faudrait pas rater cette chance. La communauté le demande et le contexte est urgent: avec le REM qui arrive et un stade de baseball en plus, ça créerait une pression sur le prix des loyers, ce qui entraînerait une spéculation.» -Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU Sa collègue Karine Triollet abonde relativement dans le même sens. «C’est sûr qu’on aimerait que les pouvoirs publics étudient sérieusement la possibilité de réserver ces terrains à un milieu de vie commun, qui comprendrait du logement social et abordable ainsi que des infrastructures collectives. C’est la suite logique», tranche-t-elle. Garderies, jardins communautaires ou centres de loisirs pourraient aussi voir le jour si un stade de baseball n’était pas construit au bassin Peel, rappellent les deux coordonnatrices. Mardi, l’entreprise Claridge, propriété de Stephen Bronfman, et le promoteur immobilier Devimco, se sont entendus sur le développement de l’immense terrain au bassin Peel qui servirait selon eux de stade des «Expos de Montréal 2.0». «Oui, nous avons une entente. On travaille ensemble. On fait des plans, a dit Stephen Bronfman en marge d’une soirée honorant son père, Charles Bronfman. On travaille même avec la table de concertation qui tiendra des consultations publiques cet automne, je crois. On prépare nos plans. Ça bouge, même s’il y a quelques trucs dont on ne peut pas parler.»
  5. Il n'y a pas eu un changement de promoteur ou de firme d'achitecture entre la phase 1 et la phase 2?
  6. Oui du niaisage à coordonner des agendas d'élus pour faire une grosse annonce juste avant les élections fédérales
  7. Laquelle station n'était pas prévue? Il y avait quand même une station « Du Havre » un moment donné Elle était prévue depuis qu'elle était devenue souterraine avec deux sorties, une de chaque bord du bassin Peel (Griffintown et PSC). (Novembre 2016 : 3 stations au centre-ville, dont le bassin Peel https://www.cdpq.com/fr/actualites/communiques/reseau-electrique-metropolitain-rem-trois-nouvelles-stations-au-centre-ville) C'est avec la ligne aérienne au dessus du Canal que l'emplacement est devenu un enjeu
  8. Avec le rabattament des autobus de la Rive-Sud vers les stations du REM, il va falloir une station dans le coin à l'ouverture du REM en 2021. Je doute que tous ces passagers qui travaillent dans la cité du Multimédia ou étudient/travaillent à l'ÉTS vont accepter de descendre à la gare centrale et marcher les 10-15 minutes sur Robert-Bourassa (peu invitant pour les piétons) pour se rendre au bureau. Certains vont préférer prendre leur voiture.
  9. Le trajet du REM présenté à la séance d'information de l'OCPM sur le secteur Bridge-Bonaventure
  10. Le document de la présentation de la Ville ici http://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P103/3-5_presentation_ocpm_16x9_-_leger.pdf
  11. mais pour un stade, ça prend une équipe Et même sans stade, ni équipe, Devimco n'a tjs pas présenté de projet à l'arrondissement pour ces terrains. Il va aussi falloir un changement de zonage pour permettre du résidentiel, mais ça ne se fera pas avant la fin des consultations publiques sur le secteur Bridge-Bonaventure. Et le REM doit rouler en 2021. L'échéancier est court C'est juste du niaisage!
  12. des études qui seront tablettées?
  13. Il y a une demande de dérogation mineure pour le projet http://applicatif.ville.montreal.qc.ca/som-fr/pdf_avis/pdfav27113.pdf DEMANDE DE DÉROGATION MINEURE 370, RUE DES SEIGNEURS PRENEZ AVIS que, lors de la séance régulière du conseil d’arrondissement qui se tiendra le 10 juin 2019 à 19 h à la salle du conseil (2e étage) de la mairie d’arrondissement située au 815, rue Bel-Air, le conseil statuera sur une demande de dérogation mineure relative à la hauteur maximale du retrait d’alignement prescrit pour le bâtiment sis au 370, rue des Seigneurs. L’objet de cette dérogation mineure est de déroger à l’annexe H (retraits prescrits dans le secteur Griffintown) du Règlement d’urbanisme de l’arrondissement du Sud-Ouest (01-280). Cette norme exige un retrait d’alignement de 2,5 m après une hauteur maximale de 12,5 m pour la façade de la rue Payette. Cependant, le retrait de 2,5 m sera effectué après une hauteur de 16 m. Toute personne intéressée pourra se faire entendre par le conseil d’arrondissement relativement à cette demande.
  14. Dans le plan directeur du canal de Lachine http://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P103/4.1.4_pc_clac-pd-final_fr_05-06-18-web.pdf Au sujet du Bassin Peel Approche de gestion par secteur pour le Bassin Peel Historiquement, le bassin Peel était un point de convergence stratégique, une véritable plaque tournante et une "fenêtre sur l'océan", entre les navires de haute mer et les navires destinés au réseau intérieur. En raison de sa profondeur et de son gabarit, le bassin Peel constituait un bassin dit « de retournement » et permettait aux navires océaniques de s’y avancer. En plus du couloir navigable du canal, ce secteur comportait plusieurs cales, bassins et quais latéraux liés aux fonctions de transbordement et portuaires. Au début des années 2000, les deux anciens quais à farine situés sur la berge nord-est du bassin ont été déblayés et remis au jour. Les anciens bassins Tate et Wellington, du côté opposé, demeurent quant à eux en grande partie remblayés et inutilisés. Le secteur du bassin Peel compte donc de grandes superficies de quais et de berges encore inutilisées ou aménagés de façon minimaliste. De plus, il offre un paysage unique d’où l’on peut observer le skyline du centre-ville de Montréal et des symboles emblématiques du patrimoine industriel tels que le silo no. 5 dans le Vieux Port de Montréal, le pont pivotant du CN et l’usine de la Farine Five Roses avec sa célèbre enseigne. Le bassin est traversé en hauteur par l’autoroute Bonaventure, la porte d’entrée principale au centre-ville de Montréal. Une approche de gestion par secteur a pour but de formuler une orientation particulière à un secteur bien défini et présentant des enjeux, des possibilités et des défis propres à celui-ci. Le bassin Peel appelle à une telle approche plus ciblée en raison de : Sa localisation à l’entrée du centre-ville de Montréal, au cœur d’un redéveloppement urbain majeur; Sa proximité immédiate du Vieux Port de Montréal fréquenté par plus de 6 millions de personnes et l’accès à sa clientèle internationale; Le gabarit singulier de son plan d’eau lui conférant un grand potentiel encore inexploité; Sa thématique et ses composantes historiques; Sa signification particulière pour de nombreux partenaires2; La présence d’infrastructures de transport imposantes et la venue prochaine d’autres équipements structurants, dont l’annonce du projet du réseau électrique métropolitain (REM) de Montréal et de sa future station. La proximité d’une clientèle jeune et branchée attirée par le Quartier de l’innovation et l’ÉTS. Tous ces éléments réunis confèrent un statut particulier au secteur, une grande visibilité et un potentiel de diffusion du patrimoine et de développement immense. Le bassin Peel peut aspirer à devenir un élément moteur du canal de Lachine et même retrouver son rôle de plaque-tournante, soit un lieu de convergence attractif pour les clientèles urbaines de Montréal ainsi que les touristes. La stratégie pour y parvenir passe nécessairement par des partenariats solides et stratégiques ainsi que par une vision de développement concertée et affirmé. Objectifs propres au secteur du bassin Peel : Les partenaires du milieu élaborent avec Parcs Canada une vision commune de développement pour le secteur du bassin Peel et s’engagent à intégrer celle-ci dans leurs projets respectifs afin de renforcer l’identité unique de l’endroit. Cible : Un organisme permettant de traduire et de rallier les intérêts de chaque intervenant dans le développement du secteur est mis en place pour 2019. Cible : Un plan-concept d’aménagement du bassin Peel est développé d’ici 2021 en collaboration avec cet organisme. Cible : Dans le respect de son mandat, Parcs Canada participe à la planification des grands projets urbains du secteur. Le bassin Peel constitue une véritable porte d’entrée au canal et sa connectivité avec les milieux qui l’entourent est maximisée. Cible : En collaboration avec la Ville de Montréal, les principaux accès au bassin sont mieux signalés et identifiés et font l’objet d’aménagements invitants d’ici 2025. Cible : L’interconnexion avec le Vieux-Port de Montréal fait l’objet d’un aménagement prioritaire et d’un traitement particulier d’ici 2022. Cible : Les liens et les parcours favorisant le transport actif sont développés d’ici 2027. L’unicité du bassin Peel est célébrée grâce à une programmation d’activités et d’expériences innovantes misant à la fois sur l’eau et sur les symboles patrimoniaux du lieu et des environs. Cible : Un appel de propositions est lancé d’ici 2022 pour développer une expérience signature et faire vivre/animer le lieu. Cible : D’ici 2023, au moins deux interventions ou projets mettent en valeur le patrimoine du lieu. Cible : D’ici 2023, en partenariat avec des organisations publiques, communautaires ou privées, un pôle multi-services est implanté au bassin Peel afin de desservir une clientèle diversifiée.
  15. la Comité de travail du site de commémoration a déposé ce document au sujet de l'aménagement à l'OCPM hier http://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P103/5.1_approved_black_rock_plans.pdf 4 concepts préliminaires avec de l'eau (trait bleu). Point rouge = black rock Bassin mémoire Anneau de vie Miroir île mémoire Désolée pour la bande grise surle côté droit et les icônes d'Adobe, mais c'est pas pas que le logo de MTLURB cache les dessins
  16. Document qui a été déposé hier http://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P103/5.3_ocpm-note_retour_bb_majeur_mtl_22.5.19_vf.pdf Le retour d'une équipe de baseball professionnel de la Major League Baseball à Montréal La réalisation de ce projet structurant et mobilisateur repose sur deux éléments fondamentaux et indissociables, soit: Une équipe de baseball professionnel de la MLB Un nouveau stade Une équipe de baseball professionnel de la MLB L'obtention d'une franchise d'une équipe de baseball professionnel de la MLB est le résultat d'un processus complexe, long et rigoureux. À Montréal, le projet a été amorcé en 2012 par une étude de faisabilité qui a conclu que le projet de ramener une équipe de baseball professionnel serait viable financièrement si un nouveau stade était construit près du centre-ville de Montréal. Par la suite, un groupe d'investisseurs crédibles et bien implantés dans la communauté de Montréal, dirigé par Stephen Bronfman – le Groupe de Montréal (Groupe) – s'est engagé à travailler, afin de ramener une équipe de baseball professionnel de la MLB à Montréal. Les représentants du Groupe ont rencontré la direction de la MLB à plusieurs reprises, afin de lui permettre d'apprécier la rigueur et la crédibilité du projet de Montréal, ainsi que la qualité et le niveau d'engagement des partenaires du Groupe. Le président et porte-parole du Groupe, Stephen Bronfman, a aussi précisé à plusieurs reprises qu'il n'y aurait pas de construction d'un stade avant l'attribution d'une franchise de baseball professionnel de la MLB. La présence d'une équipe de baseball professionnel de la MLB aurait un impact important à plusieurs niveaux qui ira bien au-delà du rayonnement additionnel de Montréal en Amérique du Nord et des revenus fiscaux associés aux joueurs, aux entraîneurs et au tourisme. Une équipe constituerait un actif communautaire majeur œuvrant dans une ligue de calibre mondial. Cette organisation sportive s'intégrerait à la communauté voisine, ainsi qu'à celle de toute la ville Montréal pour développer la ferveur de ses partisans. Au sein de la communauté environnante, l'équipe de baseball aurait, par la présence des joueurs, leur proximité et leur accessibilité, un effet mobilisateur pour les ligues et les équipes de baseball amateur dans le quartier adjacent, à Montréal et au Québec. L'organisation de l'équipe tisserait des liens avec Baseball Québec afin de développer le sport par diverses activités (camps de baseball pour les jeunes, formation des entraîneurs, etc.), en plus de stimuler l'intérêt des jeunes pour le baseball et la pratique du sport. Les joueurs de l'équipe participeraient aussi à plusieurs activités communautaires tout au cours de l'année, notamment auprès des enfants malades ou défavorisés. L'accessibilité de l'équipe et la présence d'une organisation sportive dynamique favoriseraient le développement de la pratique sportive et des saines habitudes de vie auprès de la population de toutes les catégories d'âge habitant les quartiers voisins du stade. Un nouveau stade Le choix du site est un facteur essentiel pour le succès du projet. Il doit respecter le schéma d'aménagement, le plan et les règlements de la Ville de Montréal, mais aussi répondre aux attentes des amateurs de baseball et aux exigences de la Major League Baseball, tout en s'intégrant de façon harmonieuse au quartier environnant. Le Groupe a indiqué à la fin de l’année 2018 que le site privilégié pour l'aménagement d'un futur stade de baseball devrait être situé dans le secteur des bassins Peel et Wellington. Le site visé devrait contribuer au renouvellement du secteur en tirant profit de sa proximité avec le centre-ville et les quartiers adjacents, ainsi que de l'aménagement du REM. La présence d'une gare du REM à proximité du stade est aussi un facteur essentiel pour la réalisation du projet. L'implantation du nouveau stade de baseball offrira une occasion unique d'aménager un vaste espace qui accueillera, en plus du stade, un développement immobilier complet à usages multiples. Le Groupe entend piloter et réaliser ce projet en agissant de manière socialement responsable, en étant soucieux des préoccupations de la communauté voisine du site retenu et en travaillant avec toutes les parties prenantes. Le projet permettra de développer un environnement accueillant qui sera vibrant durant toute l'année, grâce à la présence de commerces, d'espaces de bureaux, d'ateliers, et d'espaces dédiés à la santé (clinique, centre d'entraînement) ou au tourisme (hôtel, restaurants). Le nouveau stade sera ouvert et de dimension humaine (capacité d'environ 30 000 sièges). On y présentera une programmation complète de matchs, de spectacles et d'activités communautaires. La programmation s'étendra sur toute l'année et elle inclura des activités sportives et communautaires extérieures durant l'hiver. Le stade pourra aussi accueillir des tournois de ligues semi-professionnelles ou amateures. L'ensemble de ces activités entraînera la création de nombreux emplois (à temps partiel et temps complet) pour répondre aux besoins des multiples entreprises qui s'implanteront au stade et dans le développement immobilier adjacent.
  17. Plusieurs questions ont été posées au sujet du projet de Bronfman et Devimco à la séance d'information de l'OCPM hier. Un résident l'a qualifié d'éléphant dans la pièce La Ville a en gros répondu que ce sont des discussions entre deux entreprises, que la Ville n'est pas encore impliquée. Aucun projet n'a été déposé à l'arrondissement. Aussi, le représentant de la Ville a répété que le secteur n'a pas de zonage résidentiel à l'exception du secteur de la Cité du Havre. Il serait possible de développer du résidentiel entre la tour Profil-O et les studios de Mel's Un représentant de la SIC a mentionné que le projet sera étudié selon le processus normal. Voir la séance ici
  18. Le restaraunt Meatball House est encore à vendre! https://www.montreallisting.ca/ads/montreal-unique-and-trendy-bistro-bar-griffintown-montreal-ad-715505
  19. Mais il faudrait sécuriser la traverse de Wellington. Aucun piéton ne va faire le détour par Peel ou Robert-Bourassa pour traverser à la lumière. Tous les piétons traversent à leur risque et péril sur Ann ou Shannon
  20. Une 2e station serait plus facile à construire le long des nouvelles voies que la CDPQi est en train de construire dans PSC. Et elle ressemblerait probablement aux autres stations aériennes. Celle de Griffintown est plus complexe puisqu'elle serait sur les voies existantes du bâtiment-pont.
  21. Elle « patinait ». L'emplacement est déjà connu. le REM ouvre dans 2 ans, la décision doit être faite rapidement surtout si cette station est plus complexe à construire comme dit la dame
  22. La question n'a pas encore été posée à la consultation Ajout : une représente de l'organisme Action Gardien vient de poser la question! Et la présidente de la commission veut savoir aussi... mais la représentante de la CDPQi dit qu'il y a encore des analyses à faire avant d'annoncer l'emplacement.
  23. la séance d'info sur Facebook Live ou sur le site Web de l'OPCM http://ocpm.qc.ca/en-direct