ScarletCoral

Membre
  • Compteur de contenus

    4 635
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    18

Tout ce qui a été posté par ScarletCoral

  1. Ces maisons sont des bâtiments d'intérêt patrimonial selon le PPU, tout comme l'édifice recouvert de tôle noire au coin Young/William, mais que le projet Techtown mettait à terre.
  2. ScarletCoral

    Expos coming back?

    Claude Raymond au Téléjournal 18h
  3. Dans la Gazette : https://montrealgazette.com/sports/baseball/jack-todd-with-stephen-bronfman-in-charge-expos-return-is-closer-than-ever Jack Todd: With Stephen Bronfman in charge, Expos' return is closer than ever There is clearly work to be done with MLB and with the city, provincial and federal governments but Bronfman has a much better chance of winning their support than Claude Brochu ever had. JACK TODD, SPECIAL TO MONTREAL GAZETTE Updated: March 25, 2019 “I think we’re close.” With those words, as optimistic as any he has uttered, Stephen Bronfman Monday evening pointed his finger as squarely at the once and future Montreal Expos as he ever has. “There’s a feeling in the air,” Bronfman also told a squadron of reporters on the field before the first of the Blue Jays annual exhibition tilts, this time against the Milwaukee Brewers. “It’s spring. I have a spring in my step.” The timing could not have been more auspicious, following events last week to commemorate the 50th anniversary of the original Expos, the club first owned by his father, Charles Bronfman. Given the sense of occasion and the cautious, step-by-step approach Bronfman has taken to what once seemed an impossible task, those were pretty strong words, even if what Bronfman had in mind (which wasn’t clear from the context) was acquiring the land for a new ballpark, not the imminent arrival of Major League Baseball in this city. Bronfman remained cautious, warning that he didn’t want to lead anyone down the path with false expectations. “This is a long-term project,” Bronfman said. “It’s a lifetime project.” All the same, Bronfman indicated that he’s ready to move and move quickly, first by acquiring the $50 million parcel of Griffintown land in the Peel Basin that has been targeted as the future home of the Expos. Bronfman would not be pinned down to a time frame as narrow as a month for an announcement on the land, but he did say that he hopes to have something on the land within a few months. Even if the ballpark and the return of the Expos never becomes a reality, Bronfman said, there is room for a spectacularly successful development in the Peel Basin — but he made it crystal clear that he wants a new ballpark to be the centrepiece of that development. Once the Bronfman group gains control of the land in Griffintown, it’s largely up to Major League Baseball and Commissioner Rob Manfred. “They watch every potential market very closely,” Bronfman said. “They know what’s going on.” Bronfman said the potential markets include San Antonio, Nashville or Portland, none of which has the population or the history of Montreal — and the Major League Baseball Players Association, he said, would block any attempt to move to Mexico City or Monterrey. The biggest hold-up that remains is that Manfred is waiting to see if stadium issues are resolved in Oakland and Tampa Bay and MLB is also, according to Bronfman, “keeping an eye on one or two other teams” that are a concern. To be clear, Bronfman doesn’t care whether the team that eventually comes to this city is an expansion team or a team on the move (think the Tampa Bay Rays, moving north to Montreal as the Expos moved south to Washington 14 years ago.) Bronfman also offered a peek into the way he operates when he said that what he tries to do is to pair his gut feeling with his nuts-and-bolts assessment of any project. This time, the gut and the numbers are very much in tune. And what will the ballpark be like? “It will be fabulous,” Bronfman said. And you know he means it. Bronfman was also clear that he will not build a stadium without knowing that a team is bound for Montreal — no Quebec City situation, in other words. What if it came to a standoff, someone asked Bronfman. What if the Bronfman group wouldn’t build a stadium without a team and Major League Baseball was saying no team without a shovel in the ground? “If that’s what it is, if Major League Baseball is asking for a shovel in the ground, I’ll go down to Griffintown and put the shovel in the ground myself,” Bronfman said, “because if they want a shovel in the ground, that means they’ve got a team for us.” The overwhelming sense, shared by veteran reporters on the scene, was that Bronfman has never sounded so optimistic and the return of Major League Baseball has never been quite so near. There is clearly work to be done with MLB and with the city, provincial and federal governments but Bronfman has a much better chance of winning their support than Claude Brochu ever had. When I asked at what point he felt the effort to revive the Expos would be worth the countless hours of work (not to mention the hundreds of millions of dollars involved), Bronfman pointed to the hard slogging down on the ground by the people at ExposNation, particularly Matthew Ross and Annakin Slayd, and especially to effervescent former Expos outfielder Warren Cromartie. “Cro did a lot,” Bronfman said. “It was really Cro who got the ball rolling.” Despite the mammoth crowds that turned out year after year for the Blue Jays exhibition games, it was really Bronfman who picked up that ball and ran with it. From a cautious, intriguing figure on the periphery, he has become absolutely central to the return of baseball to Montreal and has handled every situation so far like Orlando Cabrera gobbling up an easy grounder to short. All the same, Stephen Bronfman took pains Monday evening to emphasize this is not a done deal. But judging by the grin on his face through a long media session during which the usual suspects pummelled him with questions, it may be closer than we think.
  4. La Maison Benoit-Labre, situé au 308, rue Young, a annoncé officiellement son déménagement sur Facebook. Les bâtiments(300 à 308, rue Young) et terrains ont été vendus il y a quelques mois. Dans la fiche no 17 (300-312, rue Young) de l'analyse du cadre bâti : http://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P56/3b2.pdf Le 310-312, rue Young (la partie rose) appartient à une compagnie à numéro ( 9389-9961 QUÉBEC INC.) depuis le 17 janvier 2019 dont l'adresse est à Mirabel et correspond aux bureaux d'une compagnie de construction qui s'appelle Omnia Technologies qui a fait les condos Centra
  5. Il manque un « U » pour compléter
  6. https://renx.ca/prevel-plans-major-mixed-use-development-at-vacant-montreal-site/ Prével plans mixed-use development at vacant Montreal site Danny Kucharsky Mar. 25, 2019 Montreal developer Prével plans a major mixed-use development on this vacant downtown-area property. (Google Street View image) Prével hopes to announce its project plans by the end of the year for one of the largest sites still available for development in Montreal’s downtown area, says co-president Laurence Vincent. The company recently obtained a vacant site of almost 400,000 square feet near the Jacques-Cartier Bridge, between René-Lévesque Boulevard, Ste. Catherine Street, Parthenais Street and De Lorimier Avenue. It’s also close to the Papineau Métro station and Gay Village. Prével acquired the site from Bertone for an undisclosed amount. In 2016, Bertone proposed a $500-million mixed-use project called Quais De Lorimier on the property. It was to include residential buildings and townhouses, office space, a hotel and a public and entertainment space but Bertone was unable to get the development off the ground. “Making progress” on mixed-use plan “We’re not ready to unveil anything, but we’re making progress,” says Vincent, noting Prével is in the planning process with the downtown borough of Ville Marie and the City of Montreal. “The vision is for a very, very mixed-use project,” that will include condos, rental apartments, social housing, offices, stores and a large amount of green space and parks. Formerly an industrial site, the land has been vacant for decades. Last summer, the site hosted Cavalia Odysseo, a show featuring 70 horses that took place in what was touted as the world’s largest touring tent. Vincent says planned developments nearby at the CBC/Radio-Canada headquarters, Maison de Radio-Canada, and at the Molson Brewery plant will be beneficial to the Prével project. CBC/Radio-Canada is building a new, smaller headquarters next to its current building, leaving its former office tower and parking lot available for a planned 4.5 million-square-foot development by Groupe Mach called Quartier des Lumières. Molson will be vacating its east-end Montreal plant for a new facility on the South Shore. Griffintown experience The company points to its experience in the Griffintown neighbourhood, where the Lowney sur Ville development led to the transformation of the once-neglected industrial area into a residential hub. Vincent said is it easier to redevelop an area when there are several players involved, than when you are the sole developer. It’s easier “to make the neighbourhood known and to revitalize it,” she says of the site near the Jacques-Cartier Bridge, “because it’s a neighbourhood that needs more residents to make it lively and to bring in more economic vitality. Projects at the Molson and Radio-Canada sites “will be advantageous for the whole neighbourhood and for the development of the project.” The Griffintown area south of downtown Montreal has been criticized for lacking in schools, green spaces and housing for families but that situation should change, Vincent says. “In an ideal world, everything would have been foreseen,” she says. “We would have seen the potential for development coming and would have put aside parks, schools, public transit. But, that’s not how it happened.” Vincent says the city was taken by surprise by the speed of development, and it is now more complicated to bring in things like schools than if they had been planned years earlier. Still, “in 10 years, I think the neighbourhood will have found its balance,” she says. “It’s not a perfect neighbourhood, but it’s a lively neighbourhood and in 10 or 15 years, we’ll find it’s a neighbourhood that works very well like many others in Montreal.” About Prével and its other projects Prével is a family business founded in 1978 that has more than 100 employees. The company has built more than 11,000 housing units and says it is Montreal’s largest residential real estate developer. The company is currently working on a number of projects in Montreal. They include: * Phase II of Union sur le Parc, consisting of 166 condos in a 20-storey building in the downtown Shaughnessy Village neighbourhood, which will be delivered in summer 2020. “It sold very quickly,” she says. * The fifth phase of 21e arrondissement which will be delivered in 2020. The condo development between Griffintown and Old Montreal includes five towers of nine to 15 floors. * Appartements-Boutiques, a rental apartment development in Old Montreal owned by Prével, which is about 90 per cent leased. “We have several projects in the pipeline,” Vincent says, including one that is about to be announced and several on the drawing board. “The fundamentals of the Montreal economy are very positive and it’s not short-lived,” she says. “We think Montreal is in a good place. Even if the economy isn’t as strong in coming years, we’re confident that real estate will continue to do well.”
  7. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1160339/changements-transport-commun-montreal-stm-exo-autobus-trains-metro « Dorénavant, les rames de métro des lignes orange et verte, les plus achalandées, passeront plus fréquemment, notamment le matin, et le temps d'attente sur les quais ne devrait pas dépasser cinq minutes, en semaine, de 7 h à 22 h 30. Aux heures de pointe, la fréquence de passage était toutefois déjà de moins de cinq minutes. L’augmentation de service représente 80 passages de plus par semaine sur la ligne verte et 35 de plus sur la ligne orange. La Société de transport de Montréal (STM) avait annoncé ce changement en déposant son budget annuel en novembre dernier. En tout, les rames de métro devraient ainsi parcourir cette année un total de 90,1 millions de kilomètres. C’est 1,9 million de plus que l’an passé. »
  8. https://ici.radio-canada.ca/sports/1159489/baseball-majeur-mlb-president-rio-michel-labrecque-stade-olympique « Le stade olympique n'est pas un paillasson » pour le baseball, dit le patron de la RIO Publié le dimanche 24 mars 2019 à 22 h 19 Mis à jour aujourd'hui à 9 h 48 Les employés du stade olympique s'affairaient déjà, la semaine dernière, à la préparation du terrain pour le baseball. Photo: Radio-Canada / David St-Amand Radio-Canada Le président-directeur général de la Régie des installations olympiques (RIO), Michel Labrecque, est formel : le stade olympique demeure un lieu tout à fait approprié pour le baseball. Un texte de Jean-François Chabot avec les informations de Jean-François Poirier Son discours détonne avec la litanie de critiques et de dénigrements entendus au sujet du stade mal-aimé, tant de la part des derniers propriétaires des Expos que de ceux qui rêvent de ramener le baseball majeur à Montréal. « Le stade est encore très pertinent. Il a été conçu pour accueillir du baseball et vit encore très bien avec ce sport quand il y a du monde et que la foule est présente. » -Michel Labrecque Le patron de la RIO en veut pour preuve les 5 millions de dollars investis depuis six ans pour remettre la configuration baseball du stade au goût du jour, de sorte qu'elle soit fidèle aux exigences du baseball majeur. « Et on est à 12 minutes de la station de métro Peel », insiste-t-il. La liste des améliorations comprend un écran géant de 2 millions de dollars (mis en place pour la Coupe du monde féminine FIFA 2015), la rénovation du salon Gary-Carter derrière le marbre et d’un certain nombre de loges, la mise à niveau de la surface de jeu, la réfection des abris des joueurs et la modernisation des coussins protecteurs le long des lignes de démarcation et derrière le marbre. Michel Labrecque parle aussi du travail consacré à une meilleure sonorisation. Il mentionne que le filet de protection devrait être changé pour protéger les gradins jusqu'au-dessus des abris des joueurs, comme c'est désormais la norme. Mais puisqu'on parle de matchs préparatoires (entre les Blue Jays et les Brewers), le baseball majeur tolère ce manquement au cahier de charges. Pas en criant ciseau… Quant à la stratégie utilisée par les promoteurs qui souhaitent le retour du baseball dans la métropole, M. Labrecque avoue ne pas comprendre leur modèle d’affaires. En tenant compte de la somme à débourser pour l’achat d’une équipe, qui pourrait atteindre 1,5 milliard de dollars, et des coûts liés à la construction d’un stade au centre-ville, il est perplexe. « Eux, ce qu’ils disent, c’est l’avis des promoteurs. Moi, je suis président du stade olympique. Je suis fiduciaire d’un bien public. Je fais ma propagande, ils font la leur. Le stade de baseball est là. Pour des investissements corrects, il peut être rehaussé pour l’amener à son plein potentiel. La toiture sera remplacée d’ici 2024. » Même si le baseball majeur décidait de déménager une franchise à Montréal, cela ne pourrait se faire sans une planification à long terme. « Je ne suis pas en train d’attendre que le baseball revienne. J’ai des salons, des spectacles. Il faut qu'on le sache suffisamment à l’avance pour bloquer des dates. Quatre-vingts dates, c’est une longue période. Ça nous prend un préavis d’au moins une année et un dépôt pour réserver les dates. » Michel Labrecque Aménager le monticule est un travail de haute précision. Photo : Radio-Canada / Dave St-Amand Ainsi, l’Impact, qui ne disputera aucun match de sa saison locale au stade olympique, y a néanmoins bloqué des dates en prévision de l'automne, au cas où l’équipe irait loin dans les éliminatoires de la MLS. Même la perspective de 2020 ne semble plus une possibilité pour Labrecque. « 2020? Là? Non! Il faudrait détricoter pas mal de choses. J’ai des engagements avec des gens. Personne [parmi les promoteurs du retour du baseball] ne m’a appelé pour me demander de bloquer des dates pour l’an prochain, pour qu’on aille dire à ceux qui ont déjà fait des dépôts de garantie : "OK, le baseball revient." » À ceux qui pensent que le stade olympique n’est pas occupé, M. Labrecque rappelle qu'il y a quand même là de l’activité de 125 à 175 jours par année. « Même quand ils auront un stade, il se peut qu'on fasse la présaison et les séries. S'ils se rendent en finale et qu'ils veulent une foule de 65 000, c'est ici qu'ils vont la faire. Ils ont besoin de nous avant, pendant et après. Ce que j'aimerais de leur part [les promoteurs], c'est qu'on ne soit pas un paillasson et qu'ils reconnaissent que le stade olympique, ça reste un bon stade », conclut-il.
  9. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1159874/indonesie-garuda-annulation-commande-boeing-737-max Garuda Indonesia annule une commande de 49 Boeing 737 MAX Reuters Garuda Indonesia a envoyé une lettre à Boeing pour demander l'annulation de sa commande de 49 avions 737 MAX, a déclaré vendredi le directeur financier de la compagnie aérienne nationale indonésienne. Fuad Rizal a précisé à Reuters que la compagnie pourrait commander à la place d'autres modèles de Boeing. Il s'agit de la première demande d'annulation de commande faite publiquement à Boeing depuis l'accident d'un 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines qui a tué 157 personnes la semaine dernière, le deuxième accident en cinq mois d'un avion de ce modèle. Rizal a refusé de dire la raison pour laquelle Garuda ne voulait plus de 737 MAX, dont elle ne dispose actuellement que d'une seule unité dans sa flotte. Selon des sources du secteur, les livraisons de 737 MAX par Boeing sont bloquées de facto, bien que la production se poursuive, après que les États-Unis se sont ralliés en milieu de semaine dernière à la plupart des autres pays du monde en interdisant de vol ce modèle d'avion pour raisons de sécurité. Le PDG de Boeing tente de limiter les dégâts Dans une lettre publiée vendredi dans les journaux, le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, a exprimé une fois de plus ses condoléances aux proches des passagers et des équipages du vol 302 d’Ethiopian Airlines et du vol 610 de Lion Air qui se sont écrasés plus tôt cette année en raison de problèmes suspectés dans le système de pilotage de Boeing 737 MAX 8 et 9. « La perte tragique du vol 302 d’Ethiopian Airlines et du vol 610 de Lion Air nous touche tous, unissant peuples et nations partageant la douleur de tous ceux qui sont en deuil », écrit Dennis Muilenburg. Assurant que la sécurité à bord des appareils est un objectif poursuivi par tous les acteurs de l’industrie aéronautique, le PDG de Boeing a ajouté que sa compagnie participe activement aux enquêtes pour déterminer la cause exacte de ces écrasements. « Nous sommes unis avec nos lignes aériennes clientes, les législateurs internationaux et les autorités gouvernementales dans nos efforts pour soutenir la plus récente enquête, pour comprendre ce qui est arrivé et aider à prévenir d’autres tragédies. » Dennis Muilenburg ajoute que Boieng lancera sous peu une mise à jour des systèmes informatiques à bord des 737 MAX ainsi qu’une mise à jour de la formation des pilotes « qui répondra aux préoccupations soulevées à la suite de l’accident du vol 610 de Lion Air », écrit le PDG de Boeing.
  10. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1159980/plage-pointe-aux-trembles-est-montreal-pollution-contamination-environnement-sol Québec consent 5 M$ pour décontaminer le site de la plage de l’Est de Montréal Publié aujourd'hui à 15 h 28 Radio-Canada La province accorde une aide de 5 millions de dollars à la Ville de Montréal pour décontaminer le site de sa future plage de l'Est. Les premiers baigneurs ne sont cependant pas attendus avant 2022. La ministre responsable de la métropole et députée de Pointe-aux-Trembles Chantal Rouleau avait lancé le projet d’une plage en bordure du Saint-Laurent en 2013, quand elle était mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. « C’était un peu un rêve [...] c’était quelque chose qu’on disait impossible, un mot que je n’aime pas [...] Il faut rendre les choses possibles, la plage de l’Est est possible. On est en train de concrétiser ce rêve qui est extrêmement important. » - Chantal Rouleau, ministre responsable de la métropole Le projet s’inscrit dans le chantier de revitalisation de l’Est de Montréal. Cette aide financière va permettre à la Ville de restaurer les sédiments contaminés du site, avant que les travaux d’aménagement de la plage ne se poursuivent. Le ministre de l’Environnement Benoit Charette a dit soutenir la « transformation d’un terrain inutilisable en un nouvel espace vert en milieu urbain. » Déjà de nombreux retards La mairesse de Montréal Valérie Plante a affirmé que cette étape rapprochait la ville de l’aménagement d’« un lieu de villégiature qui rehaussera la qualité de vie dans le quartier ». Elle a dit vouloir offrir un accès « en continu aux rives du fleuve et de la rivière des Prairies » aux Montréalais. Ceux-ci doivent cependant demeurer patients, car la baignade n'est pas prévue avant 2022. D’ici là, la Ville prévoit aménager une jetée pour les activités nautiques avec canots et kayaks en 2021. Le projet a connu de nombreux retards depuis son élaboration. Une conduite fluviale avait été déplacée en 2014, car elle envoyait des coliformes fécaux sur le futur site de la plage. Puis, en 2017, l'arrondissement avait réalisé que de nombreux polluants, notamment des résidus de peinture, étaient présents dans le sol de la future plage, ce qui avait retardé les travaux.
  11. ScarletCoral

    Expos coming back?

    Une chronique et deux articles sur le retour des Expos sur le site de Radio-Canada Chronique de Guy D'Aoust : Mike Trout et les Expos 2.0 https://ici.radio-canada.ca/sports/1159718/chronique-guy-daoust-baseball-montreal-partage-revenus-contrat-mike-trout Valérie Plante enthousiaste, mais prudente quant au retour du baseball à Montréal https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1160013/baseball-majeur-montreal-mairesse-valerie-plante Le retour du baseball à Montréal, entre rentabilité et acceptabilité sociale https://ici.radio-canada.ca/sports/1159949/baseball-montreal-expos-rentabilite-acceptabilite-sociale-nouveau-stade
  12. pendant ce temps là en Ontario, avec le gouvernement Ford, c'est 76% TC / 24% Routier ... gouvernement Ford... La mairesse était en entrevue à ce sujet ce matin à Gravel le matin : Entrevue avec la mairesse de Montréal Valérie Plante:Réaction au budget https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/gravel-le-matin/episodes/429888/audio-fil-du-vendredi-22-mars-2019/36
  13. ScarletCoral

    Expos coming back?

    https://ici.radio-canada.ca/sports/1159810/denis-coderre-confiant-retour-baseball-montreal-expos Denis Coderre ne doute pas du retour du baseball à Montréal Publié aujourd'hui à 17 h 07 Michel Chabot À quelques jours des désormais traditionnels matchs des Blue Jays de Toronto au Stade olympique de Montréal, le dossier du retour des Expos revient sur le tapis. Et l'ancien maire Denis Coderre a bien voulu donner ses impressions sur le dossier baseball, un sport qui le passionne particulièrement. Monsieur Coderre s’est éloigné de la scène publique depuis sa défaite aux élections municipales de l’automne 2017 et il en a profité pour se refaire une santé. Depuis quelques mois, il s’astreint à un entraînement de boxe au gymnase d’Ali Nestor et sa transformation physique est remarquable. L’homme a fondu de près de 100 livres. Mais il n’a rien perdu de sa verve et de son enthousiasme. Il ne s’est d’ailleurs pas fait prier pour commenter l’éventuelle résurrection des Expos, l'un de ses chevaux de bataille lors de son mandat amorcé en 2013. « Ce n’est pas si, mais quand », rappelle-t-il d’abord quant à sa certitude que le baseball majeur reviendra s’installer à Montréal, comme il le clamait alors qu’il dirigeait la métropole québécoise. « Montréal a gagné la bataille de la crédibilité, Montréal est une ville de baseball », poursuit-il. « On a la population, on a la communauté d’affaires, on a tout ce qu’il faut en termes d’infrastructures pour être ce qu’on veut devenir. Il n'en tient qu'à nous de gérer notre ambition. » - Denis Coderre, ancien maire de Montréal Selon lui, les investisseurs menés par Stephen Bronfman mènent leur dossier de façon impeccable. « Je leur rends hommage, il y a un plan de match et ils le suivent du début à la fin, estime l’ancien ministre fédéral des Sports. Si on va trop vite, il risque d’y avoir des contrecoups. Il faut être patient. » L’ex-maire dit ne pas vouloir s’impliquer dans le processus pour laisser les gens en place, dont la mairesse Valérie Plante, faire leur travail. Mais il ne s’en cache pas, il ciblait le bassin Peel comme futur site du nouveau stade. « C’est clair que pour moi, le bassin Peel c’était important et intéressant. Ça prend un stade au centre-ville, ça prend un trait d’union entre Griffintown et le Vieux-Montréal et l’axe René-Lévesque/Robert-Bourassa. » Denis Coderre rappelle que le groupe Bronfman n’a pas demandé de financement pour la construction du stade, mais que les différents gouvernements devront s’impliquer d’une façon ou d’une autre dans cette aventure. « C’est sûr qu’il y a des services qu’on devra donner, estime-t-il. Si on crée un environnement pour la question du divertissement qui s’y rattache, il faut s’assurer que les gens se rendent là. « Il y a un partenariat qui va arriver, mais ça ne veut pas dire que tu finances le sport professionnel. Comme toute industrie, tu t’arranges pour qu’il y ait un écosystème où chacun peut jouer son rôle. » - Denis Coderre Avant de remettre les gants en préparation d’un combat d’un round qu’il livrera dans le cadre d’un événement à la fin mai, Denis Coderre lance cette autre déclaration : « Le sport, ça crée des jobs, ça crée de l’engouement et pour moi c’est un antidote contre le cynisme et un outil de prévention. On sauve des vies par le sport. On a besoin de modèles et le baseball fait partie de ça. » Avec la collaboration de Jean-François Poirier
  14. Selon Eater Montréal, le resto du Four Seasons, Marcus, devrait ouvrir d'ici le 1er juin en même temps que l'hôtel https://montreal.eater.com/2019/3/21/18272022/montreal-restaurant-bar-cafe-openings-spring-2019
  15. Les designs proposés sont dans l'entête du fil sur le matériel roulant
  16. En même temps, Parcs Canada installent des nouvelles passerelles qui rappellent la forme du pont tournant. Je ne comprends pourquoi cette agence fédérale n'a pas été plus exigente envers la CDPQ, surtout que le canal de Lachine est un site « historique national » .. Sur la page FB de J'aime Griffintown :
  17. Pauvre gens qui ont acheté au District Griffin sur Peel avec ça dans la face... Déjà que ça semble immense entre Montréal et l'IDS Il y a un dégagement de 5,3 m pour la portion dans Sainte-Anne-de-Bellevue selon le document présenté en février 2018 https://rem.info/sites/default/files/document/H355608-00000-121-230-0008VF.pdf Je ne sais pas si ce dégagement s'applique au canal et au pont qui sera construit au dessus de la rue de la Commune
  18. J'ai retrouvé la publication de @cprail qui avait publié l'image qui parlait d'ouvrages d'art distinctifs en parlant du bâtiment-pont et du pont tournant...
  19. Il va vraiment y avoir cette grosse patente blanche au dessus du canal? Et que se passe-t-il avec le pont du canal qui était supposé avoir un design particulier qui fit avec le décor autour dont la tour d'aiguillage Wellington et le pont tournant?
  20. Est-ce en raison du type de sol? Dans le sud-ouest de l'île, le sol est assez humide. On n'a qu'à penser à certains projets dans Griffinton et dans le Faubourg des Récollets. Peut-être que les poutres sont plus résistants s'il y a des mouvements dans le sol? 🤔 J'ai demandé à Google et je suis tombée sur ceci sur le site de WSP (ex Genivar) : https://www.wsp.com/fr-CA/services/methodes-de-construction-de-ponts « La méthode très mécanisée de lancement de pont par poussage se traduit généralement par une succession de mises en place de travées. Elle sert à la construction de ponts à poutres continues en béton ou de ponts à poutres d'acier. Cette méthode s'applique également au lancement de travées de ponts bow-string ou à poutres d'acier en treillis, s'ils sont entièrement assemblés avant leur lancement, ainsi qu'à la construction de ponts à haubans de petite et moyenne envergure. Même si le poussage ne se qualifiera jamais au titre de technique la plus économique de construction de pont, il offre tout de même d'autres avantages lorsqu'on l'emploie dans des circonstances appropriées, comme pour franchir des obstacles inaccessibles ou des milieux devant être préservés. Parmi les atouts les plus significatifs des ponts poussés : peu de perturbation du milieu environnant, aucun appui provisoire à construire, surface réduite d'assemblage de la superstructure et sécurité accrue des travailleurs, puisque le travail est effectué depuis la rive.» Sinon, il y a ceci qui explique étape par étape comment un pont est construit avec des voussoirs http://www4.ac-nancy-metz.fr/lyc-emanuel-here-laxou/Lycee_Emmanuel_Here/CPGEATS/Doc_GenieCivil/3 - Les ponts construits par encorbellement.pdf
  21. ScarletCoral

    STM: SRB Pie-IX

    https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/reportage/110422/pie-ix-ecoles-eleves-enfants-securite Travaux du SRB : les détours de trajets d'autobus inquiètent la CSDM PUBLIÉ LE LUNDI 18 MARS 2019 La ligne d'autobus 139 passe maintenant devant deux écoles. Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard En raison des travaux du Service rapide par bus (SRB) Pie-IX, trois lignes d'autobus de la Société de transport de Montréal (STM) sont détournées du boulevard Pie-IX et empruntent à la place la 24e Avenue. Ce trajet les fait passer devant deux écoles et menace la sécurité des élèves, estime la Commission scolaire de Montréal (CSDM). L’École primaire Saint-Noël-Chabanel accueille 1100 élèves. Les passages fréquents d’autobus devant l’école inquiètent énormément l’enseignante Julie Vallée. Elle souligne que bien des enfants qui fréquentent l’école sont des immigrants qui ne connaissent pas encore le français. Je ne suis pas certaine qu’ils ont le bagage, l’autonomie pour pouvoir traverser en suivant les indications, dit-elle. On essaie de le leur enseigner, mais je ne pense pas qu’ils soient rendus là dans leur développement. « Nos enfants, ce ne sont pas des souris. On n’attendra pas qu’un enfant se fasse écraser pour réaliser que ça n’a pas de bon sens. » -Julie Vallée, enseignante La directrice de l’École Saint-Noël-Chabanel, Maryse Maheu-Dion, ne comprend pas le choix de la STM de faire passer les autobus par la 24e Avenue. Elle souligne qu’avec les autobus scolaires et les voitures des parents d’élèves, il y a déjà beaucoup de circulation dans cette rue. Maryse Maheu-Dion raconte que, lorsqu’elle a interrogé la STM sur les raisons de ce choix, on lui a répondu que c’était le meilleur trajet pour les usagers de l’autobus. Ce que j’en conclus, c’est que le transport a choisi de favoriser le confort des usagers au détriment de la sécurité des élèves, s’indigne-t-elle. De son côté, la porte-parole de la STM, Amélie Régis, précise qu’il n’était pas possible d’offrir une autre option aux usagers de l’autobus, notamment en raison des personnes à mobilité réduite qui ne peuvent parcourir une longue distance pour se rendre à l’arrêt. Elle ajoute que diverses mesures de sécurité ont été adoptées, dont l’ajout de policiers devant les écoles et d’arrêts aux intersections. Nos chauffeurs sont des experts de la route, rappelle Amélie Régis. Ils ont l'habitude de conduire dans un milieu urbain. La CSDM, quant à elle, déplore de ne pas avoir été consultée ni avertie du changement de trajectoire des autobus. En aucun temps, la STM ou l’arrondissement n’a communiqué avec nous, affirme sa vice-présidente, Marie-Josée Mastromonaco. Les autobus de la STM devraient passer sur la 24e Avenue jusqu’en 2022, date prévue de la fin des travaux du SRB. En hiver, toutefois, ils emprunteront leur trajet habituel en raison de la suspension des travaux.
  22. Des photos des poutres sur le site du REM https://rem.info/fr/actualites/atelier-pointe-saint-charles
  23. Dans les commentaires sous la photo, Jeremy Filosa, le journaliste sportif du 98.5, qui essaye de savoir où sera la station
  24. Nouvel appel d'offre pour la réfection de la rue William dans SEAO : Appel d’offres : 423910 Descriptif : Réfection des infrastructures des rues William entre Canning et Guy et Canning entre Notre-Dame et William - Griffintown Lot #5A
  25. Le réaménagement de la Promenade Smith a été décidé bien avant que l'idée du REM ne germe. Le concours pour son réaménagement a été lancé en 2011!