ScarletCoral

Moderator
  • Content Count

    5,564
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    21

Everything posted by ScarletCoral

  1. https://montrealgazette.com/business/local-business/risk-and-reward-in-the-quartier-des-lumieres-revamp-of-centre-sud Risk and reward in the Quartier des lumières revamp of Centre-Sud Groupe Mach promises to prioritize the community’s needs, but city officials remember the lessons of Griffintown, saying it 'is the perfect example of what not to do.' FRÉDÉRIC TOMESCO Updated: August 17, 2019 One of Montreal’s poorest neighbourhoods is on the cusp of an extreme makeover, and area residents and city officials are intent on making sure the developers avoid the mistakes of the past. Local property firm Groupe Mach Inc. is one of three sets of investors planning to redevelop vast plots of land in Centre-Sud, the district at the eastern edge of downtown that sits a stone’s throw from the Jacques-Cartier Bridge. Together, the projects represent billions of dollars of proposed investments and possibly thousands of new jobs that will change the face of the neighbourhood over the next two decades. They also come with risks — among others, the proliferation of multi-storey buildings that would heighten congestion issues in the area while further isolating Centre-Sud residents from the St. Lawrence River. Mach, the owner of the Sun Life Building and the former Tour de la Bourse, is planning to spend up to $1 billion in three phases to develop what it calls Quartier des lumières — a 4.5-million square-foot (418,000 square-metre) “live-work-play” project anchored by a refurbished Maison de Radio-Canada, the iconic hexagonal tower on René-Lévesque Blvd. Condos, rental units and offices would all be built nearby, as would myriad shops, a supermarket, a public park and even a primary school. “We have the chance now to transform the heart of the city — and to do it with today’s vision,” Christopher Sweetnam Holmes, vice-president of real estate development at Groupe Mach, said in a recent interview. “We have this big site, which comes with a big responsibility. We as a company want to be there for the long run, so what can we do to really transform the city for the better?” Centre-Sud and the area immediately around Radio-Canada, once known as Faubourg à m’lasse, have a long history of painful transformations. Starting in the 1920s, the Faubourg was scarred by no fewer than three major urban projects — the construction of the Jacques-Cartier Bridge, the creation of the urban boulevard now called René-Lévesque, and the erection of Maison de Radio-Canada in the early 1970s. Along the way, the working-class neighbourhood lost many of the two- and three-story houses that defined its architectural signature. Centre-Sud’s average after-tax household income of $44,343 falls well short of the $61,682 average for the island of Montreal, according to Statistics Canada data compiled by Centraide. Thirty per cent of Centre-Sud residents are deemed to be “low income,” compared with 21 per cent for all of Montreal. Single-parent families make up 46 per cent of all households in the neighbourhood, well above the 33 per cent average for the island, the data also show. Quartier des lumières is the biggest of the three projects destined to reshape downtown Montreal’s southeastern end. In June, local firms Montoni, Groupe Sélection and Fonds immobilier de solidarité FTQ acquired another nearby landmark, the Molson brewery on Notre-Dame St., pledging an “innovative and inclusive” redevelopment that would include more than 4,000 housing units and a supermarket. As part of the deal, the new owners agreed to transfer a portion of the land to the city to enable the construction of a park and a school. A third player, Montreal-based Prével, is working to redevelop a 400,000-square-foot site just east of the Jacques-Cartier Bridge via a mixed-use project that the firm says will feature public and green spaces and “promote a true sense of community.” With Radio-Canada and the CBC set to move to brand new facilities right next door in July 2020, construction on the first phase of Quartier des lumières, which is estimated to cost about $400 million, could begin as soon as next year. Delivery would occur as early as 2023. Centre-Sud and the area immediately around Maison de Radio-Canada, once known as Faubourg à m’lasse, have a long history of painful transformations. MACH/LEMAY Mach’s plan calls for Maison de Radio-Canada to be transformed into an office tower that could also feature a hotel. At least two other office towers would be built nearby if all three phases of the project are completed. All told, Mach estimates the project could add as many as 6,000 residents to the neighbourhood. About 10,000 people could flock to the area on a daily basis to work in the new office space. Things didn’t go so well the last time one of Montreal’s central districts was given a revamp. Griffintown’s dense forest of condo towers may have worked wonders for city coffers, bringing in property tax dollars, but the neighbourhood’s transformation over the last 15 years has also highlighted the flagrant lack of parks, public schools and affordable housing options in the area. It took until June for Quebec’s education ministry to finally allocate funding to the Commission scolaire de Montréal (CSDM) — the city’s largest school board — that will allow a new elementary school to be built in Griffintown. Mayor Valérie Plante, who often talks up social diversity as a strength that contributes to quality of life, has acknowledged that the lessons of Griffintown must be learned before other areas of the city are redeveloped. Griffintown “is the perfect example of what not to do,” Robert Beaudry, the member of the city’s executive committee responsible for economic development, said in an interview. “Today, Montreal is densifying and we can no longer build by accident. We want services and green spaces. We have to think about schools. We don’t want Montreal to be a city for one type of resident. And there is no better time than now, when these developments are being planned, to speak up.” That’s a view shared by François Bergeron, head of Corporation de Développement Communautaire Centre-Sud, a coalition of community groups that cater to residents of the neighbourhood. Mach is planning to spend up to $1 billion in three phases in the Quartier des lumières development.MACH/LEMAY Griffintown “was done too fast, without any vision,” he said. “This must be avoided here.” Mach insists it has taken note of Griffintown’s shortcomings. For starters, Quartier des lumières’ residential component will not only include condos and rental apartments, but also 600 social housing units that will be transferred to local non-profit housing corporations upon completion. Of the 3,000 rental apartments and condos, 400 will be priced “affordably,” Sweetnam Holmes says. Bergeron lauds Mach’s initiative, saying he’s never seen a developer plan for social housing in the first phase of a development project. “Usually developers tack on social housing right at the end, in the least desirable part of the project,” he said. “That’s not the case here.” In a neighbourhood that features few green spaces, Mach plans to build a 56,000-square-foot public park directly in front of the Radio-Canada tower, while creating pedestrian links across the whole area. De la Gauchetière, de la Visitation and Panet Sts. would all be extended to improve pedestrian access. Mach also has set aside about 40,000 square feet for community spaces. Those could be used to build a public library or meeting rooms for various social groups, Sweetnam Holmes said. For all these reasons, Montreal is broadly on board with Mach’s project. “Mach is a good partner, and we see the redevelopment of Radio-Canada as a good thing,” Beaudry said. “The same is true for the Molson site. We established a good dialogue on what we were looking for in terms of urban planning, social housing and services such as shops.” Quartier des lumières was recently awarded the Fitwel Community standard by the New York-based Center for Active Design. The standard recognizes “people-oriented” communities that promote mental and physical well-being though features such as bike paths and access to open spaces. Commercial space features prominently in Mach’s plans. Radio-Canada’s underground studios will be demolished and replaced by a supermarket and big-box stores devoted to home renovation and possibly furniture. Most of the retail space in the tower will be below street level, in what Sweetnam Holmes calls the “iceberg strategy.” “People in the community want big-box stores here,” said Bergeron. “For the longest time, Centre-Sud had very few food stores. Things have started to change recently, but there is still a need for more.” Last but not least, Mach has also reserved space for a school in one of the residential towers it plans to build, subject to sign-off from the provincial education ministry and the CSDM. The school would occupy several floors, with its yard located atop commercial space — an unusual setup for Montreal, but already tried in cities such as Barcelona, Hamburg and Los Angeles. Groupe Mach says it has reserved space for a school, based on a model used in Hamburg, pictured here, and other cities. COURTESY OF MACH/LEMANY “We’re willing to wait for them, because we know it’s a bit different than what they are accustomed to,” Sweetnam Holmes said in reference to the education ministry and the CDSM. “I know there is an openness from them to make this work. We are hoping they will be ready to join us on that.” Quebec has yet to receive any funding request from the school board regarding a school on the Radio-Canada site, Catherine Major, a spokeswoman for the education ministry, said in an emailed response to questions. CSDM would need to demonstrate it needs the space and designate the project as a priority, she said. CSDM president Catherine Harel Bourdon wouldn’t specifically comment on the merits of the Mach project, saying the school board doesn’t want to be seen to favour one promoter over another. Still, she said, it’s “great news” to see that several developers are offering to build schools in Centre-Sud and the downtown area as a whole. “It’s clear that we are going to need a new primary school, and possibly even two, given all the new housing units that are being planned in the area,” Harel Bourdon said in a telephone interview. “Will the school be on the Molson site, next to Radio-Canada or on another piece of land that we might acquire? It’s impossible to say at this stage.” As it turns out, Centre-Sud won’t be alone in getting a facelift — so will Maison de Radio-Canada. “We had originally hoped we could keep the cladding of the tower, but we did a number of studies and we found that it’s in a terrible state,” Sweetnam Homes said. Mach is currently working with architects to find a suitable material, he said. While he’s heartened by many elements of Mach’s “total neighbourhood” project, Bergeron at CDC Centre-Sud said it’s still unclear whether Quartier des lumières will help solve a shortage of family housing in the area. He’s also wary of how the project will affect the demand for public transit, and on how the new buildings will affect sightlines for neighbourhood residents — more specifically, views of the river. “Developers are developers, and you can’t forget they are doing this to earn a return,” he said. “So we are going to be vigilant and we will keep tracking this development. Mach is going to remain the owner of the project, which means they are here for the long-term — but so are we.”
  2. 1810, rue Basin Le terrain a été vendu en mai selon le registre foncier (pour 20 M$ selon une source) L'adresse postale correspond à l'entreprise Omnia Technologies, la même entreprise qui a acheté le terrain de la Maison Benoit-Labre sur Young C'est le promoteur du Enticy et du Centra, et du Snowdon. Selon le PPU, la hauteur max de ce terrain est de 25 mètres (8 étages). Usages permis : Résidentiel (H.6), Commercial (C.2c) et Industriel (I.3) Ça pourrait p-ê changer avec les consultations pour Griffintown Ouest
  3. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2362895/la-facture-du-reamenagement-de-la-plaza-saint-hubert-pourrait-grimper-a-60-m/ 6:23 16 août 2019 Par: Zacharie Goudreault Métro La facture du réaménagement de la Plaza Saint-Hubert pourrait grimper à 60 M$ La Ville de Montréal entend réclamer un montant additionnel de 5 M$ à Québec afin de financer le réaménagement de la Plaza Saint-Hubert. La facture totale du projet pourrait ainsi grimper à 60 M$, a constaté Métro. Cette demande d’emprunt fera l’objet d’un avis de motion pendant la prochaine séance du conseil municipal, qui aura lieu le 19 août. «En cours de projet, les prix soumis lors de certains appels d’offres se sont avérés plus élevés qu’estimés», indique un document décisionnel de la Ville. Cela serait attribuable à la présence de nombreux chantiers en cours à Montréal, une situation qui peut «faire augmenter les coûts de certains travaux d’infrastructures et d’aménagement de surface». «En conséquence, un ajustement au budget de 5 000 000$, soit de 9% du budget initial, est demandé», précise le document. Déjà, en mars 2018, l’estimation de la facture du projet de réaménagement avait gonflé de 6 M$, passant de 49 à 55 M$. Une hausse principalement attribuable au fait que l’administration de Valérie Plante avait modifié le projet initial pour y intégrer des trottoirs plus larges où seront plantés quelque 200 arbres afin de lutter contre les îlots de chaleur. L’adoption officielle de cet emprunt est prévue pendant la séance du conseil municipal du 16 septembre. Le gouvernement Legault sera ensuite appelé à approuver celui-ci. Compléter les travaux Les travaux encore en cours sur cette artère commerciale sont concentrés entre les rues Saint-Zotique et de Bellechasse. Ceux-ci comprennent entre autres le remplacement de la marquise et du réseau d’aqueduc. La plantation d’arbres sur les trottoirs élargis, l’aménagement d’une place publique verdie et l’ajout de mobilier urbain sont par ailleurs prévus d’ici l’automne 2020. Au terme de ce réaménagement, la Plaza Saint-Hubert, située dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, ne comptera plus qu’une seule voie partagée entre les automobilistes et les cyclistes. La limite de vitesse devrait y être limitée à 20 km/h.
  4. Proposition folle qu'on peut voir à la Biosphère Une rappel du Seoullo 7017 de Séoul! Sur la page FB d'Albert Mondor Créer un grand potager/verger urbain sur l’autoroute métropolitaine Ma formidable équipe et moi avons créé un projet fou appelé Metropoligne 40 ayant pour but d’enfouir les voies de circulation automobile sous l’actuel tronçon surélevé de l’autoroute métropolitaine compris entre la rue Saint-Laurent et le boulevard Pie IX et de rénover cette structure suspendue afin de la transformer en un magnifique potager/verger urbain. L’aménagement comestible créé sur cette structure sera essentiellement accessible aux piétons et aux cyclistes. Comme la MetropoLigne 40 fera trois kilomètres de longueur, ses diverses portions seront reliées par un train léger (monorail) électrique. L’agriculture urbaine occupe une place prépondérante dans le concept de la MetropoLigne 40 puisque l’objectif est de créer sur cette infrastructure le potager/verger urbain suspendu le plus important de la planète. Environ 50 tonnes de tomates et plus de 2 millions de pommes, de poires et de prunes seront récoltées chaque année sur la MetropoLigne 40. Ce jardin nourricier subviendra donc aux besoins alimentaires d’une importante partie de la population montréalaise. Au milieu du 19e siècle, plusieurs terres où passe actuellement l’autoroute métropolitaine étaient occupées par des fermes où l’on cultivait de nombreuses plantes légumières et fruitières. À cette époque, on retrouvait environ 1400 agriculteurs à Montréal. La terre était tellement fertile qu’on disait de l’île de Montréal qu’elle était alors le jardin du Canada. Il y a 150 ans, Montréal était garnie de vergers et de jardins dans lesquels on produisait des végétaux excellents et variés dont des fraises savoureuses et le fameux melon de Montréal, servi dans les grands hôtels de New-York. Dans les vergers, il semble que l’on cueillait surtout des pommes mais également des prunes et des abricots. On retrouvait même des vignobles sur le mont Royal. Afin de recréer ce grand potager et verger que fut autrefois Montréal, en plus de végétaux nectarifères attirant les insectes pollinisateurs, diverses plantes légumières et fruitières seront massivement cultivées sur la MetropoLigne 40. Une place importante sera également réservée aux variétés de fruits et de légumes que cultivaient nos ancêtres venus d’Europe et issus des peuples des Première Nations. L’élevage d’animaux, tels que les abeilles, les poules et les chèvres, sera également pratiqué sur la MetropoLigne 40. L’aquaculture en eau recirculée, l’élevage d’insectes pour fabrication d’aliments, l’algoculture (culture d’algues riches en protéines) et la myciculture (culture de champignons) se feront sous le tablier de cette structure suspendue. Un marché où seront vendues les denrées comestibles produites dans ce parc linéaire sera ouvert au public. Combiné à un centre de renseignements et d’interprétation de la MetropoLigne 40, ce marché sera situé dans l’arrondissement Saint-Michel, à proximité de l’actuelle Tohu. Afin que ce parc linéaire soit le plus accessible possible par les citoyens, nous prévoyons la construction de nombreux ascenseurs, escaliers et passerelles donnant accès à la MetropoLigne 40 à partir des quartiers Ahuntsic, Saint-Michel et Villeray. Des passerelles donneront aussi accès directement à certains édifices très achalandés érigés près de cette structure. Il y aura également un lien entre la MetropoLigne 40 et le Parc Frédéric-Back. Places, belvédères, cafés et restaurants – dans lesquels seront servis les produits frais récoltés sur place – seront construits sur la MetropoLigne 40 afin de favoriser les rencontres et les relations entre les citoyens. De plus, diverses oeuvres d’art d’artistes locaux et canadiens seront installées dans ce parc linéaire. La MetropoLigne 40 permettra à Montréal de se distinguer sur la scène internationale et, surtout, de rassembler ses citoyens autour d’un projet utile et novateur dont ils seront fiers, et répondant aux immenses défis environnementaux du 21e siècle. Ce projet bénéfique à maints points de vue nous permettra de redéfinir notre vision des infrastructures urbaines et d’enrichir notre définition des espaces verts. Malaka Ackaoui, architecte paysagiste et urbaniste, Valéry Simard, architecte paysagiste, Bertrand Dumont, horticulteur, Philippe Lupien, architecte et architecte paysagiste, ainsi que moi-même, Albert Mondor, biologiste et horticulteur, ont conçu ce formidable projet de MetropoLigne 40. Cette proposition est actuellement présentée dans le cadre de l’exposition MTL+ à la Biosphère.
  5. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2362774/ligne-rose-ladministration-de-marc-demers-rejette-une-proposition-pour-inclure-laval/ Ligne rose: l’administration de Marc Demers rejette une proposition pour inclure Laval 12:23 16 août 2019 Par: Zacharie Goudreault Métro L’administration de Marc Demers ne demandera pas à la Ville de Montréal de se pencher sur l’ajout d’une station à Laval dans le tracé de la ligne rose du métro actuellement à l’étude. L’avis de proposition du parti Action Laval a été rejeté cette semaine. «Il ne faut pas arrêter à Montréal-Nord. Il faut traverser et aller à Saint-Vincent-de-Paul», a martelé vendredi en entrevue à Métro le conseiller de ce district situé dans l’est de Laval, Paolo Galati. Mardi, les élus de Laval ont été appelés à débattre en séance du conseil municipal d’un avis de proposition du parti Action Laval qui avait d’abord été présenté aux élus en juillet. Celui-ci recommande à l’administration du maire Marc Demers de demander au Bureau de projet de ligne rose mis en place par l’administration de Valérie Plante l’an dernier d’étudier la possibilité que cette ligne de métro traverse la rivière des Prairies pour se rendre jusqu’au district de Saint-Vincent-de-Paul. Ce prolongement de quelques centaines de mètres par rapport au tracé initial permettrait de «donner à la population de l’est de Laval et de la Couronne Nord un accès convenable à la ligne rose projetée», mentionne l’avis de proposition. Cette demande a toutefois été rejetée mardi par la majorité au pouvoir à Laval. «Ils ont mis les intérêts politiques avant les intérêts des Lavallois», déplore aussi le conseiller du district de Saint-Bruno, David De Cotis, en référence aux élus du Mouvement lavallois. Selon l’élu d’opposition, il est «illogique» que l’administration municipale s’oppose à cette proposition. «L’est de Laval est vraiment négligé. On n’a pas vraiment de transport en commun.» -David De Cotis, conseiller du district de Saint-Bruno Un projet «hypothétique» Le projet de la ligne rose, qui est également étudié par l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), en est encore à l’étape d’avant-projet. Le projet mis de l’avant par Projet Montréal lors des dernières élections municipales prévoyait une ligne diagonale de 29 stations reliant Montréal-Nord à Lachine en passant par plusieurs quartiers centraux. Jusqu’à maintenant, seul le «tronçon ouest» de la ligne rose entre Lachine et le centre-ville a fait l’objet d’un engagement politique concret de la part de Québec. C’est d’ailleurs en raison de l’aspect très hypothétique de ce projet que l’administration de Marc Demers a rejeté la demande du parti Action Laval. «La particularité de la ligne rose, c’est qu’elle n’a pas été priorisée par le gouvernement du Québec. Il n’y a pas de volonté forte du gouvernement du Québec pour réaliser la ligne rose dans son intégralité», a souligné à Métro le conseiller du district de Saint-François et membre du Mouvement Lavallois, Éric Morasse. Celui-ci a par ailleurs rappelé que le Service rapide par bus (SRB) du boulevard Pie-IX, dont l’entrée en fonction est prévue à l’automne 2022, «va apporter une bonification importante du transport en commun dans le secteur Saint-Vincent-de-Paul», notamment en reliant Laval à la ligne verte du réseau du métro. «Laissons construire ce projet-là avant de s’éparpiller dans d’autres projets […] On ne peut pas tout faire en même temps», a ajouté M. Morasse, qui est également président du conseil d’administration de la Société de transport de Laval (STL). En plus du projet de la ligne rose, plusieurs projets sont actuellement étudiés par l’ARTM. Ceux-ci comprennent entre autres le prolongement de la branche ouest de la ligne orange à Laval ainsi que la création d’un lien entre Longueuil et Brossard par le boulevard Taschereau.
  6. https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/parc-frederic-back-environnement_qc_5d531790e4b05fa9df060560 Le parc Frédéric-Back, un exploit de réhabilitation environnementale La mairie de Valérie Plante a annoncé l'investissement de 8,5 millions $ pour deux nouveaux secteurs du parc Frédéric-Back, ce 14 août 2019. Par Étienne Brière 15/08/2019 15:30 EDT Faire revivre sa région en plantant des arbres, telle était la morale du film «L’homme qui plantait des arbres» de Frédéric Back. Le parc qui porte le nom du célèbre illustrateur, montréalais d’adoption, est en quelque sorte une métaphore de cette prémisse. Situé sur un site qui fût tantôt la carrière Miron, tantôt un dépotoir, le parc Frédéric-Back est un véritable exploit de réhabilitation environnementale. Ce parc est le premier du genre puisqu’il est assis sur près de 40 millions de tonnes de déchets, qui ont été enfouis à cet endroit à travers les années. L’immense parc qui fait le pont entre les arrondissements de Villeray-Parc Extension-Saint-Michel et d’Ahuntsic—Cartierville n’est pas encore complètement ouvert à la population. D’ici la fin des travaux qu’on prévoit pour 2025, le site de 153 hectares offrira aux utilisateurs différents éco-systèmes allant de plaines, à un secteur boisé, en passant par d’immenses falaises rappelant les côtes anglaises. Pour l’instant, seulement une partie de la section boisée est ouverte en plus d’une piste qui fait le tour du site au complet et du Parvis Papineau. Le 14 août 2019, la Ville de Montréal a annoncé un nouvel investissement de 8,5 M$ pour les secteurs Iberville Nord et de la Plaine Est du parc. Ces nouvelles sections devraient être ouvertes au public au printemps 2021. Au delà de son immensité, le parc impressionne par ses particularités que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. C’est même une exception nord-américaine puisque ce parc est construit sur de la matière «active» - qui produit des gaz avec un sol qui peut bouger. Dans la partie ouverte actuellement au public, on se retrouve plongé dans un environnement si calme qu’on ne pourrait croire que l’on se trouve en pleine ville, si ce n’étaient les vues sur le Mont-Royal et le centre-ville. Un peu partout dans la partie ouverte, ce sont 54 sphères blanches dispersées ici et là qui retiennent l’attention et qui donnent au parc son cachet unique. Elles ne sont pas uniquement là pour le décor, mais ont une réelle utilité - et sont contrôlées 24 h sur 24h. ur savoir ce qu’il se cache sous ces sphères, regardez la vidéo http://bit.ly/2Z5ycwz
  7. Communiqué de la Ville au sujet du Centre d'histoire de Montréal (ou sous son nouveau nom Mémoires des Montréalais) http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31897 Jalon important dans la création de l'expérience muséale du MEM 16 août 2019 Montréal, le 16 août 2019 - Dans le cadre du concours pluridisciplinaire pour la création de l'expérience muséale inaugurale de Mémoires des Montréalais.es (MEM), le comité exécutif a octroyé, à l'entreprise GSM Project création inc, un contrat de réalisation du projet, d'une valeur de 1,16 M$. « L'octroi de ce contrat marque un jalon important dans notre démarche visant à offrir une expérience renouvelée aux Montréalaises et aux Montréalais par le biais du MEM. Il s'inscrit d'ailleurs en toute cohérence avec nos ambitions en matière d'accès au savoir et à la connaissance ainsi que de la reconnaissance de la culture comme quatrième pilier du développement durable », a indiqué Magda Popeanu, vice-présidente et responsable de la culture et de la diversité montréalaise au sein du comité exécutif. L'attribution de ce contrat s'inscrit dans une démarche de concours avec jury, composé de sept personnes issues de différents milieux culturels. Le processus visait à sélectionner une équipe sur la base d'une approche originale et distinctive, et en adéquation avec les attentes de la Ville, pour la conception muséale et le suivi de la réalisation du nouveau Centre d'histoire de Montréal (CHM) qui se métamorphose en Mémoires des Montréalais.es (MEM). Le MEM entend poursuivre la mission du Centre d'histoire de Montréal de façon renouvelée avec un espace culturel citoyen offrant une expérience muséale d'avant-garde et inclusive dédiée à la mémoire des Montréalaises et des Montréalais. Il misera sur le rôle de l'histoire dans le façonnement de l'identité montréalaise et du sentiment d'appartenance envers la métropole. Le MEM souhaite par la même occasion faire mieux connaître la richesse du patrimoine montréalais et créer une meilleure appropriation citoyenne. Centre d'histoire de Montréal Le Centre d'histoire de Montréal (CHM) a été créé en 1983 et installé dans une ancienne caserne de pompiers située dans le Vieux-Montréal. Depuis, sous l'inspiration du Museu da pessoa du Brésil (Musée de la personne), ses orientations muséales ont été redéfinies afin de se rapprocher davantage des citoyens et de rejoindre plus largement la population montréalaise dans le cadre d'une mission renouvelée. À la suite de diverses études de positionnement, il a été décidé de relocaliser le CHM au carré Saint-Laurent, au point zéro de la ville, à l'angle de la Main (le boulevard Saint-Laurent) et de la rue Sainte-Catherine. Il s'agit d'un positionnement stratégique qui permettra aux Montréalaises et Montréalais de raconter leur histoire et d'en mesurer l'impact sur le développement de la ville au fil de sa transformation. Les nouveaux espaces, trois fois plus vastes que ceux du Vieux-Montréal, seront consacrés à diverses expositions et à des aires d'accès publics proposant une programmation interactive et dynamique qui invite le visiteur à profiter des services et à renouveler par le fait même son engagement citoyen. Les nouveaux locaux hébergeront dès septembre les bureaux administratifs du musée. Les dépenses de ce contrat seront entièrement assumées par la Ville centre. Les travaux de réalisation du mandat par l'entreprise GSM Project création inc. débuteront cet automne. L'ouverture publique du MEM est prévue pour 2021.
  8. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2361423/grand-montreal-un-virage-vert-bien-entame-mais-couteux-pour-les-societes-de-transport/ 03:30 16 août 2019 Par: Zacharie Goudreault Grand Montréal: un virage vert «bien entamé», mais coûteux pour les sociétés de transport Le virage vert est «bien entamé» pour plusieurs sociétés de transport du Grand Montréal. La transition vers des bus entièrement électriques s’annonce toutefois coûteuse et ardue pour celles-ci, qui réclament un meilleur soutien financier d’Ottawa à la veille des élections fédérales. La Société de transport de Laval (STL) a dévoilé jeudi un des 10 autobus à recharge lente qui circuleront sur la première ligne 100% électrique du secteur dès l’automne 2020. Ces bus de 40 pieds auront une autonomie de 250 km avec une seule charge. «La tendance lourde, ce sont des bus à recharge lente qui peuvent faire une journée complète», explique à Métro le directeur principal du développement et de l’innovation à la STL, Pierre Lavigueur. Ce dernier estime d’ailleurs que les bus commandés par la société de transport disposent d’une autonomie suffisante pour «faire une aussi bonne job que ceux au diesel qu’on va pouvoir mettre au rancard». Une course vers l’électrification Alors que la STL, qui ne possède actuellement qu’un seul bus électrique, entend acheter seulement des véhicules zéro émission à partir de 2024, le Réseau de transport de Longueuil (RTL) se donne plutôt la cible de 2023. «On sait déjà dans quoi on se lance parce qu’on a le tiers de notre flotte qui est hybride actuellement», souligne le directeur général du RTL, Michel Veilleux. La société de transport de la Rive-Sud recevra d’ailleurs prochainement ses cinq premiers autobus électriques, a-t-il indiqué. Une technologie qui n’est «pas au point» L’organisme exo, qui gère entre autres les trains de banlieue du Grand Montréal, n’a pour sa part aucun plan à l’heure actuelle en matière d’électrification de sa vaste flotte de bus qui dessert plusieurs municipalités de la région. «En ce moment, la technologie des batteries n’est pas au point pour offrir ce service», a fait valoir Louis-André Bertrand, un porte-parole d’exo. Ce dernier a notamment souligné que les bus privés qui desservent les 237 lignes d’exo doivent parcourir de longues distances. Ils doivent aussi être en mesure d’aller à «grande vitesse» puisque le parcours de ceux-ci implique d’«aller sur l’autoroute». «Présentement, quand on fait des appels d’offres, [les transporteurs privés] répondent avec des modèles au diesel», a-t-il ajouté. L’organisme se montre toutefois confiant que «lorsque la technologie sera au point»,il deviendra alors «intéressant» pour les soumissionnaires de «proposer des modèles électriques» à exo. Un virage vert «bien entamé» La Société de transport de Montréal (STM) affirme quant à elle que son virage vert est déjà «bien entamé». Après avoir testé pendant plus de deux ans trois bus électriques à recharge rapide sur la ligne 36-Monk, la société de transport s’apprête à rendre celle-ci entièrement électrique dès l’an prochain en y ajoutant quatre véhicules électriques. Une trentaine d’autobus zéro émission à recharge lente seront par ailleurs entreposés dans le garage Stinson en 2020 et 24 autres circuleront sur le boulevard Pie-IX en 2022. La STM conserve toutefois comme cible officielle d’acheter seulement des bus électriques à partir de 2025. «La possibilité de 2023 est toujours présente, mais on croit beaucoup plus à 2025 pour plusieurs raisons», souligne la directrice exécutive du réseau de bus à la STM, Renée Amilcar. Les défis reliés à l’électrification sont en effet nombreux à la STM, qui possède une flotte de plus de 1800 bus hybrides et conventionnels. Les garages de la société de transport doivent notamment être modifiés afin de pouvoir «accueillir des bus électriques» et l’ensemble des chauffeurs et des employés d’entretien doivent recevoir une formation en lien avec l’utilisation de ces véhicules. Les bus zéro émission coûtent par ailleurs plus d’un million de dollars à l’achat, soit plus du double du prix estimé par la STM pour un bus au diesel. «Il est clair qu’à partir du moment où on prend la décision de faire un virage dans le respect de l’environnement, c’est à dire d’avoir un transport en commun propre avec des bus électriques, c’est un virage dispendieux. On ne le fait pas pour l’argent, on le fait pour sauver la planète et assurer une vie pas trop mal à nos petits.» -Renée Amilcar, directrice exécutive du réseau de bus à la STM Appui du fédéral Alors que les élections fédérales approchent à grands pas, plusieurs sociétés de transport contactés par Métro demandent à Ottawa d’investir davantage dans leur transition écologique. Actuellement, Ottawa finance seulement l’acquisition d’infrastructures de transport en commun alors que les coûts d’exploitation sont en hausse et pèsent de plus en plus sur les épaules des municipalités. «Le rythme qu’on voudrait réussir à suivre amène des exigences en termes de coûts d’exploitation, donc oui, ça va être requis que le gouvernement contribue à financer les coûts d’exploitation pour donner un peu de souffle aux municipalités», a souligné M. Lavigueur. «Sur les infrastructures et les véhicules, je peux vous dire qu’il y a des besoins d’investissements qui sont majeurs.» -Michel Veilleux, directeur général du RTL Par courriel, l’Autorité régionale de transport métropolitain a d’ailleurs indiqué qu’elle «sensibilise» les ordres de gouvernement «afin que soient bien évalués, identifiés et intégrés les coûts de développement et d’exploitation à l’étape de conception des projets».
  9. Dans l'Info-Travaux du REM https://rem.info/fr/info-travaux/travaux-preparatoires-gare-centrale Travaux préparatoires pour la construction de la future station Gare Centrale du Réseau express métropolitain PIÉTONNE ET CYCLISTE | DE NUIT UNIQUEMENT À partir du 20 août 2019 jusqu’à l’hiver 2020 En semaine et occasionnellement la fin de semaine Majoritairement de soir et de nuit Les travaux de soir et de nuit sont prévus de 19h à 5h. Il faut noter qu’en raison de la nature des travaux, ceux-ci ne peuvent être interrompus en cours d’exécution et doivent être complétés afin d’assurer l’intégrité des infrastructures existantes. Si cette situation se présente, la plage horaire sera prolongée pour finaliser les travaux entamés. Nature des travaux À partir du 20 août 2019, jusqu’à l’hiver 2020, les premiers travaux d’aménagement des locaux techniques et électriques, ainsi que du futur accès de la future station s’amorceront. Réalisés par le consortium NouvLR, les travaux seront répartis selon le calendrier suivant : À partir du 20 août, pour environ 1 semaine : Mobilisation du chantier À partir du 26 août, pour environ 3 semaines : Installation des aires de travail cloisonnées (local de l’ancien Bentley, une partie des bureaux de VIA Rail, stationnement de la gare) À partir de la mi-septembre, pour environ 3 mois : Travaux préparatoires (démolition partielle et relocalisation des services techniques et électriques) Des travaux pourront avoir lieu de jour, mais l’objectif reste de concentrer les travaux bruyants le soir et la nuit. D’autres infos-travaux suivront pour vous tenir informé des phases subséquentes. Impacts et mesures d’atténuation Du bruit et de la poussière seront engendrés par ces travaux. Afin d’assurer le respect des critères de bruit et de qualité de l’air auxquels le projet est assujetti, un suivi sera effectué par des experts en environnement. Des mesures d’atténuation pourront être mises en place au besoin. L’une des portes reliant le stationnement à la Gare Centrale sera fermée pour la durée des travaux. Nous vous invitons à utiliser les autres accès existants à cet effet. Quelques places de stationnement seront entravées pour permettre la réalisation des travaux. L’ensemble des commerces et tours à bureaux demeureront accessibles pendant les travaux, de même que le stationnement et les quais de livraison de la Gare Centrale. La carte suivante présente les zones de travaux prévues au sein de la Gare Centrale :
  10. Pont Saint-Jacques ouvert partiellement ce matin Sur le fil Twitter de Turcot
  11. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1262068/velo-bixi-electrique-jump-lime-montreal Les vélos BIXI électriques arrivent à Montréal Romain Schué 6 h 58 Malgré la concurrence de JUMP, BIXI compte déployer dans les prochaines semaines des vélos électriques dans les rues de la métropole, a appris Radio-Canada. Le prix, promet-on, devrait être attractif. Une centaine de vélos électriques seront disponibles, à la fois pour les abonnés de BIXI, mais aussi pour n’importe quel utilisateur. La date précise de mise en circulation n’est pas encore confirmée, mais BIXI et la Ville de Montréal visent un lancement avant l’automne, voire, au plus tôt, à la fin août. Des demandes d’autorisation et d’homologation sont toujours en cours. L’an passé, entre le 15 août et le 15 novembre, BIXI avait réalisé un projet pilote avec 40 vélos électriques dans les rues et 20 vélos électriques testés sur un circuit fermé, dans l’arrondissement Saint-Laurent. Ce test a été jugé extrêmement « concluant » par BIXI, qui a recommandé à la Ville de Montréal d’aller de l’avant pour l’achat de nouveaux vélos. Contrairement à ce projet pilote, où le prix de location était alors identique à celui d’un BIXI régulier (2,95 $ pour un trajet de moins de 30 minutes), le coût de location d’une telle bicyclette sera cette fois-ci « légèrement supérieur », confie un représentant de BIXI. « Il y aura une surcharge, mais ce sera beaucoup moins cher que JUMP », glisse-t-on, en référence à l’arrivée de cette filière d’Uber présente à Montréal depuis juin. Prix de location pour 30 minutes Vélo électrique JUMP : 9 $ Trottinette électrique Lime : 10 $ Vélo BIXI : 2,95 $ Contrairement cependant aux vélos JUMP, qui peuvent être déposés sur n’importe quel point d'ancrage, les vélos électriques BIXI devront être quant à eux laissés dans une station BIXI. Avec l’arrivée de ces vélos électriques, BIXI, qui a enregistré en 2018 plus de 5 millions de déplacements, compte ainsi poursuivre son expansion et permettre aux usagers de se déplacer plus aisément sur l’ensemble du territoire. Cette année, BIXI a ajouté 1000 nouveaux vélos et 60 stations, pour un total de 7250 vélos et 600 stations dans les 19 arrondissements de la métropole. Prochainement, l’organisme vise à atteindre la barre des 8000 vélos. Pour les vélos électriques, le nombre de véhicules sera ajusté selon la demande, assure-t-on. De son côté, Uber ne veut pas dévoiler le nombre précis de ses bicyclettes présentes dans Montréal. « Quelques centaines », indique-t-on. Une flotte maximale de 1000 vélos électriques en libre-service a été autorisée par la Ville. Casque obligatoire Pour utiliser un vélo électrique BIXI, l’utilisateur devra être âgé de 18 ans ou détenir un permis de cyclomoteur (dès 14 ans). Le port du casque sera obligatoire, comme pour les vélos JUMP et les trottinettes Lime. La vitesse sera quant à elle limitée à 32 km/h. Durant le projet pilote, ces engins ne pouvaient pas dépasser 25 km/h.
  12. La dernière fois que j'ai fait un tour dans le Super manège, il était encore rouge! Ça vibre toujours autant?
  13. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1262244/trottinettes-bird-lime-mobilite De nouvelles trottinettes pourraient bientôt être déployées à Montréal Romain Schué Publié à 17 h 20 Principale concurrente de Lime, l’entreprise américaine Bird compte déployer elle aussi son réseau de trottinettes électriques dans les rues montréalaises. Aucun dossier n’a cependant été encore formellement déposé auprès de la Ville. Des discussions ont néanmoins déjà eu lieu entre des représentants de Bird et de la Ville de Montréal au cours des dernières semaines, a appris Radio-Canada. La demande officielle de permis d’exploitation sera envoyée « très prochainement », souligne Stewart Lyons, le président de Bird Canada, au cours d’une entrevue téléphonique. Selon ce dernier, Montréal est une ville faite pour les trottinettes et « un grand succès » sera au rendez-vous. Son objectif? Une arrivée dans la métropole vers la fin du mois d’août ou au début du mois de septembre. Si l'administration municipale ne compte pas limiter, pour le moment, le nombre de permis qui pourraient être délivrés, cette échéance paraît cependant « moyennement réaliste », en raison des délais de traitement et garanties à obtenir, selon le cabinet de la mairesse Valérie Plante. Bird vise 250 trottinettes Alors que Lime a obtenu un permis pour exploiter 430 trottinettes électriques à Montréal, les visées de Bird sont, dans un premier temps, plus modestes. « On va commencer doucement, avec 250 trottinettes », mentionne Stewart Lyons, tout en précisant qu’un entrepôt a déjà été loué pour déposer prochainement ces trottinettes. Puisque le projet pilote permettant ces véhicules sans ancrage, en libre-service, se conclut le 15 novembre, Bird compte réévaluer ce chiffre pour 2020, en fonction également du nombre d’arrondissements qui autoriseront ces engins. Actuellement, seuls Ville-Marie, Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension et Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce accueillent ces trottinettes, tout comme la municipalité de Westmount. Ces trottinettes, qui ne peuvent pas circuler sur un trottoir, doivent être stationnées dans des zones précises, définies par un logo au sol. C'est un gros challenge, reconnaître Stewart Lyons. Ça pourrait être un problème, mais on va tout faire pour que ça n'en soit pas un. Bird avait déjà suivi les traces de Lime à Paris, en s’implantant dans la capitale française quelques semaines après l’arrivée de sa concurrente l’été passé. La firme californienne est également présente à Los Angeles, Chicago, Dallas, Détroit, Washington et, depuis peu, à Calgary.
  14. Communiqué de la Ville http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31895 Une nouvelle étape franchie vers le développement de la portion sud de l'Îlot Voyageur 15 août 2019 Montréal, le 15 août 2019 - La Ville de Montréal a octroyé un mandat à la Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM) afin de réaliser une étude de préfaisabilité qui lui permettra d'orienter et d'encadrer le développement de la portion sud de l'Îlot Voyageur. « Notre administration a la volonté de proposer un projet structurant dans la portion sud de l'Îlot Voyageur, qui saura répondre aux préoccupations urbaines, environnementales et sociétales des Montréalaises et Montréalais. L'idée de faire de cet endroit phare du Quartier latin un bâtiment à usage mixte nous anime et c'est pourquoi le pas franchi aujourd'hui est si important », a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante. « La localisation exceptionnelle de l'Îlot Voyageur, à proximité de la station de métro Berri-UQAM, de la Grande Bibliothèque, de l'Université du Québec à Montréal, de nombreuses salles de spectacles et du parc Émilie-Gamelin, en fait un lieu idéal pour contribuer à nos objectifs ambitieux en matière d'habitation sociale et abordable », a ajouté Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial, de l'habitation et du design au sein du comité exécutif. Le mandat de la SHDM comprend l'élaboration d'un programme fonctionnel et d'un budget, d'un avant-projet et d'une analyse de pré-faisabilité technique, la définition d'un nouveau zonage avec l'arrondissement de Ville-Marie, ainsi qu'un appel à manifestation d'intérêt pour le développement de la portion sud de l'Îlot Voyageur. Le projet à venir pourrait constituer un pôle civique avec la mairie d'arrondissement, les services à la population et les bureaux administratifs de l'arrondissement de Ville-Marie, ainsi qu'un pôle de bureaux administratifs. Il pourrait aussi inclure un volet social et abordable. L'analyse d'avant-projet devra proposer des solutions éprouvées et innovantes qui contribueront à la performance énergétique des bâtiments, à l'économie d'énergie et la protection de l'environnement. « La SHDM a développé une expertise unique dans la mise en valeur de sites urbains, en adaptant ses interventions à chaque situation et aux besoins spécifiques du quartier. Le mandat octroyé aujourd'hui par la Ville permettra de nous impliquer dans un secteur que nous connaissons bien. Le projet de l'Îlot Voyageur sera assurément une pièce maîtresse du Quartier latin et nous sommes très heureux d'y participer », a assuré Nancy Shoiry, directrice générale de la SHDM. Rappelons que la portion sud de l'Îlot Voyageur accueillera, à compter du 1er septembre, un projet pilote de livraison urbaine, dont l'objectif est de réduire l'impact environnemental du dernier kilomètre de livraison au centre-ville, grâce à des vélos cargos électrique
  15. https://montrealgazette.com/news/local-news/exclusive-c-d-n-n-d-g-buys-building-for-a-potential-school-in-crowded-le-triangle Exclusive: C.D.N.-N.D.G. acquires building for a potential school in crowded Le Triangle After three years of negotiations with its owners, the building — located at 5010 Paré St. — was sold for $9.1 million. MIA ANHOURY Updated: August 15, 2019 Le Triangle residential housing complex, seen in part, is home to 3,500 condo units, one of the largest residential developments in Montreal.PIERRE OBENDRAUF / MONTREAL GAZETTE The Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce borough officially acquired a building in the Triangle district on Wednesday that could become a new elementary school or community centre. After three years of negotiations with its owners, the building — located at 5010 Paré St. — was sold to the borough for $9.1 million. Montreal’s central city supplied the funding for the borough to acquire the building. A drastic revamp of the Triangle district has been in the works for more than a decade, and with 3,500 condominium units, many families have moved into the area. It is one of the largest residential developments in Montreal. However, there are no schools close to it — a sore point for many residents who have complained to the borough. “We have been hearing over and over again that there’s just no school in the area,” said Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce Mayor Sue Montgomery. She said residents clearly expressed their needs — which include a school and community spaces — when they moved to the borough. The district is home to 275 children under four, 260 children in elementary school and 375 teens in high school, according to the Commission scolaire de Montréal’s figures. The borough is discussing the possibility of turning the newly acquired building into a school with the CSDM. Although the building has been vacant, it had been used as a multicultural educational centre by CEGEP Marie-Victorin. The Triangle district was advertised as a transit-oriented development, meaning it is within walking distance of basic services and public transport. “It’s close to métros de la Savane and Namur, but unfortunately there’s no school, there’s no daycare and there are no grocery stores,” Montgomery said. “We’re trying to improve in terms of quality of life for people that are living there.” Residents were promised a school and green spaces when they bought their homes. The construction of a long-promised park and chalet at Victoria Ave. and Buchan St. started in 2017 and was supposed to be completed in 2018. “The park is just about finished,” Montgomery said. The missed deadline was partly caused by delays in acquiring the land earmarked for the park, which was owned by two high-end car dealerships. “The whole project, which was conceived in the past, was poorly planned,” said Montgomery, adding that a school and supermarket should have been included in the initial plan. “We’re just fixing these mistakes that were made in the past, because when I was there in 2017 campaigning for the election, I just couldn’t believe that such a development went up without any thought into services like schools, daycares and grocery stores.” Acquiring the building is a step in the right direction for the 40-hectare district. However, if the school doesn’t work out, Montgomery said what happens next is up for discussion, and one option is turning the building into a community space. “We have a real problem in our borough,” she said. “There is a big demand for community spaces, because we have a lot of active community groups. People are always looking for spaces to provide services. “People living in our borough need more than just a place to go home at night. They need community.”
  16. https://www.ledevoir.com/culture/560647/patrimoine-l-enseigne-d-archambault-retrouvera-sa-place-originale L’enseigne d’Archambault retrouvera sa place originale Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le retrait de l'enseigne Archambault en novembre 2018 avait suscité de vives inquiétudes quant à son avenir. Jérôme Delgado Avec Jean-François Nadeau 15 août 2019 Culture Moins d’un an après avoir été retirée de l’espace public, l’enseigne lumineuse Archambault Musique retrouvera son emplacement. Exactement le même, à l’angle des rues Sainte-Catherine et Berri. Son retrait en novembre 2018 avait suscité de vives inquiétudes quant à son avenir. La Ville de Montréal, par la voix de la mairesse, Valérie Plante, avait voulu se faire rassurante. Il n’était pas question de l’envoyer au dépotoir. Depuis, le mystère planait sur le sort de cet exemple de l’affichage urbain de la première moitié du XXe siècle. C’est à Châteauguay que ladite enseigne s’est retrouvée, sur le terrain et aux bons soins de la firme Enseignes Plus. Joint par téléphone, Denis Barbeau, président et propriétaire de l’entreprise, affirme être prêt « depuis longtemps » à venir remettre en place le précieux objet. Il n’attend que la confirmation d’une date. « On m’avait dit le 26 août. Puis la date a été repoussée. Ce ne sera pas avant septembre », confie-t-il. Le fabricant d’enseignes a restauré cet élément du patrimoine visuel montréalais, bien que selon lui, elle ne fût pas en si mauvais état. La structure verticale peut encore brûler de tous ses néons. Il en aura coûté 20 000 $ pour la remettre à neuf. Une facture pour réparer des enseignes de cet âge et de ce type peut monter jusqu’à 100 000 $, estime l’entrepreneur de Châteauguay. Il prétend que, dans le cas présent, Québecor et Renaud-Bray, les deux propriétaires successifs d’Archambault, se sont partagé les frais. Il a été impossible de confirmer cette information auprès des principaux intéressés. Propriétaire depuis 2015 des magasins Archambault, Renaud-Bray n’a pas voulu commenter le cas de la célèbre enseigne, ni même dire si l’entreprise a assumé une partie des coûts de restauration. « Ça ne nous concerne pas », dit Émilie Laguerre, directrice des communications chez Renaud-Bray et Archambault. Issue des années 1930, l’enseigne art déco a été retirée après l’acquisition de la marque Archambault par Renaud-Bray. Or, l’édifice situé à l’angle précis des deux artères est demeuré propriété de Québecor, qui y a installé sa radio numérique et d’autres branches de l’entreprise. Les véritables intentions du retrait de l’objet sont inconnues. La fonction d’identification du bâtiment semble néanmoins avoir primé sur une éventuelle valeur patrimoniale. « Il y avait trop d’enseignes [Archambault Musique à cet endroit], il fallait la retirer. La Ville a refusé qu’elle reste sur place », se souvient Denis Barbeau. Comme le magasin Archambault a conservé des espaces dans les édifices voisins, ses enseignes, plus petits de moitié si on se fie au nombre de dalles pour les soutenir, demeurent visibles. « L’arrondissement de Ville-Marie n’a aucun règlement qui empêche l’installation de l’enseigne Archambault sur le bâtiment, qui hébergeait autrefois Archambault, corrige Linda Boutin, de la Ville de Montréal. Le propriétaire actuel pourrait réinstaller l’enseigne à sa place d’origine sans faire de demande de dérogation à l’arrondissement. » Lors du retrait en novembre, plusieurs avaient manifesté leur appui au retour du panneau commercial. Président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau avait publié sur son compte Twitter une photo de l’immeuble concerné avec un message favorable à la présence de l’enseigne historique. La mairesse, Valérie Plante, avait émis ses inquiétudes sur le sort de l’objet et rencontré Philippe Archambault, le fils du dernier propriétaire de la famille, « afin de discuter de la préservation de nos symboles patrimoniaux ».
  17. 3629-3631, rue Saint-Catherine Est Source : Google StreetView Communiqué de la Ville http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31893 Stratégie de développement de 12 000 logements sociaux et abordables - La Ville de Montréal accorde une contribution financière de 2,3 M$ à l'organisme L'Anonyme pour offrir une meilleure qualité de vie à des chambreurs montréalais 15 août 2019 Montréal, le 15 août 2019 - Robert Beaudry, responsable de l'habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal, annonce une contribution financière de 2,3 M$ à l'organisme L'Anonyme. Ce soutien, annoncé en présence de Pierre Lessard-Blais, maire de l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, et de Sylvie Boivin, directrice générale de L'Anonyme, permettra d'acquérir et de rénover une maison de chambres située au 3629-3631, rue Saint-Catherine Est. Cette contribution de la Ville permettra de sécuriser l'achat de l'immeuble et de préserver la vocation d'une maison qui pourra offrir 14 chambres à des personnes dans le besoin. « L'approche de l'organisme L'Anonyme vise à stabiliser les occupants vulnérables en leur offrant un logement et en leur faisant connaître les ressources disponibles afin qu'ils puissent améliorer leur qualité de vie. Nous partageons cette approche pour les populations vulnérables, et nous sommes fiers d'avoir mis en place des outils de financement novateurs qui nous permettent d'appuyer de telles initiatives, dans l'esprit de solidarité et de mixité sociale qui caractérise Montréal », affirme Robert Beaudry, responsable de l'habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal. Ce projet novateur, développé en collaboration avec le Groupe de ressources techniques Bâtir son quartier, L'Anonyme et de nombreux partenaires communautaires et institutionnels, sera financé dans le cadre de la Stratégie de développement de 12 000 logements sociaux et abordables et du budget mis en place pour les projets hors-programmes. « C'est un projet extraordinaire. La sauvegarde des maisons de chambres est très importante. Ça va aider à sortir des gens de la rue et à offrir un toit à des personnes qui en ont grandement besoin. Et grâce à ça, on redonne de la dignité à des gens qui n'en avaient plus, ce qui a aussi un impact favorable dans le quartier. Je tiens personnellement à remercier et féliciter L'Anonyme pour cette grande réalisation », déclare Pierre Lessard-Blais, maire de l'arrondissement Mercier – Hochelaga-Maisonneuve. « Nous voulons permettre à des populations traditionnellement exclues des initiatives en logement social d'obtenir une chambre convenable et sécuritaire en réduisant au maximum les barrières d'accès. Nous sommes fiers de faire front commun avec tous nos partenaires communautaires et institutionnels du quartier pour lancer ce projet novateur », déclare Sylvie Boivin, directrice générale de L'Anonyme. L'accès à un logement permanent et abordable est l'une des réponses à long terme pour réduire et freiner les problématiques d'itinérance. Les maisons de chambres répondent aux besoins de populations vulnérables et constituent une première étape vers une stabilisation après un séjour à la rue. Le parc de maisons de chambres de Montréal diminue d'année en année et la Ville de Montréal s'est engagée à prendre des mesures pour en assurer le maintien.
  18. Une autre annonce de la Ville : Construction d'un centre de biométhanisation dans Montréal-Est http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31891 Objectif Carboneutralité : La Ville de Montréal investit 129,8 M$ pour l'implantation d'un centre de traitement des matières organiques par biométhanisation dans l'est de Montréal 15 août 2019 Montréal, le 15 août 2019 - Le comité exécutif a accordé hier un contrat à l'entreprise SUEZ Canada Waste Services inc. pour les services de conception, de construction, d'exploitation et d'entretien d'un centre de traitement des matières organiques (CTMO) par biométhanisation. La dépense totale pour Montréal sera de 167 037 504 $, taxes incluses, soit 129 803 416 $ pour la conception et la construction du centre à Montréal-Est, ainsi que 37 234 088 $ pour l'exploitation et l'entretien pour une période de 5 ans. Ce dossier sera soumis aux élus du conseil municipal le 19 août 2019. Accélérer le développement d'une économie verte dans l'est de Montréal « La lutte contre les changements climatiques est une priorité pour notre administration. Nous croyons qu'elle va de pair avec un développement économique durable. Investir dans un centre de biométhanisation, c'est détourner 60 000 tonnes de matières organiques de l'enfouissement, les transformer en biométhane, un gaz naturel renouvelable, qui sera ensuite utilisé comme source d'énergie pour les besoins de l'agglomération de Montréal, nous permettant ainsi de réduire notre empreinte écologique. C'est également poser un geste fort pour le développement d'une économie verte dans l'est de Montréal, où le centre s'intégrera au pôle de compétitivité des technologies propres, de la chimie verte, des biocarburants et de la chaîne des polymères et de l'énergie durable », s'est réjouie la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Le biométhane, une énergie renouvelable Le centre de biométhanisation sera construit à Montréal-Est, sur l'ancien site de la carrière Demix, à l'intersection de l'avenue Broadway Nord et de l'autoroute 40. Il est actuellement prévu que l'agglomération demeure propriétaire du gaz naturel renouvelable (GNR) et de ses crédits-carbone. Le GNR sera donc injecté et transporté dans le réseau sous-terrain d'Énergir jusqu'aux points d'utilisation. « La localisation du nouveau centre permettra de réduire les GES. En effet, les distances parcourues par les camions de collecte seront réduites de façon significative et plus de 4 millions de mètres cubes d'énergie renouvelable seront générés annuellement. Au final, le centre permettra de créer une chaîne de valeur qui illustre bien le genre de ville que nous voulons léguer à nos enfants », a expliqué le responsable des services aux citoyens, de l'environnement, de l'approvisionnement et du matériel roulant ainsi que des relations gouvernementales, Jean-François Parenteau. Un comité de suivi est mis en place pour assurer la participation des entreprises et des citoyennes et citoyens du secteur. « Nous nous réjouissons de l'engagement de la Ville de Montréal à contribuer de cette façon à une saine gestion des matières organiques au Québec. Nous continuerons de collaborer avec elle pour finaliser l'analyse de sa demande d'aide financière dans le cadre du Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage. Ce projet représente une priorité en raison de son apport incontournable à l'objectif général de doter le territoire québécois d'installations de traitement qui répondent aux attentes élevées des citoyens sur le plan de la protection de l'environnement », a déclaré Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatique. « Nous sommes heureux de cette étape importante en vue de la réalisation d'un centre de biométhanisation à Montréal. Des projets visionnaires et transformateurs comme celui-ci sont essentiels pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour bâtir un avenir plus vert pour les générations à venir. Nous continuons de travailler avec les différents paliers de gouvernements en vue de la réalisation de ce projet. Ensemble, continuons de bâtir les infrastructures du 21e siècle, modernes, vertes et résilientes », a affirmé François-Philippe Champagne, ministre de l'Infrastructure et de Collectivités du Canada.
  19. Le plan original sur le site de Provencher Roy
  20. Lancement d'un concours de design de mobilier urbain pour l'esplanade Clark Sur la page FB de la Ville « Dans le cadre de l’aménagement de l’esplanade Clark, Montréal lance un concours de design pour la conception d’une gamme de mobilier ludique! Situé à l’ouest de la rue Clark, entre les rues Sainte-Catherine et De Montigny, ce nouveau lieu public du Quartier des spectacles comprendra une patinoire extérieure réfrigérée l'hiver qui se transformera l’été en une grande terrasse pour accueillir plus particulièrement les familles et les enfants ainsi que des activités conçues pour eux. » Info ici : https://designmontreal.com/appel-de-propositions-3
  21. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2361589/les-marches-publics-toujours-en-sante-a-montreal-malgre-des-defis-grandissants/ 03:30 15 août 2019 Par: François Carabin Métro Les marchés publics toujours en santé à Montréal malgré des défis grandissants Le signal d’alerte lancé dans les derniers jours par plusieurs commerçants quant à l’avenir du marché Jean-Talon n’est pas partagé par tous. Le modèle d’affaire des marchés publics est bel et bien en santé, soutiennent plusieurs. «Le marché Jean-Talon est dans une période très intéressante, avec une équipe dynamique qui met de l’avant des projets. J’entends les [craintes des] producteurs qui sont là. Mais je vois aussi de nouveaux commerçants, qui innovent dans leur manière de faire», avance le directeur général de l’Association des marchés publics du Québec (AMPQ), Jean-Nick Trudel, en entrevue à Métro. Depuis quelques jours, plusieurs clients et commerçants font part de leur crainte pour l’avenir du marché Jean-Talon alors que plusieurs échoppes sont laissées vides. Certains se plaignent toujours que la Ville ait réduit le nombre de places de stationnements autour du secteur. Pour le responsable du développement des Marchés publics de Montréal (MPM), Nicolas Fabien-Ouellet, il faut tenir en compte que l’institution «fluctue». «Tout le monde veut que le marché aille bien. Cette année, il y a eu un certains remodelage. On a installé du nouveau mobilier, donc ça change le look du marché. Ça crée des espaces qui peuvent sembler plus vides», analyse-t-il. «On se plaint de la disparitions de maraîchers. Mais si on dialoguait avec ces maraîchers, on saurait qu’ils prennent leurs vacances deux semaines au début du mois d’août», ajoute au passsage Jean-Nick Trudel. «Certains maraîchers accusent du retard dans leur saison à cause du climat, et c’est un problème avec lequel on va devoir jongler dans les prochaines années. Mais dans l’ensemble, notre réseau se porte très bien. J’ai même des gestionnaires qui me disent que les clients rajeunissent et fréquentent de plus en plus leur marché.» -Jean-Nick Trudel M. Fabien-Ouellet soutient que les craintes sont écoutées, mais observe que le marché est actuellement en période de tests. «Certains locataires qui avaient des grandes superficies n’ont pas renouvelé, observe le porte-parole des MPM. On a rentré de nouveaux locataires qui ont moins de superficie. Il faut comprendre que le marché n’est pas statique.» Des avis divergents De passage au marché mardi, Métro a pris le pouls des commerçants. «Je n’ai pas remarqué de baisse de clientèle, constate Myriam Binette, propriétaire d’un kiosque fleuriste au sein du marché montréalais. Oui, il y a une baisse de commerçants, mais il y a une réalité à laquelle les gens ne pensent pas: c’est qu’il n’y a pas de relève.» «Je n’ai pas remarqué de baisse cette année. On la remarque sur sept ans, affirme pour sa part France Bisson, propriétaire du kiosque de la ferme René Lussier. Cette année, ça frappe plus: le manque de main-d’oeuvre est flagrant.» «Ce n’est pas aussi grave que ça l’est. Le marché se porte bien aussi», ajoute un commerçant qui a tenu à rester anonyme. «Les producteurs ne viennent plus. Ils restent en campagne. C’est plus facile pour eux de vendre directement là», lance-t-il en contrepartie. Une baisse de clientèle? Pas selon Mme Bisson. «Les ventes vont très bien», soutient la commerçante. «Ou tu te dis: ça ne marche pas mes affaires, ou bien tu te dis: il faut que je me retrousse les manches. Il y a un potentiel: le marché ici, la fin de semaine, il est plein. Ça t’appartient en tant que commerçant de faire en sorte que la clientèle vienne.» – Myriam Binette, propriétaire de Binette et filles Mme Binette craint que l’attitude de certains commerçants «tire la ficelle vers le bas». Portrait positif Pour M. Trudel, les marchés publics dans leur ensemble «vont très bien». «J’entends des producteurs qui sont au marché Jean-Talon et qui font de très bons chiffres», analyse-t-il. «Je ne vois pas de baisse de commerçants. Je vois de nouveaux marchés publics apparaître. Je vois des producteurs se tourner de plus en plus vers les marchés publics pour leur commercialisation», poursuit le directeur général de l’AMPQ. 5-7% En 2009, 508 marchés fermiers ont été recensés au Canada. Selon une synthèse des études publiée en janvier, ce chiffre augmenterait de 5% à 7% par année. Selon le professeur à l’Université Laval (UL) Patrick Mundler, le milieu des marchés fermiers est toujours en réflexion. «Le nombre de marchés publics a beaucoup augmenté dans les dix ou quinze dernières années, de sorte qu’il y en a certains qui se sont lancés dans l’aventure sans avoir le bassin de clientèle espéré. Il y alors des réflexions sur des fusions ou des organisations qui permettent au marché de vivre», exprime le spécialiste en agriculture. Il va falloir «s’entendre sur la mission d’un marché public», convient Nicolas Fabien-Cloutier. «On est les seuls lieux à Montréal qui offrent des emplacements commerciaux de vente directe en aussi haute concentration», affirme-t-il.
  22. Dans un document daté de Novembre 2018 https://www.etsmtl.ca/docs/ETS/A-propos/Publications/Documents/ETS-360-Encart On voit un trottoir élargi du côté de la rue de la Cathédrale
  23. Dans un document de l'ÉTS https://www.etsmtl.ca/docs/ETS/A-propos/Publications/Documents/ETS-360-Encart