Chuck-A

Member
  • Content Count

    994
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    10
  • URB$

    46,354 [ Donate ]

Chuck-A last won the day on December 21 2019

Chuck-A had the most liked content!

Community Reputation

1,613 Excellent

1 Follower

About Chuck-A

  • Rank
    Junior Member

Personal Information

  • Biography
    Fier Montréalais
  • Location
    MONTREAL
  • Interests
    TEC, Urbanisme, Architecture
  • Occupation
    Directeur des Ops.

Recent Profile Visitors

1,908 profile views
  1. Hanes: A master plan for Montreal's west end is badly needed The literal crossroads of Montreal is itself at a crossroads. How the west-end is transformed that will have a huge impact on the liveability of the entire city. ALLISON HANES, MONTREAL GAZETTE | Updated: February 24, 2020 An artist's rendering of the Royalmount Project at the junction of Highways 15 and 40. It's one of several developments that will bring in thousands of new residents to the sector. RES PUBLICA Electric tramways along an extended Cavendish Blvd. A repurposing of the grim and gritty spaces under the elevated Metropolitan. Linear parks on the edge of railway lines. Green corridors. Cycling lanes. Wider sidewalks. And most enticingly, decking over part of the Décarie Expressway. These are among the ideas to knit together the neighbourhoods and municipalities that make up west-end Montreal, one of the most bustling hubs in the city, and one that is about to get a whole lot busier given the widespread development slated for the area in the coming years. These proposals were put forth during recent hearings by the Office de consultation publique de Montréal on one chunk of land set for a major construction boom: the old Blue Bonnets site that is now in the hands of the city. But this particular vision, conceptualized by experts in the McGill University school of urban planning and endorsed by the cities of Côte St-Luc and Town of Mount Royal, as well as the Montreal boroughs of Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de Grâce and St-Laurent, stands out for a few reasons. Map of area slated for redevelopment. (Map via Maps4News/HERE) STEVE FAGUY / POSTMEDIA NEWS First, it takes a big picture view of the entire area, which is geographically and politically segmented, even if it sits at the virtual epicentre of the Island of Montreal. While the OCPM hearings have focussed on forward-thinking planning for the 75-hectare Hippodrome site, that is but one major project set for the area. Love it or hate it, Royalmount, the controversial mixed-use entertainment, commercial, retail and residential behemoth is rapidly taking shape at the southwest juncture of Highways 40 and 15. It is backed by TMR over the vociferous objections of the city of Montreal, neighbouring boroughs and just about every traffic expert and urban planner in town. But there seems little anyone can do to stop it. Nearby, a whole “Midtown” is springing up in St-Laurent. New condos rising at Décarie Square and the Westbury. Meanwhile the Triangle, which has brought thousands of new residents to the upper corner of Côte-des-Neiges in recent years, is in its final phases. All this will bring an additional 40,000 residents to a neighbourhood that is already congested, underserved by outdated public transit, and heavily car-reliant. The report attempts to address some of the thorniest transportation issues in Montreal. As it mentions, the car is king in this part of town. Partly that is by design, since much of the existing development took place in the post-war era, but also by happenstance. The west end is more or less cut into quadrants by the Décarie and the Metropolitan. These two important highways make it easier to zoom through the area than to navigate it on the ground. The highways, along with railways, create physical and psychological barriers to getting around without a car. There are few cycling paths and the sidewalks are narrow. Biking and walking is not only unpleasant, it is often inefficient and unsafe. The report calls for the creation of green corridors for pedestrians, bikes and wildlife, cycling lanes, linear parks beside railway tracks, the creation of more inviting spaces under the elevated portions of the 40, and most crucially, decking over the Décarie. These are needed to help link together neighbourhoods that are enclaves and improve security. (This would also help address a dearth of green space). New road and transit linkages are essential to connect areas that are cut off from each other. The report calls for the long-awaited Cavendish Blvd. extension to be completed and suggests the installation of an electric tramway to create a new public transit artery. It should also extend to Décarie Square and the Hippodrome. Although the western leg of the Orange Line runs up the eastern flank of the west end, the report notes getting there is difficult and the current transit options are actually quite poor. Finally, the report has merit because it not only provides an outside, expert master plan for the fragmented west end, it is endorsed by entities that often don’t see eye to eye. The fact Côte-St-Luc, T.M.R., C.D.N.-N.D.G. and St-Laurent are united behind this is noteworthy in itself, since putting these measures in place will require common priorities and a shared vision. But will the higher orders of government — most notably the city of Montreal, the Communauté métropolitaine de Montréal and, critically, the province — back these ideas and commit resources to it? If the proposal has an Achilles Heel, this is it. Realistically, C.D.N.-N.D.G. and St-Laurent are now on the outside of the Projet Montréal administration at Montreal City Hall. And the Coalition Avenir Québec government has been focussing on east-end and off-island voters who propelled it to power. Nevertheless, the literal crossroads of Montreal is itself at a crossroads. And how this area is transformed that will have a huge impact on the liveability of the entire city. https://montrealgazette.com/opinion/columnists/hanes-a-master-plan-for-montreals-west-end-is-badly-needed
  2. Partage d'un vidéo et de photos, provenant du compte Twitter de Bartek Komorowski: On mentionne qu'on peut voir la construction du REM d'en-dessous du pont sur la travée centrale... mais cela est un peu difficile à percevoir.
  3. Les mêmes photos ("fusionnées"...) sur le compte Twitter du REM:
  4. Oh, come on ! How some 'universally accessible' Montreal métro stations are not "If we can't board the trains, then what's the use of having an elevator?" JASON MAGDER, MONTREAL GAZETTE | Updated: February 24, 2020 Martin Dion is seen riding the métro in 2017. The MR-73 trains like the one seen here don't line up properly with the station platforms, making it difficult for people in wheelchairs to get on at many stations. PHIL CARPENTER / MONTREAL GAZETTE Montreal’s transit agency says 15 métro stations are universally accessible — but wheelchairs can’t board trains in at least four of those. Martin Dion, of the lobby group Regroupement activistes pour l’inclusion Québec, raised the issue to board members of the Société de transport de Montréal at its monthly meeting on Feb. 5. He noted that at Snowdon and Jean-Talon stations, the platforms are too low for wheelchairs to board trains running on the Blue Line. And at Lionel-Groulx and Honoré-Beaugrand stations, Green Line platforms are high enough only to allow wheelchairs to board on newest Azur trains — not the MR-73 models that make up most of the trains running on that line. “The space between the platform and the train makes it impossible to get on, and it would be even worse for someone with a manual wheelchair,” Dion said. “That means these stations are not accessible.” RAPLIQ president Linda Gauthier asked: “If we can’t board the trains, then what’s the use of having an elevator?” It takes about two years and tens of millions of dollars to retrofit a métro station with elevators. The Honoré-Beaugrand station, one of the most recent to add an elevator, cost $20 million to retrofit. STM spokesperson Philippe Déry said the transit agency is aware of the problem, and that the platforms at several stations must be raised to the level of the trains. That work has already been done at many stations on the Orange Line. On its website, the STM explains that workers put in place a graded slope so that the part of the platform where the front of the train arrives is up to 65 millimetres higher than the lowest point of the platform. Wheelchairs are permitted to board only on the first car, because that’s where the train and platform are at the same level. Elevators have been in service at the Lionel-Groulx, Jean-Talon and Snowdon stations for several years, but the work to raise the platforms has not been completed. Déry said crews prioritized Orange Line platforms at those stations, because there are more elevator-equipped stations on that line. Déry said the STM expects to raise the platforms for Blue Line trains at the Snowdon and Jean-Talon stations and for the Green Line trains at Lionel-Groulx this year. As for Honoré-Beaugrand, the problem is the Green Line runs two different types of trains, Déry noted. The platform has been raised to the level of the Azur trains, which are in the minority on that line — for now. He said more Azur models will be deployed on the Green Line, and will eventually make up the majority of trains on that line. The STM is to take delivery of 17 Azur trains between this spring and August 2021. Meanwhile, Dion said, commuters in wheelchairs at Honoré-Beaugrand must wait around for the right train to come in order to board. “Sometimes you have to wait 30 minutes or longer for an Azur train,” he said. “It’s a real waste of time.” Gauthier said it’s unacceptable that the STM puts elevators into service without ensuring that wheelchairs can get on the trains. Many of her members lack the confidence to use the métro, she said, and that results in a loss of mobility. “People are afraid that they won’t be able to get onto the train, or if they do, that they won’t be able to get off it,” she said. Déry said STM staff are available to help people with wheelchairs board or disembark trains, but Dion said the only time he asked for such a ramp, it took 1½ hours for an employee to show up. “I never asked for help again after that,” he said. Gauthier said she, too, once had to wait 1½ hours for an STM employee to show up with a ramp. https://montrealgazette.com/news/local-news/how-some-universally-accessible-montreal-metro-stations-are-not
  5. Nouvelle proposition de nom pour cette station: station Griffintown–MR-63 (basé sur le complexe du projet MR-63, qui sera érigé sur un terrain appartenant à la Ville de Montréal, à l’angle des rues Ottawa et Peel, en plein cœur de Griffintown, et qui ouvrira à l'été 2022). Un extrait de l'article paru dans La Presse ce matin à ce sujet: MR-63 ou comment faire vibrer Griffintown Publié le 23 février 2020 à 5h00 | MARIO GIRARD | LA PRESSE [...] Non loin d’une station du REM Le complexe MR-63 sera érigé sur un terrain appartenant à la Ville de Montréal, à l’angle des rues Ottawa et Peel, en plein cœur de Griffintown. Un bail emphytéotique de nombreuses années sera bientôt signé entre les promoteurs du projet et la Ville. Évalué à 10 millions de dollars, le projet bénéficie d’une aide financière de 350 000 $ de Desjardins. Des démarches auprès des gouvernements fédéral et provincial sont en cours. « Nous comptons également sur l’aide de commanditaires et sur des dons privés », dit Étienne Morin-Bordeleau. Si tout va comme prévu, MR-63 ouvrira ses portes à l’été 2022. Les promoteurs du projet MR-63 espèrent très fort que la station du Réseau express métropolitain (REM) prévue dans Griffintown sera située à proximité de leur centre. En effet, alors qu’on a récemment dévoilé la plupart des noms des dessertes du REM, celui de la station qui doit apparaître dans ce secteur a été maintenu secret. Son emplacement n’est toujours pas connu. Mais des sources m’indiquent que la station sera effectivement érigée non loin du projet MR-63. « On a l’audace de dire qu’elle devrait être nommée Griffintown–MR-63 » - Étienne Morin-Bordeleau [...] https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/202002/22/01-5262044-mr-63-ou-comment-faire-vibrer-griffintown.php
  6. Bien hâte de voir vivre cette initiative ! MR-63 ou comment faire vibrer Griffintown Dès qu’ils ont appris que la Société de transport de Montréal (STM) allait mettre en vente quelques voitures MR-63, Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau ont eu un flash. Ils ont imaginé un complexe dont le cœur serait les fameuses voitures qui ont transporté pendant une cinquantaine d’années des millions de personnes. Publié le 23 février 2020 à 5h00 | MARIO GIRARD | LA PRESSE Après avoir séduit un jury de la STM avec un projet bien ficelé, les frères Morin-Bordeleau ont pu mettre la main sur huit voitures MR-63. « On a payé 2000 $ pour chacun des wagons, précise Frédéric Morin-Bordeleau. C’est la valeur du métal. Finalement, ce qui a coûté cher, c’est le transport et l’entreposage. » Lors des saisons estivales 2018 et 2019, quelques voitures ont été intégrées dans un projet d’espace éphémère créé dans un premier temps au bord du canal de Lachine, puis dans Griffintown. Le but de ces happenings était de faire connaître le véritable projet MR-63. Celui-ci consiste en un complexe de trois étages permanent qui englobera un centre de diffusion multivocationnel pouvant accueillir jusqu’à 400 personnes ainsi qu’un resto-bar. Le mandat de ce lieu d’échanges et de rencontres est clair, net et précis : faire vibrer Griffintown. « On aime à dire qu’on va créer une ambassade de la créativité », dit Étienne Morin-Bordeleau. IMAGE FOURNIE PAR LE PROJET MR-63 | Maquette du projet MR-63, conçu à partir d’anciennes voitures du métro de Montréal du même nom IMAGE FOURNIE PAR LE PROJET MR-63 | Maquette du projet MR-63, conçu à partir d’anciennes voitures du métro de Montréal du même nom IMAGE FOURNIE PAR LE PROJET MR-63 | Maquette du projet MR-63, conçu à partir d’anciennes voitures du métro de Montréal du même nom IMAGE FOURNIE PAR LE PROJET MR-63 | Maquette du projet MR-63, conçu à partir d’anciennes voitures du métro de Montréal du même nom Conçu par la firme d’architectes Rayside Labossière, le lieu intègre de manière fort judicieuse les huit voitures MR-63. « Nous sommes jeunes, mais nous avons grandi avec ces wagons. Ils font partie de notre histoire. Pour nous, il est très important de perpétuer leur souvenir. » - Étienne Morin-Bordeleau Non loin d’une station du REM PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE | Le terrain vague à l’angle des rues Ottawa et Peel, en plein cœur de Griffintown, où sera érigé le projet MR-63 Le complexe MR-63 sera érigé sur un terrain appartenant à la Ville de Montréal, à l’angle des rues Ottawa et Peel, en plein cœur de Griffintown. Un bail emphytéotique de nombreuses années sera bientôt signé entre les promoteurs du projet et la Ville. Évalué à 10 millions de dollars, le projet bénéficie d’une aide financière de 350 000 $ de Desjardins. Des démarches auprès des gouvernements fédéral et provincial sont en cours. « Nous comptons également sur l’aide de commanditaires et sur des dons privés », dit Étienne Morin-Bordeleau. Si tout va comme prévu, MR-63 ouvrira ses portes à l’été 2022. Les promoteurs du projet MR-63 espèrent très fort que la station du Réseau express métropolitain (REM) prévue dans Griffintown sera située à proximité de leur centre. En effet, alors qu’on a récemment dévoilé la plupart des noms des dessertes du REM, celui de la station qui doit apparaître dans ce secteur a été maintenu secret. Son emplacement n’est toujours pas connu. Mais des sources m’indiquent que la station sera effectivement érigée non loin du projet MR-63. PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE | Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau « On a l’audace de dire qu’elle devrait être nommée Griffintown–MR-63 » - Étienne Morin-Bordeleau Un corridor de la créativité Ce projet cadre parfaitement avec le caractère du Quartier de l’innovation créé dans le sud-ouest de Montréal. Délimitée par la rue McGill à l’est, par le boulevard René-Lévesque au nord, par l’avenue Atwater à l’ouest et par le canal de Lachine au sud, cette zone est devenue le symbole de la créativité et d’une certaine effervescence à Montréal. « MR-63 s’ajoute à ce qu’on appelle le corridor de la créativité. Imaginez un instant ! Sur un même axe, vous aurez L’Arsenal, La Poste, le New City Gas, MR-63, la Fonderie Darling et le Centre Phi. » - Étienne Morin-Bordeleau Il est vrai qu’au cours des dernières années, le sud-ouest de Montréal s’est transformé, lentement mais sûrement, en quartier le plus innovant, le plus bouillonnant de la métropole. Il est un peu devenu ce que Williamsburg représente aujourd’hui pour Brooklyn. Le projet MR-63 va se retrouver au centre de la future place William-Dow. Cet espace est l’un des cinq parcs qui seront créés dans Griffintown au cours des prochains mois. Outre la place William-Dow, il y aura le parc Mary-Griffin (situé en face du New City Gas, entre les rues Ann et Dalhousie) et le parc des Eaux-Cachées (bordé par les rues Ottawa, du Séminaire, Saint-Thomas, William et de la Montagne). Ces deux parcs seront munis de bassins de rétention. Critiqué ces dernières années pour l’absence d’infrastructures et le manque de vision de son développement, le quartier Griffintown sera bientôt doté d’une école. Celle-ci sera construite sur un terrain appartenant à la Ville de Montréal dans le secteur des Bassins du Havre. Des artères commerciales, rues Peel et de la Montagne, prennent forme peu à peu. « Griffintown vit un énorme rattrapage, m’a dit Julie Bélanger, directrice de cabinet du maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais. Il faut agir vite, mais bien. » Un projet écoresponsable Au seuil de la trentaine, Étienne et Frédéric Morin-Bordeleau entendent inscrire le projet MR-63 dans une démarche qui va au-delà de l’architecture et du monde des affaires. Pour cela, ils ont défini quatre axes qui procurent une philosophie à leur projet. « Notre objectif est de créer une sorte d’ancrage, expliquent-ils. On veut que MR-63 soit le cœur du quartier, sa signature. » Les quatre pôles du projet sont l’inclusivité territoriale, la carboneutralité, la conservation du patrimoine et le rayonnement culturel. « Ces valeurs et ces principes sont très importants pour nous, dit Étienne Morin-Bordeleau. C’est ça, l’âme du projet. » MR-63 bénéficie de l’appui de plusieurs acteurs importants : Valérie Plante, Damien Silès, directeur général du Quartier de l’innovation, Liza Frulla, directrice générale de l’ITHQ, Marc Miller, député de Ville-Marie et ministre des Services aux Autochtones, et Benoit Dorais, maire de l’arrondissement du Sud-Ouest. « M. Dorais adore l’idée qu’on inscrive l’histoire dans la modernité, dit Julie Bélanger. Il trouve que Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau sont sérieux et réfléchis. Leur plan est solide. Il n’y a pas de doute. » Après avoir été bardassés et entassés de nombreuses années dans les voitures MR-63, voilà que nous pourrons bientôt y relaxer en prenant un verre entre amis. Ou y divaguer en participant à une séance de remue-méninges avec des collègues. Voilà la douce et belle revanche que l’on souhaite tous prendre un jour. https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/202002/22/01-5262044-mr-63-ou-comment-faire-vibrer-griffintown.php
  7. Du compte Instagram du REM: https://www.instagram.com/rem_metro/
  8. Merci @ERJ-Boy pour cette rassurante précision.
  9. À première vue, cela semble être une très bonne nouvelle... si ce n'est que de cette petite phrase, extraite de l'article ci-dessous: "L’avionneur pourrait toutefois ne pas avoir à réinvestir beaucoup de ses propres fonds dans la coentreprise qui chapeaute l’A220." Jusqu’à 1,4 milliard $ investi dans les avions A220 en 2020 Sylvain Larocque - Le Journal de Montréal | Publié le 21 février 2020 à 07:32 MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTRÉAL Airbus prévoit cette année des investissements de 500 millions à un milliard d’euros, soit de 700 millions $ à 1,4 milliard $ CA, dans l’A220, le programme d’avions auparavant connu sous le nom de C Series. C’est ce qu’a indiqué le grand patron d’Airbus, Guillaume Faury, de passage hier à Mirabel, où sont assemblés les appareils A220. Une autre usine est actuellement en construction à Mobile, en Alabama. L’avionneur pourrait toutefois ne pas avoir à réinvestir beaucoup de ses propres fonds dans la coentreprise qui chapeaute l’A220. Depuis la semaine dernière, Airbus et le gouvernement du Québec sont seuls à bord de la coentreprise, baptisée Airbus Canada. Le géant européen a versé près de 600 millions $ US à Bombardier pour racheter sa participation de 34 %. Airbus détient désormais 75 % de la coentreprise, contre 25 % pour Québec. La nouvelle mouture de la coentreprise a la capacité d’emprunter jusqu’à 1,5 milliard $ US (2 milliards $ CA) sur les marchés, de quoi financer les investissements requis pour que l’A220 atteigne sa vitesse de croisière. Le programme pourrait perdre de l’argent jusqu’en 2025, selon Airbus. « À partir de maintenant, la coentreprise financera tout », a déclaré aux analystes le chef de la direction financière d’Airbus, Dominik Asam, la semaine dernière. Garanties d’Airbus et de Québec Airbus et Québec garantiront tous les deux les dettes de la coentreprise. Jusqu’ici, c’est principalement Bombardier qui finançait les pertes de l’A220. L’entreprise a injecté pas moins de 739 millions $ US (980 millions $ CA) dans le programme, de juillet 2018 à janvier 2020. Auparavant, elle avait déboursé au moins 6 milliards $ US pour développer la C Series. La multinationale québécoise prévoyait devoir investir 700 millions $ US de plus dans l’A220 au cours des prochaines années, mais elle n’aura pas à le faire maintenant qu’elle a vendu sa participation dans la coentreprise. En 2017, Bombardier soutenait que la C Series allait atteindre le seuil de rentabilité en 2020, mais la « courbe d’apprentissage » a été plus abrupte que prévu. Dominik Asam a noté qu’Airbus pourrait toujours choisir d’éponger les pertes de l’A220 à même ses liquidités. Mais que l’entreprise puise dans ses coffres ou choisisse d’endetter la coentreprise, les éléments comptables de l’A220 figureront aux états financiers et au bilan d’Airbus, a-t-il précisé. – Avec la collaboration de Pierre-Olivier Zappa, TVA Nouvelles https://www.tvanouvelles.ca/2020/02/21/jusqua-14-milliard--investis-dans-les-avions-a220-en-2020 -------------------------------- Airbus investing up to 1 billion euros in A220 passenger jet program this year Airbus has been ramping up production of the plane formerly known as the Bombardier C Series towards its maximum monthly capacity rate of 10 at its facility in Mirabel. REUTERS | Updated: February 20, 2020 FILE PHOTO: An Airbus A220 passenger jet, formerly known as the Bombardier CSeries, stands in the final assembly line where the European company plans a $30 million investment to keep up with forecast demand, in Mirabel near Montreal, Quebec, Canada January 14, 2019. Airbus acquired the former Bombardier jet in 2018. REUTERS/Tim Hepher/File Photo TIM HEPHER / REUTERS FILE MONTREAL — Airbus SE plans to invest between 500 million euros and 1 billion euros ($539 million-$1.08 billion) this year on its A220 passenger jet program, Chief Executive Guillaume Faury said on Thursday at the company’s A220 factory in Mirabel, just outside Montreal. Earlier in February, Airbus raised its stake in the A220 program – known as Airbus Canada – to 75% from 50.1% after teaming up with the government of the Canadian province of Quebec to buy Bombardier’s 33.5% stake. With the deal, Bombardier exited the civil aviation industry and bolstered the European planemaker’s position in its ongoing competition with U.S. rival Boeing Co. The A220, previously known as the CSeries, is a 110-130 seater aircraft, a little smaller than Airbus’s mainstay A320 jet. Airbus has been ramping up production of the A220 towards its maximum monthly capacity rate of 10 at its facility in Mirabel and to a monthly rate of four in Mobile, Alabama, targets it hopes to reach by the middle of this decade. Production in the United States has become more important for Airbus since the U.S. government slapped tariffs on jets made in Europe for purchase by U.S. airlines following a years-long tariff dispute. (Reporting by Allison Lampert Writing by Tracy Rucinski; Editing by Chris Reese and Tom Brown) https://montrealgazette.com/pmn/business-pmn/airbus-investing-up-to-1-bln-euros-in-a220-passenger-jet-program-this-year/wcm/61dddd7c-3c1d-4f32-b58c-329402c5beb5?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1582297036
  10. Hebdo Rive-Nord | 20 février 2020 | Sarah Élisabeth Aubry - [email protected] Les mesures bonifiées seront-elles assez efficaces? Travaux du REM Dès mars prochain, la clientèle du train de la ligne Deux-Montagnes et Mascouche sera touchée par les travaux du REM. ©Photo gracieuseté - Mathieu Plante - Hebdo Rive Nord Annoncée vers la mi-décembre dernier, la fermeture du tunnel mont Royal sera reportée à la fin du mois de mars 2020. D’ici là, les services de trains sont maintenus sur les lignes Deux-Montagnes et Mascouche. Il n’en demeure pas moins que cet important projet continue d’inquiéter les usagers du transport en commun, dont de nombreux travailleurs; les mesures bonifiées seront-elles assez efficaces? Selon les réactions des utilisateurs, plusieurs délaisseront le train, durant la période des travaux. ©Photo gracieuseté - Mathieu Plante - Hebdo Rive Nord La Gare de Terrebonne. ©Photo gracieuseté - Mathieu Plante - Hebdo Rive Nord Plusieurs mesures ont été ajoutées, afin de répondre aux besoins des utilisateurs. ©Photo gracieuseté - Mathieu Plante - Hebdo Rive Nord Le CDP [...il s'agit plutôt de CDPQ Infra...], filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, a conclu une entente d’optimisation des travaux avec le responsable de la construction des travaux du REM, le consortium NouvLR. Avec la réponse aux défis identifiés et l’optimisation des travaux, on doit ajouter 230 M$ à l’enveloppe pour un budget total établi jusqu’à présent à 6,5 G$. Les utilisateurs des lignes de trains de banlieue Deux-Montagnes et Mascouche n’ont pas tardé à réagir à cette perturbation des transports en commun. Afin de limiter les impacts, Mobilité Montréal et ses partenaires ont apporté des mesures d’atténuation et ont bonifié le réseau de bus et de navettes. Faire preuve de patience Différentes propositions sont suggérées pour la clientèle. Elle pourra emprunter un autobus express et par la suite le métro pour se rendre au centre-ville. On suggère aussi de prendre le train de la ligne Mascouche et de s’arrêter à la gare Sauvé, puis marcher quelques minutes pour se diriger vers le métro Sauvé. Une nouvelle mesure a été ajoutée en novembre dernier avec le contournement du Mont-Royal. « Il y aura un service de train tel que présentement. Ce sera plus long, mais il ne passera pas par le Mont-Royal. C’est habituellement un chemin qui est emprunté par les trains de marchandises. On a pu conclure une entente avec le CN pour permettre le passage des trains d’exo », indique la porte-parole du ministère des Transports du Québec (MTQ), Sarah Bensdoun. À cet égard, il y aura trois trains le matin et trois trains en après-midi qui effectueront des passages entre la gare de Mascouche jusqu’à la gare Centrale. De plus grands délais seront à prévoir pour emprunter le train à partir de la ligne de Mascouche en mars prochain. ©Photo gracieuseté - Mathieu Plante - Hebdo Rive Nord Ajustements des services Par ailleurs, concernant le tarif du titre mensuel, un rabais jusqu’à 30 % sur un titre TRAIN ou TRAM a été mis en vigueur, à compter de janvier 2020. Le ministère aura une cellule tactique co-présidée par le ministère des Transports et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) permettant de surveiller le déroulement des heures de pointe du matin et de l’aprèsmidi. « On va ajuster nos services en fonction des besoins et des constats qu’on fait sur le terrain », soutient la porte-parole du MTQ. Cette dernière ajoute qu’actuellement, n’y a pas eu de changement d’achalandage sur la ligne de Mascouche, mais plutôt sur celle de Deux-Montagnes, qui connaît une diminution. Celle-ci sera fermée pendant la période des travaux allant jusqu’en 2024. Grâce à une entente conclue avec la compagnie de chemins fer au coût de 30 M$, cette mesure évitera de désengorger la station de métro Sauvé pour se rendre au centre-ville. La voie de contournement rallongera le parcours d’une vingtaine de minutes estimé à 1 h 35, partant de la ligne de Mascouche jusqu’au centre-ville. Résident de Repentigny, Mathieu Plante compte utiliser à nouveau sa voiture, afin de sauver du temps des transports en commun. ©Photo gracieuseté – Mathieu Plante - Hebdo Rive Nord Éviter le trafic Pour sa part, Mathieu Plante, résident de Repentigny utilise le train de la ligne Mascouche depuis octobre dernier. Tous les matins, il se stationne à la gare de Terrebonne, puisqu’il estime qu’il y a moins de voitures qu’à celle de Repentigny. « Je crois que la capacité pour la gare de Terrebonne est utilisée à 30 %. Peu importe l’heure où j’y vais, il y a de la place », témoigne-t-il. Ce dernier utilise le train puisqu’il juge ce dernier comme un moyen de transport efficace. Son bureau se trouve à quelques pas de la gare dans le centre-ville de Montréal. L’utilisateur comptabilise 1 h 30 pour aller au travail et le même laps de temps pour revenir. Ce qu’il apprécie particulièrement, c’est de pouvoir assurément avoir une place dans le train. « Je n’ai pas à me soucier du trafic. Je peux lire, prendre de l’avance dans mes courriels, c’est très pratique », estime-t-il. En parallèle, M. Plante observe également être moins stressé et économise de l’argent. Le retour à la voiture Néanmoins, dès le début des travaux avec le REM en mars prochain, Mathieu Plante croit fortement reprendre sa voiture. « L’ajout de trente minutes représente presque quatre heures dans les transports en commun, ça ne me tente pas vraiment », fait-il part. Malgré les inconvénients, l’utilisateur comprend la situation et a pu être bien informé des changements. Pour connaître tous les détails des mesures d’atténuation, on consulte le https://mobilitemontreal.gouv.qc.ca/mesures-dattenuation/mesures-dattenuation-pour-le-rem/ https://www.hebdorivenord.com/article/2020/02/20/les-mesures-bonifiees-seront-elles-assez-efficaces -------------------------------------------------------- Mobilité Montréal - REM: Mobilité Montréal - REM - Secteur Mont-Royal - Canora : Mobilité Montréal - REM - Secteur Roxboro-Sunnybrooke : Mobilité Montréal - REM - Secteur Laval-Deux Montagnes : Mobilité Montréal - REM - Secteur ligne- Mascouche :
  11. Travaux préparatoires près de la future station des Sources ACTIVITÉS CHANTIER Dès le 25 février 2020 Montréal (Ouest-de-l'Île) Nature des travaux Dans le cadre des travaux entourant la construction du Réseau express métropolitain (REM), des travaux préparatoires consistant en de la coupe d’arbres seront réalisés pour laisser place à la future station des Sources située dans la municipalité de Pointe-Claire. La carte ci-dessous illustre le secteur où des travaux de coupe d’arbres seront réalisés : Mesures d'atténuation Les travaux seront réalisés en dehors de la période de nidification (31 mars au 15 août) pour limiter les impacts sur les oiseaux, leurs nids et leurs œufs; Ces activités sont orchestrées par des experts en environnement; Une relocalisation des espèces floristiques ou des arbres à statut de protection si requis; Un programme de reboisement prévoit le remplacement des arbres coupés dans les aires temporaires de construction, additionné d’une bonification de 10 %. Ces arbres seront plantés sur le même territoire municipal que celui où d’autres ont dû être coupés pour laisser place au projet; De plus, un total de 250 000 arbres seront plantés pour compenser les émissions de GES émises lors de la construction du REM. https://rem.info/fr/info-travaux/construction-station-des-sources
  12. Le compte-rendu du Comité de bon voisinage du Sud-Ouest d'hier soir est sorti. https://www.turcot.transports.gouv.qc.ca/fr/Documents/2020-02-10 Présentation 19 février 2020.pdf
  13. Y aura-t-il une annonce importante (genre... un agrandissement de l'usine à Mirabel... peut-être) qui sera faite demain après-midi, puisqu'on aura réuni tout ce "beau monde"-là ensemble ? Invitation média - Rencontre avec Airbus SE et le Gouvernement du Québec au siège social de la Société en commandite Airbus Canada à Mirabel MIRABEL, QC, le 19 févr. 2020 /CNW Telbec/ - Présence au siège social de la Société en commandite Airbus Canada et site d'assemblage et de finition de l'A220 à Mirabel de : François Legault, Premier Ministre du Québec Pierre Fitzgibbon, Ministre de l'Économie et de l'innovation du Québec Guillaume Faury, PDG d'Airbus Philippe Balducchi, PDG de la Société en commandite Airbus Canada Occasion de photos et de prise d'images vidéo : Avions A220 en assemblage Actionnaires du partenariat Société en commandite Airbus Canada Employés du site de Mirabel Occasion d'adresser vos questions aux deux actionnaires de la Société en commandite Airbus Canada : Airbus SE et le Gouvernement du Québec * Veuillez noter qu'un déplacement le long de la ligne d'assemblage de l'A220 est prévu, suivi d'une mêlée de presse. Caméra épaule et équipement autonome sont de mise. QUAND : Le jeudi 20 février 2020 15 h 15 à 15 h 45 : arrivée des médias et enregistrement 15 h 45 à 15 h 55 : déplacement vers le point de rencontre sur la ligne d'assemblage de l'A220 16 h à 17 h : visite de la ligne d'assemblage de l'A220 suivie d'une courte mêlée de presse LIEU : Siège social de la Société en commandite Airbus Canada Site d'assemblage et de finition de l'A220 à Mirabel 13 100, boul. Henri-Fabre, Mirabel (Québec), J7N 3C6 **Prière d'utiliser le stationnement des visiteurs et d'entrer par le bâtiment où il est inscrit « entrée des visiteurs » (ancien bâtiment) SOURCE Airbus https://www.lelezard.com/communique-19142353.html
  14. Excellente nouvelle ! Maintenant, sait-on quand est-ce que la ville annoncera "officiellement" avec CDPQi que cette station sera située à côté du Parc Griffin ? Il me semble que cela a assez bretté... surtout qu'elle "serait" inaugurée l'année prochaine.