Jump to content

Orgie de projets au centre-ville: 10 annonces d’un coup


Recommended Posts

Le 2012-04-03 à 19:20, ProposMontréal a dit :

Voici le communiqué de presse de la ville

 

Dévoilement de 10 nouveaux projets immobiliers privés au centre-ville de Montréal

 

3 avril 2012

Montréal, le 3 avril 2012 - Quelques heures avant la tenue de la séance régulière du conseil, le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, a dévoilé aujourd'hui dix nouveaux projets privés qui ont été soumis à l'arrondissement de Ville-Marie. Ces projets contribueront à refaçonner le centre-ville de Montréal; leur réalisation prévoit notamment la disparition de plusieurs terrains vacants.

 

« C'est une excellente nouvelle pour Montréal! Le centre-ville connaît un boum immobilier sans précédent et accueille de plus en plus de projets novateurs qui participent à son développement. Les investisseurs croient en l'avenir de Montréal et misent sur ses atouts exceptionnels pour proposer des projets qui contribueront à faire de notre ville une métropole attrayante où il fait bon vivre », a déclaré le maire.

 

1 600 nouveaux logements et 51 600 m2 de bureaux

 

Les dix projets présentés ont tous été développés par des architectes et designers montréalais. La plupart se situent dans la partie ouest du centre-ville, principalement dans le quadrilatère délimité par les rues Saint-Antoine, Guy, Sherbrooke et Peel. En 2011, l'arrondissement a élaboré un Cadre de révision des hauteurs et des densités pour encourager le comblement des terrains vacants et le développement du centre-ville, notamment dans ce secteur.

 

Outre les 1 600 nouvelles unités d'habitation à venir, ces 10 projets proposent la construction de plusieurs espaces commerciaux, chambres d'hôtels et bureaux. Plus précisément, deux des projets présentés totalisent une superficie de 51 600 m2 de bureaux : des apports significatifs si l'on considère la moyenne de 72 000 m2 de bureaux construits chaque année au centre-ville depuis 1990.

 

Dans un centre-ville habité, dont la population s'est accrue de 6,5 % depuis 2006, ces nouveaux projets favoriseront une fois de plus la mixité et l'attractivité du secteur.

 

Présentation des projets

 

Îlot Overdale : l'ouest du centre des affaires revitalisé

Prévu sur le plus important terrain vacant du boulevard René-Lévesque Ouest, équivalent à deux fois la superficie d'un terrain de soccer, ce projet mixte propose l'intégration d'un complexe à la fois commercial et résidentiel de 120 mètres de hauteur et prévoit, entre autres, la restauration et la réhabilitation de la maison Louis-Hippolyte Lafontaine et de son jardin.

 

Maison Ogilvy : un quadrilatère majeur transformé

Unique et novateur, ce projet propose la transformation de tout le quadrilatère situé entre les rues Crescent, Sainte-Catherine, de la Montagne et le boulevard De Maisonneuve. Il s'agit ici de l'agrandissement du magasin Ogilvy de même que de la construction d'un complexe hôtelier et résidentiel de 120 chambres et 110 logements. Ce projet se distingue notamment par la mise en valeur patrimoniale d'un édifice situé dans un emplacement stratégique du centre-ville.

 

Rue Drummond : deux tours résidentielles au sud de la rue Sainte-Catherine

Situé dans le centre des affaires, ce projet prévoit le remplacement d'un stationnement de surface de 200 places. Il est constitué de deux nouvelles tours : une première de 23 étages (80 m) et 173 logements, et une deuxième de 21 étages (74 m) et 154 logements. En plus d'un espace commercial sur trois étages pour chacune des tours, ce projet propose 3 600 m2 de bureaux.

 

Le Roccabella : 516 nouvelles unités au 1300, boulevard René-Lévesque Ouest

À deux pas du Centre Bell et de la Cité du commerce électronique, ce projet prévoit deux tours jumelles résidentielles de 35 étages (120 m) et deux étages commerciaux au rez-de-chaussée. Offrant des logements lumineux, ce projet se distingue par son architecture novatrice et de qualité.

 

Tour Windsor : un nouvel édifice à bureaux

Adjacente au Centre Bell, la Tour Windsor incarne un bel exemple de projet immobilier novateur à l'image de la créativité montréalaise. Ce projet de 28 étages propose 48 000 m2 de superficie de bureaux dans cette partie très convoitée du centre-ville (à titre de comparaison, le projet Altoria compte 100 000 m2 de bureaux).

 

Le Peterson : 280 unités d'habitation au cœur du Quartier des spectacles Avec une architecture audacieuse, Le Peterson est un autre exemple de projet structurant pour le centre-ville. Conforme au Plan d'urbanisme, cette tour de 34 étages comptant 280 nouvelles unités d'habitation prévoit le comblement d'un stationnement de surface situé à l'extrémité nord du Quartier des spectacles, tout près du Louis-Bohème, qui compte 28 étages.

 

Le Saint-Dominique : transformation de l'ancienne Brasserie Ekers

À quelques pas de là, Le Saint-Dominique propose la transformation et l'agrandissement de l'ancienne Brasserie Ekers pour aménager 50 nouveaux condominiums ainsi que 2 locaux commerciaux. Tout en respectant les caractéristiques architecturales remarquables du bâtiment d'origine, ce projet participe à la revitalisation du boulevard Saint-Laurent.

 

Tour du Musée, Projet Flex et Le 1220 rue Crescent : plus de 300 nouveaux logements dans le Quartier du Musée

Situé au 1400, rue Sherbrooke Ouest, le projet de la Tour du Musée prévoit la conversion d'un édifice à bureaux en un bâtiment résidentiel de 12 étages offrant 40 nouveaux condominiums, à un coin de rue du Musée des beaux-arts de Montréal.

 

Un peu plus au sud, au 1211-1261, rue Bishop, le Projet Flex propose quant à lui pas moins de 196 unités d'habitation et 10 nouveaux commerces, renforçant ainsi le caractère mixte de ce quartier convivial et animé.

 

Juste derrière, au 1220-1228, rue Crescent, un autre projet mixte de 8 étages totalisant 77 nouveaux condominiums prévoit le comblement d'un terrain vacant.

 

L'approbation finale de trois des dix projets, soit la Maison Ogilvy, l'îlot Overdale et Le 1220, rue Crescent, sera conditionnelle aux modifications réglementaires proposées dans le Cadre de révision des hauteurs et densités du centre-ville, qui sera présenté pour adoption au conseil municipal dans le courant du mois d'avril.

 

Un centre-ville en plein essor

 

L'effervescence immobilière que connaît Ville-Marie se manifeste aussi dans l'ensemble du territoire de l'arrondissement. En ce moment, pas moins de 29 projets sont en cours de réalisation au centre-ville. De la Tour Altoria au Seville, en passant par le projet Altitude, ou encore le Metropol et le Sofia aux abords du Quartier latin, c'est tout le centre-ville de Montréal qui est en train de se réinventer. L'implantation du nouveau CHUM et de son Centre de recherche s'inscrit également dans cette tendance.

 

« Nous travaillons depuis dix ans à la transformation de Montréal et cela porte ses fruits. Nul doute que tous ces nouveaux projets insuffleront encore plus de vie et d'animation au centre-ville! », de conclure le maire.

Je sais qu’on ne devrait pas rouvrir des fils inactifs depuis longtemps, mais je voudrais souligner le dixième anniversaire de ce fil qui fut, à mon avis, assez marquant.  Rappelons-nous du contexte de 2012 : tout ce que nous avions de majeur en construction à nous mettre sous la dent récemment était l’Altoria, l’Altitude et le Courtyard Marriott.  Les années précédentes avaient aussi été des années de vache maigre; tout ce que nous avions eu lors de la décennie précédente était le 400 Sherbrooke ouest, la Cité du commerce électronique, des projets universitaires, le Louis Bohème et le Crystal de la Montagne (ces deux derniers n’étaient pas es favoris de tout le monde…), et d’autres projets plus mineurs.  Soudainement, on nous annonce 10 projets importants (6 peut-être sont importants, le reste bouche simplement des trous, mais quand même).  Comparons maintenant cette situation à ce que nous vivons aujourd’hui…

Pouvions-nous imaginer la décennie qui allait suivre?  Tous ces projets apparaissent bien ennuyants aujourd’hui.  Si on nous les annonçait, on dirait : « Pas encore des tours de 120m.  Quoi, juste 40 étages?  Des tours jumelles, vraiment? » SI quelqu’un avait dit ça sur le forum il y a 10 ans, il aurait été conduit au bûcher pour hérésie…  Depuis, nous avons eu les 3 tours du Canadien, l’Avenue, l’Icone, le Tom, le 628 St-Jacques et plein d’autres.  Griffintown est passé d’un lieu plutôt désaffecté à un quartier vibrant.  Sans compter qu’il y a 5 tours de 200m en construction.  Il n’y a pas 5 tours de 200m en existence à Montréal présentement.  Ajoutons à ça que le CHUM et le CUSM sont construits (j’ai encore de la misère à le croire…), L’Université de Montréal a un nouveau campus.  La ligne bleue semble être bien lancée et le REM est en construction (sans compter que la phase deux est planifiée et qu’on planifie aussi des projets pour Laval, Lachine et Longueuil).  Et je pourrais continuer longtemps à énumérer des projets réalisés ou en cours.

L’économie du Québec est à son plus fort depuis… toujours !  Le chômage n’est plus un problème, en fait c’est le contraire : on manque de main-d’œuvre !  Et on vient de passer à travers une pandémie mondiale.  Aurait-on pu imaginer telle situation il y a 10 ans.  Peut-on imaginer de quoi auront l’air les 10 prochaines années ?  D’autres tours au centre-ville ?  Les trous dans le vieux Montréal bouchés par des projets de haute qualité ?  Le Parc Jean-Drapeau développé à son plein potentiel ?  Un funiculaire sur le Mont-Royal ?  D’autres projets de TEC ?  Des agrandissements d’universités, des nouveaux cégeps (le nombre d’étudiants post secondaires est sensé augmenté considérablement au cours prochaines années) ?  Le retour du baseball, l’arrivée de la NBA ?  L’agrandissement du Palais des congrès ?  Des agrandissements de musées, l’arrivée de nouveaux musées ?  Une nouvelle salle de spectacles ?  Des œuvres d’art publiques majeures, des fontaines ?

Serons nous aussi surpris de ce que nous verrons dans 10 ans que nous aurions été surpris de voir Montréal aujourd’hui avec nos yeux d’il y a 10 ans?

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, ToxiK a dit :

Serons nous aussi surpris de ce que nous verrons dans 10 ans que nous aurions été surpris de voir Montréal aujourd’hui avec nos yeux d’il y a 10 ans?

Ci-dessus la citation de la dernière phrase d'une très belle envolée lyrique, qui de surcroît est vraisemblable.  Toutefois, il n'est pas impossible non plus que la surprise qui nous attend soit moins rose, plus grise.  À côté des facteurs et des indices positifs qui nous inspirent, il s'en trouve d'autres qui assombrissent les perspectives.  Ces autres facteurs sont, pour une part, internes, et pour l'autre, externes.  Le vieillissement de la population québécoise, au moins jusqu'aux années 2050, est une quasi certitude.  Les changements climatiques, chez nous comme dans le monde entier, laissent entrevoir des conséquences globalement négatives, et potentiellement très graves.  Les tensions sociales et économiques ailleurs dans le monde sont déjà préoccupantes et elles peuvent encore s'accentuer.  Et puisque Montréal et le Québec sont très ouverts sur le monde, nous souffrirons aussi des difficultés des autres.   

Aussi, il ne s'agit pas seulement d'une "balance" entre les facteurs positifs et les facteurs négatifs.  Même dans l'hypothèse d'un bilan rétrospectif globalement positif, les formes que prendront les changements pourront aussi nous surprendre.  Par exemple, on ne sait pas si les forces centripètes, qui tendent à concentrer les richesses et les populations dans les grandes villes, continueront de prévaloir au dépens des forces centrifuges: ça dépend de plusieurs facteurs, mais l'évolution technologique en fait sûrement partie.  Concrètement, ça ouvre la possibilité que les futurs développements se produiront davantage dans les régions du Québec qu'à Montréal, et que l'importance relative de son centre-ville aura diminué.  L'accélération récente des grands projets immobiliers aura peut-être fait place à un ralentissement ou à la stagnation.

La surprise peut se manifester de plusieurs façons inattendues!

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Je n'étais pas né pour le boom du début des Sixties (PVM, CIL, CIBC et TDLB), j'avais suivi du coin de l'oeil le mini-boom du début des Nineties (1501, 1250 et 1000) et la décennie 2012-2022 était pour moi totalement inespérée après une traversée du désert qui aura duré vingt longues années. Un boom tout aussi inattendu que la présence du CH en finale l'an dernier, ce qui n'est pas peu dire. 

On a été très choyés ces récentes années, en partie à cause de l'effet Plante 20/20/20 qui a accéléré le processus de lancements des projets.

Je crois pas que cet essor s'arrêtera net comme en 93' mais oui il risque de diminuer (difficile de soutenir une telle cadence) et ça ne m'empêche pas d'avoir de très beaux espoirs à court/moyen terme avec l'OACI2, les deux South Blocks, le Y des Femmes et le stationnement étagé de la Gare Centrale. 

P.S : pourquoi avoir placé cet excellent topic dans la section projets oubliés ou en suspens ? O.o

Link to comment
Share on other sites

Le plus gros boum à Montréal a été les années 80. Il s'est construit énormément de tours à bureau, dont nos nombreuses post-modernes en granit et ma pref de 1987 💕 Même le "mini-boum" des "90s", la construction de ces tours a débuté en 1988-89.

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Rocco a dit :

Le plus gros boum à Montréal a été les années 80. Il s'est construit énormément de tours à bureau, dont nos nombreuses post-modernes en granit et ma pref de 1987 💕

O.o Les années 80' ? À part ta préférée, rien qu'une misérable petite poignée de chubbies dont la « hauteur » oscillait entre 80 et 130m  Bell/BN, Astral, 500 R-L, Industrial Life et Lavalin.

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, KOOL a dit :

O.o Les années 80' ? À part ta préférée, rien qu'une misérable petite poignée de chubbies dont la « hauteur » oscillait entre 80 et 130m  Bell/BN, Astral, 500 R-L, Industrial Life et Lavalin.

Je te suggère de faire une recherche exhaustive.

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Rocco a dit :

Je te suggère de faire une recherche exhaustive.

Yes, exactement la réponse que je souhaitais car je comptais faire la recherche de toutes façons. 

La plupart des experts s'entendent qu'un édifice est considéré comme un gratte-ciel s'il fait 100 mètres ou plus.

Entre parenthèses hauteur en mètres et nombres d'étages.  

60' : Hydro (110, 24), Place du Canada (113, 27), Port Royal (122m, 33), 800 R-L (125m, 30), BCN (133, 32) Tour Tellus (136, 34), Marriott (139, 38), CIBC (187, 45), PVM (188, 46), TDLB (190, 45). Totaux : 1443 mètres, 354 étages.

70' : 1110 Sherbrooke O (102, 27), 2250 Guy (104, 32), Radio Canada (105, 24), 2020 University (104, 26), Le Chatel (107,27), Hotel des Gouverneurs (108,30), Evo (108, 30), CD Nord (108, 28), Hotel Omni (116, 32), 1000 Sherbrooke O (128, 28), CD Est (130, 32), CD Sud (152, 40). Totaux : 1386 mètres, 350 étages

80' : 500 R-L (110, 26), Sheraton (118, 38), 600 DLG (128, 28), 700 DLG (128, 28), Bell Media (134, 34), KPMG (146, 34). Totaux : 764 mètres, 188 étages

90' : Tour Scotia (128, 28), 1501 McGill (158, 36), 1250 R-L (199, 47), 1000 DLG (205, 51) : 690 mètres, 162 étages

00' : Garden Inn (110, 37), CC1 (119, 27). Totaux : , 229 mètres, 64 étages

Morale de l'histoire le plus gros boom immobilier avant celui commencé en 2012 est dans l'ordre celui des Sixties suivi de peu par les Seventies. Très loin derrière se retrouvent les Eighties qui devancent à peine les Nineties.  Fait cocasse, si le Holliday Inn avait été complété dans les Seventies comme prévu les Eighties n'auraient pas fait partie du top 3. 

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...