Recommended Posts

Pinned posts

Des autobus privés sur Pie-IX

 

bilde?Site=CP&Date=20071206&Category=CPACTUALITES&ArtNo=71206268&Ref=AR&Profile=6488&MaxW=700

Le boulevard Pie-IX, dans l’est de Montréal, est l’un des corridors de transport collectif les plus achalandés de la métropole.

Photo Alain Roberge, La Presse

 

Bruno Bisson

 

La Presse

 

L’Agence métropolitaine de transport (AMT) veut confier à un partenaire privé la réalisation et l’exploitation d’une voie réservée aux autobus sur le boulevard Pie-IX, dans l’est de Montréal, l’un des corridors de transport collectif les plus achalandés de la métropole.

 

Ce projet, encore à l’étape préliminaire, est au cœur d’une nouvelle guerre de tranchées entre l’agence gouvernementale et la Société de transport de Montréal (STM) qui exploite les réseaux d’autobus et du métro de Montréal, et qui ne veut rien entendre du projet de l’AMT.

 

Dans une entrevue à La Presse, hier, le directeur général de la Société de transport de Montréal, Yves Devin, a révélé qu’après « des débats épiques » avec l’AMT, qui relève du ministère des Transports, la STM a décidé de faire cavalier seul, s’il le faut, et de réaliser son propre concept d’autobus express, qui pourrait être mis en service dès 2010.

 

Le projet de l’AMT, signale M. Devin, ne pourrait voir le jour que deux ans plus tard, en 2012.

 

Le projet privilégié par l’AMT prolongerait la voie réservée du boulevard Pie-IX au nord de la rivière des Prairies jusqu’à l’autoroute 440, à Laval. Il inclurait la construction de grands stationnements incitatifs. Les autobus circuleraient sur des voies réservées permanentes situées en bordure du boulevard. Les passagers y monteraient donc à partir de quais aménagés sur les trottoirs.

 

Pour la STM, a affirmé hier M. Devin, la circulation des autobus « en rive », en bordure du boulevard, ne fonctionnera pas, et limitera les performances de ce service qui serait beaucoup trop lent. C’est pourquoi le projet de la STM rendu public, dans ses grandes lignes, la semaine dernière, prévoit l’implantation des voies réservées aux autobus en plein centre du boulevard Pie-IX.

 

Ce boulevard est une des plus importantes artères de circulation nord-sud à Montréal et est utilisé chaque jour par des dizaines de milliers d’automobilistes. Le projet des voies réservées aurait pour effet de retrancher complètement deux voies de circulation – une par direction – sur ce boulevard de six voies de largeur.

 

Des voies surélevées

 

Les voies de circulation destinées exclusivement aux transports en commun seraient surélevées, par rapport aux chaussées des automobilistes, et le bitume serait peint d’une couleur contrastante avec l’asphalte noir conventionnel afin de bien différencier les voies réservées aux autobus des autres voies de circulation.

Dans une étude préliminaire, le coût de réalisation de ce projet a été très sommairement estimé «entre 45 et 90 millions de dollars».

 

Selon M. Devin, la STM a reçu du comité exécutif de la Ville de Montréal le mandat prioritaire d’implanter ce projet dans les plus brefs délais possible.

 

Or, lors d’une rencontre de travail récente, affirme-t-il, l’AMT « a décidé de faire ce qu’on fait généralement quand on ne veut pas prendre de décision. Elle a commandé une étude ».

 

Le feu aux poudres

 

Après cinq ans d’études, de discussions, d’enquêtes et de mésentente, ce nouveau mandat d’étude, confié aux firmes d’ingénieurs Cima et Genivar, semble avoir mis le feu aux poudres entre les deux organismes publics qui se livrent une guerre sans partage, depuis des années, pour le contrôle du développement des transports en commun dans la métropole.

 

Jointe hier pour commenter les affirmations de M. Devin, la vice-présidente aux communications de l’AMT, Marie Gendron, a semblé décontenancée par la virulence de cette sortie, et a affirmé que l’agence gouvernementale, qui relève du ministère des Transports du Québec, s’estime toujours partenaire de ce projet d’autobus express dans l’axe du boulevard Pie-IX.

 

Mme Gendron a dit tout ignorer quant à la possibilité que ce projet de voie réservée fasse l’objet d’un partenariat public-privé, et a assuré que l’AMT n’a pas commandé d’étude en ce sens. Selon elle, la nouvelle étude commandée « vise à vérifier les conditions d’exploitation d’une voie réservée permanente aux autobus au centre du boulevard Pie-IX, et à valider le scénario élaboré par un consultant, en collaboration avec la STM ».

 

Jusqu’en juin 2002, l’AMT exploitait une voie réservée aux autobus sur le boulevard Pie-IX, qui fonctionnait à contresens du trafic automobile, pendant les heures de pointe seulement. La STM était responsable du fonctionnement de la voie réservée. Ce sont ses autobus, conduits par ses chauffeurs, qui assuraient cette desserte express très populaire, entre le nord-est de la ville et la station de métro Pie-IX.

 

Ce circuit d’autobus, le R-505, était, à l’époque, l’un des plus utilisés de la métropole avec une fréquentation pouvant aller jusqu’à 8000 passagers par jour, soit l’équivalent de plusieurs trains de banlieue.

 

Le service d’autobus a toutefois été interrompu net après la mort tragique d’une jeune femme, happée de plein fouet par un autobus alors qu’elle traversait le boulevard Pie-IX. Malgré les conclusions d’une enquête du coroner, concluant que le principe de la circulation à contresens des autobus pouvait être maintenu, moyennant certains aménagements de la voie publique, l’AMT, la STM et la Ville de Montréal n’ont jamais eu l’intention de rétablir ce service.

 

À l’AMT, hier, Mme Gendron a assuré que malgré les désaccords entre les parties sur la meilleure manière de rétablir une voie réservée aux autobus, « nous nous entendons toujours sur la nécessité d’implanter un service d’autobus rapide dans cet axe de circulation ».

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça fait pratiquement 10 ans que la STM ne fait rien avec la 505-PieIX. Études après études, du vrai temps de gaspillé alors que le besoin est immédiat.

 

Je crois qu'il était temps que quelqu'un se lève, sinon la STM aurait encore rien fait pendant 5 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je comprends pourquoi une étude sur une ligne de bus prends 10 ans (ou plusieurs études si vous voulez). Me semble que c'est pas aussi compliqué que d'aller sur la lune. C'est du niaisage, c'est ça que ça donne des employés syndiqués.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hum j'imagine pas la STM envoyer ne serait-ce qu'un billet de métro sur la Lune...

 

Ouais les études ça devrait pas être si long, surtout si le résultat n'est pas concluant (ou en apparence décevant ou stupide).

Par exemple, vous savez qu'il y aura des autobus accordéons sur quelques lignes (45, 51, 67, 69, 80, 121, 141, 165, 535) en 2009, mais aucun sur Pie-IX? on m'a expliqué qu'une raison possible était que : les études ont sûrement démontré que les bus n'avaient pas d'espace pour se retourner adéquatement à la fin du trajet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Extrait de l'article que je viens de poster sur l'autre Thread «Metro vers Laval»

 

Dans l'est de l'île Jésus, une nouvelle ligne express (de la STL) traversera le pont Pie-IX et conduira les voyageurs jusqu'à la ligne bleue du métro, en empruntant une ancienne voie réservée réactivée, boulevard Pie-IX.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voie réservée sur le boulevard Pie-IX - Julie Boulet adresse un ultimatum

 

Le Devoir

Jeanne Corriveau

Édition du mardi 17 février 2009

 

Mots clés : ultimatum, Julie Boulet, boulevard Pie-IX, Transport en commun, Montréal

 

Montréal et l'AMT ont jusqu'en juin pour s'entendre à défaut de quoi la ministre des Transports imposera sa décision

Suspendu depuis juin 2002, le service de voie réservée sur le boulevard Pie-IX fera l'objet d'intenses négociations au cours des prochains mois. Québec a décrété que, d'ici au mois juin, une formule d'aménagement devrait être trouvée pour mettre fin à sept ans de tergiversations.

 

La Société de transport de Montréal (STM) et l'Agence métropolitaine de transport (AMT) devront s'entendre sur un concept d'aménagement pour la voie réservée sur le boulevard Pie-IX, faute de quoi Québec imposera une solution. C'est ce qu'a annoncé hier la ministre des Transports, Julie Boulet, qui souhaite la remise en service d'un corridor destiné aux transports en commun sur cette artère le plus rapidement possible.

 

Le litige entre l'AMT et la STM a assez duré, estime la ministre. En marge d'une activité de financement de Transport 2000 hier midi, Mme Boulet a indiqué qu'elle avait demandé au sous-ministre, Denis Jean, et au directeur général de la Ville de Montréal, Claude Léger, de lui soumettre, d'ici juin, un projet de voie réservée qui fasse consensus.

 

«Il faut qu'on arrête de tergiverser et d'en discuter pour qu'on passe à l'action, a-t-elle expliqué. Je souhaite qu'ils s'entendent, sinon on va regarder les meilleurs scénarios et on va prendre celui qui est le plus intéressant pour la population.»

 

Une voie réservée sur le boulevard Pie-IX, une des artères les plus achalandées de la métropole, avait été aménagée en 1990. Aux heures de pointe, les autobus roulaient à contresens de la circulation au centre du boulevard dans une voie qui leur était destinée. La mort de quatre piétons, parmi lesquels la conjointe d'un chauffeur de la STM, a poussé la Ville à suspendre le service en juin 2002.

 

Bien qu'elles conviennent de l'importance d'aménager une voie réservée sur cette artère, la STM et l'AMT ne s'entendent pas sur le concept à privilégier. La STM souhaite faire rouler des autobus ou des trolleybus au centre du boulevard alors que l'AMT veut plutôt aménager une voie réservée le long des trottoirs jusqu'à l'autoroute 440 à Laval. Malgré les onze scénarios élaborés, le litige persiste depuis des années, l'AMT étant gestionnaire d'une voie réservée sur Pie-IX alors que la STM est responsable de son exploitation. En mai 2008, la ministre leur avait demandé de s'asseoir ensemble pour régler leur différend. Peine perdue.

 

En juin, Québec examinera le ou les scénarios proposés et tranchera. «On va faire une analyse rigoureuse. Il y a toujours des avantages et des inconvénients. C'est aussi une question de coûts et d'efficacité. Laval craint que ça bouchonne. C'est tout ça qu'il faut analyser», a expliqué la ministre.

 

Pour le responsable du dossier des transports au comité exécutif de la Ville, la position de la ministre constitue une bonne nouvelle. «Ce projet de voie réservée est symptomatique d'un problème de gouvernance qu'il faudra aussi régler», a rappelé André Lavallée. Aménager une voie réservée n'est pas toujours aussi complexe puisque la STM en inaugurera une sur le boulevard Saint-Michel à la fin du mois de mars, a-t-il fait savoir.

 

Interrogée au sujet de la crise dans le réseau des trains de banlieue, la ministre Boulet a fait savoir que le gouvernement accélérerait les investissements afin de répondre à certaines demandes de l'AMT qui réclame des investissements de 152 millions dans les infrastructures. «Il faut définir ce qui peut être fait à très court terme et à moyen terme, soit l'hiver prochain», a expliqué la ministre. Elle a évoqué les besoins exprimés par l'AMT pour améliorer l'aiguillage et la signalisation et construire des voies d'évitement et des garages. En devançant des dépenses, certaines améliorations pourront être apportées cette année ou en 2010, a-t-elle dit.

 

http://www.ledevoir.com/2009/02/17/234288.html (17/2/2009 4H49)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La STM fait tout pour pas s'entendre avec l'AMT... un autre exemple ci-haut.

 

Mais qu'est-ce qui dit, dans ce texte, que c'est la STM qui est le problème? Il me semble qu'il y a quelques mois, la ville disait qu'elle était tannée d'attendre après l'AMT et qu'elle entendait faire son propre projet si l'AMT continuait de breter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'AMT veut relier Laval à la voie réservée, je suis sûr qu'il y a des clowns à la STM qui ne sont pas très contents... les mêmes clowns qui chargent trop cher aux usagers de laval.

 

oui je sais que c'est une théorie de conspiration, mais c'est bizarre que ça bloque par deux fois entre l'AMT et la STM quand Laval est dans le portrait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6897,68149721&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Chantiers de construction en cours
      Le bulletin Chantiers de construction en cours présente une liste les chantiers de construction de 5 millions $ et plus en cours sur le territoire de l’agglomération de Montréal. Celle-ci comprend une courte description du projet, son emplacement, le propriétaire, la valeur, les dates de début et de fin de la construction, ainsi que le type de construction.
      Cette compilation spéciale est effectuée par Montréal en statistiques pour la ville de Montréal et ses arrondissements, ainsi que pour les villes liées, à partir de relevés émis par la Commission de la construction du Québec. Sa publication est donc tributaire des relevés publiés par cet organisme.
      sent via Tapatalk
    • Par franktko
      Depuis un bon bout de temps que j'ai l'intention de partager les modèles que j'ai fait avec Sketchup à être vus dans Google Earth. Je pensais devoir à partager tous les modèles (plusieurs fichiers) et que ça deviendrait une grande tâche! Finalement, c'est très simple pour que vous puissiez observer tous les modèles dans Google Earth:
      1- Téléchargez et installez Google Earth Pro, c'est gratuit bien sûr.
      https://www.google.com/earth/download/gep/agree.html
      2- Téléchargez les modèles (1 seul petit fichier: FrankTKO Montréal 3D.kmz, 236k)
      https://mega.nz/#!2Sp1gZyQ!KMVxa8eGwOUqBH44PtuSAeXzcCnpGse7mwSAfnp5r7I
      (sur le site Mega, cliquez Download)
      3- Dans Google Earth, choisissez le menu "Fichier/Ouvrir..." ("File/Open...") et choisissez le ficher téléchargé dans l'étape 2 (FrankTKO Montréal 3D.kmz)
      Et voilà!! Have Fun!!
      Verts = Complétés / Topés, Jaunes = En Constructions, Bleus = Proposés
      Je vais essayer de mettre ce fichier à jour régulièrement avec de nouveaux ajouts
      ---
      Petits tips & tricks:
      # Vous remarquerez que le fichier de modèles contient une hiérarchie de dossiers et qu'ils sont apparus à la gauche sous le dossier "Lieux temporaires" ("Temporary Places"). Je vous conseil de "draguer" le dossier FrankTKO Montréal 3D dans votre dossier "Mes lieux préférés" ("My Places"). Par la suite, faites "Fichier/Enregistrer/Enregistrer mes lieux préférés" ("File/Save/Save My Places") comme ça à chaque fois que vous utilisez Google Earth, les modèles seront disponibles et vous n'aurez pas à les ouvrir de nouveau pour y avoir accès. (voir image plus bas)
      # Cocher ou décocher les items de la liste pour les rendre visibles/invisibles. Cocher ou décocher des sections entières (ex. En Construction ou Proposé) pour rendre tous les modèles sous cette section visibles/invisibles
      # Double-cliquer n'importe lequel des modèles pour voir Google Earth "faire un vol" et afficher le modèle. Utiliser le sous-dossier "Vues" pour afficher des points de vues reconnus (du Pont Champlain, du Mont-Royal, ....)
      # Si vous êtes nouveau avec Google Earth:
      - Placer votre point de vue au dessus de Montréal et ensuite choisissez le menu "Affichage/Faire de ce lieu mon point de départ" ("View/Make this my startup location") comme ça à chaque fois que vous lancez Google Earth, il va venir ici au lieu d'être au dessus de l'Amérique du Nord.
      - Assurez vous que le choix "Relief" ("Terrain") et "Bâtiments 3D" ("3D Buildings") sont cochés à la gauche dans le bas sous la section "Calques" ("Layers") pour voir les modèles complets de la ville.
      # La réalisation du modèle 3D de Montréal a été fait par Google à l'été 2014 alors que la tour Deloitte était à mi-chemin. Il manque donc tous les bâtiments construits depuis. J'ai bien hâte qu'ils fassent une mise à jour, même si ça veut dire que la majorité de mes modèles vont aller à la poubelle!!

    • Par Megafolie
      Pathétique...
      https://pq.org/deblocage/
       
      EXCLUSIF Publié le 20 mars 2018 à 05h00 | Mis à jour à 06h08
      Un gouvernement péquiste enverrait le REM sur une voie de garage
      Le Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec devrait coûter près de 6 milliards $.
      PHOTO FOURNIE PAR LA CDPQ
      DENIS LESSARD
      La Presse (Québec) Porté au pouvoir, un gouvernement du Parti québécois (PQ) mettrait pour l'essentiel au rancart le projet de Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec. En lieu et place, le gouvernement Lisée proposerait un réseau de tramways, plus modeste et moins coûteux, et s'appuierait davantage sur les trains de banlieue et le métro.
      Le chef du PQ, Jean-François Lisée, doit, ce matin, annoncer la stratégie de son parti en matière de «mobilité pour Montréal», dans une conférence de presse depuis son bureau de chef de l'opposition à la Place Ville Marie.
      À l'interne, des élus péquistes sont surpris de la rapidité de cette annonce. Mercredi dernier, les députés avaient eu une première présentation au caucus hebdomadaire. La réunion s'était prolongée pour les élus de Montréal et du 450. À la différence du REM, le projet mis de l'avant par le PQ déborde largement l'île de Montréal pour rejoindre davantage les électeurs du 450, essentiels pour les prochaines élections générales.
      Depuis des mois, les interventions du PQ à l'Assemblée nationale sont invariablement opposées au projet de la Caisse de dépôt. Mais les stratèges de Jean-François Lisée en conserveraient un élément, indiquaient des sources péquistes hier. Le changement de cap sera l'occasion d'imposer une balise qui fait cruellement défaut au projet actuel : le matériel roulant devrait comporter au moins 25% de contenu provenant du pays. Le REM ne prévoit aucune règle quant au contenu canadien ou québécois. Une décision prise pour avoir accès aux appels d'offres internationaux, avait soutenu la Caisse.
       
      Annoncé vendredi, le projet de tramway de l'administration Labeaume, à Québec, promet déjà 25% de contenu canadien, et le PQ avait publiquement dit que cela était plein de bon sens, confie-t-on.
      Une position qui fait jaser
      Dans le milieu des affaires de Montréal, en coulisses, la position du PQ faisait déjà jaser hier. Il faut s'attendre à ce que les groupes patronaux, unanimement favorables au REM, montent vite au créneau pour défendre le projet de la Caisse. Aussi, a relevé un des intervenants du patronat, les contrats sont déjà alloués, et les expropriations ont débuté. L'abandon du projet, ne serait-ce qu'en partie, suppose de très lourdes pénalités.
      On ne s'attend pas à un tracé précis ce matin, mais on devrait avancer un coût, qui devrait être en deçà de la barre des 6 milliards de dollars du REM actuel. Du côté des trains de banlieue surtout, on s'appuie sur un réseau existant.
      Avec son projet étonnant, le PQ veut, à l'évidence, se démarquer des autres partis, adopter une position qui le distinguera clairement dans l'esprit des électeurs.
      La position du PQ n'est qu'un pas de plus vers l'opposition systématique du parti envers le projet de la Caisse de dépôt. Il y a un an, le parti avait tenté, en vain, de convaincre le gouvernement d'accepter la tenue d'une commission parlementaire sur le projet. Pour le PQ, les frais de fonctionnement du REM et l'obligation de rendement de la Caisse de dépôt rendent inaccessible la rentabilité, à moins de lourdes subventions gouvernementales. Pour Jean-François Lisée, le manque de transparence du gouvernement devrait faire craindre le pire aux contribuables.
      D'ailleurs, l'opposition péquiste avait fait valoir que le REM rendrait nécessaire une hausse de taxe foncière dans plusieurs villes de la couronne.
      Pour élaborer sa position, le PQ a aussi échangé avec les dirigeants de Trainsparence, une organisation opposée au REM et vouée au développement durable en transports collectifs. L'un d'eux, Jean-François Lefebvre, a repoussé jusqu'à cet après-midi ses commentaires. «Je ne peux rien commenter pour l'instant. Il y a des propositions qu'on fait depuis des mois, qui circulent», se contente de dire le chargé de cours en études urbaines de l'UQAM.
    • Par ChrisDVD
      Réseau express métropolitain (REM)

      26 stations / 67 km
      http://www.rem.info/
      TRAINS
      - Voiture de type métro léger, électrique
      - Flotte d'environ 240 voitures à la mise en service
      - Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe
      - Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout)
      - Configuration entre deux voitures de type "boa"
      - Alimentation électrique par caténaire
      - Systèmes et conduite automatisée des trains
      - Vitesse maximale de 100 km/h
      STATIONS / GARES
      - Quais d'environ 80 m de long
      - Portes palières sur les quais
      - Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture
      - Accès universel
      - Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo
      - Wi-Fi offert sur toute la ligne
      - Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle
    • Par ScarletCoral
      Le défi de la construction d’ascenseurs dans les stations de métro
      Journal Métro
      Mathias Marchal   Mettre des ascenseurs dans les 56 stations de métro restantes, d’ici 2038, pourrait coûter plus de 800M$, a évalué la Société de transport de Montréal (STM)
      La STM a provisionné 213M$ pour rendre accessible jusqu’à 14 stations d’ici 2022, a expliqué mercredi sa directrice de projets, Geneviève Foucaud, en marge d’une visite de chantier d’installation d’ascenseurs à la station du Collège.
      Même si la STM n’a pas étudié les coûts pour toutes les autres stations restantes, elle prévoit néanmoins un coût moyen de 10M$ à 15M$ par projet d’accessibilité universelle. Sachant qu’elle a déjà équipé les stations où les travaux étaient les moins onéreux, la facture totale pourrait aisément atteindre les 800M$ en 2038.
      Certains usagers pensent qu’il suffit de creuser pour installer l’ascenseur, mais c’est souvent plus compliqué. Même le chantier de la station du Collège (8M$), qui est pourtant considéré comme étant facile à réaliser, se sera échelonné sur 16 mois quand il sera terminé, cet été.
      «Il a fallu agrandir l’édicule nord, créer une nouvelle ligne de perception, démolir un escalier de béton déjà en place pour laisser passer l’un des deux ascenseurs et protéger les œuvres d’art», a mentionné le surintendant au Bureau de projet des équipements fixes de la STM, Sylvain Bonnier.
      «Il a aussi fallu concevoir un coffrage pour isoler le chantier du reste du quai et éviter la poussière lors des passages de train afin de pouvoir travailler en journée pour accélérer le chantier», a ajouté M. Bonnier.
      Faire entrer deux pelles mécaniques de démolition au sous-sol par les futurs conduits d’ascenseurs se sera aussi avéré périlleux.
      Actuellement, des travaux similaires ont lieu à la station Honoré-Beaugrand au coût de 19,3M$, de même qu’à la station Vendôme, où un deuxième édicule accessible est actuellement en construction. Les stations qui suivront sont Jean-Drapeau (2019), Jean-Talon (ligne bleue- 2019), Berri-UQAM (ligne verte – 2020), Viau (2020) et Mont-Royal (2021).