Jump to content

Recommended Posts

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/200901/25/01-820797-des-contraventions-pour-les-insultes.php

 

«Cochon», «poulet», «mangeux d'beignes»... Les Montréalais pourraient devoir y penser à deux fois avant d'insulter un policier. La Ville étudie la possibilité de sanctionner les injures adressées à ses agents de la paix.

 

Comme il l'a annoncé à la mi-janvier, le conseil municipal doit aussi entériner demain soir une décision pour interdire le port d'un masque pendant les manifestations.

 

De plus, La Presse a appris que la police de Montréal caresse l'idée de remettre des contraventions aux citoyens qui les insultent. Le contentieux de la Ville vérifie actuellement si ce règlement, en vigueur dans d'autres villes du Québec, serait applicable dans la métropole.

 

«Le comité exécutif et nos avocats ont eu une première rencontre à ce sujet en novembre et doivent se rencontrer de nouveau en mars pour faire le point», a indiqué l'inspecteur-chef Paul Chablo, chef de la division des communications au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

 

Au terme de l'analyse juridique, l'administration municipale décidera si elle souhaite modifier le Règlement sur la prévention des troubles de la paix, de la sécurité et de l'ordre publics.

 

Le responsable de la sécurité publique au comité exécutif de Montréal, Claude Dauphin, se dit «sensible» à la question des insultes, mais n'a pas souhaité commenter davantage. «Nous en discuterons sous peu à la Commission de la sécurité publique, a-t-il dit. Il faut suivre toutes les étapes.»

 

«Une notion de respect»

 

La Fraternité des policiers et policières de Montréal a été la première à proposer à la Ville de sanctionner les insultes et injures à l'égard des policiers, selon son président, Yves Francoeur. Le syndicat en fait la demande depuis 2003.

 

«Le but est d'inculquer la notion de respect envers les policiers, une notion qui se perd à Montréal», a affirmé M. Francoeur, en entrevue avec La Presse.

 

Un règlement similaire est déjà en vigueur à Québec, à Sherbrooke et à Trois-Rivières. À Montréal, cela faciliterait le travail des policiers à la sortie des bars, estime le président du syndicat.

 

«Le service de police est obligé d'envoyer des effectifs très importants boulevard Saint-Laurent. Or, si les policiers pouvaient remettre des contraventions à ceux qui les insultent, ça calmerait les ardeurs et ça empêcherait la situation de dégénérer.»

 

Selon M. Francoeur, «il n'y a jamais eu autant de policiers intimidés, victimes de voies de fait et encerclés que depuis deux ans.»

 

Manifestants masqués

 

La Fraternité est également l'instigatrice d'un règlement qui doit être entériné demain soir au conseil municipal. La Ville veut interdire le port de cagoules et le recours à tout autre moyen de se masquer le visage dans les manifestations publiques. Le règlement serait adopté fin février.

 

Le syndicat a formulé sa première demande au tournant des années 2000 après une violente manifestation dans les rues de Montréal. Un policier avait perdu l'usage d'un oeil après avoir reçu un projectile lancé par un manifestant cagoulé.

 

«Logique et bon sens»

 

«À ce moment-là, on n'avait aucun règlement pour intervenir avant que ça dégénère», a indiqué Yves Francoeur, qui souligne que les policiers de Québec bénéficiaient d'un tel pouvoir. En effet, le Règlement pour le bon ordre et la paix dans la Cité de Québec, adopté en 1865, interdit le port d'un masque sur la place publique.

 

La direction du SPVM assure que, si le conseil municipal entérine la décision, les policiers appliqueront leur nouveau pouvoir «avec logique et bon sens».

 

«Les manifestants qui se couvrent le visage d'un foulard en hiver ou qui revêtent un masque de politicien ne représentent aucun risque, a précisé Paul Chablo. À l'opposé, les gens qui portent un masque à gaz sont susceptibles de recevoir une contravention.»

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 33
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

All i have to say is... FREE SPEECH.

 

Though i've never outright insulted a police officer and most likely never will (my parents taught me basic respect), this issue irks my beyond belief. For a province that prides itself on liberal values, this is an incredible violation of free speech.

 

We're not talking about about resisting arrest or "atteintes à la personne", we're talking about "mangeur de beigne". WOW.

 

"Donut eater!!!"

"OH SNAP, YOU TOTALLY WENT THERE!"

 

How thin-skinned can you be? You enforce the law, you carry around weapons, you're the strongmen and women that protect us from crime, yet you can't take "donut eater"?

 

Facepalm.

Link to comment
Share on other sites

C'mon c'est qui qui insulte un policier à part des enragés pis des saoulons? Pis nommez-moi une seule personne qui a déjà traité un policier, dans un élan de rage, de ``Mangeux de beigne``. Ça serait pas mal plus comme ``Criss de Tabarn*&k``, ``Os*ie de gros chien sale`` ou encore ``mangeux de mar*e``.

Link to comment
Share on other sites

moi je suis d'accord

j'ai déjà entendu du monde traité des policiers de cochons

 

le respect ça commence par là,

 

les policiers sont là pour faire respecter les lois, s'ils se laissent insulter, après ça c'est quoi .....

 

une amende c'est parfait, ceux qui les insultes devraient y penser à 2 fois, dans cerains pays ils se feraient tabasser ou même tuer, une petite amende ça porte à réflection

 

il y a des limites au free speech, insulter le gens, spécialement les figures d'autorité ça ne se fait tout simplement pas

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator
C'mon c'est qui qui insulte un policier à part des enragés pis des saoulons? Pis nommez-moi une seule personne qui a déjà traité un policier, dans un élan de rage, de ``Mangeux de beigne``. Ça serait pas mal plus comme ``Criss de Tabarn*&k``, ``Os*ie de gros chien sale`` ou encore ``mangeux de mar*e``.

 

 

C'est ce que je pense aussi, quand est-ce la dernière fois que vous avez envoyé chier un policier??!

 

Le free speech dont Cataclaw fais référence ne doit pas être en conflit avec la sauvegarde de la dignité, de son honneur et de sa réputation qui sont enchassés dans la Charte des droits et libértés.

Link to comment
Share on other sites

Je suis entièrement d'accord avec vous deux. Je suis totalemtn contre ces règlements. Nous vivons dans une société libre, et si un policier me fais chier en me donnat un ticket pour quelque chose que je crois que je ne mérite pas de ticket, je vais l'envoyer chier. Je vais le traiter de mangeux de beignes ou de cochon, car porendre une journée complète de congé de la job pour aller contester le ticket, me couterait plus cher que de payer le calisse de ticket...donc c'est mon seul moyen d'exprimer ma colère envers le système...qui soit dit en passant devient de plus en plus stricte et sévère.

Link to comment
Share on other sites

Un policier est la pour faire respecter la loi et constater les infractions. Il doit donc arreter quelqu'un si ce dernier ne restpecte pas une loi ou un reglement et constater une infraction lors d'une plainte.

 

Le fait d'insulter un policier qui nous arrete n'ajoute pas a l'infraction commise, a moins qu'il y aie obstacle a l'arrestation. Dans ce cas, pourquoi imposer une amende pour cela? Parce que ceux qui insultent les policiers sont des voyous au depart? Parce que les policiers ont droit a plus de respect qu'un autre citoyen? Ces raisons ne sont pas valables. Une insulte, ce n'est pas illegal a moins d'etre diffamatoire.

 

Est-ce que les insultes nuisent a l'administration de la justice? Si oui, alors on y songera. Mais c'est une mesure tres contestable sur le plan constitutionnel sinon.

Link to comment
Share on other sites

Il serait donc parfaitement légal d'insulter individu "A" sur la rue, mais illégal d'insulter individu "B" simplement car ils ont des métiers différents.

 

Vous ne pouvez pas simplement dire "bof, quand est-ce que t'insultes un policier de toute façon?". C'est éliminer un droit de liberté d'expression, et votre justification de "tu t'en sers pas souvent de toute façon" me parait totalement inacceptable.

 

The bottom line is -- if you broke the law and a cop stops you, no insult will change the reality of the situation. We're talking about words here, people. Not bullets, not physical resistance, not attempted murder -- words.

 

If police officers are so thin skinned as to be bothered by verbal insults, they need to seek a different occupation. God knows how else their thin-skinned-ness is negatively affecting their job.

 

Respect cannot be imposed. Respect must be earned. No law can change that.

 

Je suis venu poster ici en passant que tout le monde allait être surpris de cette proposition stupide, mais au contraire, plusieurs sont en faveur; je suis étonné. Bon, et bien... il semblerait qu'on ne voient pas les principes de liberté de la même façon.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Cataclaw La police est une figure d'autorité universelle dans la plupart des sociétés. Tout simplement.

 

 

Je te pose la question : Est-ce que tu te permetterais de lancer «mon ostie de calisse de vieux snob» à un prof d'université dont tu viens de couler le cours?

 

Bien sûr que non, il faudrait être particulièrement con, masochiste ou tout simplement vouloir quitter l'école abruptement pour le faire.

 

Tu ne le ferais pas, parce qu'un professeur est une figure d'autorité lorsque tu es étudiant, et que tu sais que le confronter avec des insultes entraine des conséquences. Tu sais aussi que tu aurais beau crier sur les toits que l'on brime ta liberté d'expression, l'unviversité te suspendera de toute manière après avoir à peine étudier ton cas.

 

------------------------

 

C'est le même principe alors que tu étais plus jeune, lorsque tu étais un jeune adolescent, par exemple : La principale figure d'autorité dans ta vie était probablement tes parents (comme beaucoup de personnes).

 

Est-ce que tu te serais permis de crier un «criss de vieux con» à l'un ou l'autre de tes parents parce qu'il t'aurait empêché de sortir un soir (par exemple)?

 

Je ne crois pas. Et si tu l'as fait, tu savais très bien que ça entrainerait des conséquences.

 

------------------------

 

Je supposerai que tu es d'accord avec moi jusqu'ici.

 

------------------------

 

Alors, si il est impensable d'insulter un professeur ou un parent, tous deux des figures d'autorités, sans que des conséquences s'en suivent, dit moi pourquoi il serait juste de pouvoir le faire avec les représentants de la loi, seuls figures d'autorité universelle (et qui permet de donner un certain ordre à la société et l'empêche d'être chaotique) sans qu'il n'arrive rien comme conséquence?

 

 

C'est comme ça que je le vois : On doit, aux policiers, le même respect qu'à un professeur ou un parent.

 

Il existe de bien meilleur moyen de contester toutes ces figures, et dans le respect en plus! Une révision de note ou une plainte à la direction pour le professeur ; une bonne discussion avec tes parents ; aller constester une contravention ou une grève PACIFIQUE pour les policiers.

 

------------------------

 

Je sens que mon message soulèvera beaucoup de contestations...

 

Exprimez-vous! Au nom de la liberté d'expression!;)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...