helios_the_powerful

Member
  • Content Count

    722
  • Joined

  • Last visited

  • URB$

    14,798 [ Donate ]

Community Reputation

283 Excellent

About helios_the_powerful

  • Rank
    Senior Member

Personal Information

  • Biography
    Livin' it to the bone!
  • Location
    Sherbrooke
  • Interests
    -
  • Occupation
    Not to be disclosed

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Faut pas oublier que si les arrondissements "éloignés" en viennent à être consultés pour les travaux d'infrastructure dans les arrondissements centraux, il n'y a pas de raison que ce droit de consultation ne s'applique pas aussi dans l'autre sens, ou que son effet puisse être limité. Bien sûr, un arrondissement comme Rosemont, de par sa position et sa taille, se verra toujours traversé par des gens allant vers le centre et il doit accepter qu'une partie de son réseau doive servir d'artères à cet effet. Toutefois, quand on voit les développements totalement dépendants à l'auto en périphérie, il faut se demander à jusqu'où va la responsabilité pour un arrondissement comme Rosemont d'aller à l'encontre des désirs ou même de la sécurité de ses propres habitants pour accommoder un style de développement en périphérie qui accentue les problèmes sur son territoire. C'est tout à fait similaire à un voisin qui a une servitude pour passer chez l'autre parce qu'il n'a pas d'accès au lac: à un moment donné, celui qui se fait passer dessus peut s'opposer à ce que le voisin continue à passer sur son terrain s'il est pour se construire un hôtel à la place de son unique chalet (ou bien exiger qu'il modifie le chemin à ses frais).
  2. C'est sur les quatre coins ou seulement dans une direction? Il y a déjà une piste qui longe la rue dans ce coin-là, si c'est sur le côté Ouest c'est peut-être parce qu'il était prévu de la mettre dans la rue. Celà étant dit, ça serait surprenant que cette piste disparaisse, elle n'est pas trop contentieuse comme d'autres. En passant, sur une tangente, les lignes sur la chaussée ont été complètement effacées sur toute la longueur de St-Zotique hier, même sur la section à l'Est de De Lorimier qui ne sera pas sens unique. J'imagine qu'ils devraient donc aménager la piste en bordure de trottoir sur toute la longueur assez rapidement.
  3. C'est sans compter que le transport collectif, ça ne sert pas seulement qu'à aller au travail. C'est certain que ceux qui ont une voiture peuvent s'en servir plus souvent depuis mars, mais je doute beaucoup qu'il y ait eu un gros mouvement d'achat de voiture chez ceux qui n'en avaient pas. Ceux-là vont encore avoir besoin de faire une leurs autres déplacements même s'ils restent à la maison pour le travail.
  4. C'est ça qui a changé dans les dernières années et c'est ça qui fait en sorte que le débat se polarise: le paradigme a changé. Avant (et hors Montréal encore), il fallait que les cyclistes quémandent des pistes cyclables qu'on leur donnait au compte-goutte et souvent fait par des gens qui ne savent pas ce qu'ils font. Chaque piste devait être justifiée, chaque prise d'espace à l'auto devait n'arriver qu'en dernier recours parce que la majorité, c'était l'auto. Maintenant, surtout dans Rosemont et le Plateau mais pas mal partout dans le centre, c'est rendu l'inverse. La majorité, c'est en TEC et en transport actif qu'elle voit la ville. Ce n'est plus controversé dans ces endroits de prendre de la place à l'auto pour faire une voie réservée aux autobus ou aux vélos et c'est plutôt rendu qu'il faut justifier la place qu'on veut laisser à celle-ci. Ce n'est pas un mouvement qui est sur le point de s'arrêter à ces endroits, ça fait 10 ans que Projet Montréal y est réélu à majorité absolue. Dans ces deux arrondissement, on est à 15% environ des déplacement vers le travail qui se font en vélo, et plus que 50% en transport en commun. Donc on jase là, mais ce qui serait égoïste me semble plutôt de continuer à maintenir encore autant d'espace pour l'automobile quand ce n'est qu'une minorité qui l'utilise et que ça se fait au détriment des autres usagers majoritaires. On est déjà rendu à une rue sur deux avec une piste cyclable protégée dans Rosemont et ce n'est pas le chaos. On peut certainement faire de même dans le reste de la ville sans que ça devienne le chaos là non plus.
  5. C'est très clair quand on regarde les gens qui circulent sur les pistes cyclables qu'il y a plus de vélos, mais beaucoup moins de Bixis qui circulent. L'an passé en pointe du matin, tu pouvais être presque exclusivement entourés de Bixi sur les grosses pistes cyclables, alors que maintenant ils sont presque absents. J'imagine que je ne suis pas le seul à avoir cessé d'utiliser les Bixis et à m'être acheté un vélo qui a de l'allure.
  6. Tout à fait d'accord, ça pourrait être un sens par rue, mais ça enlève au final une rangée complète de stationnement sur 2 rues au lieu de 2 rangées sur une seule rue. Ça revient un peu au même en terme de places de stationnement enlevées. Si les gens sont prêts à vivre avec ça, pourquoi pas, mais je pense encore qu'enlever une voie de circulation sur une grande artère peut être moins douloureux. Et en ce qui concerne la sécurité, c'est n'est pas les vélos entre eux le problème, c'est l'interaction avec les piétons et les autos. Une voie bidirectionnelle ajoute un degré de complexité à chaque intersection et cause plus de conflits entre tous les usagers. Dans les petites rues, ça pourrait toujours aller, mais aussitôt que la piste croise une grande artère, ça nécessite des feux de circulation adaptés avec des cycles dédiés si on veut rendre ça sécuritaire. Ça rend aussi les virages beaucoup plus complexes, à la fois pour les cyclistes qui doivent sortir de la piste pour le faire et aussi pour les voitures qui ont une visibilité réduite aux angles morts. Ce n'est plus une "bonne pratique" de faire des pistes directionnelles en milieu urbain pour ces raisons, entre autres. Les pistes sur Rachel, Berri ou Maisonneuve ne seraient pas construite comme ça aujourd'hui, surtout en sachant combien de gens les empruntent.
  7. Les pistes bidirectionnelles sur rue ne sont pas sécuritaires et, si on veut qu'elle permettent un quelconque dépassement (pour garder leur nom d'express), il faut qu'elle fasse plus qu'une voie de large. Ça ne laisse donc pas assez d'espace pour une autre voie de circulation et une autre de stationnement.
  8. Dans les deux cas, on enlève 2 voies pour faire la piste cyclable (une par direction). Si on prend une rue comme Henri-Julien (une bonne candidate en remplacement de St-Denis par sa longueur), ça veut dire enlever l'ensemble du stationnement parce qu'il n'y a que 3 voies de large. Sur une plus grosse artère, ça peut être une voie de circulation qui est transformée à la place. Je suis pas certain que ce soit plus accepté par les résidents ou bénéfique de faire perdre l'ensemble du stationnement sur une rue comme Henri-Julien sur 8km qu'une voie de circulation sur St-Denis rendu là. Les rues Nord-Sud à Montréal sont en général très étroites et déjà sens unique (3 voies), c'est pour ça qu'on trouvera pas vraiment de bonne alternative aux grands axes je pense. Ce n'est pas comme Bellechasse où on a 4 voies et où on peut donc conserver une voie de stationnement.
  9. C'est surtout que le seul intérêt pour quelqu'un prendre un autobus de Du Ruisseau à Bois-Franc avec l'existence du REM, c'est si sa destination n'est pas plus loin sur le trajet du REM. Il y a déjà des circuits de bus qui font Du Ruisseau-Côte-Vertu, Du Ruisseau-Laval et Bois-Franc - Bois-de-Boulogne/H-B. Ces circuits-là ont l'avantage de passer plus près d'où les gens habitent que de l'échangeur autoroutier où il n'y a rien.
  10. Dans mon cas, ce n'est pas le froid qui me retient de faire du vélo l'hiver, mais la saleté. Je n'ai pas le goût de me changer en arrivant au bureau ou de porter une combinaison de protection, ni de devoir endommager mon vélo inutilement. Je n'ai donc aucun problème à continuer assez tard en décembre et reprendre plutôt tôt en mars, mais je n'envisage pas vraiment rouler en février à cause des rues mouillées et pleines de sel.
  11. C'est toujours le même problème: les gens ne font pas suite aux consultations, même quand ça leur est envoyé directement, et après ça chiale. Si 70% des commerçants sont contre la mesure, il est à parier que ça aurait pas passé s'ils avaient pris le temps de se manifester. Pendant ce temps-là, on est supposé attendre encore après l'infrastructure qu'on s'est fait promettre l'an passé? J'ai pas mal le goût de leur dire qu'il est trop tard pour se manifester et qu'ils doivent vivre avec les conséquences. C'était très bien annoncé et le temps a été pris pour consulter. Pour ce qui est du reste du débat sur le vélo d'hiver, c'est pareil comme pour tout le reste: ce ne sont pas les gens qui habitent présentement les quartiers qui vont changer leur comportement principalement, c'est la population qui va graduellement se renouveler. Sauf exception, ce n'est pas le vieux monsieur avec sa grosse Buick qui va commencer à faire du vélo l'hiver demain avec une piste déneigée, mais éventuellement ce monsieur-là va déménager et se faire remplacer par quelqu'un qui veut faire du vélo vu l'infrastructure en place. Ces infrastructures-là sont là pour orienter le développement futur, pas nécessairement pour répondre à une demande immédiate.
  12. Pour avoir habité dans ce coin-là dans les dernières années, je dirais qu'il faut pas oublier que le quartier s'est complètement métamorphosé dans l'espace de 1-2 ans, avant même que la ville ait le temps de réagir pour faire quoique ce soit. Tu parles d'antiquaires, mais dans les faits il n'y en a à toute fin pratique plus du tout. Tous les locaux ont été transformés en restaurants plutôt chics tirant leur clientèle de l'extérieur du quartier. Ça s'est calmé quand la ville a mis une limite sur le nombre de restaurants sur Notre-Dame, mais le mal était déjà fait. La population du quartier est en train de changer à vitesse grand V aussi, ce qui fait en sorte d'ajouter des clients locaux aux restaurants, mais l'offre commerciale reste tout de même assez inaccessible pour les résidents du coin, ne serait-ce que parce qu'il y a énormément de ces restaurants de destination (où on va pas le mardi sur un coup de tête, disons). Et l'activité de transformation du quartier s'est rapidement déplacée de l'autre côté du chemin de fer plus loin. Bien honnêtement, je n'avais jamais vu de mouvement de "gentrification" aussi rapide et intensif à Montréal avant ça, on se croirait à Brooklyn il y a 10-15 ans! Rendu là, il n'y a rien que la ville ne peut faire pour soutenir pleinement cette activité là et je pense qu'elle a raison à un certain point de ne pas encourager ce boom insoutenable à long terme. C'est simple, il n'y a pas moyen de satisfaire la demande en stationnement pour toute cette activité. Chaque place de stationnement devant un resto est convoitée par tous les clients de celui-ci et des restaurants à côté, et les rues autour débordent. Pour Joe Beef qui a déjà une réputation établie, sa survie n'est probablement pas en jeu peu importe ce qui arrive. Pour les autres, les mesures temporaires auraient pu être une bonne façon de se préparer à ce qui s'en vient, parce que des mesures de contrôle du stationnement sont inévitables dans ce quartier à court terme et un "effeuillage" des restaurants moins profitables est certainement à venir.
  13. Il était pas plutôt question de "déclasser" la 520 et en faire un boulevard urbain? J'ai retrouvé ce document du plan directeur de la ville de l'époque de Gérald Tremblay. Je ne sais pas si c'est encore l'intention de la ville, mais si c'est le cas alors il n'y aurait plus nécessairement de justification pour un échangeur plus ambitieux au niveau de la 40 (même si une reconfiguration ferait quand même du bien).
  14. En même temps, la question mérite d'être posée: est-ce que tout l'espace occupé par le CN et le CP en ville a encore sa raison d'être et est-ce qu'il n'y aurait pas moyen d'optimiser ça au profit du TEC? C'est sûr que ça dépasse largement le sujet discuté ici et que ça implique 2 compagnies privées plutôt puissantes, mais tout de même. L'important pour ces compagnies, c'est l'accès au port, aux ponts et à leur gares de triage. Peut-être qu'on pourrait faire en sorte de regrouper les services des deux compagnies sur un tronçon commun entre ces lieux comme on songe le faire à Toronto? Les gares de triages des deux compagnies sont adjacentes, donc la boucle du CP et la voie du CN au Nord sont relativement redondantes. En plus, le CP a déjà exprimé l'intention de fermer sa gare de triage de Côte-Saint-Luc éventuellement, pour la déplacer ou non dans le coin de Vaudreuil. Ultimement, ça pourrait être moins cher de construire du rail loin de la ville pour détourner le trafic d'un tronçon en ville que construire un nouvelle emprise en ville. Si on avait un système ferroviaire nationalisé, la question ne se poserait même pas...
  15. Il faut dire que Bellechasse était probablement la moins contentieuse de toutes les rues où mettre une piste cyclable. C'est un axe plus secondaire que Beaubien ou Rosemont (comme Toxik ici suggère qu'on devrait le faire), il n'y a presque pas de résidences ou de commerces (c'est beaucoup de côté d'immeubles avec façade sur les avenues) et le niveau de circulation des vélos était déjà plus élevé que celui des autos sur une bonne partie de la longueur. La mise en sens unique n'est vraiment pas un gros inconvénient non plus. Le seul inconvénient est l'espace de stationnement perdu, mais ça on s'en sauve pas nulle part. Ce sera plus intéressant de voir comment les gens vont apprécier ou non St-Zotique. À l'Est de De Lorimier, on parle seulement d'une reconfiguration de la piste existante, ça ne devrait pas causer de problème, mais plus à l'Ouest c'est une rue commerciale. Ça pourra servir à démontrer si ça peut être bénéfique ou non pour les commerçants des ce secteurs et donner une idée pour le reste des axes proposés.