Jump to content

Recommended Posts

  • Administrator

Le vendredi 20 juillet 2007

 

L'Impact en route vers la MLS?

bilde?Site=CP&Date=20070720&Category=CPSPORTS07&ArtNo=707200576&Ref=AR&Profile=1002&MaxW=300&Q=85plusgrand.gif

Patrick Leduc.

Photo François Roy, La Presse

 

 

 

Jean-François Bégin

La Presse

En embauchant hier l'ex-ministre Richard Legendre à titre de vice-président principal, l'Impact de Montréal a franchi une étape importante sur la route qui pourrait le conduire vers la Major League Soccer.

 

grossir.gifTaille du texteimprimante.gifImprimerenvoyer.gifEnvoyer

La nomination de Legendre, qui a présidé à l'agrandissement du stade du parc Jarry à l'époque où il était à la tête de Tennis Canada, est une prise de taille pour l'Impact, dont le nouveau stade est présentement en construction.

 

«Ma priorité sera de mener à bon port la construction du stade et surtout de faire en sorte de le remplir jusqu'à ce qu'il devienne trop petit et qu'il faille l'agrandir de nouveau», a dit M. Legendre lors d'une conférence téléphonique, hier après-midi.

 

L'ancien joueur de tennis referme la parenthèse politique ouverte en 2001. Il avait alors été élu sous la bannière péquiste, lors d'une élection partielle dans la circonscription de Blainville. Candidat malheureux lors la course à la direction du PQ qui avait couronné André Boisclair, il a été défait aux élections provinciales, le printemps dernier.

 

«Je suis content de ce que j'ai fait au cours des six dernières années, mais le 26 mars, la population m'a dit de faire autre chose. Je suis content de revenir dans le sport, car c'était mon premier choix», a dit M. Legendre.

 

Comme ministre responsable du Loisir et du Sport dans le cabinet de Bernard Landry, Legendre avait participé au sauvetage et à la relance de l'Impact à titre d'organisme sans but lucratif, en 2002. «J'ai vu la façon dont il a mené le dossier de l'Impact et les dossiers de sport en général, a dit le président de l'Impact, Joey Saputo. Il va aider l'Impact et le soccer. C'est la personne idéale pour mener notre sport et notre équipe au prochain niveau.»

 

 

La tentation de la MLS

 

 

À en juger par les propos tenus hier par M. Saputo, le prochain niveau, ça risque fort d'être la MLS. La ligue née en 1996 offre le meilleur calibre de soccer professionnel en Amérique du Nord. Elle vient d'accueillir en grande pompe sa première authentique super-star, David Beckham, qui fera demain ses débuts dans l'uniforme du Galaxy de Los Angeles, si sa blessure à une cheville est suffisamment guérie.

 

«Dans le passé, je disais non à la MLS, parce que je n'aimais pas la structure de la ligue. Mais celle-ci est en train de changer et mon opinion change aussi», a indiqué Saputo.

 

Tant mieux. Le succès phénoménal de la Coupe du monde U-20, qui a attiré 240 000 spectateurs au Stade olympique, a prouvé hors de tout doute l'appétit des Montréalais pour du soccer de qualité. Or, disons-le franchement, la première division de l'USL, dont fait partie l'Impact, n'offre pas toujours du soccer de haut vol. Les accros de foot européen diront que la MLS non plus, mais ce serait quand même un net progrès.

 

La MLS compte présentement 13 équipes, dont le Toronto FC. L'équipe de la Ville reine a fait ses débuts cette saison et détient l'exclusivité sur le marché canadien pendant trois saisons. Après cela, tout est possible. «Je ne veux pas dire qu'on va être dans la MLS dans deux, trois ou quatre ans, dit Saputo. Mais on va examiner cette possibilité si c'est intéressant. C'est quelque chose qu'on regarde.»

 

La MLS s'est développée en fonctionnant de manière très centralisée, mais elle offre de plus en plus d'autonomie à ses franchises, selon Saputo. «Si ça continue dans cette direction et que le propriétaire peut plus ou moins décider de la direction de son équipe, on est ouvert.»

 

Cette ouverture nouvelle explique sans doute l'optimisme affiché par un haut gradé de l'Association canadienne de soccer, qui me confiait récemment sa conviction que l'Impact se joindrait à la MLS en 2010.

 

Une conviction renforcée par la construction, à l'ombre de la tour olympique, du stade Saputo, qui doit ouvrir ses portes à temps pour la saison 2008 de l'Impact. Le nouvel amphithéâtre pourra accueillir 13 000 spectateurs, mais il sera possible de faire passer sa capacité à 18 000 sièges, de manière temporaire ou permanente. «À 18 000 sièges, ce serait accepté par la MLS», dit Joey Saputo. À titre de comparaison, le BMO Field, domicile du Toronto FC, compte 20 000 places.

 

Il y a encore beaucoup de fils à attacher avant que la MLS débarque à Montréal. Le succès de foule de l'Impact repose en bonne partie sur des billets peu coûteux qui permettent aux familles d'assister aux matchs. Il faudrait maintenir le plus possible cette accessibilité. Mais ce serait une progression logique pour l'Impact que de passer dans les grandes ligues. Les Raging Rhinos de Rochester ou le Battery de Charleston, c'est bien beau, mais Montréal mérite mieux.

 

 

Impact international

 

 

Le succès de la Coupe du monde U-20 a convaincu Joey Saputo qu'il serait viable pour l'Impact de disputer des matchs internationaux pendant la saison morte, à l'automne ou au printemps, contre des clubs mexicains ou sud-américains.

 

Mais pour jouer en avril ou en novembre, il faut jouer à l'intérieur, au Stade olympique. Et pour jouer au Stade, il faut une surface artificielle. L'Impact examine présentement la possibilité d'investir pour garder au Parc olympique la surface synthétique amovible acquise par la Fédération de soccer du Québec en prévision de la Coupe du monde U-20. Cette surface fait présentement l'objet d'un appel d'offres et pourrait être vendue à une municipalité si une entente n'est pas conclue pour qu'elle reste au Stade.

 

La faisabilité d'une telle entente serait plus forte si l'Association canadienne de soccer donnait des garanties que l'équipe nationale disputera plus souvent des matchs à Montréal. «L'Association canadienne a vu qu'un match international à Montréal peut avoir du succès et qu'il n'y a pas qu'Edmonton ou Toronto», dit Joey Saputo. Une histoire à suivre.

Link to comment
Share on other sites

«Dans le passé, je disais non à la MLS, parce que je n'aimais pas la structure de la ligue. Mais celle-ci est en train de changer et mon opinion change aussi», a indiqué Saputo.

 

«J'ai vu la façon dont il a mené le dossier de l'Impact et les dossiers de sport en général, a dit le président de l'Impact, Joey Saputo. Il va aider l'Impact et le soccer. C'est la personne idéale pour mener notre sport et notre équipe au prochain niveau.»

 

La MLS s'est développée en fonctionnant de manière très centralisée, mais elle offre de plus en plus d'autonomie à ses franchises, selon Saputo. «Si ça continue dans cette direction et que le propriétaire peut plus ou moins décider de la direction de son équipe, on est ouvert.»

 

Excellentes nouvelles! Je me souviens très bien lors d'une entrevue que Joey Saputo disait que la MLS ne l'intéressait pas. Je suis très content de voir qu'il a changé d'idée!

 

Cette ouverture nouvelle explique sans doute l'optimisme affiché par un haut gradé de l'Association canadienne de soccer, qui me confiait récemment sa conviction que l'Impact se joindrait à la MLS en 2010.

 

ce serait bien trop beau!

 

Le nouvel amphithéâtre pourra accueillir 13 000 spectateurs, mais il sera possible de faire passer sa capacité à 18 000 sièges, de manière temporaire ou permanente. «À 18 000 sièges, ce serait accepté par la MLS», dit Joey Saputo. À titre de comparaison, le BMO Field, domicile du Toronto FC, compte 20 000 places.

 

Qui sait? peut être que dans 10 ans, même 18,000 places ne sera pas assez, et il y a en masse de place au Parc Olympique pour prendre de l'expansion!

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

ouais j'ai hâte aussi... mais oubli pas qu'il peut pas trop montrer d'enthousiasme parceque ca serait comme si il voudrait dire que le qualité présente de l'impact Sucks :P (on le sait).

Link to comment
Share on other sites

ouais j'ai hâte aussi... mais oubli pas qu'il peut pas trop montrer d'enthousiasme parceque ca serait comme si il voudrait dire que le qualité présente de l'impact Sucks :P (on le sait).

 

Tu as entièrement raison! Mais au moins, c'est un pas dans la bonne direction!

Link to comment
Share on other sites

Tres bonne nouvelle

 

Bien que l'impact cette année soit pas la meilleure equipe qu'on aie vu sur le terrain, un des facteur qui explique cela est justement la venue de Toronto dans la MLS, on a perdu quelques bons joueurs (dont le gardien Greg Sutton) vers le Toronto FC

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Je suis loin d'être un amateur de soccer, mais je suis très fier de cette annonce.

 

Comme je l'ai déjà dit, je vais assurément aller voir un match dans le nouveau stade saputo, histoire de les remercier.;)

Link to comment
Share on other sites

La MLS pense à Montréal

 

Journaliste : Jean-François Tremblay

 

La MLS est en pleine phase d'expansion, et la ville de Montréal figure dans ses plans à long terme. C'est ce qu'ont indiqué ses porte-parole à Radio-Canada Sports, vendredi.

 

Après avoir cité une dizaine de destinations pour une nouvelle franchise, c'est la première fois que la plus importante ligue de soccer en Amérique du Nord cite la métropole québécoise.

 

D'ici 2010, la ligue espère compter 16 équipes. Après, on verra. La MLS discute présentement avec une douzaine de villes, dont Montréal ne fait pas partie.

 

En revanche, « ce ne serait pas surprenant dans le futur », estime Dan Courtemanche.

 

Joey Saputo, président de l'Impact de Montréal, a révélé à Radio-Canada Sports qu'une fusion avec la MLS était possible d'ici cinq ans. À ce sujet, les porte-parole refusent de se commettre, soulignant seulement les talents d'entrepreneur de Saputo.

 

« Montréal est certainement un marché que nous savons réceptif au soccer. La ville pourrait supporter une équipe, par le succès de la famille Saputo et les assistances au mondial U-20 (46 000 spectateurs en quarts de finale). »

 

Ce qu'il manque à Montréal

 

En regardant leurs réponses, il est clair que la MLS a fait ses devoirs au nord de la frontière. Le succès actuel du soccer à Montréal et la viabilité du Toronto FC ont depuis longtemps convaincu la MLS d'explorer le Canada.

 

Le nom de Vancouver a plusieurs fois fait surface, contrairement à Montréal. Selon la ligue, il manque à la ville un groupe d'acheteurs et un stade approprié. « Ce n'est pas que Montréal est laissé pour compte, c'est plutôt que dans les autres villes, il y a au moins une de ces deux réalités, » précise Will Kuhns.

 

Les autres critères sont: une histoire de soccer, un support du public et la grandeur du marché. « Clairement, Montréal aura tous ces atouts », ajoute Courtemanche, faisant référence au stade Saputo en construction.

 

Grosso modo, Montréal intéresse la MLS, à condition qu'un acheteur se lève. Joey Saputo ou George Gillett lisent-ils cet article?

Link to comment
Share on other sites

En espérant qu'un Québecois se lève est fait l'achat d'une équipe!

 

Saputo...Saputo, on n'a pas besoin d'un proprietaire autre que Joey Sputo, Il commence a aimer la configuration de la MLS et sa direction.

Cette histoire de la MLS est meme entendu a la radio maintnent sur the Team990!

C'est tres interressant quand ils disent que l'ipact pourrait faire partie de la MLS aussitot que la saison 2010!! C'est dans 2 ans!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value