Search the Community

Showing results for tags 'soccer'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 26 results

  1. Le vendredi 20 juillet 2007 L'Impact en route vers la MLS? Patrick Leduc. Photo François Roy, La Presse Jean-François Bégin La Presse En embauchant hier l'ex-ministre Richard Legendre à titre de vice-président principal, l'Impact de Montréal a franchi une étape importante sur la route qui pourrait le conduire vers la Major League Soccer. Taille du texteImprimerEnvoyer La nomination de Legendre, qui a présidé à l'agrandissement du stade du parc Jarry à l'époque où il était à la tête de Tennis Canada, est une prise de taille pour l'Impact, dont le nouveau stade est présentement en construction. «Ma priorité sera de mener à bon port la construction du stade et surtout de faire en sorte de le remplir jusqu'à ce qu'il devienne trop petit et qu'il faille l'agrandir de nouveau», a dit M. Legendre lors d'une conférence téléphonique, hier après-midi. L'ancien joueur de tennis referme la parenthèse politique ouverte en 2001. Il avait alors été élu sous la bannière péquiste, lors d'une élection partielle dans la circonscription de Blainville. Candidat malheureux lors la course à la direction du PQ qui avait couronné André Boisclair, il a été défait aux élections provinciales, le printemps dernier. «Je suis content de ce que j'ai fait au cours des six dernières années, mais le 26 mars, la population m'a dit de faire autre chose. Je suis content de revenir dans le sport, car c'était mon premier choix», a dit M. Legendre. Comme ministre responsable du Loisir et du Sport dans le cabinet de Bernard Landry, Legendre avait participé au sauvetage et à la relance de l'Impact à titre d'organisme sans but lucratif, en 2002. «J'ai vu la façon dont il a mené le dossier de l'Impact et les dossiers de sport en général, a dit le président de l'Impact, Joey Saputo. Il va aider l'Impact et le soccer. C'est la personne idéale pour mener notre sport et notre équipe au prochain niveau.» La tentation de la MLS À en juger par les propos tenus hier par M. Saputo, le prochain niveau, ça risque fort d'être la MLS. La ligue née en 1996 offre le meilleur calibre de soccer professionnel en Amérique du Nord. Elle vient d'accueillir en grande pompe sa première authentique super-star, David Beckham, qui fera demain ses débuts dans l'uniforme du Galaxy de Los Angeles, si sa blessure à une cheville est suffisamment guérie. «Dans le passé, je disais non à la MLS, parce que je n'aimais pas la structure de la ligue. Mais celle-ci est en train de changer et mon opinion change aussi», a indiqué Saputo. Tant mieux. Le succès phénoménal de la Coupe du monde U-20, qui a attiré 240 000 spectateurs au Stade olympique, a prouvé hors de tout doute l'appétit des Montréalais pour du soccer de qualité. Or, disons-le franchement, la première division de l'USL, dont fait partie l'Impact, n'offre pas toujours du soccer de haut vol. Les accros de foot européen diront que la MLS non plus, mais ce serait quand même un net progrès. La MLS compte présentement 13 équipes, dont le Toronto FC. L'équipe de la Ville reine a fait ses débuts cette saison et détient l'exclusivité sur le marché canadien pendant trois saisons. Après cela, tout est possible. «Je ne veux pas dire qu'on va être dans la MLS dans deux, trois ou quatre ans, dit Saputo. Mais on va examiner cette possibilité si c'est intéressant. C'est quelque chose qu'on regarde.» La MLS s'est développée en fonctionnant de manière très centralisée, mais elle offre de plus en plus d'autonomie à ses franchises, selon Saputo. «Si ça continue dans cette direction et que le propriétaire peut plus ou moins décider de la direction de son équipe, on est ouvert.» Cette ouverture nouvelle explique sans doute l'optimisme affiché par un haut gradé de l'Association canadienne de soccer, qui me confiait récemment sa conviction que l'Impact se joindrait à la MLS en 2010. Une conviction renforcée par la construction, à l'ombre de la tour olympique, du stade Saputo, qui doit ouvrir ses portes à temps pour la saison 2008 de l'Impact. Le nouvel amphithéâtre pourra accueillir 13 000 spectateurs, mais il sera possible de faire passer sa capacité à 18 000 sièges, de manière temporaire ou permanente. «À 18 000 sièges, ce serait accepté par la MLS», dit Joey Saputo. À titre de comparaison, le BMO Field, domicile du Toronto FC, compte 20 000 places. Il y a encore beaucoup de fils à attacher avant que la MLS débarque à Montréal. Le succès de foule de l'Impact repose en bonne partie sur des billets peu coûteux qui permettent aux familles d'assister aux matchs. Il faudrait maintenir le plus possible cette accessibilité. Mais ce serait une progression logique pour l'Impact que de passer dans les grandes ligues. Les Raging Rhinos de Rochester ou le Battery de Charleston, c'est bien beau, mais Montréal mérite mieux. Impact international Le succès de la Coupe du monde U-20 a convaincu Joey Saputo qu'il serait viable pour l'Impact de disputer des matchs internationaux pendant la saison morte, à l'automne ou au printemps, contre des clubs mexicains ou sud-américains. Mais pour jouer en avril ou en novembre, il faut jouer à l'intérieur, au Stade olympique. Et pour jouer au Stade, il faut une surface artificielle. L'Impact examine présentement la possibilité d'investir pour garder au Parc olympique la surface synthétique amovible acquise par la Fédération de soccer du Québec en prévision de la Coupe du monde U-20. Cette surface fait présentement l'objet d'un appel d'offres et pourrait être vendue à une municipalité si une entente n'est pas conclue pour qu'elle reste au Stade. La faisabilité d'une telle entente serait plus forte si l'Association canadienne de soccer donnait des garanties que l'équipe nationale disputera plus souvent des matchs à Montréal. «L'Association canadienne a vu qu'un match international à Montréal peut avoir du succès et qu'il n'y a pas qu'Edmonton ou Toronto», dit Joey Saputo. Une histoire à suivre.
  2. C'est du 5 au 24 août 2014 que la Coupe du monde U-20 de soccer féminin aura cours dans quatre villes canadiennes, à savoir Edmonton, Toronto, Moncton et… Montréal! En effet, plusieurs matchs, y compris la finale et le match pour la troisième place, seront disputés au Stade olympique dans le cadre de cette rencontre internationale qui, on l'espère, saura créer le même engouement que sa version masculine de 2007. À suivre! http://www.montrealinfo.com/fr/nouvelles/coupe-du-monde-u-20-de-soccer-feminin-au-jeu
  3. http://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/363843/epelle-moi-une-ville En 26 lettres, l’exposition ABC : MTL brosse un portrait multiforme de la métropole québécoise à partir de propositions d’artistes et du public Isabelle Paré 13 novembre 2012 Arts visuels Photo : Collection CCA. Don de La fondation Sandra et Leo Kolber. © Olivo Barbieri Né d’un vaste coup de sonde lancé au public en juin dernier par le CCA, ABC : MTL est en perpétuel mouvement, les propositions devant être remplacées périodiquement par de nouvelles d’ici mars 2013. Ici, Le parc d’amusement de La Ronde et le pont Jacques-Cartier, Montréal, 2004, une photographie d’Olivo Barbieri. À RETENIR MTL : ABC, un autoportrait de Montréal Au Centre canadien d’architecture, du 13 novembre 2012 au 31 mars 2013 Un autoportrait de Montréal en 26 lettres ? Cela donne Montréal qui rime avec culte, citoyen, ruelle, soccer et… urgence. ABC : MTL n’est pas une exposition, mais bien une conversation en 3D, une machine à penser la ville imaginée et lancée mercredi par le Centre canadien d’architecture (CCA). Abécédaire échevelé né d’un appel de projets lancé aux artistes et au public, l’exercice accouche d’un portrait-robot de la ville aux cent clochers, à mille lieues des idées reçues et des trappes à touristes. « L’idée n’était pas de faire une exposition, mais d’inventer une façon d’investir l’imaginaire de la ville contemporaine. Ce sont des voix, des conversations sur des moments quotidiens, qui sont appelés à changer au fil des mois », a expliqué hier Mirko Zardini, directeur et conservateur en chef du CCA, pour expliquer la teneur de ABC : MTL, un projet inédit dans le paysage muséal. Oubliez les incontournables icônes, lieux symboliques et autres marqueurs du paysage de l’ancien Hochelaga, l’autoportrait de la ville tracé par ces voix plurielles venues d’ici et d’ailleurs est complètement inopiné. Montréal s’y dévoile en un puzzle d’impressions urbaines, une mosaïque collective s’intéressant autant à l’environnement bâti, aux espaces délaissés, à la vie de ses habitants qu’à ses incongruités quotidiennes. Né d’un vaste coup de sonde lancé au public en juin dernier par le CCA, l’autoportrait urbain en 26 lettres est en perpétuel mouvement, les propositions devant être remplacées périodiquement par de nouvelles d’ici mars 2013. Le but : traduire par une idée le profil physique et social de la métropole et l’incarner dans une lettre. Carte blanche fut laissée aux participants sur les moyens de transposer l’essence de leur ville. Sur les 250 propositions reçues sous forme d’images, de clips, de textes, de performances, de poésies, de plans et plus encore, au moins le tiers est venu du grand public. Dix collaborateurs connus, dont Atelier Big City, Saucier + Perrotte Architectes, DHC/ART, Héritage Montréal, l’ONF et Fonderie Darling, se sont associés de près à cet exercice démocratique « in progress ». Montréal en toutes lettres Si le CCA a sélectionné les 26 premières idées de départ, là s’arrête le contrôle sur le contenu de cette image en mouvement qui a l’allure des forums sur Internet. L’exercice intuitif révèle, et révélera encore, des surprises. L’économie, l’industrie, la corruption sont absentes de cette photo de famille - et pourtant ! Mais de nouvelles idées viendront se greffer au profil de cette métropole dressé à chaud. À terme, 90 projets seront présentés en rotation. « En fait, le résultat est tout à fait cohérent avec le flou actuel qui règne à Montréal. La réponse obtenue du public distille cette impression d’une multitude de visions sans liens entre elles, sans consensus », explique le directeur du CCA. De A à Z Voici en quelques lettres, quelques extraits de cet abécédaire populaire, construit tant par les Montréalais que par le regard de visiteurs de passage. Nicolas Baier, Réminiscence, 2011 DHC/ART, Fondation pour l’art contemporain E comme dans Exil. Avec 30 % d’immigrants, Montréal est devenu une terre d’asile. Cette réalité transpire d’Histoires de vie, un projet vidéo de l’Université Concordia, qui s’immisce dans la vie de quatre Montréalais forcés de quitter leurs pays d’origine en raison de la guerre ou de violation de leurs droits. C comme dans Citoyen. Les policiers casqués ont marqué l’imaginaire des derniers mois. Iconoclaste, la photographe Emmanuelle Léonard campe les policiers de l’anti-émeute de façon humaniste, déboulonnant l’agressivité associée à leur image. L’anti-matricule 728. I comme dans Independent. Montréal est devenue la capitale de la musique Indie, avec l’émergence des Arcade Fire, Grimes, Miracle Fortress, The Dears, Bran Van 3000 et autres icônes de la scène musicale indépendante. Des vidéos de ces divers groupes sont diffusées chaque soir à 17 h au CCA. I comme dans Island. Montagne d’ambitions, tonnes d’inertie. La photo de Gabor Szilasi du slogan « La fierté à une ville », opposé à la zone délaissée sous le pont Jacques-Cartier, est un rappel cinglant de l’immobilisme qui continue de sévir à Montréal. Prise il y a près de 30 ans, cette vue du pont Jacques-Cartier depuis la rue Notre-Dame est en tout point identique à ce que l’on y retrouve aujourd’hui. Gabor Szilasi, Série d’enseignes lumineuses, La Fierté a une ville, Montréal. 1983. CCA Collection. ©Gabor Szilazi M comme dans Montroyalite. Le photographe Robert Burley a saisi avec son objectif une trace de l’unicité géologique de Montréal. Montagne surgie dans la plaine, le mont Royal est formé d’une roche ignée unique appelée la montroyalite. Robert Burley, Roche dans les bois, Mont Royal, 1990. Collection CCA. ©Robert Burley P comme dans Partition. Le collectif Audiotopie présente une partition faite à partir de bruits ambiants recueillis dans les couloirs souterrains de Montréal. L’expérience immersive nous entraîne de la station de métro Square-Victoria à la station Place-d’Armes. Parcours Reso-électro - L'Audiotopie (extrait mp3) S comme dans Soccer. Sport fédérateur entre tous à Montréal, le soccer donnera vie au Complexe de soccer à Saint-Michel. Le projet de Saucier + Perrotte redonnera en sus vie à l’ancien dépotoir Miron, pour en faire un des plus grands parcs de la ville. Mais l’alphabet ne s’arrête pas là. À ce portrait en toutes lettres s’ajoutent conférences et discussions au CCA avec les auteurs de ces vignettes montréalaises. D’autres lettres, et des capitales, viendront s’ajouter en décembre, janvier et février à cette série. Dont C pour Concrete, une sculpture de béton, formée de fragments de bitume récemment tombés de diverses infrastructures montréalaises… Ouille.
  4. http://montrealgazette.com/news/local-news/good-architecture-pays-french-expert <header class="entry-header" style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; font-stretch: inherit; font-size: 15px; line-height: 24px; font-family: BentonSans-Regular, Arial, Helvetica, sans-serif; vertical-align: baseline; color: rgb(0, 0, 0);">The good, the bad and the ugly: French expert assesses Montreal architecture MARIAN SCOTT, MONTREAL GAZETTE More from Marian Scott, Montreal Gazette Published on: April 13, 2016 | Last Updated: April 13, 2016 7:00 AM EDT </header><figure class="align-none wp-caption post-img" id="post-783124media-783124" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemid="http://wpmedia.montrealgazette.com/2016/04/montreal-que-april-6-2016-emmanuel-caille-is-an-edito.jpeg?quality=55&strip=all&w=840&h=630&crop=1" itemtype="http://schema.org/ImageObject" style="margin: 0px 0px 2em; padding: 0px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; overflow: hidden; color: rgb(255, 255, 255); float: none;"><figcaption class="wp-caption-text" itemprop="description" style="margin: -1px 0px 0px; padding: 10px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; zoom: 1; text-align: right; background: rgb(12, 12, 12);"> Emmanuel Calle, editor of the French architecture magazine "d'a", at the Canadian Centre for Architecture. Caille shared his thoughts on Montreal's architecture. MARIE-FRANCE COALLIER </figcaption></figure>SHAREADJUSTCOMMENTPRINT What would an international expert think of Montreal’s recent architecture? To find out, the Montreal Gazette took French architecture critic Emmanuel Caille on a walking tour of downtown and Griffintown. He also visited the $52.6-million indoor soccer stadium that opened last year in the St-Michel district. Caille, the editor of the Paris-based architecture magazine “d’a”, was in town to take part in a panel discussion last week on architectural criticism, organized by the Maison de l’architecture du Québec and the Royal Architectural Institute of Canada (RAIC). Caille’s verdict on our fair city ranged from a thumbs-up for the pricey new soccer stadium to shocked incredulity over a new hotel annex to the Mount Stephen Club, a historic mansion at 1440 Drummond St. <figure id="attachment_783141" class="wp-caption post-img size_this_image_test align-center" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemid="photo url" itemtype="http://schema.org/ImageObject" style="margin: 0px auto 15px; padding: 0px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; overflow: hidden; color: rgb(255, 255, 255); float: none; max-width: 100%; width: 1000px;"><figcaption class="wp-caption-text wp-caption" style="margin: -1px 0px 0px; padding: 10px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; zoom: 1; text-align: right; background: rgb(12, 12, 12);"> The Mount Stephen Club. DARIO AYALA / MONTREAL GAZETTE </figcaption></figure>Built from 1880-83 for Lord Mount Stephen, the first president of the Canadian Pacific Railway, it has been in the news recently after suffering structural damage during construction of the annex. Caille, an architect as well as an editor, did not comment on the structural problems, but he did give a visual assessment of the hotel addition, an 11-storey cement-panel structure tucked behind the mansion. “It’s quite brutal in the city,” he said. From de Maisonneuve Blvd., the hotel addition presents a view of three blank walls with a shed-style roof. “It’s astonishing. It’s bizarre,” he said. Caille was also perplexed by the front façade, dotted with small windows of different sizes. “What is not obvious is what relationship there is between this building and the mansion. I don’t see any,” he added. The hotel addition shows why projects should not be conceived in isolation, Caille said. City planners should have put forward a vision for the entire block, which includes an outdoor parking lot on de la Montagne St. that would have made a better site for a high rise, he said. Interesting alleyways and outdoor spaces could have been included, he said. “Everybody is turning their back to one another,” he said of how the different properties on the block don’t relate to each other. At the Ritz-Carlton hotel on Sherbrooke St., Caille said a glass condo addition completed in 2013 is a good example of how to update a historic building for modern use. But he criticized white PVC windows on the hotel’s Sherbrooke St. façade for their thick frames and mullions, which don’t suit the building. “That’s horrible,” he said. “Windows are the eyes of a building. When women use an eye pencil to emphasize their eyes, it changes everything.” <figure id="attachment_783158" class="wp-caption post-img size_this_image_test align-center" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemid="photo url" itemtype="http://schema.org/ImageObject" style="margin: 0px auto 15px; padding: 0px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; overflow: hidden; color: rgb(255, 255, 255); float: none; max-width: 100%; width: 997px;"><figcaption class="wp-caption-text wp-caption" style="margin: -1px 0px 0px; padding: 10px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; zoom: 1; text-align: right; background: rgb(12, 12, 12);"> Construction workers work on the District Griffin condo project in Griffintown. DARIO AYALA / MONTREAL GAZETTE </figcaption></figure>In Griffintown, Caille was unimpressed by the banal architecture of condo towers that have sprouted in recent years in the former industrial district, which is undergoing rapid transformation. But the former Dow Planetarium at 1000 St-Jacques St. W. caught his eye. Built in 1966, it closed in 2011. The city turned it over to the Université du Québec’s École de technologie supérieure in 2013. ÉTS announced it would transform the building into a “creativity hub” but so far the building has sat vacant. Caille said the domed landmark has great potential to be recycled for a new vocation. “When a building is dirty and dilapidated, people don’t see its beauty. You have to see the beauty underneath the neglect,” he said. Today there is a consensus that older heritage buildings should be preserved but it’s still difficult to rally public opinion behind buildings from more recent eras, like the 1960s, Caille said. <figure id="attachment_783147" class="wp-caption post-img size_this_image_test align-center" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemid="photo url" itemtype="http://schema.org/ImageObject" style="margin: 0px auto 15px; padding: 0px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; overflow: hidden; color: rgb(255, 255, 255); float: none; max-width: 100%; width: 1000px;"><figcaption class="wp-caption-text wp-caption" style="margin: -1px 0px 0px; padding: 10px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; zoom: 1; text-align: right; background: rgb(12, 12, 12);"> The 26-storey Deloitte Tower between Windsor Station and the Bell Centre. DARIO AYALA / MONTREAL GAZETTE </figcaption></figure>The Deloitte Tower, a new 26-storey glass office tower between the Bell Centre and Windsor Station, is nothing to write home about, in Caille’s opinion. “It’s developer architecture,” he said. “There’s nothing interesting about it.” Built by developer Cadillac Fairview, it is part of the $2-billion, nine-tower Quad Windsor project. That includes the 50-storey Tour des Canadiens, which will be Montreal’s tallest condo tower for about a year, until the even taller nearby L’Avenue tower is completed. Most people don’t notice the difference between good and bad architecture when a building is new, Caille said. But over time, the defects of bad buildings grow increasingly obvious, while the good ones become beloved monuments, he said. “People go to New York to see the architecture of the 1920s and 30s,” he said, referring to landmarks like the 1931 Empire State Building and 1928 Chrysler Building. “Good architecture always pays off in the long term.” Unfortunately, much development is driven by short-term considerations, he said. While a developer can walk away from a mediocre building once it’s sold, city-dwellers are stuck with it, he said. “For him, it’s no problem. But for the city, it’s a tragedy,” he said. “Today’s architecture is tomorrow’s heritage,” he noted. Caille is a strong proponent of architectural competitions, which he sees as a way to seek out the best talents and ideas. “It forces people to think and it shows that for every problem, there are many solutions. It’s a way of accessing brainpower,” he said. <figure id="attachment_783196" class="wp-caption post-img size_this_image_test align-center" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemid="photo url" itemtype="http://schema.org/ImageObject" style="margin: 0px auto 15px; padding: 0px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; overflow: hidden; color: rgb(255, 255, 255); float: none; max-width: 100%; width: 1000px;"><figcaption class="wp-caption-text wp-caption" style="margin: -1px 0px 0px; padding: 10px; border: 0px; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; zoom: 1; text-align: right; background: rgb(12, 12, 12);"> Kids arrive at the the new soccer complex at the Complexe environnemental St-Michel. PHIL CARPENTER /MONTREAL GAZETTE </figcaption></figure>The St-Michel soccer stadium has been criticized for its high price tag but Caille hailed it as an example of excellent design. The ecological building designed by Saucier & Perrotte has three glass walls overlooking a park in the St-Michel environmental complex. Caille said the stadium could be a catalyst for improvements in the hardscrabble north-end neighbourhood. During Tuesday’s panel discussion, Paul Goldberger, a Pulitzer Prize-winning former architecture critic for the New York Times and the New Yorker, said that unlike other types of journalists, architectural critics rarely have an immediate impact on public opinion. “Architectural criticism must take a very long view,” he said. “One learns to think of one’s influence as more gradual, as shifting tastes and judgment over time.” Goldberger, author of books including Why Architecture Matters, published in 2009, has written that the critic’s job is not to push for a particular architectural style, but rather to advocate for the best work possible. He said the time in his career when architectural criticism enjoyed greatest prominence was following Sept. 11, 2001, during discussions over the rebuilding of the World Trade Center. “It was a time when architectural criticism really was, I think, front and centre in the public discourse,” he said. “There it was so clear that an issue of architecture was intimately connected to significant world affairs and one did not have to struggle to help people understand the connection between architecture and the rest of the world,” said Goldberger, who now writes for Vanity Fair and teaches at The New School in New York. In a 2011 review of the new World Trade Center for the New Yorker, Goldberger said the design by architect Daniel Libeskind “struck a careful balance between commemorating the lives lost and reestablishing the life of the site itself.” The panel discussion followed the awarding of two $1,000 prizes to young writers for architectural writing on the topic of libraries. The winning entries by Marie-Pier Bourret-Lafleur and Kristen Smith will be published respectively in Argus and Canadian Architect magazines. [email protected] Twitter.com/JMarianScott
  5. Haïti et la Syrie face à l'Impact Mardi 02 juin 2009 LA PRESSE CANADIENNE Ajouter Partager Répondez Imprimer La stade Saputo sera l'hôte de trois matchs internationaux au cours des prochaines semaines. (Pépé) MONTRÉAL - L'Impact de Montréal a annoncé la tenue de trois matchs amicaux internationaux au Stade Saputo entre le club montréalais, l'équipe nationale d'Haïti et l'équipe nationale de Syrie. Le premier match opposera Haïti et la Syrie, le samedi 27 juin (15h30). L'Impact affrontera la sélection haïtienne le mercredi 1er juillet (19h30), puis, le mercredi 8 juillet (19h30), la formation montréalaise jouera contre la sélection syrienne. "Ces trois matchs s'inscrivent parfaitement dans la philosophie de notre club de vouloir jouer et promouvoir des matchs internationaux, a déclaré le président de l'Impact et du Stade Saputo, Joey Saputo. Ces rencontres nous permettront de faire la promotion du soccer québécois en collaboration avec les différentes communautés culturelles au Québec. C'est une excellente occasion de montrer notre talent local à la communauté du Moyen-Orient et de renouer avec le soccer haïtien. Nous sommes heureux d'annoncer qu'une partie des fonds recueillis sera remise à la communauté haïtienne." L'équipe nationale d'Haïti, actuellement au 122e rang du classement de la FIFA, participera à la prochaine Gold Cup de la CONCACAF. Il s'agira donc d'une dernière préparation pour la sélection avant son premier match contre le Honduras, le 4 juillet. "Nous voulons remercier l'Impact d'avoir fait les démarches pour organiser ces matchs internationaux, a déclaré le Dr Yves Jean Bart, président de la Fédération haïtienne de football. Nous sommes honorés de cette invitation, qui nous permet de renouer avec une longue tradition d'échanges entre le soccer haïtien et celui de Montréal. Nombreux sont nos compatriotes qui vivent à Montréal. Ils auront l'opportunité d'aller apprécier les talents de notre sélection, fière porte-drapeau d'un pays en souffrance, mais qui veut se réconcilier avec son passé glorieux." L'équipe nationale de Syrie, 99e au classement de la FIFA, prendra part à une tournée en Amérique du Nord. "C'est avec grand plaisir que nous confirmons notre voyage dans la ville excitante qu'est Montréal, a déclaré le Dr. Ahmad Jabban, président de l'Association syrienne de football. Nous avons hâte de jouer pour les supporters de notre héritage arabe et pour tous les amateurs de soccer de Montréal, qui sont de vrais connaisseurs." ============================= Mon billet est déjà réservé pour le match du 8 juillet (section 105).
  6. Montréal sera l'hôte d'un grand événement sportif Le prochain Trophée des Champions, qui met aux prises le vainqueur du championnat de France au lauréat de la Coupe de France, se déroulera à Montréal, a annoncé aujourd'hui la Ligue de football professionnel (LFP). Le match opposant le champion de Ligue 1 au vainqueur de la Coupe de France, l'EA Guingamp, se déroulera le dimanche 26 juillet à 15h00. Le Trophée des Champions ne s'est encore jamais disputé à l'étranger. Le président de la LFP, Frédéric Thiriez, estime que le football français doit désormais conquérir de nouveaux marchés et Montréal constitue une porte d'entrée idéale sur l'Amérique du Nord. «Avec quatre millions d'habitants, Montréal est la seconde plus grande agglomération francophone du monde, note Thiriez. Le football (soccer) y est en plein développement, comme sur l'ensemble du continent nord américain.» «Alors que nous venons de doubler en un an la vente de nos droits audiovisuels à l'étranger, l'idée d'exporter le Trophée des Champions s'imposait, a-t-il ajouté. Nous sommes heureux de mener cette première expérience chez nos amis canadiens.»
  7. Soccer: le Canada veut le mondial féminin de 2011 La Presse Canadienne Ottawa L'Allemagne et le Canada sont maintenant les deux seuls candidats à l'organisation de la Coupe du monde féminine de soccer en 2011. À moins de deux semaines de la désignation du pays hôte, la Fédération péruvienne a informé la FIFA qu'elle se retirait du processus de candidature. Les deux associations candidates délivreront une présentation de leur dossier devant les membres du Comité exécutif le lundi 29 octobre, au siège de la FIFA, à Zurich. Le lendemain, le Comité exécutif de la FIFA décidera du lieu de la prochaine Coupe du Monde féminine. Le nom du pays hôte sera communiqué au cours d'une conférence de presse prévue à partir de 14h00 le jour même au siège de la FIFA.
  8. The New York Times Printer Friendly Format Sponsored By April 6, 2008 30 Seconds With Alex Ovechkin By LEW SERVISS The fans chant “M.V.P.!” when Alex Ovechkin scores at the Verizon Center in Washington. They have had a lot of practice this season. Ovechkin, the 22-year-old dynamo from Moscow, scored his 65th goal Thursday, breaking the season goal-scoring record for a left wing set by Luc Robitaille of the Los Angeles Kings in the 1992-93 season. The next task for Ovechkin is to help the Capitals advance in the postseason; Washington secured a playoff berth Saturday night. LEW SERVISS BEST THING ABOUT LIVING IN WASHINGTON Good people here and just I like it here WHAT DO YOU MISS MOST ABOUT RUSSIA? My family, my friends FAVORITE VIDEO GAME Counter-Strike THE BEST THING ABOUT SCORING A GOAL The celebration WHO WOULD PLAY YOU IN THE MOVIE “THE ALEX OVECHKIN STORY”? Probably Jim Carrey THE SPORT YOU’RE WORST AT American football probably FAVORITE CITY TO VISIT Montreal IF YOU WEREN’T A HOCKEY PLAYER, WHAT WOULD YOU BE DOING? Probably playing soccer LEAST FAVORITE FOOD Sushi FAVORITE DRESSING ROOM MUSIC Hip-hop ANYTHING IN PARTICULAR? No WHAT’S BETTER THAN MAKING THE PLAYOFFS? Nothing Home Contact Us * Work for Us * Site Map Pour moi il va avoir une opportunité de visiter notre belle ville, plusieurs fois ce printemps!
  9. MLS : Ottawa officiellement candidate Mardi 16 septembre 2008 RDS.ca Le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, Eugene Melnyk, a dévoilé mardi son projet pour amener une équipe de la Ligue majeure de soccer (MLS) à Ottawa et construire un stade multifonctionnel de classe mondiale, dédié expressément au soccer, mais qui pourra aussi servir pour présenter des événements en plein air. "Le soccer est un sport établi et qui a une portée à l'échelle mondiale. Il est inculqué dans la culture et la tradition et il possède une capacité unique de rejoindre des amateurs de partout dans le monde, a déclaré M. Melnyk. Nous souhaitons amener le sport le plus populaire au monde à Ottawa et rien de mieux que le faire en adhérant à la Major League Soccer." En juillet, Ottawa s'est retrouvée sur une liste de neuf villes nord-américaines visées par la MLS, pour établir deux équipes d'expansion qui feront leur entrée dans le circuit en 2011. Afin de répondre à une condition préalable pour obtenir une franchise de la MLS à Ottawa, M. Melnyk a aussi dévoilé les plans pour la construction d'un stade extérieur de classe mondiale. Le stade de la MLS à Ottawa aura une capacité qui pourra accueillir jusqu'à 30 000 personnes et comprendra une surface de jeu de gazon naturel ainsi que cinq terrains de soccer qui seront construits à proximité du stade et qui seront mis à la disposition de la communauté. Ces éléments permettront la création d'un complexe majeur de soccer. Le stade sera situé à côté de la Place Banque Scotia. M. Melnyk a insisté sur le fait que la construction d'un stade de cette envergure exige un appui massif de la part de la communauté, une équipe de direction chevronnée, un solide plan d'affaires ainsi que la collaboration entre les secteurs privé et public. "Le stade est l'élément central de notre candidature pour amener la Major League Soccer dans notre région, mais les besoins pour un stade dans notre ville vont au-delà de cela. Toutes les villes de renommée mondiale possèdent un stade extérieur de classe mondiale. Le stade représente un investissement majeur dans notre communauté, donc nous désirons ériger un amphithéâtre de divertissement multifonctionnel. Nous aurons besoin d'un bâtiment sophistiqué afin d'avoir la possibilité d'attirer des événements sportifs internationaux, des concerts en plein air et des festivals dans la capitale nationale, de souligner M. Melnyk."
  10. J'avais envi de vous donner une vision du Portugal, principalement de Lisbonne car je trouve qu'on entant rarement parlé du Portugal à par le vin et le soccer et nos bon restaurant ici a Montreal.
  11. Don't know how truthful this is (FIFA has moved the World Cup a number of times in their history), but it's interesting nonetheless. It looks like Qatar will lose 2022 but who will become the new host is really up in the air. FIFA propose to move 2022 World Cup from Qatar to USA and Canada http://www.sportskeeda.com/football/fifa-propose-move-2022-world-cup-qatar-to-usa-canada/
  12. Je ne sais pas si quelqu'un a plus d'infos, mais ce projet de Provencher Roy est fort intéressant! Un stationnement en surface de moins sur le Parc Olympique!
  13. Page not found | Montreal Impact <header style="color: rgb(0, 0, 0); font-family: arial, sans-serif; font-size: 20px;">[h=1]Un nouveau mini-terrain de soccer au centre-ville de Montréal[/h]4 Novembre, 201614:24 EDT Communiqué [TABLE=width: 100%] <tbody style="border: none; padding: 0px; margin: 0px; width: auto; float: none; border-radius: 0px; font-size: 16px; background: none; text-size-adjust: none; user-select: none;">[TR] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody style="border: none; padding: 0px; margin: 0px; width: auto; float: none; border-radius: 0px; font-size: 16px; background: none; text-size-adjust: none; user-select: none;">[TR] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody style="border: none; padding: 0px; margin: 0px; width: auto; float: none; border-radius: 0px; font-size: 16px; background: none; text-size-adjust: none; user-select: none;">[TR] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody style="border: none; padding: 0px; margin: 0px; width: auto; float: none; border-radius: 0px; font-size: 16px; background: none; text-size-adjust: none; user-select: none;">[TR] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody style="border: none; padding: 0px; margin: 0px; width: auto; float: none; border-radius: 0px; font-size: 16px; background: none; text-size-adjust: none; user-select: none;">[TR] [TD][/TD] [TD][/TD] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] </header>Fruit d'un partenariat entre l'arrondissement de Ville-Marie et l'Impact de Montréal, un nouveau mini-terrain de soccer aux couleurs du club montréalais a été inauguré vendredi, à l'angle des rues Saint-Alexandre et Saint-Edward. Cette initiative de MLS Works, Canada Soccer, Southern New Hampshire University (SNHU) et adidas a donné naissance au tout dernier de 20 mini-terrains de soccer installés dans divers quartiers à travers l'Amérique du Nord. « Mon intérêt pour le sport est bien connu, a souligné M. Denis Coderre, maire de Montréal. Il est essentiel d'offrir aux jeunes Montréalais des espaces de qualité pour s'adonner à leurs activités ou leurs sports favoris. Je suis ravi de cette collaboration entre l'arrondissement de Ville-Marie et l'Impact qui permet d'offrir une nouvelle installation collective, le tout dans l'esprit de la Politique du sport et de l'activité physique que Montréal a adoptée. » « En tant que club professionnel, nous toujours dit que notre implication à l'extérieur du terrain était tout aussi importante que nos succès sur le terrain, surtout quand il s'agit d'aider les enfants, a déclaré le président de l'impact de Montréal, M. Joey Saputo. L'inauguration de ce nouveau mini-terrain, au c??ur de Montréal, va dans ce sens. » Chaque nouveau mini-terrain offre aux enfants des quartiers un endroit sécuritaire où jouer, encourageant la pratique du soccer dans les communautés locales, tout en soutenant la croissance de ce sport. Des joueurs de la première équipe du club, le gardien Evan Bush, le défenseur Kyle Fisher et les attaquants Anthony Jackson-Hamel et Michael Salazar ont tous participé à l'événement, tout comme les joueurs de l'Impact U13 qui ont disputé le tout premier match pour inaugurer le terrain.
  14. MONTREAL — Add “promoter of international soccer matches” to the dossier of the Montreal Impact. The Impact has officially landed Montreal France’s Champions Trophy, a one-game final between the winners of the French Championship and French Cup to be held on July 25 at Olympic Stadium. It will be the first time the Champions Trophy has been held outside France, and past winners include Bordeaux, Lyon, Nantes and Monaco. “The Impact is the promoter,” Impact vice-president Richard Legendre said. “As (Impact president) Joey Saputo has said, we think it’s the right timing to bring international soccer to Montreal. We think there’s a market for that and we’re at a better place to organize it. “It’s in our mission to promote and develop soccer here, and this is a very good way to do so. We went after it. We worked on it, and it’s up to us to promote it. Hopefully we can also bring new sources of revenue. There are costs, but we think the revenue will be higher than the cost.” The Champions Trophy (officially Le Trophee des Champions) brings together the winner of France’s Ligue 1, currently being contested between Bordeaux and Marseille, and the winner of the French Cup, which is competed for by all divisions. Ligue 2’s Guingamp won the French Cup on May 9, beating Rennes 2-1 on a pair of goals from Brazilian striker Eduardo in front of 80,056 spectators at le Stade de France. Guingamp, the first Ligue 2 team to win the tournament-format French Cup in 50 years, will face either Bordeaux or Marseille in Montreal. Bordeaux, which Thursday announced it had signed Yoann Gourcuff to a four-year contract, ending the possibility of the French international playmaker going to AC Milan, needs only one point against Caen Saturday night to secure the Ligue 1 crown. A record crowd of 55,571 was at Olympic Stadium last February to watch the Impact play a CONCACAF Champions League quarter-final game against Mexican first-division club Santos Laguna. While it remains to be seen if two visiting French teams can attract a similar crowd in Montreal, Legendre is confident the interest will be there. “We think it’s an important event with a lot of stature, certainly from the interest we’ve received so far. The fans of international soccer, and of course the fans of French soccer, I think will be very excited to attend,’’ Legendre said. “We haven’t set any specific objective in terms of numbers, but think that such an event should draw 30,000-plus. That’s why we’re holding it at Olympic Stadium.” Montreal Gazette
  15. Le commerce équitable n'est plus l'apanage d'une poignée de rêveurs en quête d'un monde meilleur. Depuis quelques années, les ventes mondiales de produits équitables fracassent des records. En 2007, elles ont connu une hausse de 47%. En plus du café, on trouve maintenant des fleurs coupées, des ballons de soccer, des vins et des jeans équitables. Portrait d'un mouvement auquel même des géants comme Wal-Mart ne peuvent échapper. Pour en lire plus...
  16. Rénovation de la caserne Létourneux, investissement de 10$M.
  17. Dans le journal de montreal sous la signature de Martin Smith, on pouvait lire le 22 avril: Le stade Saputo prefere au BMO field pour le match retour entre le Canada et Saint-vincent-et-les-Grenadines. Le stade Saputo n'a pas encore ete inaugure qu'il se permet deja un joli pied de nez au BMO field de Toronto pompeusement surnomme " stade national du soccer au Canada " En effet l'Association canadienne de soccer annoncera aujourd'hui....... Et l'article se termine ainsi " le grand patron Joe Saputo a donc pu decider d'eriger un stade concu specifiquement pour le soccer avec un terrain de gazon naturel, surface preferee par la tres vaste majorite des joueurs. Pour une fois le comite executif de l'Association canadienne a pris une decision en tenant doublement compte des souhaits exprimes par les joueurs plutot que sur le niveau des revenus escomptes. Le choix de Montreal et du stade Saputo devant Edmonton et son immense stade du Commonwealth, par exemple, s'explique par un autre souhait des joueurs, majoritairement bases en Europe, ils tiennent a jouer autant que possible dans l'est du Canada afin d'eviter d'avoir a combattre les effets d'un trop grand decalage horaire. Le choix du stade Saputo pour la rencontre du 20 juin fournira une occasion supplementaire aux Montrealais de faire rager leurs ennemis jures de Toronto. En effet, si les Quebecois assurent un succes populaire au match contre Saint-vincent-et-les-Grenadines ainsi qu'aux eventuelles rencontres contre le Honduras et le Mexique, il ne faudrait pas s'etonner que le stade Saputo devienne le veritable stade de predilection de l'equipe du Canada ". En effet la nouvelle devait se confirmer plus tard .
  18. Pourquoi pas un camp de Liverpool à Montréal? Dirk Kuyt de Liverpool à la lutte avec le Marseillais Julien Rodriguez. Photo AFP François Gagnon La Presse Raleigh, Caroline du Nord Coupe-vent aux couleurs du Canadien sur le dos, George Gillett déambulait dans le vestiaire de son équipe, distribuant accolades, mots d'encouragement et blagues de son cru. Débarqué en Caroline du Nord pour assister au lancement de la saison du Canadien, hier, contre les Hurricanes, George Gillett s'est aussi assuré d'aller visiter les installations du dernier-né de son empire sportif, l'équipe Gillett Evernham Motorsport (GEM) dans la série NASCAR. En Caroline du Nord, la série NASCAR occupe l'avant-scène du sport avec le football et le basketball universitaire loin, très loin, devant les Hurricanes et le hockey de la LNH. De fait, ces sports sont de véritables religions dans cette portion très biblique des États-Unis. Après avoir suivi de près l'entraînement matinal de son équipe et fait le tour du vestiaire trois fois plutôt qu'une, Gillett a pris la route de Statesville, localité située à une quarantaine de minutes de Raleigh-Durham. Il allait y effectuer un tour du propriétaire. Même s'il avait plus envie de parler de hockey et des chances du Canadien d'accéder aux séries - chances qu'il qualifie de très bonnes - et de NASCAR, le propriétaire du Canadien a reconnu avoir l'intention de se servir de son équipe de soccer, le FC Liverpool, pour promouvoir ce sport au Canada et aux États-Unis. «Il est hors de question pour le moment de faire l'acquisition d'une équipe de la MLS (Major League Soccer). Nous avons par contre des discussions avec quelques-unes des formations de ce circuit afin de nous impliquer dans le soccer afin de rendre ce sport plus populaire. Notre club de Liverpool pourrait venir effectuer un camp d'entraînement à tous les deux ans au Canada ou aux États-Unis, il pourrait venir y disputer des matchs hors concours. Rien n'est exclu», a lancé George Gillett. Lorsqu'un collègue journaliste lui a demandé si cet intérêt pourrait se traduire par l'implantation d'un club de la MLS à Montréal, Gillett s'est vite défilé. «C'est une belle et une grande journée aujourd'hui. Le Canadien commence sa saison et c'est ce qui prime sur tout», a lancé le proprio du Tricolore en guise d'esquive. Une esquive qui a été aussitôt suivie d'une invitation à tous les journalistes de visiter les infrastructures de son écurie. Gillett est parti seul. En fait, non. Il a quitté avec les gens de son organisation et était de retour à 17h pour l'arrivée des joueurs du Canadien au RBC Center où ils ont donné le coup d'envoi à leur saison, hier.
  19. Complexe de soccer de Montréal : le concours d’architecture est lancé ! 3 juin 2011 Communiqué Le lancement d’un concours d’architecture pour la construction d’un complexe de soccer dans le pôle sportif du complexe environnemental de Saint-Michel (CESM) a été annoncé jeudi. Situé sur l’avenue Papineau, le centre offrira aux quelque 40 000 adeptes de soccer montréalais la possibilité de pratiquer ce sport toute l’année. Le projet, dont le début des travaux est prévu à l’automne 2012, a été bonifié pour y inclure un quatrième terrain. En tout, 28,3 millions $ seront injectés dans ce nouveau complexe de soccer. Conformément au Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015, ce nouveau bâtiment vise l’obtention de la certification LEED-NC de niveau Or. Ce projet sera réalisé à travers un processus de design intégré, une approche créative qui permet la construction de bâtiments novateurs répondant à des objectifs de qualité, de fonctionnalité, d’économie d’énergie et d’efficience d’entretien. Un beau défi pour les architectes du Québec L’insertion du complexe sportif dans un ensemble naturel aussi distinctif que le parc du CESM représente un défi conceptuel propice à la tenue d’un concours architectural. Par celui-ci, la Ville vise la création d’une œuvre singulière, unique et remarquable. Le concours qui s’adresse à tous les architectes du Québec se déroulera en deux étapes : un appel de candidatures où les architectes sont invités à soumettre une proposition succincte, puis, dans un deuxième temps, un concept architectural et une équipe d’architectes. Les détails sur l'inscription, le lieu de dépôt et la date d'échéance seront disponibles le 8 juin sur mtlunescodesign.com et les documents par le biais du Système électronique d'appel d'offres (SEAO). Ce concours est réalisé selon les règles établies par l’Ordre des architectes du Québec (OAQ). Le jury sera composé de 10 membres possédant une expérience diversifiée dans l’évaluation de projets d’envergure. Source : Ville de Montréal
  20. Le soccer international reviendra à Montréal Photo Reuters Jean-François Bégin La Presse Toronto Le succès populaire de la Coupe du monde U-20 à Montréal laisse présager des visites plus fréquentes des équipes nationales dans la métropole. C'est ce qu'a indiqué le président de l'Association canadienne de soccer, Colin Linford, en marge de la conférence de presse bilan du tournoi. Au total, 2 413 171 spectateurs ont assisté aux rencontres disputées à Montréal, pour une moyenne de plus de 39 000 personnes par jour de match. Le duel entre le Chili et le Nigeria, dimanche dernier, a attiré à lui seul 46 252 spectateurs, le troisième total de l'histoire de la Coupe du monde U-20 pour un match de quart de finale. Quant au programme inaugural, qui mettait notamment en vedette les États-Unis et le Brésil, il a fait salle comble: 55 800 personnes. «Compte tenu du succès que nous avons connu au Stade olympique, j'ai envoyé un courriel aux membres du comité organisateur local pour leur dire que le soccer international reviendrait à Montréal, a dit M. Linford. Nous croyons maintenant qu'il y a un besoin et un amour pour notre sport à Montréal.» Dans le passé, les équipes nationales, et en particulier l'équipe nationale masculine, ne sont venues que rarement à Montréal. Mais ça risque de changer. «Avec ce qui vient de se passer, il n'y a pas de raison qui empêcherait qu'il y ait des matchs dans le futur», a ajouté le président de l'ACS. Reste à voir si ce sera au Stade olympique, où l'on n'est toujours pas certain de pouvoir compter sur une surface synthétique. Les deux surfaces achetées pour le tournoi, l'une par l'ACS, l'autre par la Fédération de soccer du Québec, risquent en effet d'être revendues, comme La Presse l'expliquait la semaine dernière. Montréal a contribué largement à la réussite du tournoi, qui a attiré une foule record de 1 195 239 spectateurs. C'est environ 40 000 de plus qu'au Mexique en 1983 (le tournoi comptait toutefois moins de matchs à l'époque). Trente et une des 52 rencontres ont été disputées à guichets fermés et 73% des billets disponibles dans les six villes hôtes ont été vendus. «Sur tous les plans, l'Association canadienne de soccer a surpassé nos attentes les plus folles», a dit hier le vice-président de la FIFA, Jack Warner. «Le Canada n'est pas reconnu comme une nation de soccer, mais le comité organisateur a défié les probabilités pour faire de cette compétition le succès qu'elle a été.»
  21. J'ai découvert que "football" au Québec désignait ce que les Français appellent le "football américain", je trouve cela amusant. Mais ce que les Français appellent le "football", qu'est-ce que c'est au Québec, c'est le "soccer" ou il y a un mot français ? Et est-ce qu'il y a une équipe nationale de "soccer" au Québec ? Ou ce sport est-il un peu marginal ? J'indique par ailleurs un forum qui n'a rien à voir avec le sport mais tout avec l'architecture. Il y a des choses très bien sur le Québec et le Canada : http://www.skyscrapercity.com/
  22. Notre GP de F1 étant gone (forever?),avez vous des idées d'évènements qui remettraient MONTREAL sur la map internationale ,soit un évènement culturel ou sportif qui se déroule chaque année soit une grand 'buzz' genre 'EXPO 2020',world cup soccer etc ?? Moi je propose un one shot original,le départ du TOUR DE FRANCE avec au moins 3 jours à Montréal...un prologue,une étape vers les laurentides et une étape montreal/ottawa/montreal ..ensuite le 'cirque du TDF reprendrair l'avion et continuerait la course..le vélo est très populaire en ville et bcq de monde viendrait d'europe et des usa pour vivre cela..ils sont demandeurs et moins gourmands que bernie..bon cela reste un 'one shot'... L'exposure méditique est encore bien supérieure à celle des grand prix,y a qu'à voir le nombre de journalistes du monde entier accrédités...c'est diffusé en direct dans plus de 100 pays au monde ! Un masters de tennis pro l'hiver ,avec comme à Anvers (qui offre un super diamant)avec un prize money particulier peut aussi animer la saison d'hiver. Si le Canda organise un jour la coupe du monde soccer c'est certain qu'on doit en ètre..une nelle EXPO sur le thème de l'environnement why not? Et oui ,don't kill me...les JO..on a deja un belle partie des infrastructures (juste à rénover),l'expérience,et puis tout a changé depuis 1976,avec l'argent des droits de télévision...plus de déficit en vue. A vos suggestions !!
  23. Le 4 septembre 2014 à 11h43 | Agence QMI / Alexandre Parent Les activités soccer de l’Impact de Montréal se diversifient: le club a annoncé, jeudi, la création du FC Montréal, qui joindra les rangs de l’United Soccer League Pro à compter de 2015. Il s’agit en quelque sorte d’un retour dans l’USL pour l’organisation montréalaise, l’Impact y ayant joué par le passé, avant d’accéder à la Major League Soccer. «Cette équipe sera composée majoritairement de nos jeunes joueurs québécois provenant des équipes U23 et U18. Elle sera la dernière étape de transition avant la MLS, a indiqué le président de l’équipe Joey Saputo. «Étant donné que la Ligue de réserve de la MLS n’existera plus l’an prochain, la création du FC Montréal nous donnera plus de flexibilité en termes de développement et du mouvement des joueurs. «Nous croyons que le fait que nos jeunes joueurs évoluent [dans une ligue] au meilleur niveau possible est le meilleur moyen pour qu’ils soient prêts pour le prochain niveau.» L’identité de l’entraîneur-chef de cette nouvelle équipe n’a toujours pas été déterminée. Les matchs du FC Montréal, qui seront initialement disputés sur le terrain adjacent au Stade Saputo avant un transfert possible vers le Complexe sportif Claude-Robillard ultérieurement, seront ouverts au public. Nouveaux visages, nouvelles responsabilités De plus, l’Impact a ajouté à son équipe de direction trois nouveaux vice-présidents, qui se rapporteront directement à Joey Saputo. Marc Bourassa, Hugues Léger et André Côté occuperont, respectivement, les postes de vice-présidents ventes et partenariats, marketing et développement stratégique. «Je vois énormément de potentiel, non seulement pour les abonnements, mais pour les partenariats également, a souligné Bourassa, qui a également déjà travaillé chez Sun Media et au "Journal de Montréal". […] Mon mandat s’amorcera la semaine prochaine, mais on a un plan qui est clair.» Enfin, Nick De Santis, qui occupait jusqu’à tout récemment le poste de directeur sportif avec l’Impact, s’est vu confier celui de directeur du développement des affaires internationales, alors que Richard Legendre deviendra le nouveau vice-président exécutif, opérations soccer et Stade Saputo. Baisse d’assistance Ces renforts arrivent à point nommé pour l’Impact, qui connaît une saison décevante. L’équipe dans les bas-fonds de l’Association de l’Est et du classement général de la ligue, avec seulement cinq victoires en 25 parties. Toutefois, le club est toujours dans la course pour l’obtention du titre dans la Ligue des champions de la CONCACAF. En raison des performances sur le terrain, l’engouement des partisans, qui affluent de moins en moins au Stade Saputo, est à la baisse. Sans être alarmiste, Saputo s’est dit inquiet de la situation. «Ça m’inquiète, puisque je ne vois pas comment nous ne pouvons pas afficher salle comble chaque match. Je pense que le marché est là, a souligné Saputo. En ce moment, nous sommes 1,8 million $ hors de notre budget pour les assistances.» Nouveau centre d’entraînement L’Impact a également annoncé la création d’un nouveau centre d’entraînement pour l’ensemble de ses équipes et qui verra le jour sur la rue Notre-Dame, près du boulevard Pie-IX, dans l’ancien édifice de la caserne Létourneux, à proximité du Stade Saputo. Les nouvelles installations - un investissement d’environ 10 millions $ - seront composées de quatre terrains de soccer. Deux d’entre eux seront dotés d’une surface de gazon naturel alors que les deux autres seront faits d’une surface synthétique.
  24. The Movement presented by AT&T, hosted by former MLS forward Calen Carr, is a new series from MLS Digital that explores the growing soccer movement and soccer culture in North America In Episode 1, Carr visits Montreal to learn about the city’s unique culture and history — on and off the field. Music: ROWJAY “KUNG FUN MARGIELA" A TRAPPIN APE SOUNDCLOUD.COM/ROWJAYCOB Special Thanks Impact Media Pat Vallee Jordano Aguzzi Yvan Delia-Lavictoire
  25. The Myth of Montreal Posted 12 Feb 2008 at 12:18 PM by Bill Archer There are a great many of you who will stop reading at the above title and skip right to the comments section which Huss thoughtfully provides in order for all and sundry to heap abuse on poor ink-stained wretches like Dan and I. Fair enough. We can take it. (Just lay off of 10Shirt. He's a sensitive, New Age guy.) So in the spirit of goodwill, mutual respect and bonhomie for which I am justifiably famous, herewith some "Inconvenient Truths" regarding Montreal fielding a team in MLS. First off, let's look at Montreal's geographical dilemma, because lost somewhere in the discussion about whether Montreal is leaving USL1 is the fact that USL1 seems to be leaving Montreal. This concept is illustrated perfectly by the history of the "Can-Am Cup" competition, which was a competition between Montreal, Toronto, Rochester and Syracuse. A nice little regional tournament which added a little drama to the season by highlighting natural rivalries. Except that Syracuse folded in 2004, Toronto left the league in 2007 and there's a good chance Rochester will cease to exist in 2008. So much for natural rivalries. In fact, USL1 used to have quite a few teams within a quick plane flight, and all of them - save the teetering Rochester Rhinos - are now just memories: Long Island collapsed in 2002. Pittsburgh and Indiana in 2003. Syracuse was gone in 2004. Virginia Beach in 2006. Toronto skipped to MLS in 2007. And what new cities have taken their place? Well, there was Portland Oregon in 2001, followed by Puerto Rico in 2003 and Miami in 2005. In other words, if Rochester really does go the way of all things, the shortest road trip and closest "regional rival" will be the Carolina Railhawks, in Cary, NC, a mere 871 miles away. If home and home grudge matches between those two don't light you up, your next choices would be Charleston, SC (1134 miles) St Paul (1240 miles) and their friendly neighbor Vancouver, which is a staggering 3000 miles from the stinky cheese of home. And the league is welcoming a new member this year: Austin Texas (the obnoxiously named "Aztex"). Apparently the Dark Side of the Moon still has some stadium issues to sort out, but look for them in 2009. In short, if you're a travel agent, the Impact is the Mother lode, Holy Grail, put-down-a-deposit-on-oceanfront-property of clients. By the end of 2008 they'll have racked up more frequent flier miles than Barack Obama. Compare this planeride/hotel existence competing against a bunch of far distant cities the average Quebecois couldn't care less about with membership in Major League Soccer East: Toronto anybody? How about New York? New England? DC? Possibly Philadelphia? Think maybe you could gin up a little fan interest in any of those games? Talk about a no-brainer: step up to a Division 1 league offering readymade rivalries with major North American cities and have your travel expenses go down? Where do I sign? Get Garber on the horn! Plus, as everyone knows, because it gets repeated on BigSoccer 50 times a day, Montreal is a) moving into a gleaming new Soccer Specific Stadium this April, b) Draws 12,000 fans a game in a minor league and c) is owned by a scion of the deep-pockets Saputo family, worldwide cheese purveyors. What else could you possibly want? What kind of idiot is Don Garber, wasting time playing footsie with Philly and St Looey while this golden opportunity is just a quick hop across the border? Well, to paraphrase Havey Keitel (Mr Wolf) in Pulp Fiction, let's not start "congratulating ourselves" quite yet, gentlemen. There are a couple of issues getting lost in the confetti here, to wit: First of all, the Impact is not owned by team President Joey Saputo. After the team went bankrupt in 2002 (something nobody ever seems to mention) the team was resurrected as a non-profit organization owned by Saputo, the Quebec Government and Hydro-Quebec. It's charter is to serve as a representative for Montreal tourism and as an incubator for Quebec-born soccer talent. So leaving aside the question of just how Phil Anschutz might feel about being partnered with a bunch of French-speaking politicians, and just how this ownership structure translates to MLS (and, honestly, it doesn't) there's the fact that a good deal of the Impact's success at the box office is due to the fact that they field as many Quebed-born players as they can find, another thing which won't likely translate well into MLS unless their goal is to lose all the time. Furthermore, Saputo, who would have to be the one to take over ownership and become and MLS partner, has been bad mouthing MLS for the better part of a decade, very publicly disparaging the caliber of play and scoffing at any hint that he might be interested in joining up. Back when MLS was desperate for someone - anyone - to step up and buy a team, Saputo ridiculed the idea that it was worth the $10 million asking price. A year or two later, when he could have bought in for $15 million, he announced that it just wasn't worth the money. But maybe, as the USL has migrated away from Montreal, and after seeing Toronto's success last season, maybe he's changed his mind and, being the gracious, good-hearted, forgiving types that we are, why wouldn't we simply forgive and forget and - assuming he's changed his mind, a proposition for which there is but scant evidence - roll out the red carpet and welcome him with roses and champagne? Short answer: his stadium. Now, on any day of the week you can read dozens of BigSoccer expansion experts raving about the wonderful new stadium in Montreal. They'll tell you how, although it only seats 13,000, it is "expandable" to 18,000 (officially it was 17,000 but 18 sounds better, apparently) and if that's still a little small, well, why let that get in the way of a good story? I would suggest to those of you who are dying to put MLS in that building to look at a couple facts. Starting with the cost of construction: Among recent stadium projects, Red Bull Park will come in somewhere between $180-200 million. If memory serves, Bridgeview was built for around $100 million. Sandy Stadium is projected to wind up at roughly $115 million. Chester (Philadelphia) and the proposal in Miami both call for $100 million buildings. Saputo Stadium (Stade Saputo for you Francophones) will be completed this April at a total cost of $15 million. Canadian. By comparison, Columbus Crew stadium, which a lot of MLS fans denigrate as being a cheaply built galvanized erector set high school stadium cost Lamar Hunt over $28 million. Ten year ago. So let's have a look at the gleaming soccer palace which so many of you insist ought to become an MLS venue immediately if not sooner, shall we? The small cement block building in the corner is the combination restroom and concession stand. Just like your local high school only smaller. The expansion to 17,000? They'll put another set of bleachers in the open end, where the consruction trailers are. It'll make all the difference, I'm sure. Now this is a very nice little stadium for USL1. Works very well. But for MLS? Seriously? I mean, the place makes Crew Stadium look like Anfield. Sorry, Montreal. It's just not going to happen. http://www.bigsoccer.com/forum/blog.php?b=277