Search the Community

Showing results for tags 'saputo'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 27 results

  1. Le vendredi 20 juillet 2007 L'Impact en route vers la MLS? Patrick Leduc. Photo François Roy, La Presse Jean-François Bégin La Presse En embauchant hier l'ex-ministre Richard Legendre à titre de vice-président principal, l'Impact de Montréal a franchi une étape importante sur la route qui pourrait le conduire vers la Major League Soccer. Taille du texteImprimerEnvoyer La nomination de Legendre, qui a présidé à l'agrandissement du stade du parc Jarry à l'époque où il était à la tête de Tennis Canada, est une prise de taille pour l'Impact, dont le nouveau stade est présentement en construction. «Ma priorité sera de mener à bon port la construction du stade et surtout de faire en sorte de le remplir jusqu'à ce qu'il devienne trop petit et qu'il faille l'agrandir de nouveau», a dit M. Legendre lors d'une conférence téléphonique, hier après-midi. L'ancien joueur de tennis referme la parenthèse politique ouverte en 2001. Il avait alors été élu sous la bannière péquiste, lors d'une élection partielle dans la circonscription de Blainville. Candidat malheureux lors la course à la direction du PQ qui avait couronné André Boisclair, il a été défait aux élections provinciales, le printemps dernier. «Je suis content de ce que j'ai fait au cours des six dernières années, mais le 26 mars, la population m'a dit de faire autre chose. Je suis content de revenir dans le sport, car c'était mon premier choix», a dit M. Legendre. Comme ministre responsable du Loisir et du Sport dans le cabinet de Bernard Landry, Legendre avait participé au sauvetage et à la relance de l'Impact à titre d'organisme sans but lucratif, en 2002. «J'ai vu la façon dont il a mené le dossier de l'Impact et les dossiers de sport en général, a dit le président de l'Impact, Joey Saputo. Il va aider l'Impact et le soccer. C'est la personne idéale pour mener notre sport et notre équipe au prochain niveau.» La tentation de la MLS À en juger par les propos tenus hier par M. Saputo, le prochain niveau, ça risque fort d'être la MLS. La ligue née en 1996 offre le meilleur calibre de soccer professionnel en Amérique du Nord. Elle vient d'accueillir en grande pompe sa première authentique super-star, David Beckham, qui fera demain ses débuts dans l'uniforme du Galaxy de Los Angeles, si sa blessure à une cheville est suffisamment guérie. «Dans le passé, je disais non à la MLS, parce que je n'aimais pas la structure de la ligue. Mais celle-ci est en train de changer et mon opinion change aussi», a indiqué Saputo. Tant mieux. Le succès phénoménal de la Coupe du monde U-20, qui a attiré 240 000 spectateurs au Stade olympique, a prouvé hors de tout doute l'appétit des Montréalais pour du soccer de qualité. Or, disons-le franchement, la première division de l'USL, dont fait partie l'Impact, n'offre pas toujours du soccer de haut vol. Les accros de foot européen diront que la MLS non plus, mais ce serait quand même un net progrès. La MLS compte présentement 13 équipes, dont le Toronto FC. L'équipe de la Ville reine a fait ses débuts cette saison et détient l'exclusivité sur le marché canadien pendant trois saisons. Après cela, tout est possible. «Je ne veux pas dire qu'on va être dans la MLS dans deux, trois ou quatre ans, dit Saputo. Mais on va examiner cette possibilité si c'est intéressant. C'est quelque chose qu'on regarde.» La MLS s'est développée en fonctionnant de manière très centralisée, mais elle offre de plus en plus d'autonomie à ses franchises, selon Saputo. «Si ça continue dans cette direction et que le propriétaire peut plus ou moins décider de la direction de son équipe, on est ouvert.» Cette ouverture nouvelle explique sans doute l'optimisme affiché par un haut gradé de l'Association canadienne de soccer, qui me confiait récemment sa conviction que l'Impact se joindrait à la MLS en 2010. Une conviction renforcée par la construction, à l'ombre de la tour olympique, du stade Saputo, qui doit ouvrir ses portes à temps pour la saison 2008 de l'Impact. Le nouvel amphithéâtre pourra accueillir 13 000 spectateurs, mais il sera possible de faire passer sa capacité à 18 000 sièges, de manière temporaire ou permanente. «À 18 000 sièges, ce serait accepté par la MLS», dit Joey Saputo. À titre de comparaison, le BMO Field, domicile du Toronto FC, compte 20 000 places. Il y a encore beaucoup de fils à attacher avant que la MLS débarque à Montréal. Le succès de foule de l'Impact repose en bonne partie sur des billets peu coûteux qui permettent aux familles d'assister aux matchs. Il faudrait maintenir le plus possible cette accessibilité. Mais ce serait une progression logique pour l'Impact que de passer dans les grandes ligues. Les Raging Rhinos de Rochester ou le Battery de Charleston, c'est bien beau, mais Montréal mérite mieux. Impact international Le succès de la Coupe du monde U-20 a convaincu Joey Saputo qu'il serait viable pour l'Impact de disputer des matchs internationaux pendant la saison morte, à l'automne ou au printemps, contre des clubs mexicains ou sud-américains. Mais pour jouer en avril ou en novembre, il faut jouer à l'intérieur, au Stade olympique. Et pour jouer au Stade, il faut une surface artificielle. L'Impact examine présentement la possibilité d'investir pour garder au Parc olympique la surface synthétique amovible acquise par la Fédération de soccer du Québec en prévision de la Coupe du monde U-20. Cette surface fait présentement l'objet d'un appel d'offres et pourrait être vendue à une municipalité si une entente n'est pas conclue pour qu'elle reste au Stade. La faisabilité d'une telle entente serait plus forte si l'Association canadienne de soccer donnait des garanties que l'équipe nationale disputera plus souvent des matchs à Montréal. «L'Association canadienne a vu qu'un match international à Montréal peut avoir du succès et qu'il n'y a pas qu'Edmonton ou Toronto», dit Joey Saputo. Une histoire à suivre.
  2. Aux prises avec le déclin des petits gâteaux Vachon, le transformateur laitier n'exclut pas de se départir de sa division boulangerie. Pour en lire plus...
  3. Haïti et la Syrie face à l'Impact Mardi 02 juin 2009 LA PRESSE CANADIENNE Ajouter Partager Répondez Imprimer La stade Saputo sera l'hôte de trois matchs internationaux au cours des prochaines semaines. (Pépé) MONTRÉAL - L'Impact de Montréal a annoncé la tenue de trois matchs amicaux internationaux au Stade Saputo entre le club montréalais, l'équipe nationale d'Haïti et l'équipe nationale de Syrie. Le premier match opposera Haïti et la Syrie, le samedi 27 juin (15h30). L'Impact affrontera la sélection haïtienne le mercredi 1er juillet (19h30), puis, le mercredi 8 juillet (19h30), la formation montréalaise jouera contre la sélection syrienne. "Ces trois matchs s'inscrivent parfaitement dans la philosophie de notre club de vouloir jouer et promouvoir des matchs internationaux, a déclaré le président de l'Impact et du Stade Saputo, Joey Saputo. Ces rencontres nous permettront de faire la promotion du soccer québécois en collaboration avec les différentes communautés culturelles au Québec. C'est une excellente occasion de montrer notre talent local à la communauté du Moyen-Orient et de renouer avec le soccer haïtien. Nous sommes heureux d'annoncer qu'une partie des fonds recueillis sera remise à la communauté haïtienne." L'équipe nationale d'Haïti, actuellement au 122e rang du classement de la FIFA, participera à la prochaine Gold Cup de la CONCACAF. Il s'agira donc d'une dernière préparation pour la sélection avant son premier match contre le Honduras, le 4 juillet. "Nous voulons remercier l'Impact d'avoir fait les démarches pour organiser ces matchs internationaux, a déclaré le Dr Yves Jean Bart, président de la Fédération haïtienne de football. Nous sommes honorés de cette invitation, qui nous permet de renouer avec une longue tradition d'échanges entre le soccer haïtien et celui de Montréal. Nombreux sont nos compatriotes qui vivent à Montréal. Ils auront l'opportunité d'aller apprécier les talents de notre sélection, fière porte-drapeau d'un pays en souffrance, mais qui veut se réconcilier avec son passé glorieux." L'équipe nationale de Syrie, 99e au classement de la FIFA, prendra part à une tournée en Amérique du Nord. "C'est avec grand plaisir que nous confirmons notre voyage dans la ville excitante qu'est Montréal, a déclaré le Dr. Ahmad Jabban, président de l'Association syrienne de football. Nous avons hâte de jouer pour les supporters de notre héritage arabe et pour tous les amateurs de soccer de Montréal, qui sont de vrais connaisseurs." ============================= Mon billet est déjà réservé pour le match du 8 juillet (section 105).
  4. Saputo acquiert Alto Dairy Cooperative pour 160 millions $ US Il y a 3 jours MONTREAL - Le géant canadien des produits laitiers Saputo (TSX:SAP), soucieux d'accroître sa présence sur le marché américain, a conclu une entente de 160 millions $ US en vue d'acquérir les activités d'Alto Dairy Cooperative, entreprise située à Waupun, dans l'Etat du Wisconsin. Alto, dont les ventes se sont élevées à quelque 378 millions $ US, en 2007, compte deux usines, l'une à Waupun, l'autre à Black Creek, également au Wisconsin. Elle emploie 467 personnes. La transaction, approuvée par le conseil d'administration d'Alto, demeure sujette à l'approbation des autorités américaines en matière de concurrence et à celle des membres de la coopérative américaine, qui se prononceront en assemblée le 27 février. L'acquisition sera réalisée sur une base au comptant, sans endettement, par l'utilisation des crédits bancaires disponibles, a précisé Saputo, mardi. Alto produit des fromages de type mozzarella, provolone, cheddar, monterey jack, muenster, fontina et gouda - ainsi que du lactosérum, produits commercialisés à l'échelle nationale sous une variété de marques nationales et privées. Manon Goudreault, directrice des communications chez Saputo, a indiqué que l'entreprise avait été approchée par Alto au sujet de la possibilité de conclure une transaction. "Ils cherchaient à vendre leurs activités, a-t-elle affirmé. Cette transaction fait vraiment partie de notre orientation stratégique et elle va nous aider à développer nos activités principales aux Etats-Unis. "Cela va également nous aider à croître aux Etats-Unis et à y avoir une présence accrue." Saputo compte 15 usines aux Etats-Unis, incluant au Wisconsin et en Californie. "Nous sommes toujours à la recherche d'occasions afin de croître, mais nous ne mettrons jamais en danger 54 ans d'affaires juste pour faire une acquisition", a indiqué Mme Goudreault. "Lorsque nous faisons une acquisition, c'est parce qu'elle est stratégique, qu'elle va permettre à l'entreprise de croître et qu'elle va ajouter de la valeur pour les actionnaires." En avril dernier, Saputo a complété l'acquisition, pour 216 millions $ US, des activités de fabrication de fromage de la coopérative américaine Land O'Lakes, située en Californie. A la Bourse de Toronto, mardi après-midi, le cours de l'action de Saputo était de 27,01 $, en hausse de 54 cents ou 2,04 pour cent par rapport à la veille. http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5iNNFTr9JN_AyHgSq2o9cW4YWIZwA
  5. http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/philippe-cantin/201308/05/01-4677016-trois-influents-philanthropes-se-mobilisent-pour-le-parc-olympique.php
  6. And another one, Second Cup, IGA, Pharmaprix already booked!!! Groupe Mach or should I say Saputo is on Fire!!! http://www.creativethinking-design.com/projets/details/faubourg-sherbrooke/
  7. Finally the huge crappy industrial building on the southeast side of Jarry and Viau is either going down or it'll be part of a large redevelopment!! The block is completely fenced in and the walls are being stripped and all the insides are being gutted..Let's hope for the first 20+ storey tower for the east end...the project belongs to the very deep pocketed Saputo clan and their associates.
  8. Le fromager Saputo a faim. Et il a les moyens de se mettre à table. «Nous avons la flexibilité financière pour faire des petites ou des grandes acquisitions», lance Lino Saputo fils. Pour en lire plus...
  9. Après l'acquisition de l'ontarienne Neilson pour 465 millions de dollars, il y a deux semaines, Saputo reste prête à envisager d'autres achats à l'extérieur du pays. Pour en lire plus...
  10. Cette usine a été endommagée par un feu le 29 septembre dernier. Depuis cet incident, la production a été transférée dans d'autres usines de Saputo aux États-Unis. Pour en lire plus...
  11. Je ne sais pas si quelqu'un a plus d'infos, mais ce projet de Provencher Roy est fort intéressant! Un stationnement en surface de moins sur le Parc Olympique!
  12. Le producteur laitier montréalais empoche un profit de 75,2 M$ ou 36 cents dilué par action pour son quatrième trimestre.. Pour en lire plus...
  13. La compagnie montréalaise empoche un gain de 83 M$ ou 40 cents par action à son premier trimestre. Pour en lire plus...
  14. Dans le journal de montreal sous la signature de Martin Smith, on pouvait lire le 22 avril: Le stade Saputo prefere au BMO field pour le match retour entre le Canada et Saint-vincent-et-les-Grenadines. Le stade Saputo n'a pas encore ete inaugure qu'il se permet deja un joli pied de nez au BMO field de Toronto pompeusement surnomme " stade national du soccer au Canada " En effet l'Association canadienne de soccer annoncera aujourd'hui....... Et l'article se termine ainsi " le grand patron Joe Saputo a donc pu decider d'eriger un stade concu specifiquement pour le soccer avec un terrain de gazon naturel, surface preferee par la tres vaste majorite des joueurs. Pour une fois le comite executif de l'Association canadienne a pris une decision en tenant doublement compte des souhaits exprimes par les joueurs plutot que sur le niveau des revenus escomptes. Le choix de Montreal et du stade Saputo devant Edmonton et son immense stade du Commonwealth, par exemple, s'explique par un autre souhait des joueurs, majoritairement bases en Europe, ils tiennent a jouer autant que possible dans l'est du Canada afin d'eviter d'avoir a combattre les effets d'un trop grand decalage horaire. Le choix du stade Saputo pour la rencontre du 20 juin fournira une occasion supplementaire aux Montrealais de faire rager leurs ennemis jures de Toronto. En effet, si les Quebecois assurent un succes populaire au match contre Saint-vincent-et-les-Grenadines ainsi qu'aux eventuelles rencontres contre le Honduras et le Mexique, il ne faudrait pas s'etonner que le stade Saputo devienne le veritable stade de predilection de l'equipe du Canada ". En effet la nouvelle devait se confirmer plus tard .
  15. Le géant montréalais de la transformation laitière fait l'acquisition de Neilson Dairy, une filiale du groupe Weston, pour la somme de 465 millions de dollars. Pour en lire plus...
  16. Les deux géants canadiens de l'alimentation viennent de conclure un marché de 465 M$ qui concerne le fabricant de produits laitiers Neilson Dairy. Pour en lire plus...
  17. Le propriétaire de l’Impact de Montréal Joey Saputo a fait l’acquisition, en compagnie d’un groupe d’investisseurs, du FC Bologne, un club de soccer italien, jeudi. «Je suis heureux de confirmer que l'offre d'achat de notre groupe d'investisseurs pour l'acquisition du FC Bologne a été acceptée par le conseil d'administration du club», a souligné Saputo, dans un communiqué. Une lettre d'intention a d’ailleurs été signée par le club à cet effet. «Je tiens à remercier tous les gens impliqués dans la transaction, notamment les fidèles partisans du FC Bologne pour leur encouragement au cours du processus. Nous allons continuer de travailler avec le conseil d'administration du club pour finaliser l'entente le 15 octobre.» Marco Di Vaio aurait pour sa part un poste qui l’attendrait avec l’équipe italienne. Il s’agit d’un revirement de situation puisque le FC Bologne avait indiqué, il y a deux semaines, sur son site web que l’équipe serait vendue à Massimo Zanetti. La formation italienne, qui a été fondée en 1909, a été reléguée en Serie B après une saison 2013-2014 difficile. http://www.tvasports.ca/2014/10/09/saputo-devient-proprietaire-du-fc-bologne
  18. http://www.montrealgazette.com/business/Saputo+cent+stake+Life+building+reports/10195809/story.html Ivanhoe Cambridge, the real-estate arm of the Caisse de dépôt et placement du Québec, apparently has found a buyer for the 50 per cent stake in the Sun Life building that it put on the market earlier this year. Published reports Thursday identified the buyers as Montreal’s Saputo family and partners, and the transaction price at $140 million. The Caisse’s real-estate division reportedly acquired its stake for $64 million. Ivanhoe Cambridge has shared ownership of the Metcalfe St. building with insurer Sun Life since 2000. © Copyright © The Montreal Gazette
  19. I have heard from a source who works for a tenant at 1425 Boul. Rene-Levesque Ouest that the building was recently sold to Saputo and therefore the property management contact info had changed. I don't know anything beyond this. There were rumours circulating in other threads about Saputo targeting the Standard Life Building which appears to have fallen through... could this have been their Plan B? The building is home to a number of tenants including Quebec govt offices, some international NGOs, and a language school among others... as well as the newly opened Frunchroom restaurant.
  20. Saputo regarde du côté de l’Australie 21 juillet 2008 - 11h19 LaPresseAffaires.com Olivier Bourque Saputo (SAP) est parmi les trois acheteurs potentiels à vouloir mettre la main sur la laitière Australian Dairy Farms. Il s’agirait d’une acquisition de près de 1 G$. C’est ce que rapporte Bloomberg qui relaie l’information de l’Australian Financial Review. Le géant Parmalat et la coopérative australienne Murray Goulburn seraient également sur les rangs. Click here to find out more! Pour Saputo, il s’agirait d’une première incursion dans le marché australien. Ces offres ont été déposées vendredi dernier après que Dairy Farmers a indiqué que ses profits allaient dépasser la hausse prévue initialement de 15 à 25%. La direction de l’entreprise n’a pas voulu commenter la possible transaction à LaPresseAffaires.com. Outre le Canada, Saputo possède en ce moment des usines aux États-Unis, en Argentine, en Allemagne et au Royaume-Uni. À la Bourse de Toronto, vers midi, l’action de Saputo pointait à 27,07 $ en hausse de 9 cents.
  21. Je vous invite à lire un excellent article de Réjean Tremblay sur les deux villes. C'est très rare que je suis d'accorda vec tremblay, mais cette fois ci, je crois qu'il a raison. J'ai remarqué que ça fait quelques articles que tremblay écrit pour supporter la demande de Joey Saputo (aide gouvernemental pour l'aggrandissement du Stade Saputo et transférer l'Impact dans la MLS. Voici le Lien! http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/rejean-tremblay/200904/17/01-847440-boston-est-dans-une-autre-ligue.php Boston est dans une autre ligue Réjean Tremblay La Presse (Boston) Suffit de passer quelques jours à Boston pour réaliser à quel point cette belle ville de la Nouvelle-Angleterre devance nettement la ville pas mal moins belle de la Nouvelle-France. Les parcs du centre-ville sont magnifiques, même en ce mi-avril frisquet, et les grands boulevards qui cernent le centre-ville sont propres et accueillants. On le sait, Boston est la ville culturelle du Nord-Est des États-Unis; c'est une ville qui, au cours des quinze dernières années, a massivement investi dans ses infrastructures, qui a fait disparaître les laideurs qui polluaient les accès de la ville et qui a multiplié les campagnes invitant les citoyens à faire preuve de toujours plus de civisme. En fait, Boston se comparait à Montréal quand j'ai commencé à y faire des séjours avec le Canadien. Deux villes de même taille, deux villes avec des quartiers rappelant leurs racines et leurs origines, deux villes fleurant bon la bouffe raffinée, la musique et la farniente d'un beau week-end. Oubliez les comparaisons. Boston est maintenant encore plus belle et plus vibrante, Montréal est devenue une collection de bourgades ingouvernables et de nids-de-poule. Les groupuscules de pression mènent la ville et il y est maintenant impossible de mener à bonne fin un projet collectif concret. *** La différence est encore plus grande quand on parle de sport. Oublions le sport universitaire puisque Montréal ne fait pas le poids contre Harvard, Boston College ou MIT. Demain, pour vous donner une idée, les Red Sox de Boston jouent à Fenway Park en après-midi. Tous les billets sont évidemment vendus. À cinq minutes de métro de Fenway Park, les Celtics disputent un match de série éliminatoire en même temps. Tous les billets sont vendus. Et en soirée, à 20h, les Bruins reçoivent le Canadien pour le deuxième match de la série opposant les deux équipes et tous les billets sont évidemment envolés. C'est près de 80 000 spectateurs qui vont débourser des millions de dollars pour assister à ces rencontres. Et à moins que je ne me trompe, les Patriots offrent un match de recrues dans la journée. Le sport professionnel, comme l'Orchestre symphonique de Montréal et les Boston Pops, fait partie de cette qualité de vie qu'une grande ville doit offrir à ses habitants. Et à tous ceux qui voudraient venir l'enrichir en venant y travailler ou y investir pour créer une entreprise. C'est pour ça qu'il est important d'appuyer Joey Saputo dans ses efforts pour faire entrer Montréal dans la Major Soccer League. Il est impossible de rejoindre Boston dans la Ligue nationale de football. D'ailleurs, on a pris cinq ou six ans pour simplement décider d'agrandir le stade Molson tellement on a eu peur à cause des trois écureuils et des quatre arbustes qu'il fallait sauver. J'ai vu passer les écureuils montréalais dans le grand parc de Boston hier après-midi et ça m'a fait chaud au coeur. On ne reviendra plus non plus dans le baseball majeur. Les Red Sox ne joueront jamais contre de nouveaux Expos. Même dans 30 ou 40 ans. On a quitté la piste de danse et le rêve est fini. Il arrive que des industries meurent. Des journaux meurent et c'est triste, mais la vie continue. On ne jouera pas non plus contre les Celtics de Boston, la mythique équipe en vert et blanc. Parce que le basket n'a pas de racines assez profondes au Québec. Alors, si on a la chance d'accéder au dernier sport majeur disponible pour les prochaines décennies et si on veut être une vraie métropole capable d'avoir sa place dans le sport professionnel nord-américain, faudrait pas rater la chance qu'offre Joey Saputo. Parce qu'après... *** C'est d'ailleurs rafraîchissant de lire les pages sportives des quotidiens de Boston. Les Bruins ont droit à un traitement royal. Mais il faut offrir une aussi large couverture aux Red Sox et aux Celtics, parce que leur clientèle est tout aussi importante que celle des Bruins. Ça fait un gros changement avec les médias de Montréal, qui sont à la remorque du Canadien. Les radios et les télés de Boston traitent de plusieurs sujets et de plusieurs sports. À Montréal, il faut l'admettre, à part Jacques Thériault à CKAC en matinée, on suce et resuce le moindre potin sur les Glorieux. Jusqu'à saturation. Jusqu'à écoeurement. Des fois, j'aimerais ça entendre encore Rodger Brulotte parler baseball... Mais du baseball majeur, y en a plus. C'est comme le reste, parti à l'abandon.
  22. *VIDÉO* La transformation du Stade Saputo (CKAC Sports) – Le début de la saison de la MLS demain à Seattle m'a donné le goût de vous mettre l'eau à la bouche pour 2012. Si l'on se fie aux propos de Don Garber hier en conférence de presse et à ceux de Richard Legendre sur nos ondes la semaine dernière, la MLS et l'Impact confirmeront l'arrivée du club dans le grand circuit d'ici peu. Dans un monde idéal, Joey Saputo aurait aimé entamer la première phase d'agrandissement du Stade Saputo cet hiver, pour ensuite pouvoir compléter avec la deuxième étape l'an prochain. Mais la bureaucratie gouvernementale a fait en sorte que le projet a été décalé d'un an. Sans avoir de confirmation que les paliers de gouvernements ont accepté de se joindre au projet de l'Impact, l'enthousiasme qui se ressent dans le discours de tous et chacun nous permet de croire que ce dossier est réglé. Après les deux phases d'agrandissements, le Stade Saputo deviendra en effet un réel stade de soccer dont le terrain de jeu sera entouré à 100% d'estrades. Ça permettra à l'Impact de pouvoir accueillir plus de 20,000 spectateurs par match, un pré requis pour la MLS. Par ailleurs, vous pouvez voir sur le vidéo que l'équipe a aussi l'intention de faire ajouter un petit abri qui viendrait couvrir les quelques rangées les plus hautes des sections extérieures du stade. http://www.youtube.com/watch?v=UAHIOVOOcCU&feature=player_embedded#
  23. La rémunération du chef de la direction de Saputo , Lino Saputo fils, a bondi de 46,6%, à près de 2,35 millions de dollars au cours de la dernière année. Pour en lire plus...
  24. 16 juillet 2007 La fête du soccer s'est terminée à Montréal, dimanche, après le quart de finale du Mondial U-20 remporté par le Chili 4-0 sur le Nigeria. Le tournoi se poursuivra maintenant à Edmonton et à Toronto en vue des demi-finales et des finales, une décision difficile à avaler compte tenu du succès de l'événement dans la métropole québécoise. Grâce au travail de promotion effectué auprès des clubs de soccer de la province et des communautés culturelles, plus de 240 000 spectateurs ont passé les tourniquets du stade olympique. C'est une moyenne d'à peu près 40 000 spectateurs pour chacun des 6 jours de compétition. Francis Millien, président du comité organisateur de Montréal, était évidemment extatique. « Au départ, notre objectif était de remplir le stade lors de la première journée, puis d'avoir une moyenne de plus de 20 000 spectateurs par programme par la suite. On est donc bien au-delà de nos espérances. » Millien a tenu à remercier la ferveur des communautés culturelles pour le succès de l'événement. Il estime aussi que la popularité des matchs montréalais aura des retombées positives pour le soccer québécois, en plus d'attirer d'autres événements internationaux d'envergure dans la métropole. « On a fait la preuve que lorsqu'il y a un stade à remplir, on peut le faire, a affirmé Millien. C'est un stade qui mériterait beaucoup plus en terme de renommée. Nous avons des installations qui permettent de grandes choses. » Laissé pour compte? C'est à Montréal que le Mondial U-20 a connu son meilleur succès au chapitre des assistances. La ville du maire Tremblay a attiré plus de monde qu'Edmonton, qui a pourtant un aussi grand stade. Alors, pourquoi le tournoi refuse-t-il d'y tenir une demi-finale ou la finale? Millien refuse de jeter la pierre à l'Association canadienne de soccer. « Ce n'est pas une question qu'ils nous aiment ou pas, c'est juste qu'à l'époque, nous n'étions pas candidats. Sauf que ça prouve que la prochaine fois, nous devrons être considérés. » Millien faisait allusion à la décision de Joey Saputo, président de l'Impact, de bâtir le stade Saputo au Parc olympique plutôt qu'au Technoparc. Le comité organisateur montréalais s'était alors retrouvé dans l'incertitude en ce qui concerne l'endroit où seraient disputés les matchs. « De ce que j'ai vu jusqu'ici, on n'aurait eu aucune difficulté à tenir la finale à Montréal, a pourtant déclaré Mustapha Fahmy, chef de délégation de la FIFA. De tous les sites que j'ai visités au fil des années, Montréal a été l'un des endroits où l'organisation a été quasi parfaite. » Un honneur qui rejaillira sur toute la Ville, qui en avait pris un coup après le fiasco évité des mondiaux FINA, sauvés in extremis, et l'échec des Outgames.
  25. The Myth of Montreal Posted 12 Feb 2008 at 12:18 PM by Bill Archer There are a great many of you who will stop reading at the above title and skip right to the comments section which Huss thoughtfully provides in order for all and sundry to heap abuse on poor ink-stained wretches like Dan and I. Fair enough. We can take it. (Just lay off of 10Shirt. He's a sensitive, New Age guy.) So in the spirit of goodwill, mutual respect and bonhomie for which I am justifiably famous, herewith some "Inconvenient Truths" regarding Montreal fielding a team in MLS. First off, let's look at Montreal's geographical dilemma, because lost somewhere in the discussion about whether Montreal is leaving USL1 is the fact that USL1 seems to be leaving Montreal. This concept is illustrated perfectly by the history of the "Can-Am Cup" competition, which was a competition between Montreal, Toronto, Rochester and Syracuse. A nice little regional tournament which added a little drama to the season by highlighting natural rivalries. Except that Syracuse folded in 2004, Toronto left the league in 2007 and there's a good chance Rochester will cease to exist in 2008. So much for natural rivalries. In fact, USL1 used to have quite a few teams within a quick plane flight, and all of them - save the teetering Rochester Rhinos - are now just memories: Long Island collapsed in 2002. Pittsburgh and Indiana in 2003. Syracuse was gone in 2004. Virginia Beach in 2006. Toronto skipped to MLS in 2007. And what new cities have taken their place? Well, there was Portland Oregon in 2001, followed by Puerto Rico in 2003 and Miami in 2005. In other words, if Rochester really does go the way of all things, the shortest road trip and closest "regional rival" will be the Carolina Railhawks, in Cary, NC, a mere 871 miles away. If home and home grudge matches between those two don't light you up, your next choices would be Charleston, SC (1134 miles) St Paul (1240 miles) and their friendly neighbor Vancouver, which is a staggering 3000 miles from the stinky cheese of home. And the league is welcoming a new member this year: Austin Texas (the obnoxiously named "Aztex"). Apparently the Dark Side of the Moon still has some stadium issues to sort out, but look for them in 2009. In short, if you're a travel agent, the Impact is the Mother lode, Holy Grail, put-down-a-deposit-on-oceanfront-property of clients. By the end of 2008 they'll have racked up more frequent flier miles than Barack Obama. Compare this planeride/hotel existence competing against a bunch of far distant cities the average Quebecois couldn't care less about with membership in Major League Soccer East: Toronto anybody? How about New York? New England? DC? Possibly Philadelphia? Think maybe you could gin up a little fan interest in any of those games? Talk about a no-brainer: step up to a Division 1 league offering readymade rivalries with major North American cities and have your travel expenses go down? Where do I sign? Get Garber on the horn! Plus, as everyone knows, because it gets repeated on BigSoccer 50 times a day, Montreal is a) moving into a gleaming new Soccer Specific Stadium this April, b) Draws 12,000 fans a game in a minor league and c) is owned by a scion of the deep-pockets Saputo family, worldwide cheese purveyors. What else could you possibly want? What kind of idiot is Don Garber, wasting time playing footsie with Philly and St Looey while this golden opportunity is just a quick hop across the border? Well, to paraphrase Havey Keitel (Mr Wolf) in Pulp Fiction, let's not start "congratulating ourselves" quite yet, gentlemen. There are a couple of issues getting lost in the confetti here, to wit: First of all, the Impact is not owned by team President Joey Saputo. After the team went bankrupt in 2002 (something nobody ever seems to mention) the team was resurrected as a non-profit organization owned by Saputo, the Quebec Government and Hydro-Quebec. It's charter is to serve as a representative for Montreal tourism and as an incubator for Quebec-born soccer talent. So leaving aside the question of just how Phil Anschutz might feel about being partnered with a bunch of French-speaking politicians, and just how this ownership structure translates to MLS (and, honestly, it doesn't) there's the fact that a good deal of the Impact's success at the box office is due to the fact that they field as many Quebed-born players as they can find, another thing which won't likely translate well into MLS unless their goal is to lose all the time. Furthermore, Saputo, who would have to be the one to take over ownership and become and MLS partner, has been bad mouthing MLS for the better part of a decade, very publicly disparaging the caliber of play and scoffing at any hint that he might be interested in joining up. Back when MLS was desperate for someone - anyone - to step up and buy a team, Saputo ridiculed the idea that it was worth the $10 million asking price. A year or two later, when he could have bought in for $15 million, he announced that it just wasn't worth the money. But maybe, as the USL has migrated away from Montreal, and after seeing Toronto's success last season, maybe he's changed his mind and, being the gracious, good-hearted, forgiving types that we are, why wouldn't we simply forgive and forget and - assuming he's changed his mind, a proposition for which there is but scant evidence - roll out the red carpet and welcome him with roses and champagne? Short answer: his stadium. Now, on any day of the week you can read dozens of BigSoccer expansion experts raving about the wonderful new stadium in Montreal. They'll tell you how, although it only seats 13,000, it is "expandable" to 18,000 (officially it was 17,000 but 18 sounds better, apparently) and if that's still a little small, well, why let that get in the way of a good story? I would suggest to those of you who are dying to put MLS in that building to look at a couple facts. Starting with the cost of construction: Among recent stadium projects, Red Bull Park will come in somewhere between $180-200 million. If memory serves, Bridgeview was built for around $100 million. Sandy Stadium is projected to wind up at roughly $115 million. Chester (Philadelphia) and the proposal in Miami both call for $100 million buildings. Saputo Stadium (Stade Saputo for you Francophones) will be completed this April at a total cost of $15 million. Canadian. By comparison, Columbus Crew stadium, which a lot of MLS fans denigrate as being a cheaply built galvanized erector set high school stadium cost Lamar Hunt over $28 million. Ten year ago. So let's have a look at the gleaming soccer palace which so many of you insist ought to become an MLS venue immediately if not sooner, shall we? The small cement block building in the corner is the combination restroom and concession stand. Just like your local high school only smaller. The expansion to 17,000? They'll put another set of bleachers in the open end, where the consruction trailers are. It'll make all the difference, I'm sure. Now this is a very nice little stadium for USL1. Works very well. But for MLS? Seriously? I mean, the place makes Crew Stadium look like Anfield. Sorry, Montreal. It's just not going to happen. http://www.bigsoccer.com/forum/blog.php?b=277