Jump to content

Projet uranifère matoush : Strateco réclame 190 millions $ au gouvernement du québec


WestAust
 Share

Recommended Posts

Suite à la décision du précédent gouvernement péquiste de ne pas permettre l'extraction d'uranium, une compagnie poursuit le gouvernement

 

Ressources Strateco inc. (« Strateco »)

réclame 189 987 663 $ CAN au gouvernement du Québec dans une requête introductive

d’instance déposée aujourd’hui, le 11 décembre 2014, à la Cour supérieure du Québec.

Strateco réclame des dommages pour la perte de ses investissements dans le

projet Matoush suite aux agissements fautifs du ministre du Développement durable, de

l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (le « Ministre ») et du

Gouvernement du Québec (le « Gouvernement »).

 

Le 7 novembre 2013, le Ministre a refusé d’accorder à Strateco le certificat d’autorisation

nécessaire pour commencer la phase d’exploration avancée du projet Matoush en

alléguant l’absence d’acceptabilité sociale d’un groupe donné. Le Gouvernement n’a

toutefois jamais expliqué ce qu’il entendait par « absence d’acceptabilité sociale », alors

que ce concept n’est défini dans aucune loi, ni aucun règlement au Québec.

 

http://www.stratecoinc.com/data/pdf/Communiques2014/RSC_Requete2014-12-11.pdf

Link to comment
Share on other sites

Le nucléaire est ce qui pourrait arriver de mieux pour le Québec, surtout si on a de l'uranium à notre porte.

 

C'est tellement plus cher que lhydroelectricite qu'on a en abondance et en surplus massif, tu te bases sur quoi?

Link to comment
Share on other sites

Le nucléaire s'en va nulle part. Le solaire est l'avenir. D'ici 10 ans on va pouvoir être complètement déconnecté de la grid d'Hydro-Quebec pour moins de 10-15k$. Le solaire fera compétition au gaz naturel dès 2025.

 

ma peur, c'est qu'Hydro-Quebec soit un boulet au très long terme, plus les gens seront indépendants de la grid, moins Hydro-Quebec fera d'argent, et la dette est tout simplement impossible à trainer. Dès que les gens vont voir le prix pour être indépendant, ce sera comme l'avènement des voitures électriques, on en verra de plus en plus, pas seulement ici mais partout.

Edited by vivreenrégion
Link to comment
Share on other sites

Le nucléaire s'en va nulle part. Le solaire est l'avenir. D'ici 10 ans on va pouvoir être complètement déconnecté de la grid d'Hydro-Quebec pour moins de 10-15k$. Le solaire fera compétition au gaz naturel dès 2025.

 

Les capteurs solaires vont très certainement devenir plus abordables, au point où les habitations pourront en être équipées afin de répondre à une partie des besoins.

 

En hiver, avec la consommation électrique accrue, le peu d'heures d'ensoleillement, la neige et la glace qui s'accumulent, les panneaux solaires seuls ne seront certainement pas suffisants.

 

L'idéal, c'est de diversifier ses sources d'électricité. Il y a des années où le Québec reçoit moins de précipitations que la moyenne et ça se répercute dans le niveau d'eau des réservoirs d'Hydro-Québec. Il faudrait peut-être prévoir des solutions pour minimiser les répercussions d'une éventuelle sécheresse. Après tout, les jours sans précipitations (et les feux de forêt) sont de plus en plus nombreux dans le nord.

 

Mais on ne peut pas dire que "le solaire est la solution" ou "l'éolien est la solution" : ces technologies ne peuvent pas remplacer entièrement les infrastructures de production déjà construites. Le solaire et l'éolien, à très grande échelle, c'est excessivement cher et peu fiable (dépend énormément des conditions météo). La production de silicium (pour les panneaux solaires) d'aluminium (pour les éoliennes) et de pales d'éoliennes en composites est très coûteuse et peu écologique (et très énergivore) pour réussir à produire de l'électricité à grande échelle. Et ça, c'est dans compter les coûts de maintenance : combien ça prend d'éoliennes pour produire autant d'électricité qu'une centrale hydroélectrique moyenne? Une centaine? Ça fait une centaine de groupes hélices-alternateurs à entretenir (et souvent ça prend un hélicoptère), contre 4 à 10 dans une centrale hydroélectrique.

 

Aussi. avec la fermeture de Gentilly 2, ne pourrait-on pas utiliser la centrale thermique de Transcanada à Bécancour pendant les périodes de pointe? On paie déjà un gros montant pour cette centrale qui ne sert pas. Cette dernière a une puissance à peu près comparable à celle de Gentilly 2. C'est une centrale au gaz à cycle combiné : deux turbines à gaz font tourner deux gros alternateurs. Les gaz d'échappement des turbines à gaz est récupéré pour produire de la vapeur et actionner une turbine à vapeur supplémentaire. Il y a donc peu de pertes et ce type de centrale permet un rendement énergétique de près de 60% (les moteurs à combustion des voitures ont un rendement de 10 à 15%), donc très peu d'émissions polluantes par rapport à la grande puissance disponible.

 

Évidemment, ce qui serait cool, ce serait d'investir dans la fusion nucléaire :D

 

Bref, c'est un peu en dehors du sujet initial, désolé pour le détournement de sujet! :P

Link to comment
Share on other sites

Les capteurs solaires vont très certainement devenir plus abordables, au point où les habitations pourront en être équipées afin de répondre à une partie des besoins.

 

En hiver, avec la consommation électrique accrue, le peu d'heures d'ensoleillement, la neige et la glace qui s'accumulent, les panneaux solaires seuls ne seront certainement pas suffisants.

 

L'idéal, c'est de diversifier ses sources d'électricité. Il y a des années où le Québec reçoit moins de précipitations que la moyenne et ça se répercute dans le niveau d'eau des réservoirs d'Hydro-Québec. Il faudrait peut-être prévoir des solutions pour minimiser les répercussions d'une éventuelle sécheresse. Après tout, les jours sans précipitations (et les feux de forêt) sont de plus en plus nombreux dans le nord.

 

Mais on ne peut pas dire que "le solaire est la solution" ou "l'éolien est la solution" : ces technologies ne peuvent pas remplacer entièrement les infrastructures de production déjà construites. Le solaire et l'éolien, à très grande échelle, c'est excessivement cher et peu fiable (dépend énormément des conditions météo). La production de silicium (pour les panneaux solaires) d'aluminium (pour les éoliennes) et de pales d'éoliennes en composites est très coûteuse et peu écologique (et très énergivore) pour réussir à produire de l'électricité à grande échelle. Et ça, c'est dans compter les coûts de maintenance : combien ça prend d'éoliennes pour produire autant d'électricité qu'une centrale hydroélectrique moyenne? Une centaine? Ça fait une centaine de groupes hélices-alternateurs à entretenir (et souvent ça prend un hélicoptère), contre 4 à 10 dans une centrale hydroélectrique.

 

Aussi. avec la fermeture de Gentilly 2, ne pourrait-on pas utiliser la centrale thermique de Transcanada à Bécancour pendant les périodes de pointe? On paie déjà un gros montant pour cette centrale qui ne sert pas. Cette dernière a une puissance à peu près comparable à celle de Gentilly 2. C'est une centrale au gaz à cycle combiné : deux turbines à gaz font tourner deux gros alternateurs. Les gaz d'échappement des turbines à gaz est récupéré pour produire de la vapeur et actionner une turbine à vapeur supplémentaire. Il y a donc peu de pertes et ce type de centrale permet un rendement énergétique de près de 60% (les moteurs à combustion des voitures ont un rendement de 10 à 15%), donc très peu d'émissions polluantes par rapport à la grande puissance disponible.

 

Évidemment, ce qui serait cool, ce serait d'investir dans la fusion nucléaire :D

 

Bref, c'est un peu en dehors du sujet initial, désolé pour le détournement de sujet! :P

 

oui ce sera possible d'être 100% indépendant d'ici 10-15 ans. La technologie des batteries le permettra.

 

Solar with batteries could allow US ‘grid defection’ by 2030: Rocky Mountain Institute

 

The report features what RMI claims is the first detailed analysis of when and where it will be possible for users of solar coupled with storage in the USA to go off-grid.
examined five representative geographical regions of the USA to assess where and when it would be possible for customers to bypass their utility without incurring decreased reliability of electricity supply or higher costs. According to RMI, the report is not designed to argue for or against defection from grids, but instead models current market trends and forecasts to identify where it could take place in the US.
For New York it will be 2025
The report also claims that even before grid parity is reached to allow customers to bypass the grid entirely, the use of solar plus battery storage is likely to eat into utilities’ revenues. Factors besides cost, such as energy security, will encourage early adopters, thus driving prices further toward grid parity in the long run.

http://www.pv-tech.org/news/rocky_mountain_institute_solar_plus_batteries_could_allow_us_grid_defection

Link to comment
Share on other sites

Les capteurs solaires vont très certainement devenir plus abordables, au point où les habitations pourront en être équipées afin de répondre à une partie des besoins.

 

En hiver, avec la consommation électrique accrue, le peu d'heures d'ensoleillement, la neige et la glace qui s'accumulent, les panneaux solaires seuls ne seront certainement pas suffisants.

 

L'idéal, c'est de diversifier ses sources d'électricité. Il y a des années où le Québec reçoit moins de précipitations que la moyenne et ça se répercute dans le niveau d'eau des réservoirs d'Hydro-Québec. Il faudrait peut-être prévoir des solutions pour minimiser les répercussions d'une éventuelle sécheresse. Après tout, les jours sans précipitations (et les feux de forêt) sont de plus en plus nombreux dans le nord.

 

Mais on ne peut pas dire que "le solaire est la solution" ou "l'éolien est la solution" : ces technologies ne peuvent pas remplacer entièrement les infrastructures de production déjà construites. Le solaire et l'éolien, à très grande échelle, c'est excessivement cher et peu fiable (dépend énormément des conditions météo). La production de silicium (pour les panneaux solaires) d'aluminium (pour les éoliennes) et de pales d'éoliennes en composites est très coûteuse et peu écologique (et très énergivore) pour réussir à produire de l'électricité à grande échelle. Et ça, c'est dans compter les coûts de maintenance : combien ça prend d'éoliennes pour produire autant d'électricité qu'une centrale hydroélectrique moyenne? Une centaine? Ça fait une centaine de groupes hélices-alternateurs à entretenir (et souvent ça prend un hélicoptère), contre 4 à 10 dans une centrale hydroélectrique.

 

Aussi. avec la fermeture de Gentilly 2, ne pourrait-on pas utiliser la centrale thermique de Transcanada à Bécancour pendant les périodes de pointe? On paie déjà un gros montant pour cette centrale qui ne sert pas. Cette dernière a une puissance à peu près comparable à celle de Gentilly 2. C'est une centrale au gaz à cycle combiné : deux turbines à gaz font tourner deux gros alternateurs. Les gaz d'échappement des turbines à gaz est récupéré pour produire de la vapeur et actionner une turbine à vapeur supplémentaire. Il y a donc peu de pertes et ce type de centrale permet un rendement énergétique de près de 60% (les moteurs à combustion des voitures ont un rendement de 10 à 15%), donc très peu d'émissions polluantes par rapport à la grande puissance disponible.

 

Évidemment, ce qui serait cool, ce serait d'investir dans la fusion nucléaire :D

 

Bref, c'est un peu en dehors du sujet initial, désolé pour le détournement de sujet! :P

 

oui ce sera possible d'être 100% indépendant d'ici 10-15 ans. La technologie des batteries le permettra.

 

Solar with batteries could allow US ‘grid defection’ by 2030: Rocky Mountain Institute

 

The report features what RMI claims is the first detailed analysis of when and where it will be possible for users of solar coupled with storage in the USA to go off-grid.
examined five representative geographical regions of the USA to assess where and when it would be possible for customers to bypass their utility without incurring decreased reliability of electricity supply or higher costs. According to RMI, the report is not designed to argue for or against defection from grids, but instead models current market trends and forecasts to identify where it could take place in the US.
For New York it will be 2025
The report also claims that even before grid parity is reached to allow customers to bypass the grid entirely, the use of solar plus battery storage is likely to eat into utilities’ revenues. Factors besides cost, such as energy security, will encourage early adopters, thus driving prices further toward grid parity in the long run.

http://www.pv-tech.org/news/rocky_mountain_institute_solar_plus_batteries_could_allow_us_grid_defection

 

le climat de New York est très semblable à celui du Qc, on parle ici de l'état. Battery Storage As Low As 0.6¢/kWh by 2030

Edited by vivreenrégion
Link to comment
Share on other sites

Il y a beaucoup de recherche qui se fait au niveau des matériaux conducteurs et capteurs d'énergie. J'ai vu dans un magasine scientifique de novembre, un nouveau verre transparent qui servirait à la fois de fenêtre et de capteur solaire, qui fournirait en partie (ou toute) l'énergie nécessaire pour un immeuble donné. Pour le moment la technologie est couteuse et il reste des caractéristiques à améliorer, mais le principe est clairement révolutionnaire, car il pourrait transformer discrètement tout immeuble ou maison en véritable source d'énergie, qu'il soit nouveau ou ancien.

 

Ce serait un pas de géant vers une forme d'autonomie énergétique avec tous les énormes avantages que l'on peut imaginer, autant pour les pays riches que pauvres, chauds ou froids. En plus sur le plan écologique on parle ici de développement plus que durable. C'est pour cela qu'il faut encourager par tous les moyens la recherche et développement. La richesse de demain sera définitivement dans la matière grise, pas dans les ressources qui ne deviendront qu'accessoires. L'avenir est dans l'innovation et ce sont les pays qui l'auront compris qui prendront les devants au niveau du progrès et de la prospérité.

Link to comment
Share on other sites

Les conséquences du nucléaire sont si extrêmes si quelque chose tourne mal qu'il faut à tout prix l'éviter même si les risques sont considérés comme minimes.

Non! je ne veux pas de cette saleté! Vivement une bonne marée noire plutôt qu'un Tchernobyl ou qu'un Fukushima! C'est moins sournois.

Recherchons plutôt du côté du renouvelable.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
C'est tellement plus cher que lhydroelectricite qu'on a en abondance et en surplus massif, tu te bases sur quoi?

 

Je basais mon commentaire sur les travaux de Jean-Marc Jancovici. Voir les vidéos ci-dessous. Son analyse est centrée en partie sur la France et l'Europe, les métriques peuvent changer un peu ici avec l’abondance d’hydroélectricité. Mais surtout il faut voir les choses dans leur globalité, et inclure dans le débat le pétrole qu'on importe, qui est utilisé principalement pour le transport. Je me rappelle plus ou j'ai lu ça, mais le Québec avec des voitures électriques à 100% aurait besoin de 4x (oui 4 fois) l'apport électrique actuel. Il nous faudrait donc quelques dizaines de barrages en plus pour supporter du 100% voitures électrique (vs 2% aujourd’hui).

 

Si vous êtes intéressé par sujet juste du point de vue coté énergie, regardez cette vidéo:

 

Jean-Marc Jancovici "Commission d'enquête sur le coût réel de l'électricité" Sénat [CC] [sD]

 

Sinon, pour comprendre les choses dans leur globalité, celle-ci:

(je vous le recommande chaudement, c'est du temps bien investi)

 

"Gérer la contrainte carbone, un jeu d'enfant ?" J-M Jancovici, ENS Paris [HD]

Edited by _FKS_
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value