Jump to content

Vandalisme chez des commerces d’Hochelaga-Maisonneuve


IluvMTL
 Share

Recommended Posts

http://www.quartierhochelaga.com/vandalisme-chez-des-commerces-dhochelaga-maisonneuve/

 

Publié par : Jean-Pierre J. Godbout 27 novembre 2013 dans Citoyenneté 17 commentaires

 

photo-8-e1385575440392-300x205.jpg

Le Chasseur, rue Ontario

 

Si de la neige est tombée sur Montréal ce matin, c’est plutôt une vague de nouveaux actes de vandalisme envers des commerces ciblés et bien connus qui a secoué le quartier. Les vitrines du resto-bar Le Chasseur, des bistros Bagatelle et Le Valois sur la rue Ontario ainsi que du bistro In Vivo sur la rue Sainte-Catherine ont été cassées en même temps que leur était laissé un message clairement anti-embourgeoisement au ton agressif.

 

Réveillée à 4 h 30 ce mercredi 27 novembre par un appel de l’entreprise responsable du système d’alarme, la copropriétaire du bistro In Vivo Annie Martel s’est rendue au restaurant afin de constater l’état de la situation. « On avait une fenêtre brisée, et j’ai trouvé une brique à l’intérieur accompagnée d’un message.» (Voir l’image ci-dessous.)

 

photo_message-300x168.jpg

Le message retrouvé chez certains commerçants vandalisés.

 

Les policiers, arrivés sur place une heure et demie après l’appel au service d’urgence 9-1-1, n’ont pu que constater les dégâts en précisant à Mme Martel qu’il y avait « [des] anarchistes dans le quartier », comme quoi ils n’étaient pas surpris d’un tel acte. Tandis que les agents du SPVM étaient encore au bistro In Vivo, ils ont reçu un appel pour la même raison, mais concernant cette fois Le Valois, sur la rue Ontario.

 

Préoccupée par le fait que certains commerçants ne disposent pas de système d’alarme, Mme Martel s’est déplacée vers d’autres commerces susceptibles d’être visés par les vandales. Elle a pu constater les dégâts au Chasseur et au Valois. Du côté de Bagatelle Bistro, en plus de la brique lancée dans le commerce, l’intérieur de ce dernier avait été aspergé de peinture, forçant la fermeture de l’établissement pour la journée.

 

Mathieu Ménard du resto-bar Le Chasseur a constaté à quel point les vandales ont dû forcer pour arriver à casser une vitrine de son commerce. À l’extérieur de la porte d’entrée on y trouvait une brique cassée en deux, outil présumé de la tentative d’effraction et puis à l’intérieur, le marteau utilisé pour réaliser les dégâts laissé derrière. «On essaye juste de travailler nous aussi », mentionne M. Ménard, plutôt dépassé par la vague de vandalisme dans le quartier.

 

« Ça commence à être lourd »

Malheureusement, la scène ne fait que rappeler les nombreux incidents du genre survenus au cours de la dernière année; pensons à la peinture jaune sur la devanture du saucissier William J. Walter au mois de mai, à l’unicorne de Zone Homa peint en rouge l’été dernier et, tout récemment, au graffiti de nature politique inscrit sur un mur du bistro In Vivo. « Ça commence à être lourd », souligne Mme Martel au sujet de la situation qui prend sérieusement de l’ampleur.

Du côté du SPVM, on confirme la production de quatre rapports pour les incidents, mais on n’a aucun suspect dans ces affaires et on n’a procédé à aucune arrestation pour l’instant. À la suite de l’analyse de ces nouveaux rapports, le service de police sera en mesure de décider s’il y a lieu de mener une enquête plus approfondie.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 34
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Y-a-t-il une réconciliation possible entre ces groupes qui sont contre le developpement et l'amélioration de leur quartier? On parle souvent de la mixité sociale dans les projets résidentielles, du 30%... La revitalisation d'un quartier veut aussi dire des meilleures services et l'infrastructure pour la population, plus de vitalité et de choix commerciale, des emplois pour les gens qui habitent et normalement moins de crime....

Link to comment
Share on other sites

Ils ne sont pas intéressés à la mixité, à la vitalité, aux emplois les ptits ploucs qui font du vandalisme. Moi j'aime bien le petit message néo-felquiste qui dit que les petits vandales sont indignés de l'intérêt que portent de nouveaux résidents et de nouveaux commerçants pour HoMa. Le fait que quelqu'un s'installe là plutôt qu'ailleurs et que ça dérange ceux qui ne veulent pas qu'on les bouscule dans leur immobilisme, çà aussi c'est de la tyrannie pour ceux qui veulent avoir de meilleurs choix.

 

Pourquoi est-ce qu'HoMa serait moins bien servi? Pourquoi refuser que des gens qui ont de bons salaires s'installent dans des condos? Des gens qui vont faire que se côtoient les enfants de plus pauvres comme de plus riches mais qui ont plus d'attachement dès lors qu'ils investissent dans une propriété, voire un commerce? Ce n'est pas la pauvreté et le désespoir qui font la gloire de ces quartiers populaires; c'est plutôt l'initiative des travailleurs et des industriels qui ont forgé des entreprises et des institutions malgré les déboires de chacun. La misère a été forte et persistante mais il ne faut pas la renforcer.

Link to comment
Share on other sites

Ce qui est triste c'est que beaucoup de ces commerçants sont des résidents de longue date du quartier...

 

L'émission de Josée di Stasio la semaine dernière parlait justement de HoMa.. Tu vois que les commerçants qui s'y installent sont des gens qui tiennent à coeur le quartier.

http://aladistasio.telequebec.tv/a_la_tele/emission.aspx?id=219

 

Pour voir l'émission : http://zonevideo.telequebec.tv/media/8028/hochelaga-maisonneuve/a-la-di-stasio

Link to comment
Share on other sites

Ce genre de comportement est généralement le fait de groupuscules au tempérament anti-social, qui n'ont rien à voir avec la volonté populaire. Une chose est sûre, ce sont des actes intolérables auxquels il faudra mettre fin rapidement, afin justement d'éviter un quelconque dérapage. A Montréal pas plus qu'ailleurs, on ne doit dédier des quartiers à la pauvreté, en privant la population résidente de services équivalents à ce que l'on trouve dans le reste de la ville. Ce n'est pas seulement une question de qualité de vie, mais aussi d'économie et d'emplois, tout autant que de revenus légitimes en taxes variées.

 

Le contenu du message laissé à certains endroits a au moins le mérite d'être clair. Il n'est pas le fait de la gauche, mais plutôt d'un ou quelques petits groupes anarchiques qui, eux, souhaitent prendre la population en otage pour leurs propres intérêts. A Montréal il n'y a pas de ghetto et on ne peut pas en favoriser un, en abandonnant une partie de la ville à ces anti-sociaux. Malheureusement il y aura toujours des délinquants et des criminels en puissance, la société n'a donc pas le choix de se protéger contre ces vandales, par une réponse vigoureuse et bien ciblée, pour désamorcer une crise potentielle à sa source.

 

Il y a aussi clairement de l'éducation à faire, pour s'assurer que tout le monde comprenne bien, que le développement et l'amélioration d'un quartier profite à l'ensemble de la communauté. C'est d'ailleurs pour cela que la mixité est si importante. Elle peut dans certains cas contribuer à augmenter la valeur foncière moyenne, mais en contre-partie elle permet aussi plus de services et une qualité de vie supérieure.

 

On n'arrête pas le progrès, et même dans les favelas brésiliennes ont voit des quartiers entiers émerger de la pauvreté, en améliorant la vie de toute une population. Heureusement pour nous, on est loin de cette sorte d'indigence urbaine. Mais si on arrêtait le développement de HO-Ma, on déclencherait un cercle vicieux qui conduirait à encore plus de pauvreté et ses conséquences indésirables: l'insécurité, la détérioration générale du parc de logements, et bien sûr, encore plus de criminalité et de misère de toutes sortes.

 

Alors céder au chantage n'est absolument pas une option, et la seule manière de contrer le phénomène, c'est d'agir sans délai en mettant toute la population dans le coup.

Edited by acpnc
Link to comment
Share on other sites

De petits débiles frustrés. C'est une question de temps, le quartier se développe malgré tout, car les logements y sont plus abordables, mais potentiellement rentables. Inévitable: les abrutis vont se faire tasser. On se demande seulement combien de temps ça va prendre et quels dommages ils vont faire en attendant.

 

Losers.:thumbsdown:

Link to comment
Share on other sites

De petits débiles frustrés. C'est une question de temps, le quartier se développe malgré tout, car les logements y sont plus abordables, mais potentiellement rentables. Inévitable: les abrutis vont se faire tasser. On se demande seulement combien de temps ça va prendre et quels dommages ils vont faire en attendant.

 

Losers.:thumbsdown:

 

On ne peut pas laisser faire, il faut intervenir car ce sont des territoires de gangs qu'il faut nettoyer. Ils sont d'ailleurs responsables d'une bonne partie de la criminalité, et la pauvreté créé justement des conditions favorables à leurs "commerces" et à tout ce qui en découle. L'objectif n'est pas alors de tasser quiconque, car là on leur donnerait raison. Mais de créer des conditions pour une cohabitation harmonieuse où chacun y trouvera son compte. Bien sûr les premières priorités sont d'augmenter la surveillance, faire aussi comprendre que c'est tolérance zéro et agir avec détermination. Finalement, combattre les causes qui encouragent ce genre de situation.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value