Jump to content

Recommended Posts

Collège Marianopolis: feu vert à une version réduite du projet

 

Martin Croteau

La Presse

 

L'administration Tremblay donne son aval à une version réduite du projet résidentiel dans l'ancien collège Marianopolis, a appris La Presse. Le promoteur, Développement Cato, aménagera des appartements de luxe dans l'ancien immeuble des Sulpiciens, mais il renonce à bâtir au-delà de l'empreinte au sol des édifices actuels.

 

Cato avait acquis le domaine de 6,5 hectares des prêtres de Saint-Sulpice pour 46 millions en 2008. L'entreprise souhaitait aménager des appartements dans l'ancien collège et démolir le complexe sportif adjacent pour le remplacer par un ensemble résidentiel. Il envisageait aussi d'ériger des maisons individuelles et des immeubles à logements atteignant neuf étages ailleurs sur le terrain. Au total, le projet prévoyait 325 unités d'habitation.

 

Le promoteur a modifié son projet après que l'Office de consultation publique de Montréal eut exprimé ses réserves. Malgré tout, après une volte-face spectaculaire, l'administration Tremblay l'a rejeté au mois de mai. Le maire avait profité de l'occasion pour annoncer une série de mesures destinées à restreindre la construction sur les flancs du mont Royal.

 

Alan DeSousa, responsable du mont Royal au comité exécutif, estime que ce dénouement découle d'une «décision difficile» des élus pour baliser la construction sur les flancs de la montagne.

 

«Avec ce projet, le promoteur accepte la volonté du conseil municipal, bien que ce soit loin de ce qu'il souhaitait à l'époque», a-t-il souligné.

 

Pour se plier aux exigences de la Ville, Cato réduit en effet son projet de moitié. La conversion de l'immeuble principal du collège va de l'avant, mais la construction d'une tour à l'extrémité est du terrain est abandonnée, tout comme celle de maisons individuelles. Le centre sportif sera détruit et remplacé par un immeuble résidentiel.

 

Au total, le complexe ne comportera plus que 150 unités.

 

«Le projet qu'on aurait aimé réaliser, évidemment, c'est celui qu'on avait négocié avec la Ville et présenté à l'OCPM, a convenu l'architecte Claude Marcotte, vice-président de Daniel Arbour et Associés, la firme qui a conçu le projet. On y va avec un projet au nombre d'unités moindre, mais on va de l'avant et ça va permettre de mettre en valeur la propriété.»

 

Le promoteur n'a pas encore terminé les plans définitifs du projet, qui doit encore obtenir quelques approbations des autorités municipales avant d'être mis en chantier. M. Marcotte estime que, dans un scénario optimiste, les travaux pourraient commencer dès l'hiver prochain.

 

Les partis de l'opposition se disent satisfaits de ce que la Ville ait renoncé à bâtir au-delà des volumes actuels du collège. Mais Vision Montréal souligne que le projet original prévoyait que la population aurait accès au terrain, une condition qui a disparu depuis.

 

«Très clairement, ça va devenir une gated city et, pour nous, c'est inacceptable, a dénoncé le conseiller François Croteau. On ne peut pas privatiser de cette façon un site aussi exceptionnel sur le mont Royal.»

 

En août, Développement Cato s'est adressé à la Cour supérieure dans l'espoir de faire annuler le contrat de vente intervenu le 30 octobre 2008 avec les prêtres de Saint-Sulpice. Le feu vert de l'administration Tremblay à un projet réduit ne met pas fin à ce litige, a indiqué M. Marcotte.

 

 

Site du promoteur: http://www.msurlamontagne.com/

Edited by Malek
Link to comment
Share on other sites

  • Replies 36
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

:highfive: Je me réjouis à mon tour de la tournure des événements et la protection du Mont-Royal auquel il ne faut pas faire de concession. Cela prouve que le développement peut se poursuivre mais en respectant des balises précises qui ne nuiront pas à ce territoire unique et peu commun que l'on retrouve au centre de la ville.

 

Preuve donc que le développement demeure rentable même à une échelle réduite. Je déplore toutefois le retour de l'inaccessibilité publique du terrain, mais comme ce n'est pas un parc et qu'il demeure privé, le propriétaire a alors le droit légitime d'en restreindre l'accès, s'il le désire.

Link to comment
Share on other sites

Encore une fois la raison échape aux NIMBYs et aux BANANAs.

 

Le projet initial avec ses immeubles même pas visibles est perdu et un investissement réduit prend sa place.

 

acpnc: je suis déçu que tu te ranges derrière l'argumentation irrationel des NIMBYs.

Link to comment
Share on other sites

J'appuie ACPNC, c'est un précédent important pour la protection du mont Royal. Il y a pas mal d'autre terrains à développer ailleurs que sur le mont Royal.

 

Grande victoire pour les citoyens. Le promoteurs n'ont qu'à comprendre le message, et pousser pour d'autre site à potentiel, comme le long du fleuve Saint-Laurent.

Link to comment
Share on other sites

En août, Développement Cato s'est adressé à la Cour supérieure dans l'espoir de faire annuler le contrat de vente intervenu le 30 octobre 2008 avec les prêtres de Saint-Sulpice. Le feu vert de l'administration Tremblay à un projet réduit ne met pas fin à ce litige, a indiqué M. Marcotte.

 

Veut dire: rien ne se passera sur ce terrain pour aussi longtemps que ce litige en cours n'est pas terminé... ce qui veut dire qu'on se retrouvera fort probablement avec 0 unités et des immeubles abandonnées.

 

Bravo Vile de Montréal.

Link to comment
Share on other sites

Grande victoire pour les citoyens.

 

Vraiment ? On perd du terrain semi-publique pour le transformer en terrain privé.

 

Mais Vision Montréal souligne que le projet original prévoyait que la population aurait accès au terrain, une condition qui a disparu depuis.

 

«Très clairement, ça va devenir une gated city et, pour nous, c'est inacceptable, a dénoncé le conseiller François Croteau. On ne peut pas privatiser de cette façon un site aussi exceptionnel sur le mont Royal.»

Link to comment
Share on other sites

Le site Marianopolis est caché par des côtes et des arbres. Le projet initial n'aurait rien changé en ce qui concerne les vues.

 

Je trouve les arguments d'etienne et acpnc irrationels. Oui le Mont Royal est précieux, mais détachez votre esprit critique de vos émotions et regardez l'essemble de la situation sous un oeil d'objectivité:

 

-Le projet aurait augmenté le nombre d'arbres sur le site

-Le projet, étant caché dans un petit coin isolé, n'aurait pas été visible du nulpart

-Le site aurait demeuré publique avec des passages piétonniers.

 

Grace aux NIMBYs, nous avons maintenant le droit à:

-Moins d'arbres

-Un site privé au lieu de publique

-Un impact économique largement réduit

 

Bravo les gars, bravo. :rolleyes:

 

Question aux gens qui se sont opposés à ce projet:

Comment se fait-il que le projet proposé Condos Forest Hills de 9 étages directement sur le bord du Parc du Mont Royal ne semble déranger personne, lui qui est plus haut et plus proche du sommet du Mont Royal?!

 

Mais c'est de l'hypocrisie flagrante!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value