Recommended Posts

Pinned posts

Réseau express métropolitain (REM)

REM.png

26 stations / 67 km

http://www.rem.info/
http://www.nouvlr.com/
https://surlesrails.ca/

TRAINS

- Voiture de type métro léger, électrique
- Flotte d'environ 240 voitures à la mise en service
- Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe
- Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout)
- Configuration entre deux voitures de type "boa"
- Alimentation électrique par caténaire
- Systèmes et conduite automatisée des trains
- Vitesse maximale de 100 km/h

STATIONS / GARES

- Quais d'environ 80 m de long
- Portes palières sur les quais
- Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture
- Accès universel
- Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo
- Wi-Fi offert sur toute la ligne
- Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle

---
Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
40 minutes ago, steve said:

This is off-subject.  Maybe someone can answer this question:

Could the new REM stop in the tunnel under Mont-Royal, where a platform could hold an elevator to bring you to the top of the mountain? 

It would make the mountain much more accessible (from downtown for Tourists leaving from McGill Station).  And it would allow total closure of Chemin Camille Houde.

One could imagine a few elevators connecting the Chalet to the tracks some 200m below.

It could and it was considered when they built the tunnel but it would be expensive and go against the idea of having to walk through the park to get to the view.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 23 minutes, vivreenrégion a dit :

Si la CAQ gagne les élections, j'espère qu'ils vont penser élargir la A-30 et la A-20. Le REM a ses limites, on doit quand même réaliser qu'on parle de la Transcanadienne. Une station à Sainte-Julie utilisée comme la station 10/30,  toutes les banlieues pourraient rabattre leurs autobus vers la station, 

La CAQ voulait que le REM soit prolongé jusqu'à Chambly en phase 1.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
13 minutes · 

This morning we attended The Chamber of Commerce of Metropolitan Montreal’s Major Projects Strategic Forum. We presented the architectural vision of the REM with Lemay. Horizontal and vertical lines, wood and glass were at the forefront.

Commentaires
Réseau express métropolitain - REM
Réseau express métropolitain - REM Nous en profiter pour rappeler l'important travail des firmes Lemay, Bisson Fortin, Perkins+Will et Provencher_Roy qui ont imaginé et conçu l'architecture de ces stations et de ces infrastructures.
Gérer
 
J’aimeAfficher plus de réactions

 · Répondre · 11 m

Les 3 principes de l’architecture des stations du REM : le mouvement, la transparence, l'identité.

 

image.jpeg

Modifié par jerry

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201803/23/01-5158527-rem-couillard-demande-plus-de-transparence-a-la-caisse-de-depot.php

Citation

Le premier ministre Philippe Couillard demande plus de transparence à la Caisse de dépôt et placement concernant son projet de Réseau express métropolitain (REM).

 

 

 

 

Il fait ainsi écho au souhait de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui demandait jeudi à la Caisse de «partager toutes les informations» sur le REM.

Cela fait suite à l'obtention par La Presse canadienne d'un projet d'entente confidentiel qui garantit de vastes zones de monopole au futur train de banlieue de la Caisse, autant sur la rive sud et sur la rive nord qu'au centre-ville de Montréal, ce qui pourrait mettre en péril plusieurs services de transport en commun existants ou projetés. Le document prévoit aussi de grands territoires de rabattage, où les autobus devront amener la clientèle vers les gares du REM les plus proches.

Jeudi, Philippe Couillard avait défendu les monopoles accordés en plaidant que le REM ne pourrait pas voir le jour sans ces bassins de non-concurrence. Mais en point de presse vendredi à Rigaud, le premier ministre a affirmé que oui, la Caisse devait faire preuve de plus de transparence et mieux s'expliquer sur les privilèges et zones d'exclusion attribués dans ce projet d'entente, qui vont de soi selon lui.

 

«Oui, ils (les représentants de la Caisse) peuvent l'expliquer sur cet aspect-là, parce que franchement, c'est normal: vous ne pouvez pas faire un projet de 6 milliards $ et faire en sorte que des projets similaires se fassent sur les mêmes trajets. Ça ne marche pas, il n'y a pas une ville au monde qui fait ça.»

Quand la Caisse se sera expliquée, «cela sera plus clair», a assuré le chef libéral.

Opposition des banlieues

La Presse rapportait jeudi que les villes de Longueuil et de Laval avaient voté contre l'entente sur le REM, cette semaine, à la réunion de l'Agence régionale de transport métropolitain (ARTM). M. Couillard a minimisé l'objection des banlieues au projet de REM tel que libellé.

«Je le remarque (cette opposition), cela ne change absolument rien, a-t-il fait savoir. Dans quelques semaines, on débute les travaux.»

Des inquiétudes et des variables inconnues subsistent, notamment sur les coûts d'exploitation, les obligations de rabattage, les autres projets de transport en commun, etc.

Par exemple, des usagers des banlieues qui peuvent actuellement prendre un bus express en direction du centre-ville de Montréal devraient ainsi être rabattus vers une gare du REM et donc faire une correspondance pour se rendre à la même destination.

Cependant, le premier ministre a balayé ces enjeux du revers de la main. «Le REM va être tellement supérieur à tout ce qui était sur la table que les gens vont être très contents d'avoir ça, c'est pas mal mieux qu'une filée d'autobus.»

Jeudi, la Caisse a publié un communiqué et sa carte de bassins de non-concurrence où elle explique ce concept. Elle assure que «ce n'est pas le développement du transport collectif à l'intérieur d'un bassin qui est limité, c'est la liaison entre ce bassin et le centre-ville, soit finalement le service qu'offre le REM».

Elle donne un exemple: un bus qui fait la liaison entre Pointe-Claire, dans l'ouest de Montréal, et le centre-ville ne pourrait le faire. Les usagers vont plutôt prendre le REM.

Sur les cartes, on peut voir que la zone de monopole à l'ouest va de l'autoroute 13 jusqu'à Sainte-Anne-de-Bellevue, sur l'île de Montréal, s'étend aussi sur l'île Jésus vers l'ouest à partir de la 13, et dans les Basses-Laurentides, suit l'ouest de la 148 jusque aussi haut que la 50.

En Montérégie, le monopole s'étend au sud de la 116, à l'ouest de Saint-Basile-le Grand, jusqu'aux limites de Candiac. À Montréal même, le bassin de non-concurrence est délimité par le boulevard Saint-Laurent, la rue Jean-Talon, le chemin de la Côte-des-Neiges, jusqu'à la ligne Mont-Saint-Hilaire et l'autoroute Bonaventure.

Le projet d'entente garantit l'exclusivité du transport collectif sur le pont Champlain au REM, de même qu'entre l'aéroport Trudeau et le centre-ville, et entre l'aéroport et la station Lionel-Groulx.

Rappelons que le REM est un projet de train de banlieue de 6,3 milliards mené par la Caisse de dépôt, mais également financé par le Québec, le fédéral et Hydro-Québec.

Il comprend une grande ligne qui va de la rive nord (Deux-Montagnes) à la rive sud (Brossard) en passant par l'île de Montréal, ainsi que deux segments vers l'ouest de l'île, pour un total de 26 stations. Les travaux doivent commencer en avril et se terminer en 2021.

Le Parti québécois a proposé en début de semaine l'abandon du REM pour réorienter l'argent vers un vaste réseau de bus rapides, de tramways et une bonification majeure des services de trains de banlieue pour desservir l'ensemble de la grande région métropolitaine.

Évalué à un peu plus de 7 milliards, le plan du PQ prévoit neuf circuits de bus rapide dans l'Est et l'Ouest de Montréal, sur la Rive-Sud et sur la couronne Nord, cinq lignes de tramways électriques dont quatre sur l'île desservant le secteur de l'hippodrome, l'aéroport international Montréal-Trudeau, l'Est de Montréal jusqu'à son extrémité et le boulevard Saint-Laurent.

 

Modifié par p_xavier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 10 minutes, p_xavier a dit :
Citation

Le premier ministre Philippe Couillard demande plus de transparence à la Caisse de dépôt et placement concernant son projet de Réseau express métropolitain (REM).

 

C'est surtout l'ARTM qui devrait être plus transparente.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, nephersir7 a dit :

C'est surtout l'ARTM qui devrait être plus transparente.

En effet, je ne comprends pas du tout le mutisme de cette organisation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par greenlobster
      The reason of this  new subect is in english is that it concerns a company not from France . One of the top 10 ten Europen IT companies will build a new IT megacenter for North America in, notre belle ville de Montréal, annonce debut 2019. 1600 empois sur 5 ans .Ils construrions une centre de donnéesNord Americain de plus de 400 millions , oui dans lz region de Montréal. 
    • Par p_xavier
      Des transports collectifs en mouvement…
      La grande réforme dans l’organisation des transports collectifs de la région métropolitaine de Montréal s’est concrétisée le 1er  juin 2017, alors que deux nouvelles entités ont pris la relève de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) et des autorités organisatrices de transport (AOT) des couronnes nord et sud :
      L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) est responsable de la planification, de l’organisation et du financement des services de transports collectifs pour la grande région métropolitaine de Montréal. Elle favorise l’intégration des services entre les différents modes de transport. Le Réseau de transport métropolitain (connu sous exo) est responsable sous mandat de l’ARTM, d’exploiter sur son territoire les services de transport collectif réguliers par autobus (couronnes nord et sud) et par trains de banlieue, incluant le transport adapté pour les personnes handicapées). Le Réseau de transport de Longueuil (RTL), la Société de transport de Laval (STL) et la Société de transport de Montréal (STM), continuent de fournir leurs services respectifs, sous le mandat de l’ARTM.  
    • Par mk.ndrsn
      Tram de l'Est

      COURTOISIE - COALITION AVENIR QUÉBEC - QuartierHochelaga.com 
      La CAQ propose un tramway pour l’Est de l’île de Montréal
      Le 7 septembre dernier, la Coalition avenir Québec (CAQ) annonçait un investissement de 2,6 milliards de dollars d’ici 2030 pour l’est de Montréal qui servirait notamment à la mise en place d’un tramway qui traverserait Hochelaga-Maisonneuve.
      Le tramway promis par la CAQ partirait du centre-ville de Montréal et passerait au sud de la ligne verte, pour se rendre au métro Radisson. Il se diviserait ensuite en deux : une partie continuerait dans l’est et l’autre irait vers le nord jusqu’au Cégep Marie-Victorin. Le tramway croisera le prolongement de la ligne bleue, que la CAQ s’engage à mettre en place pour 2026.
      [...]
      Les coûts du projet sont estimés à 1,8 milliard de dollars.
      Une enveloppe budgétaire de 625 millions $ serait également prévu pour transformer la rue Notre-Dame Est en boulevard urbain, un projet qui est annoncé et annoncé de nouveau depuis 1992.
    • Par Nameless_1
      Un autre monorail est proposé pour Montréal

        PHOTO COURTOISIEUne perspective d’artiste du monorail sur la rue Berri, dans le Vieux-Montréal. Ce projet sera présenté ce soir lors d’une audience publique. Le tracé comporte 14 stations.   JEAN-LOUIS FORTIN Mercredi, 26 septembre 2018 01:00MISE à JOUR Mercredi, 26 septembre 2018 01:00 Le consortium qui a proposé l’an dernier de construire un monorail à Québec tourne maintenant son attention vers Montréal, où il suggère d’installer un équipement semblable pour relier le Vieux-Montréal et le parc Jean-Drapeau.
      Le groupe SLC APM, composé entre autres du grand cabinet comptable PwC et de la firme d’ingénierie Arup, croit détenir la solution pour faciliter les déplacements dans ce secteur hautement touristique de la métropole québécoise.
      Selon nos informations, il présentera ce soir une ligne de monorail de 11,8 kilomètres entre le palais des congrès (au centre-ville) et La Ronde (sur l’île Sainte-Hélène).
      La présentation de ce projet, nommé « L’Animateur », sera faite dans le cadre d’une séance publique de l’Office de consultation publique de Montréal sur l’avenir du parc Jean-Drapeau.
      14 stations
      Le tracé suggéré comporte 14 stations, a-t-on pu apprendre. Il dessert entre autres le casino et le nouvel hôpital du CHUM, et est relié au métro de Montréal ainsi qu’au futur Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec.
      Le consortium suggère aussi de construire deux gigantesques « écostationnements » souterrains le long du parcours. Ces stationnements totalisant plus de 8000 places auraient l’avantage de retirer les automobiles du parc Jean-Drapeau et d’éliminer l’asphalte au profit d’une surface végétale.
      Coût total estimé : 1,1 milliard $. L’infrastructure serait construite en partenariat public-privé.
        D’après nos informations, le projet a été présenté en mars au directeur général de la Ville de Montréal, Alain Marcoux, peu de temps avant qu’il quitte ses fonctions.
      Le responsable des grands parcs et des grands projets au comité exécutif, Luc Ferrandez a aussi eu droit à une présentation, en mai, à l’hôtel de ville.
      C’est loin d’être la première fois qu’un monorail est envisagé au parc Jean-Drapeau.
      Souvenir de l’Expo 67
      En 2010, le conseil d’administration du parc a lui-même présenté un plan de développement qui contenait un monorail. La firme Exp avait ensuite été mandatée, en 2011, pour évaluer la faisabilité d’un tel équipement.
      Et bien sûr, les moins jeunes se souviendront du Minirail mis en service à l’occasion de l’Expo 67, mais abandonné une dizaine d’années plus tard.
      Pour voir le jour, un monorail nécessiterait les autorisations de nombreuses entités, dont la Ville, les gouvernements du Québec et du Canada, Six Flags, propriétaire de La Ronde, ainsi que Loto-Québec et la Caisse de dépôt.
      En juin, notre Bureau d’enquête révélait que SLC APM avait rencontré le responsable des grands projets de la Ville de Québec, Charles Marceau, à l’automne 2017, pour lui soumettre l’idée d’un métro aérien. Le projet aurait coûté 700 M$ de moins que le tramway qui a finalement été retenu par l’administration du maire Régis Labeaume, selon le consortium.
      https://www.journaldemontreal.com/2018/09/26/un-autre-monorail-est-propose-pour-montreal