Jump to content

Le Philosophe
 Share

Recommended Posts

Salut à tous,

 

J'aimerais avoir votre opinion sur une idée que j'ai eu aujourd'hui. Outre vos commentaires sur l'idée elle-même, j'aimerais surtout avoir des suggestions quant à la stratégie à adopter afin de faire réaliser un tel projet (qui contacter, comment s'y prendre, etc.). Merci!

 

---

 

Avec le développement du Quartier des Spectacles, et avec le Village gay et le secteur commercial le plus dense au Canada, la rue Ste-Catherine est certainement l'une des artères les plus intéressantes en Amérique du Nord. Elle pourrait peut-être même être considérée comme l'une des meilleures au monde... si ce n'était de ce no man's land, ce secteur dénué d'âme qui se siue entre Berri et St-Laurent, soit entre le Village et le Quartier des Spectacles.

 

J'ai pensé à un concept de développement pour ce secteur, afin de le rendre attrayant. Il s'agirait d'un secteur de transition entre le Village et le QdS, qui aurait néanmoins une identité propre.

 

Le concept que j'ai en tête est le suivant: le secteur serait divisé en trois zones/tronçons (voir le 2e fichier joint) ayant chacun un thème particulier. La première zone, qui ferait la transition avec le QdS, aurait pour thème l'ART; la deuxième, faisant échos aux édifices de l'UQÀM, aurait pour thème le SAVOIR; et la troisième, faisant la transition avec le Quartier Gai, aurait pour thème la DIVERSITÉ.

 

Deux éléments permettraient de reconnaître l'identité de chaque zone.

 

D'abord, la pièce maîtresse de mon concept: d'un bout à l'autre de ce secteur, il y aurait un mince ilôt au centre de la rue Ste-Catherine (entre les deux voies), où une structure permettrait d'afficher des oeuvres de grande taille (photos, tableaux, etc.). Les passants pourraient admirer les oeuvres des deux côtés de la rue. Dans la zone ART, on retrouverait sur l'îlot des oeuvres artistiques ; dans la zone DIVERSITÉ, on retrouverait des oeuvres illustrant la diversité humaine.... vous saisissez le concept. Les oeuvres présentées seraient des expositions temporaires, pouvant être renouvellées sur une base plus ou moins régulière. Bref, les touristes visiteraient ce secteur afin d'y découvrir les différentes expositions. En plus d'être un lieu de transition entre deux quartiers, ce secteur deviendrait une destination en elle-même.

 

Le deuxième élément consisterait en la construction de grandes arches à l'entrée de chacune des trois zones. Ces arches seraient des portes d'entrée permettant d'identifer la saveur thématique de la zone dans laquelle le passant est sur le point de pénétrer.

 

Outre ces deux éléments principaux, on pourrait réaménager le parterre à la manière du Quartier des Spectacles, planter des arbres, proposer un mobilier urbain audacieux, etc.

 

Je crois que toutes ces modifications permettraient de transformer un secteur sans saveur en une destination touristique d'envergure, et de faire de la rue Ste-Catherine une artère capable de rivaliser avec la Rambla de Barcelone et les autres artères majestueuses à travers la planète.

 

Qu'en pensez-vous?

 

Le Philosophe

Sainte-Catherine-1.jpg

Secteur ASD.jpg

Zone Art.jpg

Edited by Le Philosophe
Link to comment
Share on other sites

La solution au probleme serait de démolir les habitations jeanne mance.

Point a la ligne.

 

Au coeur de notre ville - cet espace de verdure réserver a des HLM - les habitants de la ville - les touristes - les commerces - tous en profiterais - pourquoi ce vaste terrain (et stationnement reserver priver) pour des HLM?

 

Un ghetto - voila ce qu'est ce quartier - et pourquoi placer une population déja pauvre au coeur d'un red-light? Imagine avoir des ados - être mère mono-parental - est que tes enfants on comme quartier pour s'amuser les peep shows - les prostituer - les bars - les piqueris??

 

Il est temps de rendre ce secteur au montrealais - au touristes (comme a Boston The Commons ou New York Central Park - mais en plus petit). Conserver les bâtiments interessants sur Ste-Cat - leurs donner une coté 'jardin' avec terrasse - qui donne sur le nouveau parc - - cela deviens un lien entre le quartier des spectacles - et le quartier latin -il y a McGill, UQAM, Cegep du Vieux - autours. Bientôt - entre ce parc - en empruntant une rue pietonne - (disont de l'Hotel de Ville ) les gens pourrait emprunter pour faire le liens entre Le Vieux - le CHUM - le nouveau parc en quesition.

 

Les parcs attirent les investisseurs - les tours a condos avec vue sur le parc - ces toujours interessants - ou des hotels. Voila comment l'on redonne vie a une cité.

 

Pardon - I'm English - et j'essai de mon mieux d'écrire en français.

Link to comment
Share on other sites

Le philosophe (quel nom !),

 

Merci d'avoir pris le temps d'élaborer votre proposition. Je réagirai d'abord en distinguant deux grands modèles d'urbanisme : le modèle organique et le modèle planifié.

 

J'avoue un vieux penchant pour le modèle organique, où la ville se développe comme un organisme vivant, sans qu'une autorité décide de la répartition des fonctions ici ou là, des types de commerces ici ou là, etc. Bien sûr il n'y a jamais eu de modèle organique pur. Les gouvernements municipaux font du zonage, les États supérieurs interviennent massivement. Mais jusqu'où faut-il aller ?

 

Le modèle planifié a lui-même des variantes et des degrés. Au degré supérieur, la ville entièrement planifiée, rêve utopique des... philosophes, rêve totalitaire, aussi, et rêve des urbanistes et architectes modernistes. Pour le 20e siècle, une des versions abouties de cela fut le plan Voisin pour Paris auquel le nom de Le Corbusier reste associé. Il proposait de détruire tout le coeur historique de Paris pour le remplacer par des gratte-ciels entourés de verdure et entrecoupés d'autoroutes. En finir avec la rue !

 

Mais je reviens à votre suggestion. Elle participe d'une nouvelle tendance très actuelle du modèle planifié : vouloir créer d'en haut des quartiers ou des rues spécialisés. Nous avons déjà eu, à Montréal, le quartier international, puis maintenant le quartier des spectacles. Malgré ma résistance à ce genre de planification et surtout de "branding" (quel mot affreux, qui sent à plein nez le jeune loup en marketing, avec des lunettes Armani vert fluo), il me faut avouer que les efforts consentis ont mené ou vont mener à des réussites sur le plan urbain.

 

Vous voulez aller encore plus loin et concevoir tout un pan de rue comme un metteur en scène conçoit minutieusement un décor. Là j'avoue que mon côté organique, comme diraient les pubs de mini-wheat, rue dans les brancards.

 

Une rue conceptuelle, à mon sens, perd son caractère vivant, imprévu, son caractère de rue. Elle devient la chose de ses créateurs. Un pur et froid concept. Un cadavre de rue. On marcherait dessus en ce disant : tiens, toute mon expérience ici m'est imposée par celui qui a eu l'Idée. Je franchis une arche parce que ti-joe planificateur veut me faire changer de zone. Je suis dans sa réalité, dans son fantasme.

 

Bien sûr, l'urbanisme est toujours aussi un peu ça. Mais poussé jusqu'au moindre détail, ça risque de devenir étouffant et même un peu kitsch. Comme les mauvais romans à thèse, où chaque personnage ne fait que de la figuration abstraite pour une idée.

 

Voilà donc pourquoi je dis, holà, ami philosophe, touche pas trop à mes rues !

 

Après tout ce blabla général, je me demande aussi si la rue Ste-Catherine est assez large pour avoir des îlots centraux où il y aurait des oeuvres exposées. (Chaque genre d'oeuvres dans son secteur, selon votre plan... Vous avez un petit côté Platon, mon cher, qui dans sa Cité idéale voulait régir le nombre de cordes de chaque instrument de musique !)

 

S'il reste encore de pauvres lecteurs fatigués... j'ajoute :

- que je souhaite aussi la réhabilitation du secteur, mais en voulant qu'elle se fasse plus naturellement ;

- que contrairement à Mtl yul, je suis plutôt un défenseur des Habitations Jeanne-Mance : les pauvres ont le droit de ne pas être relégués aux confins des villes sous prétexte que leur présence au centre choque le goût des bobos...

Edited by uqam+
Link to comment
Share on other sites

Merci pour le commentaire uqam+. J'ai tout simplement adoré : c'était à la fois simple et profond, rigoureux mais sympathique. Bref, un texte comme on aimerait en lire plus souvent!

 

Je dois avouer que me faire associer à Platon a ébranlé mon âme aristotélicienne! La comparaison me semblait cependant appropriée, à un détail (majeur) près cependant : ma proposition se limite à une unique artère de la ville, et je n'embrasse aucunement l'idée d'une planification globale de la ville.

 

La Ste-Catherine a DÉJÀ un caractère thématique : Village gai, Quartier des Spectacles, Secteur commercial. Je propose uniquement de "boucler la boucle", de ne pas laisser une oeuvre inachevée et d'offrir une expérience pleine et entière aux visiteurs. Je ne crois pas que le touriste qui traversera ce quartier thématique aura un sentiment de "kitsch". Je crois qu'une analyse comme celle que vous avez faite, aussi pertinente soit-elle, est le fruit d'une spécialisation et d'une surintellectualisation qui ne reflète guère l'expérience concrète du passant, qui, je le crois, se laissera tout simplement emporté par l'ambiance.

 

Outre le commentaire théorique général, vous avez soulevé la crainte que la rue ne soit pas assez large pour un îlot central. C'est un souci légitime, et c'est pourquoi j'ai parlé d'un MINCE îlot central. Je suis confiant qu'un tel îlot pourrait ne prendre qu'un mètre de largeur, et on pourrait ainsi préserver une voie de chaque côté. Soit, c'est loin d'être un idéal pour l'automobiliste, mais ça incitera sans doute la ville à rendre cette artère piétonnière.

 

Merci encore pour votre commentaire.

 

Le Philosophe

Link to comment
Share on other sites

:highfive: Je suis d'accord avec uqam+, il est nettement préférable de laisser le développement naturel de la rue, dont cette désolante portion qui est tout de même "condamnée" à moyen terme à un redéveloppement certain.

 

En effet la rue Ste-Catherine est déjà en transformation majeure dans le quartier des Spectacles et est aussi en "mouvement" dans le quartier gai. Bientôt la pression se fera sentir dans ce segment délaissé et un ou deux projets phares devraient apparaitre incessamment.

 

N'oublions pas que René-Lévesque est presque saturé en condos et qu'à part certains lots névralgiques, il n'y a presque plus de terrains vacants à développer sur cette portion particulière. Comme ce secteur est hyper central et que la demande s'accroitra avec l'avancement des travaux du CHUM, ce n'est qu'une question d'années pour voir tout le quartier entrer en pleine effervescence.

 

En ce qui concerne les Habitations Jeanne-Mance, elles sont là pour rester. Il serait insensé et immoral de déplacer ces résidents qui ont leurs racines dans ce quartier qui remontent bien avant la construction de ces malheureux édifices. Seulement on pourrait faire un effort pour reconnecter les édifices à la rue et relier l'ensemble à la trame urbaine. Rendre plus convivial cet aménagement en éliminant les clôtures tout en aménageant de jolies places ouvertes à tous.

 

Il y a dans le centre-sud un vent de changements et de dynamisme qui lentement apporte une renaissance à ces quartiers centraux. Je dirais que le QdS est probablement le moteur qui fera démarrer l'enthousiasme des promoteurs car la demande viendra assurément de la part de la clientèle qui voudra se rapprocher de l'action.

 

La rue elle-même poursuit son réaménagement et ce n'est qu'une question de temps pour la refaire jusqu'à Berri. Dans tout ce branle-bas en gestation elle trouvera certainement sa nouvelle vocation, de red light à qui sait "quartier des Arts"? Ou toute autre dénomination qui correspondra à la nouvelle réalité qui se matérialisera et s'imposera avec le temps.

 

Une ville est effectivement un organisme vivant où chaque quartier, à l'instar d'un organe, trouve sa fonction dans un corps qui évolue constamment. C'est l'ensemble des interventions de ces habitants qui détermine la direction que chaque partie prendra et le résultat est généralement harmonieux s'il est fait naturellement.

 

A ce chapitre, j'aime la tendance que prend la ville actuellement. Elle tente de consolider la vocation de chaque quartier en favorisant des interventions ponctuelles tout en densifiant le plus possible le tissu urbain. En d'autres mots, tout en évoluant à son rythme elle se "montréalise" en accentuant les traits de caractères qui lui donne sa personnalité propre.

 

Ici pas besoin de se recréer une nouvelle image ou d'imiter les formules génériques appliquées ailleurs. Montréal s'impose d'elle-même puisqu'elle a déjà tous les atouts qui en font une ville vibrante doublement culturelle, à l'esprit ouvert et assurément tournée vers un avenir prometteur.

Link to comment
Share on other sites

zut j'avais repondu a ce fil mais ma batterie ma lacher et la je doit tout reecrire grrr :mad:

 

 

je suis aussi de l'avis que l'on devrait attendre quelques annees de voir les effets du qds sur son entourage avant de precipiter des projets de renouvellement urbain. c'est un peu le meme chose que ce concours de projets pour les terrain autour de la station champ-de-mars: attends donc de voir quel impact aura le chum sur le secteur avant de prends une decision !

 

d'apres moi, si le 2-22 peut sortir des limbes et que le qds peut finalement se finir, il aura des effets positifs sur tout le secteur autour de lui, en particulier sur les terrains residentiels a l'est de st-laurent, juste au sud d'ontario.

 

c'est pas que j'aimes pas l'idee, mais a mon avis laisser les choses evoluer de facon "organiques" est preferable a vouloir forcer les choses, sauf dans le cas ou un quartier est en decrepitude telle qu'il devient un lieu d'incubation pour le crime et la vermine sociale. le secteur que tu decrit n'est peut-etre pas super glamour, mais il est loin de meriter qu'on le bulldoze pour faire plaisir aux residents du village ou aux touristes du qds.

Link to comment
Share on other sites

(pedepy : ça m'arrive aussi de tout perdre mon texte et en effet, grrr...)

 

El Filosofo,

 

C'est vrai que la rue Ste-Catherine a déjà une forte spécialisation par secteurs. Mais j'opposerais tout de même spécialisation naturelle et spécialisation obligatoire.

 

Les spécialisations naturelles se font petit à petit, dans un équilibre subtil et elles sont rarement absolues. Le Village a aussi un St-Hubert, un Jean-Coutu, etc., et ce n'est pas particulièrement gay... (Aux dernières nouvelles, du moins !) Et la partie commerciale, à l'ouest, est d'ailleurs trop variée pour qu'on parle vraiment de spécialisation.

 

Mais en effet, le modèle de la (on dit la ou les ?) Ramblas, à Barcelone, est séduisant. Si ma mémoire est bonne, dans une secteur on vend des fleurs, puis des oiseaux (?), puis autre chose encore. (Ai-je rêvé ça, les oiseaux ?? Curieux souvenir approximatif qui remonte à la surface).

 

Pour le reste, je signerais telle quelle l'excellente analyse de acpnc sur les facteurs qui poussent de toute façon à une transformation de cette section de rue. Même accord avec les arguments supplémentaires de Pedepy.

Link to comment
Share on other sites

voila ou j'ai un probleme avec le redevelopment des terrains des habitations jeanne mance:

 

les premiers a monter aux barricades contre un tel projet seraient les meme qui se feraient d'ardents defenseurs de la 'mixite sociale' quand viens le temps de proposer des projets de condos un peu plus onereux que la moyenne. or, il n'y a rien de 'mixte' dans le paysage social des habitations jeanne mances; c'est, comme l'a si bien dit mtl_yul, un ghetto exclu de son milieu, un example type de ce qu'il ne faut pas faire en developement urbain.

 

meme si je trouve un peu ridicule l'idee de vouloir avoir du logement social sur des terrains de grande valeur au centre-ville, je n'ai rien contre les loyers a prix modique et serait meme pour le fait d'en avoir un certain pourcentage reserve dans un eventuel redevelopement de secteurs comme les habitations jeanne mance. en plus, avec la faible densite existante, il serait relativement facile de garder une forte majorite de ces loyers dans un nouveau developement a densite plus elevee. la seule chose que je garderais des habiations jeanne mance sont les edifices plus eleves, et les murales peintes a meme les murs qui donnent sur de maisonneuve.

Link to comment
Share on other sites

Les condos, c'est bien, mais je ne suis pas convaincu que ce soit la meilleurs option sur cette artère commerciale.

 

Pour les habitations Jeannes Mance, j'ai connu des gens qui restait la et bien qu'il ai un peu de gens que l'on catégorise comme "habitant de ghetto", il y a aussi un grand nombre de retraité. Ceux la ne font pas de mal à personne et on droit comme tout le monde d'avoir un petit peu de Centre Ville.

 

Je ne suis cependant pas un grand fan des immeubles à prix modique. Je suis convaincu qu'il est préférable d'avoir un bon mélange. Prenons par exemple un jeune élevé dans une tour a ghetto dans Hochelaga Maisonneuve. il va grandir en ayant comme exemple ses semblable. Ces chances de connaitre quelque chose d'autre seront minimale.

 

La même famille intégré dans un immeuble plus respectable pourra voir des gens qui ont des emplois, qui ont étudié et qui on eu du succès. Les chances du petit garçon de sortir de son merdier seront vraiment plus grande que s'il restais dans son Ghetto.

 

Mais cela est utopique. la dernière chose que quelqu'un aisé veut voir, c'est une famille de pauvre. Jamais un promoteur d'un immeuble comme l'altitude va offrir des logement à prix modique.

 

Mais franchement, se serait probablement la meilleurs solution pour bien des problèmes. (immeubles laid, regroupement des délinquant, pertes de valeur des terrain avoisinant, etc.).

 

Sinon, je ne trouve pas que le tronçon proposé soit trop long. Mais encore la, il faudra voir quel type de développement on pourra y faire. Je ne pense pas que ce soit l'idéal de construire de grosses tour à condo dans les environs. Quelque choses de plus intime et près de la rue sera probablement plus approprié. De toute manière, si les projets de condos n'ont rien au rez-de-chaussée, ça ne bouchera pas réellement le trou, ça ne fera que mettre des gens riche ou il y avait des pauvres. C'est bon pour une artère secondaire mais pas pour la St-Catherine.

 

Et puis pour le débat organique versus planifié. Je penche plus vers l'organique. Mais dans mon jardin, je n'hésite pas a mettre des guide et support, à déplacer certaines plantes pour évité que l'anarchie l'emporte. Il faut planifier l'organique. Dans ce sens, ils ne faut pas laisser des tours a condo dont le rez-de-chaussée n'offrirais rien au passant par exemple. Mais de la à faire un quartier d’immeuble semblable, il y a un grand

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...