Jump to content

Pont Samuel-De Champlain


mtlurb

Recommended Posts

On peut rêver... les travaux ne risquent pas de commencer demain.

 

Imaginez la belle entrée de ville. Un pont moderne et design, l'autoroute Bonnaventure refaite, une rue Université HOT, Une cité du mutimédia clean....

 

C'Est vrai, ça va rendre l'entrée en ville(pour les gens qui arrivent du Sud) beaucoup plus intéressante!

Link to comment
Share on other sites

La Presse Canadienne Le jeudi 20 septembre 2007 La possibilité de construire un nouveau pont à huit ou dix voies pour remplacer le pont Champlain n'est nullement envisagée par Ottawa.De passage à Kahnawake, jeudi matin, le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et responsable de la région de Montréal, Michael Fortier, a clairement indiqué qu'il n'était pas question pour Ottawa de se lancer dans un tel projet.

 

M. Fortier a expliqué que le tablier du pont avait fait l'objet d'une réfection majeure il y a 15 ans, qu'il était encore viable pour au moins 15 ou 20 autres années et qu'il était prématuré de spéculer sur les scénarios qui seront éventuellement retenus en 2020 ou en 2025.

 

Le ministre a par ailleurs fait valoir que le simple fait de compléter l'autoroute 30, qui permettra de contourner l'ile de Montréal, désengorgera complètement le pont Champlain.

 

Le Journal de Montréal rapportait jeudi qu'Ottawa songeait à construire un nouveau pont de un milliard $ entre Montréal et sa rive-sud plutôt que d'investir dans une réfection trop coûteuse du pont Champlain, et que l'idée de faire rouler un train léger sur l'estacade serait abandonnée.

 

Le quotidien, se basant sur une étude dont la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain a confirmé l'existence, rapportait que la nouvelle structure, qui serait située un peu en amont du pont actuel, compterait de huit à dix voies de circulation, dont deux qui seraient réservées au transport en commun.

 

Le Journal précisait cependant que le ministre des Transports, Lawrence Cannon, avait réclamé une étude plus approfondie.

 

Le ministre Fortier se trouvait dans la réserve mohawk de la rive-sud pour y annoncer l'octroi de 10 millions $ pour la construction d'une nouvelle école secondaire.

 

L'école actuelle se trouve dans un campus de 14 bâtiments éparpillés sur plusieurs hectares de terrain, dont plusieurs sont désaffectés et certains sont même complètement ou partiellement condamnés.

 

L'école Kahnawake Survival School, qui enseigne la langue et les traditions mohawks en plus du curriculum prescrit par le ministère de l'Éducation, accueille présentement 250 étudiants. Les autorités de la réserve, où vivent 8000 autochtones, estiment que le nouvelle école accueillera près de 450 étudiants, faisant valoir que plusieurs jeunes choisissent de fréquenter les écoles du réseau scolaire public avoisinant plutôt que l'école de la réserve en raison de son piètre état.

Link to comment
Share on other sites

Le Journal de Montréal

20/09/2007 Il n'y aura pas de train léger sur l'estacade du pont Champlain.

 

Le projet est trop cher (plus d'un milliard de dollars) et se heurte à deux problèmes techniques majeurs, a appris Le Journal de Montréal.

 

 

Cela même si, après 12 millions de dollars d'études, le projet est considéré comme rentable et faisable. Mais compte tenu du coût, la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain n'y est «pas particulièrement favorable».

 

 

«Ce serait trop cher, car il faudrait modifier l'estacade à un tel point que ça reviendrait au même prix que de construire un nouveau pont. Or, avec l'estacade, on ne fait qu'enlever la voie réservée pour autobus aux heures de pointe sur le pont Champlain», rappelle le vice-président aux communications de la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, André Girard.

 

Pente et piles

 

Au plan technique, le premier problème est le dégagement nécessaire au-dessus de la voie maritime du Saint- Laurent pour laisser passer les navires marchands. Les trains ne peuvent gravir des pentes de plus de 5%, sauf exception. Il faudrait soit accélérer le train et y ajouter un système de freinage particulier, soit allonger la descente vers la Rive-Sud bien trop loin. Le second problème concerne la consolidation de l'estacade. Les piles sont trop faibles: il faudrait les grossir et les ancrer davantage.

Link to comment
Share on other sites

Le Journal de Montréal

21/09/2007 Au lieu d'un super-pont à dix voies, serait-il plus rentable de remplacer le pont Champlain par un tunnel, comme celui de Louis- Hippolyte-Lafontaine ?

Le maire de Laval et vice-président de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), Gilles Vaillancourt, croit que la question se pose en comparant l'état des deux structures après plus de 40 années d'existence.

 

«Je ne dis pas que c'est le choix à faire. Je dis qu'il est pertinent d'en faire l'étude. Comme région, on doit se demander lequel des choix serait le plus économique à long terme», a observé le maire lavallois en entrevue au Journal, hier.

 

Le maire Vaillancourt avait d'ailleurs fait remarquer, il y a un mois, que l'espérance de vie utile du pont Champlain était réduite à cause du volume important d'autos et de camions qui y circulent, et qu'il était question de le remplacer. Il est d'autant mieux placé pour le savoir qu'il est aussi président de la Coalition pour le renouvellement des infrastructures.

 

Le vice-président de la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, André Girard, a d'ailleurs confirmé hier que le projet de nouveau pont était celui privilégié par la société d'État fédérale.

 

Le nouveau pont permettrait de créer des voies réservées pour le transport en commun tout en réglant les problèmes d'usure prématurée du pont Champlain, pour environ le même coût.

 

Le maire lavallois rappelle que personne ne se demande si le tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine va tomber. En plus, un pont, c'est très laid. Et en raison de la voie maritime, il doit être très haut.

 

«Il serait alors peut-être plus simple de passer sous la voie maritime. Les projets de partenariats public-privé (PPP) nous auront au moins appris cela: il faut considérer ces grands projets non pas seulement pour leurs coûts de construction, mais aussi pour leur entretien. Tant qu'à étudier l'opportunité d'un nouveau pont, aussi bien évaluer celle d'un tunnel, si à long terme ça peut être plus économique. C'est un ouvrage qui va servir des générations», rappelle M. Vaillancourt.

Pas tout de suite

Au gouvernement du Canada, le ministre des Travaux publics, Michael Fortier, s'est réjoui que les gestionnaires du pont Champlain évaluent les meilleures options possibles sur l'avenir des infrastructures qu'ils ont à gérer. Cela dit, comme le pont Champlain est encore bon pour 15 ans, il n'est pas question de le remplacer à court terme.

 

 

À Québec, la ministre des Transports, Julie Boulet, a fait savoir que le gouvernement souhaite surtout voir réaliser le projet de trains de banlieue, que ce soit sur l'estacade ou sur un nouveau pont.

Link to comment
Share on other sites

Les ponts vers Laval doivent être moins beaux...

 

 

Laval n'a pas vraiment ce que j'appelle un VRAI PONT. Ce sont plutôt des viaducs autoroutier.;)

 

LE Journal de Montréal me fais chier. Ils publient des histoires sans qu'elles soient vraies.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...