Recommended Posts

Pinned posts

moi je suis d'accord, si evidemmment, on compte dans le 8 a 10 voies les 2 voies nécessaires pour le transport en commun...

 

ça ferait donc 4 voies de chaque bord en plus du train léger

 

 

normallement j'aurais dit non parce que ça encourage les gens à utiliser leurs autos d'avantage, mais dans le cas du pont Champlain c'est rendu une nécessité....c'est rendu ridicule de devoir installé une voie réservée soir et matin pour le transport en commun...pis avec le train léger ça va encourager le transport en commun parce que le service va toujours être bon au lieu de seulement durant les heures de pointe

Share this post


Link to post
Share on other sites

beau projet

 

avec 8 voies, ca fait 3 pour le traffic regulier, 2 pout le tec, ca represente pas d'augmentation de capacité pour les automobiles alors ca enleve un argument aux grano/ecolos et ca ameliore le tec alors ca leur donne un nanane pour qu'ils soit content.

 

Et en plus, ce serait une belle occasion de se construire un beau pont tres moderne a l'image de ce qui se construit dans le monde

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nice, idéalement on garde les deux ponts...

 

Mais il faudrait quand même mettre quelque chose comme 100 millions pour le retapper, c'est beaucoup trop je crois pour le garder.

 

Je suis bien d'accord avec le projet. Je veux pas partir de débat là-dessus, mais je crois qu'il devra être payant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut rêver... les travaux ne risquent pas de commencer demain.

 

Imaginez la belle entrée de ville. Un pont moderne et design, l'autoroute Bonnaventure refaite, une rue Université HOT, Une cité du mutimédia clean....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce serait un projet gagnant à annoncer avant les élections pour que les conservateurs flattent les électeurs de la Rive-Sud dans le bon sens. Un bon coup pour eux. Mais juste une promesse d'élection?

Share this post


Link to post
Share on other sites
avec 8 voies, ca fait 3 pour le traffic regulier, 2 pout le tec, ca represente pas d'augmentation de capacité pour les automobiles alors ca enleve un argument aux grano/ecolos et ca ameliore le tec alors ca leur donne un nanane pour qu'ils soit content.

 

Je ne suis pas d'Accord. 8 voies ne serait pas assez. Fais juste regarder la 15 entre le POnt CHamplain et l'échangeur Turcot. 2 voies de chaques côtés, c'est ridicule. Ça été conçu dans les années 50. maintenant, c'est toujours bloqué.

 

Si nous contruisont dce nouveau pont avec seulement 6 voies pour la circulation automobile(et 2 voies pour le T.E.C.) ce pont restera toujours bloqué. Ça prend 8 voies pour la circulation et 2 voies pour soit l'autobus ou peut être y rajouter un Train leger plus tard.

 

Nice, idéalement on garde les deux ponts...

 

Ce serait bien l,fun, mais je ne crois pas que ce soit réaliste!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Rusty
      I saw an ad for a new project called symphonia pop 
       
      http://www.symphoniapop.com/fr
       
    • By ScarletCoral
      Article dans la Gazette concernant l'achalandage dans les autobus
      Voir l'article pour l'achalandage par ligne de 2012 à 2018
      https://montrealgazette.com/news/local-news/despite-problems-bus-ridership-in-montreal-up-slightly-in-2018
      Despite problems, bus ridership in Montreal up slightly in 2018
      Passenger numbers are still far short of those from 2012 as complaints soar and punctuality hits its lowest mark since 2001.
      JASON MAGDER, MONTREAL GAZETTE 
      Updated: September 30, 2019
       
      Punctuality plunged, a record number of vehicles were parked for repairs and complaints soared to record levels — and yet, Montreal’s transit authority saw a slight increase in bus ridership last year.
      There were 637,908 more trips taken on city buses in 2018 compared with the year before — an increase of 0.28 per cent.
      It was the first time since 2013 that bus ridership grew.
      The figures, obtained through an access-to-information request, show 142 of 220 bus lines saw an increase in passengers.
      And yet, 2018 was a trying one for the Société de transport de Montréal.
      Because of a labour crisis in the maintenance department, an average of 1,341 buses out of a fleet of 1,807 were available for morning and afternoon peak periods.
      That represents the lowest number in a decade, and far less than the 1,424 required to deliver full service.
      The number of complaints soared by 32 per cent, and the on-time rate of buses was a meagre 79.5 per cent — the lowest since 2001, according to statistics from the STM’s website.
      The year was also marked by buses running out of fuel in record numbers while on the road.
      Despite the uptick in ridership, the numbers fall short of those from 2012. Since that time, 33.9 million fewer annual trips were recorded, accounting for a 13-per-cent overall decline.
      The increase in ridership for 2018 was surprising to Nick Chaloux, a transportation planner and former researcher at TRAM — Transportation Research at McGill.
      “The fact there is a slight growth is positive,” said Chaloux, who published a paper last year that highlighted concerns about the decline in the STM’s bus service.
      “The STM was operating with 100 fewer buses on average, with all the side effects that come with that. When you take that into consideration and you see that ridership was stagnant overall, that’s kind of impressive.”
      Sarah V. Doyon, the director of the transit lobby Trajectoire Québec, said her group was not surprised.
      “We’re finding that people are making more sustainable choices, both for the environment and because congestion is so heavy that public transit is seen as an efficient mode of transportation,” she said.
      It helps that the STM has been working to add more reserved bus lanes throughout its network, Doyon added.
      As for the record number of complaints and high number of late buses, Doyon speculated congestion played a role as buses get stuck in traffic just like cars.
      STM spokesperson Philippe Déry concurred, saying the agency is happy more Montrealers chose to take the bus during a trying year marked by major roadwork and traffic congestion.
      Déry said several measures were put in place to improve performance, including creating two new bus lines to serve the Rivière-des-Prairies and Griffintown sectors, and the merging of bus lines No. 19 with and 53 in the Ahuntsic-Cartierville borough.
      Altogether, the STM offered 68.9 million hours of service in 2018 — a 0.5 per cent increase from the year before, Déry said.
      Last spring, STM chairperson Philippe Schnobb admitted 2018 had been a difficult year and said the bus network was plagued by a deliberate slowdown by unionized employees during a labour conflict.
      In February, during a hearing of Quebec’s workplace tribunal, the STM blamed the union for a record number of buses parked in the garage for repairs.

      Breaking down the STM data by bus line, nine out of the 10 most-travelled routes continued to see ridership declines in 2018.
      Only the 51 Édouard-Montpetit line saw a 1.98 per cent increase in its ridership. That increase was enough to make it the only route in the top 10 to gain riders in the period covered by the data, from 2012 to 2018.
      Over that time, five of the 10 most-travelled buses saw declines of 20 per cent or more: the 69 Gouin, 139 Pie-IX, 121 Sauvé/Côte-Vertu, 165 Côte-des-Neiges and 67 Saint-Michel.
      The most-travelled bus is the 141 Jean-Talon Est, with 8.2 million trips recorded in 2018.
      The 51 Édouard-Montpetit was the second-most travelled bus with 7.7 million trips.
      The 161 Van Horne, the 18 Beaubien and the 24 Sherbrooke round out the top 10, and all saw declines of between one and 13 per cent.
    • By nephersir7
      La construction d'un nouveau centre de distribution pour le géant du commerce de detail IKEA est en cours à Beauharnois, au Québec. Le bâtiment comprendra un centre d'entreposage et de distribution d'un étage qui sera divisé en entrepôt à 3 compartiments (Bâtiments 1, 2 et 3) séparés par des murs coupe-feu, et un espace de bureau d'un étage avec des aires d'agréments pour les employés.
      Le Bâtiment 1 de 65 pieds de haut abritera du rayonnage d'entreposage conventionnel; le Bâtiment 2 sera une baie d'entreposage automatisé de 118 pi. de haut, et le Bâtiment 3 de 43 pieds de haut abritera du rayonnage d'entreposage conventionnel. L'espace de bureau d'un étage abritera les bureaux d'administration, une cuisine, une cafétéria, une salle d'entraînement et des vestiaires et toilettes pour hommes et femmes.
      On estime que le nouveau bâtiment aura une superficie au sol de 1,2M pi.ca. La livraison de ce projet d'envergure est prévue pour la fin de l'année 2019.
      https://www.broccolini.com/fr/project/view/?id=322
      ---
      Vraiment massif comme projet 
      Avancement au 12 septembre 2019:

    • By mtlurb
      Et ça continue, on improvise parce que les limites de vitesse arbitraires ne sont simplement pas respectées.... alors on force les gens à faire ce qui contredit le code de la route et le bon sens. 
       

      https://www.tvanouvelles.ca/2019/09/10/interdit-de-se-garer-a-moins-de-13-metre-du-trottoir
    • By loulou123
      La PresseLe samedi 28 avril 2007
       
      Tout indique que Montréal fera une importante annonce sur le vélo au centre-ville lundi. La fameuse épine dorsale du réseau cyclable, attendue depuis 20 ans, sur le boulevard de Maisonneuve, deviendrait enfin réalité, selon ce qu'a appris La Presse.
       
      Le responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a confirmé hier qu'il s'apprête à dévoiler quelque chose de «gros». Mais il s'est contenté de rire lorsque questionné au sujet de l'ouverture d'une voie sur de Maisonneuve.
       
      Le lien manquant
       
      Vélo Québec espère depuis 20 ans l'ouverture de ce tronçon qui compléterait le lien d'est en ouest. Présentement, la piste cyclable s'arrête d'un côté à la rue Berri, et de l'autre, à la rue Green. Les cyclistes doivent ensuite s'engager en zigzag dans les rues de Montréal pour accéder au coeur du centre-ville.
       
      Patrick Howe, de Vélo Québec, explique qu'une piste cyclable est au centre du «plan d'accès au centre-ville» que son organisation avait déposé auprès des élus, en 2005. Ce plan était le fruit de deux études qui avaient conduit Vélo Québec jusqu'à Vancouver et Toronto pour comparer les réseaux cyclistes et identifier les meilleures solutions.
       
      Carrefour du Parc
       
      Par ailleurs, l'équipe Tremblay est sur le point d'annoncer l'ouverture d'une piste cyclable d'environ un kilomètre, dans l'axe des avenues du Parc et des Pins. La voie s'étendra de la rue Rachel (au nord) à la rue Hutchison (au sud).
       
      Cette piste cyclable sera réalisée à l'intérieur du budget de 6,5 millions consacré à l'aménagement des abords du nouveau carrefour du Parc. La dernière phase de ces travaux, qui s'élève à 29,5 millions, comprend la construction du trottoir à l'est de l'avenue du Parc, l'installation de lampadaires de rue et de parcs, et la plantation d'arbres.
       
      «Ce sera une piste cyclable confortable, drapée de vert, assure André Lavallée, qui en fera l'annonce prochainement. La piste deviendra une des entrées du centre-ville.»
       
      Le responsable du dossier au comité exécutif ajoute qu'il est impératif pour Montréal de repartager la chaussée avec les cyclistes et les piétons.
       
      «Autrefois, les cyclistes et les piétons étaient considérés comme une nuisance au centre-ville, dit-il. Les pistes cyclables dans la rue Wellington, Saint-Urbain et Notre-Dame, qui ont été ouvertes l'an dernier, sont en train de transformer les habitudes de circulation des Montréalais.»