loulou123

Industrie du cinéma à Montréal et tournages mettant Montréal en vedette

Recommended Posts

BLADES OF GLORY

Le STADE COMME DÉCOR. Qui eût cru qu'en 2007 le Stade olympique de Montréal serait en vedette dans un film hollywoodien! C'est le cas dans Blades of Glory, une nouvelle comédie avec Will Ferrell où Montréal est à l'honneur.

 

«On a eu tellement de plaisir à tourner à Montréal qu'on aurait aimé y tourner tout le film», dit le plus sérieusement du monde Will Ferrell, en entrevue à Los Angeles la semaine dernière.

 

Blades of Glory est une satire du milieu du patinage artistique dans laquelle Will Ferrell campe un champion déchu.

 

Ceux qui iront au cinéma à partir du 30 mars n'auront pas qu'un air de déjà-vu, le film est une vraie carte postale touristique de la ville !

Tournées l'hiver dernier pendant deux semaines, les scènes du film ont comme décors le Vieux-Montréal, le canal de Lachine, l'Usine Five Roses, l'intérieur et l'extérieur du Palais des congrès et, bien sûr, le Stade olympique où se déroule la finale de patinage artistique.

 

«C'est assez rare que Montréal fasse partie du scénario. Ça ne s'est fait qu'à deux ou trois reprises, comme dans The Score, avec De Niro (2001), et Taking Lives, avec Angelina Jolie (2003)», précise Adrian Knight, directeur montréalais des lieux de tournage.

 

Mis à part le facteur économique, ce qui a séduit les deux réalisateurs du film est l'architecture des années 70.

 

«On aime Montréal, on est fans de l'architecture de la période olympique avec le Stade et Habitat 67, même s'il y en a plusieurs là-bas qui détestent ça !» ont déclaré Josh Gordon et Will Speck, également en entrevue la semaine dernière à Los Angeles.

 

Ces derniers ont aussi été attirés par les canaux fluviaux de la ville où ils ont pu tourner une course en patins.

 

Ils ont toutefois eu des petits pépins avec le bassin Bonsecours qui n'était pas tout à fait gelé en mars, ce qui a eu pour effet de repousser les délais de tournage de deux semaines.

 

Non seulement ils ont tourné une partie du film dans la métropole, mais les spectateurs seront surpris d'entendre quelques figurants s'exprimer en «québécois».

 

Rémy Girard

 

Il y a même Rémy Girard qui fait une courte apparition en homme d'Église au début du film.

 

«Normalement, les équipes qui tournent dans une ville font semblant que ça se déroule ailleurs. Nous, on a mis Montréal partout: sur les sacs, les chaussures, les manteaux», ajoute un des réalisateurs.

 

De fait, sur les objets promotionnels et affiches du film, le nom de Montréal est bien en évidence.

 

À Montréal, on se réjouit d'une telle visibilité.

 

«Ce film sera vu par des millions de personnes dans une soixantaine de pays. Aucune campagne de pub ne peut acheter ce niveau d'exposure», dit Hans Fraikin, du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec.

 

«Les retombées économiques d'un tel tournage sont importantes», affirme Adrian Knight, directeur des lieux de tournage, précisant que chaque lieu de tournage bénéficie par le fait même d'un cachet.

 

Blades of Glory (Les Rois du patin) sort en salle le 30 mars.

 

Le film 300, qui bat des records au box-office en ce moment, a été entièrement tourné à Montréal dans les studios Mel's, et ce sont trois sociétés montréalaises qui ont produit les effets visuels.

Share this post


Link to post
Share on other sites

The whole nine yards avec Bruce Willis se passait également a Montreal, Boisbriand pour etre plus précis

Share this post


Link to post
Share on other sites

The Mummy 3 going to start filming here in Montreal.

 

Eye of the Beholder (1999) was partially filmed here in Montreal.

 

Lucky Number Slevin with Bruce Willis was filmed here.

 

Many movies have been filmed here.

Share this post


Link to post
Share on other sites
The Mummy 3 going to start filming here in Montreal.

 

Eye of the Beholder (1999) was partially filmed here in Montreal.

 

Lucky Number Slevin with Bruce Willis was filmed here.

 

Many movies have been filmed here.

 

yeah but those don't feature montreal in the film

Share this post


Link to post
Share on other sites
yeah but those don't feature montreal in the film

 

How about ... The Score (2001)

Share this post


Link to post
Share on other sites

I forgot about this topic.

 

There's so many movies filmed in Montreal.

 

Hmm forgot the names of the other ones I know of argh

Share this post


Link to post
Share on other sites

(09-04-2007 )

L'opération séduction pour attirer les tournages de films américains au Québec repart de plus belle le week-end prochain à Los Angeles, tournant ainsi définitivement la page sur le conflit des syndicats de techniciens qui nous a privés de un milliard de dollars en retombées économiques.

 

Le commissaire national du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ), Hans Fraikin, s'envolera pour Los Angeles demain afin de participer au Locations Trade Show avec la petite délégation québécoise.

 

Cette grande foire annuelle sert les producteurs américains qui y magasinent des lieux de tournage potentiels auprès des quelque 300 bureaux de films de partout dans le monde.

 

«On fera vraiment un travail de promotion et de développement des affaires avec une optique à long terme», indique le commissaire Hans Fraikin.

 

Il s'agit de la première fois dans les quatre dernières années que le Québec envoie une délégation pour faire la promotion de ses intérêts.

 

Un potentiel fou

 

Et malgré son absence à cet important rendez-vous de l'industrie, le Québec arrivait tout de même à attirer des productions américaines telles que le film 300, qui a pris l'affiche le mois dernier.

 

«C'est pour ça que je dis qu'on a un potentiel fou, lance Hans Fraikin. On a tout pour réussir. Les studios, la diversité des lieux de tournage, les crédits d'impôts, sans compter le cachet européen de Montréal qui en fait une ville unique en Amérique du Nord.»

 

Le commissaire national estime que l'industrie cinématographique québécoise peut attirer beaucoup plus de productions qu'elle le fait présentement.

 

En 2006, des productions américaines totalisant quelque 165 M$ ont été tournées au Québec.

 

En 2007, malgré le conflit entre l'Alliance québécoise des techniciens de l'image et du son (AQTIS) et l'International Alliance of Theatrical Stage Employees (IATSE), ce chiffre pourrait atteindre plus de 200 M$.

 

Sans ce conflit destructeur, le Québec se dirigeait vers une année record. Des productions valant plus de 400 M$, pour des retombées directes et indirectes estimées à un milliard de dollars envisageaient de venir au Québec, mais sont parties pour d'autres cieux.

 

Hans Fraikin entend d'ailleurs mettre un effort particulier pour séduire de nouveau les producteurs qui ont déserté le Québec et pour les encourager à revenir lors de leurs futurs projets.

 

Ceux-ci ont tendance à retourner aux endroits où ils ont déjà tourné lorsqu'ils sont satisfaits du service et Hans Fraikin veut s'assurer qu'il ne perdra pas à jamais ceux qui sont partis.

 

Par exemple, le producteur de Mummy III, un film de 135 M$ qui a été rapatrié in extremis au Québec lorsqu'un règlement est intervenu entre les syndicats de techniciens, était déjà venu à Montréal pour tourner The Aviator.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Presse Le mercredi 02 mai 2007

 

Brendan Fraser sera à Montréal au cours de l'été. Le tournage du film Mummy 3 aura vraisemblablement lieu à partir de juillet dans les studios Mel's à la Cité du cinéma.

 

L'acteur tournera donc au Québec pour la deuxième fois en deux ans. Cette fois-ci, il partagera la vedette avec Luke Ford, qui incarnera son fils. L'an dernier, Brendan Fraser était venu tourner Journey to the Center of the Earth 3D.

 

L'opération sauvetage orchestrée par le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ), visant à ramener dans la métropole le tournage de productions américaines qui menaçaient de s'installer ailleurs, semble avoir porté fruits.

 

En mars, le commissaire du BCTQ, Hans Fraikin, s'est rendu à Los Angeles pour rencontrer les représentants des grands studios comme Warner, Paramount, Fox et Disney.

Résultat : Mummy 3 sera tourné à Montréal à partir du 27 juillet, rapportait hier le site Internet du magazine américain Variety. L'équipe de production ainsi que les comédiens s'envoleront ensuite pour la Chine.

 

Plus prudent, Hans Fraikin a précisé hier qu'il n'avait pas encore obtenu le feu vert du studio Universal Pictures. «Le tournage du film à Montréal, c'est sûr à 95 %, a-t-il tenu à souligner. On a eu la confirmation des producteurs mais pas encore du studio.»

 

Or, le bureau de production de Mummy 3 est déjà installé dans la métropole et Brendan Fraser est même venu à Montréal la semaine dernière pour faire des essais, nous dit Michel Trudel, propriétaire des studios Mel's.

 

Le budget du film est évalué à environ 110 millions US. Les retombées économiques pour Montréal pourraient atteindre quelque 50 millions.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon. Information : http://www.stm.info/fr/a-propos/grands-projets/grands-projets-metro/prolongement-ligne-bleue
      Consultations publiques : http://www.stm.info/fr/consultations/prolongement-de-la-ligne-bleue
        
       
    • By SkahHigh
      Fil de discussion sur les travaux du tunnel Mont-Royal dans le cadre du REM.

    • By ScarletCoral
      Discussion générale sur l'illumination des édifices et infrastructures de Montréal 
      En passant, Montréal n'a pas de plan lumière à l'exception du Quartier des spectacles et du Vieux-Montréal

      Voir ici un reportage au Téléjournal 18h  de Nabi-Alexandre Chartier (Ça fait toujours drôle de voir à Radio-Canada depuis ses débuts à Musique Plus!!)
       
       
    • By ScarletCoral
      Valérie Mahaut et son équipe de l'Université de Montréal ont recensé tous les anciens cours d'eau et plans d 'eau de l'île de Montréal. 
      On peut consulter les cartes ici : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/16311 

      Très intéressant pour expliquer pourquoi les fondations de certains projets prennent du temps à construire.
    • By IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine