ScarletCoral

Montréal — Plan lumière

Recommended Posts

Pinned posts

Discussion générale sur l'illumination des édifices et infrastructures de Montréal 

En passant, Montréal n'a pas de plan lumière à l'exception du Quartier des spectacles et du Vieux-Montréal

Voir ici un reportage au Téléjournal 18h  de Nabi-Alexandre Chartier (Ça fait toujours drôle de voir à Radio-Canada depuis ses débuts à Musique Plus!!)

 

Citation

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1478720/montreal-lumiere-eclairage-rues-edifices-clocher-uqam

Montréal, quand tout baigne dans la lumière

Nabi-Alexandre Chartier
2020-01-17 | Mis à jour hier à  8 h 10

La ville aux cent clochers est-elle en passe de devenir la « Ville lumière »? Après le pont Jacques-Cartier, le Stade olympique et la Biosphère, c’est au tour du clocher de l’UQAM d’être illuminé, à compter du 21 janvier.

L’université, qui procède à d'importants travaux de réfection du clocher de l’église Saint-Jacques, en a profité pour repenser l’éclairage de ce joyau emblématique du Quartier latin.

Les vestiges de l’église Saint-Jacques, construite en 1856 sur les cendres de la première cathédrale de Montréal, font désormais partie du pavillon Judith-Jasmin. Sa cure de jouvence passe, entre autres, par une mise en lumière soignée.

clocher-saint-jaques-uqam-lumiere.jpg
L'UQAM a profité des travaux de restauration du clocher de l’ancienne église Saint-Jacques pour illuminer cet élément architectural emblématique du campus.
PHOTO : RADIO-CANADA / COURTOISIE DE L'UQAM

Comme plusieurs métropoles, Montréal mise de plus en plus sur l’éclairage pour mettre en valeur ses bâtiments distinctifs, selon Ludovic Lefévère, le fondateur d’UDO design, la firme chargée de concevoir l’éclairage du clocher.

Celui qui se définit comme un architecte de la lumière n’en est pas à ses premières armes. Il a notamment collaboré à l’illumination du pont Jacques-Cartier et à celle du nouveau Hard Rock café en Floride, cet immense complexe hôtelier en forme de guitare.

Faire exactement la même chose que le soleil la nuit, ce n'est pas spécialement intéressant. C'est vraiment d'aller chercher les directions de lumière, la température et la couleur de la lumière qui permet d'aller chercher une perception spéciale.

— Ludovic Lefévère

quartier-spectacles-lumieres.jpg
La lumière fait désormais partie intégrante des animations de nuit au Quartier des spectacles.
PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS

La lumière, une signature

Pionnier dans le domaine, le Quartier des spectacles s’est doté depuis 2006 d’une politique en matière d’éclairage.

Elle se décline en trois volets : une signature lumineuse commune, l’éclairage architectural et des vidéoprojections. Une approche qui renforce le caractère distinctif du secteur et qui a été récompensée de plusieurs prix nationaux et internationaux.

Dans ce quartier, la lumière fait partie du spectacle. Des projections architecturales mettent en vedette des créations originales.

Au sol, des ronds rouges identifient les lieux de diffusion culturelle, un clin d’œil aux tapis rouges et au passé Red Light du quartier.

Une vingtaine d’édifices ont été illuminés pour mettre en valeur leurs spécificités architecturales.

rue-masson-lumiere.jpg
La rue Masson, commerciale et animée, se pare de lumières.
PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS

Le jeu en vaut la chandelle

La lumière attire. La promenade Masson est l'une des artères commerciales montréalaises ayant le plus faible taux de locaux vacants. Pour maintenir son dynamisme et renforcer la vie de quartier, elle mise entre autres sur l’éclairage de rue.

Depuis trois ans, la Société de développement commercial (SDC) a installé des traverses lumineuses au-dessus de l’avenue pour marquer son territoire et renforcer le sentiment de cohésion.

Le projet a coûté 25 000 $. Une somme importante pour les marchands, mais qui a des retombées positives, selon Kheir Djaghri, le directeur général de la SDC.

Ils n’entendent pas en rester là. La SDC s’est dotée d’un plan lumière pour bonifier l’offre au cours des prochaines années. Ce sera une véritable expérience en termes de lumière, affirme-t-il.

Montréal ne devrait pas devenir le « phare West »

Les ampoules DEL ont été une véritable révolution, mais il ne faut pas céder à la tentation de tout éclairer, prévient Marc-André Carignan, chroniqueur en développement urbain.

Il y a très peu de contrôle présentement à Montréal sur la lumière. On n'a pas de plan lumière ou de chef d'orchestre qui dit : "On devrait éclairer de telle ou telle façon". C'est un peu le free-for-all et ça amène à certaines dérives, constate-t-il.

pont-jaques-cartier-lumiere-eclairage.jp
Le pont Jacques-Cartier demeure illuminé depuis les festivités du 375e anniversaire de Montréal.
PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS

Selon M. Carignan, le pont Jacques-Cartier et l’édifice Sun Life sont des réussites, alors que le nouveau pont Samuel-De Champlain et la place Bonaventure sont à mettre dans la catégorie des échecs.

Il explique que ce n’est pas le talent qui manque dans la métropole, mais qu’il faut se méfier de la surenchère et éviter de succomber au clinquant. Montréal ne doit pas devenir Las Vegas.

Il n’y a effectivement pas de politique concertée ni de vision globale à Montréal. Exception faite du Vieux-Montréal, où des mesures existent en raison de son aspect patrimonial, ou encore dans certains secteurs spécifiques, comme le Quartier des spectacles.

Une mauvaise gestion de la lumière peut avoir un impact négatif sur la faune et la flore. Sans compter les désagréments qu’un éclairage mal pensé peut occasionner chez les riverains.

grande-roue-montreal-lumiere.jpg
La Grande roue du Vieux-Port de Montréal illuminée.
PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, louisleonardo a dit :

La phrase "Un manque de vision?" sur l'image de la Maison Olympique... shady haha

J'ai pensé la même chose! 🤣
Cauchemar Olympique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

À chaque fois que je le vois je me dis 'Hey c'est le gars qui a gagné VJ recherché!' Il a pas changé en 20 ans.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aime bien que de plus en plus d'édifices soient illuminés mais je trouve qu'au niveau de la rue il y a un manque flagrant de lumière, surtout en hiver. Je parle de Sainte-Catherine, QDS, Stade Olympique etc...

Une touriste américaine s'attendait à en voir de toutes les couleurs pendant la période des fêtes en venant à Montréal. Elle a été déçu. Je lui ai dit que Ste-Catherine était en complète rénovation et que cela expliquait le manque de décoration de Noël ou de lumière.  J'espère donc qu'une fois les travaux terminé, que la ville va en mettre plein la vue sur Ste-Catherine car pour l'instant, c'est décevant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, steve_36 a dit :

J'aime bien que de plus en plus d'édifices soient illuminés mais je trouve qu'au niveau de la rue il y a un manque flagrant de lumière, surtout en hiver. Je parle de Sainte-Catherine, QDS, Stade Olympique etc...

Une touriste américaine s'attendait à en voir de toutes les couleurs pendant la période des fêtes en venant à Montréal. Elle a été déçu. Je lui ai dit que Ste-Catherine était en complète rénovation et que cela expliquait le manque de décoration de Noël ou de lumière.  J'espère donc qu'une fois les travaux terminé, que la ville va en mettre plein la vue sur Ste-Catherine car pour l'instant, c'est décevant.

En effet.. loin de Paris

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/202001/22/01-5257818-le-clocher-de-luqam-sillumine.php

Le clocher de l’UQAM s’illumine

Niché au cœur du Quartier latin et intégré au pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM, le clocher de l’ancienne église Saint-Jacques brille de tous ses feux depuis mardi soir.  

Publié le 22 janvier 2020 à 10h36 Mis à jour à 11h41
SUZANNE COLPRON
LA PRESSE

Ce projet phare du 50e anniversaire de l’UQAM a nécessité deux années de travaux. Il été réalisé par les architectes DFS, les ingénieurs de la firme NCK, l’entrepreneur général St-Denis Thompson et le studio de création UDO Design. Coût : 18,8 millions, payé majoritairement par le gouvernement du Québec.  

Le clocher Saint-Jacques, qu’on appelle désormais le clocher de l’UQAM, fait partie du paysage du Quartier latin depuis 1860. Érigé sur la rue Saint-Denis, entre le boulevard De Maisonneuve et la rue Sainte-Catherine, il n’avait pas fait l’objet d’une restauration majeure depuis 1933, année où l’église Saint-Jacques avait été le théâtre d’un vaste incendie.

De l’été 2017 à la fin 2019, tout a été refait : flèche, contreforts, fenêtres, maçonnerie, balustrades, carillon et installations électromécaniques. Plus de 2000 pierres ont été remplacées et les vitraux peints à la main ont été restaurés.

Clou du spectacle, l’illumination du clocher. La nuit tombée, celle-ci vient mettre en valeur des caractéristiques architecturales de ce joyau, classé immeuble patrimonial, en jouant sur l’intensité de la lumière et différentes tonalités de blanc.  

La mise en lumière, réalisée par Udo Design, repose sur l’installation de 108 appareils d’éclairage DEL, intégrés à la structure. « Un grand soin a été apporté à la réduction des pertes lumineuses et à la protection du ciel étoilé », précise l’UQAM.

Vidéo publiée sur le YouTube de l'UQAM

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      STM: Prolongement du métro: Ligne 02 orange vers le nord-ouest

      Discussion et actualités sur le prolongement de la Ligne 02 orange vers le nord-ouest. Plan: ligne-2.pdf
      Présentation du 26 février 2020 au comité exécutif de la Ville de Montréal : https://ville.montreal.qc.ca/documents/Adi_Public/CE/CE_DA_ORDI_2020-02-26_08h30_Presentation_Prolongation_de_la_ligne_Orange_Ouest.pdf
    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon. Information : http://www.stm.info/fr/a-propos/grands-projets/grands-projets-metro/prolongement-ligne-bleue
      Consultations publiques : http://www.stm.info/fr/consultations/prolongement-de-la-ligne-bleue
        
       
    • By SkahHigh
      Fil de discussion sur les travaux du tunnel Mont-Royal dans le cadre du REM.

    • By ScarletCoral
      Valérie Mahaut et son équipe de l'Université de Montréal ont recensé tous les anciens cours d'eau et plans d 'eau de l'île de Montréal. 
      On peut consulter les cartes ici : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/16311 

      Très intéressant pour expliquer pourquoi les fondations de certains projets prennent du temps à construire.
    • By IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine