Jump to content

Recommended Posts

Sur la 1re photo, il y a quelqu'un qui sait où les escaliers menaient dans le Square Philips??

Même aujourd'hui, il n'y a pas de Réso sous ce square...:confused:

 

elles menaient aux toilettes, une pour les hommes, l'autre pour les femmes. Comme à la place d'Armes, j'imagine que ces vespasiennes sont encore enfouies à cet endroit.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

[ATTACH]14317[/ATTACH]

 

 

4 mars 2014 | Nathalie Blanchard

À la douce mémoire d’Arthur Sicard

Dans le temps | Aucun commentaire

 

Montréal, le 13 septembre 1946, est décédé à l’âge de 69 ans M. Arthur Sicard, fermier, mécanicien, maçon, échevin du quartier de Maisonneuve et génial inventeur qui nous a permis de dompter l’hiver.

 

 

La plupart des gens connaissent l’inventeur de la motoneige. Mais qu’en est-il de l’inventeur de la souffleuse? Sans l’invention d’Arthur Sicard, on imagine mal comment on arriverait à déblayer nos rues et à retirer toute la neige après une tempête. Voici l’histoire oubliée de ce grand Montréalais.

 

Adapter une machine agricole à l’enlèvement de la neige

Arthur Sicard naît le 17 décembre 1876 dans le petit village de Saint-Léonard-de-Port-Maurice, ancien nom de la Ville de Saint-Léonard qui est maintenant un arrondissement de Montréal. En 1885, Arthur travaille avec son père à la ferme laitière familiale de Saint-Léonard et effectue la livraison de lait pour les clients. En hiver, les conditions routières sont très difficiles en raison des chutes de neige, ce qui complique son travail. Il cherche alors un moyen d’ouvrir la route et d’évacuer la neige.

 

C’est en voyant la moissonneuse-batteuse d’un fermier voisin qu’Arthur Sicard a l’idée d’utiliser ce concept pour déblayer la neige. Le jeune Sicard, mécanicien amateur à l’esprit inventif, fabrique une machine capable de dégager les routes en hiver, en soufflant la neige à quelques mètres de distance. Grâce à cette invention, les routes enneigées de Saint-Léonard-de-Port-Maurice ne lui font plus perdre la production quotidienne de lait.

 

Une idée qui fait son chemin

 

 

Au fil du temps, l’arrivée de moteurs plus puissants permet à Sicard de mettre son invention au point. En 1925, il investit 30 000 $ pour la fabrication de la première souffleuse à neige commerciale. Le premier établissement commercial de la compagnie Sicard est situé sur la rue Adam, puis au 2055, rue Bennett dans la Cité de Maisonneuve. Sa grande ténacité lui permettra de commercialiser son idée, malgré le scepticisme de certains.

 

Cependant, ce n’est pas grâce à son invention que la Ville de Montréal décide, en mai 1922, de donner le nom de Sicard à la 5e avenue, mais bien à la suite de son élection comme échevin représentant le quartier de Maisonneuve à la Ville de Montréal. Arthur Sicard, toujours vivant à cette époque, assiste à la pose des nouveaux panneaux aux coins des rues arborant son patronyme.

 

[ATTACH]14318[/ATTACH]

 

Maisons d’Arthur Sicard, rue Adam. Comme il était maçon à cette époque, il est fort possible qu’il ait lui-même construit les maisons qui se trouvent encore aujourd’hui sur ses deux lots de terre. Il y a résidé de 1910 à 1929. Il est d’ailleurs un propriétaire bien nanti dans le quartier. Dans son testament daté du 13 mai 1937, il lègue à sa femme et à son fils, six maisons dans ce même secteur.

Le 10 octobre 1910, Arthur Sicard, qui demeure alors au 7 de la 5e avenue dans la Cité de Maisonneuve achète deux lots de terre, rue Adam. À cette époque, cette section de la rue Adam et ses environs étaient en plein développement. Il construit un garage de très grande dimension à l’arrière de sa propriété, sûrement pour travailler à ses inventions.

Les premiers contrats

 

Arthur Sicard debout près de son invention, la souffleuse à neige, vers 1927. Crédit photo : Archives de l’Atelier d’histoire d’Hochelaga-Maisonneuve. Don de Micheline Sicard.

L’ancienne ville d’Outremont lui achète son premier modèle de souffleuse en 1927. Ce véhicule de conception originale, conduit par une seule personne, permettait de projeter la neige à plus de 27 mètres ou de la verser directement dans la benne d’un camion, peu importe la consistance de la neige. La souffleuse d’Arthur Sicard broie en moyenne de 10 à 12 tonnes de neige à la minute.

 

La souffleuse automotrice Sicard se composait de quatre éléments essentiels : un châssis et un moteur de camion à quatre roues motrices, un dispositif pour recueillir la neige, une soufflerie munie de deux glissières réglables et un moteur de souffleuse distinct.

 

Le 11 février 1927, le Conseil de ville de Montréal autorise son Service des travaux publics à faire l’essai d’une souffleuse fabriquée par monsieur Arthur Sicard du quartier Maisonneuve. Sur le Champ-de-Mars, le 26 janvier 1928, Arthur Sicard fait la démonstration devant les autorités municipales de Montréal de son invention, la souffleuse à neige.

 

Le 6 décembre 1928, le Conseil de ville du adopte la résolution suivante : « …que soient achetées de Monsieur Arthur Sicard…, deux machines pour l’enlèvement de la neige dans les quartiers excentriques, au prix de 13 000 $ chacune, suivant la soumission dudit monsieur Sicard, en date du 15 octobre 1928. »

 

En 1938, lorsque la Ville de Montréal veut faire l’acquisition de deux chasse-neige, seule la firme Sicard Limitée est en mesure de déposer une soumission et de livrer les appareils 90 jours après avoir reçu la commande.

 

L’héritage d’Arthur Sicard

 

En pleine expansion, l’usine Sicard déménage à Sainte-Thérèse en 1960. Sise entre l’autoroute des Laurentides et la rue Sicard en référence à l’usine, elle emploie au départ une centaine d’hommes. Puis l’usine est agrandie en 1963, portant le nombre d’employés à quelque 400 personnes. L’entreprise Sicard est acquise par la compagnie Kenworth du Canada, une division de Paccar du Canada Limitée en 1975.

 

Quelques années plus tard, PACCAR vend les droits de l’invention d’Arthur Sicard à la compagnie SMI-Snowblast inc. de Watertown, New York qui construit toujours ces engins. Si le nom de Sicard n’apparaît plus sur l’usine située à Sainte-Thérèse, le complexe industriel local porte encore son nom.

 

Bien que les souffleuses actuelles aient évolué de nombreuses façons, elles reflètent encore les priorités de qualité, de puissance, de durabilité et d’efficacité que valorisait M. Sicard. La durabilité de ces machines est la raison pour laquelle on retrouve encore de nombreuses unités originales de Sicard en service à travers le monde.

 

Arthur Sicard, que l’on pourrait comparer à Armand Bombardier par son désir de dompter la neige, a mis à jour une invention qui nous permet encore aujourd’hui de nous relever des pires tempêtes en quelques jours. Peu de gens se souviennent d’Arthur Sicard, bien qu’il ait marqué de façon importante nos rapports avec l’hiver.

 

Merci M. Sicard. Désormais, il ne passera plus une tempête de neige à Montréal sans qu’on pense à vous!

 

 

2014-03-06 09 51 24-3333.jpg

Edited by eastender85
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value